Satisfecit de la CCIP sur le projet Grand Paris

 |   |  380  mots
La Chambre de commerce et d'industrie de Paris salue le projet présenté la semaine dernière par Nicolas Sarkozy. Cette perspective implique une prise en compte de sa spécificité par le monde consulaire.

L?intervention de Nicolas Sakozy sur le projet Grand Paris a reçu un accueil favorable des entreprises de la capitale. «Le Président de la République a présenté une vraie vision à long terme, a déclaré cet après-midi Pierre Simon, président de la Chambre de commerce et d?industrie de Paris (CCIP). Le développement économique a pris toute sa place dans l?ambition qui a été affichée». L?organe consulaire entend jouer pleinement son rôle auprès de l?Etat et des collectivités (conseil régional d?Ile-de-France, conseils généraux, etc.). Une réunion de travail est déjà prévue le 11 juin avec Christian Blanc, secrétaire d?Etat au développement de la région capitale.
 

Le chef de l?Etat a chargé le député Gilles Carrez (UMP, Val de Marne) de trouver les solutions de financement pour le projet évalué à 35 milliards d?euros. L?idée d?un partenariat public-privé (PPP) est abandonnée. Une piste pourtant avancée par la CCIP. «Je conçois que, dans le contexte économique actuel, le PPP ne soit pas évident», tempère Pierre Simon. Toute la difficulté va cependant consister à trouver un financement sur une période de 20 à 30 ans.
 

Autre impératif, le projet Grand Paris va réclamer une implication forte de l?Etat, des collectivités et du monde économique tant sur les questions de transports urbains et fluviaux que sur le logement et l?urbanisme. Ce qui suppose une véritable gouvernance sur les «territoires économiques majeurs» retenus dans le projet annoncé par Nicolas Sarkozy. En d?autres termes, il faut du lien et du liant sur le futur aménagement territorial de la région capitale.
 

Pour la CCIP, cette ambition réclame une nouvelle organisation consulaire. La chambre de commerce et d?industrie de Paris ne se retrouve pas dans le projet de réforme consulaire de l?Assemblée des chambres françaises de commerce et d?industrie (ACFCI) qui porterait de 5 à 9 le nombre des établissements publics consulaires en Ile-de-France. La CCIP veut une reconnaissance de sa spécificité par l?ACFCI. «On devrait y arriver», a conclu Pierre-Antoine Gailly, vice-président de la chambre de commerce et d?industrie de Paris.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :