25 : c'est le nombre de rapports sur la compétitivité depuis 2005

 |   |  147  mots
L'ancien président exécutif du géant aéronautique EADS et nouveau commissaire général à l'investissement chargé du Grand emprunt, Louis Gallois, a appelé samedi à un choc de compétitivité pour tenter d'inverser le recul de l'industrie française.
L'ancien président exécutif du géant aéronautique EADS et nouveau commissaire général à l'investissement chargé du Grand emprunt, Louis Gallois, a appelé samedi à un "choc de compétitivité" pour tenter d'inverser le recul de l'industrie française. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

La mission de Louis Gallois est loin d'être la première du genre. Depuis 2000, une multitude de rapports pointant le décrochage de la compétitivité française ont été dévoilés.Entre 2000 et 2005, deux études ont été notamment publiées, l'une en 2001 par le Commissariat au Plan titré Compétitivité globale: une perspective franco-allemande, rapport du groupe franco-allemand sur la compétitivité, l'autre en 2003 par le Conseil d'analyse économique (CAE), intitulé sobrement Compétitivité. Puis le rythme s'est accéléré. Depuis 2005, ce ne sont pas moins de vingt-cinq rapports qui ont été remis à l'exécutif?! Leurs auteurs sont nombreux et prestigieux : des parlementaires, des institutions, des économistes, réunis en cercle ou isolés, des experts rassemblés en commission, des think tank, tous ont alerté les différents gouvernements sur la perte de vitesse de l'économie française. Sans succès.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/10/2012 à 22:02 :
Une pile bien épaisse de rapports divers et variés pour payer les copains en fin de carriÚre...
a écrit le 23/10/2012 à 18:47 :
Et il serait intéressant de savoir combien tous ces rapports bidon ont coûté au contribuable ???
Réponse de le 23/10/2012 à 19:40 :
Cher Monsieur, on ne compte pas lorsque l'image de la France et les grands principes sont en jeu.
N'oubliez pas que notre phare de la pensée va nous emmener vers le bonheur (éternel?)
a écrit le 23/10/2012 à 17:38 :
pourquoi sans suite ces rapports, simplement parce-que tout cela remet en cause le modèle social Francais. Qui chez nos élus aura le courage de jouer sa place, pour une vision de long terme de l'avenir de notre pays
a écrit le 23/10/2012 à 17:36 :
Tous ces énarques qui pondent des rapports demandés par les chefs d' état et de gouvernement depuis 10 ans, de droite comme de gauche et qui nous coûtent le maximum puisque cela ne sert à rien, idem la Cour des Comptes.
Ces politicards médiocres sont vraiment des minables et 51% des français votent pour ça : c' est désespérant.
Réponse de le 23/10/2012 à 19:29 :
Entre 2002 et 2012 il n' y a eu que des gouvernements de droite. Il n'y a pas eu de gouvernement de gauche ni du centre. Cessez de faire ces mélanges de genre qui font que chaque tendance politique n'assume rien.
La droite n'a pas assumé c'est responsabilité en termes de compétitivité durant les 10 ans écoulés. On le sait maintenant. Elle n'a pas su se mettre à la hauteur des changements.
Maintenant c'est la gauche qui est là, on verra si elle apportera des changements forts dans ce domaine pour impulser une dynamique car la France ne peut plus rester indifférente face à ces mutations.
Réponse de le 23/10/2012 à 20:31 :
Il n'y a pas besoin de rapport pour proposer des hausses d?impôts, il suffit d'avoir de l'imagination. d'ailleurs Martine Aubry rappelle bien cette conception "Nous, nous pensons qu'il y a d'énormes marges de manoeuvre en faisant rentrer des impôts complémentaires"
a écrit le 23/10/2012 à 17:33 :
La France doit détenir le record en Rapports, Haut Conseil, Haute Autorité, Haut Commissariat, Assises etc. Avec quel résultat ? Nul. Le pays poursuit son déclin se refusant obstinément à reconnaître la mutation en cours de l'économie mondiale Elle reste figée sur son passé étant convaincue que ses recettes sont les meilleures même si le reste du monde ne les adopte jamais. D'un coté des légions de fonctionnaires dont une bonne partie ne sert strictement à rien et qui défendent pied à pied leurs privilèges. De l?antre des salariés du privé qui doivent payer les conséquences des errements de nos dirigeants. Mais tout a une fin. L'issue est proche.
a écrit le 23/10/2012 à 17:19 :
Depuis 2005 ce sera le 25ème rapport sur la compétitivité, ah bon. Mais qu'est-ce-que la droite a fait des 24 rapports précédents, rien. Ils ont été incapables de prendre de décision forte pour améliorer la compétitivité de nos entreprises.

Mais qu'ils se taisent bon sang et laisse travailler les personnes qui ont la volonté de faire avancer la France.
Réponse de le 23/10/2012 à 17:30 :
La droite a créé (trop tard, malheureusement) la TVA sociale qui répondait en partie à ces rapports. La gauche s'est empressée de la supprimer, pour des raisons électoralistes, au détriment des intérêts du pays.
Réponse de le 23/10/2012 à 19:35 :
La TVA dite sociale votée à la va-vite. En 2008 le président sortant a eu un rapport pertinent sur ce problème puis en 2010 un autre mais il a attendu mars 2012 pour faire voter une taxe pour masquer son manque de courage et de vision. Vous rigolez. C'est au cours des 2 premières années que le président doit impulser les réformes profondes et non la veille d'une élection majeure sachant qu'il obstrue les perspectives pour le pays à cause de la compétition (c'est le cas aujourd'hui de l'augmentation de la TVA ou de CSG).
a écrit le 23/10/2012 à 17:17 :
BOF ! A classer probablement sans suite : FH n'est pas un vrai homme d'état

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :