Affaire Bettencourt-Woerth : le renseignement enquête sur certaines fuites dans les médias

 |   |  563  mots
Selon l'agence d'informations Reuters, les services du renseignement aurait enquêté sur certaines fuites dans les médias liées à l'affaire Woerth-Bettencourt. L'enquête aurait mené au limogeage d'un conseiller de la ministre de la Justice, Michèle Alliot-Marie.

Selon l'agence d'informations Reuters, une procédure menée clandestinement par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI, résultat de la fusion entre la DST et les Renseignements généraux) se serait penchée sur l'origine de la fuite dans les médias de certains éléments d'enquête sur les liens entre le ministre du Travail Eric Woerth et l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt,.

Le ministre, en charge du projet de réforme des retraites, est actuellement au coeur d'une enquête sur la gestion de fortune de la milliardaire, dans laquelle il est soupçonné de favoritisme et de financement politique illégal, alors qu'il était ministre du Budget et trésorier de l'UMP.

Les enquêteurs du renseignement auraient examiné un certain nombre de factures téléphoniques afin d'identifier les sources des journalistes dans certaines ramifications de cette affaire, notamment celle qui concerne la lettre d'Eric Woerth demandant la légion d'honneur pour le gestionnaire de forture de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre. L'enquête aurait même amené le limogeage du conseiller pénal de la ministre de la Justice Michèle Alliot-Marie, David Sénat, identifié comme la source des médias. David Sénat est susceptible d'avoir eu accès à ce dossier conduit par le parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine), puisqu'il fait l'objet de rapports au ministère via sa hiérarchie, le parquet général de Versailles.

Démenti et enquête du parquet de Paris

Interrogé sur Europe 1 dimanche, Eric Woeth a affirmé n'être au courant de rien. Le ministère de l'Intérieur s'est refusé à commenter.

Le cabinet de la ministre de la Justice a confirmé que le magistrat David Sénat, qui était en poste aux cabinets de Michèle Alliot-Marie depuis 2003, à la Défense, à l'Intérieur, puis à la Justice, l'avait quitté au 1er septembre mais a démenti tout lien avec l'affaire Woerth.

David Sénat sera désormais chargé d'une mission de préparation de l'installation d'une cour d'appel à Cayenne en Guyane, a-t-on expliqué à Reuters. "La longévité de M. Sénat comme conseiller est exceptionnelle et quasi-unique et ça faisait plusieurs années qu'il pensait à retourner sur le terrain", a expliqué un porte-parole.

Le parquet de Paris a par ailleurs indiqué dimanche à Reuters avoir ouvert une enquête préliminaire de police séparée sur les fuites dans les médias pour violation du secret de l'enquête, confiée à l'Inspection générale des services (IGS, la "police des polices"). Elle fait suite à la plainte de Fabrice Goguel, avocat fiscaliste de Liliane Bettencourt.

Courrier de menace à Eric Woerth

Par ailleurs, ce dimanche sur Europe 1, le ministre du Travail Eric Woerth a minimisé  le courrier de menaces, accompagné d'une balle de carabine, reçue en sa mairie à Chantilly, assurant que "cela ne l'effrayait pas" et "n'intéressait pas les Français". "Mon nom est traîné la boue tous les jours, donc ça attire évidemment beaucoup de détraqués. Je ne suis pas le seul à avoir reçu une balle dans une enveloppe, beaucoup de ministres en ont reçu, cela ne m'effraye pas", a-t-il dit.

Les services de sa mairie ont ouvert vendredi un pli contenant une balle de petit calibre et une lettre destinée expressément à au ministre. Le parquet de Senlis a ouvert une information judiciaire.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :