Vous avez dit "tournant de la rigueur" ?

 |   |  818  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les Français en sont convaincus, le gouvernement a changé récemment sa politique économique, négociant le tournant de la rigueur. Si la communication gouvernementale a bien sûr fortement évolué après les législatives, les engagements de campagne laissaient clairement augurer de la stratégie actuelle

Il est de bon ton d'afficher un sourire entendu, du genre" pas dupe", quand le gouvernement nie l'existence de tout changement dans sa politique économique, entre son arrivée aux affaires et les premières annonces concernant sa politique budgétaire. « Il n'y a pas de tournant de la rigueur » a répété ce matin le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, sur BFM, après Jean-Marc Ayrault. Pourtant, les Français sont bel et bien convaincus du contraire: 68% pensent qu'un tournant a eu lieu, selon un sondage Tilder/LCI/Opinionway.
Evidemment, entre la communication pré-législatives, plutôt souriante, sur la majoration de l'allocation de rentrée scolaire, le retour à la retraite à 60 ans pour les carrières longues, ou la limitation des rémunérations exorbitantes des patrons, et les annonces budgétaires post-législatives, le contraste est saisissant.
Mais le tournant va-t-il au-delà de ce changement de communication ? Si virage il y a eu, cela suppose que François Hollande ait envisagé et défendu, pendant sa campagne, une politique économique, et qu'une fois parvenu au pouvoir, il en conduise une autre.

3% de déficit en 2013, un engagement déterminant
Est-ce le cas ? Avant même d'avoir été désigné par les sympathisants socialistes comme le candidat du PS à la magistrature suprême, dès l'été 2011, François Hollande avait décidé d'assumer une réduction à un rythme rapide des déficits publics, s'engageant sur le retour à 3% du PIB en 2013. Ce seul choix est évidemment déterminant. Dès la fin du mois de janvier, lors de la présentation de son programme, le candidat Hollande a présenté la voie qu'il avait choisie pour diminuer les déficits : 29 milliards d'euros de prélèvements obligatoires en plus, via la remise en cause de niches fiscales ou de dispositifs particuliers.

Un chiffrage détaillé de ces 29 milliards était alors communiqué à la presse. S'agissant des dépenses publiques, le candidat Hollande promettait de ramener leur progression globale à 1,1% par an. Et s'il s'engageait à recruter 60.000 fonctionnaires dans l'Education nationale, ainsi que 5.000 dans la police et la justice, c'était tout en maintenant globalement stables les effectifs des fonctionnaires d'Etat.

Le projet Hollande respecté à la lettre, s'agissant des fonctionnaires
Qu'en est-il, aujourd'hui, alors que l'équipe Hollande entre dans le concret ?
Si l'on prend l'exemple des fonctionnaires, ce qui est programmé aujourd'hui correspond exactement à ce qui avait été dit et répété pendant la campagne électorale. Pourquoi, alors, ces titres de journaux, sur « H comme Hollande », un candidat qui, une fois élu, et contrairement à ce qu'il avait dit, serait prêt à manier la hache dans la fonction publique ?
Bien sûr, le candidat PS n'avait pas annoncé précisément toutes les conséquences de son schéma : la forte réduction du nombre de fonctionnaires (-2,5% chaque année) dans les ministères non prioritaires. Mais qui lui a posé la question pendant la campagne? Et un calcul rapide, sur la base du projet Hollande, permettrait d'aboutir à ce chiffre. En l'occurrence, le nouveau président n'a surpris que ceux qui voulaient se laisser surprendre...

Le discours des proches de Hollande a entretenu l'ambiguïté
Quant aux dépenses, y a-t-il eu tromperie ? Ramener à 1,1% l'an la progression de l'ensemble des dépenses publiques (contre une hausse moyenne de 2% sur les 20 dernières années), comme les proches de François Hollande l'ont répété depuis fin janvier, supposait déjà une politique rigoureuse. Cela a été dit, mais peu entendu : il était de bon ton, pendant la campagne, de souligner le contraste entre un Sarkozy prêt à couper dans les dépenses, et un Hollande misant tout sur les hausses d'impôt.

Evidemment, les termes choisis par l'équipe Hollande, qui ne parlaient pas d'économies mais d'une simple « maîtrise », ont pu entretenir ce sentiment. Pour contenir la hausse globale de la dépense publique à 1,1% par an, comme annoncé, il fallait, en tout état de cause, geler les crédits de l'Etat, en raison de la hausse constantes des dépenses de sécurité sociale (retraite, maladie...), comme l'a annoncé Matignon, provoquant une réaction de surprise. Finalement, le gouvernement a retenu une norme un peu plus rigoureuse, envisageant pour la période 2013-2017 une progression limitée à 0,8% l'an. L'écart représente un peu plus que l'épaisseur du trait. C'est une inflexion, liée à la révision à la baisse des perspectives de croissance. Un tournant, vraiment ?
Enfin, s'agissant des impôts destinés à diminuer le déficit, ils seront bel et bien accrus de 29 milliards sur la période 2012-2013, comme cela a été dit fin janvier. Les hausses annoncées ce mercredi, qui seront votées à compter du 16 juillet, représenteront 7,2 milliards en 2012, mais leur rendement atteindra 13 milliards, en 2013, en année pleine. Le gouvernement prévoit d'ajouter une quinzaine de milliards supplémentaires dans le projet de loi de finances pour 2013...


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/07/2012 à 21:32 :
@ papi tati, ça me fait marrer doucement du temps de Sarkozy il à ruiné la France on à voulu un changement Hollande à été élu et en 3 mois il à ruiné la France, on est en France des éternels mécontent depuis Mitterand la France est ruiné, ce n'est pas une nouvelle.
a écrit le 06/07/2012 à 20:27 :
Vous parlez politique fort bien. On les voit s'étriper parce qu'ils ont perdu leur place à 20 000 euros par mois, sans parler des prébendes et des appartements, quand un cadre ne touche que 2 500 et doit cotiser 25 ans en payant les retraites du public qui bien entendu ont le droit de ne rien faire, donc ils s'envoient des mots d'oiseau alors qu'ils conduisent les mêmes politiques. Pas étonnant que le citoyen rejette le système... à quand les jacqueries?
Réponse de le 07/07/2012 à 0:14 :
bonjour à tous et à toute, on remarque que les politiques(politiciens) ont usé tte leur cartouche pour combattre cette crise. tout le monde accuse les marchés financier je peut les comprendre mais le pb est liée d'une part à la pratique du modèle anglo-saxon,donc on n'a laisse de coté le secteur industrielle au profit des services.les 2/3. L'industries et laissé à des pays comme la chine qui est aujourdhui entrain de dictée sa loi dans le monde entier. OR vous conviendrez avec moi que la chine est producteur elle accueille les 1/3 des filiales des firmes(FMN).les services ne peut fonctionner sans l'industrie.
a écrit le 06/07/2012 à 20:21 :
Vous dites rigueur, ne devrait-on pas dire vertu? Les allemands ont supprimé un tiers des emplois publics dans le contexte de la réunification. Ils exportent pas nous. Qu'ont fait nos élus à part dormir sur les bancs et baffrer dans les coktails?
a écrit le 06/07/2012 à 18:02 :
ils vont nous ruiné ce PS§§§§!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 06/07/2012 à 14:20 :

L equipe actuelle peut elle tomber dans l infatuation comme ses predecesseurs ,,???
Réponse de le 06/07/2012 à 18:15 :

OUI !!..meme infatuation excessive
a écrit le 06/07/2012 à 14:01 :
Beaucoup de sociétés sont actuellement en train de licencier, pour éviter de se retrouver dans quelques mois avec l'impossibilité de le faire. Ce n'est pas parcequ'une Société fait actuellement des bénéfices , qu'elle en fera dans quelques mois. Et vues certaines mesures antiéconomiques prévues, il faut prévoir l'avenir ce que certains n'arrivent pas à comprendre.
Combien de millliers de chômeurs en plus, ou rechercheurs d'emplois en vue.
Et l'arrêt des aides aux heures supplémentaires vont encore accentuer le problème.
a écrit le 06/07/2012 à 12:39 :
La rigueur, la politique fiscale ou autres leviers ne sont que des moyens pas des objectifs. Le monde politique reste aveugle devant l'évidence: le modèle de développement économique français qui reposait essentiellement sur la consommation des ménages a vécu, et les emplois qui en dépendent vont disparaître. Les délocalisations ne sont que le phénomène annonciateur et la compétition accrue entre économies même intra-Europe est la manifestation de de cette mutation. L'innovation, la recherche, la cröativité et la formation devraient être les piliers de la politique économique, afin de favoriser la création de valeur ajoutée matérielle (produits) et immatérielle (services). Pour l'instant Il n'y a que des sparadraps, le monde polique n'agit pas, et une frange importante de la population active ne souhaite pas de véritables changements. C'est donc par rupture que cette mutation économique se produira. Attention....
a écrit le 06/07/2012 à 12:07 :
ben quoi ,y'a 2 ministres de moins que sous le gouvernement ump!c'est pas un tournant de la rigueur?
Réponse de le 06/07/2012 à 14:59 :
Ah bon ? FH en à déjà vire 2?
a écrit le 06/07/2012 à 9:19 :
president normal oui en campagne il a été aussi menteur que les autres
a écrit le 06/07/2012 à 7:43 :
Intéressez-vous à l'histoire économique des pays composant notre planète, que voit-on sur le long terme ?
Tous les pays ayant été géré par des régimes socialo-communistes même modérés, n'ont pas évolués et je dirai même plus, le peuple est toujours resté pauvre. Le plus bel exemple c'est l'ancienne URSS. Les milliardaires russes sont les anciens de la nomenklatura communiste du parti et le peuple lui vivote toujours avec les miettes.
Réponse de le 06/07/2012 à 8:03 :
Et actuellement environ 50 millions de pauvres (working poor) aux USA gràce au modèle ultra-libéral. Le vrai Pb c'est l'accaparement des richesses ou affaires les plus juteuses par une minorité aux dépens d'autres, dans un systeme ou l'autre les plus malins ou les moins scrupuleux gagnent tjs!
Réponse de le 06/07/2012 à 10:13 :
Le terme même de "socialo-communistes" prouve que vous êtes d'un autre temps!
Réponse de le 06/07/2012 à 11:08 :
j'aime beaucoup la conjonction de "régime socialo-communiste modéré" et de "URSS". Nous ne devons pas avoir reçu les mêmes cours d'histoire.
a écrit le 06/07/2012 à 0:53 :
François Hollande a été élu sur un mensonge : opposer la politique de croissance (Hollande) à la politique de rigueur (Sarkozy). Cette opposition a été répétée des centaines de fois par lui et ses équipes de campagne.
Il gouverne aujourd'hui sur un autre mensonge : il fait une politique de rigueur en disant que ce n'est en rien une politique de rigueur (à ce titre, c'est le changement dans la continuité : Sarkozy faisait exactement pareil).
Réponse de le 06/07/2012 à 2:03 :
Lz bouclier fiscal, et le matraquage des classes moyenne n est pas une bonne politique de rigeur
Réponse de le 06/07/2012 à 2:16 :
Pkoi croyez vous que les francais n ont pas ou peu voté !
Parce qu ils le savent ou le savaient bien !!!!! F.H n a pas le choix que de limiter les depenses et aussi de faire croitre les impots, N.S aurait fait de même, il n y a plus d argent
Réponse de le 06/07/2012 à 4:44 :
Mais,contrairement à l'évidence et à la réalité, avec peu de diminution de dépenses et beaucoup d'augmentation d'impôts! Alors que la Cour des Comptes et les expériences passées réussies (Allemagne) préconisaient le contraire!
Réponse de le 06/07/2012 à 7:54 :
prendre exple sur l'Allemagne mène direct à la récession: cf chiffres de croissance pour Italie, Espagne, Grèce France à peine positif (+0,4 pr 2012), même l'Allemagne est tirée vers le bas pour son chiffre de croissance qui va diminiuer à cause de moins de ventes ds le reste de l'Europe!
Réponse de le 06/07/2012 à 11:08 :
Pour l'Espagne qui n'a aucune industrie, c'est même un suicide
L'Italie est un cas différent : les tensions entre le nord industrieux et le mezzogiornio pourraient recommencer !
a écrit le 06/07/2012 à 0:20 :
FH a tout compris et va faire le boulot qui ne l a pas été pendant 15 ans...Ça risque de faire mal, mais il le faut !
Réponse de le 06/07/2012 à 11:17 :
Vous avez bien raison. Les français méritent de vivre dans la misère à cause d'un État qui les asphyxie. Votre commentaire est pour le moins absurde, car la politique de Hollande ne peut qu'aggraver la crise actuelle.
Réponse de le 06/07/2012 à 13:26 :
Eh oui, ça va faire mal... Autour de moi je n'entend que des gens qui veulent s'expatrier et il ne s'agit pas de rentiers ou de chefs d'entreprises (ceux là ont déjà du le faire), ce sont des jeunes qui ne voient (et à juste titre) aucun avenir ici et ça c'est une bombe à retardement...mais les politiques s'en moquent les répercutions n'auront pas lieux sous leur quinquennat.
a écrit le 05/07/2012 à 23:33 :
Pour moi qui ai voté FH, effectivement ces annonces ne me surprennent pas. Pour qui a regardé les différents débats, Hollande a effectivement clairement dit aux journalistes qu'il y aurait des augmentations d'effectif dans les domaines jugés prioritaires et une baisse des effectifs pour compenser ces hausses dans tous les autres ministères, on ne pouvait pas être plus clair. Le seul hic c'est qu'il a aussi beaucoup parlé du pacte de croissance et pour compenser une certaine austérité et pour le moment on est loin des ambitions affichées avec un maigre 1% du PIB européen réinvesti dans la croissance. Le gouvernement à clairement choisi de compenser médiatiquement ces décisions budgétaires de réduction de fonctionnaires avec des augmentations de smic, allocations de rentrée et retraite à 60ans. En tout cas c'est un pied de nez à la droite qui dénonçait les dépenses de la gauche. Espérons pour tout le pays qu'ils réussissent
Réponse de le 06/07/2012 à 2:04 :
+1
Réponse de le 06/07/2012 à 6:37 :
Augmentation des allocations de rentrée scolaire, retraite à ans et augmentation du SMIC : autant de dépenses en plus qui ne sont pas financées, malgré la création en moyenne de taxes nouvelles par jour, devant spolier le (très méchant) riche pour donner au (très gentil) pauvre (qui ne verra jamais rien de cet argent). Le socialisme, c'est avant tout la bêtise économique. Sans quoi, l'URSS serait encore de ce monde est serait la première puissance économique mondiale.
a écrit le 05/07/2012 à 23:26 :
Notre flamby et sa clique sont les meilleurs accélérateurs de récession.
Réponse de le 05/07/2012 à 23:34 :
parce que vous croyez que la clique d'avant a fait lieux?
Réponse de le 05/07/2012 à 23:59 :
Oui bien mieux ... mais ils ne possédaient pas le pouvoir des journaux ... FH lui n'a rien a craindre de ce côté la ... ni du côté des juges !!!
Réponse de le 06/07/2012 à 0:02 :
Élection = appeau à cocus ...
Réponse de le 06/07/2012 à 11:40 :
je suis parfaitement d'accord avec OUI mais c'est Monsieur Moi PRESIDENT (20 fois) qui a été élu.. Les journalistes avaient une dent contre monsieur Sarkosy et cela se voyait..
Réponse de le 06/07/2012 à 13:54 :
Ils ont une dentition délabrée les journalistes !
a écrit le 05/07/2012 à 23:25 :
Ah bon? Les français sont convaincus que le gouvernement a changé sa politique? J'ai au contraire l'impression d'une part qu'il n'a pas changé sa politique pour une bonne partie, et de l'autre que les français n'ont dans leur majorité jamais cru que le Président Hollande allait appliquer la politique économique et fiscale du candidat Hollande.
a écrit le 05/07/2012 à 22:51 :
LA VRAIE JUSTICE et LA VRAIE SOLIDARITE serait d'avoir un statut similaire entre le privé et le public : pas d'emploi à vie, niveaux de salaire similaires, calcul des retraites identiques (6 mois dans le public vs 25 ans dans le privé). Je ne vois aucun de ses éléments dans le programme du PS, au contraire je vois le privé payer encore plus pour le public ! Bien sûr, quand on est un privilégié du public, on ne peut être qu'en phase avec ce discours. C'est juste malheureux pour notre pays car le seul secteur à créer de la richesse est le secteur privé et là on veut le détruire encore plus !!!!!
Réponse de le 06/07/2012 à 4:48 :
Il ne faut surtout pas attaquer son électorat! Par contre il faut foncer dans la démagogie!
a écrit le 05/07/2012 à 22:28 :
Les dettes ont été accumulées par les boomers sur de l'idéologie destructionniste, il doivent les payer. Quand une société voit son niveau de vie partir à la baisse et le chômage explose sur de si longues durées, c'est qu'il y a une volonté claire de nuire. Nous avons des politiciens riches et irresponsables. Voyez en Espagne, le nombre de pauvres à doublé. Le déficit n'est toujours pas réglé. Ensuite il y a les politiques qui soutiennent l'activité comme l'Italie avec la réduction de la fonction publique et l'amélioration de la gestion des entreprises par le secteur privé, et ceux qui la détruisent par l'augmentation perpétuelle des prélèvements. A 56% de prélèvements nous n'irons pas loin. En 2013, 33 milliards d'impôts, qui paye?
a écrit le 05/07/2012 à 21:06 :
Déjà dans ma TPE, en ce qui concerne l'ensemble des salariés, si les heures sups sont soumises à charges pour les petites entreprises, alors il n'y aura pas pour autant d'embauches car ça correspondrait à environ 1/3 de temps plein, et ça n'est décemment pas suffisant pour qui que ce soit, mais par contre, la fin des heures sups amènera une baisse de l'activité de l'entreprise d'autant (soit - 10% de TVA, et probablement -20% d' IS ) et également une baisse des revenus annuels de 10% pour tous, y compris pour l'employeur !! vive le nivellement par le bas !!
Réponse de le 05/07/2012 à 23:37 :
la fin de l'exonération des heures sup ne concernea pas les TPE,
Réponse de le 06/07/2012 à 0:06 :
ce n'est pas ce que j'ai lu, mais si ça ne s'applique pas aux TPE, tant mieux... sinon j'ai indiqué les conséquences dans mon entreprise ...!!!
a écrit le 05/07/2012 à 20:55 :
Moi, je m'attends à plus de justice et c'est ce que j'espère depuis longtemps tellement c'est outrageant de voir autant d'inégalités , de souffrance et de misère pour les uns pendant que d'autres ne cessent de s'enrichier toujours plus. Lla politique fiscale de Hollande me plaît même si je la trouve encore trop modérée. DE LA JUSTICE ET DE LA SOLIDARITE , voilà ce qu'il faut pour enrayer la crise économique et morale.
Réponse de le 05/07/2012 à 21:01 :
Monsieur vous êtes un aigri envieu qui n à jamais réussi ! La nullité ne se complet qu avec la nullité
Réponse de le 05/07/2012 à 21:08 :
Bien sur : venez donc expliquer à mes salariés qui gagnent eniron 15% de plus que le smic, qu'ils sont des privilégiés et que la fin des heures sups qu'ils vont subir va leur baisser le salaire annuel de 10 % !! Vive le nivellement par le bas !!
Réponse de le 05/07/2012 à 21:11 :
" C' est la lutte finale " ....helas, on a vu comme ca a fini et comme ca continue avec ce doux democrate de Putin
Réponse de le 05/07/2012 à 22:26 :
LA VRAIE JUSTICE et LA VRAIE SOLIDARITE serait d'avoir un statut similaire entre le privé et le public : pas d'emploi à vie, niveaux de salaire similaires, calcul des retraites identiques (6 mois dans le public vs 25 ans dans le privé). Je ne vois aucun de ses éléments dans le programme du PS, au contraire je vois le privé payer encore plus pour le public ! Bien sûr, quand on est un privilégié du public, on ne peut être qu'en phase avec ce discours. C'est juste malheureux pour notre pays car le seul secteur à créer de la richesse est le secteur privé et là on veut le détruire encore plus !!!!!
a écrit le 05/07/2012 à 20:36 :
En tout cas pour les Collectivités, il semble vouloir encore en rajouter une couche avec avec un "Haut Conseil". Alors que le millefeuilles coute déjà une fortune. Les agences ne laisseront sans doute pas passer tout cela espérons le.
Réponse de le 05/07/2012 à 23:43 :
Vous espérez que les agences dégradent la France!!! En quoi vous et tous les français y seraient gagnant... Commentaires assez répugnant je dois dire
Réponse de le 05/07/2012 à 23:51 :
Euh y a quoi en dessous de triple Z ?
Réponse de le 06/07/2012 à 2:24 :
@si,
il faut obliger les politiques a faire la reforme de l état !
Reforme qui fut faite en suede et ailleurs !!! seulement en france, il faudrat mettre les politiques au pieds du mur.. Leur dire c est la reforme ou la faillite, alors et seulement alors ils changeront de politique du je te refile les patates chaudes, et apres moi de deluge !!!!
Réponse de le 06/07/2012 à 8:15 :
@Henri je croit qu'il y à triple Buse
a écrit le 05/07/2012 à 20:32 :
Crées moi donc une nouvelle taxe. Celui qui gagnera aura droit à une exonération totale de ses impôts !
Réponse de le 06/07/2012 à 13:32 :
Une taxe sur le travail, Au plus tu bosses au plus tu es taxé. Ah non raté: ils l'ont déjà fait celle là...
a écrit le 05/07/2012 à 20:27 :
La croissance estimée pour 2013 à 1.7% est totalement farfelue; si déjà elle est positive, il faudra s'estimer heureux. A mon avis, on sera probablement en légère récession avec toutes les mesures que le gouvernement actuel nous mijote.
Réponse de le 05/07/2012 à 20:40 :
Moi, je m'attends à une dépression sérieuse avec une destruction de richesse avoisinant au moins les 2 % du PIB...
Réponse de le 05/07/2012 à 22:23 :
Je penche aussi pour la zone 2 a 3%.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :