Matthieu Pigasse (Lazard) : "Aucune économie n'a jamais renoué avec la croissance par des politiques d'austérité."

 |   |  951  mots
Les élections municipales en France sont un coup de semonce à tous les politiques, de droite comme de gauche, estime Matthieu Pigasse, directeur général de Lazard en France. REUTERS.
Les élections municipales en France sont "un coup de semonce à tous les politiques, de droite comme de gauche", estime Matthieu Pigasse, directeur général de Lazard en France. REUTERS.
Dans un entretien à l'agence Reuters, Matthieu Pigasse, le patron de la banque Lazard en France, estime que le pays doit s'inspirer de la politique de relance menée par l'Italie.

Alors que le résultat, dimanche, des élections municipales pourrait conduire rapidement à un remaniement gouvernemental, Matthieu Pigasse, directeur général de la banque d'affaires Lazard en France, plaide, dans un entretien avec l'agence Reuters, pour une politique industrielle volontariste, qui permettrait à la France de rattraper son retard dans les secteurs d'avenir comme le numérique.

Dans un ouvrage récent, "Éloge de l'anormalité" - une allusion transparente au président "normal" que serait François Hollande -, le banquier de gauche se livre à un véritable réquisitoire contre les politiques d'austérité menées en Europe depuis la crise financière de 2008, dénonçant également le manque d'ambition réformatrice de la gauche au pouvoir et l'absence de courage de la classe politique française.

Priorité à une réforme en profondeur de l'Etat

Pour Matthieu Pigasse, également actionnaire du quotidien Le Monde et propriétaire du magazine culturel Les Inrockuptibles, l'heure est grave et des décisions urgentes doivent être prises, face à une France repliée sur elle-même, plongée dans une triple crise politique, économique et sociale, qui se traduit par une montée de l'extrémisme politique et par un développement du fanatisme religieux et du communautarisme. "Ces élections sont l'expression d'une colère, face à la gravité de la situation et à la violence de la montée du chômage et des inégalités. C'est aussi l'expression d'un rejet et d'une frustration, face à la perception que le politique est incapable d'agir ou de réagir", déclare-t-il à Reuters.

"C'est un coup de semonce à tous les politiques, de droite comme de gauche. C'est un 'wake-up call'", ajoute-t-il. "Nous sommes à un moment de danger pour la démocratie." Selon lui, la priorité doit être donnée à une réforme en profondeur de l'Etat -, réforme qui passerait notamment par une réduction du millefeuille administratif et par la disparition des départements -, à une poursuite de l'intégration européenne - marquée par la mutualisation des dettes et une solidarité budgétaire - et à une réhabilitation de l'entreprise, en favorisant le risque plutôt que la rente.

S'inspirer de la politique de relance de l'Italie

Selon lui, la France devrait s'inspirer des premières réformes lancées par le nouveau Président du conseil italien, Matteo Renzi, qui a annoncé un vaste plan de relance de plusieurs dizaines de milliards d'euros, s'affranchissant ainsi des critères européens en matière de déficits publics.

"Nous continuons de mener en Europe des politiques d'austérité dont nous savons qu'elles sont mortifères. Nous le voyons à nos portes. En Grèce, la politique d'austérité a conduit à la dislocation de la société grecque, à l'explosion d'un chômage insupportable, à un effondrement du pouvoir d'achat et à une explosion des inégalités, de la pauvreté et de la précarité"

, ajoute le directeur général de Lazard France, qui a conseillé le gouvernement grec au plus fort de la crise européenne de la dette souveraine.

"En Italie, vous avez un Premier ministre, Matteo Renzi, qui a décidé d'un coup de renverser la table, de casser les dogmes qui prévalaient jusqu'à maintenant, et qui s'est libéré des contraintes", observe-t-il. "A rebours de ce qu'exigent les politiques européennes, il a lancé un plan de relance de près de 90 milliards d'euros. Il a ce courage incroyable d'agir, au lieu de rester hébété comme un lapin pris dans les phares d'une voiture."

Un grand programme de soutien à l'innovation

Même s'il juge que le pacte de responsabilité annoncé en janvier dernier par François Hollande va dans la bonne direction, Matthieu Pigasse en dénonce le flou sur les modalités de la réduction des dépenses publiques et des allégements de cotisation des entreprises, ainsi que sa lenteur d'exécution. "Aucune économie n'a jamais renoué avec la croissance par des politiques d'austérité. Il faut adresser un signal de relance, en abaissant les charges des entreprises, par l'impôt sur les sociétés, et en redistribuant du pouvoir d'achat aux ménages", insiste le patron de Lazard en France.

"Il faut aussi lancer un grand programme de soutien de l'innovation", estime Matthieu Pigasse. "Pour le financer, outre une baisse ciblée des dépenses publiques improductives, il faut céder des titres de participations publiques cotées. Il faut le faire sans tabou", dit encore celui qui fut à Bercy conseiller technique au cabinet de Dominique Strauss-Kahn et directeur adjoint du cabinet de Laurent Fabius.

"Il n'y a pas aujourd'hui de différence dans l'exercice du contrôle entre détenir 80%, 67% ou même 51% du capital d'une entreprise. Il existe donc des marges de manoeuvre dans de nombreuses entreprises publiques pour réduire le poids de l'Etat sans qu'il perde en influence."

"Se priver du gaz de schiste, une hérésie"

L'Etat a cédé l'an dernier une participation de quelque 3% dans Safran et 9,5% d'Aéroports de Paris. Mais pour le patron de Lazard, le gouvernement doit aller plus loin. "Il faut frapper vite et fort. Il est possible de céder jusqu'à 20 milliards et de les destiner en totalité à l'innovation."

Selon lui, la France a aussi tort de refuser l'exploration du gaz de schiste vivement dénoncée par les défenseurs de l'environnement. Ces derniers ont finalement obtenu gain de cause en octobre dernier après la validation du Conseil constitutionnel de la loi interdisant l'exploration et l'exploitation du gaz de schiste par la technique de la fracturation hydraulique en France. "Je pense que c'est une erreur historique, c'est une hérésie de se priver de cette ressource", s'agace Matthieu Pigasse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/04/2014 à 2:14 :
bonjour ,
je partage entièrement l'état d’anormalité de Matthieu . §J'ai moi même créé une communauté au sein de mon entreprise mettant en relation plusieurs personnes de toutes entités parlant sur tous les sujets autour et alentour du système d'information. J'ai commencé à créer un pont entre l'université et les écoles (Paris I IAE, ENS et ensuite CNAM, Centrale, X,,,) j' aimerais bien avoir un encouragement une aide pour généraliser ce dispositif de "friction" cérébrale qui fait ô combien de bien malgré les coups morales que je subis de la part de certains collègues et Managers qui préfèrent me voir dans mon coin à serrer les boulons comme dans les temps modernes. Si quelqu'un pouvait me mettre en relation avec Matthieu (j'offre un café) cela sera bien. On commence par une poignée d'hommes et de femmes surtout de bonne volonté car après tout, toutes les grandes aventures ont commencé comme ça (La création des États unis ,...) A suivre surement.... que des Roosevelt a Lincoln de Gaulle
a écrit le 09/04/2014 à 15:32 :
et les Anglais qui vont afficher la plus forte croissance des pays riches en 2014 ils ont fait comment ?
a écrit le 07/04/2014 à 8:39 :
et les Allemands ils ont fait quoi, si ce n'est renouer avec la croissance par une politique d'austérité?
a écrit le 06/04/2014 à 8:49 :
Gaz de schiste => "c'est une hérésie de se priver de cette ressource", c'est une hérésie de dire une telle absurdité ! Ce genre de reflexion de pingouin spéculateur usurié met en danger le bien le plus précieux que nous avons, à savoir l'eau. Allons nous mettre en danger notre aprovisionnement en eau à cause du "gaz de shit" sous prétexte qu'il faut faire du pognon pour ses copains milliardaires ! Mais pour qui travaille cet homme, pour Dark Vador?
a écrit le 02/04/2014 à 14:35 :
...le budget 2013, déjà
a écrit le 02/04/2014 à 14:33 :
comment tu boucles le budget, toto ?
a écrit le 01/04/2014 à 18:47 :
Jamais un état non maitre de sa monnaie n a créée de croissance sociale.
a écrit le 01/04/2014 à 6:33 :
Il est drôle de voir des personnes comme Pigasse donner des leçons, sachant que les idées euro-mondialistes qu'il défend, sont justement la cause des problèmes de notre pays du fait de l'abandon des pouvoirs de nos politiques au profit de la technocratie.
a écrit le 31/03/2014 à 13:38 :
Pigasse a raison et d'ailleurs le prix Nobel Stiglitz ne dit pas autre chose. En effet, l'austérité mène à la ruine et on commence déjà à le constater avec un taux d'inflation très faible dans la zone Euro. Cependant, il oublie de parler d'un sujet très préoccupant qui est justement la monnaie : la force de l'Euro annihile tous les efforts que l'on peut faire et s'en dégager est la priorité absolue.
Réponse de le 31/03/2014 à 19:19 :
Mais non Pigasse est au contraire favorable à l'Europe et à l'euro, il l'a encore rappelé l'autre jour sur Antenne 2 et sur ce plan il a raison. L'Europe doit être forte et la monnaie n'est pas la cause principale de nos problèmes. Sinon que dirions nous des monnaies ultra dévaluées actuellement qui n'empêchent par certains pays de couler comme l'Ukraine, le Vénézuela, l'Argentine etc. La propagande du FN anti-Europe est de plus en plus basique !
Réponse de le 02/04/2014 à 0:40 :
Excellente idée!
Surtout ne touchons pas aux déficits, et aggravons les encore un peu, histoire de ne pas faire d'austérité et de "relancer" la machine.
Et quand la dette sera à 150% du PIB, montons sur nos ergots, et blâmons la finance internationale...
Le problème, c'est que ce jour là, la dette française traitera à 50% du pair...
a écrit le 31/03/2014 à 12:48 :
Allons allons M Pigasse vous savez mieux que quiconque qu'une politique d'austérité n'a pas vocation à durer et dés qu'une amelioration de la croissance serra là ,l'état réinjectera tout ou parti de ce surplus dans l'économie.Il faut d'abord redresser les finances de l'état sans lesquelles rien n'est possible.Ce n'est pas un état exsangue financierement qui pourra aider l'économie française à redemarer .En Europe droite et gauche confondues menent peu ou prou la meme politique de redressement des finances publiques y compris pour les droites en tapant severement sur les regimes sociaux .Vous relançez comment avec quel argent !Vous empruntez ? Vous allez arroser du sable et je doute fort que les investisseurs nous pretent aux taux actuels ,rien ne dit que les deficits baisseront donc la dette ne pourra que croitre .Ils risquent de demander une prime de risque substantielle .Si une autre politique était possible ça se saurait et comme l'a dit Mitterrand en son temps ----contre le chomage on a tout essayé ----- Bien sur il y a encore une election il faut pas desesperer les gens en leur disant qu'il n'y a pas de politique de rechange ,ils pourraient se tourner vers les extremes.
a écrit le 31/03/2014 à 12:30 :
Ce monsieur est spécialisé dans le rachat d'entreprise, ce qui ne lui donne aucune compétence économique particulière. Par ailleurs, son positionnement de gauche est rigolo. On ne voit pas très bien en quoi il est de gauche (peut-être le fait de se faire payer à New York?...)
a écrit le 31/03/2014 à 11:56 :
Bonaparte : "Les financiers n'ont pas de patriotisme, leur objectif : c'est le gain..."
a écrit le 31/03/2014 à 10:14 :
Quelle confusion toujours entre les finances publiques et les finances privées. Comme si l'investissement public profitait aux entreprises alors qu'elle ne leur coûte en impôts et taxes!!! Aucune économie n'a renoué avec la croissance avec des politiques d'austérité? Euh, l'Irlande alors, l'Irlande n'a-t-elle pas drastiquement baissé le salaire de ses fonctionnaires? Et la Grande Bretagne? La Grande Bretagne n'a-t-elle pas commencé par donner un grand tour de vis budgétaire? Et Monsieur Pigasse, lorsqu'il argumente son soutien à l'innovation, ne pointe-t-il pas lui aussi le besoin d'alléger les dépenses publiques? A la différence qu'il veut le beurre et l'argent du beurre: baisse des charges sur les entreprises, mais sans toucher au douillet conservatisme des fonctionnaires. C'est que le métier d'une banque est de prêter de l'argent, et il n'y a pas de situation plus positive que l'obligation d'un pays d'emprunter plus en ayant toujours assez de compétitivité pour rembourser...
a écrit le 31/03/2014 à 9:52 :
Et c'est un oligarque, dévoré par la cupidité et qui achètent les médias et les élections et comme les 85 autres qui possèdent la moitié de la fortune mondiale. Banquier de surcroît qui va vous dire comment résoudre les problèmes dont ils sont en grande partie responsable..Il ferait mieux de raser les murs à la place de venir écrire des tribunes !
a écrit le 31/03/2014 à 9:36 :
Il est illusoire d'espérer une mutualisation des dettes à l'échelle européenne tant que chaque pays voudra jouer sa carte nationale !
Il faut aussi comprendre que la "justice sociale " qu'attendent les Français c'est une augmentation du pouvoir d'achat de tous les salariés plutôt que plus d'assistanat !
Actuellement nombre de chômeurs n'ont aucune incitation à retrouver un travail!
a écrit le 31/03/2014 à 8:43 :
Un Banquier qui vous expliques qu'il faut dépenser (donc emprunter) pour rebondir !!! hahahaha il n'y a vraiment que des abrutis pour ne pas voir la supercherie.
Réponse de le 23/12/2014 à 14:49 :
Tu ne connais visiblement pas beaucoup la maison Lazard, qui n'a pas de bilan et par conséquent ne fait aucun prêts aux ménages ou entreprises.
a écrit le 31/03/2014 à 5:42 :
Juliette croit encore aux banquiers. Les banquiers ne sont les meilleurs places pour nous donner des lecons, la crise de 2008 a ete causee par les banquiers dont certains ont ete ruines. Ou etait Pigasse lorsque la crise de 2008 pointait son nez ?!!
a écrit le 30/03/2014 à 18:45 :
Je vois en lisant tous les commentaires que le posteur de base de La Tribune est un expert dans la finance. "Il n'y a qu'à", "il faut que", "n'importe quoi" et autre blablabla. Moi aussi, depuis le café du coin (ou mon ordinateur), je donne des leçons d'économie aux banquiers. Ce que je fais dans la vie "réelle" ? Heu, pourquoi cette question ? J'ai le droit de dire ce que je pense non (surtout quand je fais des raccourcis grotesques et des leçons que je devrais prendre moi même). Allez les "experts", continuez de poster, vous êtes tous sûrement bien plus au fait que Pigasse... ou pas /soupir
Réponse de le 30/03/2014 à 19:16 :
Merci juliette de nous accorder ta bienveillante approbation. Les personnes qui s'expriment sur ce forum sont aussi celles qui votent... et user de sa liberté d'expression est un des rares privilège qui nous reste encore, avant que celle-ci nous soit interdite progressivement au titre d'une incompétence comme tu le suggère.
Réponse de le 31/03/2014 à 1:49 :
@@juliette: Exprimez vous, c'est parfait. Je vote moi aussi, et j'utilise cette même liberté d'expression. Mais s'exprimer, ce n'est pas forcement dire des choses pertinentes. Et merci pour le "liberté d'expression(...) l'un des rares privilèges qu'il nous reste encore, avant que celle-ci nous soit interdite progressivement", ça pose tout de suite mieux votre vision - avec un petit côté Germinal en bonus. La France du 21e siècle serait un endroit où l'on perd petit à petit nos libertés. Si on n'est pas dans la caricature, franchement... Chacun son point de vue, je suppose.
Réponse de le 31/03/2014 à 11:01 :
Je suis assez d'accord avec vous Juliette, je ne commente d'habitude jamais les articles mais j'ai pour habitude de lire les commentaires, et je suis souvent atterré par l'obscurantisme et l'ignorance de beaucoup. Nous sommes dans un pays libre, pas en dictature, et un banquier d'affaires est évidemment plus crédible et compétent pour parler de finances publiques et de macroéconomie que le citoyen lambda, sans parler du commentateur moyen de La Tribune. Cela ne veut pas dire qu'il a raison.

Il est important de rappeler certaines évidences parfois...
Réponse de le 31/03/2014 à 12:44 :
@juliette / Vincent: vos commentaires sont inquiétants: vous pensez que les écrits de M Pigasse auraient une certaine validité grâce a sa fonction! Je pense que les commentaires très critiques à ses écrits sont très bien argumentés dans beaucoup de post. Vous, par contre, vous n'argumentez pas. D'autres également s'appuient sur des ouvrages (sapir) ou des prix nobels (Stiglitz, Krugmann). C'est triste que vous n'acceptez qu'un argument provenant d'une autorité professionnelle, un "Nobel" un livre, sans que vous connaissiez les autorités de ceux qui ont répondu à un article qui ne mérite que des critiques les plus sévères.
Réponse de le 31/03/2014 à 16:12 :
Juliette Les blogueurs (et les autres) c'est simplement ceux à qui on va présenter l'addition,elle va être copieuse.Excusez nous de parler économie.Le prochain coup qu'ils
ont des bons coups économiques à faire,qu'ils nous oublient pas les banquiers,c'est nous qui les remettons en selle à chaque fois.
Réponse de le 31/03/2014 à 20:08 :
@Juliette : on ne peut pas dire que des choses pertinentes : a) c'est très relatif : on est pertinent par rapport à qqchose qui n'est pas forcément une vérité absolue, qui d'ailleurs n'existe pas, b) un peu d'impertinence, dans un monde où tout ce qui n'est pas convenu est inconvenant, çà ne peut pas faire de mal. Na!
Réponse de le 01/04/2014 à 10:47 :
Censurer les personnes "incompétentes", c'est de la dictature. Ces personnes "compétentes" que vous défendez nous on mené droit deux guerres mondiales et la la crise : elles sont surtout compétentes pour spolier les autres...
a écrit le 30/03/2014 à 18:36 :
Ben alors Pigasse, fallait se mettre dans le camp de Sarko, et pas dans celui de Hollande !! Facile 2 ans après de commencer à retourner sa veste !!! On sent le vent tourner ?
a écrit le 30/03/2014 à 17:50 :
Et les 40 ans de relance, c'est de la croissance?
Réponse de le 30/03/2014 à 23:34 :
Alors encore un peu de keynésianisme, histoire de creuser un peu plus tous les déficits... Ce seront les riches qui paieront (bien sûr) !
Réponse de le 31/03/2014 à 0:17 :
Pas un problème binaire socialiste etc essayez de prendre un peu de hauteur si vous pouvez
Réponse de le 31/03/2014 à 6:17 :
C'est sidérant de voir qu'il existe encore des gens pour penser qu'il existe une différence entre PS et UMP. Hollande et Sarkozy sont des employés de banque.
a écrit le 30/03/2014 à 17:02 :
L'objectif réel de l'austérité est avant tout la baisse des salaires, dont l'accroissement de la compétitivité est le prétexte. L'innovation existe déjà dans nos laboratoires, il n'y aura plus qu'à l'industrialiser quand les marges en france seront favorables. Exemple : Une entreprise Française est leader mondial dans les batteries au lithium pour le spatial, le militaire, l'aéronautique, mais les industrialisent à l'étranger. C'est pareil pour les technologies haut-débit : fusion franco-américaine avec suppression d'emploi en France... L'austérité a un but : mettre le système social français a genoux, et cela est en train de se faire progressivement.
Réponse de le 30/03/2014 à 17:55 :
Une entreprise Française, avez vous dit? Avez vous vérifier qui possède ses capitaux?Vérifiez et concluez vous même où se situe le centre de décision.
a écrit le 30/03/2014 à 14:55 :
Mr Pigasse est encore loin du compte : a) de quelle austérité parle-t-il, quand on voit la gabegie des gestions publiques en France ? b) l'austérité proclamée, c'est le masque de la déflation, déflation sciemment entretenue pour défendre les rentes et les rentiers : retraités, fonctionnaires et super riches, bref, la nouvelle sainte alliance des nantis, dont il fait éventuellement partie.
a écrit le 30/03/2014 à 13:18 :
tout le monde a oublié l'état de délabrement extreme de la france au sortir de 10 ans de droite...hollande n'a pas été suffisamment pédagogue, n'a pas déssiné de cap, a fait plusieurs coups fiscaux qui ont donné l'impression d'un matraquage au lieu d'une grande réforme basée sur des critères de justice..il a tout fait à l'envers et en paie le prix...les couacs et les affaires personnelles sont venus pollués le message politique...
a écrit le 30/03/2014 à 13:15 :
pigasse enfonce des portes ouvertes et est décevant...tout ce qu'il dit est fait déja et s'est fracassé sur la réalité...AUCUNE VALEUR AJOUTEE
a écrit le 30/03/2014 à 12:04 :
Il est des banquiers qui devraient comprendre que l'Histoire, ce n'est pas l'immédiat et la projection jusqu'à demain! Monsieur Pigasse a déjà oublié les quelques événements climatiques extrêmes de l'année, la hausse constante de la température et la conférence de Paris sur le climat en 2015. Il veut des gaz de schiste? Pour les brûler et accroître nos émissions de gaz à effet de serre? Et l'innovation, dans son esprit, ce ne peut pas être une économie décarbonée et plus sobre en énergie? S'il vise un maroquin, il devrait laisser aller son imagination au-delà des réalités évidentes et penser l'avenir à un peu plus loin que J+1...
Réponse de le 30/03/2014 à 12:23 :
je n aurais pas dit mieux ,bravos???
a écrit le 30/03/2014 à 11:24 :
Il ne faut pas se faire d'illusion, s'il sort du bois maintenant avec son bouquin, ce n'est rien d'autre que de l'action politique pour essayer de poser son séant pendant la séance de chaises musicales qui s'annonce.
Réponse de le 30/03/2014 à 11:46 :
Quand le philosophe montre la lune du doigt, l'âne du village regarde le doigt
a écrit le 30/03/2014 à 10:25 :
De quelle austérité parle-t-on? Il n'y a pas du tout de réduction de dépenses. Surtout pas d’économies dans les administrations. Avez-vous entendu quelque chose comme baisse du revenu des fonctionnaires? Ou réduction drastique de leur nombre et privilèges? Et d'un autre cote, emprunter tous les ans des dizaines de milliards pour payer de retraites que le pays ne se permets plus.... et en même temps endetter nos enfants toujours plus.....
Réponse de le 30/03/2014 à 16:21 :
Comme toujours en France, l'austérité n'existe que pour les exclus, les chômeurs de tous âges. Les autres (public et privé confondus) continuent à vivre comme à l'accoutumée. Je suis ingénieur confirmé dans une grande entreprise et je peux vous dire que la crise ne se voit que très peu sur les fiches de paie. On continue à appliquer la variable d'ajustement qu'est la réduction des postes, c.à.d à créer moins de postes donc plus de chômeurs.
a écrit le 30/03/2014 à 8:49 :
austerité non mais economies OUI en commencant par montrer l'exemple sur le nombre et les priviléges des élus
Réponse de le 30/03/2014 à 9:54 :
Certes, ce serait utile mais votre commentaire est totalement décalé car vous semblez complètement ignorer que l'appauvrissement de nos économies résulte avant tout de la concentration financière qui enrichit les banquiers, dont M. Pigasse est bon serviteur.
a écrit le 30/03/2014 à 8:21 :
les banquiers de gauche sont comme tous les banquiers : ils n'aiment pas l'austérité. Ils ont besoin que notre argent tourne afin de spéculer avec et fournir de gros dividendes à leurs actionnaires
a écrit le 30/03/2014 à 1:43 :
Ah... si seulement on pouvait pousser un peu à la roue pour obtenir un QE ici aussi...
Car prétendre parler d'austérité par les temps qui courent est un non sens. Nous n'avons rien entrepris de sérieux quant aux dépenses. Il n'y a pas d'austérité. Allez voir ce qui s'est passé en Grèce ou en Espagne. Là vous comprendrez.
Réponse de le 30/03/2014 à 9:55 :
Et vous proposez de nous inspirer de la Grèce et de l'Espagne?
Réponse de le 30/03/2014 à 12:36 :
Ce que comprends de ce commentaire est qu'il dit que le soit-disant "austérité" en Grèce et en Espagne n'en est aucune.

A mon avis : Il y a une austérité pour les pauvres et la classe moyenne mais la politique corrupte continue de fleurir au moins en Grèce. En France il n'y a pas vraiement une austérité. Ou avez vous vu le nombre des fonctionnaires baisser ?
a écrit le 29/03/2014 à 22:34 :
C'est une méconnaissance des problèmes énergétiques en France de dire qu'il faut exploiter le gaz de schiste car ce qui a freiné la diversification 1) vers d'autres énergies qui sont désormais pour la plupart compétitives, 2) vers l'efficacité énergétique qui permet des gains rapides et avec les moindres coûts, 3) vers une extension des réseaux (avant d'en arriver au stockage etc) : c'est entre autres la culture et le lobby nucléaire en France associé à des politiques inadéquates dans les autres énergies et des différences de choix avec nos voisins européens (tous les rapports le démontrent). Donc pourquoi aller chercher le gaz de schiste alors que l'on n'a pas atteint une efficacité énergétique suffisante, que l'on exploite même pas correctement et assez le biogaz, la biomasse, les réseaux de chaleur etc que l'on a à peine démarré la transition énergétique etc. contrairement à nos amis scandinaves qui ont démarré lentement mais sans relâche depuis les crises du pétrole des années 70 et qui sont nettement moins dépendants. Le gaz de schiste n'apparaît de plus pas la priorité puisqu'économiquement il est démontré que l'on a pas le même bilan qu'aux Etats-Unis et que les risques sont plus élevés en France avec la densité des nappes phréatiques et de populations. C'est un très mauvais signal aussi dès lors que l'on organise la conférence sur le climat en 2015 et qu'il faudrait enfin qu'il y ait des progrès. Le pétrole de schiste obtenu par ailleurs a et aura des applications à bien plus hautes valeurs ajoutées et parfois incontournables dans l'avenir, y compris recyclables, que la combustion qui le perdent définitivement avec un mauvais rendement. En outre le prix du gaz au plan international n'est pas dans sa période où il est très élevé et son exploitation défavorise chaque fois la diversification vers des sources d'énergies nettement moins polluantes et DEFINITIVES. J'aime bien la famille Pigasse pour en avoir connu plusieurs membres mais il faut arrêter de vouloir donner des conseils tous azimuts même sur les sujets que l'on ne maîtrise pas, en pensant que l'on détient la vérité et que les autres sont des cornichons ! Que Mathieu Pigasse occupe une fonction dans un ministère et l'on pourra le juger dans la pratique (mais pas au ministère de l'énergie svp ! ;o)))
Réponse de le 30/03/2014 à 8:38 :
Donc, si je vous lis bien, vous pensez détenir la vérité en transition énergétique. Celà ne vous met il pas d'office dans le clan des donneurs de conseils tous azimuts ?
Réponse de le 30/03/2014 à 13:48 :
N'est-ce pas faire preuve d'obscurantisme que de refuser même les recherches sur le gaz de schiste ??
Réponse de le 30/03/2014 à 13:54 :
Halte au nucléaire qui tue, Halte au charbon qui pollue, Halte au gaz qui nous rend dépendant de Poutine, Halte aux éoliennes, trop bruyantes, Halte aux panneaux solaires qui défigurent nos paysages et sont onéreux en terres rares, Halte à l'énergie hydraulique qui englouti trop de surfaces, Halte à l'énergie marémotrice qui ensable nos estuaires, Halte à l'hydrolien qui bouleverse les poissons, Halte à l'énergie tout court !! Heu... C'est ca, la politique voulue par les verts ??
Réponse de le 31/03/2014 à 0:16 :
1) Je cite des rapports très précis sur ce sujet que vous pouvez étudier, pas un point vue juste personnel et ils vont tous dans le même sens, ce n'est pas du lobbying politique basique incompétent et binaire de certains ici 2) les recherches sur le gaz de schiste évoluent mais ce n'est pas le problème, il coûtera toujours plus en France notamment, polluera toujours, restera risqué en particulier pour les raisons précitées, il y a de meilleures solutions qui ne sont pas limités dans le temps. De plus les fonds qui vont vers le gaz de schiste ne vont pas vers les solutions plus optimales voir Etats-Unis 3) @ pseudo Eelv : j'essaie de résumer les conclusions de centres de R&D très en pointe qui ont publié des rapports sur ce sujet et vous écrivez des âneries extrêmes, c'est déplorable de n'avoir à ce point aucun argument et d'être totalement creux, vous êtes une borné de la politique sans intérêt donc.
Réponse de le 31/03/2014 à 8:14 :
C'est effectivement l'énergie qui est la base de notre développement et qui doit être à la base de notre salut. Bravo.
a écrit le 29/03/2014 à 18:42 :
Je l'ai vu sur France 2 et il a réussi à bien énerver M Sapin. Bel exploit, car la hausse ininterrompue du chômage n'a pas l'air visiblement perturber le ministre actuel du travail, dont l'épouse est allé consoler l'ex first lady aux Seychelles ou à Maurice.

Pour moi il est l'envoyé de DSK, venu envoyer des scuds au gouvernement actuel et au Président. J'aime bien son côté gauche libéral assumé. À si Dominique avait su se (re)tenir...

Le seul reproche que l'on peut faire à M Pigassep, ce sont ses conseils auprès de la Grèce.
Réponse de le 29/03/2014 à 22:41 :
Je trouve que Sapin a bien répondu également en signalant qu'il fallait à la fois répondre à des demandes de très court terme avec des gens inquiets pour leur situation et avoir une vision de long terme tout en faisant de la politique (syndicats, partenaires etc afin d'être soutenu car on a des opposants quotidiens et pas toujours des malins comme à l'Ump et au FN !). Si Mathieu Pigasse était ministre il se heurterait, comme beaucoup issus de la société civile auparavant, à des blocages, manifestations, réactions des syndicats etc. C'est toujours facile de critiquer quand on n'est pas en fonction et je pense qu'il faudrait le prendre au mot et lui donner une fonction dans un ministère, on pourra ainsi juger. Quant à Renzi en Italie il n'a encore pas fait grand chose donc il est sympa mais attendons de voir le bilan et la fin de l'histoire. C'était comme Abe au Japon, voir à présent l'endettement et le ralentissement.
a écrit le 29/03/2014 à 18:42 :
les banquiers sont déjà en grande partie responsable de la crise
a écrit le 29/03/2014 à 18:17 :
A quand un petit article sur le deal fiscal dont bénéficient les associés de Lazard frères.
Deal passé avec Bercy à l'époque de Sarkozy...
J'adore me prendre des leçons d'économie de la part de gens qui sont des privilégiés fiscaux...
Réponse de le 30/03/2014 à 18:41 :
On peut bénéficier de privilèges fiscaux et être un bon économiste, il n'y a aucun lien.
Réponse de le 30/03/2014 à 23:35 :
Bien sur, sauf que l'on se tait, et qu'on ne vient pas trop l'ouvrir.
Ca s'appelle l'honnèteté, mais c'est pas ça qui l'étouffe...
Quant aux arguments du "bon économiste", ils n'ont aucun sens, la preuve par le Canada, la Scandinavie, Hong Kong...
Lorsque vous dépensez plus que ce que vous gagnez, la première chose à faire, c'est de dépenser moins, tout le reste c'est du pipeau...
Réponse de le 31/03/2014 à 1:52 :
@Miloo: "sauf que l'on se tait (...) Ca s'appelle l'honnèteté".
L'honnêteté, c'est se taire ? Désolé, je vous ai perdu à la première phrase, là. Ça doit être trop subtil pour moi...
Réponse de le 02/04/2014 à 0:35 :
OK, désolé de ne pas avoir été clair.
Vous trouvez normal qu'un type qui bénéficie d'un deal fiscal taillé sur mesure pour lui et ses 10 collègues de Lazard vienne nous donner des leçons de bonne gouvernance économique?
Quelqu'un qui devrait participer à l'effort, mais qui a joué des coudes pour se défiler?
Ce qui me choque, c'est que ce personnage vienne nous donner des leçons pour la France.
Un peu comme si Cahuzac nous parlait des solutions pour réduire le déficit.
a écrit le 29/03/2014 à 17:46 :
Le gouvernement serait bien inspire de confier quelques mandats a la banque Lazard afin d'obtenir le silence de M. Pigasse.
Celui-ci etait interviewe cette semaine sur Europe 1. Apres avoir dit tout le mal qu'il pensait de M. Hollande, il a explique qu'on pouvait faire des economies en supprimant des collectivites locales. Le journaliste lui a objecte que l'on avait essaye en Alasace mais que les alsaciens s'y etait oppose par referendum. M. Pigasse a alors repondu qu'il regrettait le choix des alasaciens et que selon lui il aurait mieux fallu ne pas faire de referendum ....
Belle opinion de la democratie .....
Réponse de le 29/03/2014 à 23:36 :
Dans un état en faillite, réformer le mille feuille territoriale est juste évident hein. C'est bien beau de créer des échelons mais il faut en supprimer d'autres. Pas besoin de la population pour décider de regrouper ou fusionner, il faut faire preuve de pragmatisme et de bon sens vu la gravité de la situation.
Réponse de le 30/03/2014 à 9:51 :
Visiblement, vous n'avez pas compris le commentaire de Pepe12 qui ne portait pas sur la pertinence d'une simplification du mille-feuille administratif.
a écrit le 29/03/2014 à 17:26 :
Intéressant, mais comment peut-on faire une tribune à un guss qui a investi dans Libération, véritable outil de manipulation des masses, pendant des années, au bénéfice d'une gauche radicale (celle qui a tant abîmé le pays) ?
Comment peut-on faire tribune ... à un banquier ? N'avons-nous pas suffisamment d'entrepreneurs de qualité dans ce pays ?
Comment peut-on faire tribune à un type qui recommande une politique d'accroissement de notre démographie ? Ce Monsieur ne voit l'économie qu'au travers de théories obsolètes modélisées via Excel. La France n'aura jamais la population de l'Inde, de la Chine, du Brésil ou du Nigéria. Notre force et notre avenir c'est notre capital immatériel. Il s'agit de préserver nos paysages, nos terroirs, nos cultures ... et pas de construire toujours plus de logements sociaux.

Signé "un entrepreneur" (qui crée des emplois, lui, n'a pas fait l'ENA et aimerait bien aussi avoir tribune pour exprimer un avis "différent" mais certainement largement partagé)
Réponse de le 29/03/2014 à 18:30 :
Pire. M Pigasse, avec ses associés M Bergé (ex YSL) et M Niel (Iliad), ont le quotidien Le Monde et viennent de reprendre Le Nouvel Obs. Ils ont tous les trois des vues sur Libé mais laissent la cacophonie actuelle se décanter. Par contre je crois qu'il a repris seul les Inrocks.
a écrit le 29/03/2014 à 17:07 :
Après M.Macron qui n'a plus aucun écho médiatique,tant la chape Elysée est lourde,voici venir M.Pigasse,qui avec bon sens annonce des axes de réflexions,lesquels sont déjà controversés par des gens style brèves de comptoir.
voilà la France et son état d'esprit,qui anéanti tout es envies d'entreprendre,d'où les 7 à 8 millions de chômeurs et de précaires.
a qui la Faute???
a écrit le 29/03/2014 à 13:54 :
Looooool. Encore un qui croit qu'un relance sera le salut pour une croissance durable. Au mieux un relance peut donner un peu de croissance qui s'effondrai dès que la relance s'arrête. Alors il faudrait relancer en permanence avec les consequences sur la dette que l'on connaît. De combien d'années la France a essayé de relancer son économie et cette politique a mené la France où ?
a écrit le 29/03/2014 à 13:38 :
Vous n'êtes pas sans savoir que François Hollande, pendant les premiers mois de son mandat, a fait son possible pour tenter de ramener la politique de l'Europe vers moins d'austérité avec le soutien des pays du sud.

Mais il s'est heurté au Bunker libéral Germano-anglais à Bruxelles et n'a pas été suivi. La politique française s'en trouve très contrainte, entre l'endettement qui reste très dangereux et les déficits générés par des rentrées fiscale atones et des dépenses obligatoires importantes.

Une relance? Pourquoi pas mais je vous rappelle le grand emprunt de 10 milliards (Sarkozy en voulait 30 !) qui n'a fait que creuser la dette (avec les intérêts en plus) sans générer d'activité. Je vous rappelle aussi le fiasco de la loi TEPA. Il faut être extrêmement sélectif dans les remises de charge comme dans les nouvelles charges fiscales et elles doivent se compenser.
Réponse de le 29/03/2014 à 15:33 :
Tout le monde se souvient de la colère qu' Hollande a piqué quand il a su que les allemands disaient vouloir de l austérité.
Réponse de le 29/03/2014 à 15:43 :
Il prône une bonne cure d austérité et quelques coup de hache dans notre usine a dépenser inutilement et un peu de relance pour le moral . Il va bien valoir tenter quelques choses avant que l OAT soit a 7 % alors les nini sont a banir
a écrit le 29/03/2014 à 13:04 :
Il oublie de supprimer le sénat et tout le bazar de commission genre lauvergeon quand on voit la gabegie local il y a des économies énormes a faire
a écrit le 29/03/2014 à 12:43 :
A Matignon marre des neuneus énarques qui mentent comme ils respirent
Réponse de le 29/03/2014 à 13:42 :
M Pigasse est un banquier, Ce n'est pas une corporation qui n'est pas en position de donner des leçons de bonne gestion.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :