Moscovici ne ferme pas la porte à une "CSG compétitivité"

 |   |  720  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Louis Gallois, le nouveau Commissaire général à l'investissement, et les économistes présents aux rencontres économiques d'Aix préconisent un « choc d'offre » sous la forme d'un transfert des cotisations sociales sur la CSG. Pierre Moscovici souligne que cela ne figure pas dans le projet Hollande... Mais si un consensus peut se dégager en ce sens, à l'issue de la conférence sociale...

 A la veille de la conférence sociale, qui devrait aborder ce sujet de la compétitivité des entreprises, économistes et patrons ont imposé ce week-end le thème d'un nécessaire « choc d'offre » lors des 12èmes rencontres d'Aix, sous l'égide du Cercle des économistes. Nouvellement nommé commissaire général à l'investissement, -chargé, donc de gérer les 35 milliards d'euros du grand emprunt- Louis Gallois, en a fait le c?ur de son intervention. Il faut baisser massivement les cotisations salariales payées par les entreprises, afin de réduire le coût du travail. « je crois qu'il faut faire un choc de compétitivité, qui doit toucher le secteur exposé », a-t-il expliqué. « Pour toucher le secteur exposé, il faut que ce choc soit assez massif et qu'il porte sur les cotisations sociales, concernant des salaires relativement élevés. Il s'agit de transférer 30 à 50 milliards pour avoir un effet significatif ». Et de souligner : « on a besoin je crois de créer un choc de confiance dans le pays. Il va falloir à un moment ou à un autre qu'on se rende compte qu'on ne peut pas se contenter de demi-mesures, il faut créer une onde de choc en faveur des entreprises. »

Moscovici favorable si une solution consensuelle se dégage
Transférer les cotisations sociales sur quoi ? La TVA étant exclue par François Hollande, reste la CSG. Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici n'a pas totalement fermé la porte à une telle réforme, ce dimanche. « Ce n'est pas dans la projet », a -t-il d'abord dit devant la presse. Pour ensuite préciser : « la conférence sociale va aborder la question de la compétitivité. Nous étudierons les propositions en ce sens, les études des économistes qui y sont favorables, afin de voir si, à l'issue de nos travaux, une solution consensuelle peut se dégager ».
De fait, la plupart des économistes approuvent cette orientation. Un expert proche de François Hollande, Philippe Aghion, défend ardemment auprès du chef de l'Etat l'idée d'un « choc d'offre ». Il suggère de transférer sur la CSG l'ensemble des cotisations patronales finançant la maladie et la famille, soit, à terme, 18,1 points de cotisation. Un transfert énorme, représentant près de 110 milliards d'euros -un point de cotisations sociales représente quelque 6 milliards- qui serait largement échelonné. Dans un premier temps, il s'agirait d'augmenter de seulement trois points la CSG, soit 33 milliards d'euros (ou 1,65 point de PIB), un chiffre se situant, donc, dans la fourchette citée par Louis Gallois. « Nous préconisons des réformes structurelles à moyen-long terme, mais à court terme, il est important de relâcher la pression compétitive vis-à-vis de l'Allemagne » souligne Gilbert Cette, co-auteur avec Philippe Aghion, Elie Cohen et Mathilde Lemoine, d'un rapport du Conseil d'analyse économique, qui faisait une proposition similaire dès juin 2011.

Trois points de CSG supplémentaires contre 5,5 points de baisse des cotisations
Comment éviter une perte de pouvoir d'achat des salariés ? La proposition de Philippe Aghion consiste à requalifier les contrats de travail, de sorte que les salariés touchent l'ensemble de leur salaire et des cotisations, qu'elles soient dites salariales ou patronales. L'objectif est de baisser le coût du travail, sans diminuer le salaire net.
Comment parvenir à un tel... miracle ? Si l'on augmente la CSG de trois points (soit 33 milliards d'euros), il est possible de diminuer les cotisations salariales de 5,5 points, pour un rendement global équivalent. Le gain est évident, sur la feuille de paie. Reste à savoir comment le partager entre l'employeur et le salarié.
Les miracles n'existant pas en matière de finances publiques, qui paie ? Si le salaire net est inchangé et les cotisations diminuent, au profit, principalement, des employeurs, qui verraient le coût global du travail diminuer, ce sont les revenus du capital (épargne, placements, revenus fonciers) et les retraites qui paieraient la différence.
Ainsi, les prélèvements sociaux sur les revenus de l'épargne passeraient de 15,5% aujourd'hui à 18,5%. S'agissant des retraités, la hausse serait échelonnée, de façon à ce que les pensions soient gelées, mais ne diminuent pas (du moins en euros courants).
Selon Gilbert Cette, il est possible de transférer sur la CSG les 18,1 points de cotisation famille et maladie en l'espace de quatre ans. Il en résulterait une baisse du coût du travail de 5%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2012 à 15:16 :
Voila donc la solution, on augmente la CSG et on passe à la trappe la TVA Sociale. Ou comment faire payer par les seuls français l'effort qui aurait pu provenir en partie des importations issues de pays qui pratiquent le dumping social. Dans ce cas précis c'est encore majoritairement les classes moyennes qui vont se faire plumer. Par peur d'une hausse des prix du fait de la TVA, qui aurait bénéficié à plein du déficit commercial record de notre pays, le gouvernement, afin de faire l'inverse de ce qui avait été projeté, renonce à Charybde pour se jetter dans les bras de Scylla. Sans préjuger de manière trop pessimiste de l'avenir, gageons que la TVA sociale fera elle même sa réapparition dans quelques temps sous une appelation différente tellement le besoin de financement pour combler les déficits et continuer à dépenser plus que de raison via le social sera intenable. Comme ca nous aurons Charybde ET Scylla, TVA sociale et CSG. Pauvre mouton de contribuable ...
a écrit le 09/07/2012 à 18:28 :
La csg, contribution sociale généralisée, (inventée par la gauche) la solidarité oui, mais est-elle bien redistribuée ? les pauvres trinquent pour les plus pauvres . Il fallait l'inventer . Les mesures sont provisoires mais finissent par rester et de surcroit subir les augmentations .
a écrit le 09/07/2012 à 18:22 :
taxer les bébés dès la naissance , ce sont des futurs pollueurs et remise à plat du système des aides en tout genre, abus chez les monoparentaux, fraude etc , c'est vrai la politique est familiale , ne serait-ce que par l'augmentation de l'allocation de rentrée scolaire malgré la gratuité ! une télé et un ordi dernier cri c'est mieux .
a écrit le 09/07/2012 à 16:59 :
C'est les riches ou les salariés (revenu médian à 1600 euros net...) qui vont payer la CSG? Le socialisme est une arnaque.
a écrit le 09/07/2012 à 16:07 :
Ces socialistes sont impayables ! voila maintenant qu'ils nous annoncent des impôts compétitivité ! Il fallait y penser, c'est simple chaque fois qu'on devra créer un nouvel impôt pour règler la facture de la gabegie bugétaire de nos politiques il suffira de dire que c'est de la compètitivité et le tour sera joué. Maintenant le voyou qui fauchera le sac d'une dame en la trainant par terre n'aura plus qu'à lui dire que c'est une agression "tranquilité", et personne n'aura plus peur.. Dans le genre je met côte à côte des mots contradictoires pour faire neuve-langue, Moscovici à fait pèter le connomètre. Un peu de courage que diable !
a écrit le 09/07/2012 à 14:52 :
manque d'ambition chez nos amis socialistes:une augmentation de la csg ET de la tva est non seulement possible mais surtout souhaitable.les français doivent apprendre a faire quelques efforts!
Réponse de le 16/10/2012 à 0:18 :
quand nos rigolos de c gouvernement vont diminuer les trains de vie et le nombre de députés , et de sénateurs bien assis sur leurs acquit
une bande de naze c tout de bon a rien
a écrit le 09/07/2012 à 14:30 :
Alors que la TVA est le meilleur impôt qui soit, le plus juste puisqu'il touche d'abord ceux qui produisent moins que ce qu'ils consomment, les socialistes nuisibles prônent la CSG par pur dogmatisme idéologique. L'illusion du "choc d'offre" est aussi stupide que le soutien forcené à la demande puisque les charges subies par les producteurs (salariés, entrepreneurs, investisseurs) resteront strictement les mêmes. Il n'y a aucune alternative au recul massif, ample et rapide de l'Etat providentiel obèse, par la privatisation complète des secteurs communistes de l'économie française (santé, retraites, éducation, transports, énergie, culture...) et la réduction concomitante des charges (impôts, taxes, cotisations sociales publiques). Il n'y a plus le choix : pour sortir de la crise, il faut décollectiviser l'économie française.
a écrit le 09/07/2012 à 13:18 :
ET C EST QUOI COMME DIFFERENCE AVEC LA TVA SOCIALE DECRIEE ET ANNULEE?
a écrit le 09/07/2012 à 11:44 :
la grogne risque de monter trés rapidement,les francais seraient prés a faire des efforts si l'exemple venait d'en haut mais aucune proposition ne vient dans ce sens
Réponse de le 15/10/2012 à 22:04 :
Je crois bien que vous rêvez quant à une grogne montante, le Français d'aujourd'hui n'est pas celui de 1789.
a écrit le 09/07/2012 à 11:41 :
Là, avec de projet de CSG majorée, le matraquage fiscal "rose" tourne au rouge. Car il ne s'agit plus, par une hausse de la TVA, de faire aussi contribuer les importations (et de réduire en partie le pouvoir d'achat par la hausse des prix à l'identique ou partielle qui en résulte) mais tout simplement de socialiser l'économie. Car d'économies de dépenses publiques point. Au contraire, cette manne de CSG risque fort d'aiguiser les appétits avides de nouvelles recettes; et ne faire que perdurer le mal du toujours plus d'Etat....
a écrit le 09/07/2012 à 11:26 :
le peuple vat vous foutre dehors
a écrit le 09/07/2012 à 11:11 :
on arrive aux limites de l'exercice sans réformes structurelles permettant la baisse des dépenses publiques on aura seulement des transferts d'impôts avec toutes les conséquences sur la consommation et donc une baisse des recettes de TVA ,plus de faillites de petits commerçants et moins d'emplois
ça ne marchera pas:si nous ne pouvons nous rapprocher des taux de dépense Allemands c'est sans solution http://www.lecri.fr/2011/06/19/depenses-publiques-comparaison-france-allemagne/23916
a écrit le 09/07/2012 à 10:40 :
Ah, sympa, ça évolue très vite avec eux. Donc c'est un bon début. Ensuite, il faudra transférer la partie "employé" de ces mêmes charges sur la TVA, vu que c'est plus efficace.
a écrit le 09/07/2012 à 10:27 :
OK pour cetge formule. En revanche, pourquoi taxer l'épargne et baisser les retraites (déjà trés faibles). Une hausse de la TVA pourrait terminer ce projet. La TVA sur la restauration qui n'a pas fait ses preuves, quelques milliards de plus par exemple. Si le ministre ne le sait pas, la plupart des retraités touche moins de 1500 euros par mois et ils n'arrivent pas à boucler la fin du mois.

a écrit le 09/07/2012 à 9:16 :
taxons ceux qui nous laissent toutes ces dettes, taxons ceux qui coutent le plus cher à la sécu, taxons ceux qui ne participent jamais à l'effort publique, taxons ceux qui bénéficient de 10% d'abattement pour frais proffesionels, taxons ceux qui n'ont jamais voulu réformer la france, t taxonss ceux qui se la coulent douce en croisière costa ou en thalasso payéée par la sécu, taxons à mort les rentiers...Bret, taxons à mort les papyboombers !!!
a écrit le 09/07/2012 à 8:57 :
De l'argent, il y en a ! mais mal géré et mal utilisé . Comme dit "simple citoyen" pourquoi fleurir tous les bords de route, construire des ronds-points plantés d'arbustes (qui cachent la visibilité) dans les villages souvent inutiles et des terre-pleins fleuris au milieu des routes, non sécuritaire par temps de brouillard et plus possible de doubler un simple vélo . Et on oblige le citoyen à acheter un éthylotest périmé dans 2 ans donc pour remplir encore plus les poubelles . Construire et rénover des salles polyvalentes tous les ans ! . On marche sur la tête . Et d'où viennent toutes ces fleurs et arbustes ? Jardinier est devenu un métier à risque !
a écrit le 09/07/2012 à 7:54 :
Taxes:taxes:taxes.... petites futurs economies....et si on rationalisait et degraissait le mammouth etat, niches fiscales, evasion des benefices multinat: fraude en tout genre, train de vie de tous lespolitiques, controle a tous niveaux avec veritables sanctions....etc on parlerait excedent et suppression de taxes et.... dans un deuxieme temps embauche
a écrit le 09/07/2012 à 7:52 :
Il faut une taxe sur l'énergie.
a écrit le 09/07/2012 à 7:40 :
pas d'évolution de la pensée unique : toujours plus d'impôts, toujours plus de cotisations, réduire les dépenses reste tabou ou alors il n'en sont pas capable.renoncer à la baisse des charges sociales pour augmenter le Tva qui permet de taxer les importations c'est tabou. s'acharner a détruire ce qui à été fait par son prédécesseur et faire le contraire est une politique de minable.
a écrit le 09/07/2012 à 7:27 :
tous ces gens ne comprennent rien à l'économie visiblement et en particulier les économistes qui n'ont jamais rien créé de leur vie : des inutiles en gros !!! car qui dit transfert des charges sociales vers la CSG dit aussi que les gens qui paient la CSG et qui sont plus à même d'acheter des produits français ne les achèteront plus car ils n'en auront plus les moyens !!!
et puis si il ne s'agissait plus de prix mais tout simplement de rapport qualité/prix, là la France est directement ko pour les produits grand public !!! car je n'achète pas beaucoup d'Airbus ou d'hélicoptères, dans lesquels nous sommes peut-être bien placés !!!
a écrit le 09/07/2012 à 0:45 :
Je dois être stupide, mais où est le "choc d'offre" dans cette affaire? Cette utilisation de plus en plus courante de mots dans un sens différent de leur réalité, mais laissant acroire qu'à la fois ceux qui l'utilisent maîtrisent le monde dont il est issu, et en comprennent le sens, me laisse pantois. S'ils sont si fort en marketing, que n'ont ils fait de carrières exemplaires en entreprise!
La réalité, c'est qu'on ne parle que de transferts des uns vers les autres, mais jamais de la réduction effective des dépenses faites en nos noms, ni de leur remise à plat, ni de la mesure de leur efficacité, ni de leur utilité au regard d'un plan établit clairement et qui devrait lui effectivement consensus. ne parlons pas de la remise en cause de leurs propres errements.
Entendre les socialistes aujourd'hui faire assaut de rigueur et de responsabilité, en oubliant volontiers à quel point ils sont coupables de cet état de fait, est scandaleux. Et cela à tous les niveaux du millefeuille politique.
Quand je vois par exemple, la région Acquitaine vanter son nouveau pôle culturel régional, avec la MECA, la Maison de l'Economie Créative et de la Culture qui en gros consiste à faire sortir de terre un immeuble gigantesque (mais si tendance...) pour y accueillir en résidence les artistes et autres FRAC (ils achètent tant qu'ils n'ont plus de place pour stocker leurs oeuvres les pauvres) et favoriser le développement du spectacle vivant... N'a-t-on vraiment rien de plus prioritaire en termes de dépenses d'investissement?
Existe-t-il une seule étude sérieuse permettant de justifier le coût exhorbitant d'un simple rond-point, des miltiples bandes et accotements et autres aménagements que l'on voit fleurir un peu partout? Les deux causes en sont la responsabilité pénale des maires (si mon petit est mort c'est que le maire n'a pas mis de ralentisseur) et le fait que ces dépenses sont littéralement vendues pour un bienfait à la collectivité "puisqu'on fait travailler des entreprises"... Bien évidemment la réalité est toute autre, mais réclame du courage et de la vérité, et non de la dépense pour ne pas avoir à exercer les deux précédentes.
Ils ne savent rien faire d'autre que dépenser, rogner, prendre, transférer le fruit du travail des autres. Jamais se remettre en question ou assumer leurs responsabilités.
a écrit le 09/07/2012 à 0:36 :
Cela ne sert à rien. CSG ou TVA sociale, le cout du travail reste le même et ce n'est que celui qui paie qui change. Aujourd'hui c'est l'entreprise, et demain avec la CSG ce sera les salariés et les retraités et les rentiers. 5% de différence sur le cout du travail ne changera en rien sur les couts 10 fois moins chers en chine ou 5 fois en Pologne. Ce qu'il nous faut pour que cela redémarre, c'est nous protéger de la concurence déloyale et de passer à un euro monnaie commune (et pas unique) pour nous permettre de rattraper un peu de la compétitivité perdue. Le reste n'est que du baratin de politique qui prend les francais pour des idiots.
Réponse de le 09/07/2012 à 7:37 :
non, la dévaluation "compétitive" est un leurre : depuis la 2e guerre, nous avons dévalué près de 10 fois : cela nous a appauvrit.
il n'y a aucune concurrence déloyale : il faut des entreprises riches, très riches pour pouvoir financer de la recherche.
mais par ailleurs, et TOUS les gouvernements ont agis dans ce sens, nous avons de plus en plus de pauvres, puisque nous avons détruits les riches, et donc les pauvres ne sont pas assez riches pour acheter les produits français. on achète des produits français au-delà de 3 000 ?/mois !!!
a écrit le 08/07/2012 à 23:21 :
Au lieu de préconiser, appliquez-le !

Ce pays n'a besoin que d'entrepreneurs à l'export (avec 56% du PIB en dépenses publiques, stop aux transferts de dettes publiques vers du patrimoine privé, sauf si les mouvements de capitaux étaient interdits vers l?extérieur de la France).

TOUT ce qui contribue a diminué le coût du travail est le bienvenu ! Très gros chantier, qui doit être associé avec un autre : stop aux dépenses financées par la dette !
a écrit le 08/07/2012 à 23:13 :
Nous sommes tous d'accord pour dire que seul l'entreprise crée de la richesse par transformation de produits. Combien y-a t-il de ministres venant du monde industriel ? Combien y-a-t-il de ministres venant du fonctionnariat ? Et il faudrait leur faire confiance car ils auraient la potin magique ? Moscovici sait-il ce qu'est un bilan, un compte de résultat, un projet, un client, un fournisseur ? Tout ceci est du bla bla bla.
Réponse de le 09/07/2012 à 4:32 :
Arnaud Montebourg est avocat . Point à la ligne . Ce n'est pas tellement mieux que motodidacte ou architraître, comme qualification pour le Ministère de l'Industrie .
Réponse de le 09/07/2012 à 7:42 :
qu'appelez-vous motodidacte ou architraître ??
être avocat c'est être parfaitement incompétent pour gérer une entreprises : il n'y a AUCUNE connaissance, pas plus que n'en avait Sarkozy !!!!
les grandes entreprises sont gérées par des énarques, parfaitement incompétent dans la gestion également : nous avons en France un VRAI problème de formation avec des profs qui croient savoir et qui ne savent RIEN !!!!!
a écrit le 08/07/2012 à 22:39 :
Il faut trouver des sous et faire en sorte que ça paraisse être une nouvelle solution très intelligente (genre ENA polytechmachin) et d'apparence indolore (anesthésie locale mais gare au réveil). Alors ça ou taxer le temps passé devant la télé, je ne vois pas la différence. Ce seront de toute façon des mesures provisoires qui se perpétueront parce qu'en face il n'y aura jamais de vraie réduction des dépenses. Le choc ils vont nous le créer, pour ça je leur fais confiance.
a écrit le 08/07/2012 à 20:02 :
Sauvez nos entreprises, nos emplois et notre savoir doit etre le seul leitmotiv. Le debat sur les dispositifs et ideologies n'a d'interet qu'au regard de leur capacite a atteindre ces aobjectifs. J'espere que le gouvernement et partenaires sociaux sauront faire preuve de pragmatisme. Il en va de notre avenir.
a écrit le 08/07/2012 à 19:54 :
Si l'on fait cela, on finit de détruire le capital en France. Sans capital, pas d'investissement, pas de hausse de la productivité, pas de croissance, pas de choc d'offre. Nous sommes dirigés par de parfaits ignares économiques, mais c'est bien normal, s'ils y connaissaient quelque chose en économie, ils ne seraient pas de socialistes (de droite ou de gauche) : affirmation de .... Léon Blum !!! (s'adressant à alfred sauvy)
a écrit le 08/07/2012 à 19:24 :
Ce gvt ne fait pas mieux que le précédent . Les petits épargnants ne seront pas épargnés par la hausse de la CSG . Il faut bien trouver l'argent quelque part , et bien pourquoi pas chez les petits . Est-ce que dans la vie, il faut économiser pour assurer sa retraite ou vivre endetté ? . D'autre part, les transactions financières devraient être taxées à partir d'un certain seuil . "Jouer en bourse" c'est prendre des risques et le petit actionnariat quoiqu'on en dise participe à la "survie" de l'entreprise . De toute façon, il n'existe pas de remède miracle à moins de s'appeler "bête en cours", pour toucher un gracieux chèque du trésor public .
a écrit le 08/07/2012 à 19:23 :
D'un coté, c'est bien d'alléger le cout du travail. Mais de l'autre, c'est regrettable que pour de simples raisons idéologiques, ont mette ça sur la CSG : En mettant ça sur la TVA sociale, on augmentait mécaniquement le prix des produits importés payés par les consommateurs, dont on améliorait encore plus la compétitivité des produits français pour les français. Pour faire 'simple', on demandait aux produits étrangers vendus sur notre seul de participer au financement de notre protection sociale.
Là, on est au millieu du chemin.
Réponse de le 08/07/2012 à 22:09 :
Votre analyse est tout à fait exacte!!
Réponse de le 09/07/2012 à 6:48 :
C'est effectivement la seule solution mais, Evidemment comme cela etait proposé par l'ancien gouvernement c'etait mauvais
Réponse de le 09/07/2012 à 7:48 :
non, la TVA sociale ne règle rien, car taxer les importations ne règle rien si et surtout si elles sont plus performantes que les produits français, or, c'est souvent le cas !!!
nous avons 50 ans de retard dans la formation des jeunes, 50 ans durant lesquels les profs ont fait la loi dans la formation professionnelle tout en n'y connaissant R I E N !!!!!!!
et ce retard, nous le payons aujourd'hui !!
je suis un ancien chef d'entreprise, et à ce titre, je vois la formation des jeunes, je vois les formations données à l'étranger : il n'y a pas photo !!! en gestion, chez les ingénieurs, chez les architectes, etc...
a écrit le 08/07/2012 à 19:06 :
Si j'ai bien compris, les salariés ne verront rien de plus, les patrons et actionnaires vont encore s'en mettre plain les poches, les retraités vont en prendre plein la "gueule" car, pour eux, il n'y a même pas l'espoir de voir une augmentation!!...Donc, droite-gauche = même combat!! Mais dans le premier cas, on sait à quoi s'attendre alors que dans le deuxième, on vous l'annonce après les résultats (pour rester poli...). Quelqu'un peut-il me dire en quoi la TVA sociale n'est pas plus avantageuse?
Réponse de le 08/07/2012 à 19:21 :
Son seul défaut est d'avoir été instituée par un certain Nicolas SARKOZY, mais à l'origine c'est une idée de gauche, dans les années 80/90. Il faudra encore que la crise progresse pour qu'on y vienne vraiment. Espérons que ce ne sera pas trop tard.
Réponse de le 08/07/2012 à 19:39 :
la TVA dite sociale est beaucoup plus avantageuse mais le problème ets qu'elle provient de la droite donc par principe "pas bien", c'est aussi simple que cela. Dommage car elle permettrait tout en allégeant les charges sociales (salariales et patronales) d'imposer plus lourdement les produits d'importation (TVA sup). Le problème serait d'ajuster le plus judicieusement l'allègement par rapport à la hausse de la dite TVA. Tout le monde gagnerait employeur, salariés et surtout PME-PMI . Mais le détricotage (HS défiscalisées, correctionnel pour mineurs, livret A pas doublé, jours de vacances scolaires de 4.5 j, gel des jurés populaires, suppression du forfait de 30 euro pour les étrangers, etc, etc,,,) ne permet pas cette EXCELLENTE IDEE DE tva anti délocalisations. Ainsi le veut Moaje et ses sbies.
Réponse de le 09/07/2012 à 0:37 :
Cela ne sert à rien. CSG ou TVA sociale, le cout du travail reste le même et ce n'est que celui qui paie qui change. Aujourd'hui c'est l'entreprise, et demain avec la CSG ce sera les salariés et les retraités et les rentiers. 5% de différence sur le cout du travail ne changera en rien sur les couts 10 fois moins chers en chine ou 5 fois en Pologne. Ce qu'il nous faut pour que cela redémarre, c'est nous protéger de la concurence déloyale et de passer à un euro monnaie commune (et pas unique) pour nous permettre de rattraper un peu de la compétitivité perdue. Le reste n'est que du blabla de politiciens qui nous prennent pour des idiots ...
a écrit le 08/07/2012 à 19:04 :
L'épargne va désormais être plus taxée que le travail.
C'est à dire que de l'argent qui a déja été taxé, et qui essaie vainement de lutter contre l'inflation (mission impossible sur les 100 dernières années) va être encore plus imposé.
Messieurs les néo-stals fonctionnaires, chercheurs subventionnés, n'oubliez pas que c'est l'investissement qui crée les entreprises et les emplois de demain, et certainement pas la consommation (de produits importés bien souvent).
De toute façon, une fois que le pays sera en défaut, seules les fonctions régaliennes de l'état seront financées, le reste partira à la poubelle.
Les pseudo-chercheurs subventionnés avec nos impôts pourront toujours aller dans le privé voir si on a besoin d'eux (non je blague, ils risquent de devoir faire un vrai métier).
Réponse de le 08/07/2012 à 19:31 :
Il ne faut pas tout mélanger : l'épargne est majoritairement investie en assurance vie et très peu vers les entreprises
La génération des papy boomers s'est par ailleurs constituée un patrimoine en le remboursant en monnaie de singe à ses aînés, à l'époque de l'inflation à deux chiffres.


L'Etat obèse coûte cher au pays mais la tradition rentière aussi !
Réponse de le 08/07/2012 à 19:52 :
@ Henri :

il est bien évident qu'avec une telle imposition, toute l'épargne va aller vers des actifs non risqués, le risque n'étant plus avantageux. Le plus grand danger sera aussi l'immobilier qui ne présentera plus aucun intérêt. Enfin, votre affirmation comme quoi les papy boomers se sont enrichis sur les ainés est stupides : ils ne sont pas responsables de l'inflation, et ils ont emprunté aux banques, pas à leurs ainés ...
Réponse de le 08/07/2012 à 19:58 :
Pour se souvenir qu'il n'y a pas très longtemps , l'avoir fiscal sur les dividendes était réputé juste , car il était hors de question de faire payer deux fois l'impôt , sur les dividendes ( une fois par l'entreprise , une deuxième fois par l'actionnaire).La vérité d'aujourdhui , est différente !....
Réponse de le 08/07/2012 à 22:27 :
@ HENRI ... et les fonds en assurance-vie, à votre avis ils sont investis ou ? Tout n'est pas en fonds euros. Croyez-vous qu'en taxant encore plus l'épargne on va encourager quoi que ce soit ? Je suis un papy boomer, pour reprendre (une expression qui arrange bien les "jeunes qui croient que ça arrive tout seul avec un iphone dans une main et une canette dans l'autre"). Bossez pour commencer, prenez-vous en charge, bref faites comme nous au sortir d'une période noire où nous n'avions rien.
Réponse de le 08/07/2012 à 23:16 :
@Henri :
1. Tradition rentière : L'assurance vie crache du 3.5% avant impôts, avec une inflation autour de 3%. Où est la rente?
2. S'il est vrai que certains ainés ont pu bénéficier de l'inflation, en empruntant aux banques comme le dit fort justement John Galt, une partie se sont tapé la conscription en Algérie, et pour les plus jeunes un service militaire.
De plus, et ça a l'air anecdotique, mais de nombreuses choses se sont améliorées depuis (transports, santé...)
et les jeunes générations en sont les premiers bénéficiaires.
Réponse de le 09/07/2012 à 8:13 :
Allons messieurs, ne faites pas semblant de ne pas comprendre la différence entre l'Epargne et la Rente !

Sinon je persiste et signe : l'inflation à deux chiffres a ruiné les économies des anciens et permis aux boomers de se constituer sur leur dos un patrimoine payé en monnaie de singe !
a écrit le 08/07/2012 à 18:19 :
PIERRE MOSCOVICI : « LE GOUVERNEMENT SE CACHE DERRIÈRE LA CRISE »
04/04/2012 | La Gazette de Côte d'Or n° 290 | Par admin... voila ce que disait Moscovici feignant d'ignorer la crise, or maintenant il y en aurait une. Quelle lâcheté!!! mais bon n'est ce pas le propre d'un certain parti politique dont il est le digne représentant, qui est à l'oeuvre .et ne sait pas ce qu'il doit faire.
Réponse de le 08/07/2012 à 18:47 :
Mais oui, ils ont menti. Comme quoi, en politique, il ne suffit pas d'avoir raison, il faut aussi le faire savoir, surtout si on a tort.
Réponse de le 08/07/2012 à 21:57 :
Ils se sont appropriés le pouvoir en parlant le plus fort ;;;
a écrit le 08/07/2012 à 18:15 :
Tout cela est très bien mais la compétitivité c'est aussi des produits et la majorité des produits français ne sont pas assez compétitifs en terme de qualité, d'inovation et de technologie. Les grandes entreprises francaises sont dirigées par des enarques, des fonctionnaires pantouflant et des financiers, pas par de vrais industriels aaynt une culture technique et produit.
Réponse de le 08/07/2012 à 18:41 :
Enfin du bon sens... oui une augmentation de la CSG est pertinente mais les dirigeants qui ont épuisé les "optimisations de leurs organigrammes", "la gestion de leurs coûts", etc. vont enfin devoir apprendre à développer des entreprise...
Il va falloir écarter les gestionnaires de tout poils et accepter de remettre un peu de caractère dans les entreprises...
Réponse de le 08/07/2012 à 18:41 :
Exact
a écrit le 08/07/2012 à 17:39 :
Euh, mais... personne n'a l'air de savoir que la CSG est une cotisation sociale ??? Renseignez-vous avant d'écrire des sornettes !!!! Dès lors, le "transfert des cotisations sociales sur la CSG" ne veut rien dire !
a écrit le 08/07/2012 à 17:27 :
Vous avez parlé de rigueur ? noooooooon................ de l'Austérité tout simplement....
a écrit le 08/07/2012 à 16:27 :
Ce n'est pas idiot, puisque cela revient à dévaluer (c'est à dire baisser le coût du travail, ce qui est bien, tout en affectant les épargnants, ce qui est moins sympathique). Mais cela cache mal que ce serait bien moins efficace que la TVA sociale, qui elle, permettrait de taxer de facto les importations.
Réponse de le 08/07/2012 à 16:37 :
La TVA permettrait surtout de taxer les fainéants qui ne travaillent pas et vivent grassement des subventions publiques. Mais voilà : les socialistes se font élire par ces mêmes fainéants et haïssent la vraie justice sociale qui consiste à laisser à ceux qui produisent le fruit de leur travail, au lieu de les spolier pour jeter l'argent par les fenêtres.
Réponse de le 08/07/2012 à 17:38 :
Il y a sûrement des fainéants, mais parmi les gens qui n'ont que de faibles revenus, il y aussi des gens plus que courageux et qui font des boulots dont vous ne voudriez sans doute pour rien au monde, sans préjuger de vos qualités et défauts, que j'ignore. Arrêtons avec les discours idéologiques bétâssous. La gauche a raison de dire que la TVA est injuste avec les moins privilégiés (fainéants ou pas), la droite a raison de dire que la TVA sociale aboutirait à ce qu'il y ait une réduction du nombre de ces moins privilégiés.
Réponse de le 08/07/2012 à 18:47 :
Ils ne font pas ce travail par courage. Il ne faut pas se leurrer. On ne récolte que ce qu'on sème.
a écrit le 08/07/2012 à 15:46 :
Les grands patrons nous prennent vraiment pour des jambons,le transfert n'arrangera en rien les salaires des employes ou les recrutements.C un transfert d'argent qui ira directement dans la poche des grands patrons et des actionnaires/banquiers.
On a vu la baisse de la tva avec les restaurateurs et leurs belles promesses,la c la meme chose....
Tout pour le fric,rien pour l'humain
Réponse de le 08/07/2012 à 16:48 :
@rb entièrement d'accord avec vous. mais je comprends pas tout; comment vous expliquez votre "C un transfert d'argent qui ira directement dans la poche des grands patrons et des actionnaires/banquiers", parce que si je veus defendre les mêmes idées que vous il faut m'expliquer en détail.
Réponse de le 08/07/2012 à 20:43 :
Les economies realises par les boites ne seront pas investies dans les salaires ou les embauches mais en profiteront pour encore augmenter leurs marges....Comme les restaurateurs dont la tva etati passe de 19,6 a 5,5,sans aucune baisse significative sur la note ou aucune hausse de salaires ou quasiment aucune embauche,bref tout ce qu'ils avaient promit n'a pas eu lieu mais l'argent lui est bien alle quelque part,et c'est dans leurs poches
a écrit le 08/07/2012 à 15:29 :
il nous faut libéraliser le travail en finir avec les CDD et CDI ,que les patrons embauchent si besoin et débauchent aussi facilement,en finir avec les indemnités de licenciement ,le chômage prend le relais et le salarié cherche un autre emploi ,et surtout mettre hors jeu les syndicats qui sont des destructeurs d'emplois, des pousseurs aux délocalisations
Réponse de le 08/07/2012 à 15:48 :
Tout ca pour avoir des comments,allez je vais vous faire plaisir,vous etes tellement dans le cliche que je vous laisse un comment,ca comblera votre solitude
Réponse de le 08/07/2012 à 16:33 :
ce système existe déjà et se nomme "intermittence du spectacle".
a écrit le 08/07/2012 à 15:17 :
C'est étrange, car on voit dans la presse, Parisot pousser des cris d'orffraie. Elle avance que le programme de prélèvements de 22 milliards sur les entreprises leur serait funeste... elle dit que c'est intenable. Alors, tout s'écroule?
a écrit le 08/07/2012 à 15:06 :
L'avantage de la CSG est de cibler la CLASSE MOYENNE ! (Inutile de s'inquiéter pour la casse supérieur qui a accès à d'autres solutions)...
Réponse de le 08/07/2012 à 15:26 :
APRES CONSEIL DE SON PROF...d.s.k.notre president .. designe et ..attendu ..
Réponse de le 08/07/2012 à 15:30 :
confiance il suit les conseisl de son ex prof
a écrit le 08/07/2012 à 14:53 :
Prenez des vacances allez au restaurant éclatez-vous car si vous êtes salarié le changement c'est maintenant, que ce soit avec Hollande ou Sarkosy les Lilliputiens. Je me demande si dans ce pays il y a des personnes intelligentes qui voient loin pour redresser la barre et remettre l'Allemagne à sa place. Ce qui est sûre c'est que Madame Merkel, elle voit loin.
a écrit le 08/07/2012 à 14:53 :
Augmenter la CSG en compensation d'une diminution de certaines taxes salariales peut replacer partiellement la compétitivité des entreprises françaises face aux autres entreprises occidentales, mais pas vraiment face aux produits provenant des pays à très bas coût salarial.
C'est une des raisons qui donne à l'augmentation de la TVA a une efficacité bien supérieure à l'augmentation de la CSG; car alors les produits provenant des pays à bas coût salarial participeront aussi aux transferts de charge dont on débat.
Donc augmentation TVA >> augmentation CSG.
Mais "promesse électorale = tant pis pour la France"
Réponse de le 08/07/2012 à 15:35 :
L'augmentation de la TVA est la vraie solution économique car elle taxe proportionnellement celui qui consomme qui détruit des biens et par là-même crée une empreinte écologique.
Réponse de le 08/07/2012 à 16:15 :
La bonne blague de l'empreinte écologique ! Il y avait longtemps...
a écrit le 08/07/2012 à 13:51 :
Les vases communiquants des prélèvements sont une pratique courante qui consiste à endormir le travailleur, mais au bout du compte c'est toujours le même qui paie : personne n'est dupe !
a écrit le 08/07/2012 à 13:27 :
je ne comprendrai jamais rien à l' économie . Pire que la météo ! Comment 5 % de baisse du coût du travail pourrait régler le problème ? Le coût du travail est 5 à 10 fois moindre dans les pays pauvres et émergents . Si la France n'était pas attelée à l' euro elle dévaluerait de 30 % au moins ! Arrêtez de baratiner et retournez à l' école de Jules Ferry ... On se bidonne de ces titulaires de BAC distribués !!!
Réponse de le 08/07/2012 à 13:48 :
Vous avez entièrement raison, vous ne comprendrez jamais rien à l'économie.
a écrit le 08/07/2012 à 13:11 :
Comme toujours il font tout faux. Ce qui indispensable c'est d'ouvrir totalement le marché du travail et d?économiser sur le train de vie de l?État et des Collectivités. Toute autre solution est vouée à l'échec.
Réponse de le 08/07/2012 à 13:36 :
Sans oublier la privatisation de la sécu et des retraites, la remise en cause du RSA et de la CMU, etc.
Réponse de le 08/07/2012 à 14:07 :
Les systèmes de santé et de retraite français sont les meilleurs au monde : des centaines de milliards de déficit. Mais à part cela tout va bien !
Réponse de le 08/07/2012 à 14:19 :
@+1,
Les systèmes de santé et de retraite français sont les meilleurs au monde !!!
C est sans doute pour cela que personne sur cette planete de les copie !!
Réponse de le 08/07/2012 à 15:12 :
Blablablabla
Réponse de le 08/07/2012 à 17:11 :
5 % de réduction du coût du travail ? Si ce chiffre est exact, qu'est-ce que changera pour l'industrie manufacturière ? 5% sur 20 % de la valeur de la production, c'est 1 %, pas plus.
Du bénéfice en plus, mais pas plus de compétitivité, ou si peu . Les biens que l'industrie ne fabrique pas ne se vendront pas mieux, et ceux qui ne se vendent pas non plus : 1 % sur le prix départ usine d'une Clio, cela fait quoi ? 50 ? ?
Comme de bien entendu, les filiales françaises de sociétés étrangères rapatrieront cette réduction de coût, qui sera perdue pour l'économie nationale .
Enfin, qu'est-ce que cela " un onde de choc en faveur des entreprises " ? C'est du baratin de publicitaire, pas d'économiste .
Ajoutons que la CSG n'est pas proportionnelle, et que les retraités n'ont pas de pouvoir d'achat en trop .
Cette élucubration sent la panique, on se croirait en Mai 40, les Allemands sont sur la Somme !
Réponse de le 08/07/2012 à 18:50 :
A quoi il faut ajouter qu'une fois cette mesure prise, tout le monde irait à la pêche, " confiant dans l'efficacité de cette réforme " . Résultat, deux ans de perdus avant qu'on se décide à voir quelle ne l'est pas, efficace, le temps pour les Allemands d'arriver à Bordeaux .
Réponse de le 09/07/2012 à 7:44 :
Dans ces conférences du type Aix , il ya les effets d'annonce , l'affichage , le casting , des Conférenciers , qui sont là pour parader ,et qui donnent seulement un point de vue très personnel ,...les idées géniales , ce n'est pas là qu'elles sont dévoilées.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :