France : consommation atone, dette publique en hausse

 |   |  448  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
La consommation des ménages français a augmenté de 0,2% en août après une baisse de même ampleur en juillet. De son côté, la dette publique a augmenté de 46,4 milliards d'euros au deuxième trimestre pour atteindre 86,2% du PIB.

La consommation des ménages français a augmenté de 0,2% en août après une baisse de même ampleur en juillet, selon l'Insee. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une stabilité de la consommation en juillet et une hausse de 0,3% en août. La croissance de la consommation en juin a en outre été révisée à la baisse, à 0,9% contre 1,2% annoncé initialement.

"La légère baisse de juillet s'explique principalement par un recul des achats d'automobiles et de biens d'équipement du logement", précise l'Insee. "La reprise de la consommation en automobiles et la progression des dépenses d'énergie contribuent à la légère hausse de la consommation en août."

Les dépenses en biens durables ont augmenté de 0,8% en juillet mais sont restées stables en août. Les achats d'automobiles ont augmenté de 0,9% le mois dernier après un recul de 1,5% en juillet, imputable selon l'Insee recul du marché de l'occasion. "En revanche, note l'Insee, après la forte augmentation de juin (+3,9 %), les achats en équipement du logement baissent à nouveau en juillet (-0,7 %) et en août (-1,7 %). Le recul concerne en particulier les achats de meubles." Les achats de textile-cuir ont augmenté de 1% en juillet après une hausse de 3,6% en juin mais ils ont reculé de 2,3% en août.

Les dépenses de consommation en autres biens fabriqués ont augmenté de 0,2% en juillet mais reculé d'autant en août. Parallèlement, la consommation des ménages en énergie s'est nettement accélérée en août (+2,6% après +0,2% en juillet), un mouvement lié en particulier aux dépenses de carburants.

Autre mauvais chiffre pour l'économie française. La dette publique a augmenté de 46,4 milliards d'euros au deuxième trimestre pour atteindre fin juin 1.692,7 milliards, soit approximativement 86,2% du PIB, toujours selon l'Insee. Ce ratio dette/PIB est en hausse de 1,7 point par rapport au trimestre précédent. Il était de 82,3% fin 2010.

La dette de l'Etat a augmenté de 52,6 milliards d'euros sur la période avril-juin pour s'élever à 1.339,2 milliards, précise l'Insee. Outre la dette de l'Etat, la dette publique au sens de Maastricht inclut celles des administrations de sécurité sociale (189,0 milliards fin juin), des administrations publiques locales (153,9 milliards) et des organismes divers d'administrations centrales (10,7 milliards).

La dette nette des administrations publiques s'élève à 1.528,1 milliards d'euros fin juin, soit approximativement 77,8% du PIB, contre 77,2% fin mars, en progression de 23,1 milliards sur trois mois, ajoute l'Insee.

Le projet de budget 2012 présenté mercredi prévoit que la dette publique atteindra 85,5% à la fin de l'année. Le gouvernement estime qu'elle devrait culminer à 87,4% du PIB fin 2012 avant de refluer à 87,3% en 2013, 86,2% en 2014 et 84,1% en 2015.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2011 à 15:39 :
A l'image de Chronos, les vieux sont en train de manger leurs enfants et je pense même qu'ils ne s'en rendent pas compte car cela se fait par des indirections. La culture économique n'étant pas très développée en France certains pensent encore que l'argent tombe du ciel, mais pour combien de temps encore ?!?

Ce qu'il se passe est inéluctable car nos chères têtes grises sont/vont devenir majoritaires et dans une démocratie la majorité a toujours raison. Au final dans l'urne chacun fera son choix en fonction de ses intérêts individuels. J'ai encore pu m'en apercevoir il n'y a pas si longtemps au sein même de ma propre famille.

Le système court à sa perte, c'est inéluctable. Mais on peut compter sur les politiques pour acheter un maximum de temps quitte à endetter les 10 prochaines générations.
a écrit le 01/10/2011 à 13:36 :
Développer le SEL (système d'échange local) = plus de taxes sur beaucoup de chose de la vie quotidienne.
Développer le glanage
Développer le système D
Bref la débrouille, comme en Grèce.
a écrit le 01/10/2011 à 7:03 :
J'anticipe 2012 : J'arrête de fumer, de boire du soda, je réduis ma consommation, je circule à vélo, je réduis ma mutuelle, je...
a écrit le 01/10/2011 à 7:00 :
2012 : Moins de revenus, plus de privation voilà ce qui nous attend en 2012 et ceci quel que soit celui qui prendra les rennes.
Réponse de le 01/10/2011 à 16:27 :
Parceque le peuple le veut bien. Bêêê, bêêê,...
a écrit le 30/09/2011 à 17:37 :
Pluis d'impots, moins de dépenses, moi de commandes moins d'emplois c'estr aussi simple que celà. Mais il ne faut etre grand clerc pour comprendre. C'est comme la taxation des revenus du capital, moins d'achat en bourse, moins de liquidité pour les entreprises moins d'emplois. Mais vous verrez qu'ils vont nous obliger à consommer. Quitte à consommer, je vais me jeter sur les produits asiatiques puisqu'ils serontmoins chers que les français aprés toutes ces taxes. Ces politiques n'ont rien compris, qu'ils commencent à moins dépenser dans les régions les départements les communes. Qu'ils apprennent à maitriser leur budget comme celui d'un ménage et avoir le courage de dire non je ne peux plus donner.
a écrit le 30/09/2011 à 14:54 :
Ras ras ras le bol de ces politiques qui taxent la classe qui consomment et qui porteent depuis plusieurs années la croissance !!! de la France LA CLASSE MOYENNE j'ai décidé de ne plus consommer et d'épargner. Je considérais que consommer le maximum français était un acte civique pour maintenir l'emploi que fait l'Etat il taxe et retaxe et retaxe cette classe alors STOP à l'aggrssion de l'Etat qui n e fait aucun effort le bouquer le secrétaire d'état aux expast dont j'ai été pendant plus de 25 ans je n'ai jamais eu besoin de ce secrétaire POLITIQUE comme bien d'autres d'ailleurs.Stoppons notre consommation pour que les politiques de tous bords cessent de se gaver avec valisent et autres "astuces" peru recommendables au détriment de l'ensemble des citoyens hors la classe du Bristol ou des Bouches du Rhône avec ce Monsieur Guérini.
a écrit le 30/09/2011 à 13:06 :
Pour que l'horizon s?éclaircisse il faut "simplement" revenir sur les 75 milliards de "non recette" que représentent les niches fiscales. Le rapport de l'inspection des finances fait état de 224 niches ayant un impact nul ou quasi nul (niches dites peu efficientes) représentant 40 milliards d'euros
Concernant les niches sociales, 37 sont considérés peu ou pas efficace représentant un manque à gagner pour l'urssaf de 13 milliards à rapproché du déficit annoncé pour 2012 soit un retour à l'équilibre
Il serait donc "très simple" d?arrêter dès 2012 ces avantages fiscaux et sociaux qui ne servent à rien et de retrouver un déficit proche de 3 % selon les critères de Maastricht.
Mais cela ne suffira pas, en effet le besoin en financement de l'état pour 2012 sera proche de 170 milliards d'euros (remboursement d'emprunts antérieurs arrivés à échéance + déficit) Ce qui signifie que l'état doit retrouver l'équilibre budgétaire afin de commencer à diminuer sa dette en valeur absolue (par son montant) et non en valeur relative (en proportion d'une donnée comme le PIB).
Le mode de gestion de l'économie basée sur une proportion de dette ou de déficit par rapport au PIB nous a entrainé dans un cercle infernal. Cette théorie a, à mon avis, démontré ses limites sur une période de près de 20 ans
Réponse de le 30/09/2011 à 14:35 :
C est quoi une niche fiscale peu efficace? Prenons l ex du scellier tant décrié à droite comme à gauche: met on en face du manque a gagner pour l état la TVA percue ? Met on en face le nombre d emplois crées et donc des rentrées fiscales et sociales pour l état : 1,5 emploi pour un logement je crois ? Met on en face le nombre de logements que l état n a pas crée?
a écrit le 30/09/2011 à 11:39 :
Comme en Grèce, les jeunes n'ont rien à espérer en restant en France. Il n'y a plus d'avenir en Europe, sauf le travail précaire et les petits boulots, autrement dit la galère. Partir en Australie ou dans les pays émergents reste encore la meilleure solution.
a écrit le 30/09/2011 à 11:02 :
Face au déficit grandissant la victoire de la "gôche" au Sénat on allait voir ce qu'on allait voir. Fin du cumul des mandats, baisse des indemnités des 100 000 élus rémunérés et bien rémunérés fermeture du Conseil économique et Social, fermeture des 750 comités Théodule qui ne servent comme on le voit à rien puisque la dette ne cesse d'augmenter. Obligation pour les enseignants de faire de faire les 35 heures. Fin de l'inceste entre les hauts fonctionnaires des Finances et de l'ENA qui passe du public au privé, du privé au public. Un salarié travaille pour l'Etat et doit être correctement rémunéré. Mais il ne peut être retraité ou démissionnaire. Combien de hauts fonctionnaires après avoir travaillé dans les cabinets ministériels vont rejoindre le privé. Inspecteur des Impôts qui créent des officines pour conseiller les entreprises pour éviter de payer des impôts. Un grand groupe de luxe a créé une centaine de filiales pour éviter de payer des impôts. Combien d'entreprises du CAC 40 sont gérés par d'anciens inspecteurs des Finances ou de l'ENA. On pouvait penser que faire l'ENA avait pour objectif de servir l'Etat or beaucoup d'énarques servent le privé ou la politique, ce qui est scandaleux. On devrait demander aux énarques ou aux polytechniciens qui travaillent dans le privé de rembourser les frais d'études-500 000 euros minimum-Après on se plaint du déficit. Il est temps de mettre fin au Ni-Ni mitterrandien. Public ou Privé pas les deux
a écrit le 30/09/2011 à 9:54 :
A lire de toute urgence : Le scandale des délocalisations d?Eric Laurent, chez Plon

Ce livre révèle que le monde des affaires mène une véritable guerre contre l?emploi. Des milliers de postes même hautement qualifiés, sont constamment détruits en France, en Europe, comme aux Etats-Unis, pour être transférés en Chine et en Inde. Une quête du profit à court terme où les salaires sont sacrifiés à l?avidité des actionnaires.

Le scandale des délocalisations entraîne le lecteur dans les coulisses d?une réalité, dont l?ampleur et la gravité sont soigneusement occultées par les dirigeants d?entreprises et les responsables politiques. Il découvrira comment un fond créé par Nicolas Sarkozy pour lutter contre la crise finance les délocalisations. Il apprendra comment l?Union Européenne, déjà impuissante à créer des emplois, s?empresse de détruire ceux qui existent.

En délocalisant massivement, les industriels occidentaux sont tombés dans un véritable piège, soigneusement tendu par l?Inde et la Chine, et les bénéfices de la mondialisation leur échappent désormais.
Au terme de cette enquête emplie de révélations, Le Scandale des délocalisations pose une question : un pays peut-il perdre ses emplois et continuer de prospérer
Réponse de le 30/09/2011 à 10:43 :
Il faut relever que les CASSEURS d'entreprises sont généralement des cadres dirigeants français qui in finé agissent contre l'intérêt de la Nation. Ces cadres là, ils fuat les traduire devant une COUR MARTIALE puisque tout le monde s'accorde à constater et à admettre que nous somme dans une guerre économique et financière : la sanction devrait être LA PRISON à VIE et la CONFISCATION de leurs BIENS PERSONNELS comme L RENAULT en 39/45.
Réponse de le 30/09/2011 à 12:37 :
Parmi les casseurs d'entreprises françaises, l'on peut citer Mr Wauquiez qui ne semble pas savoir que la société française ARGOS produit des tablettes PC, or Monsieur Laurent WAuQUIEZ inculte indsutriellement n'a pas retenu la marque ARGOS dans l'offre annoncée pour les étudiants a grand renforts de communication. Pitoyable ce fils de banquiers né dans la soie.
Réponse de le 30/09/2011 à 13:30 :
La Chine est très intéressée par nos réserves d'or car nous sommes le troisième pays détenteur d'or au monde (USA, Allemagne, France). C'est le moment de vendre ces tas de métal sans utilité.
a écrit le 30/09/2011 à 9:09 :
Tout le monde sait que cette dette n'est là que pour une décoration, un second rôle puisque personne ne payera cette somme. La France reste un pays le plus riche du monde (5ème fortune du monde) nous pouvons continuer à vivre comme à nos habitudes. Je ne m'inquiète pas tant que la somme ne dépasse pas à 130% du PIB.
Réponse de le 30/09/2011 à 10:02 :
Vous devriez penser à vos petits enfants qui vont crever de faim pour payer vos dettes ... consultez un psy, vous en avez grandement besoin.
Réponse de le 30/09/2011 à 13:20 :
La France est devenue un petit village face à l'étendu du monde et je suis heureux de pouvoir quitter ce pays pour Maroc, Tunisie et autre endroit là où il y a que la réjouissance puisque j'ai une rente sous forme de retraite. Mes petits enfants feront ce qu'ils voudront en sachant que cette dette n'appartient à personne. La dette personnelle est pour soi et la dette de la nation appartient à celui qui veut casser la tête pour ce jouet formidable.
Réponse de le 03/10/2011 à 12:20 :
@J'ai le choix...

Cette dette appartient aux banques puisqu'elles sont créancières. Laissons les avec l'espoir que le capital sera remboursé (souvenons nous des emprunts russes...)
a écrit le 30/09/2011 à 8:36 :
Les députés préparent le budget pour 2012 et ... ils recommencent à voter des milliards de déficit !!! Cela dure depuis plus de trente ans !! On finit par se demander si ces personnes sont normales ou si elles sont DROGUEES !! FAUT-IL LES ENFERMER EN ASILE ?
Réponse de le 30/09/2011 à 9:28 :
Et que dire de ce gouvernement de l'Union du Mensonge Politique ? Les fillonitudes perdues et s'aggravent. L'asile serait rop bien veillants pour ces pathologiques du vol des contribuables, la Prison sur une ile déserte serait plus appropriée, les laisser s'auto-suffir entre eux... là ils excelleront à condition de ne pas oublier de leur attribuer Novelli comme pretre de l'auto-machin.
Réponse de le 30/09/2011 à 9:30 :
c'est vous qui ne comprennez rien à l'économie
Réponse de le 30/09/2011 à 10:00 :
Le désert industriel grandissant, les restos du coeur bondés toute l'année, les travailleurs pauvres dont le nombre progresse, le chômage qui grimpe, les statistiques traffiquées en radiant des sans emplois, les affaires de corruption, TOUS ces PRéCITéS sont la manifestation d'une économie CASSéE par des CASSEURS des gouvernants depuis 10 ans, l'Union qui Marche sur le Peuple, pire que les casseurs des banlieues.
a écrit le 30/09/2011 à 8:34 :
Plus d'industrie "les verts qui ne sont pas un parti mais un lobby sont contents ça pollue" donc plus de boulot, plus de pognon. J'espère que les industriels trouveront une méthode pour extraire le gaz de schiste proprement pour donner du travail et que les entreprises paieront des impôts en France. Ou alors il va falloir qu'on deviennent tous élus pour toucher du pognon mais gagné par qui et avec quoi?
a écrit le 30/09/2011 à 8:05 :
aucune proposition ..de droite comme de gauche..pour reduire le train de vie de l etat on PARTAGE LE GATEAU entre NOUS
Réponse de le 30/09/2011 à 9:35 :
Tant que je continue à profiter des promos de Carrefour du 1 + 1 gratuit, cette situation me va sans complexe. Vacances en Tunisie à moins de 350 euros tout compris (séjours, nourritures, massage corporel, et la nuit avec quelques escapades nocturne pour embaumer le coeur).
Réponse de le 30/09/2011 à 12:45 :
et que les autres crevent de faim ...... pas belle la vie pour certain
a écrit le 30/09/2011 à 8:01 :
C'est l'inverse la consommation a augmenté en août de 0.2% et baisser en juillet. Merci de rectifier.
a écrit le 30/09/2011 à 7:49 :
La consommation en baisse est laconséquence de 2 mamelles de la France : 1ière mamelle ) la désertification industrielle --- 2ème mamelle ) la généralisation des travailleurs pauvres et la croissance du chomage ... l'EFFET CISEAUX est donc en marche, l'Etat UMP endete la France

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :