Avec son pacte de compétitivité, François Hollande espère calmer l'impatience des économistes

 |   |  462  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Lundi, le président de la République a reçu les principaux responsables des institutions internationales (OCDE, FMI, Banque mondiale...) pour les convaincre du bien-fondé de sa stratégie économique devant permettre à la France de retrouver le chemin de la croissance. Son plan d'action s'étale sur la durée du quinquennat.

Lundi, le président de la République a reçu les principaux responsables des institutions internationales pour les convaincre du bien-fondé de sa stratégie économique devant permettre à la France de retrouver le chemin de la croissance. Prenant exemple sur Angela Merkel, la chancelière allemande qui les reçoit depuis trois ans, le président de la République a décidé d'institutionnaliser cette rencontre.

Ses auditeurs? Christine Lagarde, la directrice générale du Fonds monétaire international, Pascal Lamy, le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), Angel Gurria, le secrétaire général de l'OCDE, Jim Yong Kim, le président de la Banque mondiale et Guy Ryder, le directeur général de l'Organisation internationale du travail (OIT).

Des décisions dans tous les domaines dès novembre

Concrètement, François Hollande a promis des décisions dès le mois de novembre, dans la foulée du rapport Gallois normalement remis le 5 novembre. Ces décisions toucheront «tous les domaines de la compétitivité, y compris sur le coût du travail». «Celles-ci fixeront la donne pour l'ensemble du quinquennat», a-t-il déclaré.

Alors que le patronat réclame un choc urgent et brutal de compétitivité, essentiellement porté sur le coût du travail, François Hollande a exprimé la semaine dernière devant les membres du club Oseo Excellence sa volonté de passer un «pacte» avec les acteurs économiques pour retrouver les chemins de la croissance.

Le discours du président de la République a-t-il séduit? Ce n'est pas certain. Depuis la crise de 2008-2009, les institutions mondiales pressent les pays industrialisés et en particulier la France à accélérer les réformes structurelles pour sortir de leur léthargie économique. A la mi-octobre, calquant son discours sur celui de l'OCDE, le FMI avait recommandé aux pays de la zone euro d'accélérer les réformes, expliquant que la politique budgétaire dans les pays industrialisés devait être «calibrée de manière à être aussi favorable que possible à la croissance».

La France doit avoir une attitude offensive

Evoquant le lien entre croissance, compétitivité et emploi, Pascal Lamy n'a pas été spécialement tendre. "C'est le problème majeur de la France et d'un certain point de vue de l'Europe en ce moment. Dans les cinq ans qui viennent le moyen de créer des emplois en Europe, c'est d'aller chercher la croissance là où elle est, c'est-à-dire dans les pays émergents. L'attitude à l'égard de l'économie internationale doit être offensive et pas défensive, c'est vrai d'une manière générale mais particulièrement dans le cas de la France, a expliqué le directeur général de l'OMC.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/11/2012 à 16:44 :
Son pacte de compétitivité sera un échec car la réactivité nécessaire pour enrayer la spirale baissière n'est pas au rendez-vous. Comme pour un accident de la route, les secours doivent intervenir très rapidement. Et là, Le président Hollande ne mesure pas la Grande crise qui se profile et qui va se transformer en colère. Car si les entreprises, taxer comme jamais, s'effondrent, nombre de français vont perdre leur emploi et vont demander des comptes et de l'argent. A force de faire fuir les riches, les entrepreneurs, de continuer à taxer comme si de rien n'était, il court à la catastrophe et tous les français avec. Les Allemands l'ont bien comprise car eux aussi vont être touchés !
a écrit le 29/10/2012 à 21:10 :
L'impatience des économistes? C'est ça son but? Et le pays? Et les salariés, actionnaires, créateurs d'entreprise, paysans, épargnants etc. il en fait quoi?
Réponse de le 30/10/2012 à 0:28 :
@simple citoyen: il s'en fout et naìfs sont ceux qui pensent que les politiques ont quelque chose à faire d'eux :-)
a écrit le 29/10/2012 à 18:34 :
en France nous allons devenir comme l ex URSS avec des impots et taxex a outrance sauf pour les dirigeants politiques,fuite des entreprises et des cerveaux,plus de libertes de presse(taxation de google ).......
Réponse de le 30/10/2012 à 0:25 :
@paul: raconte pas n'importe quoi en mettant l'URSS pour te crédibiliser :-)
a écrit le 29/10/2012 à 18:00 :
pacte de comptapetivite = impots supplementaire
a écrit le 29/10/2012 à 17:17 :
Le FMI,la banque mondiale,l'ocde,dont tout les conseils/rapports portent sur la privatisation de la moindre parcelle du champ economique et non economique....Le fmi qui a saigne de nbs pays du sud,qui a oblige les paysangs dans les pays ou il intervenait a s'endetter pour produire comme en "occident" alors que leur mode de production etait tout fait suffisant pour leur marche local....Ce meme fmi qui s'est fait degager par l'argentine,voyant que ces mesures allaient aggraver la situation du pays....
Toutes ces institutions sont aux mains des puissants qui cree les regles deloyale de la "concurence libre et non fausse",de la dereglementation,de la speculation.On ne les pas vu sortir la tete pour ramener le secteur financier a la raison....Triste epoque,a la merci des lobbyies
Réponse de le 29/10/2012 à 17:28 :
@rb : rassurez-vous ! Que ce gouvernement continue sa politique de destruction massive (restaurateurs et autres entreprises !) .. on sera bientôt à 4 millions de chômeurs, et le FMI et ses exigences, il faudra bien vous y faire ! ...patience ...!
a écrit le 29/10/2012 à 17:10 :
son ' pacte' ou les syndicats font la loi, et ou les autres acteurs pleurent et ramassent la savonette, je pense qu'il n'y croit pas lui meme ....
Réponse de le 29/10/2012 à 17:45 :
Lui même (moi : président ) il y a déja longtemps qu'il ramasse la savonette !!!
Il adore !!!
a écrit le 29/10/2012 à 17:10 :
Hollande semble ne rien comprendre. J'écoute les économistes, pour moi ils ne sont pas du tout impatients mais ils disent clairement que la politique de FH fait fausse route. Ils ne disent rien d'autre.
a écrit le 29/10/2012 à 17:06 :
Nous avons élu un président et un 1er ministre qui semblent complètement vivre à côté du monde réel, et sont incapables de prendre les bonnes décisions, c' est à dire réduire très fortement les dépenses de fonctionnement de cet état gigantesque.Incapables d' apporter les solutions que d' autres pays voisins mettent en place, c' est à dire restructurer profondément la France qui vit très au-dessus de ses moyens.
Sans réformes profondes de structures, nous allons tout droit dans le mur avec un chômage qui explosera en 2013.
a écrit le 29/10/2012 à 16:49 :
Le monde politique (dans son ensemble) fait tout pour que le bateau coule, et après feint de s'étonner. C'est à mourir de rire!! Heureusement que les gens du FMI sauront remettre de l'ordre en France!!
Réponse de le 29/10/2012 à 17:08 :
Il faut être bien naîf pour imaginer que Mme Lagarde ex esqualité de misitre organisatrice du déclin de la France puisse un jour être capable de reconnaître ses fautes envers la nation française !! Miloo, vous êtes M Fillon ou M Copé, ou un avatar des 2 peut être ?
Réponse de le 29/10/2012 à 19:47 :
Je n'ai pas une admiration folle pour Mme Lagarde, mais je ne vous suis pas lorsque vous en faites l'organisatrice du déclin de la france. C'est un titre un peu grand pour elle!! Lorsque je parle du FMI, je veux dire que la faillite est garantie dans une dizaine d'années. Ainsi, notre cast au pouvoir sera mise sous tutelle comme elle le mérite.
a écrit le 29/10/2012 à 16:42 :
Pauvre Président Normal, il n'a rien compris ou plutôt après toutes les mesures de démolition des lois et décrets SARKOZYEN il n'a plus aucune marge de manoeuvre pour en plus alléger le coût du travail, ajoutée aux quelques 32 milliards d'euros de prélèvements nouveaux dont 12 sur les entreprises. Donc avec le rapport Gallois ce sera une grande explication sur le "temps nécessaire" on va essayer de trouver quelques économies à faire sur CINQ ANS, en attendant un remède Oméopathique insuffisant, le malade France va continuer de s'affaiblir donc + de chômeurs, + de faillites d'entreprises et en fin de compte un mécontentement qui risque bien de devenir de la colère.
a écrit le 29/10/2012 à 16:37 :
Il est têtu avec son pacte de compétitivité,on ne verra le résultat que dans 3 ou 5 ans,il faut réagir vite et ne pas s'endormir sur des problèmes de vote des étrangers ,ou de port du voile ou du mariage des homosexuels,il y a urgence notre pays est au bord de la faillite ,et ils passent leur temps à des problèmes secondaires ,prenez le taureau par les cornes TVA et CSG sont les seuls moyens pour s'en sortir,mais non Hollande a peur de blesser son électorat,dans 6 mois il sera trop tard,je comprend maintenant le terme "une gauche molle"
a écrit le 29/10/2012 à 16:28 :
il va falloir qu'il se décide enfin à faire des économies mais, s'il attend que les municipales soient passées les marchés financiés vont certainement le prappeler à l'ordre il a beau les critiquer mais en fin de compte heureusement qu'ils sont là
a écrit le 29/10/2012 à 16:26 :
Effectivement les charges sur les salaires sont excessives, et si déjà on les rendait plus voyante en simplifiant la fiche de paie : une ligne : coût total à l'employeur / une ligne pour le total des charges pesant sur le salaire / une ligne pour la somme nette réellement payée à l'employé : là chacun verra combien lui coûte les prélèvement sur salaire !! Mais en plus, ça ne suffira pas : Tant qu'on ne remettra pas à plat le code du travail et les conventions collectives qui sont un maquis incompréhensible pour les salariés comme pour les employeurs, tant qu'on ne mettra pas en place une progressivité de l'IS (actuellement: il est même dégressif dans la réalité), tant qu'on ne simplifiera pas les contrats de travail pour n'enconserver qu'un seul : le CDI (mais celui-ci doit devenir révocable par le salarié comme par l'employeur, avec indemnités à la clef, définie à l'avance et non contestable, ... bref : tant qu'il n'y aura pas une simplification à l'embauche, RIEN évoluera !!! (j'oubliais : il faut supprimer les effets de seuil des 10,20,50 et 100 salariés en les rehaussant à 15,30, 80 et 150 !!
a écrit le 29/10/2012 à 16:26 :
Il est
a écrit le 29/10/2012 à 16:22 :
Par son mode d'organisation, que ce soit l'UMP ou le PS, le monde politique ne comprend plus grand chose à nos préoccupations.
Ils font du spectacle (pain au chocolat de COPE contre UMP-FN de DESIR) pour créer l'envie aux énervés des 2 camps de voter pour l'un ou l'autre et ainsi vivre tranquillement dans les dorures de la république.
Réponse de le 29/10/2012 à 19:51 :
@democratix, je suis pour une fois d'accord avec vous. Il n'y a rien à attendre de ceux qui nous ont mis dans cette situation. Strictement rien. Toute politique visant à supprimer les métastases est vouée à l'échec. Regardez comment les députés ont refusé la fiscalisation de leurs indemnités!!!
a écrit le 29/10/2012 à 16:18 :
comme au cirque, vive la compétition ! que le meilleur gladiateur gagne
a écrit le 29/10/2012 à 16:16 :
Amusant.
Les auditeurs? Christine Lagarde, du FMI, Pascal Lamy, de l'OMC, Angel Gurria, de l'OCDE, Jim Yong Kim, de la Banque mondiale et Guy Ryder, le directeur général de l'OIT..., Bref, les représentants d'institutions mondialistes (OIT, OCDE), prédatrices (FMI, BM), extrèmement louche (OMC), sont allés convaincre Flamby (à coté de la plaque) qu'il faut exploiter un peu plus le prolo, sinon c'est la (leur) cata !
Ca va faire avancer les choses, ça!
Réponse de le 29/10/2012 à 17:34 :
Ils ne sont pas allés le convaincre de quoi que ce soit : ils l'ont simplement informé que si Flamby ne faisait pas le nécessaire pour alléger ENFIN les charges qui pèsent sur les Français en général et sur les entreprises en particulier, la France va s'enfoncer dans la crise, et quand ce gouvernement n'aura plus le choix, ce seront alors les organismes prêteurs, FMI en tête, qui dicteront leurs conditions ! Avis aux amateurs : si vous continuez comme cela, vous savez ce qui attend les Français .. ce n'est pas un chantage à quoi que ce soit ni ni une demande : c'est une analyse factuelle d'une réalité que vous (et le gouvernement) ne voulez manifestement pas voir en face !!! Bon courage ...et patience !
Réponse de le 29/10/2012 à 18:33 :
@lyon69
Oui bon courage bon courage!.....ne vous inquiétez pas, lorsque le navire va sombrer; le capitaine et l'équipage seront dans les chaloupes , bien au sec, et déja, ils seront bien éloignés de l'épave en train de sombrer avec les passagers dedans!.
a écrit le 29/10/2012 à 16:13 :
et voila demain je rase gratis, revenez dans 5 ans pas avant.... je fais ce que je veux et pis na.... le capricieux a parle et n'a sutout pas ecouté. je ne reformerais pas, je ne ferais rien sauf vider les bas de laine des français.
moi et mes ministres avons raison et vous (tous le monde) pas.
a écrit le 29/10/2012 à 16:12 :
Plus possible d'investir et de créer de l'emploi dans ce pays usé, surcharges fiscales et sociales, code du travail dangereux. Fiscalité punitive et confiscatoire en cas de réussite : le P.S n'aime pas les "riches" fiscalité à 75% ( 90 à 100% ou plus des revenus, avec csg isf impots locaux) Que les entreprises qui le peuvent, délocalisent leur siège, avec cadres dirigeants, cerveaux, à Londres, Dublin, Luxembourg, Bruxelles, Genève, Zurich. Les écoles Privées Françaises, sont déjà submergées de demandes d'inscription, pour mutation de l'Entreprise Française sur-imposée, et paralysée par la législation. Et impots confiscatoires à 75 à 110% des meilleurs éléments de l'encadrement, et des cerveaux.
a écrit le 29/10/2012 à 16:06 :
Il. Leur a promis qu'il ferait de nouvelles hausses d'impôts et qu'il embaucherait des fonctionnaires. C'est sa stratégie !
a écrit le 29/10/2012 à 16:04 :
Euh euh euh...!
Réponse de le 29/10/2012 à 17:23 :
quand on sait pas penser on insulte
Réponse de le 29/10/2012 à 17:37 :
Où est l'insulte ?? "Moi president Flamby" ne fait que mettre en exergue l'indécision d'un président qui, lorsqu'il reçoit des rapports qui ne brossent pas dans le sens du poil, s'empresse de les classer sans suite, pour ensuite demander patience à des économistes qui ne demandent pas d'accélérer ..; mais de faire demi-tour !!!!
a écrit le 29/10/2012 à 15:57 :
Il n'y a que laTribune pour en parler encore aujourd'hui tellement c'est insignifiant aux yeux de tout le monde. Agence gouvernementale?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :