Guadeloupe : prime proposée pour apaiser la situation

 |   |  438  mots
Le président socialiste du Conseil régional de Guadeloupe, Victorin Lurel, et le président apparenté socialiste du Conseil général, Jacques Gillot, ont demandé un "assouplissement" de la grève générale. Ils proposent une prime de 100 euros mensuels pour les petits salaires.

Alors que la situation de crise et de protestation "contre la vie chère" perdure en Guadeloupe et gagne d'autres départements et territoires d'outre mer (DOM-TOM) telle la Martinique voire la Réunion, les appels au calme se sont multipliés ce week-end alors que le ministre de tutelle Yves Jégo et le gouvernement peinent à trouver une solution.

Ce sont les socialistes et apparentés qui tentent d'apaiser la situation. Ainsi, le président socialiste du Conseil régional de Guadeloupe, Victorin Lurel et le président (apparenté socialiste) du Conseil général Jacques Gillot ont demandé samedi un "assouplissement" de la grève générale lancé par le collectif LKP (Liyannaj kont pwofitasyon, Ensemble contre la surexploitation qui réunit 49 organisations, partis et syndicats) qui paralyse la Gudaeloupe depuis le 20 janvier, afin notamment que les enfants "puissent aller à l'école".

Ils proposent un geste financier : une "prime salariale" mensuelle de 100 euros (50 pour chaque collectivité) pendant trois mois pour tous les salariés touchant moins de 1,4 fois le SMIC. 40.000 personnes au maximum seraient concernées par une telle mesure. On attend maintenant la réaction du LKP dont la manifestation organisée dans le bourg de La Moule, à une trentaine de kilomètres au nord de Pointe-à-Pitre, a réuni 5000 à 100.000 personnes selon les sources (police d'un côté, organisateurs de l'autre

La préfecture de son côté a réquisitionné le principal supermarché de l'île afin permettre l'approvisionnement de la population. Elle a fait de même pour  42 des 115 stations-service de la Guadeloupe. Les forces de l'ordre ont été chargées de faire respecter cette décision.

Enfin, la députée apparentée socialiste de Guyane Christiane Taubira a accordé un entretien au "Journal du Dimanche" dans lequel elle demande l'intervention du Président de la République. Selon elle, "la métropole découvre que l'outre-mer n'est pas une danseuse chère à entretenir mais un territoire oublié de la République ou plutôt un territoire spolié, miné par les pratiques frauduleuses, les positions de monopole et la concentration du pouvoir économique. La défiscalisation, les exonérations diverses et tous les investissements consentis par l'Etat font le bénéfice de quelques-uns et non le bien de tous. On frôle l'apartheid social. Quand on fait des commentaires sur les Antilles 'assistées' qui vivraient aux crochets de Paris, à travers l'aide sociale ou le RMI, on stigmatise des populations, mais en réalité, ce sont quelques grands groupes, quelques patrons, quelques familles qui bénéficient depuis toujours des prébendes et des protections de la République".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bravo pour votre unité, chose qui n'existe pas en métropole......Ici on peut nous mettre l'essence a 1,60 Euro...personne ne bouge 30 % sur les fruit et légumes depuis 5 ans (alors que les paysan ne gagne pas plus non plus) , 30 % sur le pain ...je parle pas de l'immobilier ni des loyer ni du nuage de Tchernobyle qui s'arrete a la frontiere...des hopitaux de campagne qui ferme et ou les gens se retrouve a 2 H d'une maternité... LA LITE EST SI LONGUE !!! les francais sont devenu pire que des gentil moutons...il accepte tout !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ça fait des années que les politiques laissent faire de droite comme de gauche. il faut dans un premier temps neutralisé les mafias locales qui gèrent l'économie dans les dom -tom, et foutre le nez sérieusement dans leurs gestion fiscal. le mal vient de la ce n'est pas en envoyant des chiens de guerre que ça va changer. la france a eu se problème la en indohine en alegérie et ça continue. les petites gens en on marre de logés sous des abris de fortune en tole et gourbis , pendant que les gestionnaires s'empiffrent dans des palaces les gens le savent alors sarko du pognon au lieu de soutenir les escros des dom -tom et bouffer du fric ailleurs pour ce faire voir des autres pays avec des emprunts sur le dos des....... qui bossent . et en plus un déficit de 60 milliards d'euros. ya le feu a la maison gouvernement de partage ??????
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Taubira défend son business c'est normal, elle en vit bien depuis des années.
je ne suis pas certain que la population de métropole ait vraiment envie de continuer à nourrir les antilles. la répartition des richesses est leur problème qu'ils le règlent entre eux en toute "indépendance"
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
elle oublie toute la classe moyenne d autochtones qui n admettent pas ces façons de voyous d alimenter une crise certes existante (comme partout en ce moment)en menaçant les gens qui désirent travailler!!!!!!!c est un manque de respect et de civisme de la part de quelques responsables de ce mouvement qui n ont qu un but politique et manipulent ceux qui souffrent
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Si je comprend bien l'ile ne vit pas au crochet de la métropole ! On arrête quand le pipot , ce serait tellement plus honnête de dire la vérité ? Le contrôle par des grandes familles n'est pas spécifique à leurs petites iles ! le RMI, APL et autres assistanat ont désormais atteint leur limite et on sent bien que tout le monde est coincé avec cette logique. Pourquoi cette situation ? Parce qu'il faut admettre que ces iles n'ont plus d'intérêts stratégique ! On "FROLE" l'apartheid avec un RMI !! n'importe quoi ! Pourvu que l'état ne commence pas à distribuer, gare au effet boomerang !!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La france ne donnera jamais l'independance aux outre-mers. Tout simplement, les outre-mers sont les seuls à choisir sa voie. Si la france donne l'indépendance aux DOM, elle ne sera plus une republique. Pourquoi? La départementilsation a été voté à l'unanimité par la france en 1946(pas l'Algerie). Donc on ne peut pas remettre en cause la départementalisation. Seulement les peuples domiens changeront leur statut.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La Guadeloupe etant une rpublique bananiere, avec un président qui s'en fou, un ministre de l'outre mer menteur et un préfet incompétent nous sommes ds la merde.LIBERTE EGALITE FRATERNITE mon CUL oui !!!
nous n'avons pas la liberté de faire des courses, pas la liberté d'ouvrir nos magasins et ns avons si peur que ns ne sortons plus..
pff du parle d'un état de droit !!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
De mon séjour en Guadeloupe, je garderai (entre-autre) le souvenir d'un blanc-créole en colère: " vous, les noirs, vous êtes racistes. Mais si on repart, vous allez faire koi? remonter dans voc cocotiers?..."
Au delà de la connotation RACISTE de ce descendant de colon, il y a aussi le signe que ces gens se considèrent comme des métropolitains, et enfin que les crèoles devraient être reconnaissant vis à vis des blancs...
Cette phrase résume bocoup de choses! :)
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le capitalisme ne peut pas répondre aux exigences populaires ni en Guadeloupe, ni ailleurs, les moyens de production doivent devenir propriété sociale autogérée ! La révolution se prépare dès maintenant avec un mouvement populaire majoritaire qui chassera les capitalistes du pouvoir ici comme en Guadeloupe
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Entièrement d'accord avec Troll!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
le troll a raison!
les antilles et autres dom tom ne sont que des boulets financiers à trainer!! j'y ai vecu alors je sais de quoi je parle!!!! assistanat and co !! aux frais du con - tribuable metropolitain!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
en résumé tout le monde est asphysié par l'euro les salaires n'ont pas suivi avec le coût de la vie. les politiques sont très fort pour endormir les citoyens jusqu'à leur faire payer des impôts sur de l'argent dont ils ne voient pas la couleur (la cgs rds).ceci n'est qu'un ex. la liste est longue.je suis de tout coeur avec la guadeloupe ils ont compris l'union fait la force.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Laissé gwada la i yé..........................On en a marre de se faire exploiter .................
et vous parlez PARIS , mais c la même !!! RMI , APL zo ka briley fo ;;;;;;; La nouvelle révolution française , sa part des ANTILLES , préparez vous ,on va pas jouer !!!!!!!! KS
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
faisont voter les habitants des iles sur leur volonté d'indépendance ou non cela fait qu'ils nationalisent les sociétés qui les exploitent
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
départementalisation et indépendance ?
qu'est-ce qu'on s'en f.. de la départementalisation ..
nous voulons seulement que le France ne soit plus l'esclave de ses vieilles colonies d'assistés , alors département ou pas .. dehors
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

" La situation perdure ......voire la Réunion "

La Réunion n'est pas en grève que je sache.
J'appelle les lecteurs à prendre avec une pincée de sel toutes les informations qu'on leur fourgue sur le net.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
pourriez vous nous indiquer,les mutations des prefets suite aux manifestations dans les dom tom et si mr clavier était pret à leur fournir l'asile politique
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je suis stupéfait par la teneur de vos réactions !
Les Antilles sont sinistrées économiquement, c'est un fait. La faute à qui, je m'en fous.
Les békés disposent de la puissance économique et donc politique (même s'il n'agissent pas en pleine lumière. C'est aussi un fait. La fracture sociale ici, c'est un gouffre !!
Alors les gens ne comprennent pas, demandent de l'aide, les difficutés sont plus grandes ici. Effectivement, si l'état ne fait rien, ILS vont régler LEURS problemes EUX même. Mais j'ai peur que ce ne soit pas beau à voir... Il y deja des signes qui montrent que si l'état n'est pas présent le chaos n'est pas loin. Juste une chose, NOUS sommes Français comme vous. NOTRE histoire est différente, NOUS ne l'avons pas choisie. La votre est plus simple certainement. Vous ne vivez pas aux crochets de vos anciens bourreaux. Les memes manifs dans n'importe quel departement metro n'aurait pas étaient méprisées aussi longtemps. Les nègres rigolards qui boivent le ti punch dans leur hamac sous les cocotiers, c'est des conneries tout ça.. On fait des heures de voitures dans les bouchons infernaux parcequ'il n'y a qu'une route, on a des problemes d'emploi, de garderie, d'école, etc..les antillais sont stressés comme des parisiens , d'ailleurs ils leur ressemble de plus en plus...Et c'est bien dommage.
Oubliez les clichés et venez travailler ici, juste pour voir.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Expliquez moi... La Guadeloupe et la Martinique ont le soleil pourquoi ne peuvent ils pas comme l'ont fait les Dominicains "retenir" leurs touristes? Peut être y a t'il un mauvais accueil???
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'économie de la Guadeloupe, c'est une économie où la production et la vente de biens ou de services appartiennent à une infime minorité, où le jeu de la concurrence est faussé par des situations monopolistiques ou une connivence coupable entre les acteurs du marché, où la clientèle est captive et où le marché est limité en taille. Les salaires sont en conséquences tirés vers le (très) bas, et les prix au détails vers le (très)haut. Certes les régions françaises connaissent aussi des écarts de ce type, parfois conséquents mais ils sont loin d'atteindre les sommets que nous connaissons en Guadeloupe. Quelle région connait des écart de prix de 50 à 150%, sur des produits de consommation courants (huile, pâtes, yaourts...) et ce dans toutes les grandes enseignes d'hypermarchés? Comment comprendre l'inaction ou l'indifférence des pouvoirs publics, alors qu'ils auraient les moyens (et le devoir) de sanctionner les ententes illicites, ou (et) de favoriser l'émergence de nouveaux acteurs économiques non liés à la caste Béké ou Blanc-Pays qui verrouillent l'économie locale à leur seul profit.
On parle avec mépris d'une économie aidée, subventionnée, sous perfusion, il faut réaliser que la France donne d'une main ce qu'elle (et les Békés) reprennent de l'autre. A qui profitent les exonérations de charges sociales, les 40% "vie chère" des fonctionnaires, les aides sociales diverses? Elles se perdent dans la pompe à fric des sociétés d'import-export et de distribution et elles reviennent à l'économie française quand les produits consommés sont importés de France (7500km) plutôt que des Caraïbes ou d'Amérique du Sud (à moins de 500km) ou des États-Unis (moins de 1000km) à bien moindre coût, elles permettent également d'acheter à bon compte la paix sociale. Une telle situation est devenue explosive, elle nourrit les frustration d'une partie de la population privée de son "droit à la consommation", elle nourrit aussi les ranc?urs quand il semble que la caste des Békés (descendants des colons esclavagistes) continue à prospérer sur le dos des Noirs guadeloupéens (descendants des esclaves noirs déporté d'Afrique).
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Riches contre Pauvres, soit le rapport
(Discrimination sur les prix - abus de confiance - corruption) - par opposition à (vol - contrefaçon - marché noir -traffic en tous genres).
Il faut rétablir l'égalité soit par une augmentation des salaires pour les personnes payées au SMIC, soit/et un alignement des prix du marché par rapport à ceux pratiqués en métropole. Aujourd'hui, c'est bien les friqués qui gagnent, mais pas pour longtemps. Le mouvement doit persister, sans toutefois s'enliser.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Mme Taubira s'érige contre les pratiques frauduleuses... Qu'a t'elle ou que fait elle si ce n'est que dénoncer????
Elle a pourtant le verbe haut!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tout à fait d'accord avec Incroyable, y en marre de ces commentaires de personnes qui ne connaissent rien aux Antilles ou se basent sur des clichés réducteurs pour dire n'importe quoi, il me semble que cette grève est révélatrice d'un malaise profond et réel et qui dure depuis .....Mme Taubira a bien raison, Les antillais souhaitent que l'Etat les reconnaissent comme étant de Vrais départements Français et ce n'est pas le cas actuellement et ca n'a jamais été le cas...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les Antilles ne sont pas la France. C'est un reliquat de l'empire colonial qu'il faut liquider. Pourquoi cela n'a-t-il pas été fait plus tôt?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Mme Taubira s'érige contre les pratiques frauduleuses de certains mais qu'a t'elle fait jusqu'à présent? Pourtant c'est une grande gueule!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il y a un vrai problème dans nos iles. Pourquoi nos jeunes sont obligés de venir trouver du travail en métropole ? Pourquoi les fonctionnaires sont mieux payés que les salariés dans les iles alors que cela s'équilibre entre salariés de la métropole. Pourquoi les hotels (exemple vérifé par mes soins) Méridiens de la Martinique sont ils médiocres , à même niveau, par rapport à ceux de l'ile Maurice, de Saint Domingue ou de Varadairos à Cuba, avec le même prix ( C'est le jour et la nuit ). Je pense que c'est général au niveau des prestations hotelières pour nos iles par rapport à la concurrence. Je confirme que la circulation routière est un vrai problème pour les habitants. Dans la métropole les secteurs mal désservis il y a une quarantaine d'années sont maintenant trés bien équipés. La aussi pourquoi ce défaut d'investissement ? Une politique de développement insufisante des infrastructures, pratiquée depuis de trop nombreuses années par la métropole vis à vis des dom tom, génère ce marasme et provoque en ce moment même une trés grave crise pour le tourisme. Si il y a dut travail à créé dabs les dom tom, c'est bien avec le développement du tourime. Pourquoi cela a t'il été autant négligé ? Il y a t'il une volonté de pourrir la situation ? Pour beaucoupp de métropolitains ce gachis est désespèrant.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ok foutez les Béké dehors et prenez leurs biens et dans 6 mois vous aurez reussi a foutre completement a plat l economie de l ile Pourquoi y a t il si peu de Guadeloupeens d origine afriquaine dans le commerce ou dans le tourisme Il y a surtout des Indiens dans le commerce et des metros dans le tourisme bien sur tout le monde sait que les indiens sont venus avec beaucoup d argent .... ou bien avec beaucoup de courage et l envie de travailler ce qui manque a beaucoup d afroantillais
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Que font les élus guadeloupéens et martiniquais? J'aimerais savoir....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Il est clair que l'argent de la métropole paye le rmi et autres mais je pense que la métropole n'est pas perdante. A combien se montent les benefs d'air france et autres, du tourisme, des hotels?
Par contre je ne suis pas d'accord de faire payer le peuple guadeloupéen en le privant de nourriture et de déplacement avec ce mouvement de mécontentement mais aussi de mettre l'île à plat économiquement. Il faut s'attaquer aux élus de guadeloupe et aux politiques de la métropole qui n'ont jamais rien fait depuis des années.A certains pdgs qui vivent dans l'opulence et qui ne distribuent pas l'argent comme il se doit. Il faut que l'on arrête de toujours taper sur la population qui est la première victime, en guadeloupe comme en métropole parce-qu'en france les gens "dérouillent" aussi. En fait le problème est le même partout et qu'un mouvement d'une telle importance arrivera un jour en métropole, sauf que l'intincelle a eu lieu en guadeloupe. Blancs ou noirs, guadeloupéens ou métropolitains cela ne veut plus rien dire, il n'y a que des gens qui souffrent.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Haiti n'est pas loin,voyez ce qu'elle est devenue.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Quitte à me répéter, celui qui détient le pouvoir économique détient le pouvoir politique.
Que font nos élus ?
Ce que leur demande le pouvoir économique....
En vrac : Un hypermarché dans la mangrove, pas de concurrence dans la grande distribution, pas de transport en commun...

Encore une fois, les antillais sont exploités, dans l'absolu, par une mafia locale. Les aides de l'état servent à compenser. Comment expliquer qu'elles sont plus distribuées qu'en métropole ? Ah oui, c'est vrai, des fainéants tous ces antillais !! Qu'on leur donne leur indépendance.. quel mépris.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
En fait, appelons les choses par leur nom, certains patrons "blancs" en sont restés au colonialisme, avec tout ce que cela a de pervers, voir de raciste. Il est grand temps que la république y fasse le ménage. Et pourtant je suis blanc... mais profondément choqué par ces injustices, au sein même d'une nation chantre de l'égalité et dela liberté...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
J'ai peur que tout cela dégénère et que la Guadeloupe de demain ressemble à l'Afrique d'aujourd'hui (pour ne pas parler d'Haiti). Que les créoles réflechissent bien. Que feront-ils au prochain cyclone quand l'île sera à nouveau détruite? Souhaitent-ils vraiment vivre comme à Sainte Lucie ou à la Dominique, îles indépendantes si proches et si pauvres? Que feront-ils quand il n'y aura plus l'Etat français derrière la CMU, les ASSEDIC et le RMI?
On parle d'"exploitation", parlons alors de la contribution de chacun au budget de la nation: seulement 25% des habitants payent l'impôt sur le revenu et une partie de la TVA est rétrocédée aux collectivités locales.
Je n'ai rien d'un béké, je vis en métropole et j'ai l'impression d'avoir passé plusieurs semaines de ma vie à payer pour les Antilles. Esclave dites vous??
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Elie Domota, chef couillu du mouvement en Guadeloupe, donne des leçons de bravitude au syndicalisme ! Ca c?est pas de la grèvounette à la François Chérèque, de la protest-abdication à la Bernard Thibault !

Elie Domota est en train de déployer une grande page d?Histoire, belle comme un poème d?Aimé Césaire, un poème qui aurait pris corps, un poème qui se serait fait grand voile, gonflée à craquer, pour glisser sans crainte sur la mer d?huile des Caraïbes, un poème qui se fait sourires, sourires innombrables de ces visages épanouis dans la joie sanguine des luttes et des cris, un poème qui se fait foule, qui déferle sur les villes et sur les ports, des strophes héroïques qui déchirent la chape des renoncements, des strophes qui font exploser en mille morceaux tous les carcans poisseux de la soumission, tous les sarcophages poudreux du fatalisme?

Texte complet sur www.oppressoir.net
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Vous voulez mettres les antilles dehors, mais en dehors de quoi ? De la France. Ah bon, donc elles en font partie. Tant qu'elle en font partie, qu'on y applique les lois. Ce n'est pas parceque c'est loin et détaché physiquement que ce n'est pas la france. Ce n'est pas parceque les habitants sont à majorité noirs et métis que se ne sont pas des Français. La France est un ensemble de départements, les plus riches tirent les plus pauvres, chacun à ses avantages et ses inconvénients.( Et je vous rappelle que tout ça fait partie de l'Europe). Arrêtez de croire que vous travaillez pour les autres, c'est débile ! Nous vivons en société, la société est une chaîne, nous en sommes les maillons.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
je suis affligé par la qualité des commentaires postés. Être pour ou contre le mouvement dans les DOM est l'expression d'une opinion démocratique. Cependant, la qualité de la rédaction, le niveau de langage utilisé, les innombrables clichés, raccourcis grossiers, et autres amalgames ... sont navrants à lire sur le site d'un quotidien économique. Ne pourrait-on pas distiller aux lecteurs une information (en l'occurrence des commentaires) de qualité? Fuir les poncifs, garder l'esprit vif!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Soyons francs. j'ai peur pour les Antilles. attention ceci n'est pas raciste mais disons, sociologique ou ethnologique. je suis metis.
Certains antillais ont de quoi faire peur, : ils maltraitent les animaux: chiens et chats mourant de faim, de soif sous les yeux des passants, empoisonnés par les municipalités, ou ecrasés volontairement, abandonnés, sans stérilisation,
. Aucune pitié s'ils ont un chien: ils leur mettent un collier ou une corde bébé, et le chien grandit, attaché bien souvent avec une chaine toute petite et le collier ou la corde s'enfonce dnas les chairs,, blessant, etranglant le pauvre animal.
LA honte que la france laisse faire de telles horreurs!!
Un reportage sur france 2 a montré que pendant les grèves, on donne pas à manger aux animaux des elevages. Quelle scandale. ces iles sont des zones de non droit. Ils se croient tout permis et font peur à la police.
La methode d'éducation de beaucoup? des brutaux avec les enfants qui, à leur tour, n'ont que ce modele.
A part ça, la vie des iles devrait être belle si y on acceptait un minimum de règles morales.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ICI EN GUADELOUPE LES LOCAUX PENSENT QUE LES FONCTIONNAIRES SONT POUR QUELQUE CHOSE DANS TOUT çA !!!!!! QUE LES 40% de frais d eloignement devraient disparaitre!!!!! et bien s ils le veulent comme ça pa ni problem..Mais ils n ont jamais depuis les annees passees montré leur bon vouloir pour gerer eux meme leur departement qui est aussi le notre Donner a chacun 200? pour quoi faire acheter des ecrans plasma et des produits de luxe s'ils veulent ça, c est pas probleme l etat laisse tout tomber, le departement n existe plus, il devient un com et plus de rentre ed aides d allocations/ de chomage/ et autres / rmi/ rsa
Il faud savoir que l etat porte chaque annee 92% ET QUE LA GUADELOUPE a un deficit annuel de 2 MiLLIARDS D EUROS alors que les fonctionnaires disparaissent ok mais les chefs de partis sont tous des fonctionnaires employes par l etat et eux aussi (touchent) et grassement
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il se trouve que la Martinique traverse sa plus grande crise sociale du début du XXIè siècle. Deux éléments dont la cohésion ne s?impose pas à première vue : d?une part, les manifestations contre la vie chère (avec en corollaire un sentiment d?injustice sociale) et, d?autre part, les propos d?Alain Hugues Despointes sur Canal +, qui lui valent aujourd?hui d?être poursuivi devant les tribunaux pour provocation à la haine raciale.
A première vue, ces deux événements paraissent dissociables, car, de deux choses l?une, soit nous luttons contre la vie chère- alors il est important de ne pas se disperser ou tout du moins se laisser distraire-, soit l?exigence de la condamnation des propos tenus nous est prioritaire- alors, il ne saurait être question d?autre priorité.
Toutefois, s?il est une différence entre ces deux événements, que signifie alors le sentiment de « profitation » ? En créole, cette expression signifie abus, écraser un plus petit de son pouvoir. A qui profite quoi ? Au détriment de qui ? Et ce depuis combien de temps ? Où nos grands-parents dépensaient le piètre salaire gagné sur l?habitation ?
A n?en pas douter, ces deux éléments : les manifestations contre la vie chère et les propos nauséabonds tenus sur une chaîne nationale constituent les mêmes pièces d?un même puzzle. Les rapports entre nos deux communautés, noires et békés, ont rarement été des rapports de courtoisie. Mais actuellement, on jette de l?huile sur le feu. On peut s?interroger qui ? En tout cas, cela arrive au moment où notre île traverse une crise fondamentale, bien plus qu?une crise sociale, une crise de société. Est-ce un hasard ?
Face à la difficulté de la crise économique mondiale le peuple martiniquais a opté pour la solution de descendre dans la rue, crier son ras-le bol, de faire le choix de bloquer le pays aux risques de détruire ou tout du moins d?affaiblir certains pans de son économie (le tourisme, la banane, les PME, de nombreux emplois).
C?est ainsi que s?est installé un dogme, dans le credo du collectif du 5 février, appelé « contre la profitation ». C?est la croyance, aujourd?hui très largement répandue, selon laquelle une poignée de personnes, maîtrisant les circuits de distribution nous exploitent à outrance. N?est-ce pas là un autre dogme ?
S?il est évident qu?il faut réguler les prix à la Martinique, s?il est évident qu?il faut mettre fin aux différents monopoles quant à l?exclusivité de l?importation d?un certain nombre de produits de consommation, s? il est évident que l?Etat doit revoir la politique tarifaire de la SARA (et la liste est encore très longue)? Il convient de distinguer, ce que les autres (Etat, collectivités publiques, patronat, etc?) peuvent faire et ce que nous, simple consommateur, pouvons faire. Pour reprendre le proverbe bien connu « aide-toi et le ciel t?aidera » ne pouvons-nous pas tout d?abord revoir notre manière de consommer ? Engagé une réflexion critique qui postule une consommation autonome, juste et équitable.
L?engouement de notre société pour les derniers produits à la mode profite en fait à qui ? Nos supermarchés ne désemplissent pas. Nous semblons marqués par la crainte du manque aux risques de découvert bancaire. N?avons-nous d?autre choix que d?être de grands consommateurs de champagne ?
Un certain sens chrétien, associé au bon sens humain pourrait nous permettre de définir une nouvelle donne d?une économie durable et solidaire, être moins jouisseur et accepter de développer le covoiturage par exemple. Car être chrétien, c?est aussi faire la guerre au superflu. Il est juste de souligner que le Dieu dont parle l?Ecriture est foncièrement contre l?exploitation. Le livre du prophète Amos « le prophète de la révolte sociale » est là pour nous le rappeler. De même, il nous invite à une autre attitude face à la consommation, à développer une éthique de la responsabilité. C?est-à-dire ne pas nous soustraire au pouvoir que nous devons exercer sur « déesse consommation ». In fine, il importe que nous soyons cohérents avec nous-mêmes.
Si nous ne savons pas quand nous sortirons de cette crise mondiale, cette dernière peut être cependant salutaire dans la gestion de notre économie familiale. Ainsi, débarrassés de nos oripeaux et autres artifices, serons-nous mieux armés pour construire demain.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
j'ai longtemps hésité avant de participer a ce forum car en lisant les commentaires je me disais que ces gens qui parlent de la guadeloupe sans y mettrent les pieds et qui parlent d'indépendance ou meme d'ile assistée n'ont rien dans la tête car peut etre aujourdhui a leurs yeux nous antillais sommes pas francais mais qu'ils se rappelent qu'en juillet 98 sur le terrain du stade de france...et oui ce fameux soir ou les noirs courraient après le ballon afin que la france soit champion du monde.....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
je vois que la haine est des 2 cotes vivre ensemble est une utopie donnons l independance a la guadeloupe

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :