La lumière portée sur les plans sociaux cache la réalité des causes du chômage

 |   |  757  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Pour le douzième mois consécutif, le nombre des demandeurs d'emploi a progressé pour s'établir à 4.592.000 (catégorie A,B,C), soit une progression de 0,2% sur un mois et de 6,5% sur un an. Contrairement à un effet loupe, ce ne sont pas les plans de licenciements qui représentent la première cause d'inscription à Pôle Emploi mais bien davantage les fins de contrats à durées déterminée et des mission d'intérim.

La série en cours continue... Pour le douzième mois consécutif, le nombre des demandeurs d'empois inscrits à Pôle Emploi a progressé. Et ce dans toutes les catégories. Ainsi, le nombre des demandeurs d'emplois inscrits en catégorie A (aucune activité exercée) s'établit à la fin avril à 2.888.800 en France métropolitaine, soit une progression de 0,1% sur un mois (+4.300) mais, surtout, de 7,5% sur un an. Si on y ajoute les catégories B et C (chômeurs ayant exercé une activité réduite durant le dernier mois), ce triste constat est le même : au total, le nombre des demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A,B,C s'établit à 4.318.500 en France métropolitaine (4.592.000 avec les Dom), soit une hausse de 0,2% sur un mois et de 6,5% sur un an.

Si le chômage des jeunes de moins de 25 ans a connu un semblant de répit en avril (-0,1%), sur un an leur nombre est tout de même en progression de 4,3%. De même, phénomène préoccupant, le chômage de longue durée (plus d'un an) continue d'augmenter pour la catégories A,B,C (+ 1,1% en avril et + 8% sur un an). Plus grave encore, l'ancienneté moyenne des demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A,B,C fin avril s'établit à 467 jours. Or, plus le chômage dure, plus il est difficile de retrouver un emploi... Enfin, dernier constat, fin mars 2012, un peu moins de la moitié des demandeurs d'emploi (49,4%) percevaient une indemnisation.

Les licenciement économiques: un motif d'inscription à Pôle Emploi très marginal


Reste maintenant à étudier de plus près les motifs des entrées à Pôle Emploi, alors que la menace d'une avalanche de plans sociaux occupe les esprits. Mardi 29 mai, rencontrant le Premier ministre, la CGT est arrivée avec une liste de 46 entreprises en difficulté où un total d'environ 45.000 empois seraient menacés. Certes, plusieurs grands groupes qui avaient retardé des décisions difficiles - pour laisser passer la période électorale - s'apprêtent à réduire leurs effectifs. Le nombre des plans sociaux a ainsi baissé de 18% durant les deux premiers mois de l'année 2012 par rapport à la même période de 2011.

Il n'empêche, cet amoncellement de plans sociaux ne viendra pas outre mesure perturber les statistiques de Pôle Emploi : les licenciements économiques continuent de ne représenter "que" environ 3% des motifs d'inscriptions au chômage. En revanche, éléments de flexibilité du marché du travail, les fins de contrats à durée déterminée et les fins de mission d'intérim - dont on parle peu -  sont à l'origine de respectivement 25,2% et 6,4% des motifs d'inscription. ... Sans parler des  "autres cas" qui eux, sont responsables de... 42% des entrées. Sous ce vocable se cachent les ruptures conventionnelles du contrat de travail, un dispositif de séparation "à l'amiable" négocié entre partenaires sociaux en 2008 et qui connaît une progression spectaculaire (23.000 en février, soit une progression de 11% sur un an et plus de 800.000 au total depuis sa création) notamment dans les entreprises de moins de 50 salariés, et les " transactions" en tout genre entre un salarié et une entreprise qui préférera mieux indemniser son employé plutôt que de le licencier pour un motif économique avec les obligations que cela entraîne.


Un licencié économique n'a pas le "statut" de chômeur durant un an

Mais il y a d'autres raisons qui expliquent aussi le nombre relativement faible de licenciés économiques dans les statistiques de Pôle emploi. D'abord, tout licencié économique ayant un an de présence dans son entreprise a droit au mécanisme du "contrat de sécurisation professionnelle" (CSP) qui lui assure durant 12 mois une indemnisation égale à 80% de son ancien salaire, en échange d'une obligation de formation. Or, un bénéficiaire du CSP n'a pas le "statut " de chômeur mais celui de "stagiaire de la formation professionnelle". Il n'est donc pas inscrit dans les catégories A,B et C de Pôle Emploi... Par ailleurs, les entreprises ont également recours à des "plans de départs volontaires", qui ne sont pas systématiquement assimilés à des plans de sauvegarde de l'emploi (appellation officielle des plans sociaux), pour dégraisser  "en douceur" leurs effectifs.
Autant de raisons qui expliquent la part relativement faible des licenciés économiques inscrits à Pôle Emploi. D'ailleurs, cela fait plus de dix ans que ce motif d'inscription connaît une baisse régulière... Le droit du travail autorisant de nombreuses alternatives pour rompre un contrat de travail.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/06/2012 à 20:40 :
Maurice, bravo pour vôtre master vous avez dût en abattre des heures pour bûcher et décrocher ce diplôme, pourquoi vous ne partez pas ailleurs au lieux de galérer en France, sachez que l'herbe est verte partout dans le monde mais il faut avoir envie de partir reconstruire une vie ailleurs avec femme et enfants, la France deviens petit à petit un pays du tiers monde, enfin ce que je dis, osez mais ne restez pas en France.
a écrit le 08/06/2012 à 21:38 :
grr : concernant vôtre commentaire bon on s'habille comme on veut mais les patrons sont de la vieille école en France nous ne sommes pas au Etats-Unis un candidat même bardés de diplôme si il viens en jeans je peut vous dire qu'il sont tendance à être tous de la veille école, l'apparence fait beaucoup, les diplômes après dans l'entretien d'embauche et les motivations, mais arrêtons de dire que l'apparence ne compte pas c'est l'homme ou la femme qui se présente pour un emploi, si d'avance il ou elle ne comprend pas que la présentation est un des facteur important pour un employeur la nouvelle génération doit se faire du soucis dans leur démarches d'emploi, même si je fait des fautes dans ce commentaire, moi je me comprend.
a écrit le 01/06/2012 à 8:18 :
oui le chomage augmente et encore il faut gonfler le taux pour s'approcher de la réalité,c'est bien 25 %de rentrée scolaire pour acheter des affaires scolaires ou des vetements non pas vraiment pour cet usage excusez-moi c'est utopique comme idée.
a écrit le 31/05/2012 à 18:19 :
Va-t-on un jour arrêter de verser des larmes de crocodiles sur les chômeurs et les exclus. Les syndicats qu'on vient de voir défiler à Matignon ne pensent qu'à récupérer des sous dans la caisse des entreprises alors que le taux de faillite en France est le plus élevé du monde et que la Cour des comptes comme l'UE répètent à qui mieux mieux que la France doit réduire ses dépenses et les charges qui pèsent sur les entreprises. On va attendre que ce soient les marchés financiers qui nous l'imposent pour qu'on veuille bien regarder d'un peu plus près toutes nos dépenses ahurissantes et qu'on accepte de réformer ce qui aurait du l'être depuis longtemps.
a écrit le 31/05/2012 à 18:12 :
Si l'on rendait aux entreprises la compétitivité, on pourrait monter les salaires de 500 ? net des salariés et on rendrait les conditions de travail meilleures en résorbant le chômage. Il faudrait aussi réduire les déficits en réduisant les salaires et pensions du public puisque c'est 117 milliards sur 100 de déficit.
a écrit le 31/05/2012 à 18:09 :
Un petit témoignage, j'ai été diplômé de master il y a dix ans, je n'ai jamais reçu la moindre aide des services de l'emploi. J'ai dû faire un stage de travail gratuit. Les fonctionnaires ont droit à un emploi à vie après leur concours, leur administration n'a jamais fait que mettre des batons dans les roues. Il faut être dans des réseaux occultes, le truc pas clair et pas très honnête. Il y a quelques jours seulement, j'ai eu une aide. Concrètement qui peut croire qu'on peut écrire à toutes les entreprises du pays? C'est un système cynique dans lequel on perd les gens dans l'administration afin de les éliminer.
a écrit le 31/05/2012 à 14:38 :
Sur 12 candidats reçus, 5 sont venus en jean's, 4 ont demandé le salaire dés la première question ..... et on parle de crise de l'emploi .... pfffff
Réponse de le 31/05/2012 à 15:48 :
ceux sont les adultes, parents , enseignants qui ont la responsabilité d'éduquer et former les jeunes. il faut que chacun prenne ses responsabilités , les jeunes aussi et ne pas tout attendre de l'Etat. .
Réponse de le 31/05/2012 à 18:30 :
Est-ce tellement impoli de vouloir savoir ce qu'on vous propose ? Juge-t-on la valeur d'un candidat à sa tenue ? Vous auriez recalé Steve Jobs, sans doute. Les DRH vieux jeu, avec leurs tests de graphologie, leurs questions formatées, leur vénération du diplôme et leur mépris affiché des "jeunes" ont aussi leur part de responsabilité. Vous voulez donner envie aux gens de bosser ? Intéressez-vous à eux.
Réponse de le 01/06/2012 à 0:33 :
Ce qui est malheureux, c'est que l'on confie le recrutement (ou même le premier tri) à une personne qui n'a pas connaissance du métier, ni techniquement ni humainement, et qui dans les cas où le salarié serait en contact avec le client, n'a jamais eu lui-même ce contact de toute sa vie professionnelle.
a écrit le 31/05/2012 à 13:43 :
En début d'article "le nombre des demandeurs d'empois" Le "l" est parti en vacances.
a écrit le 31/05/2012 à 12:36 :
En effet, quand on voit les recommandations de Bruxelles, on a peur... déficit d'investissement en recherche, faut pas s'étonner si y a pas de travail pour le personnel. On nous dit que la zone euro est en menace de désintégration... il faudrait peut être que la société se mobilise afin de faire le travail qui n'est pas fait. La question est le but est-il la destruction de notre civilisation.
a écrit le 31/05/2012 à 12:16 :
Cela ne change rien au problème de fond: en Europe il y a une génération qui éliminée, pourquoi laisserait-on faire? On n'a jamais voulu faire la moindre réforme ni la moindre croissance. Vit-on sous Caucescu avec les suicides d'entreprises et une administration innefficace?
a écrit le 31/05/2012 à 11:03 :
Personne ne parle de la rigidité excessive,dans le fond et surtout dans la forme, du droit social Français.Personne ne parle du passif social des entreprises.Aujourd'hui, pour un petit patron ou pour un artisan, embaucher fait peur.Dès que des pistes ou des idées nouvelles ont été émises, comme le CPE(oh là je vais me faire engueuler)par exemple,eh bien: à la poubelle, avant meme d'avoir essayé.devant le tollé, les Français dans la rue, l'Etat abdique et clap de fin, on continue comme avant.
Réponse de le 31/05/2012 à 13:23 :
Le CPE n'etait pas une tres bonne solution. Le vrai problème c'est la différence entre une personne avec un CDI qui est ultra protégé et le CDD ou les contrats d'interim. Contrat qui sont tres peu protégés et qui ont des effets pervers où sur certains métiers les gens "preferent" travailler en interi, pour toucher des salaires plus élevés! Ce qu'il faut c'est un contrat unique qui soit flexible et avec une sécurité derrière pour ne pas faire n'importe quoi!
a écrit le 31/05/2012 à 10:13 :
On compte dans notre pays plus d'un dixième de diplômés qui n'ont pas eu accès à la vie active. Quand en parallèle on compte des millions de chômeurs et un Etat en faillite, la question naturelle qui nous vient est pourquoi veut-on nous empêcher de travailler? Pourquoi nous élimine-t-on?
Réponse de le 31/05/2012 à 10:23 :
Diplômés ? Tout le monde à des diplômes pompeux de nos jours

En quoi ? Quel niveau d'études ou d'expérience votre dixième ? Ca maîtrise bien le pack Office ? Ca parle bien anglais et une seconde langue ?

Pas pour tout le monde pas vrai ? Loin s en faut même ...

Réponse de le 31/05/2012 à 10:49 :
Votre propos est très intéressant. Bon nombre de candidats faisant valoir un troisième cycle (aujourd'hui un Master) sont d'un niveau assez brumeux, peu de maîtrise des langues étrangères, le niveau de français laisse parfois même à désirer. Par contre, les exigeances sont là, et il ne s'agit pas de salaire. Est-ce là le résultat de 80% d'un génération au Bac?
Réponse de le 31/05/2012 à 10:54 :
@ Bonjour
Je suis d'accord. Meme notre président ne parle pas anglais après l'ENA et sciences po. Pourtant ces formations auraient pour objectif la formation des élites !
Réponse de le 31/05/2012 à 11:07 :
celui d'avant n'était pas meilleur en anglais que l'actuel, il ne faut pas perdre la mémoire si vite. par contre l'ancien était à davos alors que l'actuel était au fsm. question d'intérêts?
Réponse de le 31/05/2012 à 11:16 :
Nous avons un président ? C'est une bonne nouvelle (commes les évangiles) ; la France est sauvée ; hip hip Droopy
Réponse de le 31/05/2012 à 12:04 :
Vous comptez donc poursuivre dans la faillite et mettre une génération à la poubelle comme vous le faites depuis un certain temps comme en Espagne ou en Grèce? Et vous appelez ça un régime civilisé, quel culot.
Réponse de le 31/05/2012 à 12:43 :
On confond diplôme et compétence. Un diplôme amène un certain niveau de connaissances, mais absolument pas des compétences sur le monde du travail. A l'étranger, ils axent plus le recrutement sur la seconde que sur la première.

De plus, la tour d'ivoire que représente l'éducation national et les 80% au bac, on pu faire croire à des millions de personnes que tous aurait des travail de cadres et bien payé. malheureusement la vrai vie ce n'est pas cà
Réponse de le 31/05/2012 à 13:28 :
Amen EV! Je rajouterai qu'aujourd'hui l'enseignement supérieur et l'orientation en France aujourd'hui sont totalement déficitaire. Tout d'abord, beaucoup trop de filières, personne n'y comprend plus rien entre BTS, université, Grandes ecoles etc. Par ailleurs, la non sélectivité par filière et l'abscence d'orientation au collège et au lycée fait qu'on se retrouve avec des hordes de diplomés avec un master en histoire de l'art, philo ou sociologie sur le marché du travail et qui n'ont acquis aucune compétence pour travailler en entreprise. Mais malheureusement mai 68 est passé par là....
a écrit le 31/05/2012 à 9:52 :
marre d'entendre parler a longueur d'article du déficit de l?état ,des fonctionnaire fainéant ,des assistés ,des rentier , des charges ,pour moi la priorité des priorité Ces de BAISSER NOTRE DÉFICIT COMMERCIAL 75 MILLIARD l'an passé sans ça on s'en sortira jamais
Réponse de le 31/05/2012 à 13:11 :
et bien vas y , faut y aller , montes une societé , crées de la richesse et exportes . ça à l'air si simple .....
Réponse de le 31/05/2012 à 15:45 :
exporter plus ou importer moins.ce sont les deux terme de l'equation d'accord avec vous exporter plus pas si simple donc l'autre terme de l'equation est notre seule voie
Réponse de le 31/05/2012 à 17:54 :
Un fait est que les premiers qui devraient avoir "considération"et "" garanti d'emploi"" sont ceux qui nous produisent la bouffe !!!
En second,ceux qui produisent les richesses et ""parce qu'ils bossent"" permettent de payer les autres(!) CAR ,sinon, avec quoi paierait-on tout ce Beau Monde ?????
a écrit le 31/05/2012 à 8:40 :
Droit à un salaire décent, droit à une retraite décente, droit à un diplôme décent, droit à des congés suffisants, etc , etc,
C'est magnifique mais la réalité du monde qui nous entoure est tout autre et il faudra bien un jour que les Français le réalisent et se demandent si ils ont vraiment le droit de rêver en sciant la branche sur laquelle ils sont assis et d'ignorer la réalité économique.
Le rêve nationalisé ne crée par la richesse d'un pays.
a écrit le 31/05/2012 à 8:08 :
La cgt est arrivée avec un dossier de 46 entreprises en difficultés sauf que par ailleurs Thibault à dit que ces entreprises étaient soit en redressement judiciaire ou en liquidation judiciaire. En redressement judiciaire l'entreprise continue sont activité moyennant un plan de redressement par une augmentation de la VA ,les licenciements sont intégrés ,le tout validé par l'administrateur judiciaire et le juge. En liquidation cela veut dire que le processus est engagé par la vente des actifs ,demeure le reclassement des employés et la possible reprise par un investisseur.Ce n'est pa la même chose
a écrit le 31/05/2012 à 7:41 :
Le chômage de masse est un choix de cette société française de rentiers et d'insiders.
Réponse de le 31/05/2012 à 9:44 :
"Sociéré de rentiers": ce serait quand-même malheureux que des gens qui ont travaillé et économisé toute leur vie n'aient pas un sou d'avance. Mais patience , ils finiront bien par mourir ces babyboomers qui vous encombrent.Surtout qu'on a l'euthanasie . Et Henri pourra prendre leur place . Le cycle recommencera...
Réponse de le 31/05/2012 à 10:45 :
henri a un poil dans la mains
Réponse de le 31/05/2012 à 11:10 :
Je bosse 60 heures par semaine pour les rentiers et les assistés ...
J'ai créé 7 emplois dont le mien
Je ne peux pas faire grand chose pour votre orthographe en revanche ...
Réponse de le 31/05/2012 à 11:27 :
Les boomers ont bien profité de la société de consommation et de l'état providence et ils se permettent de culpabiliser les jeunes alors qu'ils vivent sur leurs dos !!!
a écrit le 31/05/2012 à 5:49 :
moi j'ai confiance dans le ministre du redressement reproductif!
Réponse de le 31/05/2012 à 10:38 :
Lol c'est vrai ?
Réponse de le 31/05/2012 à 10:57 :
Reproductif ??
Alors c'est bien vrai DSK a un ministère !!!!!
a écrit le 31/05/2012 à 4:45 :
F.Hollande a tout compris. Il faut doubler le nombre de fonctionnaires et il n'y aura plus de chômage. C'est exactement le Président qu'il nous faut. On a fait le bon choix. F.Hollande n'oublie personne. Déjà il a augmenté la prime pour la rentrée scolaire. A présent il doit augmenter le Smic à 1700 peut-être même 2000 euros par mois. Il faut doubler les aides sociales et le RSA. On va tous vivre mieux quoi qu'on en dise. Cet homme est l'homme de la situation. Il sait comment gérer une crise lui au moins.
Réponse de le 31/05/2012 à 6:35 :
Je suis bien d'accord avec vous. La seule solution est d'augmenter le nombre de fonctionnaire. Au moins on saura où va l'argent payé par nos impôts et cela permettra de relancer la consommation plutôt que de payer des gens au chômage sans contrepartie.
Réponse de le 31/05/2012 à 7:18 :
augmentons les fonctionnaires et fermons les entreprises privées qui ne servent qu à enrichir les escrocs ;doublons les aides sociales et RSA et c est certain qu on vivra mieux sans besoin de bosser ( la question du smic ne se posera même plus ) .: heu ...z etes sur quelle planète ?
Réponse de le 31/05/2012 à 8:16 :
Je suis d'accord avec Isa. Il faut supprimer le travail et le remplacer par de l'oisiveté administrative. Tous les emplois où on travaille sont menacés de délocalisation ou de fermeture. Tandis qu'on pourra toujours inventer des tâches à ne rien faire pour les employés non productifs. lol.
Réponse de le 31/05/2012 à 9:26 :
Nous sommes doublement administrés par rapport aux autres pays, alors quelle injustice pour les chômeurs qui n'ont pas droit à l'emploi à vie. Quand aux salariés dont on voit dans la presse que 90% souffrent du stress, ils n'ont même pas de compensation en terme de salaire pour la précarité. C'est un système inique!
Réponse de le 31/05/2012 à 9:33 :
@ toccata

Autrement appelées "placards" (ça existe aussi dans le privé d'ailleurs)
Réponse de le 31/05/2012 à 10:10 :
J'ai entendu Monsieur Sapin à la radio, il a la solution. Il parlait de PSA qui envisage de fermer Aulnay et disait qu'en augmentant le SMIC, les gens allaient acheter des Peugeot et de fait éviter la fermeture.
C'est tout con en fait, et moi qui pensait qu'un Smicard, même avec une bonne augmentation (qui réduirait encore plus la compétitivitéde nos entreprises) pourrait éventuellement s'acheter un nouvel écran plat (fabriqué en Chine) ou dans le meilleur des cas une Dacia (fabriqué en Roumanie) ou peut être une 107 (fabriqué en Pologne).... !!!!
Réponse de le 31/05/2012 à 11:05 :
où s?achèteraient-ils une maison pour arrêter de payer un loyer à un rentier inutile pour la société (il ne produit pas de richesse, il ne fait que vivre sur la valeur ajoutée crée par les autres). ça obligerait tous ces bailleurs qui vivent aux crochets de vrais travailleurs d'aller gouter un peu ce qu'est l'effort. le président de la fnaim disait il y a quelques mois qu'il est quasi impossible pour un foyer d'accéder à la propriété pour un foyer ayant un revenu inférieur à 3400? par mois, ce qui largement plus de deux smic. comment les gens bien pensants de droite vont-ils m'expliquer comment remédier à ce grave problème? me diront-ils qu'un ouvrier n'a pas le droit d'avoir un logement? encore moins un pavillon avec un jardin? allez-y expliquez moi, je vous attends.
Réponse de le 31/05/2012 à 13:32 :
La solution: c'est d'augmenter l'offre, mais en construisant de plus en plus de HLM et en rendant la délivrance de permis de construire toujours plus contraignante, c'est pas comme ça qu'on va augmenter la construction!
a écrit le 31/05/2012 à 0:09 :
Prenons une personne licencié en 2008 pendant la crise, 25 ans de boite. Celle-ci fait une formation, s'inscrit au chômage et décroche un CDD de 18 mois retourne au chômage et est classé dans la fin de CDD, mais pourtant ça perte d'emploi CDI est bien le licenciement de 2008....
Réponse de le 31/05/2012 à 13:34 :
Non puisque cette personne a travaillé pendant 18mois... CQFD. Les emplois à vie ca n'existe plus sauf dans la fonction publique bien sur...
a écrit le 30/05/2012 à 23:33 :
Ce qui tue le travail en France ce sont les charges surréalistes qui pèsent sur l emploi. Les travailleurs ne peuvent pas payer les fonctionnaires de l Europe, plus les nôtres , plus les retraites, plus les Rmistes, plus les chômeurs, plus la protection sociale, sans oublier nos 34 ministres, leurs logements de fonction et tutti quanti. Car si les entreprises ne font plus de bénéfices, elles n'investissent plus. Aujourd'hui l'état, c est le tonneau des danaïdes, un puits sans fond que le travail d'un pays tout entier n'arrivera pas à combler. Et franchement que vous fassiez confiance à un quelconque politicien en France dénote avant tout d'une grande naïveté.
Réponse de le 31/05/2012 à 0:11 :
Oui, c'est les charges, mais elles sont très mal réparties, le capital en paye 10% et ne produit rien....
Réponse de le 31/05/2012 à 1:09 :
alain893 a raison : le capital ne sert à rien : virons-le du pays ... et on verra bien !!?
Réponse de le 31/05/2012 à 1:15 :
Vous parlez de capital qui ne produit rien mais vous semblez etre illusioné par les idées recu de la propagande "anti banque". 90% du capital se sont les economies de nos retraités, votre PEA ou livret A. Si je suis ce que vous dites, il faudrait "bombarder" d impots tous ceux qui partent en retraite ?
Réponse de le 31/05/2012 à 9:40 :
Le capital ne produit rien à part des dividendes et des intérêts mais contribue à la production (dans une large mesure)
Réponse de le 31/05/2012 à 10:27 :
Le capital sert aussi à l investissement et produit donc par extension du tangible et de l emploi ...
Réponse de le 31/05/2012 à 12:09 :
Cessons de taxer le CAPITAL qui ne rapporte rien, abrogation donc du ridiculissime ISF.Et taxons le REVENU DE CAPITAL selon les memes critères que celui du travail.Beaucoup y gagneront, à commencer par la morale et ensuite les caisses de l'Etat.
a écrit le 30/05/2012 à 22:11 :
Vous avez raison, le chômage est une abomination, il nous faut une règle de droit. Pourquoi mon frère aurait un emploi à vie alors que moi je n'en ai pas, sans avoir démérité. Le système étant ce qu'il est, nombreux sont ceux qui sont floués. Est-ce là une démocratie qui conjugue le verbe parler... et le verbe compter. Qui ose devant tous dire que la Grèce est une démocratie quand elle traffique ses comptes publics? Et qu'en est-il des notres?
Réponse de le 30/05/2012 à 23:32 :
@San: les emplois à vie n'existent plus depuis longtemps, mais la jalousie envers le voisin est en forte progression :-)
Réponse de le 30/05/2012 à 23:39 :
@ Patrickb : Quid des enseignants par exemple?
Réponse de le 31/05/2012 à 9:22 :
Et pour les gars de la sncf payés à dormir sur des bancs, vous ne dites rien?
a écrit le 30/05/2012 à 22:07 :
Les emplois, ça s'invente, pourquoi l'Aubry n'est-elle pas passée? Au fond, on ne pas tolérer le chômage qui est contraire à la constitution. Nous avons une hydre bicéphale qui sort les emplois du chapeau... une double administration et pourquoi pas plus, cf Mélenchon. C'est pas juste pour les chômeurs de ne pouvoir être fonctionnaires. Et c'est pas juste pour les salariés de devoir travailler.
a écrit le 30/05/2012 à 21:59 :
Pas assez de travail? Mais mon pauvre ami, le travail ça s'invente, enfin si on le veut bien.
Réponse de le 30/05/2012 à 23:34 :
@olivier: on peut en effet inventer ce que l'on veut, cela s'appelle les fantasmes, mais trouver des clients à qui vendre est un peu plus compliqué :-)
a écrit le 30/05/2012 à 21:59 :
Les reactions de VAL ou de RIPOSTE UMP montrent quel est le niveau de certains de nos compatriotes. Et ils sont les legions les beaufs decerebres nourri à la pensee ultraliberal. Ils font le bonheur de ceux qui profitent du système actuel. Grace à ces rigolos ceux qui tirent les ficelles (l'elite economique financiere] peuvent dormir tranquille.
Réponse de le 31/05/2012 à 0:46 :
Tout a fait d accord, autant de moutons prets a se faire tondre, ça donne la larme a l oeil...
Réponse de le 31/05/2012 à 1:11 :
boss a raison : la crise n'est qu'une pure invention : au lieu de dépenser 4 à 5 % de plus que ce que l'on gagne, ... dépensons le double ... et on verra bien !!?
a écrit le 30/05/2012 à 21:58 :
Un témoignage. Dans ma famille il y a un ingénieur, au chômage pour la deuxième fois avec 4 enfants, et il m'a dit: nous on aime bien les gens qui ont subi le chômage... en bon pervers, comme certains de nos dirigeants. On croit rêver. Les vieux de cette génération se sont payés une carrière entière dans la même entreprise et ils crachent sur nos qualifications alors qu'on en a plus. Que personne ne s'étonne si le système part en vrille... Voltaire nous aurait si bien dit en style attique, dans ce pays tout n'est qu'aberration.
a écrit le 30/05/2012 à 21:56 :
Ce qui est tabou, c'est le refus de reconnaître qu'une part de la population, à divers degré, ne veut pas travailler et que tout est fait pour l'encourager dans cette attitude. Il y en a qui veulent bien un emploi, les revenus qui vont avec, mais surtout pas du travail. Cas réel : 3 offre d'emplois adressées à Paul Emploi qui déniche péniblement 2 candidats ! Sur les 2 convoqués, 1 seul se présente au test mais insulte le recruteur et claque la porte... Est-ce si difficile à conceptualiser que des revenus de remplacement trop élevés sont une incitation majeure à ne pas travailler ?
Réponse de le 30/05/2012 à 23:03 :
Une partie n'a jamais fait la majorité. On trouve toujours des gens compétents , si le salaire est à la hauteur des compétences recherchées et du niveau de vie du candidat. 
J'ai fait passer plusieurs dizaines d'entretiens et tests dans mon domaine d'expertise pour trouver un collaborateur. Je n'ai jamais eu de souci et pourtant les postes étaient en CDD et au smic. S'ils sont partis après être passés en CDI c'est parce qu'ils ont trouvé de meilleurs postes ailleurs, que la direction n'a pas souhaité s'aligner.

Par contre, je me suis toujours demandé pour quelle raison les entreprises passent par le pôle emploi, au lieu de leur réseau de connaissance, les demandes spontanées, les sites internet pro spécialisés.
Réponse de le 30/05/2012 à 23:33 :
@Tabou : c'est curieux, vous ne dites pas quels étaient les salaires proposés, et pour quels postes... Un oubli certainement ...
Réponse de le 31/05/2012 à 8:42 :
Vous confirmez que ces gens cherchent un emploi, pas du travail. Du travail, il y en aura toujours. Mais des emplois, ils vont pouvoir chercher longtemps.
Réponse de le 31/05/2012 à 8:59 :
+1
Bravo Tabou, tout est résumé dans cette belle vérité
a écrit le 30/05/2012 à 21:49 :
Souvenez-vous de Jospin qui passe à la télé: il n'y a pas de travail pour tout le monde. La question devient qui peut travailler et qui ne peut pas. Ou encore selon les droits il faut parler utilité sociale des emplois. Est-ce qu'un chanteur crée de la richesse? Ou un footballer? Ils ne font que récupérer ce que l'Etat a distribué par sa banque de france, qui maintenant n'est plus censée imprimer. Mais nos diplômés pourquoi n'en faisons-nous rien?
Réponse de le 31/05/2012 à 17:38 :
Ils ne créent RIEN mais les smicards et les chômeurs paient pour aller les enrichir !
a écrit le 30/05/2012 à 21:43 :
A ben à partir du moment où l'on fait venir des gens c'est très bien, mais qu'ils ne puissent accéder à la vie active, c'est les repousser dans les aides sociales rsa plus apl et la mendicité. C'est pas une société de progrès, c'est un monde parallèle. D'ailleurs, les organisations internationales incriminent la france pour le vrai faux social: coût de l'Etat, par exemple la double administration de l'emploi, pour des prestations faibles, mêmes les allemands avec 46% d'Etat on plus de prestations sociales. La question qui se pose c'est celles de nos institutions. devons-nous leur permettre de dire tout et son contraire. Et que pensez vous de Chirac qui fait entrer la grèce dans l'europe et qui explose?
a écrit le 30/05/2012 à 21:22 :
Et si tout simplement il n'y avait pas assez de travail pour tout le monde? Est-ce envisageable? Est-ce un tabou? Est-ce impossible à conceptualiser? Qu'en disent les économistes?
Réponse de le 30/05/2012 à 21:42 :
Chut, vous allez ouvrir la boite à questions ... Pourquoi laisse-t-on entrer autant de travailleurs étrangers chaque années ???
Réponse de le 30/05/2012 à 23:38 :
@Paulo parce que ce sont les seuls travailleurs qui acceptent les salaires de misère imposés par un certain nombre de patrons voyous qui font honte à leur profession. Ils ne pas légion, dieu merci, mais suffisamment pour dégoûter les jeunes français qui veulent travailler. À eux, diplomé voir surdiplomés, on préfère proposer stage sur stage à des tarifs affligeant. Il ne fait pas bon et jeune en France ses temps ci. À eux, je veus adresser un message : tenez bon encore quelques mois, on ne le voit pas encore, mais l'avenir s'éclaircit. Courage !
Réponse de le 31/05/2012 à 1:15 :
ouais, ça s'éclaircit.. enfin, on en reparlera après les législatives ..!
a écrit le 30/05/2012 à 20:22 :
Il faut faire comme en allemagne, supprimer le SMIC
on ne peut plus être compétitif

il faut aussi libérer les services et arrêter d'offrir des cadeaux comme la prime de rentrée scolaire.
Hollande doit comprendre qu'il faut réduire les déficits publics sauf à augmenter les impôts
mais qu'il le dise !!

Réponse de le 30/05/2012 à 20:46 :
Oui, il faut aussi supprimer la sécu, les congés payés, les alloc, les assedics... J'en oublie sans doute mais rien qu'avec ça, ça devrait pas mal contribuer à un monde meilleur...
Quelle honte d'écrire de telles chose !
Réponse de le 30/05/2012 à 21:20 :
oui ironpion,il faut aussi supprimer la prime de présence des employés des collectivités locales,ainsi que les journées de congé du maire
Réponse de le 30/05/2012 à 22:47 :
Il faut surtout supprimer purement et simplement les salaires des dirigeants et des cadres qui détruisent des emplois. Une obole et un bol de riz leur suffit amplement, pour l'eau, ils n'ont qu'a se baisser dans les caniveaux.
Réponse de le 30/05/2012 à 22:48 :
Si la suppression du SMIC fait qu'un certain nombre d'entreprises rémunèrent une partie  de ces salariés en dessous du seuil psychologique du SMIC, expliquez moi, comment ces derniers vont pouvoir se loger? De plus en Allemagne les conventions collectives permettent une plus grande flexibilité, donc les salariés peuvent ne travailler que 30h/semaine et donc voir leur salaire baisser en fonction des commandes de l'entreprise.

Depuis 15 ans l'évolution des prix de l'immobilier a décroché l'évolution des salaires. Vous oubliez de dire une chose importante, le marché de l'immobilier en Allemagne n'a pas connu ce décrochage, il reste accessible pour la majorité des allemands.

Dans ma région les premiers prix des studios sont à 400 euros/mois, ce sont des biens rares (la moyenne tourne autour de 500/550). Ces derniers sont déjà inaccessibles aux smicards. 


Quelle conséquence à court terme?

1- Retour au domicile parental
Au final cette baisse des salaires va renvoyer comme en Grèce pas mal de jeunes chez leurs parents pour ceux qui le peuvent encore.

2- Développement de l'offre des biens en collocation
En France, contrairement à l'Angleterre, l'offre  des biens en collocation n'est pas assez importante. Au Royaume Uni ces offres sont essentiellement réservées à ceux qui ne peuvent payer un loyer individuellement.

3- Augmentation des sans domiciles
Augmentation des salariés à faibles revenus dans les foyers sociaux, les voitures, la rue.

4- Baisse des loyers
On peut espérer dans le meilleur des scénarii , une baisse des loyers, si la capacité de financement des français baisse, et donc si la demande diminue. Je pense que cela risque de prendre un certain temps.

Sauf si vous pensez que la suppression du SMIC va tirer les petits salaires vers le haut. 
a écrit le 30/05/2012 à 20:13 :
quels sont les plans du gouvernement flambyiste pour stopper le chomage?augmenter le smic?augmenter les charges sociales(retraites)?non:ils vont embaucher des fonctionaires!probablement étaient ils en sous effectif
Réponse de le 30/05/2012 à 22:49 :
les casseurs de l'économiefrançaise depuis 10 ans sont à traiter de la même manière que les casseurs des banlieues : ces casseurs de l'économie française depuis 10 ans sont dans les rangs de riposte ump.
Réponse de le 30/05/2012 à 23:44 :
Je dirai plutôt que le désastre à commence avec Pompidou, que Mitterand et Chirac ont trouve que la soupe servie aux tables des banquiers extrait bien bonne et que Sarkosy a continue dans cette voie, car on ne crache quand même pas dans la soupe. Quand a moi président, le mec normal qui prend le train com'tout l'monde laissez moi rire. Il s'est déjà fait recadrer par Obama et Merkel. et attention à Poutine parce que le président à vie russe, il est pas du tout, du tout content avec le bouclier antimissile qu'on est en train de lui planter sur ses plates bandes. Mais si Hollande prend l'orient express ça va peut être le calmer?
Réponse de le 31/05/2012 à 9:45 :
C'est Giscard qui a abusé d'un Pompidou affaiblit par la maladie. Giscard et ses compagnons Chirac Debré en ont profité pour donner la finance à leurs co-sanguins de la voyoucratie financière avec la Loi de 73.
a écrit le 30/05/2012 à 19:37 :
Nous savons bien que le gouvernement n'apportera pas de réponse au chômage. Pourquoi certains, des jeunes et des moins jeunes ne pourraient pas accéder à l'emploi. Pourquoi d'autres seraient surprotégés quand on est en moyenne tous les 4 ans au chômage. Quand une société explose à plus de 17% de chômage, en augmentation, c'est le contrat social qui est en cause. Nous devons donc opérer une forme de partage du travail. N'oublions pas que les qualifications sont très mal employées. Un exemple un ingénieur agronome, on lui demande de faire des programmes. Qui peut croire qu'un tel système peut fonctionner?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :