L'Insee confirme le dérapage des comptes français en 2008

 |   |  161  mots
Le déficit public de la France (Etat, sécurité sociale et collectivités locales) a atteint 3,4% du PIB en 2008 tandis que la dette publique s'élevait à 68% du PIB, contre 67,3% annoncé dans le dernier collectif budgétaire, selon une première évaluation publiée ce mardi par l'Insee.

En 2008, le déficit public s'est dégradé de 14,6 milliards d'euros (2,7% du PIB en 2007). "Les administrations centrales, en particulier l'Etat, sont à l'origine de l'essentiel de cette détérioration", relève l'Institut national de la statistique.

La faible progression des recettes publiques (2,3%), plus lente que celle des dépenses publiques (3,7%), conséquence de la crise économique qui diminue les rentrées fiscales et nécessite l'intervention financière de l'Etat, explique le creusement du déficit.

Le taux des prélèvements obligatoires diminue cependant de 0,4 point en 2008 (42,8% du PIB après 43,2% en 2007) en raison de la faible progression des impôts, souligne l'Insee.

De son côté, la dette publique s'est fortement accrue fin 2008, progressant de 9,8% après 5,1% en 2007. Elle atteint 68% du PIB fin 2008, après 63,8% fin 2007.

Sous l'effet du plan de relance, le déficit et la dette devraient s'envoler cette année pour atteindre respectivement 5,6% du PIB et 73,9% du PIB, selon les dernières prévisions du gouvernement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
LE POIDS DE CET ETAT DEVIENT INSOUTENABLE. CE PAYS VA FAIRE LUI AUSSI PARTIE DES PLUS GROS SCANDALES FINANCIERS DE CETTE PLANETE!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il ne faut pas etre enarque, lorsque que lón baisse les impots, la rentree d'rgent est forcement inferieure, de plus avec la baisse de la tva ce sera pire alors....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
c est pas moi !!!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Sainte croissance priez pour nous à la sortie de la crise !
Et si elle n'était pas au rendez-vous? L'austérité qui viendra n'en sera que plus douloureuse et deviendra le ferment de la révolte... attention!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Même le president du fmi,dit simplement,il faut faire de
la croissance,et ça ira,faut t'il rappeler,que sans
volonté politique,impossible de réduire la dette.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A quoi sert l'impôt sur le revenu? Rembourser la dette Bravo our le courage des politiques
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Mayotte vient de voter ! et devient département français, à ce titre la popilation va avoir accès au RMI et à la CMU. Où vast-on trouver l'argent ?
Volodia
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les politiques qui ont laisse la speculation ne sont-ils pas responsable?ils ont encaisse les taxes pendant ces annees la,de toute cet argent virtuel qui a maintenant disparu,voici le resultat,nous avons besoin d'une deflation pas de l'imprimerie

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :