Les rares pays où l'on connaît encore la croissance

 |   |  398  mots
Un forage minier en Australie copyrithe Via Bloomberg
Un forage minier en Australie copyrithe Via Bloomberg (Crédits : Via Bloomberg)
La plupart des zones économiques dans le monde connaissent une croissance nulle ou en voie de ralentissement. Seuls quelques pays y échappent: Australie, Turquie, Pologne, et Indonésie en font partie. Leurs recettes ?

Partout dans le monde ou presque, la croissance est nulle ou ralentit. Sans parler de la zone euro, dont on connaît la situation, et qui entraîne une bonne partie de l'Europe centrale, les Etats-Unis ne parviennent pas à entrer véritablement dans une phase de reprise, le Brésil est entre deux eaux, et la croissance chinoise se trouve au plus bas depuis dix ans. Dans une étude qu'il vient de publier, Patrick Artus, directeur des études économiques de Natixis, liste seulement quatre grands pays connaissant une croissance à la fois « forte et résistante » : Australie, Turquie, Pologne, Indonésie.
On pourrait évoquer, à leur sujet, des exemples isolés, sans liens. En réalité, des points communs existent, entre ces économies. D'abord, ils résistent bien au marasme du commerce mondial, qui frappe des pays habituellement très dynamiques et ouverts sur l'extérieur, tels que la Suède.

Le soutien des matières premières
Pour différente raisons. S'agissant de l'Australie, par exemple, dont le PIB augmente de 3,6% selon les données publiées ce jour, ce pays enregistre des exportations en hausse grâce à l'envolée des cours des matières premières, dont il est exportateur. L'Indonésie aussi bénéficie de ce phénomère. Les quatre pays considérés affichent d'ailleurs d'un excédent élevé de leur balance commerciale pour les produits agricoles...
Ensuite, et surtout, dans ces quatre pays, aucun processus de désendettement n'est à l'?uvre. Le crédit continue d'augmenter, alimentant la demande intérieure. Celle-ci, -notamment en ce qui concerne la partie consommation-, est aussi dopée par des hausses de salaires importantes, qui ne sont pas inflationnistes, puisqu'elles reposent sur des gains de productivité croissants. Ceci est surtout vrai pour la Turquie, l'Australie et la Pologne, moins pour l'Indonésie.
Enfin, compte tenu cette absence de danger inflationniste, la politique économique est jugée plutôt expansionniste dans ces pays, c'est-à-dire qu'elle soutient la croissance. La politique budgétaire n'est pas restrictive (à la différence de ce qui se passe aux Etats-Unis et en Europe), et la politique monétaire est accommodante, avec de faibles taux d'intérêt.
Cette politique à l'opposé de l'austérité que nous connaissons en Europe n'a pas d'impact négatif sur les déficits publics : grâce à la croissance, ceux-ci sont assez faibles et tendent encore à se réduire.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/09/2012 à 9:58 :
On ne parle pas de l'Islande dans les médias... Après avoir éconduit les banquiers et leur gouvernement complaisant en 2008, et poursuivi les financiers véreux, les Islandais retrouvent la prospérité. Etonnant, non ?
a écrit le 05/09/2012 à 22:20 :
les pays qui ont le moins de fonctionnaires !!!!!!!!!!!!
a écrit le 05/09/2012 à 20:21 :
Norvege, Suede, bref les pays d'Europe qui ne sont pas tombés dans le piege de l'Euro
Réponse de le 05/09/2012 à 21:45 :
Norvége , Australie, Canada (il l'ont oublié celui là) ...bien aidé par les matières premières .. enfin sauf si la crise réduit aussi le marché de ces matières premières ....
Réponse de le 05/09/2012 à 23:06 :
exact quant l'australie on annonce le ralentissement et un risque de recession l'an prochain du fait de la baisse des exportations vers la Chine.
a écrit le 05/09/2012 à 20:03 :
"Les quatre pays considérés affichent d'ailleurs d'un excédent élevé de leur balance commercial" et un endettement faible. L'article est évidemment tendancieux. Les US ont une croissance de 2%/an sur les 3 dernières années et redressent leur balance commerciale en augmentant leurs exportations. Ceci en diminuant les dépenses publiques de 2,5%/an sur la même période.
Réponse de le 05/09/2012 à 21:50 :
le deficit des US est toujours à 7% oui 7% ... encore heureux qu'ils réduisent les dépenses publiques ... mais vu les batailles autour de l'autorisation de l'emplafonnement du plafond de la dette US tous les 6 mois j'ai quelques doutes concernant leur "redressement" ... Quand à l'augmentation de leurs exportations c'était il y a un an ... depuis l'Euro s'est cassé la gueule (enfin avec 1 Euro pour 1,24 Dollar , l'Euro même "faible" est quand même bien vigoureux pour un mort vivant ) ce qui ne va pas les arranger ...
a écrit le 05/09/2012 à 19:30 :
l'article oubli la Suisse...et sans matière première je vous prie !
Vive la matière grise
Réponse de le 05/09/2012 à 21:52 :
Et Monaco et le Luxembourg et les Bahamas ... Merci Lucas de nous indiquer que les paradis fiscaux vont toujours aussi bien alors que selon Sarko le problème des paradis fiscaux était résolu ...
Réponse de le 28/09/2012 à 13:31 :
Petite précision... Pour maintenir un cours plancher minimum du franc suisse par rapport à l'euro et soutenir ainsi ses exportations et son tourisme, la Banque Nationale Suisse achète des centaine de milliards d'euro à tour de bras. Elle les réinvestit à court terme dans la dette de la France et de l'Allemagne principalement. La Suisse contribue ainsi largement au soutien artificiel de l'euro. Mais, quand l'euro s'effondrera définitivement, dans les prochains mois, alors la Suisse sera ruinée aussi avec des milliards d'euros qui ne vaudront plus rien dans ses coffres.
Il n'y a pas que des banques en Suisse et le paradis fiscal qu'elle est devenue est de la responsabilité de vos riches européens à qui cela rend service... Je rappelle aussi que les Etats-Unis ont le Delaware, les anglais ont les Iles Vierges, bien plus dangereux pour l'économie mondiale que la petite Suisse.
Signé: Un Suisse pauvre... Si, si, ça existe!
a écrit le 05/09/2012 à 19:08 :
Artus a oublié le Chili et d'autres encore.
a écrit le 05/09/2012 à 17:45 :
Et mon bled, en Bretagne. 60 maisons en construction après 100 l'année dernière. Le jardin fait 10 M2, mais les nouveaux semblent heureux comme dans une cellule de prison.
Réponse de le 05/09/2012 à 21:54 :
Bah tant qu'il y a des nouveaux ... en Espagne même les détenus ne peuvent pas remplir les résidences "neuves" vides ...
Réponse de le 06/09/2012 à 7:09 :
àyvan:quand le batiment va,tout va!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :