Saudi Aramco valorisé en Bourse plus de 3.000 milliards de dollars ?

 |   |  733  mots
La compagnie nationale Aramco (pour Arabian American Oil Company) gère la quasi-intégralité des immenses ressources en hydrocarbures du royaume et est considéré à ce titre comme la première compagnie pétrolière mondiale.
La compagnie nationale Aramco (pour Arabian American Oil Company) gère la quasi-intégralité des immenses ressources en hydrocarbures du royaume et est considéré à ce titre comme la première compagnie pétrolière mondiale. (Crédits : Reuters Zora Bensemra)
Le géant pétrolier confirme ce vendredi son projet d'introduction en Bourse, évoqué par Mohammed ben Salmane, l'un des fils du roi Salmane, dans une interview accordée à l'hebdomadaire The Economist. Cette annonce intervient dans un contexte de surabondance du pétrole, et d'un baril au plus bas (33 dollars) depuis 2003. Le monde pétrolier est inquiet. Et pour cause.

Article publié le 07 janvier à 18:36, mis à jour le 08 janvier à 14:30

C'est une confirmation officielle qui vient bouleverser le secteur pétrolier et la planète boursière. Le géant pétrolier saoudien Aramco (Arabian American Oil Company) a confirmé, vendredi 8 janvier, étudier une entrée en Bourse, évoquée la veille par le vice-prince héritier Mohammed ben Salmane. La société, propriété de l'Etat, indique dans un communiqué "étudier différentes options pour permettre une plus grande participation" extérieure à son capital. Parmi les différents scénarios, la compagnie nationale d'hydrocarbures évoque l'ouverture à "une proportion appropriée" de son propre capital ou l'entrée en Bourse de ses filiales.

"Je crois que c'est dans l'intérêt du marché saoudien (...)"

Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire The Economist le 4 janvier et publié le 7 janvier,  le prince saoudien et ministre de la Défense, Mohammed ben Salmane, avait laissé entendre que l'option était étudiée et qu'une décision serait prise au cours des prochains mois. Sans toutefois livrer davantage de précisions.

Ainsi, à la question de savoir s'il est possible d'imaginer la vente d'actions de Saudi Aramco, Mohammed ben Salmane s'est contenté de répondre que "c'est quelque chose qui est étudié", ajoutant "je crois que c'est dans l'intérêt du marché saoudien, et dans l'intérêt d'Aramco".

"C'est dans l'intérêt de plus de transparence, et d'enrayer la corruption - s'il y en a, ou qui pourrait entourer Aramco", a précisé le prince, ministre de la Défense et deuxième dans l'ordre de succession au roi Salmane, âgé de 79 ans.

Aramco, bientôt plus fort qu'ExxonMobil et Apple ?

Aramco, qui gère la quasi-intégralité des immenses ressources en hydrocarbures du royaume, est, à ce titre, considérée comme la première compagnie pétrolière mondiale. De fait, chaque jour, elle extrait 10,2 millions de barils, rappelle The Economist. Les réserves de la compagnie nationale représentent 261 milliards de barils, soit plus de dix fois celles revendiquées par ExxonMobil (25 milliards de barils), le géant américain qui pèse 311 milliards de dollars en Bourse. Même l'autre géant pétrolier actuel, le russe Rosneft, avec ses 40 milliards de barils, reste encore très loin derrière.

Bref, si cette "vente du siècle" a lieu, The Economist avance qu'elle pourrait "marquer la fin de l'ordre pétrolier mondial en vigueur depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale". Mais cette ouverture au capital ne va pas seulement bouleverser le monde du pétrole. Car, ce qui intrigue bon nombre d'observateurs, c'est la valeur de ce mastodonte.

Officiellement, rien ne filtre. Cette compagnie d'Etat serait pourtant valorisée plusieurs "milliers de milliards de dollars", selon des officiels saoudiens cités par l'hebdomadaire. Autant dire que Apple, l'entreprise la plus chère au monde -avec 542,6 milliards de dollars de valorisation boursière- pourrait bientôt faire fait pâle figure à côté du monstre saoudien. Un calcul rapide, fondé sur la valorisation boursière d'ExxonMobil (311 milliards de dollars pour 25 milliards de barils), donne le chiffre de... 3.246,84 milliards de dollars pour Aramco ! De quoi faire trembler la sphère boursière.

  | Lire: l'interview intégrale de Mohammed ben Salmane où il revient aussi sur les exécutions et la réaction de l'Iran (The Economist, 6.01.2016, en anglais)

Riyad au régime sec

Il faut aussi rappeler que cette annonce intervient alors que les cours du pétrole sont en chute libre sur fond d'offre mondiale surabondante et de rivalité entre l'Arabie Saoudite et l'Iran dans le Golfe persique. Jeudi 7 janvier, le Brent était tombé à 32,16 dollars le baril, un plus bas depuis le 7 avril 2004, tandis que le WTI chutait au même moment à 32,10 dollars, un minimum depuis le 29 décembre 2003.

Cette baisse affecte durement le pays, un des principaux producteurs mondiaux. L'Arabie saoudite a en effet enregistré en 2015 un déficit budgétaire record de 89,2 milliards d'euros, sous l'effet d'une baisse de plus de 60% des prix du brut depuis l'été 2014. Ryad est ainsi contraint de recourir à un plan d'austérité.

Des analystes estiment que Riyad, chef de file de l'Organisation des pays producteurs de pétrole (Opep), est en partie responsable de cette dégringolade des cours en raison de sa volonté à défendre ses parts de marché plutôt que les prix et entraver le développement du pétrole de schiste américain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/01/2016 à 23:17 :
ExxonMobil ou Rosneft ont des réserves moins importantes... mais elles auront le temps de les extraire et les vendre avant que les conséquences du bouleversement climatique ne les en empêche. Ce qui ne sera pas le cas d'Aramco...
a écrit le 10/01/2016 à 10:20 :
Ou comment tirer les dernières gouttes du tonneau...
Mettre du pétrole dans son portefeuille maintenant équivaut à peu près à investir dans la cassette vidéo avant le numérique...
J'achète!!!
a écrit le 09/01/2016 à 22:03 :
Cette annonce prouve une chose: les saoudiens sont aux abois et ont besoins de capitaux extérieurs pour alimenter les investissements de l'entreprise-état. Le niveau actuel des prix du pétrole ne permet plus à cette entreprise d'assurer le train de vie de l'état et les investissements essentiels pour la pérennité de l'entreprise. Ceux qui investiront dans cette entreprise si elle est effectivement mise en bourse feront un pari risqué. Cette société, malgré les réserves colossales dont elle dispose, reste très exposée à la politique saoudienne et ne dispose d'aucun relais de croissance à l'extérieur. Le moindre trouble dans ce pays (ce n'est qu'une question de temps) fera fuir les investisseurs et l'entreprise ne vaudra plus grand chose.
Réponse de le 10/01/2016 à 0:18 :
Des millions ou des milliards de barils de pétrole, ca ne vaudra jamais zéro. Le problème est surtout d'être en mesure de vérifier ce qui est annoncé si Aramco rentre en bourse: à l'heure actuelle, comme c'est aussi le cas pour les Russes et certainement d'autres encore, le volume des réserves est considéré comme une donnée stratégique qu'il ne faut surtout pas communiquer.
Réponse de le 10/01/2016 à 12:42 :
@bof: faux, la nature ne crée pas à des fins commerciales. Ce sont les gens qui attribuent une valeur en fonction de leur intérêt politique, ou commercial du moment. On se souviendra par exemple du platine, jugé totalement inutile si ce n'est pour frapper des pièces de monnaie en raison de la dureté du metal. Le même platine aujourd'hui utilisé notamment pour ses caractéristiques vaut maintenant une fortune et est considéré comme un métal précieux !!! Je ne parle pas des oeuvres d'art, mais j'accepterais volontiers un Picasso, non pas son son esthétique, mais pour sa valeur marchande :-) Quant au volume des ressources pétrolières, c'est du marketing, car c'est justement la rareté d'un produit en vogue qui fait augmenter le prix :-)
Réponse de le 10/01/2016 à 19:00 :
@Bof: Vous avez raison, des millions de barils de pétrole ne valent pas rien. Cependant investir à vingt ans dans une région instable, c'est prendre des risques. Les marchés n'aiment pas les risques, la valeur d'Aramco si elle est introduite en bourse s'en ressentira donc très durement.
a écrit le 09/01/2016 à 16:24 :
Et si le pic oil.....était largement entamé , bref on est dans du monopoly .
a écrit le 09/01/2016 à 15:12 :
LA GUERRE DU PETROLE A COMMENCE? ATTENTION IL VAS Y AVOIR DES PERDANTS???
a écrit le 09/01/2016 à 10:40 :
J'ai lu de nombreuses fois que les réserves étaient inconnues et surestimées.
Comment être sûr de ne pas se faire arnaquer.
Et si à la mort du Roi,on ne sait qui prend le pouvoir et re-nationalise ?

Bref, j'achèterai pas.
a écrit le 09/01/2016 à 1:04 :
L'arnaque si ils vendent maintenant c'est qu'ils prévoient un prix du pétrole bas a long-terme la chasse au pigeon est ouverte
a écrit le 08/01/2016 à 19:18 :
Dragui va à tous les coups proposer de racheter aramco
a écrit le 08/01/2016 à 18:29 :
Je pense qu'en procédant ainsi, le régime saoudien veut se protéger de son ennemi le régime chiite iranien.
Ainsi si tous les pays occidentaux acquièrent des parts dans le pétrole saoudien, alors personne ne pourra déstabiliser ce pays.
De toutes façons, si j'avais de l'argent à investir pour le long terme, j’achèterai le maximum d'actions.
a écrit le 08/01/2016 à 17:45 :
Valorisation à mon avis totalement farfelue qui n'a d'autre objectif que de faire participer le plus grand nombre aux déboires attendus des Saoudiens :-)
Réponse de le 08/01/2016 à 18:15 :
ils peuvent valoriser ca comme ils veulent, on se demande qui va acheter, et a quel prix! bon, y aurait bien les chinois, mais ils ont actuellement d'autres chats a fouetter ( avant de les manger ;-) )
a écrit le 08/01/2016 à 10:35 :
c'est pas le moment de faire entrer en bourse... sauf s'ils envisagent de faire violemment remonter les cours juste avant...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :