L'Espagne devrait connaître un été de récession

 |   |  340  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La quatrième économie de la zone euro s'enfonce dans la récession. La contraction de l'économie se poursuivra au deuxième trimestre selon la Banque d'Espagne.

L'Espagne restera la tête sous l'eau au deuxième trimestre. La banque centrale du pays affirme, dans sa note conjoncturelle publiée ce mardi, que la contraction de l'économie se poursuivra au deuxième trimestre, confirmant ainsi les prévisions du gouvernement. Cette contraction s'était amorcée au premier trimestre de cette année, avec un recul du Produit intérieur brut (PIB) de 0,3%. L'Espagne avait pourtant réussi à sortir de la récession depuis deux ans. 

"D'après les données actuellement disponibles, l'activité devrait continuer de se contracter au deuxième trimestre", note l'organisme public dans son bulletin. Dans le détail, ce dernier précise que malgré une légère amélioration de la confiance des ménages ainsi que de celle des détaillants en avril, des indicateurs conjoncturels défavorables mènent à cette prévision négative pour l'économie ibère. C'est le cas par exemple des immatriculations de véhicules en baisse de 2% en avril (en données corrigées de variations saisonnières) et une chute des ventes de biens de consommation et de services ainsi que des ventes de détail de 3% en mars. A la même période, les exportations ont fléchi de 2,3% par rapport au mois de mars 2011, selon les chiffres fournis par les douanes.

Chômage, crise bancaire... 

Cette annonce intervient alors que le pays connaît un nombre de demandeurs d'emploi particulièrement élevé : près d'un actif sur quatre est au chômage en Espagne (23,3% soit 4,7 millions de personnes). Et cette situation touche surtout les jeunes avec presque un actif sur deux de moins de 25 ans au chômage.

Le pays connaît en outre une grave crise bancaire. Nationalisée partiellement, Bankia, quatrième établissement du pays, a demandé 19 milliards d'euros à l'Etat pour se renflouer. Et si le gouvernement de Mariano Rajoy refuse toute aide européenne, sa tentative de montage financier pour soutenir ses banques met en exergue les difficultés qu'il rencontre pour faire face à cette crise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2012 à 15:37 :
Vraiement, il y a une recession en Espagne !
Ah bin, je pensais pas
L.O.L !
Réponse de le 29/05/2012 à 16:24 :
Il paraîtrait même qu'il y aurait une crise économique mondiale. Pardon : systémique. Quand on entend ce qu'on voit et qu'on respire ce qu'on mange, on est bien content de penser comme la télé.
a écrit le 29/05/2012 à 14:31 :
Le troc revient à toute allure, vive l'euro vive l'Allemagne !
a écrit le 29/05/2012 à 13:25 :
Les espagnols devront vendre leurs entreprises à commencer par Repsol qui n'a d'ailleurs plus de pertinence dans son métier même. de nombreuses banques suivront et l'on guette le sort d'Iberdrola cible désignée d'ACS. Des usines automobiles devraient également fermer en nombre. Quant à la population elle commence à quitter le pays pour la part qui peut encore le faire.
Réponse de le 29/05/2012 à 15:38 :
Quitter les pays, quitter l espagne ???
Oui, mais pour aller ou ??
L amerique latine ?? est ce bien cela !
Réponse de le 29/05/2012 à 16:20 :
Les deux seuls pays encore à peu près en "forme" économique sont l'Australie et le Canada. Mais sachant qu'ils acceptent l'immigration au compte-goutte, c'est mal parti...
a écrit le 29/05/2012 à 12:48 :
sur le plan des principes économiques , vous avez parfaitement raison mais comme vous l'aviez rapporté (un peu trop brièvement) , la place de l'économie souterraine est de plus en plus importante. Elle couvre un tas de secteurs économiques, travaux de rénovation, équipement electro ménager, réparation et entretien de voitures même des soins dentaires ou d'opticiens sont rendus sans facture et payés de main à main, locations d'appartements pour les vacances non déclarées mais au vu et au su de tout le monde etc.etc. La crise telle que revue et corrigée par des mesures de ponctions fiscales entraîne de nombreuses fraudes, on peut qualifier cette situation d'anarchie fiscale.
Réponse de le 29/05/2012 à 16:47 :
L'anarchie ne provient pas de l'absence d'Etat mais de l'excès d'Etat.
a écrit le 29/05/2012 à 12:44 :
Le PIB officiel est en récession. Pas d'inquiétude : le vrai PIB, non déclaré, est lui en pleine forme.
Réponse de le 29/05/2012 à 16:22 :
Ouaich... Mais le travail au noir a ses limites, aussi. C'est pas comme le shadow-banking qui, lui, est protégé...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :