La réforme des retraites présentée en Conseil des ministres

 |   |  620  mots
"C'est un grand jour, vous vous souviendrez de ce Conseil des ministres" a affirmé Nicolas Sarkozy en commentant la présentation de la réforme des retraites. Le ministre du Travail, Eric Woerth, a répété qu'il était "ouvert" sur la question de la pénibilité et des carrières longues. Le chef de l'Etat a également annoncé ce mardi l'alignement des pensions de tous anciens combattants .

Le ministre du Travail Eric Woerth a présenté la réforme des retraites ce mercredi en Conseil des ministres. Le projet sera examiné par le Parlement en séance plénière à partir du 7 septembre. "C'est un grand jour, vous vous souviendrez de ce Conseil des ministres", a commenté le chef de l'Etat Nicolas Sarkozy.

Par ailleurs, Eric Woerth a une nouvelle fois affirmé ne pas être affaibli par l'affaire Bettencourt. Il a toutefois démissionné de son poste de trésorier de l'UMP - au centre des accusations de conflit d'intérêt portées à son encontre - ce mercredi, à la sortie du Conseil des ministres.

Le gouvernement "inflexible" sur les 62 ans, "ouvert" sur la pénibilité

La réforme des retraites repousse de 60 ans à 62 ans l'âge du départ à la retraite (ou plus exactement l'âge minimal de départ sans décote de pension). Lundi soir, sur France 2, le président s'est dit inflexible sur cet aspect du projet de loi, tout en se disant "ouvert" sur d'autres de ses aspects. "Les 62 ans, nous n'y toucherons pas. Je dis : l'équilibre des cotisations public/privé, c'est une question de justice. On ne peut pas y toucher. Sur le reste, nous serons très à l'écoute de ce que nous diront nos interlocuteurs."

A la sortie du conseil des ministres, Eric Woerth a ainsi répété que le gouvernement restait "ouvert" sur la prise en compte de la pénibilité et des carrières longues. Mardi, le ministre avait confirmé que le gouvernement ferait des "propositions complémentaires" destinées à mieux recenser la pénibilité. Dans un entretien à Capital.fr, il également a redit que la notion de pénibilité devait "rester individuelle" car "tous les salariés ne vivent pas de façon identique leur travail". En revanche, interrogé sur une éventuelle suppression du seuil de 20% d'incapacité permettant de partir à 60 ans, le ministre a estimé qu'il "[constituait] un bon équilibre".

Le ministre a aussi confirmé "travailler" sur les "carrières longues" - qui doivent permettre à ceux qui ont commencé à travailler avant 18 ans de continuer à partir avant l'âge légal - et les "polypensionnés" - qui dépendent de plusieurs régimes de retraite et peuvent de ce fait être pénalisés dans les modalités de calcul de leur pension.

Au total, avec la prise en compte de la pénibilité et avec le dispositif "carrières longues", "ce seront 100.000 départs à la retraite sur les 700.000 départs annuels qui se feront toujours à 60 ans", a fait valoir Eric Woerth.

Le ministre s'est dit également opposé à une politique de quotas pour obliger les entreprises à embaucher des seniors. La réforme ne pourra en effet porter ses fruits en terme financier que si les salariés peuvent réellement travailler (et donc cotiser pour les retraites, sans ponctionner non plus les comptes sociaux de l'Etat en étant au chômage) jusqu'à leur départ effectif à la retraite. 

Interrogé sur le rachat de trimestres par des salariés, rendu inutile par la réforme, Eric Woerth a indiqué "regarder" ce point.

Le président de la République a de plus annoncé ce mardi l'alignement des pensions de tous les anciens combattants. Ceux résidant à l'étranger bénéficieront désormais des mêmes prestations "que leurs frères d'arme français", a déclaré Nicolas Sarkozy lors d'un déjeuner réunissant les dirigeants de treize anciennes colonies françaises en Afrique. Selon l'Elysée, un projet de loi devrait être déposé à cette fin devant le Parlement "dès la rentrée prochaine".

Les principaux syndicats, qui jugent cette réforme "injuste", ont appelé à une journée nationale d'action le 7 septembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :