Espagne : le gouvernement a cherché à "monter" des scandales contre les indépendantistes catalans

 |   |  1080  mots
Mariano Rajoy est touchée par un scandale politique en Catalogne
Mariano Rajoy est touchée par un scandale politique en Catalogne (Crédits : Reuters)
Selon les révélations du site Público, le ministre de l'intérieur aurait voulu lancer des accusations de corruption faiblement étayées contre des dirigeants indépendantistes catalans. Mariano Rajoy aurait été au courant. Un symptôme de la politique catalane du gouvernement.

Le Parti populaire (PP) de l'actuel président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy est habituée aux scandales, notamment financier. Mais le voici désormais pris dans un nouveau scandale, plus politique et très gênant, à quelques jours des nouvelles élections générales prévues le 26 juin. Mardi 21 juin au soir, le site d'information espagnol Público a en effet révélé que le ministre de l'Intérieur espagnol et candidat du PP à Barcelone, Jorge Fernández Díaz avait tenté, avec la complicité du directeur de l'office antifraude de Catalogne Daniel de Alfonso Laso, de « fabriquer » des preuves de corruption contre des dirigeants indépendantistes catalans.

Fabriquer des preuves pour discréditer ses adversaires

Dans les discussions des deux hommes, publiées sur son site par Público, on découvre notamment la volonté de discréditer le vice-président de la Generalitat, le gouvernement Catalan, Oriol Junqueras, actuel président du parti de la Gauche Catalane (ERC). L'idée avancée par Daniel de Alfonso Laso est de mettre en doute les adjudications de la Generalitat accordées au groupe de gestion des déchets CESPA où travaille le frère d'Oriol Junqueras, Roger Junqueras, ainsi que celles réalisées par le père du dirigeant politique lorsque ce dernier était maire de Puigcerdà en Cerdagne . « Nous avons enquêté sur ERC, mais nos éléments sont très faibles, c'est la vérité, monsieur le ministre », explique dans les enregistrements le directeur de l'office antifraude qui reconnaît qu'il est « difficile de tirer une conclusion contre ERC ».

Cette faiblesse n'empêche pas Daniel de Alfonso Laso de proposer de lancer les médias sur ces affaires, notamment le groupe Planeta, qui détient la chaîne Antena 3 et le quotidien conservateur La Razón, sur l'affaire. « J'ai essayé de convaincre le Groupe Planeta de me faire une enquête là-dessus », explique-t-il avant de se féliciter que ledit groupe semblait prêt à rendre ce service au gouvernement.

Même tentative contre Francesc Homs, alors porte-parole de la Generalitat et actuel candidat de CDC, le parti indépendantiste de centre-droit, aux élections générales. « En affinant et affinant, on pourrait dire que la signature de Homs est un acte de prévarication », insiste Daniel de Alfonso Laso qui reconnaît que le procédé est cependant « à la limite ». Mais le but est bien de lancer des informations pour nuire, in fine, aux dirigeants indépendantistes. Ces enregistrements datent de l'automne 2014, quelques semaines avant la consultation sur l'indépendance organisée par la Generalitat le 9 novembre 2014.

Mariano Rajoy au courant

Mais l'affaire prend une tournure plus inquiétante, lorsque, dans de nouvelles conversations publiées par Público le 22 juin, dans une rencontre datée du 16 octobre 2014, Jorge Fernández Díaz assure à Daniel de Alfonsi Laso que « le président du gouvernement espagnol est au courant ». Et le ministre d'expliquer ses liens anciens et étroits avec Mariano Rajoy. Il semble donc que La Moncloa, le Matignon espagnol, savait les démarches de son ministre et ne les a pas empêchées. Les tentatives de controuver des preuves de corruptions contre les dirigeants indépendantistes étaient donc une partie de la stratégie du gouvernement espagnol dans sa lutte contre l'indépendantisme catalan.

Une affaire grave

L'affaire est donc très grave, car elle pose un problème majeur sur le fonctionnement de l'Etat espagnol qui est prêt à utiliser une institution de lutte contre la fraude, censée être indépendante, mais aussi une partie de la presse et des médias, contre des adversaires politiques. Comme le titre le quotidien indépendantiste catalan Ara ce mercredi 22 juin, c'est une forme de « guerre sale à découvert » qui a été révélée par Público. Le PP et Mariano Rajoy qui ont toujours refusé toute discussion avec des indépendantistes qui, le 27 septembre 2015, ont recueilli 47,8 % des voix aux élections catalanes, montrent ici une détermination à détruire, par tous les moyens, ses adversaires. La politique de la Moncloa n'a jamais été le dialogue face aux Catalans, mais bien la force. Le traitement purement judiciaire de l'indépendantisme (les dirigeants de la Generalitat sont inculpés pour la consultation du 9 novembre) et cette affaire le prouvent. Carles Puigdemont, le président de la Generalitat n'a pas hésité ce mercredi 22 juin à comparer cette affaire avec les GAL, ce mouvement contre-terroriste organisé contre les Basques de l'ETA dans les années 1980 par l'Etat espagnol. Un mouvement qui avait encore aggravé la situation.

Fossé croissant entre l'Espagne et la Catalogne

C'est aussi le symptôme du fossé entre l'Espagne et la Catalogne sur le plan politique, Madrid refusant de prendre en compte toute demande indépendantiste venant de Barcelone et préférant jouer la carte du discrédit sur ses adversaires pour que "tout redevienne comme avant". Vains espoirs, mais qui en dit long sur l'esprit qui règne au sein des milieux dirigeants espagnols et qui semble donner raison à ceux qui, en Catalogne, fustigent la surdité espagnole devant les demandes catalanes. Cette divergence se constate également par le peu de place qui est consacré à l'affaire dans la presse et les médias du reste de l'Espagne ce 22 juin. Cette affaire traduit encore un fait qui semble de plus en plus évident depuis quelques années : l'éloignement réel de la Catalogne du reste de l'Espagne.

L'effet sur Mariano Rajoy

Quelles pourraient être les conséquences de ces révélations sur le scrutin du 26 juin ? Les indépendantistes et l'alliance soutenue par Podemos en Catalogne, ont appelé à la démission de Jorge Fernández Díaz. Mais le PP est déjà excessivement affaibli en Catalogne. Le 20 décembre, il y a obtenu 11,12 % contre 20,12 % en 2011. Mais son électorat, en Catalogne comme dans le reste de l'Espagne, semble peu sensible aux affaires qui, déjà, abondent. Ceux qui y sont sensibles ont déjà abandonné le vote PP pour se réfugier notamment dans celui de Ciudadanos, autre parti de droite très opposé aux indépendantistes. Mais les trois principaux adversaires de Mariano Rajoy ont appelé à la démission du ministre de l'intérieur et pourraient vouloir utiliser l'affaire.  Du coup, c'est bien la position de Mariano Rajoy comme candidat à sa propre succession qui va en pâtir. Les autres partis devraient plus que jamais hésiter à maintenir à la Moncloa un président du gouvernement entaché de tant d'affaires douteuses.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/07/2017 à 17:50 :
ESPAGNE: LES EGOUTS DE LA DICTATURE SONT TOUJOURS ACTIFS En complément de votre article veuillez visionner le documentaire emis hier, 19/07/2017 sur les chaînes basque et catalane car le reste de chaînes et médias on décliné de le difuser ou commenter. Lien au documentaire soustitré en anglais: https://www.youtube.com/watch?v=YfxV712m57c
Lien au documentaire original en espagnol: https://www.youtube.com/watch?v=j6W58CnQQNs&spfreload=5
Comme par hazard des fois les liens ne marchent pas, il faut insister. Merci de diffondre.
a écrit le 22/06/2016 à 20:20 :
Au lieu de faire n'importe quoi, je suggère aux espagnols de rappeler que le FC Barcelone sera évidemment exclu du championnat d'Espagne en cas de sortie de la Catalogne de l'Espagne. Cela devrait en faire réfléchir quelques uns !
Réponse de le 23/06/2016 à 10:12 :
Quelle connerie de commentaire! Sincèrement resumer la possible indépendance à la permanence d'un club de foot (dont je suis socio) dans la ligue espagnole, ça en dit long sur la profondeur de votre pensée.
Réponse de le 23/06/2016 à 10:30 :
Excellent votre argument, vous êtes sérieux?
a écrit le 22/06/2016 à 19:17 :
Romaric Godin saute sur cette affaire, ( 5 heures après sa publication sur publico) il est par contre moins réactif lorsque le PP utilise les mêmes méthodes contre podemos. Dans ces cas là les indépendantistes Romaric en tête, emboitent les pas du PP, car comme le signale le journal indépendantiste Vilaweb (torchon nationaliste) PODEMOS est le pire ennemi des nationalistes.
Le PP est leur meilleur ennemi, n'est ce pas Romaric?
a écrit le 22/06/2016 à 17:38 :
Nous ne voluons pas être espagnols!!!! Vive La Catalogne!!!
a écrit le 22/06/2016 à 13:59 :
Patrick Balkany a encore été investi par Les républicains pour les prochaines législatives, s'il était espagnol ce serait la même chose. C'est pas moral mais c'est légal et c'est pour beucoup comme cela. C'est pas Union européenne mais Union bananière. Enfin, on a encore le droit de s'abstenir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :