Hollande à Londres plaide pour "de la régulation partout"

 |   |  327  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
François Hollande, en déplacement à Londres pour y discuter avec les responsables travaillistes de la façon de "réorienter l'Europe", a assuré qu'il n'était "pas dangereux" et a plaidé pour la "régulation" financière.

"Je prépare avec les dirigeants de l'opposition, ce que nous pouvons faire ensemble, les progressistes européens", a déclaré François Hollande, ce mercredi, à la presse à son arrivée à la gare St Pancras à Londres. Il devait rencontrer le chef de l'opposition travailliste Ed Miliband et déjeuner avec lui et des membres du Shadow cabinet.

Alors qu'un média économique anglais l'interrogeait sur ses positions sur la finance (ndlr: en meeting, il avait affirmé que son adversaire était d'abord le monde de la finance), il a répondu en anglais, tout sourire: "I am not dangerous" (ndlr: je ne suis pas dangereux). Un peu plus tard, il a assuré qu'il fallait "de la régulation partout". Le candidat à l'élection présidentielle est également venu "s'adresser aux Français ici à Londres qui attendent le changement aussi, ils veulent un changement en France et en Europe". "Ici, la finance, ils la connaissent bien les Français, qui parfois y travaillent, ils savent qu'elle n'est pas régulée, ils ont la volonté d'avoir une finance au service de l'économie réelle", a-t-il ajouté.

A la rencontre des "amis travaillistes"

Aucune rencontre n'était prévue avec le Premier ministre conservateur David Cameron, a indiqué à l'AFP un porte-parole du 10, Downing Street, ajoutant que "le président est l'équivalent du Premier ministre, et il serait inhabituel pour un Premier ministre de rencontrer des candidats de l'opposition pendant la campagne électorale". Regrette-t-il de ne pas rencontrer le Premier ministre, le conservateur David Cameron ? "Non, parce que je n'avais pas fait la demande. Aujourd'hui, je pense que j'avais à discuter d'abord avec les amis travaillistes. Et puis un jour, peut-être proche, si j'arrive à convaincre les Français le 6 mai, j'aurai à rencontrer M. Cameron". "Ce n'est pas le gouvernement que je viens rencontrer, c'est aussi les dirigeants travaillistes avec lesquels j'ai des relations depuis longtemps et avec lesquels un jour peut être (...) nous aurons à réorienter l'Europe," a-t-il ajouté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/03/2012 à 9:05 :
"I am not dangerous"
Quelle belle réponse, quelle hauteur de vue, voilà quelqu'un qui a la carrure d'un président de la république, voilà quelqu'un qui va imposer ses idées et obliger Merkel à renégocier les traités (comme il l'a si magistralement fait avec Joly).
a écrit le 29/02/2012 à 22:59 :
Drole d'endroit pour aller parler de la finance son pire ennemi.On doit le prendre pour un dinosaure.
a écrit le 29/02/2012 à 20:44 :
Aller parler de régulation à Londres, c'est ce qui s'appelle prêcher dans le désert.
a écrit le 29/02/2012 à 17:44 :
Excellent! Hollande a du traverser la Manche pour rencontrer un chef de parti qui a encore moins de charisme que lui!

Rassurez-vous, on est venu travailler dans la City car son modèle financier nous convient parfaitement!
a écrit le 29/02/2012 à 17:39 :
Je me demande comment on peut considérer que Blair est un travailliste... Subtilité Anglaise sans doute. Les Anglais vivent principalement de la finance, ils ne veulent surtout pas de régulation. A la base du problème sont les thèses néo-libérales qui ont conduit à la mondialisation financière et la dérégulation que ça engendré. C'est cela qu'il faut changer, revenir sur les élucubrations de Friedmann, Hayek ...
a écrit le 29/02/2012 à 16:00 :
Hollande devrait savoir que ces Blair qui a permis le développement de la Finance débridée outre Manche, un travailliste donc, et que c'est un conservateur qui est en train de la réguler au moins a minima dans le sens des intérêts anglais exclusivement. Donc je ne vois pas ce qu'il fout à Londres. Ou bien ce type est complètement à côté de la plaque ou il a du lire et relire "Philosophie Sentimentale" (un bouquin génial de pertinence) en étant persuadé que nous sommes dans un monde gouverné par le n'importe quoi n'importe comment n'importe où, en cela quand on voit ce qui se passe à droite et à droite en France, il n'a pas tort, il a trouvé son mentor donc et s'il est élu il suivra ses pas pour faire une politique de droite bien entendu la seule possible pense t il comme Mitterrand en son temps.
Réponse de le 29/02/2012 à 16:55 :
Analyse pertinente, Hollande fait c'est vrai du Sarko, Sarko n'a qu'à se mordre ou pincer les...:,,,,,,,!!!!!!!lèvres, la tortue apparemment un peu niaise et fébrile, inexpérimentée dit on, a en fait appris du maître ou des maîtres pourrait on dire, normal qu' Hollande soit passionné par l'école.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :