Avec l'arrivée de Thierry Lepaon, la roue tourne enfin à la CGT !

 |   |  652  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Fin probable de la crise de succession à la tête de la CGT. La commission exécutive de la confédération a choisi, à une large majorité, de se ranger à l'avis de Bernard Thibault en désignant l'ancien métallurgiste Thierry Lepaon pour devenir secrétaire général lors du prochain congrès en mars 2013 à Toulouse.

Avec l'adoubement de Thierry Lepaon, la crise de succession à la tête de la CGT vient sans doute, enfin, de connaître son épilogue. De fait, ce mardi 16 octobre, l'actuel secrétaire général de la confédération, Bernard Thibault a annoncé que la commission exécutive (direction) de la CGT avait choisi, sur sa proposition, Thierry Lepaon, pour lui succéder comme secrétaire général du syndicat. Ce choix a été acquis par 42 voix en faveur de Thierry Lepaon, sept absentions et, signe d'apaisement,... aucune voix contre. Jamais, depuis la seconde guerre mondiale, la CGT n'avait connu un tel pataquès pour la désignation de son numéro 1. Certain y verront la preuve que la CGT est en crise, tiraillée de l'intérieur entre différentes chapelles. D'autres, à l'inverse, souligneront l'évolution démocratique de la centrale qui, maintenant, s'autorise des débats internes, y compris sur la personnalité de son leader. Situation inenvisageable quand, il y a encore 25 ans, la CGT était considérée comme la "courroie de transmission" du Parti communiste français.

La situation devenait intenable pour la CGT

Il faut dire que cette situation devenait intenable. Depuis le printemps, la CGT était entièrement concentrée sur ses problèmes internes. Résultat, la voix de la CGT ne portait plus Et ce alors que la France venait d'opter pour une alternance politique. La CFDT a bien profité du terrain laissé libre pour devenir le partenaire privilégié du gouvernement Ayrault depuis la grande conférence sociale des 9 et 10 juillet. Ce sont les idées de la centrale de François Chérèque qui ont été mises en avant... Pas celles de la CGT. En outre, les militants de la CGT commençaient à s'exaspérérer de la zizanie interne, alors que dans quelques jours vont débuter les opérations électorales en vue de la première élection de représentativité syndicale dans les très petites entreprises. Symboliquement, il serait important pour la CGT d'arriver en tête... devant la CFDT.

Thierry Lepaon, un syndicaliste issu du privé

Pour autant, les choses ne sont pas encore ficelées. Pour connaître officiellement le successeur de Bernard Thibault - qui passera la main lors du prochain congrès de Toulouse au printemps 2013-  Il faudra attendre la tenue du Comité confédéral national (CCN, parlement du syndicat) les 6 et 7 novembre. "Il est probable que le CCN "reprenne à son compte" ce choix de la Commission exécutive, a déclaré à l'AFP Bernard Thibault. "Il me semble qu'avec un avis aussi massif, favorable de la commission exécutive, le cap est fixé", a-t-il fait valoir.

Selon Bernard Thibault, Thierry Lepaon est capable de rassembler le syndicat, car "c'est quelqu'un qui a fait travailler des équipes ou animé des débats". Toujours selon Bernard Thibault, son probable successeur a le "profil" pour conduire le syndicat. "Il a une large expérience syndicale, il est issu du privé, du secteur de la métallurgie" et a aussi une expérience "au niveau des territoires", comme responsable CGT en Normandie. Thierry Lepaon anime le groupe de la CGT au Conseil économique, social et environnemental (Cese) ce qui "en fait un dirigeant au fait des relations intersyndicales et interlocuteur d'autres forces de la société, patronat et associations", a expliqué l'actuel secrétaire général de la CGT. Thierry Le paon est âgé de 52 ans, Normand, c'est un ancien chaudronnier et ex-salarié de Moulinex (c'est d'ailleurs lors du grand conflit dans cette entreprise qui s'est soldé par la fermeture de plusieurs sites qu'il s'était fait connaître).

Le grand perdant dans toute cette histoire reste Eric Aubin, chargé du dossier des retraites qui, au départ, semblait le mieux parti pour succéder à Bernard Thibault. Mais ce dernier n'aura eu de cesse de lui mettre des bâtons dans les roues...

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/10/2012 à 7:40 :
Je travaille a l'etranger et suis regulierement temoins de commentaires ironiques sur la France des greves et des 35h. Notre modele social nous a longtemps ete envie par d'autres pays. Mais faute d'avoir evolue il est devenu ingerable et est condamne. La CGT est un syndicat qui n'a pas favorise cette evolution, mais il n'est pas le seul responsable de notre immobilisme. Le dogme des avantages acquis, principe tres francais, est un frein terrible a notre evolution.
a écrit le 17/10/2012 à 7:08 :
excellent:il nous fallait un homme fort pour défendre nos régimes spéciaux,attaqués de manière indigne par l'ump et l'aile libérale du ps
Réponse de le 17/10/2012 à 7:42 :
Les regimes speciaux ne sont qu'un resultat du corporatisme syndical applique au profit du secteur public.
a écrit le 16/10/2012 à 20:09 :
bravo thierry
heureusement que les dinausaures sont la sinon on irait vers l'age des pierres au niveau droits et conditions de travail facile la critique pour des planqués ou les cols blancs
a écrit le 16/10/2012 à 19:00 :
La C.G.T est financé par l' état, comme les autres syndicats à hauteur de 8 milliards d' euros par an. Mais personne n' en parle et le rapport du député Perruchot a été bien enterré par toute la classe politique complice. On semble chercher de l' argent dans la poche des contribuables, des entrepreneurs et des retraités,
alors que 8 milliards d' euros sont disponibles chaque année, on nous prend vraiment pour des cons.
Réponse de le 16/10/2012 à 19:50 :
8 milliards ? j'aimerai connaitre vos sources, je trouve la somme un peu élevé, même si c'est l'UMP le plus subventionné je pense bien que tous confondus nous n'arrivons pas à cette somme.
Réponse de le 16/10/2012 à 23:39 :
N'importe quoi. Mais vraiment, comment pouvez vous donner un chiffre aussi monstrueux sans que cela vous choque. En réalité, la CGT a recu 19.5 Millions d'euros de subventions de l'état en 2011. Tout de même, ayez un peu de bon sens économique!
a écrit le 16/10/2012 à 18:07 :
Et quand ...un gouvernement visionnaire ...? au 21ème siècle, aura le courage de remplacer les syndicats obsolètes...- payé par nos impôts - par des agences de notations indépendantes ...? ,l'on verra peut être ...plus clair dans les choses économiques qui nous concernent...
a écrit le 16/10/2012 à 16:52 :
Celui-là va encore faire le beau !
a écrit le 16/10/2012 à 16:42 :
Ouf! on ne va plus voir thibaut. Tant mieux
a écrit le 16/10/2012 à 16:40 :
je vois pas trop ce que ca change La CGT est un dinosaure vivant dans la nostalgie des années 30
Réponse de le 16/10/2012 à 20:16 :
tes acquis et tes droits que tu as aujourd"hui c grace a ces dinausaures comme tu le dis quand on voit le courage aujourd"hui on va vite les perdre
Réponse de le 16/10/2012 à 21:26 :
les acquis et les droits pour une minorité de travailleurs sur le dos des précaires merci
Réponse de le 17/10/2012 à 2:17 :
Sauf que si nous avions fait moins de grèves depuis au moins 1950, nous aurions aujourd'hui beaucoup plus d'entreprises, moins de chômage et des salaires plus importants. Un peu comme en Allemagne, sauf qu'ici on préfère faire des grève qui ont coûtés des milliards et des pertes de compétitivités importantes par rapport à nos voisins.
Champion du monde de la grève. Il y a au moins quelque part où nous sommes n°1.
Serait-ce trop difficile d'avoir des syndicats progressistes? Le 21ème siècle c'est maintenant.
Réponse de le 17/10/2012 à 4:20 :
le 21 eme c maintenant ben sa craint lol quand tu vois le systeme lol allez bpn courage et vive le medef et les moutons
Réponse de le 17/10/2012 à 5:42 :
Je suis entrepreneur et je peux vous dire que beaucoup de PME sont obligées de fermer leurs portes sans que la presse n'en face état. Beaucoup de gens biens patrons et salariées meurent dans l?indifférence générale....
Les boitent qui font greves sont celles des boites d'état ou assimilées.
Les PME privées ne ferment pas à cause de la cgt...elles fermes à cause de la mauvaise éco mondiale
a écrit le 16/10/2012 à 16:39 :
Les pigeons du CNPF n'auront qu'a bien se tenir. La chute de l'article est aussi réussie que le titre.
Réponse de le 17/10/2012 à 7:35 :
CNPF ?? faut se reveiller, ca fait longtemps qu'il a change son nom en MEDEF.
a écrit le 16/10/2012 à 16:36 :
On va pas faire la roue! Très bon titre...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :