Le Portugal ne renonce pas à l'austérité et obtient un délai supplémentaire sur ses prêts

 |   |  290  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Le gouvernement portugais promet de nouvelles mesures pour compenser la censure de la cour constitutionnelle. L'Eurogroupe accorde une extension de sept ans de la maturité des prêts accordés à Lisbonne, une faveur dont avait déjà bénéficié Dublin.

Le gouvernement portugais multiplie les initiatives pour rassurer ses créanciers une semaine après l'invalidation du budget d'austérité par la cour constitutionnelle. "Nous travaillons pour trouver de nouvelles mesures qui auront une valeur équivalente", a dit Le Premier ministre, Pedro Passos Coelho, lors d'une conférence de presse avec son homologue finlandais, Jyrki Katainen, en visite au Portugal. "Nous allons anticiper des mesures prévues pour 2014", a-t-il ajouté.

Le gouvernement est à la recherche de 1,3 milliard d'euros d'économies, après la censure de la haute juridiction constitutionnelle. Il s'agit pour Lisbonne de respecter son engagement de ramener son déficit budgétaire à 5,5% du PIB en 2013. Le Premier ministre a annoncé des coupes de 600 millions d'euros dans les budgets de tous les ministères. Il a également rappelé son objectif de baisser de 4 milliards d'euros les dépenses publiques d'ici à 2015.

L'Eurogroupe étend la maturité des prêts

Le Portugal veut éviter un nouveau plan de sauvetage après celui de 78 milliards d'euros qui avait été consenti en mai 2011. Ce prêt vient d'ailleurs d'obtenir auprès des ministres des Finances de la zone euro, une extension de sept ans de sa maturité. Jeroen Dijsselbloem, président de l'Eurogroupe, s'est dit "rassuré par les autorités portugaises" sur le fait que les ajustements budgétaires demandés seraient effectués, malgré le rejet par la cour constitutionnelle du pays de certaines mesures d'économie. "Je m'attends à ce que les autorités, en consultation avec la troïka" des créanciers, "finalisent ces progrès dans les prochaines semaines", a-t-il dit. L'Irlande a également pu bénéficier de cette décision sur son prêt de 85 milliards obtenus auprès de l'Union européenne et du Fonds monétaire international.
 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/04/2013 à 9:10 :
Revenu de Base Universel pour tous ! Basic Incom !
a écrit le 13/04/2013 à 8:57 :
Donc, si tout va bien, l'Irlande et le Portugal rembourseront les deux plans de sauvetage en 2033.

Mais avec quel argent ?

Avec quel argent l'Irlande pourrait-elle rembourser sa dette ?

Et avec quel argent le Portugal pourrait-il rembourser sa dette ?

Troisième trimestre 2012 :

Dette publique du Portugal : 201,003 milliards d'euros, soit 120,3 % du PIB.

Dette publique de l'Irlande : 190,954 milliards d'euros, soit 117 % du PIB.

Et leur dette publique continue à augmenter.

Ces deux pays sont en faillite.

Et ces deux pays sont incapables de rembourser quoi que ce soit.
Réponse de le 13/04/2013 à 14:35 :
D'ici 2033 il y aura je l'espère un retour de la croissance, ce qui veut dire que les revenus fiscaux augmenterons et qu'ils permettrons à ces deux pays de baisser leur dette publique au alentour des 80%.
N'oublier pas que l'on ne demande pas à ce que chaque pays rembourse totalement sa dette, mais la réduise dans des proportions acceptable par ceux qui nous prête de l'argent.
Le problème c'est que nous n'avons même pas fait l'effort de baisser d'un milliard notre propre dette, or comme nous sommes une des locomotive de l'Union, nous ne sommes pas prêt de revoir le début de la croissance avant plusieurs années.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :