"La survie de la médecine libérale est en jeu"

 |   |  497  mots
Christian Jeambrun / DR
Christian Jeambrun / DR
Alors que les négociations ont débuté entre la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAM), les syndicats de médecins et les complémentaires santé pour résoudre la question des dépassements d'honoraires, Christian Jeambrun, le président du Syndicat des médecins libéraux (SML) redoute que les praticiens deviennent des boucs émissaires. Le coût de ces dépassements pour la Sécurité sociale est estimé à plus de six milliards d'euros.

Mercredi, les négociations sur les dépassements d'honoraires et la création du contrat d'accès aux soins porté par le gouvernement ont commencé entre la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAM), les syndicats de médecins et les complémentaires santé. Comment se sont-elles déroulées ?

Très bizarrement. L'assurance-maladie adopte une attitude répressive que nous comprenons mal. La forme n'y est pas. Selon ses calculs, il existe 249 dossiers de dépassements excessifs. Ce chiffre est à comparer aux 150.000 médecins libéraux. Pourquoi brandir le bâton dès le début des négociations ?

Que propose l'assurance-maladie ?

La CNAM souhaite sortir de la règle du tact et mesure actuellement en vigueur qu'elle juge floue et trop imprécise pour débusquer les médecins irresponsables. En rapatriant dans le système conventionnel cette règle, elle cloue en quelque sorte au pilori le Conseil de l'ordre des médecins, qui, de façon peu élégante, n'était pas conviée à ces négociations. Avec ce nouvel outil, en passant par les commissions paritaires locales [CPL], les directeurs des caisses régionales seraient les seuls habilité à sanctionner, puisqu il y a une voie preponderante .

Le SML a-t-il d'autres propositions à formuler ?

Le système actuel possède déjà assez d'outils de coercition. Commençons par les utiliser. S'il faut changer quelque chose, le SML suggère la création d'une commission paritaire régionale chargée du suivi du tact et la mesure composée des médecins libéraux et des caisses qui remettraient leurs avis aux Conseils régionaux de l'Ordre des médecins qui appliquerait les sanctions prévues par les textes.

Le projet de loi de finances de la sécurité sociale [PLFSS] sera bientôt dévoilé par le gouvernement. Au regard de la situation des finances publiques, redoutez-vous de nouvelles mesures de rigueur ?

Bien évidemment, notamment sur le dossier des dépassements d'honoraires. Le SML ne se laissera pas faire. La médecine libérale ne doit pas être un bouc émissaire, un chiffon rouge que l'on agite pour détourner l'attention pour éviter de parler des sujets qui fâchent. Il faut se mettre dans la tête que ces dépassements sont dans l'extrême majorité des cas des compléments d'honoraires raisonnables et absolument justifiés. Réduire ces compléments à peau de chagrin remettrait en cause la survie de la médecine libérale. Ni plus, ni moins. Il serait préférable de revaloriser réellement les rémunérations des médecins des secteurs 1 et 2 pour contenir ces dépassements. Mais le gouvernement assure ne pas en avoir les moyens. Il faut trouver des solutions si l?on ne veut pas limiter l?accès aux soins.

 

Vous appelez à un nouvel effort des mutuelles et des instituts de prévoyance ?

Leur santé financière est bonne. C?est une hypothèse qui ne serait pas dénuée de sens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2012 à 19:08 :
les compléments d'honoraires ne coutent pas un centime à l'état.
Intégrés dans le bilan comptable ils rapportent environ 40% de leur montant aux orgaismes sociaux
a écrit le 10/09/2012 à 17:22 :
si la medecien etait liberale, ce serait les patients qui paieraient la facture, pas la secu
Prenons le au mot et supprimons les remboursements de la secu pour tout ceux qui consultent des medecins hors tarif securiete sociale
Il va voir son chiffre d affaire s effondrer le monsieur
Réponse de le 16/10/2012 à 19:22 :
Tu crois qu'un grand chirugiens a 800 ? ne trouvera pas ces patients meme avec les 23? en moins ?
Les dépassements d?honoraire sont du le plus souvent a une necessité des medecins de combler pour arriver a payer leurs charges . L'acte n'a pas était revalorisés depuis les années '80 alors qu'il coûte beaucoup plus cher.
les depassements d'honoraire est un faux débat le vrai debat est la revalorisation des actes
a écrit le 10/09/2012 à 16:39 :
Autrefois de mon temps, on devenait médecin de père en fils ou par vocation dans le seul intérêt du malade, aujourd'hui on fait ce métier pour l'argent qui prime sur tout le reste!.
a écrit le 10/09/2012 à 16:34 :
SIX milliards d'Euros... Tu m'étonnes qu'ils luttent, les gars... Leur slogan : la vie a un prix.
a écrit le 10/09/2012 à 15:52 :
Sur la photo, avec le sourire en coin, on devine qu'il tient le bon bout!.
a écrit le 10/09/2012 à 15:36 :
effectivement il existe un probleme de survie de la medecine libérale. Par contre cela n'a rien à voir avec les dépassement dont il est question en ce moment. Le probleme est plus grave: les jeunes medecins ne veulent plus de ce mode d'exercice, et souhaitent un salariat, 35h, des congés payés, des congés maternités, des arrets de travail à la moindre occasion mais pour eux,......
Réponse de le 10/09/2012 à 16:37 :
Heeu... Responsable de la bonne marche d'une entreprise, je peux être appelé 24 heures sur 24. Et ce n'est même pas la vie d'une personne... Chacun ses priorités, me direz-vous... Et que dire des Pompiers qui ont encore plus de mérite que moi.
Réponse de le 10/09/2012 à 16:50 :
bravo, mais aucun rapport avec la choucroute!
a écrit le 10/09/2012 à 15:25 :
Lorsque j?ai commencé à travailler à la fin des années 50, les cotisations obligatoires étaient aux alentours de 9,5%, la sécurité sociale remboursait 85% à 90% des dépenses, les mutuelles n?existaient pas ou peu .
60 ans plus tard, les prélèvements obligatoires atteignent les 23% + la part patronale qui est aussi importante sinon plus ; les remboursements de la sécurité sociale sont descendus à des niveaux très bas, voir même inexistant pour certains soins et médicaments, les mutuelles ont fleuri un peu partout et souvent ne remboursent qu?une petite part que la sécurité sociale ne prend pas en charge, quand elles ne remboursent même, rien du tout.
Alors, il faut se rendre à l?évidence, ce système est à bout de souffle, rongé et parasité par des sangsues de toutes sortes et bien évidemment dirigé et administré par des gens dont l?intérêt n?est pas celui des cotisants aux caisses de sécurité sociale.
Réponse de le 10/09/2012 à 16:39 :
Vous avez juste bénéficié d'une énergie gratuite et d'une protection couteuse qui ne peuvent plus exister. Ces mauvaises habitudes d'argent facile et de titrisation sont simplement finies. C'est tout.
Réponse de le 10/09/2012 à 17:11 :
La consommation de soins de santé n'étaient pas galvaudés comme aujourd'hui, on a inventé des quantité de métiers rattachés aux besoins sanitaires et de bien être, tous aussi inutiles les uns que les autres, bien vivre et faire fortune aux dépends de la sécurité sociale n'était pas encore à l'ordre du jour!.
Les mauvaises habitudes d'argent facile, c'est maintenant pour certaines catégories de praticiens et de profession de santé!.
a écrit le 10/09/2012 à 14:32 :
Ouais... Faites payer les autres, mais pas touche au grisbi ! Les médecins libéraux ne sont vraiment pas à plaindre. Dans un pays où la santé est in fine payée par le contribuable, où on manque d'argent pour les hopitaux, les dépassements d'honoraires devraient purement et simplement être interdits. Sans compter qu'au nom de la justice sociale, payer plus pour se voir mieux soigné que le voisin est intolérable !
Réponse de le 10/09/2012 à 14:54 :
les medecins libéraux sont aussi des contribuables, par ailleurs les dépassements des honoraires de la secu(précision importante) ne sont pas pris en charge par la contribution publique
Réponse de le 10/09/2012 à 16:43 :
"par ailleurs les dépassements des honoraires de la secu(précision importante) ne sont pas pris en charge par la contribution publique" En effet, Nomane. Et d'ailleurs, cet article n'existe pas et les commentaires n'ont pas été écrit car les personnes qui ne sont pas de votre élite ne peuvent comprendre. Je comprends par ailleurs que cela vous gène d'être contribuable. Partez donc d'un pays qui n'est pas le votre : les paradis sont assez nombreux.
Réponse de le 10/09/2012 à 16:44 :
Pardon : ma réponse est à "celui" qui lui a répondu et peut aller où je pense.
a écrit le 10/09/2012 à 14:02 :
" Le coût de ces dépassements pour la Sécurité sociale est estimé à plus de six milliards d'euros":... je croyais que ce que l'on appelai dépassement d'honoraire était la partie des honoraires non pris en charge par l'assurance maladie?
Réponse de le 10/09/2012 à 14:52 :
+1, il faut croire que la sécu en paie une partie? si c'est le cas où est le concept de "médecine libérale"?
Je connais plusieur médecins, ils sont pas aux 35 heures, mais ils ne sont pas a plaindre non plus comparativement au revenu moyen en France. C'est surtout l'installation qui est difficile pour ceux qui n'ont pas de mise de départ et qui doivent se faire une nouvelle clientèle à partir de 0.
a écrit le 10/09/2012 à 12:27 :
une médecine libérale serait exercée par une/un praticien qui a fait ses études sans financement aucun de la collectivité (cela n'existe pas) et ne serait pas conventionné par la sécu (en France)
99.99% des soi-disant libéraux sont des assimilés fonctionnaire de la Sécu, aucun risque financier, tout est payé par la collectivité
Réponse de le 10/09/2012 à 12:45 :
le paradis quoi...on ne comprend vraiment pas pourquoi moins d'un étudiant sur 10 s'installe en libéral, c'est vraiment étrange...
Réponse de le 10/09/2012 à 13:57 :
effectivement les medecins ne devraient pas accepter que les malades se fassent rembourser une partie des honoraires par l'assurance maladie
a écrit le 10/09/2012 à 11:42 :
rappe depuis 1980 AUCUNE REVALORISATION des actes medicochirurgicaux ne serait ce que du coup de l'inflation...faites les comptes !! quand a savoir comment "gérer "le personnel de nos cabinets ..suivez le guide ..finalement le dépassement est a la medecine ce que les impots sont a l'état a une nuance pres ,ce n"est pas eux qui décident...et pour l'état faites ce que je dis pas ce que je fais !!!
a écrit le 10/09/2012 à 11:16 :
bah.. de toute façon (voir les commentaires ci-dessous), dans l'esprit des gens, les médecins sont tous des nantis, qui vivent au crochet de la société en creusant le trou de la sécu pour rouler en porsche.
RDV dans quelques années... on verra bien ou cela nous mènera.
Réponse de le 10/09/2012 à 16:21 :
@phil: on ne peut pas dire que les médecins soient malheureux : études quasi gratuite (donc ils devraient quelques années de redevance à l'état), clientèle assurée par remboursement quasi 100% des visites, travail 5 jours sur 7 pour beaucoup avec abandon des gardes) et salaires mensuels de 5000 à 15000 euros pour les généralistes. Une vraie medecine libérale serait études payantes comme au USA, une visite payée à 100% par le patient sans remboursement : mais alors bonjour, la chute des recettes et perte de 50% minimum du salaire. Phil est du genre gros agriculteur "ça eut payé, mais çà paye plus" ce qui fait rire tout le monde ! encore une blague, Philou !
Réponse de le 10/09/2012 à 18:22 :
@philomene : la dette vis à vis de la société...ça fait toujours bien rire. Faisons rembourser aussi les autres étudiants, et les enfants de maternelle tant qu'on y est, et puis je vois que vous avez raté votre vocation : des études gratuites et peinard, une douzaine d'année de club med en quelque sorte : pourquoi n'y êtes vous pas allé ?
En ce qui concerne les US, que je connais bien, je prends volontiers les honoraires US et je rembourse ce que vous voulez, vous parlez de ce que vous ne connaissez pas, il vaut mieux être patient en france et médecin aux US, croyez-moi...
Après, la bonne blague, c'est qu'il n'y aura effectivement plus de système libéral tel que vous le connaissez dans plein de domaines de la médecine, vous verrez la différence, on en rigolera longtemps...
a écrit le 10/09/2012 à 11:09 :
Est-ce vraiment choquant de voir un type qui a fait 10 ans d'études (et qui accessoirement rend quelques services à la collectivité) rouler dans une grosse allemande quand un autre parce qu'il tape dans un ballon roule Lamborghini?
Réponse de le 10/09/2012 à 17:20 :
ou qu un ingenieur qui doit habiter dans une banlieue lointaine parce qu il gagne meme pas le tiers de ce que gagne un dentiste
a écrit le 10/09/2012 à 10:45 :
"Médecine libérale", passée du côté de la "Médecine néo-libérale", elle en a vite assimilée les règles et avantages. D'autant plus facilement que c'est la Sécu donc la collectivité qui paye.
a écrit le 10/09/2012 à 10:43 :
La technique est simple: faire croire que l'on s'attaque aux vrais problèmes du pays par des actions de diversions sensées etre populaires
Réponse de le 10/09/2012 à 13:44 :
Super on décourage les chefs d'entreprises et maintenant on va s'en prendre aux médecins. Mais les politiques eux sont toujours hors,impôt et les étrangers irréguliers on accés gratuitement aux soins c'est le changement oui ça on peut le dire génial ce changement
a écrit le 10/09/2012 à 10:22 :
Qui paiera désormais les porsches, BMW, AUDI, Mercédès, SAAB?.
Ce sont les constructeurs automobiles Allemands qui vont faire la tête!!!
a écrit le 10/09/2012 à 9:44 :
La survie de la medecine liberale... Et les vessies pour des lanternes!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :