France : le climat dans l'industrie se dégrade malgré une activité soutenue

 |   |  524  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le moral des industriels français s'est replié en novembre, perdant deux points à 100 points par rapport à octobre, a annoncé ce mardi l'Insee. En revanche, la conjoncture dans le secteur privé s'est de nouveau améliorée en novembre, selon les directeurs d'achats, l'embellie touchant plus le secteur manufacturier que celui des services.

Le climat des affaires dans l'industrie manufacturière françaises'est légèrement détérioré en novembre pour revenir à son niveau moyen historique, montre l'enquête mensuelle de conjoncture publiée ce mardi par l'Insee. L'indicateur synthétique du climat des affaires dans le secteur a reculé de deux points à 100, alors que les économistes l'attendaient plutôt stable.

"Les carnets de commandes globaux se dégarnissent à nouveau et sont jugés très peu fournis. En revanche, les carnets de commandes étrangers se regarnissent et s'approchent de leur niveau moyen de long terme", précise l'Insee dans l'enquête de novembre. "Les perspectives personnelles de production demeurent positives. Bien qu'en baisse, les perspectives personnelles de production pour les prochains mois se maintiennent à un niveau élevé."

De son côté, l'indicateur de retournement de l'industrie, lui aussi orienté à la baisse en novembre, repasse en zone neutre, ce qui traduit une incertitude quant à l'évolution future de la conjoncture. L'indicateur du climat des affaires dans son ensemble, en ajoutant les services, le bâtiment, le commerce de gros et le commerce de détail, reste inchangé à 104. "Le climat conjoncturel reste hésitant dans la plupart des secteurs. Il se détériore un peu dans l'industrie, le commerce de gros et le commerce de détail, tandis que le bâtiment et les services connaissent une très légère amélioration", précise l'enquête.

En octobre, le climat des affaires en France avait poursuivi sa progression entamée en juin, en s'établissant à 104 points, après 101 points en septembre, légèrement au-dessus de sa moyenne de longue période (fixée à 100 points). La ministre de l'Economie, Chirstine Lagarde, en avait conclu que la France était rentrée" depuis quelques mois" dans "l'après-crise économique et financière mondiale".

Par secteur, l'amélioration avait été sensible dans l'industrie, le commerce de détail et les services. L'industrie en particulier avait dépassé pour la première fois depuis juin 2008 son niveau moyen de longue période. En revanche, le secteur du bâtiment avait gardé un petit moral. Il était demeuré quasi stable, tandis que l'indicateur de retournement du secteur accusait "un profil très heurté", signalant un climat incertain", selon l'Insee.

En revanche, la conjoncture dans le secteur privé en France s'est de nouveau améliorée en novembre, montrent ce mardi les résultats préliminaires de l'enquête mensuelle de Markit Economics auprès des directeurs d'achats. L'indice composite, qui regroupe services et industrie, est remonté à 56,8 en version "flash" après être tombé en octobre à son plus bas depuis septembre 2009 à 54,9.

Ce rebond est dû, entre autres facteurs, à une embellie dans le secteur manufacturier, dont le PMI "flash" a rebondi à 57,5 (contre 55 attendu et 55,2 en octobre), atteignant son plus haut niveau depuis dix ans. L'amélioration est moins nette dans les services, dont l'indice PMI, à 55,7 (contre 54,8 attendu, comme en octobre), reprend une partie du terrain cédé le mois dernier mais reste inférieur à son niveau de septembre. L'emploi dans le secteur privé reste en hausse pour le septième mois consécutif, selon les résultats des enquêtes PMI.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :