Des "Hispanobonos" pour sauver les régions espagnoles

 |   |  363  mots
Mariano Rajoy, premier ministre espagnol. Copyright AFP
Mariano Rajoy, premier ministre espagnol. Copyright AFP
Vendredi, Madrid devrait annoncer le lancement d'emprunt commun à ses régions pour tenter de les financer à meilleur compte. 30 milliards d'euros pourraient être levés dès le mois de juin.

L'Espagne prévoit de s'inspirer des euro-obligations pour financer ses collectivités locales. Selon la presse du Royaume, le gouvernement de Mariano Rajoy devrait présenter dans les jours qui viennent un plan pour permettre à Madrid d'emprunter pour ses communautés autonomes, autrement dit pour ses régions. La somme levée sur les marchés à un taux supérieur sans doute à celui du Royaume sera ensuite prêtée aux régions. En tout, l'économie serait d'un milliard d'euros par an par rapport à une levée de fonds réalisée par les régions elles-mêmes. Ces bons sont appelés, de l'autre côté des Pyrénées, des « Hispanobonos ».

Le Trésor pilotera l'opération

Selon Reuters, le gouvernement central devrait présenter le mécanisme dès ce vendredi. Le Trésor espagnol sera chargé de l'émission et de la distribution de la dette. Pour éviter que cette émission commune n'incite les régions à relâcher leurs efforts, le Trésor sera chargé de poser des conditions strictes de contrôle des déficits et d'austérité pour toute participation à ce mécanisme. Reste à connaître le détail de ces conditions et à constater si elles sont suffisamment restrictives pour empêcher tout nouveau dérapage des régions espagnoles. Une des grandes critiques allemandes envers les euro-obligations réside dans le risque d'une incitation au laxisme budgétaire.

30 milliards d'euros dès juin ?

Reuters rapporte qu'une émission de 30 milliards d'euros d'Hispanobonos serait en préparation pour le mois de juin, ce qui est considérable... mais nécessaire. Des Communautés aussi importante pour l'économie espagnole que la Catalogne ou Valence ont en effet reconnu que, sans ce mécanisme, elles ne pourraient pas faire face à leurs obligations financières. Après s'être attaquée à sa crise bancaire, en particulier celle de Bankia, l'Espagne tente de résoudre le deuxième volet de ses problèmes financiers : les régions. Mais le danger demeure que le transfert partiel de l'emprunt des régions sur le gouvernement central ne touche finalement ce dernier. Et que le coût de sa dette ne s'alourdisse encore.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2012 à 10:06 :
La BCE vient de retoquer parait il le plan de sauvetage que le gouvernement espagnol voulait proposer pour Bankia. Celui ci consistait à renflouer cette banque en apportant des obligations d'Etat espagnol (Par qui? par l'Etat lui même - qui serait dans ce cas créteur de monnaie- ou par d'autres banques qui s'en sont goinfrées lors des LTRO - prêts à 3 ans aux banques- de la BCE, opérations de bar ouvert à volonté). Mais la BCE qui n'était déjà pas claire du tout sur ce type d'opérations, ou même sur d'autres comme le rachat de dette souveraine et surtout le rachat de dette souveraine pourrie comme la dette grecque sans décote, a vu l'énormité de la tarte à la crème qu'elle allait se prendre en plein g.....c'était l'arroseur arrosé.Rajoy a voulu se prendre pur DraghiTrichet, mais il n'est pas (encore) membre du board des Wizards Européens.
a écrit le 29/05/2012 à 21:04 :
Quelle inventivité, les régions ne peuvent plus emprunter, l'état ne peut plus emprunter alors il faut trouver autre chose, une voie médiane. L'ancien de GS doit regretter le temps où il était du "bon côté"
a écrit le 29/05/2012 à 20:45 :
le jour où quelqu'un veut t'emprunter du pognon pour honorer une promesse qu'il t'a jadisfaite..alors c'est que tu ne reverras jamais le pognon qu'il te doit déjà et qu'il honorera encore moins ca promesse....promesse=retraite,sécu,école etc....Jeune, barre de toi de cette europe qui honorera les promesses que les vieux se sont faits à eux meme avec le pognon que tu gagneras demain...toi, il te restera les yeux pour pleurer et la main pour faire la manche.
a écrit le 29/05/2012 à 19:44 :
Parce que vous croyez que les bonnes espagnoles vont résoudre la crise ? Non je vous le dis, c'est foutu

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :