Conjoncture : un sale temps pour le nouveau président

 |   |  910  mots
AFP
AFP
Jamais un président arrivant au pouvoir n'avait eu à faire face à une conjoncture aussi maussade, avec une croissance zéro au premier trimestre. Et les mesures prises pour réduire le déficit public, sous la pression de l'Europe, ne contribueront pas à l'améliorer.

Croissance zéro, en France, au premier trimestre. Le chiffre, annoncé le jour de l'investiture de François Hollande, n'a pas provoqué plus d'émoi, tant cette mauvaise conjoncture était anticipée, annoncée. Fin décembre, l'Insee avait même prévu une récession début 2012, à savoir deux trimestres de baisse du PIB. Finalement, le PIB a stagné fin 2011 (+0,1%) comme au début de 2012 (zéro tout rond).
Pas de surprise, donc. Pour autant, cette situation n'a rien de banal, pour un nouveau président: jamais un chef de l'Etat prenant ses fonctions n'a dû affronter une conjoncture aussi dégradée. Cette affirmation peut surprendre. Valéry Giscard d'Estaing n'a-t-il pas été élu, en 1974, en plein choc pétrolier ? François Mitterrand n'est-il pas parvenu au pouvoir en raison de la crise ? Pourtant, à voir les chiffres de la croissance établis par l'Insee, ils bénéficiaient d'une conjoncture plus favorable qu'aujourd'hui. Au premier trimestre 1974, le PIB progresse de 1,9% par rapport aux trois mois précédents. Un rythme de croissance incroyable, dépassant les 8% l'an ! Une accalmie se déclare tout de même par la suite, ce qui n'empêcha pas la croissance d'atteindre 4,7% sur l'ensemble de 1974.

De la croissance, même début 1981
Début 1981, la situation est moins florissante. Mais, au premier trimestre, le PIB s'inscrit tout de même en hausse (+0,4%). Et sur, l'ensemble de l'année 1981, une petite croissance de 1% est tout de même enregistrée. Ce qui ne sera pas le cas en 2012, les plus optimistes espérant 0,7%.
Quant à Jacques Chirac, quand il parvient au pouvoir en 1995, ce n'est pas la franche reprise, le krach obligataire de fin 1994 fait déjà sentir ses effets, mais l'économie progresse tout de même (0,5% au premier trimestre). On accusera Alain Juppé d'avoir "cassé" la croissance avec les hausses d'impôts qu'il a faites voter, mais elles paraissent aujourd'hui anecdotiques, en regard des rafales de hausses de prélèvements obligatoires, depuis 2010 et surtout 2011 (+1,4 point de PIB cette année là).

1997, l'erreur de Chirac

Lionel Jospin n'a jamais été, lui, président de la République, mais son arrivée au pouvoir au printemps 1997, qui ouvre un nouvelle cohabitation, tient pour une bonne part à la conjoncture. C'est parce que Jacques Chirac pense que, faute de croissance, il sera difficile de ramener le déficit public à 3% du PIB, afin de qualifier la France pour la monnaie unique, qu'il dissout l'Assemblée nationale, soucieux de disposer d'une nouvelle majorité peut être moins nombreuse, mais plus soudée. La gauche l'emporte donc, fin mai, et l'on découvre alors, que la conjoncture est en fait sur la bonne pente depuis le début de l'année ! Le PIB augmente en effet de 0,5% au premier trimestre, et de 1% au deuxième, avant que le nouveau gouvernement n'ait pris la moindre mesure. L'annonce de ce deuxième trimestre florissant n'étant faite qu'à la fin du mois d'août, le gouvernement Jospin parvient à faire passer l'idée qu'il y est pour quelque chose... Enfin, Nicolas Sarkozy arrive au pouvoir, en 2007, dans un contexte de croissance modérée, mais qui paraît assurée (+0,6% au premier trimestre).

Hollande: une économie à l'arrêt, encore freinée par des hausses d'impôts
Rien à voir, donc, avec François Hollande. Aujourd'hui, l'économie fait du surplace, comme atteste cette croissance zéro du début de l'année. Bien sûr, le nouveau chef de l'Etat n'est pour rien dans cette situation. Et, dans un autre contexte, il pourrait décider de mesures de relance interne, susceptibles d'être mises à son crédit.
Le hic, c'est que non seulement le nouveau président arrive aux affaires dans une conjoncture plus que morose, mais, Europe oblige, il est contraint de conduire, quoi qu'il en dise, une politique restrictive, qui risque de ne pas améliorer les choses : comme s'il frenait encore une économie qui voudrait redémarrer cahin caha. Car les hausses d'impôt importantes annoncées dès la fin janvier par le candidat PS, anticipant avec justesse les estimations de la commission européenne (elle prévoit un surplus de déficit de 1,2 point en 2013, par rapport à l'objectif des 3%), font peser un risque non nul sur la croissance. 29 milliards d'euros de prélèvements nouveaux seront uniquement destinés à réduire le déficit, selon le projet de  François Hollande PS détaillé dès janvier.

Des mesure de croissance à effet sur le moyen terme
Les mesures dites de croissance, décidées au niveau européen (projets d'investissement...), ainsi que celles prises en interne (comme la banque publique au service des PME), pourraient contrebalancer cette politique fiscale. Mais leur effet pourrait être de plus long terme... Mais, ce qui frappe en regard des autres investitures présidentielles, et ce qui représente à coup sûr un avantage pour François Hollande, c'est à quel point l'économie française s'est adaptée à une faible croissance. Au début des années 80, plus de 100.000 emplois étaient perdus chaque année, alors que l'économie était malgré en tout en croissance (certes faible).
En 2012, avec une croissance zéro au premier trimestre, plus de 10.000 créations nettes d'emplois ont été enregistrées, dans le secteur privé. Du jamais vu ! Les politiques de baisse de charges sont passées par là, favorisant la création de nombreux jobs, souvent précaires, mais qui contribuent en tous à freiner la hausse du chômage.

 


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/05/2012 à 16:46 :
oui, c'est vrai, sale temps pour Hollande, mais pour Sarkozy, c'était comment ? ...oui, c'est vrai, là c'était de sa faute et pas celle de la crise ?
a écrit le 16/05/2012 à 16:07 :
Pourquoi diable est ce que "les mesures prises pour réduire le déficit public[..] ne contribuerait pas à l'améliorer" (la croissance) Qu'est ce que cette fausse évidence kénésienne ? C'est au contraire en réduisant le déficit public, en arrétant d'acheter de la croissance à crédit, en diminuant les impots qu'on liberera la créativité des français.
a écrit le 16/05/2012 à 14:07 :
Il a voulu le pouvoir, il l'a! A lui à présent de montrer ses compétences, puisque durant toute la campagne, la crise "était due à M. Sarkosy".
J'espère pour la France qu'il réussisse, c'est en ces périodes que l'on reconnait les grands hommes!
A moins que, comme le signale très bien l'article, les conjonctures ne moquent des politiciens, ceux-ci ne faisant que surfer dessus avec plus ou moins de bonheur.
C'est peut être aussi le moment pour les hommes politiques de réfléchir pour savoir comment il peuvent véritablement agir pour conduire au mieux des intérêts des citoyens ces conjonctures.
a écrit le 16/05/2012 à 13:29 :
C'est pour celà que F Hollande n'aurait pas du faire de promesses.Indépendamment de la crise ,beaucoup de choses ont changé depuis 15 ans.Internet,facebook, les RTTs , sportifs et dirigeants de grands groupes plus que trop bien payés,entr'autres.Tous ces paramètres ont sorti de la tete des Français l'envie d'effort de travail et d'etre reconnus par ces memes vertus.La frustration ressentie se porte inévitablement vers le politique et l'Etat providence.Mais comme dit le dicton:"c'est à la fin du bal qu'on paie les musiciens"
Réponse de le 16/05/2012 à 13:37 :
c'est le moment ou jamais de mettre un peu d'ordre dans la justice fiscale ??
Réponse de le 16/05/2012 à 14:15 :
La justice fiscale pour beaucoup signifie de prendre aux plus nantis.Avec 1800 Milliards de dette, les plus nantis ne suffiront pas meme si on triple leur Impot.Les réformes nécessaires à appliquer font qu'une grande partie des Français va "avoir mal aux dents".Un Hollande responsable les fera tout comme l'aurit fait un quelqu'autre Président responsable digne de ce nom.
a écrit le 16/05/2012 à 12:45 :
Nombre de médias ont voulu faire croire que le changement de président changerait quelque chose à la conjoncture internationale. Duperie!
le changement n'apportera malheureusement pas de vrai reprise de la croissance et le peu de croissance sera freinée par de nouvelles augmentations d'impôts pour le coût croissant de l'Etat et des collectivités locales
a écrit le 16/05/2012 à 11:29 :
Tout le monde sait que la crise, si elle existe, n'a aucune incidence sur la gestion économique et sur les déficits. Les socialistes l'ont dit et répété. Pourquoi ne pas les croire. Dans ce contexte Hollande devrait relever l'économie française sans difficulté. En augmentant le nombre de fonctionnaires et leurs salaires, en augmentant le SMIC (ce qui dans son esprit doit rendre les entreprises plus compétitives), en supprimant l'énergie atomique et en la remplaçant par des écureuils tournant dans leurs cages. Oui ! le monde d'Alice au pays des merveilles. C'est... foudroyant. Allons un peu de réalisme, Français, dirigeants et administrés, réveillez-vous. Et... souhaitons qu'Hollande réussisse... (à l'inverse des positions gauchistes antérieures)
Réponse de le 16/05/2012 à 11:51 :
Il y a bien longtemps que la politique n'a plus prise sur l'économie ; heureusement cela permet à tous de faire des affaires.
a écrit le 16/05/2012 à 11:08 :
Même la Météo est contre lui, SARKO quitte l'Elysée: il faut beau, Francois arrive: il pleut. Il prend l'avion c'est la foudre. Peut-être est-ce un maivais présage. Le quiquennat d'HOLLANDE c'est du tonnerre. C'est peut-être ça le changement: il ne pourra rien changer: c'est n'est pas J.C.
Réponse de le 16/05/2012 à 17:10 :
Vous parlez de Chirac ou du Christ ?
a écrit le 16/05/2012 à 9:57 :
Au soir du 17 juin prochain, les carottes seront mélangées avec les navets, car ce qui se passe actuellement sous nos yeux en France, sent une inévitable cohabitation au soir de ce 17 juin 2012!!!!!!
a écrit le 16/05/2012 à 9:13 :
il est president, non? alors ' la conjoncture, c'est de la faute a hollande'
Réponse de le 16/05/2012 à 12:05 :
si hollande avait mieux géré le pays nous n'aurions pas une telle dette et un tel taux de chomage.un peu d'honeteté svp!
a écrit le 16/05/2012 à 9:13 :
Triste jour pour la France que ce 15 mai!
a écrit le 16/05/2012 à 0:36 :
Il ne fait pas très intelligent sur la photo !! Est-ce que normal veut dire ordinaire ? Moyen ? Banal ? ... Ennuyeux ?... Sans envergure ??
Réponse de le 16/05/2012 à 7:57 :
Vous n'êtes pas sur la photo et pourtant vous semblez répondre à ces caractéristiques.
Réponse de le 16/05/2012 à 7:58 :
C'est vrai qu'il ressemble à pas grand chose !
Réponse de le 16/05/2012 à 11:00 :
C'est vrai que les talonnettes ça avait de l'envergure...non, de la classe!
a écrit le 16/05/2012 à 0:14 :
Jai beau tenter de faire tout ce que je peux ... Mais Holande n'a vraiment rien d'un Président ... Ni stature ni rien d'autre ... Il a été élu, certes, mais par défaut .... C'est presque le fait du hasard .. Il a suffit qu'il gagne les primaires PS ... puis de refuser de répondre ... sauf à promettre des dépenses pour ses électeurs ... Mais comment va t'il tout financer ??? Avec les impôts sur les revenus de ceux qui en paie (= la moitiee des français ...)
Réponse de le 16/05/2012 à 6:28 :
Lisez donc "Tous ruinés dans 10 ans " d'Attali et vous comprendrez que les socialistes français essaieront de cacher leur endettement sous le paillasson. Car les socialistes ne connaissent qu'une chose : l'endettement à outrance !
a écrit le 15/05/2012 à 22:45 :
Quelle jourée !c'est dur d'etre président ! Il s'en sort plutot bien notre président "normal" .Sarko doit de ce point de vue etre heureux de se reposer un peu .Il se pépare sans doute pour prendre sa revanche dans 5 ans !pour , pourquoi pas 2 mandats?!!!
a écrit le 15/05/2012 à 22:23 :
Euh euh euh...!
Réponse de le 16/05/2012 à 12:06 :
je vous demande de vous arreter!
a écrit le 15/05/2012 à 22:16 :
les théories économiques sont plutôt bien en peine pour non seulement faire les analyses a posteriori mais surtout pour des prévisions; la crise est d'une certaine manière dissemblable des précédentes : Grande Crise, Stops and Go cycliques et la navigation est un art difficile: raison pour ne pas attaquer le capitaine, surtout comme dans ces commentaires ci-dessous.
Réponse de le 16/05/2012 à 0:25 :
M. Hollande sera incapable de donner un CAP. Il sait faire des synthèses, mais il n'a jamais été bon en matière de vision stratégique ... Cela ne va pas commencer maintenant !
a écrit le 15/05/2012 à 21:42 :
Va t -il se cacher encore derrière son petit doigt? pour éluder les réponses, la stratégie anti sarkosy lui a permis de devenir Président d'une minorité mais sans les honneurs, il aura toujours sa cour médiatique pour lui sauver la mise et vilipender l'UMP.
Réponse de le 15/05/2012 à 22:25 :
oui d'une minorite
Réponse de le 16/05/2012 à 0:27 :
Oui il n'est pas majoritaire sur les votants ...
a écrit le 15/05/2012 à 20:57 :
C'est un très mauvais présage pour Hollande mais aussi pour la France!
a écrit le 15/05/2012 à 20:42 :
gros temps foudroyant.......... car même le ciel s'en mêle. tonnerre de brest........ souhaitons lui bonne chance quand même mais la partie n'est pas gagnée du tout du tout pour lui.les désillusions se ramasseront à la pelle. rappelons que 10 000 emplois crées avec une croissance zéro est tout de même très fort de la part de SARKOSY quand on sait que la croissance zéro fait habituellement perdre 100 000 emplois par an. pourra-t-il en faire autant sans croissance?
Réponse de le 16/05/2012 à 0:31 :
M. Jet privé s'appropriera rapidement cet exploit !!!
a écrit le 15/05/2012 à 20:40 :
Recherchez ceci sur Goooo: presidentielle-2012/221145992/
ca fait peur à lire.. et peur à subir..?
a écrit le 15/05/2012 à 19:57 :
Pourquoi comparer des époques si dissemblables avec seulement la mesure du taux de croissance et un peu, il est vrai la création d'emploi ? Il faudrait aussi comparer le nombre de fonctionnaires, contractuels, vacataires de l'Etat et de personnel dans les collectivités publiques par habitant. Parce que plus, on embauche dans l'Etat et les collectivités territoriales moins on a d'actifs susceptibles d'être chômeurs. Quelles sont les aides versées pour le soutien à l'emploi ? pour le soutien à l'automobile (se souvient-on que la TVA pour l'automobile a été de 33,33 % et n'est plus que de 19,6 % quel manque à gagner pour l'Etat alors qu'on veut favoriser les transports en commun...).
Réponse de le 15/05/2012 à 21:00 :
Oui, je propose que tout le monde soit fonctionnaire. On est sûr qu'il n' y ait aucun chômeur comme ça.....
a écrit le 15/05/2012 à 19:52 :
avec de tels signes, un Romain ne serait pas sorti. L'avenir nous dira ce que cette journée aura rapportée aux relations franco allemandes.
a écrit le 15/05/2012 à 19:42 :
NS sort accueillir FH = Beau temps..., il part... beau temps.......FH est président.... il est en voiture.....temps pourri, pluie à fond, .....il prend l'avion.... celui -ci est foudroyé et doit faire demi tour... BRRRrrrr ! Est-ce un signal de ce qui attend la France ?????
Réponse de le 16/05/2012 à 1:30 :
Il a le feu au c...
Réponse de le 16/05/2012 à 9:35 :
François le Paranormal Heuuuuuuuuuh

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :