Les régions françaises inégales devant la reprise

La Banque de France a publié ce lundi ses enquêtes mensuelles de conjoncture régionales. La situation est assez contrastée : le Nord et l'Alsace s'enfoncent dans la crise, tandis que Bretagne, Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes sentent déjà la reprise. Tour d'horizon de quelques régions.

4 mn

Une rue de Lyon, en mars 2012. Copyright AFP
Une rue de Lyon, en mars 2012. Copyright AFP

L'enquête conjoncturelle mensuelle de la Banque de France repose sur un indicateur de climat des affaires calculé par rapport à une moyenne de longue période que représente l'indice 100. Une baisse de cet indice dénote une détérioration du climat conjoncturel. Une hausse, une amélioration. En mars, l'indice national se situait à 95 dans l'industrie et 93 dans les services, tous les deux stables par rapport à février 2012.
 

Nord-Pas-de-Calais : Industrie en berne

Le climat des affaires régional dans l'industrie est resté stable à l'indice 88 en mars. Il reste à un niveau extrêmement faible, au plus bas depuis deux ans et demeure largement inférieur au niveau national. Dans l'industrie, la légère augmentation de la production n'est guère encourageante : l'utilisation des capacités de production demeure stable à un niveau faible et les carnets de commande sont peu fournis. Même des secteurs dynamiques en mars comme les matériels de transports envisagent de réduire leurs effectifs dans l'avenir. En revanche, le secteur des services marchands « se redresse » après deux mois de recul, souligne la Banque de France. Pour autant, paradoxalement, le moral des patrons de ce secteur chute de 5 points en un mois à 91 et passe sous la moyenne nationale.

Alsace : Effondrement des services

Le climat des affaires est en fort recul dans les services comme dans l'industrie en mars. Dans l'industrie, la situation n'est pas alarmante. Le climat y recule légèrement de 97,2 à 96 ,5 et reste au-dessus de la moyenne nationale. Les carnets de commande « ne se renouvellent pas suffisamment », s'inquiètent néanmoins les chefs d'entreprise qui espèrent pourtant amélioré dans les mois qui viennent « légèrement » leur production. Mais l'industrie alsacienne tourne en sous régime. Dans les services, en revanche, la situation est préoccupante : le climat des affaires s'est effondré de 8,8 points en un mois à 89,4, passant sous la moyenne nationale de 93,4. L'enquête de la Banque de France souligne que les entreprises connaissent des « tensions » sur leurs prix et sur leurs trésoreries. Aucun retournement de tendance n'est anticipé.

Bretagne : L'industrie bien orientée

Dans l'industrie bretonne, le climat des affaires s'est très légèrement amélioré grâce à des carnets de commande bien orientés, mais il reste inférieur à la moyenne nationale. Les chefs d'entreprises s'attendent donc à un rebond « mesuré » de la production et des effectifs dans les mois à venir. Dans les services, le recul d'un point du climat des affaires (101 en mars contre 102 en février) maintient son niveau largement au-dessus de la moyenne nationale. La Banque de France souligne du reste la bonne tenue du secteur en mars : effectifs et prix en légère hausse. A priori, « l'activité devrait encore se renforcer » dans ce secteur.

Ile-de-France : industrie en berne, services en progrès

Le climat des affaires de l'industrie francilienne chute lourdement en mars de 102 à 98,8 et passe sous sa moyenne long terme. La production recule également, dans le sillage des transports et de l'alimentation. Mais les industriels sont optimistes pour les semaines à venir : les carnets de commande dans l'aéronautique et les équipements électriques et informatiques sont en nette hausse. La force de l'industrie francilienne demeure cependant les services. Le climat des affaires y progresse de 3 points en un mois et repasse au-dessus de sa moyenne long terme à 101. Les effectifs se sont maintenus et « la tendance positive devrait se poursuivre », note l'enquête.

Rhône-Alpes : parfum de reprise

Dans l'industrie, le climat des affaires s'est amélioré de 0,7 point à 95,2 en mars. Même mouvement, plus marqué, dans les services où il passe de 95 à 96,8. La production industrielle régionale a fait preuve de dynamisme et « la bonne orientation devrait se consolider durant les prochains mois ». Pour autant, la Banque évoque une amélioration « en partie technique » alors que les carnets de commandes « manquent de consistance ». Dans les services, mars est le deuxième mois consécutif de hausse. Seul le secteur informatique échappe au mouvement. Mais la reprise pourrait se poursuivre ailleurs.

Midi-Pyrénées : hausse générale

Le climat dans l'industrie régionale se stabilise en mars à un niveau élevé (103) grâce au secteur aéronautique. La production industrielle a suivi, mais les carnets de commande continuent à reculer, même s'ils restent bien remplis. Parallèlement, le moral des patrons des services connaît un fort redressement et commence à se découpler du niveau national qu'il dépasse de huit points. La demande reste bien orientée et les « perspective » dans les secteurs sont « positives ».

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 17/04/2012 à 9:53
Signaler
"Devant la reprise" ??? Mais devant quelle reprise ? Revenez sur terre ! Nous sommes en France, en 2012 ... Ou est ce que vous voyez une reprise. Il n'y a que des soubresauts techniques de 1 ou 2%. Ça n'a rien d'une reprise. Tous les français qui voi...

à écrit le 17/04/2012 à 8:52
Signaler
Si j'étais Alsacien, je demanderais l'indépendance de ma région ou à intégrer l'Allemagne ou mieux la Suisse.

à écrit le 17/04/2012 à 8:44
Signaler
La concurrence entre les régions, les départements n'a créé que déséquilibre et gaspillage, des doublons de personnel... arrétons cette décentralisation qui n'a aucun sens, autre que l'affaiblissement de l'Etat pour les dogmatismes d'un fédéralismes ...

à écrit le 17/04/2012 à 6:36
Signaler
devant la reprise? associé le mot reprise avec la France c'est comme associé l'animal Kangourou avec le Canada. Y'en a pas quoi !

à écrit le 16/04/2012 à 17:40
Signaler
avant les éléctions tout mensonge est bon disait un éminent économiste robert azarias prof à hec et à cambridge l espoir fait vivre le simple citoyen et le mensonge réussit au politicien alors ce que dit la b.d.f n étant que mensonge en tempsq normal...

à écrit le 16/04/2012 à 16:26
Signaler
Cela semble peu probable que l'Alsace soit mal en point : Notre Président y avait créé un fond "souverain"... Notez, ça pourrait être pire sachant que l'Allemagne recrute et a des prix à la consommation inférieurs. Malaise...

à écrit le 16/04/2012 à 16:21
Signaler
"Banque de Franc"... euh, c'est qui Franc? le pote du journaliste. Pis, y a pas un k à franc après le c?

à écrit le 16/04/2012 à 16:21
Signaler
Parlez des régions est une absurdité totale, c'est par département qu'il faut réfléchir. Je suis originaire des Ardennes et il est absurde de parlez de la région Champagne Ardennes en terme économique comme si les Ardennes (dernier département Fr ave...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.