L'Assemblée vote le texte programmant la "TVA sociale" et la "Taxe Tobin"

Les députés français ont adopté mardi par 301 voix contre 207 le projet de loi de finances rectificative pour 2012 qui prévoit notamment la création d'une "TVA sociale" pour le 1er octobre et une taxe sur les transactions financière pour le 1er août.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Les groupes UMP et du Nouveau centre (NC) ont voté ce "collectif" budgétaire que le Sénat examinera à son tour mercredi. Les groupes PS et Front de gauche ont voté contre. L'opposition de gauche avait mené une longue bataille contre le texte, défendant un à un ses nombreux amendements après avoir tenté, en vain, de soumettre la "TVA sociale" à référendum.

Ce "collectif" budgétaire présenté par la ministre du Budget Valérie Pécresse reprend les principales mesures annoncées le 29 janvier par le président Nicolas Sarkozy, en résumé :

- Mise en place au 1er octobre prochain de la "TVA sociale" et , parallèlement, la suppression des cotisations patronales affectées à la protection sociale - à hauteur de 13,6 milliards d'euros- et de les compenser par une hausse de 1,6 point du taux de TVA à 21,2%, ainsi qu'une augmentation de deux points de la CSG sur les revenus du capital. Cette mesure, qui avait été rejetée en commission des Finances faute d'un nombre suffisant de députés de la majorité, devrait s'appliquer au 1er octobre, après les élections présidentielle et législatives du printemps.

- Création au 1er août prochain d'une taxe sur les transactions financières d'un taux de 0,1% qui s'appliquera dès le 1er août à toutes les transactions réalisées sur des actions de sociétés cotées dont le siège social est en France et dont la capitalisation est supérieure à un milliard d'euros. Un amendement UMP-NC exonère de cette taxe les achats d'actions dans le cadre des dispositifs d'épargne salariale.

- Un amendement prévoit que les achats de biens immobiliers sur plan resteront taxés à 19,6% si le contrat de vente a été signé avant le 9 février 2012, date de la présentation de ce texte en Conseil des ministres.

Ce "collectif" budgétaire prévoit des annulations de crédits à hauteur de 1,2 milliard d'euros et une hypothèse du taux de croissance pour 2012 ramenée de 1 à 0,5%. Il comporte par ailleurs une série de mesures destinées à renforcer la lutte contre la fraude fiscale, propose des dispositions visant à développer les formations en alternance et fixe à 84,9 milliards d'euros le déficit prévisionnel pour 2012. Il prévoit en outre un versement de 6,5 milliards d'euros au futur Mécanisme européen de stabilité (MES), destiné à se substituer en juillet au Fonds européen de stabilité financière (FESF).

Ce projet de loi devrait être définitivement adopté par le Parlement avant le 7 mars, date à laquelle députés et sénateurs interrompront leurs travaux pour cause de campagne électorale.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 21/02/2012 à 21:32
Signaler
Conséquence imparable : la liquidité va fuir le cac. Illiquide, il n'est pas du tout impossible que le cac retourne sous 1000 points avant deux ans, moins que sa valeur de ses débuts, en 1987 ! Comme ça, les fonds étrangers pourront se faire une bonn...

à écrit le 21/02/2012 à 21:24
Signaler
ont ne peut croire a ce bouffons ce serais la pire chose pour notre pays

à écrit le 21/02/2012 à 19:12
Signaler
Un petit rappel de l'évolution depuis 5 ans pour les épargnants: les prélèvements sociaux seront passés de 11%à15,5%,le prélèvement libératoire de 16%à24%(21%pour les dividendes) et que les +values sur cession de valeurs mobilières sont désormais ta...

le 21/02/2012 à 22:06
Signaler
Aux présidentielles à venir, on a le choix entre trois ou quatre socialistes : l'officieux, l'officiel, la violente ou le naïf. Mais où est passée l'opposition au socialisme dans la petite URSS française ?

le 21/02/2012 à 22:34
Signaler
Réponse à Eh oui... Au moins avec les trois derniers on est sûr de ne pas être trahi.

à écrit le 21/02/2012 à 19:11
Signaler
Bon ! et bien il me reste à calculer pour mon propre budget de combien je vais diminuer ma consommation en conséquence, voire moins travailler pour diminuer les prélèvements sociaux.

le 21/02/2012 à 22:27
Signaler
Réponse à spirale. "voire moins travailler" déclaration épouvantable,dramatique,douloureuse...et pourtant tellement juste.Aujourd'hui c'est le choix de beaucoup,et pas les plus mauvais.Des revenus du niveau de ceux d'un fonctionnaire moyen c'est la ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.