Levée de boucliers contre la création du secteur optionnel

 |   |  301  mots
Copyright Reuters
Les mutuelles critiquent la forme de la solution trouvée par le gouvernement pour limiter les dépassements d'honoraires. UFC-Que choisir estime que cette mesure entraînera une augmentation du coût de l'accès aux soins.

Après la publication au Journal Officiel des décrets obligeant les complémentaires santé à rembourser des dépassements d'honoraires plafonnés, pratiqués par des médecins spécialistes de bloc opératoire, les réactions des mutuelles et des consommateurs ne se sont pas fait attendre.  La solution élaborée par le gouvernement, l?option de coordination est, déjà critiquée. Selon la Mutualité Française, celle-ci ne réglera en rien la problématique de l'accès aux soins pour les patients.

L'option de coordination n'a pas fait ses preuves

Au contraire, le renforcement de l'option de coordination créée en 2005 pérennise une solution inefficace car peu attractive pour les praticiens », estime la Mutualité dans un communiqué. En 2011, seuls 1 500 médecins adhéraient à l'option de coordination, dont moins de 400 parmi les chirurgiens, les anesthésistes et les gynécologues obstétriciens, des praticiens concernés par le nouveau décret.

« C'est trop peu pour que l'ensemble des patients voient les bénéfices de cette mesure et surtout pour encadrer efficacement les dépassements d'honoraires qui ne cessent d'augmenter », poursuit la Mutualité.
 

Les consommateurs s'inquiètent

Pour UFC-Que...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2012 à 7:42 :
ce gouvernement sont vraiment des rigolos eux ils ne touche pas 1000E par mois
faut ne pas etre pres du peuple qui rames pour faire de telle proposition sa finiras mal

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :