Le "made in France", nouveau slogan électoral

 |   |  616  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Pas question pour le président Sarkozy de laisser le thème du "made in France" à ses adversaires. Sa visite ce mardi en Haute-Savoie, dans l'usine de skis Rossignol, a été l'occasion de défendre lui aussi la ré-industrialisation de la France.

"Acheter français", "fabriqué en france", "patriotisme industriel", "produire en France"... A chaque candidat à la présidentielle de 2012 sa formule. Nicolas Sarkozy, bien que candidat non déclaré, a choisi la sienne. Rien de tel alors que de la prononcer à l'usine Rossignol de Sallanches en Haute-Savoie puisque l'entreprise rapatrie depuis un an une partie de sa production de skis délocalisée en Asie.  

"Notre politique, c'est d'encourager les entreprises à produire en France, qu'elles soient françaises ou étrangères", a lancé le chef de l'Etat ce mardi devant les salariés de l'usine Rossignol. "Je ne suis pas par principe contre l'implantation d'usines françaises dans d'autres pays, c'est normal qu'on construise en Chine des voitures qu'on veut vendre en Chine", a-t-il poursuivi, "là où je ne suis pas d'accord, c'est qu'on fabrique à l'étranger des voitures pour les vendre ensuite en France".

"Je préfère même qu'on achète une voiture de marque étrangère produite en France plutôt qu'une voiture française fabriquée à l'étranger et vendue en France", a-t-il insisté. "Ce qui est important, c'est de produire en France (...) si c'est des capitaux étrangers qui veulent s'installer en France pour produire en France, tant mieux !"

Nicolas Sarkozy en a profité pour défendre le label "origine France garantie", décerné à tout produit incorporant au moins 50% de valeur ajoutée tricolore, soit une quarantaine au total. Une façon de piétiner sur les plate-bandes de François Bayrou et de son "label France".

Consommateurs : être citoyen et responsable

Laurent Wauquiez, ministre de l'Enseignement, en a remis une couche ce mardi après la présentation des propositions de son groupe Droite sociale. "En tant que citoyens, on doit tous être responsables: a-t-on le réflexe, quand on achète un produit, de vérifier où il est fabriqué?", a déclaré le ministre. Et d'ajouter : "Est-ce qu'on a le réflexe d'accepter de mettre le 0,5 centime d'euro supplémentaire qui permet de garder l'emploi en France et en Europe? C'est aussi ce patriotisme économique que l'on droit prouver". Pour lui, Parler de frontières européennes et françaises n'est pas un gros mot (...) Les frontières sont aussi le soubassement du made in France".

72% des Français d'accord mais attention à ne pas payer trop cher non plus....

Pas étonnant que la course à la présidentielle embarque avec elle ce thème quand on sait qu'il raisonne favorablement chez les Français. Du moins selon un sondage Ifop. D'après celui-ci, plus de sept Français sur dix (72%) se disent prêts à acheter plus cher un produit fabriqué en France alors que 28% s'y refusent.

Mais l'enquête, pour le compte du Comité des entrepreneurs pour un développement responsable de l'économie (Cedre), montre néanmoins que le prix reste un critère décisif dans le choix du consommateur. Si 76% des consommateurs français affirment regarder la qualité du produit avant son prix, ils sont tout de même 70% à regarder d'abord le prix. Les priortiés s'inversent même quand les dirigeants d'entreprise sont interrogés sur le même sujet.  Selon eux, les acheteurs s'intéressent d'abord au prix (86%), ensuite à la qualité (71%). En revanche, ils ne sont que 15% à regarder le pays de fabrication du produit.

Ils considèrent à 82% que les produits fabriqués en France sont plus chers que ceux fabriqués à l'étranger, contre 15% qui les évaluent au même prix et 3% moins chers.

Enfin, 68%  des consommateurs jugent que l'Etat doit aider à la production nationale et à la relocalisation, quitte à les pénaliser en cas de délocalisation (25%). Quant au label "Made in France", la plupart des personnes sondées estiment qu'il n'est pas assez strict.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2011 à 7:38 :
tout ca,c'est de la "com"!! a quelques mois des élections presidentielles!!..comme par hazard!!une fois de plus ,notre guignol national adopte son attitude de faux-cul et de menteur! j'aimerais m'adresser à vous, mr sarkosy...pour vous rappeler votre discours en 2006!vous annonciez:pas de fermeture d'usine ,pas de délocalisation pour les entreprises béneficiaire en france!! qu'avez vous fait vous et tous votre "boys-band" de l'ump!!..en 2009??..combien d'emplois perdus cette année la dans l'industrie,en france?!! pas de bol,nico!! je suis un ancien salarié de l'industrie francaise , ancien salarié d'une entreprise haute-savoyarde ,qui dégageait des resultats positifs(j'ai toujours touchés une prime d'interessement ou de participation aux bénefices!!) donc entreprise béneficiaire.ancien salarié comme des centaines d'autres , aux savoir-faire "made in france", fabriquant des skis "made in france" jusquà fin 2008!!..qu'a tu fais cette année la?!! nous ne t'avons pas vu à RUMILLY, haute-savoie lors de la fermeture du site de production des skis "made in france"!!..ou apres 3plans successif de licenciement ,se sont pas loin d'un millier d'emplois "made in france" qui ont été supprimés!!..en haute-savoie!!..ceci n'est qu'un bon exemple..1pensée aussi pour tous les autres anciens salariés de l'industrie francaise,aux savoir-faire"made in france",qui ont été floués par tes fausses promesses,par tes mensonges politiques,toi président et tes bons à rien de ministres et d'élus locaux!!une belle brochette d'imcapables, de beaux parleurs,d'instruits mais loin d'etre intelligents!!..trahis par vos imcompétences à defendre des emplois riches pour tout un département,une region,un pays!!le constat est la,fin 2011!! les chiffres du chomage sont positifs..eux!!vous avez bien travaillez,l'UMP!! il y a quand meme quelque chose de positif dans vos résultat!!donc ,pour en finir,votre déplacement à Sallanches, c'est une foid de plus de la "parade" électoral!! Vous et votre parti , durant votre quinquénnat,vous n'avez pas su défendre notre savoir faire et notre"made in france".Et c'est trop tard!! le mal est fait!! Votre "non-savoir faire" et votre"non- savoir etre" se résume par ..."merde in france"!! Vivement 2012 et les prochaine élections pour liberer le poste!!..vous n'avez pas les compétences!! a bon entendeur...salut!!
a écrit le 14/12/2011 à 13:50 :
Je trouve amusant et plutôt cynique cette campagne électorale coûteuse de Sarkozy à Sallanches. Tout le monde est en extase: Le Dauphiné Libéré en a fait deux pages. La télé régionale et même nationale n'ont parlé que de ce voyage, du comédien le plus machiavélique de l'histoire de France. Bizarrement, personne n'a mentionné que cette société vantée par le président n'appartient pas aux français et qu'à chaque fois que l'un de nous achète une paire de skis (français) ses actionnaires étrangers s'en frottent les mains. Il en est de même avec Total et tant d'autres multi-nationales d'origine française...SVP La Tribune, ayez la gentillesse de nous informer correctement au sujet de qui possède réellement nos industries (Les noms des actionnaires de toutes les entreprises du CAC40 et les impôts qu'ils paient au Trésor-Public de notre pays). Cela serait de votre part, un geste patriotique très apprécié...
Merci beaucoup pour votre collaboration...Jean-Claude Meslin
a écrit le 14/12/2011 à 9:15 :
Rossignol a réembauché maigrement 20 salariés après en avoir supprimé plus de 600 sur le groupe. Pour Salomon 1 800 salariés ont disparu, la production a été rayé de la carte de france grace à des ingénieurs incapables d'industrialiser intelligemment. Sarkozy a fait le déplacement pour 20 créations d'emplois, dans ces conditions, à raison de 4 000 000 de chomeurs, Sarkozy va devoir faire 200 000 déplacements pour chaque tranche de création de 20 emplois. Le ridicule ne fait pas peur aux UMPistes qui se Moquent des Français. Faisons le calcul du cout du déplacement des sbires incompétents de Sarkozy, celà doit faire une somme énorme rapportée au triste 20 emplois créés. Quel scandale.
a écrit le 14/12/2011 à 8:07 :
Lorsque l'on achète un produit asiatique, on paie IMMEDIATEMENT moins cher, mais, ce faisant, on a aussi contribué à augmenter le chômage en France.....que l'on paie ENSUITE, via une augmentation de nos cotisations ASSEDIC, et via une augmenation généralisée de nos impôts.

En définitive, il vaut mieux acheter français IMMEDIATEMENT et voir nos contributions de toute sorte baisser.

C'est donc le consommateur qu'il faut soutenir pour relancer la relocalisation
Réponse de le 14/12/2011 à 8:33 :
Parce que vous croyez que nos contributions baisseront si l'on achète français?
Quel doux rêve....
De toute façon pour pouvoir acheter vraiment français, encore faudrait-il que l'on produise encore quelque chose en France.
a écrit le 14/12/2011 à 5:22 :
Si la traçabilité de la viande est possible, ce doit être possible pour tous les biens de consommation. Il n'y a qu'à mettre le même principe que pour les appareils électroménager ou les voitures, des étiquettes de A+ à F (A+ étant fabriqué intégralement en France etc...). Les Français achèteront ainsi en toute conscience.
a écrit le 14/12/2011 à 4:23 :
L'europe est le seul marché ouvert du monde (qui veut respecter des idées et des décisions de Mr lamy et consorts...) . Grâce à nos économistes les plus fous ( qui bien sur ne savent pas l'histoire ). On a affaires à des idéologues ou des gens vendus à des causes qui sont atlantistes pour le moins ..
Il y a aucune remise en cause possible de cette pensée dégénérée. ils préfèrent couler le système de la monnaie européenne , ils préfèrent appauvrir et rendre bête nos populations (depuis les années 1970) , que de remettre en question ce projet fous . La vérité apparait comme totalitaire et passe par des décisions anti démocratiques (le pouvoir de BXL , La fameuse banque MES...Et ce discours de sous les fagots qui parle de "Gouvernance mondiale..." Chère à NS DSK Attali Hollande et consort......). Il est encore temps de réagir.... mais d'abord bonne fetes de Noel à tous (mêmes les méchants )!!!
a écrit le 14/12/2011 à 4:19 :
Le problème c'est que le Made in France n'est pas fait en France, l'étiquette peut'être!
L'Euro logtemps trop fort a favorisé la delocalisation et maintenant ces usines françaises en dehors de la Zone Euro il faut bien les occuper.
En France il nous reste le RMI!
a écrit le 13/12/2011 à 23:42 :
Bon, on fera comme d'habitude sauf qu'il ne faudra pas oublier de dire au façonnier étranger de mettre l'étiquette "made in France" :-)
Réponse de le 14/12/2011 à 5:03 :
@Patrickb, juste le problème de l'étiquette ! les produits fabriqués à l'étranger, retour en FRANCE dans les dépôts, ( l' étiquette diffusion ) tout du vent! je pense que les FRANCAIS ont compris?
a écrit le 13/12/2011 à 22:18 :
Ce concept de « made in France » ne changera malheureusement rien à la désindustrialisation de notre pays. Le prix reste le critère de choix principal pour beaucoup de monde (surtout en période de crise), et quand on voit les différentiels de compétitivité (un ouvrier chinois coûte par exemple en moyenne 200 EUR / mois dans le secteur industriel), on comprend vite que le « fabriqué en France » relève plus de l?anecdote que d?autres choses, dans le contexte de mondialisation à outrance actuel.
Les outils pour combler ces différentiels de compétitivité existent pourtant. Mais la France n?en a plus la maîtrise.
Le taux de change, qu?il faudrait déprécier de 30%, dépend de la politique monétaire menée par la BCE. Mais cette dernière est sous tutelle allemande, et n?a pas d?autres objectifs que le contrôle aveugle de l?inflation.
Les barrières douanières pourraient être très efficaces pour se protéger du dumping (social, environnemental) des émergents. Mais, la politique douanière est sous tutelle des ultra-libéraux de Bruxelles et de l?OMC, et donc du lobby des multinationales.
Au final, on a bien compris que le « produire en France » n?était qu?un écran de fumée supplémentaire, destiné à masquer la triste réalité que le monarque et ses amis du Fouquet?s veulent imposer à la France : ajuster les salaires français sur les salaires chinois. J?espère qu?avant d?en arriver là, les français auront un sursaut d?orgueil, à l?image de ceux qu?ils ont pu avoir dans le passé, et qui ont fait notre fierté.
Réponse de le 14/12/2011 à 4:10 :
Vous parlez de 200euros pour un ouvrier chinois? Je peux vous donner le smic bulgare ; il est de 13é euros. Je pense que vous 200 euros sont faux .
Bonnes fêtes;
a écrit le 13/12/2011 à 22:17 :
Ce n'est pas le "label produit fabriqué en France"seul qui va stimuler l'économie et faire baisser le chomage .Il faut l'accompagner d'une politique de relocalisation qui ne peut qu' etre stimulée financièrement .Et,comme on n'a pas les moyens on ne fera rien
Réponse de le 13/12/2011 à 23:43 :
@ clodef: non, mais crois-tu que les politiques se préoccupent du chômage et de la situation économique ???
a écrit le 13/12/2011 à 22:14 :
Les politiques se foutent que le travail revienne en France, ils ne comptent que les charges et autres taxes qui seraient générées par les re-localisations. Les délocalisés ne reviendrons jamais (les lois changent plus vite que les calendriers) et même les services se délocalisent sauf.. ceux à la personne qui ne génèrent pas une grosse "marge" pour nourrir un Etat Eurovore
a écrit le 13/12/2011 à 21:41 :
Le "produire en France" OK. ça va stimuler l'économie et faire baisser le chômage. Après ça change. Le "consommer français" = niet pour moi. Juste pour le secteur auto (un secteur que je prendrai comme exemple), les marques françaises se font laminer par les marques allemandes. Qualité "made in Germany". Il y a de nets progrès cependant avec les ds3-ds5 et RCZ, la preuve qu'il reste un espoir, la preuve que la France peut être compétitive dans certains secteurs et même faire des produits attrayants et "sympas". Et puis se pose aussi le problème des salaires, qui n'augmentent quasi plus. Mais ça ils n'y ont certainement pas pensé au gouvernement. Quand on touche ses 10.000? nets mensuels pour faire de beaux discours et faire un peu de show et de cinoch à l'Assemblée on ne voit bien évidemment pas le problème du "consommer français", puisqu'on peut se payer tout ce qu'on veut. C'est pourtant une aberration économique cette défense du "produire en France". Pas tant sur le fond, qui lui est compréhensible, mais on est plus dans les années 70-80 durant lesquelles c'était l'offre qui dictait sa loi! On produisait en masse et la demande suivait. Bienvenue en 2011 et en pleine crise mondiale. Comment peut-on produire des biens plus chers que la concurrence s'il n'y a que peu de débouchés (donc de demande) sur un marché précis? Impossible. ça va faire comme les téléviseurs cette histoire de "produire français". On va produire dans des secteurs avec une compétitivité réduite et hop... Aujourd'hui on achète des Samsung, Sony ou Panasonic.... Encore un discours de Sarkozy visant à grappiller quelques voix du FN en mettant en avant le patriotisme économique.
a écrit le 13/12/2011 à 21:40 :
Comment expliquer que des bus de ville soient de marque ?ang? ? Il faut balayer devant sa porte avant ...
a écrit le 13/12/2011 à 21:28 :
En dix ans la France a perdu un million d'emploi industriel.Souhaiter inverser la tendance ne suffit pas les causes doivent être déterminées avant d'appliquer un remède.Cette perte d'emplois n'est pas le résultat d'une catastrophe naturelle ni d'une guerre elle a ses racines dans la politique menée depuis des dizaines d'années.
Nicolas Sarkozy ,ministre du budget en 1993,Président depuis 4ans doit les connaître mais nous donne pas de solutions. Il avait pourtant promis dans sa campagne électorale d'instaurer la TVA sociale ,comme l'Allemagne pour améliorer la compétitivité des industries.Il redécouvre l'utilité de l'industrie avant les élections
a écrit le 13/12/2011 à 19:36 :
cela fait plus de 20 ans que je prone le made in france,mais il y'a le consommateur qui bien souvent veut etre payé comme un ministre et qui veut acheté au moins cher et ça ,c'est difficilement compatible.en effet,certains preferent acheter des produits fabriqués par des ouvriers payés 100 ou 500 euros par mois.
il y'a aussi certains patrons pour lesquels il faut toujours gagner plus qui font fabriquer le produit en chine alors qu'il se vend bien et pas moins cher.
n'importe comment s'il y'a pas une certaine regulation au niveau de l'état français ce qui est difficilement compatible avec l'europe ,cela sera de plus en plus difficile pour le made in france.
ce qui est drole ,c'est que certains qui ont proné la mondialisation à tout vent commencent à changer d'avis.
a écrit le 13/12/2011 à 18:50 :
le problème n'est pas le made in France -ou- pas , c'est le made in qualité of France
et identifié comme tel (Dior, Lacoste, etc ) CQFD
a écrit le 13/12/2011 à 18:45 :
Pourquoi ce que l'on considère comme bon pour la relance économique sur le plan national ne pourrait serv ir d'exemple sur le plan Européen. Nous voyons ainsi l'intérêt d'un fédéralisme qui relancerait les économies. Il s'agit donc de commencer par une refonte des productions pour un PIB Européen.
a écrit le 13/12/2011 à 18:17 :
Les consommateurs voudraient bien acheter français, mais ils savent que plus de 50% du prix des produits français représentent des taxes ou des charges sociales plutôt que l'expertise de l'ouvrier ou de l'ingénieur. Les produits allemands, japonais ou américains, supportant nettement moins de charges à la production malgré les coûts d'importation, offrent une qualité mécaniquement supérieure aux produits français à prix équivalent à cause des charges et des impôts. Arrêtons de détruire nos entreprises et nos emplois, de faire fuir les jeunes diplômés et les capitaux ! L'Etat-providence obèse détruit la prospérité française.
a écrit le 13/12/2011 à 17:29 :
Une nouvelle race de libéraux est née : "les Libayroux".

Ils veulent faire acheter et produire français sans remettre en cause la libre circulation des marchandises et des capitaux !!
Une filiation directe avec Georges Marchais digne de Pif-Gadget (d'ailleurs c'était une publication propriété du PCF !).
a écrit le 13/12/2011 à 17:22 :
Fabriqué en France serait plus adapté comme terme. Dans le même temps on parle de destin et de renforcement de l'Europe. Ou est la cohérence, du propos et de la pensée. Lorsqu'on est le recordman de la délocalisation ce type de propos ne peut pas être crédible. Il en est de même pour Bayrou qui a une voiture Allemande. A l'inverse Montebourg, il y a quelques mois vantait les qualités de son véhicule de marque Peugeot. Qui est crédible?
a écrit le 13/12/2011 à 17:19 :
Si depuis plusieurs années on avait privilégié une politique de l'offre (plus de travail,moins de charges et distribution du profit ,le cas échéant,aux salariés)on en serait pas là.
a écrit le 13/12/2011 à 17:12 :
pendant que notre rossignol chanter en haute savoie le cout de sa sortie nous aura encore fait augmenter la dette
a écrit le 13/12/2011 à 16:49 :
La webradio indépendante AWI pense qu'il s'agit d'un très mauvais slogan qui dénote un manque de réflexion.
Le : "made in" devrait être remplacé par : "le fait en..."
"Fait en France" serait peut-être un bon slogan à condition de savoir sur quels produits l'afficher. Et là ça se complique sérieusement!
a écrit le 13/12/2011 à 16:34 :
C'est oublier les syndicats destructeurs de l'emploi.
Ceux-ci dont le magouillage n'est pas publiable,toute la classe politique ,en fera les frais,voir le rapport de M.Perruchot,n'ont que pour objectif: La protection des acquis de 1945!!!!
Avec ça Allez la France!!!!!
Réponse de le 13/12/2011 à 20:50 :
La France toujours tourn?vers le pass?t gangr?e par ses syndicats repr?ntant ?eine 10% des salari?et d?ndant de mani? dogmatique les fameux acquis corporatistes egocentriques d'une minorit?uitte ?lomber encore plus l'?nomie.
Réponse de le 14/12/2011 à 5:06 :
@Erythre, écrire petit chinois! enfin!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :