Réactions au rapport Gallois : entre désamorçage, mises en garde et appels à réduire le coût du travail

 |   |  1365  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le rapport de l'ex-patron d'EADS sur la compétitivité de la France a enfin été dévoilé en intégralité ce lundi. A gauche comme droite, chez les syndicats et les entrepreneurs, les réactions n'ont pas tardé à se faire entendre. La Tribune fait le point.

Louis Gallois a enfin remis son rapport. Les commentaires n'avaient pas attendu ce moment pour fuser. François Hollande a pris les devants en évoquant le document dans la matinée. Sa publication officielle était surtout l'occasion, chez les entrepreneurs, les syndicats et de chaque côté de l'échiquier politique de rappeler des positions et éventuellement de proférer des mises en garde. A gauche et chez les syndicats, il s'agissait de désamorcer la bombe du "choc de compétitivité" préconisé par Louis Gallois en égratignant le recours à la baisse massive des cotisations patronales et salariales. Les entrepreneurs, à l'inverse, réclament au gouvernement qu'il retiennent la proposition du commissaire à l'innovation qui vise une réduction des "charges".

? Entrepreneurs : la baisse des cotisations, une "urgence"

Les entrepreneurs, de leur côté, veulent à tous prix préserver la proposition visant à réduire des cotisations sociales. Depuis plusieurs semaines, ils n'en démordent pas. Pour Guillaume Cairou, président du Club des Entrepreneurs, ce devrait être la priorité du gouvernement. Dans un texte communiqué envoyé par courriel, il détaille longuement les différences entre la France et l'Allemagne à cet égard. Ensuite, il retient principalement trois points du rapport Gallois : la nécessité de réduire les dépenses publiques, la mise en place d'une TVA "compétitivité", dont il regrette l'abandon au profit d'une hausse supposée de la CSG, et la simplification des démarches administratives.

"On a un problème grave de coût du travail" a de son côté insisté à l'AFP Olivier Duha, le président de l'association CroissancePlus. Ce dernier, qui s'était également engagé en marge du mouvement des Pigeons, a surtout critiqué le gouvernement taxé d'avoir été "assez décontracté sur un sujet assez grave".

? Syndicats

Force ouvrière (FO) a donné le ton. dans un entretien au Parisien-Aujourd'hui en France, Jean-Claude Mailly, son secrétaire général, a prévenu que la compétitivité "n'est pas un problème de coût du travail". Et d'indiquer que si le choix du gouvernement devait déplaire à son organisation, il appelera à battre le pavé. "S'il faut mobiliser, on n'hésitera pas", a-t-il lâché.

>> Compétitivité :  "ce n'est pas un problème de coût du travail (Jean-Claude Mailly)

La CGPME, de son côté, a demandé au gouvernement de ne pas traîner pour baisser le coût du travail. Sur RTL, Jean-François Roubaud a souhaité qu'"on [n'] attende [pas] fin 2013 pour prendre ces mesures qui sont essentielles, y compris pour le moral des entreprises".

Le secrétaire confédéral de la CGT, Mohammed Oussedik a été dans le sens de FO, en affirmant sur I>Télé: "Dans ce rapport, on s'entête encore à lier la compétitivité des entreprises et de l'industrie à la baisse du coût du travail et, selon nous, ça, c'est une faute, c'est une erreur parce que la compétitivité des entreprises n'est absolument pas liée au coût du travail dans ce pays."

? Au centre et à droite, Hollande appelé à mettre en oeuvre le rapport

Jean-François Copé s'est empressé d'"approuver totalement" les recommandations de l'ex-patron d'EADS. Pour le secrétaire général de l'UMP, celles-ci "correspondent exactement à ce que nous souhaitons pour l'économie, (...) à ce que nous avons initié avec Nicolas Sarkozy tout au long des années qui viennent de s'écouler". Qu'il s'agisse de "la baisse massive des charges sur le travail", le "crédit impôt innovation", le "Small business act pour les PME", le "développement de l'alternance", le "droit individuel à la formation ou encore le soutien à l'exportation, Jean-François Copé a perçu dans ces mesures le coup de fouet dont la France aurait besoin pour devenir à nouveau compétitive. A ses yeux, François Hollande "est maintenant à la croisée des chemins, c'est un véritable tournant de son mandat".

 

De son coté, Gilles Carrez, président UMP de la commission des Finances de l'Assemblée, a regretté que le gouvernement ne laisse pas plus de temps pour débattre de ce rapport : "Sur ces sujets qui sont quand même très précis on a besoin d'une discussion et ce que je regrette c'est que dès demain le gouvernement tranche sans qu'il y ait aucune discussion. Or, sur des sujets aussi importants on pourrait avoir, me semble-t-il, une approche non partisane, un travail constructif entre la majorité et l'opposition" a-t-il déclaré.

Valérie Pécresse, l'ancienne ministre du Budget, a évoqué un "rapport de la dernière chance". Elle a appelé François Hollande à prendre le virage de la croissance et de l'emploi" et "à mettre en oeuvre ce rapport" lors d'une interview sur LCI.

Dans un tweet, François Bayrou, numéro 1 du MoDem, a indiqué qu'il s'agissait d'un moment décisif pour le quinquennat de François Hollande.

 

? Montebourg critique les gouvernements de droite

Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, a estimé lundi après-midi que ce rapport était "un réquisitoire cinglant pour les dix années de gouvernements de droite", jugeant qu'ils n'avaient "rien fait pour l'industrie française". Le ministre a encouragé "tous les Français" à lire le rapport rendu par Louis Gallois, le qualifiant de "leçon d'optimisme". Les propositions du rapport Gallois en faveur de la compétitivité sont "engageantes" pour l'exécutif, et "désagréables" pour la droite, a déclaré lundi le ministre du Redressement productif.

? L'avertissement de l'aile gauche du PS sur la CSG ou la TVA

Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice socialiste prévient : pour l'aile gauche du PS dont elle fait partie une éventuelle hausse de la CSG ou de la TVA entraînerait une réaction "très négative". " L'idée selon laquelle le coût du travail plomberait notre compétitivité ne tient pas", a-t-elle par ailleurs affirmé dans une interview à l'AFP. Cette dernière en veut pour preuve qu'en "Espagne, les salaires ont été réduits de 30%, et l'économie s'enlise de plus en plus".

A une réduction de la protection sociale, l'élue de Paris préfère une "meilleure" répartition de son financement. Pour elle, "Les grandes entreprises sous-traitent beaucoup. Mais elles réalisent beaucoup de valeur ajoutée. Ce n'est pas le travail, mais cette valeur ajoutée qui doit servir de base de calcul aux cotisations".

? Le PC "connaît la chanson"

Le Parti communiste a tiré à boulets rouges sur le rapport Gallois. Dans un communiqué, il y voit la "même vieille rengaine qui nourrit les grands groupes sur le dos des salaires et l'emploi". Pour le PCF, le rapport, qui prône "le besoin d'abaisser les cotisations sociales patronales", aurait été "écrit sous la dictée du Medef". "On connaît la chanson!", cingle le communiqué.

? Terra Nova renvoie à ses propositions

Le "think tank" Terra Nova renvoie de son côté à son propre rapport produit par l'ancien patron de Renault Louis Schweitzer ainsi qu'Olivier Ferrand, le fondateur de ce groupe de réflexion décédé au mois de juin. Cette étude préconisait notamment de créer une Banque publique d'investissement pour les régions, ce qui est en passe d'être fait. Il était aussi question de mettre l'accent sur les investissements, ainsi que la mise en place d'une politique européenne de compétitivité.

? Un rapport "pédagogique"?

Jacques Attali, qui s'exprimait dans un tweet, soutenait avec distance le travail de Louis Gallois. 

 

Sur Canal Plus, l'ancien conseiller de François Mitterrand a parlé de texte "pédagogique", dont la mesure principale n'est pas la réduction du coût du travail mais plutôt les mesures visant à soutenir la formation professionnelle. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/11/2012 à 20:33 :
tout à fait d'accord avec jean claude mailly....FO et cgt main dans la main.....;-)
a écrit le 05/11/2012 à 18:49 :
Que ce rapport clef puisse, en l'absence de toute concertation, se transcrire en mesures autoritaires moins de 48 heures après sa remise (et sa lecture dans l'avion par M. Le Président de la République) en dit long sur le détachement par rapport au réel de l'équipe aux manettes, de son impréparation à diriger ou de son aspect "godillot" affirmé....
a écrit le 05/11/2012 à 16:52 :
Rien compris, rien appris." Lui président", reste dans le déni de réalité. Comment peut on commander tant de rapports, écouter beaucoup, et ne rien comprendre, ni savoir décider. Mensonges et hypocrisie, ou pure bêtise ?
Réponse de le 05/11/2012 à 17:52 :
c exatement ce qu'a fait sarkozi en 2007 POINT
a écrit le 05/11/2012 à 16:34 :
Rien compris, rien appris, déni de réalité et amour des usines à gaz. Soit bétise, soit hypocrisie, En tout cas absence de courage et de vision claire.
Réponse de le 05/11/2012 à 16:47 :
"GFPGFP" ... Mettez PFG comme pseudo, ca vous ira bien, ca fait Pompes Funaibres Générales !!!
Réponse de le 05/11/2012 à 22:06 :
@ PFG: funèbres et non funaibres ! Vous avez fait le deuil de l'orthographe...
a écrit le 05/11/2012 à 16:17 :
Rapport Gallois sous Hollande, rapport Attali sous Sarko : même combat, c'est à dire aucune mesure prise !!!
a écrit le 05/11/2012 à 16:13 :
Est-ce que ENCORE UNE FOIS, la Gauche (du PS) n'aurait rien compris à l'économie ? ......
Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice socialiste prévient : pour l'aile gauche du PS dont elle fait partie une éventuelle hausse (...) de la TVA entraînerait une réaction "très négative". " Puis de préciser aussitôt : "Les grandes entreprises sous-traitent beaucoup. Mais elles réalisent beaucoup de valeur ajoutée. Ce n'est pas le travail, mais cette valeur ajoutée qui doit servir de base de calcul aux cotisations".
... ET COMMENT CA S'APPELLE, CA; SI C'EST PAS DE LA TVA ????? ( Taxe sur la Valeur Ajoutée : peut-être faut-il le traduire pour Mme Lienemann !!! )
Réponse de le 05/11/2012 à 18:39 :
Ce n'est pas clair, mais la TVA est un impôt payé par le consommateur final ! pas par les entreprises...
Mais Mme Lienemann n'est pas très claire dans ses propos.
Réponse de le 05/11/2012 à 19:45 :
Parce que vous croyez que la TVA est la SEULE taxe qui est répercutée sur le prix de vente du consommateur finale ??? Mais qu'attend -t-on pour tripler l'IS, doubler les charges patronales sur les salaires et multiplier par 10 les impôts locaux sur les entreprises !! .. je crois que vos notions de l'économie d'entreprise sont un peu limitées... aussi vais-je préciser que mes suggestions font parties d'une antiphrase !
Réponse de le 05/11/2012 à 22:18 :
Mme Lienemann est une proche du Front de Gauche, donc totalement incompétente sur l'économie...
a écrit le 05/11/2012 à 15:47 :
Un rapport pour appliquer le programme de Sarkozy et que Hollande prépare une bonne propagande.
Réponse de le 05/11/2012 à 16:33 :
sarko c fini le plus mauvais que la france a eu sa fait froid dans le dos de reparler de ce type ce petit neuveux quelle horreur
a écrit le 05/11/2012 à 15:41 :
supprimons déjà les permanents syndicaux payés par les grosses entreprises genre hopitaux edf etc etc mr mailly à surtout peur à ses avantages les entreprises il s'en fout mais pas d'entreprise plus de travail le 1% de nos factures au ce edf quel honte
a écrit le 05/11/2012 à 15:39 :
Où peut on trouver l'intégrale du rapport ? J'ai très envie de me faire une opinion sans avoir besoin de lire les commentaires orientés des journalistes.
Réponse de le 05/11/2012 à 17:54 :
http://www.gouvernement.fr/premier-ministre/remise-du-rapport-sur-la-competitivite-de-l-industrie-francaise
a écrit le 05/11/2012 à 15:38 :
Un "rapport" fait par un ancien haut fonctionnaire (1,91m) de succroit ancien patron de la SNCF dont tous les utlisateurs (usagers) connaissent "l'extraordinaire" réussite,je fais un classement vertical illico-presto.On se FOUT du monde!

@ Gallois. Ce n'est pas un choc Monsieur qu'il faut, mais des coups de pieds au c.. en forme de révolution.
Réponse de le 05/11/2012 à 18:59 :
Voilà une attitude bien française: vous n'avez certainement pas lu ce rapport et vous vous permettez des attaques "ad hominem" ridicules. Votre propos est d'urgence à mettre au cabinet d'aisance.
a écrit le 05/11/2012 à 15:36 :
Ce rapport est un coup d'épée dans l'eau pour plusieurs raisons car la compétitivité de la France ne pourra être restaurée :

- qu'en utilisant des taxes aux frontières sur les produits importées afin de jouer franc-jeu avec les autres pays du monde. On ne sera jamais aussi compétitifs que la Roumanie, l'Inde ou la Chine.
- qu'en utilisant une monnaie adaptée à notre compétitivité intrinsèque. L'euro est trop fort pour l'industrie française mais est à la bonne valeur pour l'économie allemande. Il faut choisir. Et je rappelle que nous ne sommes ni des Allemands, ni des Bulgares, ni des Polonais.

Enfin, la cerise sur le gâteau :
- La formation professionnelle, c'est le nouveau marché de niches que "les copains d'Attali" ont déjà saisi depuis plusieurs années. Plus qu'à le développer pour se gaver comme des cochons...
Les sociétés de "formation professionnelle" sont bizarrement en grande partie détenues par la communauté organisée.

Allez on s'arrête là pour aujourd'hui. La blague est terminée, d'ici quelques années les Français seront dans la rue (pour de vrai).
Réponse de le 05/11/2012 à 16:19 :
C'est pas dans la rue que l'on sera mais en dehors de l'euro !
a écrit le 05/11/2012 à 15:26 :
On pourrait pas d'abord le lire ce rapport avant de faire tous ces articles et tous ces commentaires
Réponse de le 05/11/2012 à 18:19 :
les regimes speciaux sont la plus gande INJUSTICE de notre pay s
a écrit le 05/11/2012 à 15:15 :
suppression immediate des regimes SPECIAUX
Réponse de le 05/11/2012 à 15:27 :
comme si les régimes spéciaux étaient un cout important pour la collectivité!pensez plutot a taxer les grands patrons gavés d'aides publiques
Réponse de le 05/11/2012 à 15:29 :
Suppression de toutes indemnitées allouées au anciens élus de la république pour lesquels il n'y a aucune reconduction de leurs attributions car non reconduit par suffrage,
Réponse de le 05/11/2012 à 15:35 :
C'est bon, la suppression du tarif EDF à 10%, pour ses salariés/retraités n'est pas dans le rapport ! J'avais peur de devoir couper le chauffage de ma résidence secondaire...
Réponse de le 05/11/2012 à 15:36 :
La suppression des régimes spéciaux ne rapporterait rien à la collectivité nationale, car ceux ci sont financés intégralement par les entreprises pour leurs employés. C'est un salaire différé. Mettons sur la table tous les avantages de toutes les professions, vous verrez que ce ne sont pas eux qui sont les plus privilégiés. Avez vous observé les personnes qui payent en liquide au supermarché ? Ce ne sont pas des salariés pour lesquels tous leurs revenus sont soumis à l?impôt.
Réponse de le 05/11/2012 à 15:46 :
@gerardvertou TOTALEMENT FAUX LES REGIMES SPECIAUX SONT SUBVENTIONNES PAR L'ETAT
Réponse de le 05/11/2012 à 15:51 :
Beaucoup des personnes qui paient en liquide au supermarché le font car ils n'ont plus de chèquiers ou de carte bancaire
Réponse de le 05/11/2012 à 16:21 :
gerardvertou a raison sur un point : mettons sur la table tous les aventages de toutes les professions !! ... il faut un contrat UNIQUE (plus de CDD, ..ni d'emploi à vie de fonctionnaires), plus de niches sociales (et oui: encore des niches à supprimer) telles que tarifs réduits sur électricité, telles qu'absence de jours de carence, telles que prime de charbon pour des conducteurs de TGV, etc !! Un contrat de travail unique, type CDI, révocable moyennant indemnités selmon l'ancienneté, et sûr juridiquement !!! moi je dis BANCO à gerardvertou !
Réponse de le 05/11/2012 à 16:22 :
tout a fait d'accord avec MATHEO: de plus le ce edf celui de la sncf de la ratp bref tout c priviléges revu de fond en comble
apres suprimer la moitité de députés 537 pour rappel 400 au usa pour 300millions des pers idem pour les sénateurs pour rapel nous 400 env les USA 100 pour 300millions des pers chercher l'erreur sans compter les régions ou des gens sont payer a cumuler à l'assemblée mettre une simple cantine pas un menu gastronomique payer quelques E ET PAS DE GRAND CHEF POUR faire leurs cuisine
et j'en oublie déja LA au lieu de nous faire payer une dette qui n'est pas la notre le fric à récupérer et énorment sans rapport de gallois qui a du aussi passer a la caisse ont peu trouver des sous
par contre pour avoir eu 3 supermarchés trés peu de gens paie en liquide
Réponse de le 05/11/2012 à 22:12 :
@ Gigi: l'électricité en France est la moins chère d'Europe ! Arrêtez de vous plaindre surtout pour un ancien commerçant....
a écrit le 05/11/2012 à 15:09 :
Un rapport Gallois mal engagé : La première condition pour qu?un débat et un rapport soient utiles, c?est que le débat et le rapport soient bien orientés sur le sujet central et essentiel. Il est mal choisi ce débat sur les couts salariaux comme solution centrale pour réindustrialiser....Serait-ce une erreur de diagnostique, un faux débat, qui ont conduit au rapport sur la compétitivité présenté par Louis GALLOIS, né d'une nouvelle pensée unique erronée, ou orchestrée, qui pollue l'économie ?--/--La réponse est oui, débattre en priorité sur les bas couts salariaux est une erreur, et pour démonstration, en octobre 2012,le constructeur de voitures aux plus bas couts salariaux, Dacia connaît le plus fort recul de ses ventes, moins 25,2%....La compétitivité d'une entreprise, d'un groupe d'entreprises, ou d'une filière industrielle ne se mesure pas au seul paramètre des couts de main d'?uvre....C'est plutôt la composante contenu et innovation, avance technologique, adéquation des produits proposés dans les marchés internationaux qu'il convient d'analyser....
http://www.sylevra.com/observatoire-industries.htm
Réponse de le 05/11/2012 à 15:59 :
La 1ère chose à faire, c'est de passer des 35 au 39 Heures. Quand on fafrique 39 produits au lieu de 35, il est possible de vendre moins chère ou exporter davantage ( le déficit commercial est un problème majeur à résoudre par une augmentation des exportations) . Ceci diminuerai le coût pour les entreprises, en contre partie de ne pas augmenter la CSG et la TVA pour les particuliers.
Réponse de le 05/11/2012 à 16:45 :
"JJ", vous abordez un faux problème. Absolument rien n'interdit de faire 39heures par semaine, et il est possible de monter à 48Heures par semaines. Il semble que plus de 1 salarié sur 2 travaille 39heures par semaine. Alors ce n'est pas en fabriquant des pauvres plus pauvres que les pauvres que la consommations de vos produits services vont pouvoir être acheté, consommés, utilisés ... FAUT PAS VOUS TIRER UNE BALLE DANS LES PIEDS si vous voulez pas boiter !!!
Réponse de le 05/11/2012 à 17:57 :
désolé ce n'est pas un faux problème
il faut avoir le courage de constater que la France ne travaille pas assez

il serait judicieux de revenir â 39h payées 35 c'est à dire tout simplement au statut antérieur et de supprimer les RTT
puis de travailler un ou deux jours gratuitement pour financer la dépendance .....
et il resterait encore beaucoup de jours de vacances....sans parler des arrêts de
maladie de complaisance
et en contrepartie pas de TVA supplémentaire ni de cette horreur de CSG

et les Français se porteront mieux LE TRAVAIL C'EST LA SANTÉ
Réponse de le 05/11/2012 à 18:47 :
"clovis" probalement un NANTI qui voudrait faire l'appologie de l'esclavage, "clovis" ne voit pas la misère des ouvriers qui se lèvent tôt voir travaillent la nuit pour travailler et gagner la misère. Aujourd'hui avec un smic, les ménages ne peuvent plus vivre et élever leurs enfants. Personen n'a rien à gagner à produire des pauvres.
Réponse de le 05/11/2012 à 22:16 :
Pour relancer la compétitivité coût, sans perte de pouvoir d'achat, il faudrait que les salariés et les fonctionnaires renoncent à leurs RTT et travaillent 7 jours de plus sans hausse de salaire.
Réponse de le 06/11/2012 à 6:59 :
en utilisant les arguments falacieux dévellopés à l'encontre des professions de santé(études patées par l'état,donc travail peu rémunéré et obligations d'installation),on fait travailler les chomeurs dans les collectivités:voirie,surveillance scolaire,etc...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :