Croissance française confirmée à 0,6% au dernier trimestre 2010

 |   |  397  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le produit intérieur brut (PIB) de la France devrait avoir progressé de 0,6% au quatrième trimestre 2010, selon une troisième estimation inchangée, publiée ce mardi par la Banque de France.

La Banque de France (BdF) confirme prévoir une croissance de 0,6% du produit intérieur brut (PIB) au quatrième trimestre 2010, dans son enquête mensuelle de conjoncture publiée ce mardi. 

La Banque de France (BdF) avait relevé en décembre sa prévision à 0,6% contre 0,5% auparavant. Le premier chiffre officiel de la croissance des trois derniers mois de l'année écoulée sera publié le 15 février par l'Insee.

Par ailleurs, le ministrèe du Budget François Baroin a assuré lundi sur Europe 1 que la France tiendrait son engagement d'un niveau de déficit public de 7,7% du PIB en 2010. Au début de l'année, le gouvernement avait prévu un déficit de 8,5%, avant de revoir à la baisse ses estimations. 

Le gouvernement prévoit de ramener son déficit public à 6% du PIB en fin d'année, à 4,6% l'an prochain et à 3% en 2013. François Baroin communiquera "en fin de semaine" un état exact d'exécution du budget 2010.

Le climat des affaires dans l'industrie progresse

L'enquête de la BdF sur le climat des affaires en décembre fait état d'une légère progression de l'activité industrielle en décembre: l'indicateur du climat des affaires a progressé d'un point à 108 après 107 en novembre. Le taux d'utilisation des capacités de production industrielle est resté stable à 78,2%, précise la Banque de France. Il reste inférieur à sa moyenne de long terme de 82.

Les carnets de commandes se sont renforcés en décembre et les stocks de produits finis sont demeurés à un niveau conforme à la normale, précise la Banque de France, ajoutant que "les perspectives font état d'une accélération de l'activité pour les prochains mois".

Le supplément trimestriel à l'enquête mensuelle de conjoncture précise que les trésoreries se sont confortées et que "les dépenses d'investissement ont poursuivi leur progression ininterrompue depuis le début de l'année; elles devraient s'accélérer sur les prochains mois". Toutefois, les marges se sont érodées par rapport au trimestre précédent et la croissance des résultats bruts d'exploitation s'est ralentie.

Dans le secteur des services, l'activité a poursuivi sa croissance en décembre, hormis dans le transport, et les perspectives pour les prochains mois sont orientées vers une poursuite de la croissance, poursuit la BdF. L'indicateur du climat des affaires dans les services a progressé d'un point, à 99.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :