Pécresse veut doubler le potentiel de logements étudiant d'ici à 2020

 |   |  552  mots
L'objectif est d'atteindre, tous bailleurs confondus, 680.000 logements.

Des progrès mais peut mieux faire. C'est en substance l'appréciation qui devrait émerger ce mardi concernant la politique en matière de logement étudiant menée ces dernières années. La conférence nationale sur le logement étudiant qui se tient ce jour au Centre Georges Pompidou à Paris, doit "établir un plan d'action national pour les années à venir", avait promis l'été dernier Valérie Pécresse en inaugurant au Havre une résidence universitaire composée de conteneurs réaménagés.

Ces dernières années ont certes s'accomplir des progrès. L'été, la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche s'était ainsi félicitée d'avoir atteint  "pour la première fois" les objectifs annuels du plan Anciaux avec 13.461 chambres d'étudiants livrées au cours de l'année universitaires 2010-2011 (8.523 réhabilitations et 4.938 constructions). Le députés UMP Jean-Paul Anciaux avait en effet fixé en 2004 un objectif de 7.000 réhabilitations et 5.000 constructions par an pendant 10 ans. Entre 2007 et 2010, les investissements en matière de logement eétudiant sont passés de 64 millions d'euros à 111,5 millions soit un bond de 74%, auxquels s'ajoutent 47 millions supplémentaires en 2009 au tire du plan de relance.

Mais on reste loin des objectifs du plan Anciaux : 44.0000 chambres ont été livrées depuis 2005 contre les 70.0000 prévues et on ne compte aujourd'hui que 160.000 logements sociaux (CROUS) contre 220.000 escomptées en 2014... et pour "1,3 million d'étudiants qui n'ahabitent pas chez leurs parents", selon la Confédération étudiante. Le retard accumulé paraît difficile à rattraper, notamment en région parisienne. Lundi, le président PS de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, a demandé au gouvernment de "faire de la construction massive de logements pour étudiants à loyers accessibles une priorité", rappelant que seulement "quatre étudiants sur cent trouvent à se loger en cité universitaire, contre huit sur cent dans le reste de la France". "Nous pouvons aller plus loin, notamment dans les grandes villes", admet aujourd'hui Jean-Paul Anciaux.

Faciliter l'accès aux HLM et au parc privé

L'objectif de la conférence nationale est donc, en réunissant tous les acteurs concernés (collectivités locales, promoteurs immobiliers, Crous, universités, bailleurs sociaux, associations comme l'Afev, résidences étudiantes) de passer en revue toutes les initiatives et pistes pouvant être généralisées. L'idée est en fait d'augmenter le parc en facilitant l'accès aux logements des parcs privés et sociaux. En prenant en compte ces derniers, on compte en fait aujourd'hui 340.000 logements étudiants. Valérie Pécresse veut atteindre les 680.000 dans les dix ans via des mesures d'assouplissements et en généralisant des initiatives originales tel le cautionnement d'étudiants par les Crous pour l'obtention d'un logement privé labellisé sur le modèle de ce qui se fait à Bordeaux avec le soutien de la CDC. Autres pistes défendues notamment par le secrétaire d'Etat au Logement : développer la colocation, notamment dans les HLM (cette disposition de la loi Boutin n'est pas appliquée) ainsi que l'élargissement de la garantie du risque locatif aux étudiants non boursiers. Tout récemment, Benoist Apparu a aussi proposé de surtaxer les bailleurs qui pratiquent des loyers abusifs pour les microsurfaces pour réprimer les nombreux abus dont sont victimes les étudiants en mal de logement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/07/2011 à 22:11 :
Selon l'adjoint au maire de Paris chargé du logement intérrogé sur BFM TV en Mars 2011, en présence de plusieurs organisation etudiantes, Actup et un représentant du site Location-etudiant.fr, seuls 1000 logements ont été livré en 2010... On semble loin de rattraper le retard accumulé sans compter que de nombreux devenant vétuste chaque année ne sont pas pris en compte.....
a écrit le 05/04/2011 à 13:24 :
Où est passé l'argent des ventes EDF par l'état...?et qui devait permettre la construction de logements étudiants...annonce de N.S.fin 2007...????
a écrit le 05/04/2011 à 13:09 :
ça fait + de 20 ans que l'on sait qu'il manque des milliers de logements pour les étudiants. Quelle annonce !!!
a écrit le 05/04/2011 à 12:31 :
Bonjour,

Elle devrait savoir qu'il ne faut pas raconter n'importe quoi...quand en 2012 elle va se retrouver sur les listes de pole emploi ...et si elle raconte et dit n'importe quoi sur son C.V celà ne va pas etre facile!!

Attention à ne pas mentir les employeurs que ns sommes destestent les prétentieux incompétents et à son age ...
Réponse de le 05/04/2011 à 13:11 :
Bien dit !!! et cela vaut pour celui qui est censé nous servir de président .
a écrit le 05/04/2011 à 12:08 :
a part doubler les salaires des riches je ne vois pas au bout de 5 ans ce qui ont put faire bla bla bla
a écrit le 05/04/2011 à 12:00 :
il faut peut être s'occuper des tenants et des aboutissants.
oui certains sont prêts à financer du logement étudiant, si en contrepartie, ils sont un peu protégés!
la proposition: loyer raisonnable, mais en contrepartie, l'état prend s à sa charge l'assurance loyers impayés et dégradations et se charge aussi des frais de justice en cas de litiges .
et surtout arrête de ponctionner en impôts locaux,par transfert, ce qu'il ne prélève plus en impôts classiques!
a écrit le 05/04/2011 à 11:02 :
C'est une bonne chose pour les étudiants que vous voulez faire x logements, et les autres, les mal-logés, les handicapés, les retraités, il ne faut pas oublier qu'eux aussi ils vôtent, ne laisser pas ces catégories d'être humain sur le bord de la route, merçi
a écrit le 05/04/2011 à 9:08 :
les bailleurs privés frileux de relouer après des impayés pourraient remettre dans le circuit des logements vides semi meublés ou meublés de surface décente quitte à faire des colocations avec le principe de caution parentale assurances pour loyers impayés ou de l'état si boursiers avec un contrat particulier qui autoriserait de louer effectivement moins cher mais plus sûr et qu'il existe un réel contrôle

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :