François-Marie Banier, photographe contesté à la Feria de Nîmes

 |  | 216 mots
Lecture 1 min.
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
François-Marie Banier, soupçonné d'abus de faiblesse à l'encontre de l'héritière de L'Oréal, a été pris à partie ce week-end à la Feria de Nîmes où il exerçait ses talents de photographe.

Impossible de "louper" sa silhouette tout de noire vêtue, avec un smoking suranné et poussiérieux et son appareil photo accroché autour du cou : ce week-end, François-Marie Banier était aux premières loges aux arênes de Nîmes pour la Feria des vendanges et ses corridas. Le photographe au milliard d'euros donné par Liliane Bettencourt, héritière actionnaire du groupe L'Oréal - ce que la fille de cette dernière combat devant la justice, estimant que l'homme a abusé de la générosité de sa mère - était au bord de la piste pour immortaliser au plus près taureaux, toréadors et spectateurs.

Cela n'a pas été du goût de tout le monde. Un afficionado "shooté" à bout portant par François-Marie Banier n'a pas apprécié et s'est mis à l'invectiver violemment, l'invitant du geste et de la parole à aller "voir ailleurs". Ce que le "photographe" a d'abord ignoré, prenant à bout portant des clichés en gros plan de son adversaire
avant de s'éloigner nonchalamment.

L'homme "au milliard" paraissait plus indifférent que jamais aux critiques, jouissant de l'accès privilégié au premier cercle de l'arène, juste derrière les barrières, réservé normalement au "staff" des toréadors et aux photographes... de presse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :