Intégration des oeuvres d'art à l'ISF, pas de quoi crier au loup

 |   |  538  mots
Le tableau Le Cri du peintre norvégien Edvard Munch - Copyright Reuters
Le tableau "Le Cri" du peintre norvégien Edvard Munch - Copyright Reuters
L'intégration des œuvres d'art dans l'assiette de l'ISF fait à nouveau parler d'elle... et divise, à droite comme à gauche. Mais à y regarder de plus près, le projet évoqué mardi par Christian Eckert tient plus de la mesure symbolique que de la révolution fiscale.

Peu avant l'été, Frédéric Mitterrand avait parlé de catastrophe quand avait été évoqué, déjà, le projet d'inclure les ?uvres d'art dans l'assiette de l'ISF. Cette idée revient à la surface, avec le souhait émis par le rapporteur général du Budget à l'Assemblée nationale, Christian Eckert (PS), de faire adopter un amendement en ce sens.

Aurélie Filippetti est contre

En tout cas, le sujet divise dans les deux camps. Aurélie Filippetti s'est immédiatement opposée à l'idée par la voix de son cabinet. Alors que dans l'après midi, c'est un député UMP, en la personne de Marc Le Fur, qui est venu soutenir le projet d'amendement du rapporteur général du Budget. Et de reprendre la proposition à son compte dans un communiqué: "Je suis satisfait de voir que le rapporteur socialiste du budget reprend une proposition que je défends depuis de nombreuses années" et auquel "les députés de gauche se sont toujours opposés." De son côté, Christian Eckert explique de nombreux députés, de gauche comme de droite le soutiennent dans sa démarche, et explique que la majorité et le gouvernement sont en ligne sur les grands arbitrages du budget. Pour lui, "c'est à l'intérieur des différents volets qu'il y a des ajustements." Aurélie Filippetti est en tout cas restée mesurée sur le sujet, se contentant de dire que "c'est la liberté des Parlementaires de déposer les amendements qu'ils souhaitent."

Une coquille vide difficile à mettre en oeuvre

Et le député UMP argumente. Selon lui, "au moment où le gouvernement augmente les prélèvements sur les classes moyennes et ouvrières, il est normal que les plus riches mettent également la main à la poche". Pourtant, de l'aveu même de Christian Eckert, "le rendement budgétaire ne serait (...) pas considérable," puisque très peu de personnes seraient finalement concernées. De fait, si l'amendement était voté, sortiraient de son champ d'application les artistes eux-mêmes, et les professionnels du marché de l'art. Seuls les particuliers qui ne fourniraient pas de "garantie de mise à disposition du public" seraient ainsi visés. Difficile ensuite de savoir comment la détention des-dites oeuvres d'art pourra être appliquée, sachant que pour le moment, elles ne sont pas déclarées.

Une mesure symbolique pour "donner un signe"

En attendant de savoir comment il compte s'y prendre, Christian Eckert prévient que "c'est très difficile de quantifier". Selon lui la mesure ne devrait rapporter que quelques dizaines de millions d'euros, "en tout cas en dessous de 100 millions d'euros" explique-t-il. Pour lui, il s'agit plus d'une mesure d'équité visant à "donner un signe, pour dire que l'effort doit concerner tout le monde". Pas de quoi remplir les caisses de l'État donc, ni de quoi vider celles des contribuables, tout juste de relancer un débat qui dure depuis 1982, année de la création de l'ISF, et qui n'a jamais abouti depuis.

==> VOIR AUSSI : ISF, emploi, épargne, retraités, défense...: le budget 2013 en 10 articles de La Tribune

==> VOIR AUSSI : Gilles Carrez: "les oeuvres d'art ne doivent plus être exonérées d'ISF"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2012 à 14:50 :
C'est la course des démagogues à celui qui trouvera la plus belle base fiscale à imposer. Pourquoi par les chiens et les chats qui salissent nos rues? Pourquoi pas un péage sur les trottoirs que nous empruntons? Qui dit mieuis? Non Non nous ne sommes pas contre les doubles ou triples impositions!
Réponse de le 11/10/2012 à 14:09 :
je suis pour un impots sur les chiens dans les communes urbaines d eplus d e 3000 habitants (en zone rurale un chien a une utilité), a cent euros la taxe par animal ca rapporterait plus que limpot sur l'art, mais par contre ce serait politiquement incorrect ca ferait perdre de sieges a pas mal d eparlementaires...
Réponse de le 16/10/2012 à 10:09 :
Je suis effectivement favorable à taxer les chiens et chats qui occasionnent des frais et nuisances.
a écrit le 10/10/2012 à 13:50 :
triste France où on assomera fiscalement quelqu'un qui investira son capital dans une entreprise qui créée de la richesse et des emplois....alors qu'en face; les rentiers et les lobbys bénéficient d'exonérations scandaleuses....comment critiquer ceux qui quittent ce pays ?
a écrit le 10/10/2012 à 13:08 :
Madame la Ministre,

Si j'ai bien compris , vous n'êtes pas pour l'égalité républicaine devant la taxation des revenus ; c'est vrai qu'il est plus facile de casser les TPE que de répondre non à des privilégiés qui campent dans les salons dorés de la République...


a écrit le 10/10/2012 à 12:19 :
"pas de quoi de crier au loup" non mais c'est le principe qui est condamnable. une taxe de plus, insignifiante au début et l'on connait la suite>. Le gouvernement en sort une tous les jours. Cela suffit . Et puis Il serait temps de quantifié une bonne fois à partir de quel capital on fait parti de la classe moyenne ou de celle des riches voir très riche.
Réponse de le 11/10/2012 à 14:14 :
la question ne se posera bientot plus, car, il n'y aura plus de "riches" et que les "très riches" à part quelques uns sont dekà partis: qui sème le vent recolte le désert.
a écrit le 10/10/2012 à 11:31 :
Mais quand est ce qu'on supprimera cet ISF qui est complètement inique :
On impose un bien immobilier qui supporte la taxe foncière , et sur lequel les revenus éventuels sont déjà taxés.
On impose à 1% des capitaux qui rapporte juste de quoi couvrir l'inflation
Vous faites un don à vos enfants mineurs, et vous continuez de payer sur de l'argent qui ne vous appartient plus .
Bien sûr la majorité des gens ne paient pas cet impôt et tout un lot d'envieux se réjouissent qu'on taquine les "riches" , mais surtout ne pas toucher aux indemnités des députés , aux primes de chauffage du Sénat et autres gabegies ...
Au pire qu'on augmente la taxe foncière, qu'on impose plus les revenus du capital, les plus values, mais qu'on supprime ce Bidule d'ISF , ticket de clientèle pour conserver l'électorat de gauchos envieux !
a écrit le 10/10/2012 à 10:55 :
Taxez, taxez, il n'est pas normal ni juste que les français puissent s'enrichir! Seule la caste politique dirigeante en à le droit!
a écrit le 10/10/2012 à 9:21 :
Taxer toujours plus le capital et ses revenus quitte a mettre en place une usine a gaz qui ne rapporteras pas grand chose, et déstabilise un secteur économique tel est le sens de l'histoire. Le seuil de 5000 ? est intéressant à ce prix est ce vraiment une ?uvre d'art? Les montres de monsieur Cahuzac déclarées volées dans son appartement en font elles parti ?J'en doute , il faudrait aussi rajouter les montres de marque modernes. si non ce n'est pas juste. Pour commencer c'est juste symbolique....
a écrit le 10/10/2012 à 9:21 :
A défaut d'entente sur un sujet "de riches", proposons l'équivalent de la taxe Tobin appliquée à ces flux énormes et discrets de capitaux. Et ne nous opposons pas de difficultés techniques puisque les taxes actuelles sont bien calculées et obtenues. Quant à la détention des ?uvres en stock, cela fait partie de l'évasion fiscale dont la solution passe par un consensus international...
Réponse de le 10/10/2012 à 11:27 :
Oui, et n'oublions pas d'engager les fonctionnaires supplémentaires pour contrôler tout ça. Et tant pis si ça ne rapporte pas un kopeck (ça risque même de coûter assez cher du fait des délocalisations, et des transactions en cash), l'essentiel est de sauver les principes.
a écrit le 10/10/2012 à 9:07 :
Une mesure symbolique dites vous qui rapporterait moins de 100 millions d'euros, mais la mesure d'imposition à 75 % des revenus supérieurs à 1 Million d'euros ne rapporte que 200 millions d'euros et cela reste à démontrer....aujourd'hui quand on parle de justice fiscale il faut prendre des décisions courageuses à tous les niveaux...sur ce sujet, nous verrons bien si F Hollande a vraiment du courage et pas seulement pour soumettre à l'impôt toutes les catégories sociales....y compris les plus défavorisées.
a écrit le 10/10/2012 à 9:04 :
l'article de la Tribune est un scandale. D'abord sur les principes : au nom de l'égalité, quels crimes allez-vous encore commettre ? Le salaire maximum pour tous ? Le chômage pour tous ? L'illettrisme pour tous ? On voit bien où mène votre égalitarisme sans borne: au nivellement le plus bas; sur le plan économique, ensuite, votre article démontre que vous ne connaissez rien au milieu de l'art en général : pour une somme que vous jugez vous-mêmes ridicule, que tous les experts savent être dérisoire, vous allez mettre au Luxembourg (5% sur l'is pour les sociétés du secteur) les salles des ventes, les assureurs, les courtiers, les galeries, les spécialistes d ela sécurité, les grands collectionneurs, etc. Bravo ! La France sera peut-être un pays égal mais sans aucune richesse culturelle, ce pour quoi venaient, viennent encore des millions de touristes, des milliers de passionnés d'antiquités. Assurez aussi le chômage des personnes que vous allez mettre à la rue par votre égalitarisme sectaire et ruineux. Comme en 1798, vous voulez encore des têtes ?
Réponse de le 10/10/2012 à 10:15 :
euh, la richesse culturelle des oeuvres d'art qui dorment dans des caves pour se vendre en espèce sous le manteau...avouez que si vous êtes réellement dans le milieu de l'art, vous connaissez l'opacité de ce milieu qui tente d'échapper à la misérable taxation de 5 % sur les plus values!! vous savez aussi que bon nombre de sociétés de courtiers sont déjà domicilées au lichtenstein , à monaco ou aux iles cayman. Votre théorie de l'apauvrissement culturel de la france ne tient pas vraiment la route quand on sait un peu comment cela se passe.
Pour ma part, autant l'ISF ne me parait pas normal, autant la taxation des plus values au même titre que les autres revenus semble logique.
Réponse de le 10/10/2012 à 10:33 :
@ZZ : Je ne comprends pas... Vous n'êtes pas d'accord pour une taxe sur du capital qui dort et vous etes pour une taxation sur le capital qui créé de la vrai richesse dans l'economie reelle? Vous pouvez nous dire pourquoi?
Réponse de le 10/10/2012 à 10:40 :
Vos commentaires démontrent que jamais vous n'êtes allé dans une galerie, une salle des ventes ou chez un courtier; prendre ce sujet important pour la place de Paris par ce petit bout de la lorgnette est très biasé et spécieux...Un coup classique de désinformation. Si les courtiers sont basés à l'étranger, doit-on s'en réjouir et accélérer leur fuite ? Voulez-vous faire de la France un désert culturel où tous les biens privés auront fui à l'étranger ? Je me répète : au nom de l'égalité, que de crimes. Crimes inutiles en plus sur le plan financier. Donc double crime
Réponse de le 10/10/2012 à 11:36 :
@M92 : de quelle richesse crée parlez-vous quand vous vendez un tableau ? n'est-il pas normal de taxer la plus value réalisée au même titre qu'un salaire ??
Réponse de le 10/10/2012 à 11:52 :
@1789
"''important pour la place de paris"... vous devriez prendre un autre pseudo...car en 1789 il y en a qui ont mal fini...
Je dis juste que d'aligner la fiscalité en taxant les plus values réalisées au même titre qu'on matraque tous les gens qui bossent (et qui ne font pas de black, ce qui est quand même monnaie courante dans le milieu de l'art)ne me parait pas être un crime contre l'humanité
a écrit le 10/10/2012 à 8:57 :
Ce député, Christian Eckert, nous indique qu'il s'agit d'une mesure symbolique destinée à donner le signe que tout le monde doit faire un effort, et à lire les commentaires ci-dessous, cela fonctionne. Il nous dit : " il s'agit plus d'une mesure d'équité visant à "donner un signe, pour dire que l'effort doit concerner tout le monde".

Or, j'ai une question. Qui pourrait y répondre ?

L'indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) qui est la somme allouée à chaque parlementaire pour ses petits frais est d'environ 6400 euros. Cela vient en complément d'une indemnité parlementaire, la rémunération du député, de 7000 euros. Notez que cette IRFM est entièrement non imposable, qu'elle soit utilisée à des fins personnelles ou effectivement utilisées pour les besoins du mandat du parlementaire.

Dans la même situation, un français ordinaire bénéficierait uniquement de 700 euros (déduction forfaitaire de 10% de frais professionnels) et non de 6400 euros.

Mais surtout, les parlementaires membres de la commission des finances, viennent, à l'initiative de Christian Eckert, rapporteur de la Commission une nouvelle fois, de refuser que la part de cette indemnité qu'ils utilisent à des fins personnelles, soit fiscalisée. Autrement dit, ils peuvent disposer de ces 7000 euros à des fins entièrement personnelles, ce qu'ils ne se gênent pas pour faire, ils ne paieront pas d'impôt dessus. Cela revient à bénéficier d'une rémunération de 13400 euros (7000 euros +64000 euros) mais dont 6400 euros ne sont pas imposables.

Alors ma question est la suivante : pourquoi Christian Eckert vote t-il contre la fiscalisation de la part de l'IRFM utilisée à des fins personnelles, puis vient nous faire part de son initiative, que je salue, en direction d'un effort partagé par tous, pour justifier la fiscalisation des ?uvres d'art ?

Hein, pourquoi ?
Réponse de le 10/10/2012 à 11:23 :
@Ben : merci pour ce post tout à fait éclairant.
En fait, la caste au pouvoir sait qu'elle a mal géré depuis 40 ans. Elle sent que le noeud se resserre et fera tout pour se défausser, tout en s'accrochant à ses privilèges. Un peu comme en 1792, où au milieu de la catastrophe, on accusait les mauvais citoyens, les émigrés, les nobles, les prètres...
Ici on accuse les riches.
Et plus ça ira mal, car ça ira de plus en plus mal, plus on va taper sur les riches, bouc émissaire bien pratique qui permet de focaliser l'attention dans une autre direction.
a écrit le 10/10/2012 à 8:18 :
Au moins, c'est clair : tous les biens personnels entrent dans l'assiette de l'ISF ! Une fois le seuil atteint, direction l'étranger ! Plus de passe-droits (Fabius et autres) !
Ce que deviendra la France ? c'est tout vu : un pays sans intérêt si ce n'est pour les crève la faim du monde entier.
a écrit le 10/10/2012 à 7:59 :
Il faut évidemment mettre fin à la domination scandaleuse de la place de Paris dans le marché de l'art...tout comme on a enfin mis fin à l'importance de Paris dans les services financiers...la Belgique a de plus en plus d'attraits...
a écrit le 10/10/2012 à 7:38 :
Lorsque vous avez de l'argent vous pouvez vous offrir des tableaux de maîtres. Quand vous êtes au SMIC mis à part un faux trouvé sur le net, cela semble être très difficile sauf vol ou héritage ou trouvé par hasard. Donc les "riches" socialistes (le Ministre FABIUS) font du lobbying pour que jamais cela passe.
a écrit le 10/10/2012 à 7:34 :
voilà, cette situation illustre tout à fait cela...qu'en pense Mr Fabius ?
a écrit le 10/10/2012 à 1:25 :
En finir une bonne fois pour toutes avec cet ISF que le monde entier nous envie mais que pas un seul autre Etat ne veut. NON à l'impôt punition ISF. Et dire toujours OUI aux indemnités non-imposables de la caste ??? Pas si sûr !!
a écrit le 10/10/2012 à 0:02 :
Génial.
Comme ça, quand la mamie revendra son vase chinois au dessus de l'évaluation ISF, elle se prendra un redressement dans les dents.
Elle n'avait qu'à pas être "riche"...ou nalors n'avait qu'à se barrer...
Réponse de le 10/10/2012 à 9:00 :
Combien d'emplois, donc de charges sociales payées en France ce vase a-t-il créé? il est plus facile de taxer un employeur qui investit pour produire de la richesse que le fisc pourra ponctionner à tout va.
Réponse de le 10/10/2012 à 11:15 :
D'accord pour les entrepreneurs, mais vous avez la vue courte, et je m'explique
Le vase Ming qui dormait à la cave va : nourrir un commissaire priseur (30% du prix), l'imprimeur du catalogue, un expert (5%), un transporteur, un marchand (s'il est en France), un restaurateur (s'il est en France), et des hoteliers, si l'acheteur est un riche chinois, et bien entendu l'état via la TVA sur les frais de vente.
De plus mon post visait à dénoncer le caractère absurde de cette taxe, qui va mener à des redressements d'ISF pour les vendeurs (avec tout le stress que cela implique, surtout si le vendeur est âgé).
a écrit le 09/10/2012 à 22:41 :
Tout le monde semble oublier le côté intrusif de l'ISF. Avec les œuvres d'art, on va bientôt voir l'arrivée de brigades spécialisées chez soi à 6 h du montant pour contrôler le contenu d'un appartement ou d'une maison ? Et l'étape suivante, ce sera quoi ? L'argenterie ? La collection de chaussures de marque ? Cessons une fois pour toute tout ce barnum !
Réponse de le 10/10/2012 à 11:55 :
Et pourquoi pas?? pour une entreprise, tous les actifs sont inventoriés et taxés! Pourquoi des foyers ne dresseraient-ils pas un inventaire exhaustif de leurs richesses, afin que soit prélevée une taxe sur les plus-values latentes? Inventorier permettra en effet de connaître le stock d'oeuvres d'art, et pour éviter l'évasion, pourquoi ne pas interdire la sortie du territoire de ces oeuvres y compris au sein de l'Espace Schengen?
Réponse de le 11/10/2012 à 14:21 :
elloyal vous vous trompez d'époque quand bien meme vous regrettez le goulag et les régimes de lex bloc de l'est, vous devez etre bien jeune encore !
Réponse de le 11/10/2012 à 15:19 :
goulage? libertés? je ne vois pas très bien la justification et la logique de votre commentaire... en quoi inventorier le patrimoine culturel, artistique d'un Etat serait communiste? En quoi interdire à des oeuvres d'art de quitter le sol français autrement qu'à des fins d'exposition serait marxiste? Cher Monsieur (ou Chère Madame d'ailleurs), vous devez certainement détenir de nombreuses oeuvres d'art de grande valeur pour critiquer de cette manière, et avec si peu de discernement dans vos "arguments", ma remarque précédente... bien à vous
a écrit le 09/10/2012 à 22:35 :
impot sur la fortune ?? si ce n'est pas avoir une grosse fortune de posseder un tableau valant plusieurs dizaines de millions d'euros,qu'est que c'est ???
deja d'une,cet impot devrait prendre en compte les revenus car Mr hollande à indiqué par le passé qu'un riche était celui qui gagnait plus de 4000 euros /mois et il se trouve qu'au jour d'aujourd'hui,des contribuables doivent payer cet impot alors qu'il gagne moins que cette somme,ce qui est scandaleux.
il est plus que temps que les taux soient diminué et étendu aux oeuvres d'art.
il ne suffit pas de prononcer justice sociale,justice sociale pendant la campagne et ne rien changer ou presque.
Réponse de le 10/10/2012 à 1:03 :
mais enfin combien de personnes ont des grands maitres dont la valeur est sure ? les valeurs sont volatiles, celle des meubles anciens s'est effondree, et puis qui empechera les proprietaires de les embarquer les stocker a l'etranger / les controles vont couter plus cher que les revenus tires de cet impot et les flics autre chose a foutre ......
Réponse de le 11/10/2012 à 15:43 :
effectivement les meubles anciens, a part ceux estampillés du XVIIIeme ne valent plus grand chose, on pourra dire que cetet taXe sur l'art est une taxe anti PEINTRES et anti plasticiens.
a écrit le 09/10/2012 à 22:25 :
Le principe de l'exonération des oeuvres d'art - objets à la valeur aussi volatile que sentimentale - a permis à la France d'enrichir à peu de frais son patrimoine (dations, donations). Mais je présume que la chose intéresse très peu un parti de prolétaires incultes au matérialisme bas de plafond. En son temps, Mr Fabius s'était opposé à pareille niaiserie. Normal : ses parents étaient antiquaires...
a écrit le 09/10/2012 à 21:50 :
On voit une fois de plus que l'ISF est un impôt absurde. Imposer sur une valeur qui peut fluctuer à la hausse et à la baisse de façon importante; que ce soit pour une oeuvre d'art ou de l'immobilier ! Tant qu'on n'a pas vendu on n'a pas d'argent. Seule la plus-value devrait être imposée et non la détention. Pourquoi devrait-on payer un impôt sur des biens sans revenus ? C'est de la spoliation. Et pourquoi tant de niches ? (Arts pour plaire à Fabius, Forêts pour la famille Mitterand, etc). De plus ce n'est pas un impôt économiquement efficace. Il faudrait prendre en compte le revenu ISF net de tous les frais de l'armada du Fisc + le manque à gagner par le découragement des uns et le départ des autres.
Continuons à aller droit dans le mur et accélérons !
a écrit le 09/10/2012 à 21:41 :
Le problème n'est pas de l'ordre de la justice sociale etc., mais de savoir si cela va aboutir à une sortie massive d'oeuvres d'art de France, notamment notre vieux mobilier des XVII et XVIIIemes siècles, qui sont des merveilles et qui font partie de notre patrimoine.
Réponse de le 09/10/2012 à 23:48 :
Tant mieux, les non résidents vont pouvoir faire leur marché en France!
Tant qu'à toucher le fond, autant y aller le plus vite possible.
Et tachons de préparer le renouveau pour 2017, en évitant les erreurs de sarko.
a écrit le 09/10/2012 à 21:14 :
Qui a des oeuvres d'art parmi les gens de droite ?
a écrit le 09/10/2012 à 20:51 :
Et on fait comment pour estimer une oeuvre d'art ? C'est déjà complexe d'estimer un bien immobilier dans le cadre de l'ISF alors une oeuvre d'art moderne d'un artiste (?) d'avant garde.... Oups ! Faut arrêter de fantasmer sur la pseudo niche Fabius, c'est pour cela que les oeuvres d'art n'entrent pas dans l'ISF.

Cet impôt est idiot, tout le monde le sait à droite comme à gauche mais personne n'osera jamais le supprimer parce que c'est suicidaire politiquement. Idéalement, imposition des flux (revenus y compris plus-value) durant la vie du contribuable, imposition du stock (patrimoine brut) au moment de la succession.
Réponse de le 09/10/2012 à 21:25 :
On peut prendre la valeur d'assurance, ou la valeur estimée par les services fiscaux dans le cadre d'une succession : quand on veut donner une valeur, il y a un moyen, quitte à ce que l'état propose une valeur... et s'engage à racheter l'oeuvre si le propriétaire l'estime surévalué et préfère vendre à ce prix là !! Votre objection me fait poser la question : peut-on estimer la valeur d'une entreprise non côtée? d'un château ? etc ... Ceci dit, je n'approuve pas pour autant l'ISF, mais l'exclusion des oeuvres d'art m'apparait injustifiée par rapport à d'autres biens ..!!
Réponse de le 09/10/2012 à 22:24 :
L'impôt est imbécile; mais quitte à ce qu'il soit imbécile au moins que la gauche Caviar trinque aussi. Autrefois on imposait bien la taille des fenêtres. Résultats les maisons avaient de petites fenêtres. Absurde. Mais nous avons la classe dirigeante de tout bord la plus absurde. A quand la prochaine révolution en France ? Rien n'avance par la réforme !
Réponse de le 10/10/2012 à 0:50 :
Qu'elles soient taxées à la succession, parfaitement d'accord ! Mais pour l'ISF, il faudrait les évaluer chaque année, c'est irréalisable.
Sinon, elles ne sont pas toutes assurées, loin de là. Ensuite, si je vous suis, l'Etat devrait proposer une valeur pour toutes les oeuvres d'art françaises ? Purée, il va falloir embaucher des fonctionnaires commisaires priseurs à plein temps.
Réponse de le 10/10/2012 à 0:53 :
En plus, je n'ai pas envie qu'un tiers pénètre chez moi pour lister et évaluer mes biens !!!
a écrit le 09/10/2012 à 20:17 :
Ca va faire plaisir à fabius et sinclair, tout ça !
a écrit le 09/10/2012 à 20:13 :
mais s'il devait y avoir taxation ce serait sur la fiscalisation des plus-values sur les achats vente d'oeuvres d'art ou d' oeuvres historiques, une petite TVA prise par les salles de vente....cela calmerait les vilains spéculateurs. héhé
Réponse de le 09/10/2012 à 21:27 :
... et ça fera le bonheur de Sotheby's, Christies, etc !!!
Réponse de le 09/10/2012 à 21:27 :
... et ça fera le bonheur de Sotheby's, Christies, etc !!!
a écrit le 09/10/2012 à 20:06 :
Pour ce qui est "des signes" le gouvernement ne se prive pas d' en faire. Dans les arènes, un seul suffisait , le pouce vers le bas. c'est ce que mérite ce club de tartufes.
a écrit le 09/10/2012 à 19:54 :
Que reste-t-il a taxer? Les toilettes dans les appartements, le papier-toilette ( c'est du luxe) ....... Ce député vole bas!
a écrit le 09/10/2012 à 19:48 :
L'impôt n'est pas fait pour "donner des signes", mais selon la Constitution elle-même, pour contribuer aux dépenses de l'Etat. En réalité, ce sont toujours les mêmes vers qui on envoie des "signes". Pendant ce temps, l'Etat ne se réforme pas, les Assemblées ne se réforment pas (il y a 500 parlementaires de trop), les collectivités territoriales ne se réforment pas (vivent le cumul et le plaçou !), on continue de subventionner des milliers de sydicalistes au frais de la princesse, etc., etc. Alors l'impôt qui envoie des "signes" et qui sert à payer la gabegie et les gaspillages, ça commence à bien faire.
Réponse de le 09/10/2012 à 23:52 :
Bien vu. A aucun moment, on ne parle du rendement maximum de l'impôt, alors que cela devrait être le souci numéro un des clowns au pouvoir.
a écrit le 09/10/2012 à 19:36 :
Ils ont dit, on ne touche pas à la niche de Laurent Fabius!!

a écrit le 09/10/2012 à 19:28 :
Le mauvais signe actuellement c'est la reculade devant les jeunes loups des starts up et les lacrymogènes contre les salariés qui manifestent pacifiquement ...

Quant aux oeuvres d'art il y a longtemps qu'elles devraient être prises en compte pour l'ISF.
a écrit le 09/10/2012 à 19:26 :
Faut taxer les usines... , mais les mecs qui engrangent des paquets de fric dans les oeuvres d'art payent queue dale. Se foutent sans arrêt de la gueule du tiers état.
Réponse de le 09/10/2012 à 23:58 :
Ils payent plusieurs choses.
Tout d'abord le prix de l'oeuvre, ensuite, le marge du marchand ou la marge et TVA du commissaire priseur.
Auxquels ont peut ajouter le transporteur, le restaurateur, l'assureur.
M'enfin si ça fait plaisir aux ratés de jalouser les riches sans rien y comprendre, très bien.
De toute façon, les vrais riches ne sont plus en France depuis longtemps.
Réponse de le 10/10/2012 à 12:03 :
Le plus drole c est que l'isf existe et ne fait plus debat depuis longtemps en Suisse. L'evaluation se fait systematiquement au dernier prix connu de transaction. Simple et efficace. Et presque tout le monde paye au dela de 100 000 eur (approx). Assiette large taux faible pas de niches simplicite de recouvrement. Qui plus est justifue par le besoin d'ETAT qui protege la propriete privee. Mais en France on est trop intelligents et on veut punir les riches au nom de l'ideologie stupide qui veut que tous soient egaux...
Réponse de le 10/10/2012 à 12:06 :
Miloo, je comprends votre bonne foi à vouloir préserver un secteur économique qui est certainement le vôtre... mais vos objections ne tiennent pas! une oeuvre d'art crée très peu de valeur... déjà la TVA applicable de 7% est totalement inique! L'écosystème sur lequel repose le marché de l'art ne me paraît totalement des autres secteurs marchands voire de certains secteurs industriels... pourquoi donc ne pas faire état de ces actifs dont la plupart sont dormants mais ont une valeur importante et se passer d'une imposition sur ces biens qui ne contribuent qu'à la grandeur culturelle de la France? Est-ce que la grandeur culturelle est ce dont notre pays a le plus besoin actuellement? Pas sûr...
Réponse de le 10/10/2012 à 14:01 :
Miloo , j'aurais pu ecrire la méme chose que toi...beaucoup trop de jaloux ici.et beaucoup sont des ratés,c'est évidant .
Réponse de le 10/10/2012 à 18:36 :
@elloyal :
Je ne travaille absolument pas dans ce secteur. Au contraire, il m'est arrivé d'acheter des objets, et je serai donc un bénéficiaire net de l'effondrement du marché de l'art en France, certains objets devenant achetables.
Je suis d'accord avec vous, ça n'est pas un secteur immense, et il bénéficie de pas mal d'exonérations bizarres, de plus je partage votre vue sur la grandeur culturelle du pays.
En vérité, ce qui m'insupporte totalement, c'est ce soin que mettent les clowns au pouvoir à créer des taxes symboliques, qui ne rapportent rien, mais qui fliquent et ennuient beaucoup de monde.
Ne pas rechercher l'efficacité fiscale et se faire plaisir sur les symboles est un passe temps qui coûte très cher au pays.
De plus, j'ai horreur de cette stigmatisation des riches, comme boucs émissaires des erreurs faites par l'état depuis 40 ans...
Réponse de le 11/10/2012 à 15:27 :
@Miloo : dans ce cas, nos points de vue se rejoignent en partie, même si j'ai tendance à penser que la poudrière qu'est devenue notre société ne peut se contenir qu'avec des symboles justement... Mais je suis d'accord avec vous et je constate également que notre pays a totalement jeté l'opprobre sur ses "riches". Bien à vous

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :