Les rémunérations des patrons du privé seront elles aussi encadrées

 |   |  805  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
La rémunérations des mandataires sociaux des entreprises et établissements publics ne pourra pas être vingt fois supérieure à la moyenne des rémunérations des 10% des salariés de ces entreprises les moins bien rémunérés. Soit, selon le ministre de l' Économie, un revenu annuel brut de 450.000 euros pour 2012 et 2013. Environ 70 établissements sont concernés. A l'automne, une loi viendra encadrer les rémunérations des dirigeants du privé.

En cette période électorale, le gouvernement est à la man?uvre... Avant le premier tour des élections législatives, le 10 juin, il présentait en conseil des ministres les contours du futur décret abaissant à 60 ans l'âge de la retraite pour les carrières longues. Une promesse électorale de François Hollande. A la veille du second tour, dimanche 17 juin, re-belotte : cette fois, le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, a présenté en conseil des ministres "une communication" sur  "la moralisation et l'encadrement des rémunérations des dirigeants d'entreprise "... Une autre très populaire promesse de François Hollande. Dans les deux cas, la présentation de ces projets en conseil des ministres n'était pas obligatoire...Mais, électoralement parlant, c'était de bonne guerre.


Environ 70 établissements concernés par le plafonnement

Sur le fond, comme prévu par le candidat Hollande, un décret - sans doute prêt pour le mois de juillet - viendra encadrer les rémunérations des dirigeants des entreprises publiques détenues majoritairement par l'Etat : EDF, Areva, La Poste, SNCF, RATP, etc. Mais, Pierre Moscovici a précisé que la règle s'appliquerait également "aux établissements publics et autres opérateurs de l'Etat, ainsi qu'à la Caisse des dépôts et consignations et ses principales filiales". Au total donc,environ une cinquantaine d'établissements seraient directement concernés plus une vingtaine d'autres indirectement. Là où l'Etat est employeur.  En revanche, dans les entreprises où l'Etat ne détient pas la majorité du capital (Renault, par exemple avec 15% ou Air France- KLM avec 15,7%), le ministre de l'Economie a indiqué qu'il  "continuera à donner instruction aux représentants de l'Etat dans les organes de gouvernance pour proposer les mêmes règles de modération dans la fixation des dirigeants mandataires sociaux".


Un rémunération annuelle limitée à 450.000 euros

Comme convenu, la gouvernement a arrêté un mode de calcul  : la rémunération des dirigeants mandataires sociaux sera plafonnée "à 20 fois la moyenne des plus bas salaires des principales entreprises publiques". A Bercy, on précise que l'assiette prise en compte sera la suivante : la moyenne des rémunérations du premier décile (les 10% de salariés les moins payés dans les entreprises publiques). Et Pierre Moscovici d'indiquer que, ainsi, les rémunérations des mandataires sociaux seront plafonnées dans les entreprises publiques à 450.000 euros annuels, dès 2012 ou 2013 "ce qui ne me paraît pas dissuasif si on veut avoir à la tête de nos entreprises des hommes et des femmes de qualité".... Sans oser ajouter que, ainsi, ces dirigeants échapperont à l'imposition exceptionnelle de 75% qui s'appliquera sur la tranche des revenur supérieure à un million d'euros...  Etant bien entendu que cette rémunération plafond sera réévaluée les années suivantes. C'est d'ailleurs le Ministre de l'Economie lui-même qui devra donner son imprimatur pour la rémunération des dirigeants ce qui permettra "de faire respecter cette limite et d'éviter que les rémunérations ne convergent toutes vers ce plafond " de 450.000 euros.
A ce stade donc, seuls les mandataires sociaux sont concernés par ce plafonnement, et non les hauts dirigeants titulaires d'un contrat de travail. Comme l'avait souligné Michel Sapin, ministre du Travail, il aurait été juridiquement incertain de modifier les contrats de travail. En effet, la rémunération étant considérée comme un élément essentiel du contrat de travail, sa révision à la baisse s'analyserait comme une modification substantielle de ce contrat qui, en cas de refus par l'intéressé, peut conduire à son licenciement... Et donc à de fortes indemnités.

Une loi à la rentrée pour encadrer les rémunérations dans le privé

Dès la parution du décret en juillet, le plafonnement de la rémunération des mandataires sociaux s'appliquera aux mandats en cours. La décision sera prise à l'occasion des prochains conseils d'administration qui statueront sur les rémunérations de leurs dirigeants. Ainsi, dans l'année, l'ensemble des rémunérations aura été revu.
S'agissant, enfin, des entreprises privées, conformément à un autre engagement du candidat Hollande, après une phase de concertation avec les partenaires sociaux et l'Association française des entreprises privées (Afep) - notamment à l'occasion de la conférence sociale des 9 et 10 juillet qui abordera ce thème -, le gouvernement présentera un projet de loi à l'automne permwww.latribune.fr/technos-medias/telecoms/20120613trib000703711/stephane-richard-legiferer-sur-la-remuneration-des-patrons-peut-etre.htmlettant d'interdire ou d'encadrer certaine pratiques ainsi que de renforcer le contrôle exercé sur les rémunérations (stock options, retraites chapeau). Ainsi, des représentant des salariés pourraient siéger dans les comités de rémunération.

Retrouvez  l'interview de Stéphane Richard, le président de France Telecom, qui explique à La Tribune sa position sur la rémunération des chefs d'entreprise.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/07/2012 à 23:37 :
Moralisation de l'économie. Plus d'égalité. Mois de copinage.
a écrit le 14/06/2012 à 19:25 :
il va suffire de privatiser à 51% pour que rien ne bouge. 81 revient
a écrit le 14/06/2012 à 16:04 :
On oublie de parler de toutes les combines que possèdent les patrons (publiques et privés) pour augmenter leurs revenus: stocks options etc. Ce n'est que de la poudre aux yeux pour amadouer les électeurs. Quand on voit la façon que le président utilise pour régler l'affaire de sa concubine: on a du souci à se faire. On semble oublier un peu vite que cette "aventurière" travaille pour un média appartenant à la mafia de Neuilly-sur-Seine. Donc, il n'est pas improbable que l'affaire de La Rochelle ait été téléguidée... Jean-Claude Meslin
Réponse de le 14/06/2012 à 16:14 :
Merci le scoop Jean-Claude
a écrit le 14/06/2012 à 15:09 :
Si le gouvernement se mêle du privé alors nous ne sommes plus dans un pays libre.Soit l'Etat rentre au capital et contôle l'entreprise "OU la sauve avec nos impots (TRES IMPORTANT)" soit ils n'ont strictement rien à décider. Que cela pose des questions d'éthique est d'ailleurs nouveau et cela montre bien que cette "crise" sert de prétexte pour changer les fondamentaux du pays, je veux juste rappeler que cela tournerais donc à une dictature, une dictature ce n'est pas 1939 c'est tout simplement quand vous subissez des décisions et risquez gros, regardez en ce moment avec Mme Royal cela ne s'appel ABSOLUMENT pas une démocratie, attention à cette gauche caviard qui n'est pas si bête.
Réponse de le 14/06/2012 à 15:58 :
J'aime ;)
Réponse de le 14/06/2012 à 16:41 :
moi aussi j'aime :)) mais nous assistons désormais chaque jour à des effets d'annonces de la part de nos nouveaux gouvernants qui partent dans tous les sens et se termineront en eau de boudin; Pas un jour sans une idée farfelue comme s'ils avaient été transférés sur une planète hors du système solaire. Nous sommes désormais régentés par des extra terrestres.
a écrit le 14/06/2012 à 14:40 :
Dès lors que le gouvernement plafonne les salaires, les rentrées fiscales au titre de l'IR s'en trouvent réduites à proportion!! Ne vaudrait-il pas mieux agir sur la fiscalité plutôt que sur les salaires ?
a écrit le 14/06/2012 à 14:15 :
J'ai une idée : pour donner de la cohérence entre le plafonnement des patrons du public et ceux du privé, je propose de commencer dans le privé par plafonner les salaires de tous les fonctionnaires qui viennent y pantoufler. Par exemple, on pourrait dire que le salaire qu'ils vont toucher dans le privé ne peut pas etre plus de 2 fois celui qu'ils touchaient dans le public. Et on devrait leur interdire les parachutes dorés, car de toutes façons ils sont fonctionnaires et s'ils quittent le privé (volontairement ou non) ils retrouveront leur job dans le public car ils font partie de cette France privilégiée qui ne sera jamais au chomage. Ca ca serait une vraie moralisation !
Réponse de le 14/06/2012 à 14:38 :
Vous vouliez dire "haut fonctionnaires"...
Attention au dénigrement primaire.
Réponse de le 14/06/2012 à 14:41 :
La techno structure étatique et l'oligarchie du CAC40 sont des incongruités du ''modèle français'' que personne ne nous envie...
Pratiquer le centralisme et la verticalité de Napoléon 1er au XXI ème siècle condamne la France à la médiocrité et au déclin.
Réponse de le 14/06/2012 à 16:44 :
@mouais : quel haut fonctionnaire ? le militaire qui prend sa retraite et se cherche un job dans le privé, un conducteur de TGV qui reprend du boulot dans un pays étranger, les exemples ne manquent pas.
a écrit le 14/06/2012 à 14:09 :
je trouve bizarres ces messages qui adhérent au 20 fois (pourquoi pas 21 ou 22 ? ou 19 ?) décidé comment ? les salaires mirobolants sont voyants et génants mais il faudrait considérer ceux qui savent faire ce que d'autres ne savent pas de ceux -condamnables- qui amènent leur entreprise en difficulté ???? je crois que ces informations sont un écran de fumée mais attention aux permissions accordées à certains technocrates pour décider de ce qui est bien pour la France !!
a écrit le 14/06/2012 à 14:02 :
Qu'entendons nous par "privé"? un technocrate va t-il décider de ce que doit gagner un artisan lorsqu'il peut gagner enfin de l'argent après avoir passé les périodes où il ne s'est pas -ou peu- payé ? même chose pour un patron de PME car nous allons revenir à l'image classique CGT avec le patron avec une grosse voiture, un chapeau haut de forme et un gros cigare.La différence devrait être voyante avec ceux qui dépensent -y compris pour leur salaire- de l'argent qui n'est pas à eux !! (même chose pour les politiques ... pas tous mais...)
a écrit le 14/06/2012 à 13:36 :

Je trouve que dans le public comme dans le privé le salaire le plus élevé ne devrait pas dépasser de 20 fois celui du salaire le plus bas. point barre. Cela inciterait le pdg à augmenter les plus bas salaires de x lui permettant ainsi d'obtenir 20x = déja trop.

L'argument que le dirigeant fait gagner de l'argent à l'entreprise n'est pas objectif car ce sont les salariés moins payés que le dirigeant qui font EFFECTIVEMENT ce travail.
Réponse de le 14/06/2012 à 13:44 :
@RDN: Et ba voila, tout est dit. Montez votre boite de conseil RH et allez convaincre vos clients, les actionnaires, de vous ecouter et de faire de precieuses economies en virant le dirigeant et en mettant a la place un "travailleur" salarie...
Réponse de le 14/06/2012 à 14:19 :
decidement Tyler on s'entend sur beaucoup de choses... ;)
Mail?
Réponse de le 14/06/2012 à 16:55 :
@M92: Avec plaisir!
a écrit le 14/06/2012 à 12:31 :
C'est quand même effarant de voir toutes ces personnes qui ne toucheront JAMAIS ces montants et qui font la tête (je reste poli) car quelques dizaines de personnes se verront voir leurs revenus plafonné....Mais vous avez peur de quoi ? Que votre patron ferme la boite ? Mais qu'il se casse ! Nous vivons une periode éonomiquement dur. Ne trouvez vous pas normal que ceux qui ont la chance (car ca en est une la pluspart du temps) de percevoir de hauts revenu se voit un peu plus taxé afin d'aider le pays à se relever ? Et SVP ne me sortait pas les poncifs sur ces pauvres qui ne travaillent pas et vivent des allocs. Le chiffre est ridicule comparé aux fraudes fiscales des entreprises françaises.
Réponse de le 14/06/2012 à 13:21 :
@Chich tout à fait d'accord +1
et
@M92 qui nous suggère ci-dessous le retour des chars soviétiques... c'est bon ! l'argument est un peu fanné !
quant à l'assistanat, sur ce point nous pouvons être d'accord si toutes les entreprises assistées par des exonérations et déductions diverses et si certaines corporations (TVA à 5,5 vs 7% des cafetiers par exemple) qui bénéficient de largesses et de niches fiscales n'en bénéficient plus en ce sens là : oui M92 moins d'assistanat !.
Réponse de le 14/06/2012 à 13:37 :
@Reinal: "c'est bon ! l'argument est un peu fanné !", pas si sur... Quand aux niches fiscales, je vous rejoins sur ce point, et Sarkozy etait un enorme interventioniste... Moins cependant, je pense, que nos amis socialistes... Mais ce n'est pas politiquement rentable d'etre liberal en France; voila pourquoi nous n'avons jamais essaye...
Réponse de le 14/06/2012 à 13:45 :

Et moins d'exonérations de charges sociales pour les grands groupes !
Réponse de le 14/06/2012 à 14:07 :
@Les Blagis: pas de raisons de faire de cadeaux aux PME et d'introduire des distorsions de concurrence. Il faut se sortir de cette logique ou chaque lobby attend des faveurs de l'Etat. Meme niveau de charges sociales qque soit la taille. En revanche, les baisser globalement etant donne le niveau actuel particulierement eleve...
Réponse de le 14/06/2012 à 14:53 :
En revanche les cadeaux aux copains de promo à la tête du CAC40, ça n'est pas de la distorsion de concurrence ?
Vous m'avez l'air d'être un libéral d'une obédience un peu particulière ...
Réponse de le 14/06/2012 à 15:07 :
@Henri: Tant mieux pour eux et tant pis pour les actionnaires en question si ils perdent le controle sur les decisions de remuneration, apres tout, c'est leur tune...
Réponse de le 14/06/2012 à 15:22 :
@Henry: comprenez-moi bien. On ne peut qu'etre agace de cet entre soi des elites a la Francaise, qui nous vient tout droit de l'Empire et de ses institutions, symbole du prestige national... "Pour la patrie, les sciences et la gloire"... Vous me pretez donc des propos que je ne tiens absolument pas. Mais il faut faire preuve de discernement, chose qui manifestement vous fait defaut a ce sujet. Il y a et a eu de brillants dirigeants a la tete des grands groupes Francais, Baudoin Prot, Zacharias... Et bien d'autres...
Réponse de le 14/06/2012 à 15:27 :
Ne ne dites pas que vous n'avez pas remarqué qu'il y a un gros problème de gouvernance dans ces boîtes !
En fait je crois que vous avez bien remarqué...
J'ai bien compris de quel bord vous êtes et vous, vous comprenez bien ce que je dis ...
Réponse de le 14/06/2012 à 15:52 :
"J'ai bien compris de quel bord vous êtes et vous, vous comprenez bien ce que je dis ...". Tu bluffes Martoni...
Réponse de le 14/06/2012 à 17:03 :
Sauf trou de mémoire, il ne me semble pas que nous avons crapahuté dans le même Tallweg...
Réponse de le 14/06/2012 à 17:11 :
Il dit qu'il bluffe
Réponse de le 14/06/2012 à 17:20 :
^^
Réponse de le 14/06/2012 à 17:27 :
Pas sur...
Réponse de le 14/06/2012 à 17:30 :
Il dit qu'il a plus de genoux...
a écrit le 14/06/2012 à 11:21 :
Cela me fais penser a une citation de Churchill qui colle parfaitement a ce que la plupart d'entres vous dites :
« Le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses. La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misère. »
A choisir, je prend le capitalisme...
Réponse de le 14/06/2012 à 11:27 :
Je souscris aussi
Ce qui est embêtant, c'est que le capitalisme financier est en train de s'auto détruire
Il va falloir réinventer quelque chose vite fait, sinon ce sera la guerre ...
Réponse de le 14/06/2012 à 11:37 :
@M92, je suis comme toi je choisis le capitalisme, mais dans une démocratie il quand à moment faire attention qu'une majorité de citoyen soit satisfaite de son sort. et malheureusement en 2012 en France sous Chirac et Sarkozy on l'a un peu oublié.
Réponse de le 14/06/2012 à 11:54 :
@RPR: C'est vrai. Mais regardez-ce qui se passe en Grece, et vous constatez les limites de la democratie lorsqu'on traverse des temps difficiles (voir les annees 30 egalement...). Une grande majorite de grecs pour rester dans la zone Euro, mais une majorite pour Syriza et l'anti-austerite... Humainement, on peut bien comprendre, mais il s'agit malgre tout de deux voeux difficilement conciliables... Les exemples de refus de la realite et d'irrationalite comme ceux-la sont nombreux.
Réponse de le 14/06/2012 à 11:57 :
Plus de liberalisme et moins d'assitanat sont les clés de l'avenir... Comme disais Tatcher, laissez les gens se debrouiller, ils sont grands pour faire leurs choix...
Evidemment il faut des regles, mais laisser les gens choisir quand ils se mettent d'accord, et que nos homme politique arretes de croire que c'est en reglementant qu'on regle les problemes... C'est l'inverse qui se produit...
A force de mettre en place des millers de regles differante pour tel ou tel categorie de personne, cela créé d'enormes disparités sociales. Alors que de laisser les gens faire leurs choix, ca c'est la liberté, et chacun pourras choisir son mode de vie...
Réponse de le 14/06/2012 à 12:11 :
Je voudrais vous apporter une petite précision. Il y a souvent une confusion entre le capitalisme et le libéralisme. Le capitalisme c'est un concept économique qui permet à l'économie de se développer grace aux capitaux privés dont a besoin toutes les entreprises pour naitre,se développer et prospérer, mais il existe aussi le capitalisme financier qui crée des bulles financières qui n'a pour but que de créer de la dette pour s'enrichir et qui détruit le capitalisme "productif", c'est donc le systéme financier et bancaire qui sont responsables en grande partie de ce que nous vivons. En effet, avec la complicité des conservato collectivisme au pouvoir, certains grands financiers se sont vus attribuer l'exclusivité des prêts bancaires aux états encaissant au passage des profit faramineux et intolérables, car ceux ci sont issus d'une magouille. Dites moi pourquoi la BCE censée défendre les intérets des citoyens d'Europe prete de l'argent à 1 % à des banques privées qui ensuite le repretent à 4, 7 ou 12 % (Portugal) aux pays en difficulté ruinant de fait tout les efforts de relance et d'équilibre budgétaire de ces pays tentant de se relever ? Au nom de quel principe libéral acceptons nous cela ?
Dans un sytéme libéral, dont j'ose réver pour la France, l'état emprunte des fonds auprés de sa banque centrale sans intermédiaire, tout en réduisant son couts et son poids qu'il fait peser sur l'économie et sur le pays. Qui a donné l'exclusivité des états aux banques mafieuses privées ? Les gens de droite et de gauche confondus depuis 30 ans. C'est ça l?Europe des renégats de nos dirigeants actuels, ils ont donné la souveraineté de la monnaie française à l'Europe des technocrates et des conservato collectivistes, et on voudrait nous dire que c'est à cause du libéralisme qu'on en serait la ? C'est un mensonge éhonté et scandaleux, car c'est exactement l'inverse. Vive la liberté, vive le libéralisme humaniste, et protégez au maximum en achetant de l'or physique rapidement !!
Réponse de le 14/06/2012 à 12:12 :
Tout à fait d'accord avec M92 !! + 1 !
Réponse de le 14/06/2012 à 12:26 :
@M92 : Utopique de croire que les gens sont capables de se mettre d'accord seuls, l'individualisme est un réflexe trop fortement ancré dans l'ADN humain.
Réponse de le 14/06/2012 à 12:28 :
Dans les 1800 milliards de dettes de la France, il y a 1400 milliards d?intérêts qu'elle doit aux banques. Sans cela la dette française ne serait que d'environ 300 ou 400 milliards, ce qui est déjà trop, mais bien moins qu'actuellement. Il faut que la France retrouve, et les autres, retrouvent leur souveraineté monétaire, et se libéralise pour justement empêcher cette gigantesque escroquerie pour rétablir la situation financière.
Le débat politique est détourné, certains veulent nous faire croire que c'est à cause des "riches" que la France va mal, d'autres que c'est à cause de la concurrence étrangère, mais en fait c'est à cause de nos dirigeant anti libéraux qui ont soumis volontairement la France a cette situation, et en ayant abandonné l'étalon Or à la monnaie ils ont pu faire le jeu des banques privées et de la BCE complice qui sur impriment de la fausse monnaie papier sans fin qui gonfle cette dette et l'incroyable montant des intérêts cumulés depuis trente ans.
Réponse de le 14/06/2012 à 12:34 :
@Libre: J?apprecie votre intervention, mais permettez-moi de corriger ce que vous venez de dire concernant la souverainete monetaire, qui je pense est faux et s?inscrit droit dans la propagande demagogique de Le Pen, Melenchon et autres, allegrement vehicules par nos medias Francais anti-banquiers (loi Giscard 73 + Maastricht 92). Faisons court, mais deux arguments: on ne prete pas au meme taux sur 3 ans (prets de la BCE aux banques dans le cadre de l?operation LTRO que vous mentionnez, a 1%) et sur 10 ans (emprunts d?Etats typiques), et on ne prete pas au meme taux lorsque le prêt est collateralise (c?est le cas des prets de la BCE) et lorsqu?il n?y a pas de garantie. Je vous passe les details de haircut sur le collateral, pour vous dire que non, de maniere generale les banques ne font pas d?immenses profits de cette maniere la. Ensuite, ce ne sont pas que les banques qui pretent aux Etats: ce sont aussi les companies d?assurance, les fonds de retraite, les PWM et Family Office... bref tous les investisseurs institutionnels qui investissent les liquidites/epargnes presentes dans le systeme financier. Laissez la banque emprunter aupres de la banque centrale librement, et vous laissez la planche a billet dans les mains du politique, donnant ainsi lieu au plus injuste des impots possibles: l?inflation. Enfin, pour anticiper certains arguments, la creation monetaire par des banques privees est largement moins generatrice d?inflation que celle par l?Etat. Notamment car une banque accordera des prets soit grace a l?epargne disponible ailleurs, soit en creant de la monnaie en contrepartie d?une unite de production donnee ou de l?esperance de cash-flow futures (sur laquelle elle peut bien evidemment se tromper, comme on le voit en Espagne...). Dans tous les cas, cette creation monetaire generera en general bien moins d?inflation que ce que feraient nos bons politiques.
Réponse de le 14/06/2012 à 12:35 :
@M92 : c'est beau... non serieusement je ne suis pas d'accord avec vous et si je l'étais vous ne prenez pas en compte que tout le monde ne né pas avec les mêmes outils dans la main. Dans ce cas c'est sur qu'il est plus facile pour un enfant de famille à haut revenu de choisir son futur que le fils de prolo. Mais bon il est vraiment plus aisé de faire des raccourci (qui sont les mêmes depuis Poujade) que de mener une profonde réflexion.
Réponse de le 14/06/2012 à 14:10 :
A Chich : Ok, je suis d'accord, sauf que dans un etat plus liberal, le fils de prolo comme vous dites aura moins de mal a créé de la richesse et a atteindre le niveau du fils de riche... (petite chose, seul 20% des millionaires sont des heritiers... source d'un article de la tribune d'hier)

A Libre : Je connais la differance entre capitalisme et liberalisme... Je sis partisant du bon equilibre entre les deux ;)
Réponse de le 14/06/2012 à 15:20 :
Regardez la fortune moyenne des héritiers et comparez-la à celle des entrepreneurs : vous comprendrez pourquoi la France est un paradis pour les insiders et les (déjà) riches et un enfer pour ceux qui veulent le devenir ...
Réponse de le 14/06/2012 à 18:53 :
à Tyler.
Je suis désolé mais je persiste dans ma mon analyse, et les détails de qui préte quoi et sur combien de temps et à quel taux ne change rien. Et permettez moi de vous corriger à mon tour mais lorsque je parle de banque centrale je parle de banque centrale indépendante non soumise aux polituqes justement, et en plus je parle de monnaie corrélée à l'étalon Or comme avant 1973, date à laquelle les institutions financières en complicité avec les polituqes fabriquent du papier en masse, et font subir une inflation moyenne de 5 % par an. En résumé la monnaie ne en aucun cas etre dans les mains du gouvernement qui justement l'utilise pour financer ses déficits abyssaux plutot que de dépenser moins. Par ailleurs je ne me rèfère par à Lepen ou Mélenchon mais aux avis des économistes libéraux, et entant que simple citoyen, mais la vérité est la, laissez les banques et compagnies d'assurance prété à des taux faramineux alors qu'une banque centrale indépendante, souveraine avec de la monnaie papier étalonnée à l'or permettrait de préter beaucoup moins cher, c'est un fait. Mais les bulles financières créée par les acteurs que vous énumérez provoque de l'inflation, de la dette abyssale, nous plongeant dans une situation ou de toute façon il sera impossible de payer, et ce qui suivra ce sont de fortes dévaluations, voir une disparition de l'euro, comme ce fut le cas avec l'union latine disparue en 1904, ce fut l?ancêtre de l'Euro actuel
a écrit le 14/06/2012 à 10:54 :
Ce n'est même pas une goutte d'eau dans un océan Il faut réduire les dépense ,que les politiques commencent par réduire leur nombre ,sénateurs ,députés ,vice président de toutes sortes dans les collectivités territoriales.Des mesure purement électoraliste
Réponse de le 14/06/2012 à 11:07 :
Et oui, mais il est plus delicat de s'attaquer a ca, et de prendre des decisions impopulaires... Tandis que cibler les plus riches, c'est une strategie electorale gagnante, qui a fait ses preuves (en tout cas en France): vous faites 9 heureux pour un mecontent... Mais tous ont le meme droit de vote... Malin les socialistes...
a écrit le 14/06/2012 à 10:10 :
des mesures électoralistes sans intérêts. Ce qu'attendent les Français, c'est que les finances publiques de la France soient assainies, et il faudra autre chose que de la mesurette pour se "faire bien voir"! on est mal barré avec FH...
a écrit le 14/06/2012 à 10:01 :
La France a vraiment le don de se tirer une balle dans le pied ; forcément avec tous ces énarques qui n'ont jamais vu une entreprise et avec un système aussi passéiste que le socialisme..
a écrit le 14/06/2012 à 9:38 :
N'est-il pas plutôt question de 20 fois ?
a écrit le 14/06/2012 à 9:21 :
Je trouve ça sympa comme mesure...
S'ils veulent s'augmenter les patrons devront augmenter les salaires de leurs employés. Au moins ceux du dernier décile.
Réponse de le 14/06/2012 à 10:13 :
Non, il feront tout simplement sous-traiter les tâches les plus ingrates et donc les moins payées.
Ce faisant, la masse salariale sera tirée vers le haut sans augmentation de salaire, et les patrons pourront augmenter le leur.
Réponse de le 14/06/2012 à 11:54 :
oui, c'est également une hypothèse plausible...
Mais cette sous-traitance, ne la pratique-t-il pas déjà ?
pour info : je me suis adressé à un artisan menuisier pour lui confier le lot huisseries et fenêtres, à ma grande surprise ce sont des polonais qui sont venus poser les vitrages...
a écrit le 14/06/2012 à 9:19 :
faudrait pas oublier aussi de limiter à 450k? les revenues annuels de tous ces "artistes" musiciens, acteurs etc.. mais chut !!!! cela sont de bon riches ils votent à gauche pour la pluspart.
Réponse de le 14/06/2012 à 10:18 :
si leur business est rentable, la on parle de salaire d'une entreprise en faillite: l'état.
Réponse de le 14/06/2012 à 10:35 :
@fma44: Il ne faut pas assimiler l'Etat au global (en faillite comme vous dites), et certaines entites qui sont economiquement viables, performantes et rentables (EDF par exemple); certes elles pourraient etre plus optimisees en etant en partie privatisees...
Réponse de le 14/06/2012 à 11:10 :
@fma44, vous oubliez un peu vite que l'état a en projet de contraindre également les salaires des dirigeants du privé, mais qu'il évite soigneusement de parler des revenues faramineux de ses copains du show biz.
a écrit le 14/06/2012 à 8:57 :
est ce que quelqu'un a réfléchi une seconde à l'effet global sur la grille des salaires ? parce qu'en contractant le sommet comme ca il n'y a qu'un seul point qui ne bouge pas: celui du bas ... ça va être très sympa pour tout le monde ! amis non smicard bienvenu en enfer !
Réponse de le 14/06/2012 à 11:23 :
Et oui, c'est ce qui arrive dans des environnements economiques a tendance planifiee... A ceux qui se rejouissent de ces mesures: il y aura certainement des effets pervers (car jamais une bande de technocrates assis dans un bureau ne seront en mesure d'anticiper les consequences des rigidites qu'ils introduisent dans les interactions entre des millions d'agents, on l'a bien vu dans l'histoire...), mais comme toujours, ce ne sont pas ceux qui detiennent le pouvoir, ni les plus riches, qui essuieront les platres suite aux mauvais decisions d'un Etat hautement interventioniste et liberticide... Ce seront les plus pauvres, les plus vulnerables, les plus demunis...
Réponse de le 14/06/2012 à 12:15 :
+ 1 !!!!!! Je n'aurais pas mieux écris. bravo !!!!
a écrit le 14/06/2012 à 8:44 :
450000 euros/an, c'est pas des salaires ça, ce sont des fortunes... pour un état en faillite et en crise ???
a écrit le 14/06/2012 à 8:32 :
tout cela uniquement, pour se payer M.Proglio..

une usine à gaz, ( en augmentation au 1° juillet ? !!! ).
a écrit le 14/06/2012 à 8:32 :
il est clair que pour certain PDg de groupe, leur salaire est totalement injustifié. D'autres méritent vraiment les salaires importants,car leur mission, vision. travail et responsabilité sont importants et décisifs. Aux actionnaires de faire la différence entre un copain de promo et un vrai bon manager.
a écrit le 14/06/2012 à 8:30 :
cette décision irréversible ( ! ) , est une catastrophe car :

les cotisations sociales prélevées sur ces "riches" vont être minorées, ainsi que la rentée d ' impôts.;

Qui va payer le manque à gagner : peut être vous, surement moi....
Réponse de le 14/06/2012 à 9:00 :
vous avez raison. Pour accroître les cotisations sociales, il serait sans doute préférable d'augmenter les salaires des gands patrons. Je propose 50 %, ça me semble raisonnable....
a écrit le 14/06/2012 à 7:47 :
Chers citoyens Français, ne voyez-vous rien venir......j'ai 70 ans et cela me rappelle l'ère soviétique avec la nomenklatura. C'est-à-dire que nous allons tout droit vers une société avec un ensemble de personnes qui jouissent de prérogatives particulières (les élus sociaux, politiques et partis, privilégiés cumulant tout) et le reste de la société qui indépendamment du travail, de sa formation, de la fonction exercée recevra de l'état une indemnité pour acheter son pain et faire de la soupe. Après un siècle, ces pays sont toujours dans le bourbier et pour le moment seulement les anciens de cette nomenklatura sont devenus milliardaires comme par hasard.
Réponse de le 14/06/2012 à 9:02 :
de là à tomber dans la caricature, il n'y a qu'un pas, et il est franchi allègrement. Au secours Lénine est de retour...
Réponse de le 14/06/2012 à 9:34 :
@Folie: Vous parlez de cette nomenklatura des patrons du public,qui sont parachutes dans tel ou tel entreprise en fonction de leur copinage avec untel? C bien pour cela que cette loi a ete faite. Reprenez vous
Réponse de le 14/06/2012 à 10:36 :
@rb: Il n'empeche qu'il existe un marche pour les dirigeants d'entreprise au chiffre d'affaire superieur a 50 milliards d'euros... Et si on paye les gens 4 fois moins que le prix du marche, ca posera un probleme a terme...
Réponse de le 14/06/2012 à 11:31 :
Mensonge : il n'existe aucun mercato pour les dirigeants de grosses boîtes et encore moins pour les français qui pour la plupart sont des anciens fonctionnaires
C'est un mythe entretenu par leurs services de com pour justifier la hausse de leurs émoluments.
Vous aurez noté par exemple que personne ne s'est battu pour embaucher J2M ex génie auto proclamé !
La France manque d'entrepreneurs pas d'enarques ...
Réponse de le 14/06/2012 à 12:22 :
@Henri: Si si, il existe bien un marche; etre chasseur de tete pour des cadres dirigeants est un job qui marche tres bien en France, croyez-moi. Il y a aussi evidemment bon nombre d'exemples de parachutage, de copinage, dans les anciennes entreprises publiques/groupes ou l'Etat est encore tres present, ou il y a encore une forte collusion avec le politique. Mais ne tombez pas dans l'extreme, tres reducteur, du "petit entrepreneur" (sans connotation pejorative. Celui-ci a son merite, et doit pouvoir etre recompense pour les risques pris quand l'affaire marche), qui ne voit de valeur que dans ceux qui ont fait comme lui, et qui n'en attribue pas au dirigeant d'un groupe de 20/30000 employes qui finalement n'etait pas la depuis sa creation, en mode vieille ecole...
Réponse de le 14/06/2012 à 14:23 :
Je ne tombe pas dans l'extrême du petit entrepreneur, c'est vous qui parlez de ''petit''
Gérard Mulliez et Steve Job sont des entrepreneurs
Les quelques patrons du CAC 40 que j'ai approché et leurs états majors : des outres gonflées de leur suffisance, des intriguants, bref des politiciens ...
Réponse de le 14/06/2012 à 14:38 :
Bien d'accord, mais Mulliez et Job sont des exemples de types qui ont cree un empire en partant de quasiment rien. Vous noterez que c'est assez rare aujourd'hui. Les autres dirigeants ne sont pas a mettre a la poubelle pour autant. Parmi les dirigeants du CAC40, on pourrait passer des heures a distribuer les bons et mauvais points... Il n'y a pas a opposer dirigeant entrepreneur (dans le sens qui a effectivement cree la boite qu'il dirige), et dirigeant pas entrepreneur...
Réponse de le 14/06/2012 à 15:33 :
Ca ne risque pas : les copains du CAC40 s'arrangent pour éliminer toute forme de nouvelle concurrence : ils rachètent les PME et les ETI ou les empêchent de grandir...
Lorsqu'ils les rachètent, ils les noient.
Lorsqu'ils les font travailler, c'est à visée d'exploiter dans le pire sens du terme leurs talents et brevets.
C'est la grande différence entre les oligarques et les libéraux.
C'est la grande différence entre politiciens et businessman.
Réponse de le 14/06/2012 à 16:38 :
A nouveau, bien que je vous rejoigne sur certains points, votre description est tres caricaturale et tranchee...
Réponse de le 14/06/2012 à 16:55 :
Je comprends que vous êtes un partisan du ''libéralisme à la française'' (bel oxymore).
Merveilleux système qui produit 5 millions de chômeurs et 75 milliards de déficit commercial, sans parler de la profitabilité minable des entreprises françaises (je ne parle pas bien entendu de vos ''champions'' de l'optimisation fiscale du CAC40)
Vous le libéral d'un genre bien français, vous appelez ça de la carricature...
a écrit le 13/06/2012 à 23:57 :
Que Hollande prennent les mesures qu'il souhaite, la seule et unique qui soit utile c'est libérer le travail. Des idées (que dis-je, des évidences pleines de bon sens !) en pagaille pour commencer immédiatement (n'allons pas trop vite, nous sommes français tout de même) : fusion et plafonnement de l'intégralité des cotisations sociales et charges patronales à 5% du brut, aucune taxation sur le résultat net investi en fonds propres, et pareil, taxation à 5% des dividendes pour l'actionnaire principal si celui-ci en est le créateur.

Et si Hollande veut se faire plaisir, qu'il taxe à fond les trucs pas délocalisables : l'immobilier, les retraités, les fonctionnaires, les notaires, etc...

Mais dans tous les cas, il faut foutre la paix à ceux qui créent de la valeur ajoutée, et pas par des transferts de dettes (que serait le patrimoine actuel des français si tous les budgets depuis 1974 avaient été à l'équilibre ? Quelle plaisanterie...).

Qu'Hollande fasse cela, et il pourra partir en vacances pendant les 4 dernières années de son mandat, le seul bien possible serait fait.

Réponse de le 14/06/2012 à 11:35 :
Vous y allez un peu fort : vous allez vous mettre tous les rentiers couineurs à dos ...
a écrit le 13/06/2012 à 23:21 :
Pas d'affolement !...il n'est pas encore certain que le PS est une majorité a l'assemblée pour faire passer ces torchons de lois a tendances comunistes....une chose certaine , Hollande a été élu grace a une volonté nationale d'éliminer Sarkozy...et il nous faudra a peine quelques semaines pour bouter les socialistes dehors...ça va être un véritable " bo...l " . Tout est a refaire !
Réponse de le 14/06/2012 à 0:13 :
Il est Oh15, fais de beaux rêves Jacky...pour au moins 5 ans.
a écrit le 13/06/2012 à 22:45 :
"La rémunérationS des mandataires sociaux des entreprises et établissements publics ne pourra pas être supérieure à la moyenne des rémunérations des 10% des salariés de ces entreprises les moins bien rémunérés." supérieure à dix fois, vingt fois, cent fois mille fois la moyenne ? Soit il manque un truc, soit je suis déjà endormi.
a écrit le 13/06/2012 à 21:54 :
... ce serait une excellente mesure...!
Le retour à un peu de moralité dans ce pays permettrait de remettre la machine en route !
Réponse de le 13/06/2012 à 22:11 :
Ah oui? Et en vertu de quel principe? Moralité x meilleures idées / bisous = rentabilité + hausse du chiffre d'affaires? Ça doit être ça...
Réponse de le 13/06/2012 à 22:42 :
... de toute façon, nous sommes déjà dans le mur; le libéralisme c'est fini...!
La rentabilité, pour qui ...spip...?
Réponse de le 13/06/2012 à 23:48 :
Dans le mur, oui, en raison de la dette, pas du libéralisme, vous mélangez tout!
Réponse de le 14/06/2012 à 1:44 :
Mais de quel libéralisme parlez vous Pourquoi pas? Vous n'en avez pas marre de raconter n'importe quoi? Il n'y a pas eu une mesure libérale en France depuis des années. Il n'y a que l'état et ses affidés et ses obligés. Si vous ne voyez pas ça, c'est que vous êtes aveugles, soit de naissance, soit par idéologie.
Réponse de le 14/06/2012 à 11:45 :
Je suis d'accord avec "SPIP" et "SIMPLE CITOYEN", et je m'inscris en faux contre les propos ignares et scnadaleux de "POURQUOI PAS". Jamais il n'y a eu de parti libéral en France, et pour cause c'est le seul pays de l'occident qui n'a jamais eu un parti libéral au pouvoir puisqu'il n'existe pas. Nous n'avons connu que des dirigeants conservateurs et collectivistes, et ces gens osent dire que c'est à cause du libéralisme inconnu en France qu'on en serait la ? Quelle foutaise et quel mensonge !!
Le libéralisme c'est exactement le contraire des différentes politiques interventionnistes et étatiques françaises.
Ce sont les fonctionnaires en sur nombre, l'immigration subventionnée incontrôlable, les monopoles d'états et syndicaux mafieux, la fiscalité confiscatoire ahurissante et destructrice d'entreprises et d'emplois, un code du travail aberrant, les privilèges des élus à l'assemblée nationale, des conseillers régionaux et départementaux couteux et ruineux pour le pays, qui sont responsables (et d'autres) qui sont exactement le contraire d'une politique libérale seule créatrice de richesses au profit de tous. LE pire c'est que les médias conditionnent tous les jours les cerveaux des français à ses mensonges rendant responsable un système libéral qui n'a jamais vu le jour en France, alors qu'on l'accuse des fautes économiques dont seuls les conservato collectivistes sont responsables. S'il vous plait "pourquoi pas" faites vous une vraie culture économique en dehors de la propagande politico médiatique complices de la ruine de la France actuelle.
Réponse de le 14/06/2012 à 12:07 :
@Libre: Les medias, l'Education Nationale parfois egalement... Anecdote amusante, mais je me rappelle d'une prof, il y a qques annees, qui decrivait la grandeur de l'Universite en France "ce qu'il y a de beau en France, c'est qu'on enseigne le savoir pour le savoir, sans le soumettre au Capital"... Consequences notoires de ce genre de raisonnement: on vend du reve a des etudiants pendant les 5 annees qui suivent le bac, et on paye pour certaines filieres qui meneront 90% des diplomes tout droit au chomage. Mais 5% d'entre eux trouveront peut etre un poste pour enseigner a leur tour cette discipline... Bilan: parce que le domaine d'etude en question ne match pas du tout les besoins du marche du travail (et donc du CAPITAL, des entreprises), on paye pour exclure des gens du systeme (puisqu'ils se retrouveront au chomage, revoltes apres avoir etudie de bonne foi pendant plusieurs annees), a qui on a laisse penser qu'ils parviendraient a s'epanouir dans cette voie... Dieu merci, il n'y a pas que ce genre de Marxistes parmi les enseignants.
Réponse de le 14/06/2012 à 12:20 :
Vous avez raison il n'y a pas qu'eux, d'ailleurs je rends gommage aux enseignants courageux qui osent aller contre ce courant malheureusement minorité dans nos écoles, nos colléges et nos université. Mais comme ils sont ultra minoritaire leurs voix ne peuvent se faire entendre, et surtout se répandre. L'état collectiviste français s'y oppose, et sa clientèle électoralisme du monde enseignant fait fermer la bouche de ses courageux et continue sa propagande bolchévique envers nos enfants. Je rappelle que beaucoup d'enseignants poussent des enfants de 13 ans dans la rue pour manifester pour défendre les privilèges de ses fonctionnaires nauséabonds. Un vrai scandale !!
a écrit le 13/06/2012 à 21:22 :
Mesure démagogique aux conséquences potentiellement désastreuses. Des nouveaux talents pas encore trop gourmands, et à l'horizon bouché, viendront se faire les dents dans le public. A priori c'est bien, mais une fois que les meilleurs auront émergé, ils iront dans le privé ou à l'étranger où ils toucheront 4 fois plus.... C'est bon pour la France? Euh euh...
Réponse de le 13/06/2012 à 22:29 :
le grand chamboule tout a remettre plus tard a l'endroit mdrrrrr
a écrit le 13/06/2012 à 21:21 :
Comme aucune loi n'est parfaite et qu'il y a toujours des effets pervers, regardons celle-ci qui part d'un bon sentiment.
1/ ceux qui gagnaient moins que 20 fois vont demander plus, figeant à terme les rémunérations et créant une sorte de caste, mais bon c'était déjà un peu le cas, mais même dans les petites entreprises les patrons vont prendre exemple, ils donneront moins à leurs moins payés employés pour s'octroyer 20 fois plus;
2/cela va augmenter l'externalisation et le chômage, virer les gens les moins bien payés pour faire remonter la moyenne et sous-traiter leur boulot( les mêmes personnes seront reprises mais encore à un plus bas salaire à cause du 1/), les entreprises devraient alors devenir plus petites, plus modulables, plus modulaires, ce n'est pas inintéressant économiquement de penser l'évolution des entreprises comme la programmation objet en informatique, c'est peut-être l'avenir, l'état joue déjà au meccano depuis longtemps mais toute la société pourrait tourner comme cela, on aurait alors une cascade d'entreprises en pyramides, une seule pouvant en diriger des centaines, uniquement pour compresser les coûts.

J'avais pensé à ce ratio de salaires depuis plusieurs années, mais j'ai ensuite divergé à cause des conséquences néfastes, pour me rabattre sur un meilleur modèle je pense, celui de développement du salarié actionnaire, avec une obligation d'octroyer une partie des dividendes et des droits de votes aux salariés( pas directement mais au CE qui ferait la redistribution), lesquels peuvent alors peser sur le vote des salaires et bonus des dirigeants mais aussi les fusions et acquisitions d'entreprises ou même les licenciements.

Ne pas confondre causes et conséquences, on voudrait que les hauts salaires ne dépassent pas un ratio de 20( pourquoi 20 d'ailleurs ? et non pas 5), ceci une conséquence d'un modèle de gestion, et non une cause.
a écrit le 13/06/2012 à 21:18 :
Quand on entend dire que la crise est due à la finance, c'est un délire paranoïaque. C'est une hyperspéculation inventée par l'Etat à travers des banques comme Freddy sous mandat de l'administration. Conséquence, 75 millions de jeunes au chômage. Quand on a des pays qui explosent, comme l'Espagne, ça c'est du travail de Kmer rouge.
a écrit le 13/06/2012 à 21:12 :
Ben nous avons des brejnéviens, les députés touchent 20 smics. C'est certain c'est pas les 450 des autres, mais un patron de pme touche 5 smics, la moyenne bac+5 est de 1,8 alors de quoi parlons-nous? Le vrai problème c'est le malheur de ces classes moyennes que l'on fait disparaître. En particulier les diplômés qu'on refuse d'intégrer, c'est humaniste ça? En vérité, on est chez Moralès: langue de bois et incurie de l'Etat. Ce système c'est une vaste escroquerie intellectuelle. J'ai entendu aujourd'hui dans le métro, une femme pintée dire que c'était un président radin, alors pour le pouvoir d'achat, à quand la révolution?
a écrit le 13/06/2012 à 20:05 :
Et les joueurs de foot ? Et les acteurs ? Et les chanteurs/musiciens célèbres ? Et les indemnités à vie du président ? On tape encore dans le tas sans distinguer les bons des mauvais... Quel problème si un dirigeant qui redresse une entreprise et sauvegarde des milliers d'emploi est largement récompensé pour ça ? Le problème c'est uniquement ceux qui partent avec la caisse en laissant tout le monde sur le carreaux. Il faut s'occuper des mauvais élèves et pas punir toute la classe...
Réponse de le 13/06/2012 à 21:03 :
C'est bien prévu, pour ces gens là...ils hurlent déjà (sauf Noah) qu'ils seront dans
la tranche des 75 % !
Réponse de le 14/06/2012 à 10:45 :
@Fred: sauf que comme d'habitude, la France raisonne dans un monde ferme... Il est evident que n'importe qui disposant de ce niveau de revenu ira se faire domicilier ailleurs plutot que de se faire racketter par l'Etat... Comme vous le savez, cette mesure ne rapportera rien a l'Etat... Et le symbolisme associe ne fait qu'enfoncer le clou; la France, un pays ou la reussite est mal vue, ou le profit est mal vu, ou comme souvent, on ne comprend pas que ce n'est pas la "collectivite" qui genere des richesses, ce sont des individus au sein de cette collectivite. Tirez-leur dessus, stigmatisez-les, et vous n'aurez plus d'energie, plus de capitaux, plus d'investisseurs... Et plus personne pour financer le train de vie exhorbitant de l'Etat et le systeme de retraites, de sante, d'allocations extremement genereux et couteux...
a écrit le 13/06/2012 à 19:59 :
pourquoi ne pas faire comme ont fait les Khmers rouges au Cambodge. Supprimer carrément les rémunérations?
Réponse de le 13/06/2012 à 21:20 :
Vous avez raison, il existe trop de kmers en Europe, la lanterne rouge de l'humanité, en récession quand le monde est en croissance. Alors à quand la révolte?
a écrit le 13/06/2012 à 19:16 :
Sur le fond, ce qui me fait de la peine, c'est de savoir que ceux qui ont porté les socialistes au pouvoir n'ont pas compris dans leur écrasante majorité que de telles mesures ne sont destinées qu'à faire passer des mesures beaucoup plus lourdes concernant les classes moyennes et pauvres. C'est le niveau zéro de la politique. Il n'y a plus aucun courage. On ment de manière permanente à ceux qui sont supposés vous faire confiance, tout en prétendant que les autres sont de dangereux démagogues populistes. Comme quoi, il n'y a bien que le pouvoir et ses avantages qui les intéressent.
a écrit le 13/06/2012 à 18:48 :
Oui il faudra appliquer cette règle à tous les patrons et cadres des fournisseurs de l'Etat et des collectivités locales, sinon il leur sera interdit de répondre aux appels d'offres. Cette règle de plafonnement des salaires devra être inscrite dans les cahiers des charges et les règlements des achats publics. Ainsi les patrons de toutes les banques, des assureurs, de Véolia, Vinci, Bouyghes, etc ... seront obligés de se plier.
Réponse de le 13/06/2012 à 19:47 :
cela ne touche que les non salaries or dans ces grosses boites les patrons sont salariés...c'est la que le bas blesse!
Réponse de le 13/06/2012 à 20:02 :
Bien vu, Bug. Mais il y a pire. A mon faible niveau, je peux recevoir une enveloppe de deux mois de salaire ... chaque mois. Simplement parce que je décide. La corruption tue la corruption qui donne la crise actuelle. Tout simple.
a écrit le 13/06/2012 à 18:42 :
Ce projet de loi, d'une superbe esthétique, aura-t-il pour effet de réduire le chômage. Que quelqu'un m'explique comment éviter les problèmes juridiques qui ne peuvent manquer de se poser, car il y aura inévitablement rupture des contrat de travail.
Réponse de le 13/06/2012 à 19:05 :
Mais enfin Henry: regardez autour de vous! Que ce soit aux US avec Obama qui viole allègrement la constitution ou ici avec l'UE, il n'y a plus d'état de droit. C'est d'ailleurs tout le problème.
Réponse de le 13/06/2012 à 19:50 :
Oui le monde des affaires est un panier de dirigeants crabes, faucons, crocodiles, renards, qui s'est affranchit du droit, ou pire, qui a profité de la stupidité des politiques depuis 10 ans pour organiser le vol , à leur seul profit, le vol du travail des salariés qui se lèvent tot et gagnent la misère. Il est temps que l'Etat mette de l'ordre pour neutraliser la CUPiDiTé des patrons voyous.
Réponse de le 13/06/2012 à 21:57 :
Monte ta boite, hypotheque ta maison et investit tes economies. On en reparlera apres...
a écrit le 13/06/2012 à 18:42 :
Ce projet de loi, d'une superbe esthétique, aura-t-il pour effet de réduire le chômage. Que quelqu'un m'explique comment éviter les problèmes juridiques qui ne peuvent manquer de se poser, car il y aura inévitablement rupture des contrat de travail.
a écrit le 13/06/2012 à 18:41 :
Et est-ce que les stars du foot français méritent plus que ce plafond par rapport à ce qu'ils rapportent assez peu de créations d'emploi, d'impôts et de rayonnement à là France ?
a écrit le 13/06/2012 à 18:38 :
le temps des pays de l'est serait il de retour!!!!mdr je suis artisant et pas prés d'embaucher un ouvrier (comme beaucoup de mes collégues) pas de 35 h qui nous bloque régulierement dans notre organisation ; une liberté qui nous font payer chère (17000 de rsi pour 29000 de résultat ) rassurez vous on travail un peu moins pour un peu plus de temps libre et moins de charges.Les jeunes bon courage pour le premier emplois!!!!!!!
Réponse de le 13/06/2012 à 19:00 :
Je suis artisan?? idem en france on flingue les emplois et ceux qui veulent entreprendre
a écrit le 13/06/2012 à 18:35 :
j'oubliais limitation des gains de "l'euro couillon" à 100.000 euros" !
a écrit le 13/06/2012 à 18:31 :
Et si on aime pas les socialistes pourquoi pas limiter leur nombre de députés à 2 et interdire tout candidat socialiste à la présidentielle.
a écrit le 13/06/2012 à 18:30 :
Messieurs les INGENIEURS ,CADRES , ENTREPRENEURS, ETES PENSANTE si vous etes doués , si vous etes PERFORMANT fuyés la FRANCE le reste de l'EUROPE voir plus RECHERCHENT LES TALENTS NOVATEURS
Réponse de le 13/06/2012 à 18:42 :
Le reste de l'Europe rentre dans la récession, tous les salaires vont DéGRiNGOLER au niveau des salaires des pays de l'est et de la Chine justement ces pays low cost adorés par les patrons voyous.
a écrit le 13/06/2012 à 18:27 :
Merci à la gauche de lancer ce mouvement de retour sur terre des grands patrons ! Comme le dit Mosco 450 K? par an n'est absolument pas dissuasif pour avoir des personnes compétentes comme dirigeants et cela concerne aussi bien l'Etat, qui se devait alors que tout le monde parle de se serrer la ceinture de mettre fin à ces abus, que le secteur privé.
Réponse de le 14/06/2012 à 10:59 :
"absolument pas dissuasif pour avoir des personnes compétentes comme dirigeants "; Et qu'est ce qui vous permet de dire ca? Simplement parce que cela represente 10 fois, 15 fois ou 20 fois votre salaire, c'est bien "suffisant"? Fiez-vous a votre intuition pour determiner le prix d'un job qui manifestement vous echappe totalement, de mon cote je prefere me fier au marche...
Réponse de le 14/06/2012 à 12:23 :
Je pense que citoyen, comme moi même d'ailleurs, se fie non pas au marché mais à l'éthique et à la morale. Je gagne, en gros, 1500e par mois et j'arrive à bien vivre. 20 fois mon salaire et LARGEMENT suffisant pour vivre tranquillement et voir l'avenir avec sérénité. Alors bien sur on ne peux acheter 3 ferrari ou passer toutes ses vacances à Saint Trop ou Megève mais bon, est-ce vraiment necessaire ?
Réponse de le 14/06/2012 à 12:46 :
@Chich: Je comprends ce que vous dites, "est-ce necessaire?", mais la question n'est pas pertinente meme d'un point de vue philosophique: qui peut juger de ce qui est "suffisant" pour vivre ou non? Du "prix du bonheur" ? Et si j'ai envie de partir aux Bahamas a chaque vacances et de passer 3 semaines au mois d'Aout sur un yacht, d'avoir 3 Omegas, 2 Rolex et une Patek Philippe, quitte a bosser 14 heures par jour WE compris et a me retrouver divorce a 40 ans, encore heureux que je suis libre de le desirer et d'essayer d'y parvenir. A l'inverse, certains seront tres heureux de faire un bon barbeuc au beau milieu de leur jardin avec leur famille et amis, en ouvrant de bonnes bouteilles d'un caviste du village, sereins et bien loin de ces "extravagances"... Mais dans tous les cas, l'essentiel est d'etre heureux et d'etre libre de faire ce qu'on souhaite faire (apres, y parvenir, c'est autre chose). Je trouve tres dangeureux la tendance qui consiste a dire ce qui est bon ou pas, necessaire ou non, pour l'homme. Nous sommes des etres libres de nos choix et de nos reves.
a écrit le 13/06/2012 à 18:17 :
... et obligation pour les patrons des groupes de distribution ... de consacrer 5h par semaine de mise en rayons ! ;o))))
Réponse de le 13/06/2012 à 18:43 :
pmxr vous avez la solution pour soigner l'arrogance des directeurs, grands chefs, moyens chefs, petits chefs de la grande distribution, tous à la mise en rayon 1 semaine sur 3.
a écrit le 13/06/2012 à 18:15 :
de la poudre aux yeux !
a écrit le 13/06/2012 à 17:55 :
malheureusement il faudra en passer par là aussi dans le privé : pas d'argent pour augmenter les employés doit signifier pas d'argent pour augmenter les dirigeants.
Réponse de le 13/06/2012 à 21:58 :
Et puis quoi encore... Je prend les risques, j encaisse.
Réponse de le 14/06/2012 à 1:36 :
@Spaghetti splash,
Tu prend des risque sur le dos de QUI????
Réponse de le 14/06/2012 à 9:15 :
tu confond dirigeants et actionnaires, dans les grandes entreprises ce ne sont fréquement pas les mêmes !
Réponse de le 14/06/2012 à 11:04 :
@ @spaghetti: C'est vrai, mais encore une fois, la question de la remuneration des dirigeants ne regarde que les actionnaires et personne d'autres, certainement pas l'Etat en tout cas. Si les proprietaires du groupe pouvaient payer de bons dirigeants 10 fois moins, ils le feraient. Apres, si les actionnaires se retrouvent dans une position ou ils n'ont plus le controle sur le comite de remuneration, tant pis pour eux, mais au moins, c'est leur propre tune qui y passe.
Réponse de le 14/06/2012 à 11:19 :
@tyler, tu as en grande partie raison, mais dans un système démocratique, il faut qu'une majorité de votant soit convaincus de retirer des bénéfices du systeme existant. que nous soyons d'accord ou pas il semble qu'aujourd'hui ce ne soit plus le cas. si nous n'avions pas été collectivement aussi égoiste à l'égard du simple citoyen nous n'en serions probablement pas là !
Réponse de le 14/06/2012 à 19:02 :
à "++" c'est du grand n'importe quoi car comme vous a écris Tyler ce ne sont pas vos affaires, et les actionnaires ont toujours le choix et la possibilité de retirer leurs fonds s'ils ne sont pas satisfait, et ce n'est ni à vous ni à l'état de d'intervenir dans les affaires des autres. Et je vous informe que c'est justement l?égoïsme idéologique des politiques français qui nous ont mis dans cette situation d'hyper fiscalité pour maintenir le train de vie de l'état démesuré et rembourser des dettes d'état avec des taux d'interet ahurissant, parce qu'ils ont abandonné la souveraineté monétaire au profit de bankster et autres.
Réponse de le 16/06/2012 à 18:53 :
par la force des choses la lutte des classes qui ne dit pas son nom est de retour. certains vont s'en appercevoir avec douleur drappé dans leur certitude libérales.
a écrit le 13/06/2012 à 17:51 :
Ben voyons!
Et à quand une limitation du nombre de m², des km parcourrus, des calories consommées, du droit de vivre?
Réponse de le 13/06/2012 à 18:20 :
nouvelles taxes : l'air et le soleil (bracelet électronique de détection)!
Réponse de le 13/06/2012 à 18:23 :
"Ben voyons! Et à quand une limitation du nombre de m², des km parcourus" exonération pour les voyages en rosalie looooooooool !
Réponse de le 14/06/2012 à 9:19 :
c'est déjà le cas Sarkozy plus de 40 nouvelles taxes créées, les patrons équipent leurs employés de géolocalisation, la loi carbone limite les calories etc........

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :