Le Free du courtage en ligne débarque à Paris

 |   |  583  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le britannique iDealing propose un an de transactions gratuites. Du jamais vu pour arracher de précieuses parts de marché.

La concurrence fait rage dans tous les secteurs d'activité. Après la révolution opérée par Free dans le domaine du mobile, d'autres protagonistes fourbissent leurs armes pour arracher des parts de marché en France. C'est le cas du courtier en ligne britannique iDealing qui arrive avec une offre promotionnelle bien alléchante : pendant un an, tous les clients pourront générer toutes les transactions qu'ils veulent sans aucun frais de courtage. A l'issue de cette période, le courtier entend offrir des prix très concurrentiels par rapport à l'offre française aujourd'hui trustée par le trio Boursorama (Société Générale), Cortal Consors (BNP Paribas) et Fortuneo (Crédit Mutuel).

Boursorama, Cortal et Fortuneo concentrent 50% de parts de marché

« Pour l'heure, ces trois courtiers concentrent 50% du marché français du courtage en ligne. Notre objectif est d'atteindre 4% de ce marché à un horizon assez rapide », lance Foster Bowman, directeur général d'iDealing. Le groupe a bien conscience des efforts financiers que cette offre de gratuité va imposer. Il est prêt à perdre de l'argent dans un premier temps. Il s'est fixé pour ambition d'être bénéficiaire d'ici à trois ans. La plateforme de ce broker sera disponible en France à partir de demain. Sachant que les éventuels appels des clients seront orientés vers un centre basé à Londres. Tous les produits de Bourse seront proposés, y compris les warrants, certificats ou CFD.

Politique stratégique agressive

La stratégie commerciale d'idealing est donc particulièrement agressive et traduit bien sa volonté d'entre par la grande porte sur le marché français. Sera-t-elle couronnée de succès ? Les trois leaders français ont l'avantage de pouvoir compter sur la clientèle réseau de leur actionnaire majoritaire. Même si ces courtiers doivent plutôt compter sur eux-mêmes, les banques traditionnelles ne faisant pas beaucoup de publicité pour leurs filiales qui viennent contrecarrer leur propre stratégie tarifaire de frais de Bourse. L'offre d'idealing est en tout cas un véritable pavé dans la marre de ces brokers qui vont devoir redoubler d'imagination pour empêcher une hémorragie de leurs clients. D'autant que les « aficionados » des courtiers en ligne sont beaucoup plus mobiles que les clients des banques traditionnelles, n'hésitant pas à changer d'établissements en fonction de leurs intérêts, quitte à être multibancarisés.

Quel appétit pour les produits boursiers ?

En arrivant aujourd'hui sur le marché français, idealing n'est pourtant pas sans prendre des risques. L'appétit actuel pour les produits boursiers n'est pas au beau fixe. Depuis le début de la crise des subprimes, les indices boursiers ont dégringolé, semant le doute dans les esprits des investisseurs particuliers. Les plus téméraires ont gardé leurs positions, préférant attendre des jours meilleurs. Les plus frileux ont vendus leurs lignes pour se positionner sur d'autres placements moins risqués. Du coup, les transactions sur cette classe d'actif a largement décru ces derniers mois. Comme en témoigne les volumes traités à la Bourse de Paris depuis plus d'un an, ceux-ci affichant des replis de 30 à 40%.
Cette conjoncture n'est donc pas de bon aloi pour le courtier en ligne qui fait ses choux gras des volumes traités quotidiennement. Pour autant, Foster Bowman se montre relativement optimiste, estimant que la crise est derrière nous et que la confiance devrait revenir petit à petit. Y compris sur les actions. Tous les acteurs boursiers ne demandent qu'à le croire.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2012 à 21:57 :
Les petits porteurs ne sont là que pour engraisser un peu plus les gros. Miam Miam.
a écrit le 23/03/2012 à 21:44 :
Cela va accentuer la concurrence dans le secteur du courtage en ligne.
a écrit le 23/03/2012 à 20:49 :
je resterais cher binck!
a écrit le 23/03/2012 à 15:08 :
Encore un attrape-cons ! S'ils ne prennent pas de "commissions", ils travaillent pour la gloire, peut-être :-) Ce qu'on voudrait savoir, c'est le piège qui sous-tend cette offre.
Réponse de le 26/03/2012 à 13:22 :
vous avez bien résumé l'offre de free ;-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :