Dépenses publiques : où le gouvernement va-t-il couper ?

 |   |  812  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Alors que Jean-Marc Ayrault annonce de nouvelles économies sur les dépenses, Bercy refait ses calculs: la protection sociale représente 57% de la dépense publique, selon les derniers chiffres officiels. Est-il possible de diminuer les crédits publics sans y toucher? François Hollande peut-il assumer une remise en cause du modèle social?

Jusqu'où aller dans les économies sur les dépenses publiques? Jean-Marc Ayrault a annoncé mardi 10 milliards d'euros de réductions de crédits supplémentaires, en sus des 50 milliards prévus d'ici à 2017. Le monde de l'entreprise, tout comme Bruxelles et les organisations internationales (OCDE), se félicite de ce signal. La France n'est-elle pas l'un des pays au monde où la dépense publique est la plus élevée, en proportion de la richesse nationale (56% du PIB). N'est-ce pas là une anomalie intenable? Le redressement du pays passe par un amaigrissement de l'Etat, répètent les éditorialistes. Idée sous-jacente : dans les ministères, on dépense à tout va. L'Etat embauche et multiplie les crédits inutiles.
Les données officielles, contenues notamment dans le dernier rapport de Bercy sur la dépense publique, annexé au budget 2013, obligent à nuancer cette approche. Si l'on considère avec un peu de recul l'évolution du problème, depuis 1978, deux postes expliquent principalement le passage des dépenses des administrations de 45% à 56% du PIB : les intérêts payés sur la dette (+1,6 point) et surtout, de très loin, les prestations sociales, qui ont augmenté de 7,4 points de PIB.

La protection sociale à l'origne de la hausse
Les dépenses de fonctionnement courant n'ont pas bougé (toujours en pourcentage du PIB), et la masse salariale correspondant à la rémunération des fonctionnaires, toutes administrations confondues, a progressé de 0,7 point. Ce n'est donc pas le train de la vie de l'Etat, selon l'expression consacrée, qui est en cause, mais l'ensemble des dépenses sociales.
Hors santé, la protection sociale représente 42,6% des dépenses, selon Bercy. Si l'on ajoute le secteur médical, le «social » atteint 57,3% du total de la dépense publique.
C'est, pour l'essentiel, parce que le système d'assurance sociale est plus largement qu'ailleurs de nature publique, que la dépense est plus élevée en France. Dans les pays anglo saxons, on paie moins d'impôts, mais le coût de l'assurance maladie, par exemple, n'en est  pas moins lourd. Son financement repose simplement sur le privé. De même, le système français de retraite fait très peu appel au privé : voilà pourquoi il représente 13% du PIB, alors que dans des pays comme la Grande-Bretagne, les pensions versées par l'Etat ne constituent qu'un filet de sécurité pour les plus pauvres.

57% des dépenses publiques sanctuarisées
Dès lors que ce sont les dépenses sociales qui ont le plus augmenté, il serait logique de s'attaquer à celles-ci, pour tout gouvernement voulant diminuer la dépense publique... sauf que, bien évidemment, c'est politiquement très difficile.  Pourquoi Nicolas Sarkozy, qui voulait vraiment s'attaquer au dossier, qui a fait appel à des cabinets de consultants, spécialistes du « cost killing », n'est-il parvenu qu'à une réduction de 7 milliards de la dépense, sur un total de 1.100 milliards ? Parce qu'il avait exclu de la fameuse RGPP toute la sécurité sociale, et les dépenses d'intervention de l'Etat, souvent à caractère social. « Nous sommes allés aussi loin que possible dans les économies sans remise en cause du modèle social », a pu dire l'un des conseillers de l'ex chef de l'Etat.
C'est toute la question qui est posée aujourd'hui au gouvernement Ayrault, qui souhaite accélérer la cadence dans la maîtrise, voire la réduction des dépenses. Est-il toujours possible de sanctuariser 57% des crédits publics ? Peut-on accentuer toujours l'effort sur une portion qui va devenir congrue?

La droite mal à l'aise
La droite n'est pas plus à l'aise sur ce terrain que la gauche. Interrogé sur les économies réalisables, le président UMP de la commission des Finances évoquait récemment le nécessaire retour au « un sur deux » (un fonctionnaire sur deux partant en retraite non remplacé), des restrictions sur les dotations aux collectivités locales, et une maîtrise des dépenses de santé. De quoi aller très loin ?

Baisser la rémunération des fonctionnaires?
Un récent rapport de l'inspection des finances, non publié, mettait en avant des une action sur les rémunérations des fonctionnaires. Un choix tenable ? Déjà, les effets des restrictions se font sentir. Selon Eurydice, une base de données officielles de la Commission européenne concernant l'éducation, seuls deux pays industriels ont diminué les salaires des enseignants du premier degré, depuis dix ans : le Japon et la France. Les effets sont évidents, sur la qualité des candidats aux concours, alors que toutes les organisations internationales mettent en avant l'impératif d'un système éducatif performant.
Il est bien sûr possible de rationaliser les structures, notamment s'agissant des collectivités locales. Le «mille feuilles » administratif conduit à des dépenses inutiles.
Mais il sera difficile, pour un gouvernement voulant réduire la dépense, de ne jamais toucher au système social.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2013 à 21:36 :
On a tous eu des morts pour la France dans nos familles parce que la bureaucratie d?en haut ne faisait pas son travail de préparer une guerre, ainsi Foch envoie les soldats contre des mitrailleuses. Le courage napoléonien et puis maginot. Mais là on nous envoie au chaos. On parle de déclin depuis longtemps. On sait que la France est sujette au déclin. Alors le suicide collectif, y en a pas marre ?
a écrit le 18/03/2013 à 20:41 :
On est en sous-investissement chronique? citation : « En 2010, le budget de l?Etat consacre à peine une dizaine de milliards sur 290 aux investissements et subventions d?investissement: 97% de dépenses de fonctionnement et 3% de dépenses d?investissement. Les économistes Jacques Delpla et Charles Wyplosz chiffrent à 400 milliards d?euros le retard d?investissement cumulé de la France sur la période (investissement public et privé). » Et pour le déficit pourquoi on n?augmente pas les impôts sur les riches ? Ils doivent payer 60 milliards tous les ans ! ça fait cher la pantoufle ! La cigale et la fourmi?
a écrit le 21/11/2012 à 20:04 :
L?augmentation des recettes devra compléter les économies sur les dépenses. La Cour recommande qu?elle porte en priorité sur la remise en cause des niches fiscales et sociales. Il pourrait aussi être envisagé d?augmenter le taux d?impôts à assiette large, par exemple la CSG ou la TVA, de préférence de façon temporaire.
a écrit le 21/11/2012 à 19:18 :
on en donne trop aux etrangers et ceux qui profitent du systéme social
a écrit le 21/11/2012 à 18:53 :
10 milliards d'economie, je peux vous dire que 7.5 milliard sont déja retirés du ministére de la défense pour 2013 , et ils ne diront rien eux , peut étre on sait pas
a écrit le 11/11/2012 à 12:46 :
je vais ... compléter (et rectifier une erreur d'orthographe d'un nom propre !)
Bien que de droite, je doute que l'on puisse attribuer cet état de dette au parti socialiste ou aux retraites et à la sécu ..! En fait, NOTRE déclin (celui de la France) à commencé edans les années 50, mais accentué début 70's lorsque le Président de l'époque a "vendu" la dette française (à l'époque gérée par la BdF) à la banque (Lazard) dont IL dirigeait la filiale française, PUIS, lors de l'euro, et enfin en 2009 suite à une gestion calamiteuse ..!
Donc ... la seule réponse est ... (faciiiIIiiile !!!)
La France s'endette non pas pour assurer des investissements long terme, ce qui serait justifié, mais majoritairement pour assurer des dépenses de fonctionnement ! C'est comme si les ménages s'endettaient pour payer leurs dépenses alimentaires !?!
Le déficit est un choix politique !!! l'Etat peut augmenter librement les impôts, et donc obtenir un budget équilibré. Si les recettes ne couvrent pas les dépenses et que celles-ci sont financées à crédit, c'est un choix VOULU par les "responsables politiques" depuis 40 ans (les fameuses 40 piteuses actuelles) !
Historiquement, c'est l'Etat qui crée la monnaie. Pourquoi ne pas retenir la loi Pompidou-Giscard de 1973 qui interdit à l'Etat de se financer sans intérêt auprès de la Banque de France (et non pas de banques privées) ?
Je m'étonne que les grands média ne traitent pas ce sujet pourtant essentiel pour la vie de tout citoyen français. Peut-être parce que cela donnerait raison à l'ensemble des français qui avaient voté massivement NON ?!?
a écrit le 11/11/2012 à 12:15 :
bien que de droite, je doute que l'on puisse attribuer cet état de fait au parti socialiste ..! En fait, NOTRE déclin (celui de la France) à commencé en 1972 (1 an avant le 1er choc pétrolier, et oui !) lorsque le Président de l'époque a "vendu" la dette française (à l'époque gérée par la BdF) à la banque (Lazare) dont IL dirigeait la filiale française !!! Vérifiez par vous-même, c'est très simple (comme dirait ma fille : Google est ton ami) ..!
a écrit le 11/11/2012 à 8:11 :
Les socialistes aiment tellement les pauvres qu'ils en fabriquent.
a écrit le 09/11/2012 à 21:44 :
Il y a deux choses tres simple a faire.... Comme le disais quelqu un plus bas, supprimer les officines administrative qui ne servent a rien (rapport de la cours des comptes) cout 50 milliards d euros- renforcez la lutte contre la fraude fiscale et sociales, j ai participé a un rapport de science po , le cout de la fraude s élève a 50 milliards d euros, rien que d embaucher des contrôleurs ils amortiraient leurs salaires en deux jours....mais voila d un coté les officines rendent service aux copains et de l autre c est tabou....
a écrit le 09/11/2012 à 19:00 :
il faudrait que le gouvernement lise la tribune et ces commentaires. Si cela n'est pas suffisant, il faudrait créer une association où on peut s'inscrire sur www.payeursdimpots.fr ou bien www.pourunefranceeconome.fr et alors les gens mettraient leurs propositions dans des blogs. Dans TOUS les domaines possibles (AUCUN tabou). Un peu comme une association de consommateur subventionnée par l'état. Hélas les politiques semblent perdre une relation avec les citoyens et on voit ce que cela donne en grèce. En allemagne il y a l association des payeurs d impots http://www.steuerzahler.de/Home/1692b637/index.html et autres organisations de citoyens qui reprennent un rôle et créent un contrepoids car les politiques deviennent ignorants. Il faudrait faire quelquechose de similaire en France.
Au moins on a latribune.fr
Réponse de le 09/11/2012 à 21:31 :
Si je te comprends bien, tu veux un site ou je pourrai demander que les élus cotisent, qu ils ne touchent pas de retraite au bout de 6 ans en cas de non réélection , mais qu ils soient au chômage comme nous autre quidam, qu ils ne puissent pas cumuler, que les contractuels de bercy super expert a 100 000 ? par mois soient payé sur la grille des fonctionnaire etc....croire que les politiques sont ignorants c est de la folie, ils protège simplement leur acquis...
a écrit le 09/11/2012 à 18:45 :
C est etrange cette manie de systématiquement parler de fonctionnaires quand on parle d économie. 50% des effectifs des collectivitées territoriales sont contractuels, donc agent du privé comme vous est moi. 80% des fonctionnaires des collectivitées territoriale sont au smig pour 30 ans....la retraite d un fonctionnaire c est sur son budgétaire, c est a dire 800 ? pour ma belle mere chef de cuisine pendant 40 ans. Et sinon, quand parlerez vous de ces sommes astronomiques englouties en aide par les boites privés? Ces aides que les collectivités versent pour soutenir les sociétée etc...Vous le savez peut etre pas mais vous etes peut etre fonctionnaire sans le savoir quelque part....la majorité d entre vous ne connaissent absolument rien et font un amalgame terrible sur la fonction publique, certains pensent j en suis certain que les hommes politiques sont fonctionnaire...
Réponse de le 09/11/2012 à 19:18 :
80% des hommes politiques sont issus de la fonction publique et on sait pourquoi, en cas d'échec, ils retrouvent leur employeur d'origine, c'est une inégalité majeure entre les citoyens.
La différence entre la fonction publique et le privé, c'est le lien entre l'activité et le cout de celle-ci. Dans le privé, on ne peut pas dépenser plus que la valeur produite diminuée des impôts, dans le public on peut dépenser sans compter, évidemment il y a du non chiffrable: policier, juges, enseignants soignants , mais les autres n'ont aucune raison d'etre protégés..
Réponse de le 09/11/2012 à 20:46 :
Un homme politique est payé comment : par la marge qu'il réalise ? la chiffre qu'il réalise , la richesse qu'il crée ? non il est payé avec la manne publique , pas la peine de louvoyer et de prendre le contribuable pour un niaille : tout ce qui est payé par l'impôt du secteur marchand est fonctionnaire !
Réponse de le 09/11/2012 à 21:25 :
Je ne reviens pas sur les hommes politiques car en dehors du fait qu ils ne sont pas fonctionnaires, vous avez raison. Mais pour le reste vous n avez une idée reçue totalement faussée de la réalité. Un exemple l eau, reprise en municipalité a veolia, résultat : baisse du prix et aucune perte, énormément de service administratif en France sont géré comme des société privé avec aucune pertes financière. En oute ces administration font vivre en emploi indirect des centaines d artisans et pme... Vous mettez dans le mme panier elus, agent, contractuel, service des élections hôpital, police, pompier, epci ccas etc....si vous confondez administration et politique.... Enfin enjoy, je finirait par te dire que beaucoup d établissement public ne sont pas subventionné et s auto gere....sinon les sociétés du privés financé avec l impôt sont aussi fonctionnaire ?
Réponse de le 11/11/2012 à 11:50 :
@Loupio+@Enjoy- Tout à fait d'accord : c'est trop facile de taper sur les fonctionnaires ! Ils servent les concitoyens, n'ont pas les salaires des secrétaires de l'UE (4.000 à 8.000?/ms), pas des retraites de ministres français, tout le monde s'accorde à baver sur eux... à commencer par les politiques.
Je veux bien contribuer à leurs salaires : c'est tout à fait normal. Mais que dire d'EDF-GDF, aujourd'hui sociétés de droit privé ?... et bien sur chaque facture on continue à payer une contribution à leurs retraites ! C'est pas abusif ça ?
a écrit le 09/11/2012 à 17:02 :
il faut taper fort pour que ça rapporte vraiment: suppression de la CMU pour les sans papiers , chomage 12 mois maxi et 3000 ? maxi degressif dans la durée ! non remplacement d'un fonctionnaire sur 2, y compris dans les territoriaux ; suppression des sous prefectures et de la moitié des départements à inclure dans les regions , baisse de 20% des aides aux regions ; supprimer le senat sans pouvoir et reduire le nombre de députés ! reduire les officiers (650 géneraux ! )et les soldats de retour d'Afghanistan à integrer dans la gendarmerie pour lutter contre les dealers, reduire à 12 le nombre de ministres et raboter les conseillers ,1200 agences de l'etat coutent 50 milliards (gros salaires et gros frais ) Retraites à 65 ans pour tout le monde , fin des regimes spéciaux de retraite , fonctionnaires , SNCF , EDF RATP , deputés senateurs , et surtout même calcul du montant :fin des 75% du dernier salaire des fonctionnaires Fin des niches fiscales des TomDom Fin du droit du sol ! blocage des intrusions des etrangers , refoulement massif des sans papiers etc etc
Réponse de le 09/11/2012 à 17:19 :
Dsl, notre gouvernement actuel n'a pas les couilles de faire tout ca et pourtant il ya du vrai dans ce que vous proposez
Réponse de le 11/11/2012 à 11:52 :
Économies de l'état, je vote pour vous . mais j'ai bien peur que le gouvernement soit d' accord avec vous , malheureusement !
a écrit le 09/11/2012 à 15:51 :
La cours des comptes régionales faisait récemment un rapport sur les départements :
Absentéisme anormalement élevée malgré une prime en moyenne de 250 ? par agent pour lutter contre celle-ci, nombre d'heures effectuées par agent inférieure à la loi légale, Kilométrage déclaré du parc des véhicules de l'administration supérieure à la consommation réelle des voitures (les véhicules ne consommeraient que 2,5l en moyenne au 100 km) Sans parlés des somptueuses dépenses dans l'immobiliers plus pour des raisons de prestiges que de service pour les contribuables.
Il ne faut pas avoir fait polytechnique pour savoir ou réduire les dépenses publiques...
Avec un gouvernement qui n'a jamais mis les pieds dans la société civile ça restera la république bananière des camarades...
Réponse de le 09/11/2012 à 16:57 :
je suis tout à fait d'accord.... RASLEBOL..... nous n'avons pas fait l'ENA mais nous pouvons faire des économies ..... eux de peuvent pas.... trop de privilèges que nous avons donné à nos politiques ... Ils peuvent aussi s'inspirer du modèle suédois ... factures de resto, prendre leur voiture ou leur vélo... puisqu'ils regardent ailleurs ce qui ce fait de bien pour nous... pourquoi pas pour eux ????
Réponse de le 09/11/2012 à 17:58 :
Je rajoute que d'après se rapport sur les congés annuels des agents ceci sont doublés ce qui est bien sur totalement inégal.
Vraiment scandaleux !
Cela vous donne envie de payer vos impôts en France ? ou peut-être de partir en Belgique...
Réponse de le 10/11/2012 à 0:20 :
Et si on obligeait les Enarques à travailler un minimum d'années dans le privé avant de postuler à une position dans la fonction publique.
Il seraient obligés de connaître au moins le prix du pain avant de passer avec le même cartable de l'ENA aux ministère.
a écrit le 09/11/2012 à 15:43 :
L'État au régime de René Dosière
Gaspiller moins pour dépenser mieux
L'État doit donner l?exemple. En ces temps de crise, la transparence de la gestion publique est une nécessité morale, politique, économique. C?est donc une urgence.
La Méthode Dosière est simple, concrète et rapidement applicable. Déceler les économies réalisables à l?Élysée, au gouvernement, au Parlement et dans les collectivités sans nuire au bon fonctionnement de la République. Les propositions pratiques du député de l?Aisne, spécialiste scrupuleux du train de vie de l?État, visent avant tout à passer au crible les abus, les dépenses inutiles, les temps perdus et l?apparat exagéré. La transparence permettra, selon l'auteur de L'Argent de l'État et de L'Argent caché de l'Élysée, de prévenir les dérives budgétaires.

Gaspiller moins pour dépenser mieux, ou comment améliorer la gestion de l?État.

Réponse de le 09/11/2012 à 16:09 :
Dosiére,un pourfendeur du néant!!
Comment,empêcher un élu municipal de se faire plaisir,par exemple avec l'argent d'EDF?
Comment,masquer avec la complicité du préfet,les débordements de la communauté de communes?
Comment,justifier les déplacements,communications,festivités,des Conseils Generaux?
Comment,appréhender les dépenses,de" contrôle"de le Région?
Comment,éviter ces commissions,plus de 700 en 5 ans,que l'Etat commande pour un meilleur éclairage??
Au jeu des poupées Russes,nous sommes doués?
Ce sont toutes ces superpositions et cette défense des prérogatives qui font nos déficits.
Réponse de le 09/11/2012 à 18:40 :
René DOSIERE président! René DOSIERE président! Avec ça qu'il avait proposé quinze milliards d'euros d'économie à François HOLLANDE, lequel lui aurait répondu: je suis preneur!
Réponse de le 09/11/2012 à 20:53 :
Il peut arriver que certains élus aient envie de faire leur boulot, même si l'on considère que la majorité des élus font du clientèlisme pour être réélus, auquel cas les français ont les politiques qu'ils méritent !
a écrit le 09/11/2012 à 15:30 :
Faire se que la troïka demande a la Grèce, avant d'y être contraint. Déjà vendre les participations publiques (tant que ça vaut encore quelque chose vu la perte) et remettre le budget dans le vert en abandonnant certaines fonctions de l'état.
a écrit le 09/11/2012 à 15:23 :
Commencerait-on à comprendre que ce sont les entreprises qui, quand elles réussissent, peuvent distribuer de la richesse sous forme de salaires, impôts, charges et taxes de toute sorte ? Depuis 1980 qu'a-t-on fait en leur faveur ? Elles ont du financer une retraite à 60 ans au lieu de 65, ce qui coûte 60 milliards euros par an, on leur a collé les 35h ce qui représente plus de 5 semaines supplémentaires de congés payés et on y ajoute 10 milliards d'impôts de plus. Tout ceci est suffisant pour expliquer pourquoi la France est championne du monde pour la faillite des entreprises. Il faut donc réduire les dépenses en commençant par les plus grandes. Les plus grosses dépenses sont les retraites avec 250 milliards euros par an, 8% du Pib, versés au quart de la population française. Ce système consiste à verser des grosses retraites à ceux qui ont eu la chance d'avoir une belle carrière alors qu'on verse, 5 ans plus tard, une misère à ceux qui ont ramé toute leur vie. Les réformes possibles sont nombreuses. Une première réforme consisterait à plafonner le montant maximal versé à une personne physique. L'économie réalisée permettrait de réduire les charges supportées par les entreprises et donc de financer, entre autres, leurs capacités d'innovations utiles au développement de leur compétitivité nécessaire à leur réussite.
Réponse de le 09/11/2012 à 16:25 :
Cela parait simple et viable, j'adhère. La question est : pourquoi n'y pensent ils pas ? ou sinon:pourquoi ne le font ils pas?
Réponse de le 09/11/2012 à 16:35 :
Il faut plafonner les retraites du public (notre 1er ministre actuel aura plus de 15000 Euros de retraite) et aussi celles du privé, celles-ci se feront automatiquement à partir de 2018 car l'AGIRC n'aura plus assez d'argent à ce moment là pour payer toutes les retraites.
Réponse de le 09/11/2012 à 18:53 :
Cela s'appelerai une spoliation et je pense que ce ne serait pas légal. Quant on a payé un pourcentage de sa paye pour une retraite, on touche cette retraite. Maintenant, on peut mettre tout le monde sur un pied d'égalité (régime spéciaux annulé, avantage des entreprises en bafouant la justice sociale -billet gratuit pour les employés et famille SNCF, electricité pratqiement gratuite pour les employés EDF ....)
Réponse de le 09/11/2012 à 22:04 :
@plafond retraite.... Pour éviter de dire des sottises je vous invite a lire le dernier rapport de la Cnracl (caisse de retraite des fonctionnaires) validé par la cours des compte. On y lit quoi ? Que cette caisse est excédentaire, dingue n'est ce pas ? Et on peut y lire le montant prélevé par l état sur cet excédent pour abonder la caisse de retraite du privé.... Dingue n est ce pas.. Comme quoi avant d avoir des idées arrêtées.....
Réponse de le 11/11/2012 à 12:11 :
à @gegeclermont- "spoliation" ? Depuis quand : nous sommes dans un système de "redistribution" des ressources ! La théorie de la "solidarité" vous a fait oublier cela.
Le problème vient du fait que nous sommes dans un système totalement discriminatoire et personne ne réagit vraiment : multiples conditions d'accès aux droits de retraite ; multiples "minima"/retraites ; fiscalités hautement fantaisistes où un citoyen vaut beaucoup qu'un autre (faites un calcul très simple : à combien le fisc estime la "part" -quotient familial- d'un français qui gagne 100.000 ?/an et de celui qui gagne 1.000.000 ?) ; et la réforme des retraites qui valide des années d'études supérieures : ça signifie que les foyers qui ont des moyens suffisants pour payer des écoles supérieures (fort onéreuses) achètent ainsi les futurs droits à retraite de leur progéniture... sans cotiser au régime de base lui-même (l'avez-vous vu comme ça ?).
Drôle d'égalité et drôle de démocratie dans laquelle une "élite" décide pour le peuple, sans même le consulter...
Tous les citoyens sont égaux en droits... certains plus que d'autres.
a écrit le 09/11/2012 à 15:09 :
Au niveau municipal, départemental et régionnal, les gains peuvent être énormes. Rien que l'informatisation de nombreux services, gestion des paiements permettrait une économie importante à terme.
On pourrait aussi regrouper les services publics dans une maison des services qui remplacerait les impôts + la CAF + la Sécu etc.
Remettre les 39 heures dans le public serait aussi une solution.
Il y a de quoi faire sans toucher à la Police, à l'Ecole ou à l?Hôpital.
Réponse de le 09/11/2012 à 15:43 :
Sauf que nous pointons et sommes déjà aux 39h00 - La moyenne des heures travaillées est comprise entre 40 et 41h00 non payées ou non récupérées...
Les RTT sont gelées et mises d'office sur le CET suite à la suppression d'un quart des effectifs depuis 2002.
Votre prochaine proposition : le travail de nuit ???
a écrit le 09/11/2012 à 13:55 :
L'article est juste dans le sens qu'effectivement, tant qu'on ne remettra pas en cause le périmètre d'intervention de l'Etat dans son ensemble (c'est à dire tout ce qui est collectivisé, et pas seulement l'Etat central), on ne pourra pas baisser significativement la dépense.

Le vrai problème, c'est en fait : pourquoi faudrait-il que ce soit l'Etat qui s'occupe de fournir, au travers de fonctionnaires ou assimilés, toute une panoplie de services en tout genre, là où le secteur privé pourrait le faire plus efficacement - c'est à dire pour un coût moindre, ce qui serait bénéfique à TOUT LE MONDE (un service plus cher et moins bon ne profite à PERSONNE, sauf à ceux qui le fournissent et à leurs syndicats).

Pourquoi également personne ne comprend que cette "privatisation" peut se faire indépendamment de la "socialisation" du financement dans certains domaines ? Par exemple, on peut très bien continuer de financer l'éducation par l'impôt, mais au lieu de payer des profs fonctionnaires et des personnels en tout genre, on donne un chèque à chaque famille, à charge pour eux de le dépenser dans l'école privée de leur choix - ce qui permettrait aux gens d'exercer un véritable choix, d'instaurer une saine concurrence, et de faire baisser les coûts.

Et qu'on ne me dise pas que ça rendrait l'éducation inaccessible, bien au contraire : savez-vous qu'une école privée hors contrat à Paris 16e - donc considérée comme la crème de la crème -, ça ne coûte en fait pas plus cher qu'un élève du public ? (autour de 7000 ?/an). Et ce alors même que cette école paye des impôts et des taxes en tout genres, comme toute entreprise. Ce qui veut dire qu'en réalité, c'est déjà moins cher, et pour une qualité de service sans commune mesure.

Actuellement, l'Education Nationale c'est l'équivalent de la Trabant unique pour tout le monde, alors que tout le monde pourrait rouler au minimum en Peugeot, et avoir le choix entre des dizaines de modèles adaptés à chacun. Le vrai débat, c'est donc : pourquoi diable l'Etat s'acharne à vouloir fabriquer des Trabant, alors que l'initiative privée peut faire bien mieux ?

Même chose pour les assurances sociales, qui gagneraient incroyablement à une mise en concurrence (normalement prévue par les lois européennes, mais bloquée par le gouvernement français depuis 20 ans, en toute illégalité).

Ce que je décris là a été fait par la Suède dans les années 90 : fin des fonctionnaires sauf pour le régalien (police, justice, armée), attribution massive de marchés publics avec mise en concurrence pour une bonne partie du reste, et retrait pur et simple de l'Etat là où il n'a vraiment rien à faire (genre transporter du courrier ou faire marcher votre téléphone).

Le résultat, on le connait, comme pour tous les pays ayant pris le même genre de mesures (Canada, Nouvelle-Zélande, etc) : un redressement économique sans précédent, un niveau de vie en nette hausse, et un peuple bien plus satisfait - ce qui n'est pas bien difficile, la France étant régulièrement classé parmi les pays développés les moins heureux dans le monde, et les Français figurant parmi les plus gros consommateurs d'antidépresseurs. Comme quoi, le collectivisme forcené n'engendre pas vraiment le bonheur.
Réponse de le 09/11/2012 à 15:08 :
Bien entendu il est de nombreux domaines où l?État n'est pas nécessaire, où l'on pourrait passer au privé. Mais attention : ce n'est pas forcément moins cher et meilleur ! Regardez la distribution de l'Eau, que de nombreuses communes ont abandonné au privé. Finalement le marché s'est distribué entre quelques acteurs qui ont profité de la situation pour arnaquer de nombreux consommateurs. Résultat, pas mal de communes qui peuvent récupérer la main viennent (ou reviennent !) à la distribution communale de l'Eau avec de substantielles économies à la clé. Quant aux pays que vous citez, par exemple le Canada, tout n'est pas tout rose, loin de là : le secteur de la santé a beaucoup souffert (et donc les malades) et les infrastructures (routières par exemple) sont parfois en mauvais état faute de financement. D'ailleurs, reportez-vous à l'ère Thatcher en Grande-Bretagne, regardez les conséquences (santé, réseaux ferroviaires, etc ...) et où ils en sont rendus aujourd'hui.
a écrit le 09/11/2012 à 13:53 :
Nous les ultra riches, sommes très forts. En contrôlant le message de fond médiatique, nous parvenons à nos fins. Les classes moyennes occidentales, tels les bourgeois de Calais, vont venir en chemises et la corde au cou, réclamer elles mêmes à leurs suzerains moins de services publics, moins de sécurité sociale. Nous les ultra riches allons donc payer toujours moins d'impôts. Nous allons également profiter de la privatisation des assurances sociales et des établissements publics pour engranger sur des positions de rentes monopolistiques, de juteux profits. Nous les ultra riches, nous n'avons pas besoin de services publics, de sécurité sociale et de l'Etat. Nous sommes au dessus des Etats depuis la globalisation et la dérégulation financière. Il est donc logique que nous ne payions pas d'impôts.. Le périmètre étatique devrait être limité à trois fonctions régaliennes : la police pour contrôler la population, la justice pour éloigner de la société les individus les plus dangereux, l'armée pour réprimer. Bien entendu, les fonctions régaliennes ne nous concernent pas non plus. Par essence nous, les ultra riches, sommes supra nationaux et supra étatiques depuis que nous contrôlons le système nerveux du monde : la Finance. Nous n'avons donc pas non plus à payer d'impôts pour les fonctions régaliennes car nous avons les moyens d'assurer nous mêmes notre sécurité. Je comprends néanmoins que l'impôt exaspère ceux qui entendent devenir riches. Ceci étant dit, nous les ultra riches ne souhaitons pas trop étendre notre club. Notre système ploutocratique doit se limiter à quelques milliers d'individus sur Terre, d'autant que contrairement à ce que l'on prétend, nous détestons la concurrence. Quelque part, l'impôt est un moyen d'éviter la dispersion excessive de nos richesses. Je ne sais plus qui disait que l'impôt était devenu redistributif à l'envers : des pauvres vers les riches ? Je crois me souvenir que c'est mon ami Warren...
Réponse de le 09/11/2012 à 16:36 :
@arnault : on a compris que tu étais au 2ème ou 3ème degré ! C'est vrai que l'humour noir est vraisemblablement la meilleure réponse aux libéraux de tout poil !
a écrit le 09/11/2012 à 13:38 :
Il faut accélérer la réforme de l'état.On n'entend pas beaucoup parler de la ministre LEBRANCHU nommée pour ce travail.Où en est elle , Que fait elle?
a écrit le 09/11/2012 à 13:36 :
deja par le gouvernement:par décision/n°2012-65dc du 9 aout 2012/le conseil constitutionnel a déclare "non conforme"a la constitution l article 40 de la loi de finance rectificative qui prévoyait"" la baisse de salaire du président ,du premier ministre et du gouvernement "" donc maintenant ils sont plus nombreux et paye autant qu avant
a écrit le 09/11/2012 à 13:35 :
Commençons par diminuer le poids de la bureaucratie ! A l?Éducation Nationale, par exemple, un agent sur deux seulement est enseignant... mais que fait l'autre ? Son travail est-il réellement utile ? En comparant avec l'Allemagne, encore (!), on voit bien que non...
Réponse de le 09/11/2012 à 13:42 :
Ben des papiers!
Réponse de le 09/11/2012 à 14:19 :
Et du ménage.
Et les repas de cantine.
Et la surveillance de la cour...
a écrit le 09/11/2012 à 12:48 :
il y a actuellement en france plus de huit millions de fonctionnaires,c'est beaucoup trop.de plus la dépense publique est montée a 63 pour cent du pib cette année,c'est intenable.de vraies mesures d'economie sont indispensables immédiatement!
Réponse de le 09/11/2012 à 14:18 :
Vous avez raison.
Il faut les virer comme ça nous aurons des chômeurs de plus.
ça coûtera bien moins cher.
a écrit le 09/11/2012 à 12:10 :
Depuis des décennies les français votent pour des menteurs et des démagogues, en pleine conscience. Il n'y a plus d'intérêt général, il n'y a que des intérêts particuliers. Alors faut pas venir se plaindre que les politiques soient clientélistes...A part soigner leurs électeurs, que font Sarkozy ou Hollande pour le pays si ce n'est brasser du vent ?
a écrit le 09/11/2012 à 12:07 :
Diminuons le nombre d'elu, adaptons le aux nombre moyen de la zone ? , reduisons le milleffeuille du systeme decisionnel administratif, faire un audit par un cabinet de management international pour identifier la creation de richesse plebicitons les "Winner"
chassons les "Looser".
Reapprendre le travail manuel qui est d'abord et avant tout le premier poste de creation de richesse. Mais surtout le revaloriser.
L'Euros pour tous, mais pour tous des systems de fonctionnement identiques.
a écrit le 09/11/2012 à 11:06 :
Le système actuel de protection sociale est issu de l'après guerre du temps des nationalisations (EDF, GDF, SNCF, POSTE, MINES etc...) du temps où De Gaulle a gouverné avec les cocos, et depuis 70 ans nous vivons toujours avec les mêmes disparités sociales, au profit du secteur public et nationalisé (CCAS d'EDF, avantages en tout genre aussi à la SNCF entre autres) pire l'arrivée du RPR ou de l'UMP n'a pas changé la donne, nous sommes dans un système redistributif d'allocations diverses, plus ou moins justifiées, plus ou moins contrôlées et qui coûtent 10 points de PIB que dans les autres pays de l'U.E. en par'ticulier de l'Allemagne à 46% au lieu de nos 56%.
Aujourd'hui, évidemment, il ne fallait pas compter sur les bolcheviques pour changer' la donne: AME on a supprimé les 35? d'accès, IVG ou pillule contraceptive à 100%, mariage gay = nouveaux droits = nouvelles allocations etc...
Donc à s'entêter à ne pas vouloir réformer la protection sociale hors de prix, elle finira par continuer d'affaiblir la France sur le plan économique et le rapport Gallois n'y apporte aucune modification sauf à la faire supporter un peu plus par les entreprises et l'impôt aux lieu des cotisations. Ce ne sera pas suffisant.
Réponse de le 09/11/2012 à 13:40 :
C'est le problème de la croissance séculaire à 2% mais inférieure à nos voisins. C'est ainsi que depuis l'industrialisation la France se fait taper par les Allemands. A cause du trop d'Etat et du refus de la modernité. Aujourd'hui on a décrété que ne pas faire de croissance c'était bien. Les 30 glorieuses, c'est facile on avait à reconstruire. Aujourd'hui logiquement nous sommes sous les 2% et on ne crée des emplois qu'à 2,5%. C'est un système de paupérisation massive. On plastronne parce qu'on a 4 grandes entreprises, mais il n'y en a pas de taille moyenne, c'est insuffisant pour équilibrer les comptes de la balance. Ainsi nous sommes une passoire. Le gaz et le pétrole ça coûte.
a écrit le 09/11/2012 à 10:59 :
Le parti socialiste préférant toujours l' assisté au contribuable qui paye plein pot toutes les cotisations de retraite et de sécurité sociale, cet état d' esprit étant maintenant celui de ce pays, nous pouvons garantir que son avenir est derrière lui et que la descente a commencée.
a écrit le 09/11/2012 à 10:58 :
Toujours plus de taxes et de taxes, vive le socialisme! Forcément, il faut bien relever la TVA pour remplir les caisses en épargnant les fonctionnaires. Je n'approuve absolument pas cette mesure, qui aurait pu être éviter en réduisant d'avantage des dépenses non-productives. Ayez un peu de courage et approfondissez tout ça!
Réponse de le 09/11/2012 à 11:39 :
Vous seriez sans doute un des premiers à hurler si on fermait l'école de votre enfant, ou l?hôpital de votre ville....ou si on annonçait une forte diminution des indemnisation chômage et des remboursements de la Sécu
Typiquement français...
Réponse de le 01/02/2013 à 8:37 :
dans le privé , on a des methodes pour cela. Et ça marche; pourquoi ne pas les apliquer au public ?
Kaizen par exemple , mis au point par toyota : resultat moyen 20 a 30% de reduction de cout sans perte d'efficacité ; comment tout simplement en evitant toutes petites taches inutiles qui ne servent à rien. Le sempiternel discours qui reclame toujours plus de moyens est ineficace ( voir education ) mettez quelqu'un dans un bureau il va se trouver du travail ( meme s'il ne sert a rien ), faire des beaux tableaux ... pour cela il aura besoin d'informations, donc il demandera à ses collegues, il leur augementera leur charge de travail => plus vous rajoutez du monde ; moins vous etes efficaces.....applicable à la fonction publique en France
a écrit le 09/11/2012 à 10:57 :
il faut réduire les aides en tout genre, ainsi que le train de vie de l'état obèse! c'est la seule façon de sauver l'essentiel de notre système de protection sociale, sinon c'est la faillite assurée et la fin de l'état providence. On ne peut pas toujours recevoir sans donner, et notre état croit que les Français ne peuvent pas comprendre ça... il est peut-être déjà trop tard!
a écrit le 09/11/2012 à 10:51 :
On parle toujours des dépenses des ministères mais on oublie le gâchis considérable d'argent public de la part des collectivités territoriales : non seulement il y a superposition de compétences mais aussi de dépenses de toutes sortes mais en plus chaque collectivité et en particulier les régions, les départements, les communautés urbaines ou de communes emploient un nombre beaucoup trop considérable de fonctionnaires qui de plus de leur utilité relative sont très peu productifs et fort bien payés.
Le département qui devait être supprimé et générer des économies conséquentes continuera bien entendu d'exister car son maintien était la promesse de F. Hollande aux élus qui ont voté pour la gauche aux élections sénatoriales.
Je persiste à penser qu'avec du courage politique des économies considérables sont possibles.
a écrit le 09/11/2012 à 10:48 :
Licenciement de fonctionnaires en masse inutiles y compris collectivités territoriales (voir rapport cours des comptes) ainsi que tous les doublons, fermeture des administrations et agences publiques inutiles (voir rapport cours des comptes), privatisations de la SNCF, des prisons, éducations nationales, pôle emplois etc qui n'ont aucune raison d'être dans le publique mais dans le privé, privatisations de tâches en sous traitance, fermeture des sous-préfectures, réductions du nombre de sénateurs, députés, suppression des départements, collectivités etc etc etc...
PAS BESOIN DE SE CREUSER LA TÊTE POUR FAIRE DES ÉCONOMIES DANS LES DÉPENSES PUBLIQUES !
Pour sauver nos retraites, santé, NOTRE PROTECTIONS SOCIALES !
Ayons le courage de taper dans le dur !
Réponse de le 09/11/2012 à 11:05 :
OUI ce serait un acte politique courageux!
mais les élus assoient leur volonté de Pouvoir sur le nombre de fonctionnaires sous leurs ordres!!
Réponse de le 09/11/2012 à 11:09 :
Quand je lit cela je suis effaré, vous parler de sauver VOTRE retraite, avez vous penser une seconde aux jeunes, a leur situation difficile, à leur formation , à leur enseignement.... non je ne crois pas une seconde, par contre je constate souvent que les retraités actuels ont un niveau de vie supérieur à leurs enfants.

Je me demande plutôt si avoir un retraite dépassant une certaine somme :3000, 4000 euros par mois ou plus
avec une maison déjà payée , est ce que cela et bien raisonnable, quand l'on sait que plus de la moitié des jeunes actuellement ne peuvent pas se loger ou se payer un misérable appartement...


Donc je crois qu'avant de sauver VOTRE retraite, il serait de bon ton de penser à la jeune génération qui paye actuellement votre retraite.

Réponse de le 09/11/2012 à 11:15 :
Pourquoi n'envisager les économies que par la privatisation. C'est un leurre de croire que la privatisation fait nécessairement faire des économies. Les cliniques privés ne prennent plus les maladies ou interventions trop lourdes et les envoient au CHU. Aux USA, les assurances ne prennent plus en charge les maladies psychiatriques. La privatisation , c'est faire du bénéfice sur ces services. Voyez vos augmentations de frais bancaires, d'eau, de gaz, d'autoroute etc... Une véritable concurrence serait des services oublics et privés en parallèle. Voyez les optiques mutualistes qui fonctionnent très bien. Des économies, oui mais par une restructuration des services, pas la vente aux prédateurs privés qui s'empresseront de mettre leurs bénéfices aux iles Caïmans.
Réponse de le 09/11/2012 à 11:27 :
raz le bol fait partie de ce genre de personnes qui tapent chez les autres tout en étant prêt à faire des efforts : c'est à dire aucun... Son seul but : jouir comme un salaud,refermer le tombeau sur lui et son bla bla inutile nuit à toute progression.
Réponse de le 09/11/2012 à 11:41 :
Ceux qui vont travailler et qui travaille 39h et plus, jusqu'à au-delà de 62 ans n'ont pas à financer les retraites (SNCF à 50 ans, enseignants, militaires ect etc) Les cliniques sont plus productives pour les mêmes pathologies etc etc etc
L'état peut très bien établir des critères ou des cahiers des charges pour le privé (voir l'éducation nationale suédoise qui à privatisé... ou le blocage des prix d'électricité/gaz par l'état français)
"La Franece n'a pas de pétrole mais des idéees"
Ex-'URSS et USA ne sont pas des exemples à prendre mais pouvons trés bien faire du socila et de l?humanisme sans la fonction publique qui est source de dépense, non productive, non rentable, de paresse etc etc etc
OUI A UNE DEUXIÈME REVOLUTION EN FRANEC
Réponse de le 09/11/2012 à 12:06 :
C'est aussi idiot de parler de paresse dans la fonction publique que de voleurs ou pollueurs dans le privé. Quelques cas ne font pas une généralité ! Arretez vos fantasmes !
Réponse de le 09/11/2012 à 12:37 :
la réduction de salaire de nos chers président, députés et sénateurs a été déclarée irrecevable par le conseil constitutionel !!!! vérifié et à méditer
Réponse de le 09/11/2012 à 13:01 :
Oui mais cette réduction a finalement été passée par décret. Informez-vous complètement.
Réponse de le 09/11/2012 à 13:20 :
Licencier les fonctionnaires, vous rêvez! Il y a le droit de grève, Clémenceau était contre, on voit à quoi ça mène: à la dictature de la fonction publique contre l'intérêt général. Exemple: Bercy qui se soulève contre la réforme d'un gouvernement élu. Les allemands eux sont moins bêtes et n'ont pas donné le droit de grève!
a écrit le 09/11/2012 à 10:23 :
Les politiques n'ont pas compris, ou ils ont bien compris quand embauchant massivement des fonctionnaires, la seule solution avec les délocalisations financés par les banquiers et oui ! c'était de taxer et de saigner à mort les entreprises PME et PMI et en faire des esclaves du système. Maintenant que l'économie est parterre avec la grâce de ces mêmes politiques, qui préfère financer un système bancaire moribond qui fabrique de l'argent avec rien, et qui ne produit rien, si ce n'est d'acheter des immeubles et des commerces avec l'argent de leurs clients et louer ces habitations à des prix prohibitifs. Voilà le modèle de société ou on étrangle ce qui travaillent et qui investissent leurs temps, leurs argent, leurs idées pour arriver à un désastre économique et social. Demain les fonctionnaires qui trouvaient normal de taxer les entreprises à mort pour conserver leur travail et leur confort, sans offrir en contrepartie un travail utile, vont s'apercevoir que si il n'y plus d'entreprises en France, demain ils se présenteront devant leurs banques avec le guichet et le distributeur à billets fermés. Si une solution demander au chinois de payer les retraites et les salaires, non encore mieux demandez un acompte aux militaires Français qui pour certains n'ont pas encore touchés leurs soldes depuis 2 mois. Et puis il y a une monnaie unique mondiale qui nous attends, les Suisses ont déjà prévenu leur armée au cas ou les européens serait pas content de l'accueillir. Alors amener des réformes maintenant alors que toute l'économie est moribonde, c'est du grand n'importe quoi. Les solutions si j'étais président les voilà : je nationaliserais le système bancaire, je vendrais les actifs des banques surtout immobiliers, je ferais juger les banquiers et les politiques corrompus comme en Islande, et saisirais les avoirs des banques dans les paradis fiscaux. Je financerais les entreprises en diminuant le nombre de fonctionnaires d'une manière drastique, diminuerait d'une manière drastique le prix des loyer et du mètre carré d'habitation pour relancer la consommation, stoperais les aides inutiles, ainsi que le financement des associations, l'imposition pour les fondations, voilà monsieur le Président comment un simple ringard de citoyen trouve des solutions et des pistes imparables, et non pas des coups d'épées dans l'eau dans un monde ou jamais nous n'avons été aussi riche. Il faut du courage certe, mais le courage ne s'achète pas !
Réponse de le 09/11/2012 à 10:33 :
Une bonne dictature quoi !
Réponse de le 09/11/2012 à 10:52 :
Une bonne dictature quoi !
Cela n'est pas une réponse, donnez-nous des idées, des idées, ON VEUT DES IDÉES, pas des atermoiement !
Un loyer à 700/1000 euros pour 50 m2 et un smic à 1118 euros net, c'est pas de la dictature ça !
RÉVEILLEZ-VOUS ! Nous y sommes en dictature, la dictature financière des élites. Quand nous voyons des petites mamies Françaises manger dans les poubelles, en tout les cas ça c'est pas une démocratie à la Française.
Et au passage le prix du litre d'essence et gasoil à 2 euros, pour financer les retraites et les entreprises, cela aurait dû être fait sous Sarkozy, maintenant on voit le résultat.
Réponse de le 09/11/2012 à 11:04 :
A part la posture idéologique, pouvez-vous me dire en quoi notre système diffère d'une dictature ? La démocratie à l'occidental est un miroir aux alouettes : le bipartisme empêche toute expression démocratique car il est axé sur une opposition de principe sur des questions sociétales, mais converge sur les aspects économiques. L'approche des élections forcent les parties à faire des promesses aux communautés minoritaires afin d'en obtenir les suffrages, sans tenir compte de l'avis de la majorité encore moins de l'intéret suprême de la Nation: c'est cette façon de diviser pour mieux régner qui fait de nos pseudo démocratie des dictatures des minorités.

Bref, laissez vous bercer par votre illusion de liberté et de droits de l'homme et continuez surtout bien à défendre le système.
Réponse de le 09/11/2012 à 11:13 :
OUI ,ce sont les mesures qu'il faudrait prendre , mais il faut simplement du BON SENS !!! ET du courage ,vous avez raison !!!
Réponse de le 09/11/2012 à 11:44 :
Oui Céline la vrai démocratie, ce n'est pas le bi ou le tripartisme, etc, c'est la démocratie participative, mais quand ont voit dans les assemblées de copropriétaires en Françe, DES FRANÇAIS, qui ne s'accordent pas sur la couleur des poubelles, malheureusement les Français aux 5 semaines de vacances et pour certains arrogants et égoïstes vont devoir être solidaire et oublier de s'acheter un 4x4 pour noël pour faire briller leur égos, car demain il y a aura 700 banlieue à leur porte.
Réponse de le 09/11/2012 à 13:17 :
ça manque de preuve tout ça. Pour le déficit démocratique je suis d'accord, surtout quand aux dernières législatives 50% n'a pas voté. Quid des prochaines municipales?
a écrit le 09/11/2012 à 10:12 :
A nombre égal d'habitants le France a deux fois plus de fonctionnaires que l'Allemagne cherchez l'erreur,c'est surement là qu'il y a matière à réfléchir
Réponse de le 09/11/2012 à 11:00 :
@fifi il ya encore actuellemnt plus d'habitants en Allemagne qu'en France. je suis d'accord avec vous il faut réfléchir ce qui veut dire qu'il faut dépasser l'analyse simpliste du nombre de fonctionnaire/à la population. Ce qu'il faut voir c'est l'efficacité le rôle et l'efficacité des services publics. Une certaine idéologie veut nous faire croire que tout ce qui est privé est efficace si l'on voit ce qui se passe avec l'électricié je ne pense pas que les français en soient persuadés. Si l'on regarde bien en dehors de toute idéologie la France a des problèmes comme ses voisins et ne se porte pas plus mal qu'eux. le problème c'est que tous les organismes qui font une comparaison internationale sont sous l'influence libérale et de ce fait par rapport au critères libéraux la France est un mauvais élève.
Réponse de le 09/11/2012 à 11:05 :
Et le plus beau c'est qu'ils son les meilleurs ....les nôtres ! Ne sont-ils pas entrain de nous le prouver ????
Réponse de le 09/11/2012 à 11:29 :
OU vous êtes un"innocent" OU vous êtes "fonctionnaire" ? CAR ,leur nombre augmente en continu mais leur efficacité CERTAINEMENT PAS (obligé de l'admettre !) cela se verrait ! Vous parlez de l'électricité mais je vous prie de croire qu'en 1936 (donc pas E D F ) ils étaient beaucoup plus efficaces !!! Puis ,il y a des voisins qui ne vont pas mieux , O K , mais il y en a que OUI , on peut donc avoir ses préférences . Quant aux libéraux que vous n'aimez PAS , comment fera-t on si demain il n'y en a plus ??? qui créera des richesses pour payer les autres -surtout fonctionnaires- ??? Vous avez peut-être aimé l'expérience URSS ? Bon courage !
Réponse de le 09/11/2012 à 13:28 :
ça peut durer longtemps vous le savez bien, quels garde fous? Malgré le vote des français, les réformes sont inexistantes. Qui veut vivre dans cette Europe dont les boomers éliminent les jeunes?
a écrit le 09/11/2012 à 9:47 :
Les slogans du "supprimer 1 fonctionnaire sur 2 partant à la retraite" était stupide. Sans discernement, certains secteurs étaient déjà en dysfonctionnement. Les économies doivent se faire dans les secteurs peu "utiles" comme les élus (tout le monde est d'accord) ou dans les excès de générosité (cures thermales). Si on pouvait mettre un peu de raison dans les politiques et les commentaires........
a écrit le 09/11/2012 à 9:22 :
Je suis dubitatif sur le contenu de cet article. L'auteur ne semble pas avoir lu les études sur la dépense publique et en particulier la comparaison entre la France etr l'Allemagne, faite par l'INstitut Thomas More, démontrant que nous dépensons 160 milliards de plus! Parmi les axes de réformes mentionnées il y a l'alignement des régimes de retraite des fonctions publiques et des régime spéciaux sur le régime général (30 Mds de surcoût augmentant de 15% chaque année), la réforme des statuts des fonctionnaires et des agents hospitaliers, la réforme hospitalière (20Mds), les rythmes de travail et l'absentéisme dans les fonctions publiques, etc., etc.
Ensuite il faudrait faire la distinction entre ce qui est assurance payé par le salarié et son employeur et l'assistance payé par l'impôt. N'est-il pas choquant que l'assisté soit mieux servi que l'assuré; remboursement à 100% y compris les dépassements d'honoraires par exemple)? L'état compense-t-il bien à l'euro près l'ensemble de ses largesses?
Réponse de le 09/11/2012 à 13:02 :
L'Etat des dépenses est clair: 58 pour la France avec 52 de prélèvements dont participations des entreprises qui ne doivent pas être publiques et racket politicier 2 points de PIB. Les allemands sont à l'équilibre et à 46...
Réponse de le 09/11/2012 à 13:22 :
Comme il faut résorber le déficit, à 58 de recettes, c'est la fin...
a écrit le 09/11/2012 à 9:14 :
Une solution diminuer tout ce qui touche au budget de l'état, diminuer les salaires des fonctionnaires et supprimer certains avantages très couteux , diminuer le nombre de fonctionnaires, diminuer le train de vie de l'état moins de dépenses dans les ministères ainsi que dans les collectivités locales pour la sécurité sociales plus de controle des arrets de travail, des ordonnances à répétition alors que souvent elles pourraient tout simplement étre renouvellées, controler les transports des malades etc.....
a écrit le 09/11/2012 à 9:14 :
Entièrement d'accord avec ce que matheo écrit ci dessous
Et il y a bien d'autres domaines : revoir la méthode de fixation du prix des médicaments, diminuer les strates administratives et/ou fusionner les services qui y sont attachés (communes, communautés d'agglomération, districts et cantons, département, région, préfecture, hôtel de région, conseils généraux...). Évidemment si on ne veut pas toucher à tout ça et en plus s'arque bouter sur les 35 heures et la retraite à 60 ans on est mal parti. Restera qu'à diminuer les salaires et les retraites et prendre le chemin de l'Espagne voire pire
www.enjeu-2017.webnode.fr
a écrit le 09/11/2012 à 9:07 :
Commençons deja par le 1000 feuilles
a écrit le 09/11/2012 à 8:31 :
avant de toucher à la protection sociale sauf pour les étrangers il existe pas mal de solution voyons par exemple les priviléges de nos trois anciens présidents, des anciens premiers ministres ministre députés,fonctionnaires avec les régimes spéciaux, le senat à supprimer le le nombre de députés ayons un nombre comparable aux états unis ou allemagne, les sous préfectures, les 1244 agences d'état (55 milliards) toutes ces commissions bidons ,les trop grand nombre de ministres. un ex ma communauté de communes 13 000 habitants seulement 5 maires,25 adjoints 1 présidents 25 vices soit 36,,,,quand nous disons par exemple trop de députés mais a chaque fois on multiplie par le nombre de secrétaire qui va avec et tous les priviléges genre transport etc etc si mr copé veut rassember qu'il fasse descendre les francais dans la rue pour demander un référendum
a écrit le 09/11/2012 à 8:17 :
Bizarre cette insistance de l'UE et de l'OCDE auprés de la France afin que soit créé un institut de statistiques INDEPENDANT.L'UE et l'OCDE n'auraient pas confiance en l'INSEE
et nos "fameux" polytechniciens ? Selon elle (l'INSEE) ,la France serait le seul des pays du club med à avoir échappée à la recession.Vaste fumisterie.Gréce bis!
a écrit le 09/11/2012 à 8:02 :
Ce qui est rassurant a lire les posts c'est de voir que nous avons plethore d'experts qui ont tous les bonnes solutions qui se resument a:
Supprimer tout ce dont je n'ai pas besoin
Accroitre tout ce qui m'est utile
Faire payer aux autres ce dont j'ai besoin meme si eux n'en ont pas besoin
Le drame c'est que on ne choisit jamais nos gouvernants parmi cette masse d'experts confirmes.
Vive la France !
Réponse de le 09/11/2012 à 17:26 :
ue proposez vous? des politiques lisent la tribune. Des jeunes aussi et pourront reprendre les idées proposées. Mitrailler à 360 degrés comme vous faites? ouille...
a écrit le 09/11/2012 à 7:55 :
Monsieur le journaliste,
veuillez transmettre à votre webmaster ou à votre direction informatique que c'est franchement insupportable d'être interrompu toutes les 20 ou 30 secondes dans la lecture des titres de la page d'accueil par le script Java de rafraichissement automatique !!! Rafraichissez votre page d'accueil toutes les 10 ou 15 minutes, cela suffira amplement ou adoptez un autre système que ces scripts Java dépassés !!!
Réponse de le 09/11/2012 à 8:03 :
Je confirme, c'est vraiment casse noisettes ce truc. Les posts de la Tibune c'est mon moment de detented ans la journee, mon moment de frnache rigolade, mais ces interruptions permanentes tuent le plaisir.
Réponse de le 09/11/2012 à 8:31 :
Désactivez le javascript : Plugin ou sur le navigateur. C'est javascript, pas java.
a écrit le 09/11/2012 à 7:35 :
J'ai bien peur que le budget de l'an prochain ne soit sérieusement amputé et par une baisse des recettes liée à à une récession plus forte que prévu et par le renflouement du système financier français (Dexia, Crédit Lyonnais, Groupama, etc....) . Bref. non seulement, nous n'atteindrons pas les 3% de déficit, mais pire, ce dernier pourrait être plus élevé que celui de 2012.
Réponse de le 09/11/2012 à 7:59 :
Credit Lyonnais ??? eh oh faut se reveiller tu as 20 ans de retard ... et une vision singulierement pervertie de la realite.
Réponse de le 09/11/2012 à 9:10 :
Non, la France doit encore decaisser 5 milliards d'euros pour le Credit Lyonnais et ce avant 2014.
Ca parait incroyable mais c'est vrai, c'est un fait, renseignez vous Mr MAO.
Réponse de le 09/11/2012 à 10:44 :
donc ....Merci Mr Mitterand ....vous en avez mis un paquet dans la poche !!!car , tout de même , tout l'actif de cette banque --une des 1éres Mondiales (avant qu'il y mette la main dessus !)-- n'a pas disparu comme par enchantement ???
a écrit le 09/11/2012 à 5:52 :
à lire certains il faut supprimer ce qui coûte cher au système : les retraités, les fonctionnaires pourquoi pas les malades, les enfants, les délinquants , les chômeurs, les patrons, les riches ....................la liste est longue
Réponse de le 09/11/2012 à 7:37 :
A vous savez, la raison....
a écrit le 09/11/2012 à 4:58 :
Et pourquoi les dépenses de protection sociale ont-elles augmenté ? A cause de la crise, pardi ! Il y a déjà 5 millions de chômeurs et 9 millions de pauvres (et ce n'est pas fini) : faut-il les punir davantage alors qu'ils sont les victimes de la rapacité et de l'incompétence d'une élite qui, elle, n'a cessé de s'enrichir ? Pourquoi faut-il toujours taper sur les plus faibles et épargner les vrais responsables ?
Réponse de le 09/11/2012 à 5:57 :
oui,toujours plus d'argent détourné par les syndicats et le medef,toujours plus de formations bidons,toujours plus de cures,d'opérations de chirurgie esthétique remboursées,de minimum vieillese accordé aux regroupement familiaux.toujours mpoins de gens qui se soignent les dents,la vue et qui cotisent tout ce qu'ils gagnent a fonds perdus.allez plus de "social" encore!
a écrit le 09/11/2012 à 2:15 :
On vient de lire un rapport sur le salaire moyen des fonctionnaires supérieur de 400 euros par moyenne au salaire moyen dans le prive.
Réponse de le 09/11/2012 à 8:12 :
la moyenne on lui fait ,dire ce que l'on veut!!! prenait un fonctionnaire (catégorie A ou A+ salaires 5000 ?/mois et celui d'en fonctionnaire de base catégorie C salaires 1500 ?/mois) vous divisez par deux et vous avez une moyenne de 3250? par mois!!!!!!!.
Réponse de le 09/11/2012 à 8:35 :
La catégorie hors cadre, les A (hors enseignants/chercheurs), préfets fantômes, mis en disponibilité, etc sont à mettre à l?amende de suite ... Quelqu'un qui aime son pays le ferai ... Les socialos comme l'autre jacobin de Sarkozy préfèrent leurs amis.
Réponse de le 09/11/2012 à 10:50 :
Oui Mr Picsou mais le pire est que : si demain le privé en a marre et dit STOP , QUI va payer ces fonctionnaires ? ...ET autres parasites ET...."assimilés" ???
Réponse de le 09/11/2012 à 12:54 :
L'injustice est double, les salariés sont souvent au chômage à faire des carrières entre 30 et 50 ans, voire en exclusion, les fonctionnaires jamais et au mileu 6 millions de chômeurs et 50% des jeunes. En quoi ce système est-il juste?
Réponse de le 09/11/2012 à 12:58 :
Et si demain on supprime la police, la penitentiaire, les gendarmes, les finances qui collectent l'argent de leurs paies, qui va te défendre avec ton X5 et tes lingots ? Je veux bien retourner à la préhistoire mais laissez nous acheter des armes, juste un petit sauer... :-)
Réponse de le 09/11/2012 à 12:58 :
Les salaires de la France comparés aux allemands on en reparlera quand les déficits auront été réglés.
Réponse de le 09/11/2012 à 13:08 :
Quand y aura plus d'industrie, adieu la retraite, comme ça c'est réglé. C'est pas avec la compétitivité qu'on va rétablir la balance puisqu'elle est déjà déficitaire. La France est 24eme de l'innovation. Elle se fait donc damer le pion par l'Europe du Nord. Le tendance de fond ne peut que se poursuivre. La compétitivité c'est peut-être pour pallier au ralentissement mondial. On dit que la France va être un musée.
a écrit le 09/11/2012 à 2:10 :
Suppression de l AME: aide medicale d etat que l on accorde aux clandestins qui est usee et abusee. 10 milliards d economie par an.
Réponse de le 09/11/2012 à 4:54 :
Vous rigolez ? L'AME, c'est 600 millions, pas 10 milliards ! Et si vous préférez le retour de maladies qu'on avait éradiquées, libre à vous. Les microbes et les virus, eux, ignorent les frontières et les couleurs de peau. L'AME ne protège pas que les étrangers, mais aussi les Français.
Réponse de le 09/11/2012 à 5:50 :
Vous avez presque raison Sophie....Pourriez vous alors lister les microbes et les virus qui ont ignorés les frontières avant la mise en place de l'AME ?....Pourriez vous également cités les pays européens dont les ressortissants sont malades parce que leur gouvernement n'a pas mis en place une AME ? Pourriez vous m'indiquer enfin , si les accouchements sont des microbes où une maladie ?
Réponse de le 09/11/2012 à 9:59 :
Qui plus est: il ne me paraît pas faux d'affirmer que l'AME ne concerne désormais, et ce depuis quelques années, uniquement les "étrangers en situation irrégulière" (sic!)
Réponse de le 09/11/2012 à 10:07 :
suite pour excès de zèle dans le raffraichissement d'écran! Insupportable...
et pour répondre encore à Sophie: la sagesse ne serait-elle pas que dans un pays où tous, y compris les clandestins, sont censés être protégés par la sécurité sociale, pourquoi garder cette extrême segmentation entre régime général, MSA, régime des cheminots, des mines (sans aucun mineur en activité!), RSI, ...j'en passe. Les coûts de structures, çà vous dit quelque chose? Et vous trouvez çà normal qu'en arrivant à l'hôpital ou même chez votre médecin, la première et donc plus urgente chose soit de montrer votre carte vitale? Puisque tout le monde est censé être assuré social. Alors?
Réponse de le 09/11/2012 à 10:59 :
Quelle belle innocence ! Que l'on offre donc l'AME au monde entier ....pour préserver les français !!! La sensiblerie ,il est vrai , ça marche très bien !!!! Car , par exemple ,l'on va mettre une somme colossale pour faire un coup médiatique en opérant une petite ""noire""(et,avec l'aide du corps médical ! bien sûr !!!) alors que ce même argent pourrai faire survivre beaucoup deceux qui,tout simplement meurent de FAIM !!! Ce qui manque le plus c'est le BON SENS !!! et un peu de réflexion !!!
a écrit le 09/11/2012 à 0:32 :
Le fruit n'est pas mûr mais quand ceux qui payent l'impôt pour maintenir à flot un système sociale défaillant on pourrait avoir quelque chose d?intéressant.
Moi je ne peux pas me délocaliser. Je pense qu'en 2017 cela devrait être prés d'éclater surtout que Mme Merkel nous a promis au moins 5 ans de crise.
a écrit le 08/11/2012 à 23:38 :
et la fête continue: http://www.youtube.com/embed/rcwelikqMFc?feature=player_embedded
a écrit le 08/11/2012 à 23:37 :
Bon, en regardant le nombre de profs et en faisant un ratio profs/élèves, on arrive à 1 pour 20, à peu prés. Quelqu?un peut m'expliquer les classes surchargées ? Ou me donner un lien autre que syndical avec des chiffres sérieux et des explications ? Merci d'avance.
a écrit le 08/11/2012 à 23:11 :
1) Bon, en mathématiques, le nombre de candidats profs, au CAPES, est passé de 7000 à 1400 en dix ans, pour 1200 places... Autant dire qu'il est impossible de recruter suffisamment de candidats valables. (une partie des candidats sont des doublants ou triplants qui se font jeter tous les ans pour niveau trop faible). 2) I lfaudrait baisser les prestations sociales "de luxe" : Les chômages à 6000 euros/mois, les fortes retraites, les APL pour étudiants issus de familles aisées, tout cela est aussi inutile que couteux, et c'est cela qu'il faudrait couper en priorité . 3) couper aussi à la hache dans les 40 milliards d'aide à l'immobilier, qui n'ont servi qu'à exacerber le niveau délirant des prix et donc la crise immobilière.
Réponse de le 08/11/2012 à 23:51 :
et on baisse les cotisations des gros salaires alors ? ben ouais si on leur donne moins de prestations on leur en enlève moins sur la feuille de paye , c'est bien ça ?
les vrais économies ce ne sont pas là qu'il faut les faire soyons sérieux ..
Réponse de le 09/11/2012 à 9:54 :
@John: A propos du premier point de votre post: Ce sont là les résultats de la politique "80% d'une classe d'âge au Bac", ce qui a provoqué une baisse flagrante du niveau des étudiants, et une multiplication des filières sans débouchés. Ce système est ubuesque en plus d'être obsolète. Une approche plus selective ainsi que le développement de l'apprentissage permettrait de redimensionner une Education Nationale aujourd'hui hypertrophiée.
a écrit le 08/11/2012 à 22:54 :
Rien ne bougera sur les dépenses publiques! Il ne faut pas froisser les gens non mais oh
Toucher à rien tout va bien, et c'est ce qui va se passer, ils passeront, les déficits croitront, le contribuable paiera ou.... quittera le pays... ou se résignera... si ce n'est déjà fait.
L'équation est insolvable...enfin si... un blow up lorsque nous seront attaqués par les marchés
a écrit le 08/11/2012 à 22:47 :
1/10 des retraites est à crédits et ça va en s'accroissant, plafonner à 2500 euros de suite ..., plafonner les assedic à 2200 euros... interdire les salaires au dessus de 7500 mensuels dans la fonction publique d'etat, 6000 maximum dans la fonction publique territorial ... suppression du senat ... interdire les recrutements supplémentaires de fonctionnaires partout ... mettre un service d'acheteurs professionnels pour ce qui est des appels d'offres (150 milliards) et surtout les centraliser ... suppression immidiate des regimes de retraites comme sncf, mini 60 ans ...
Réponse de le 09/11/2012 à 5:59 :
tout ceci devrait etre normal.c'est plus de 10 pour cent des retraites a crédit maintenant....
a écrit le 08/11/2012 à 21:26 :
A/ 1,1 millions d'associations qui brassent 60 milliards EUR dont la moitié est financé par les contribuables.
B/ Coût de l'Aide Médicale de l'Etat (A.M.E.) "destinée à prendre en charge les dépenses médicales des étrangers en situation irrégulière et sans ressources résidant en France" : 810 millions EUR/an pour environ 210 000 bénéficiaires. C/ Supprimer les allocations familiales et baisser les charges patronales sur les salaires y afférant pour 5.40 % de la masse salariale. D/ Démembrer le mille-feuilles administratif des collectivités locales (les communes sont en doublon avec la communauté de communes)
Réponse de le 09/11/2012 à 6:25 :
E/ Faire rembourser aux retraités les allocations familiales qu'ils ont touché de façon rétroactive (il faut être cohérent avec le point C). F/ Demander aux retraités de retourner travailler pour avoir cotisé 45 ans (comme cela va être nécessaire en raison du déficit de 1.800 milliards d'euros qu'ils laissent aux générations futures).
a écrit le 08/11/2012 à 21:24 :
il faut que les personnes mettent la main à la poche pour se soigner.
Se faire tout rembourser aux frais de la princesse ne crée que des dettes. example: les retraités devraient payer 50% de leurs opérations + médicaments de leur poche.
Réponse de le 08/11/2012 à 21:34 :
Les vieux , à la caisse !!!
Réponse de le 08/11/2012 à 22:55 :
Et les jeunes, qui ne foutent rien, au turbin ! Faut bien payer pour nos retraités...
Réponse de le 08/11/2012 à 23:42 :
Les vioques mériteraient une grosse CSG et la suppression de tous les abattements, et plus d'IR, vu que c'est eux qui nous ont mis dans la m. via LEURS crédits.
Réponse de le 09/11/2012 à 6:00 :
retour aux 39 heures,le seul moyen de préserver notre système de retraites
Réponse de le 09/11/2012 à 6:48 :
@ Floppy
Je suis d'accord et les moins vieux devraient donc payer 100% ce qui ne leur couterait pas cher puisque c'est avec l'age que la sante se degrade, sauf en ce qui vous concerne, la degradation semblant deja tres avancee au niveau des neurones...
Réponse de le 09/11/2012 à 11:09 :
et la retraite a 62 ans comme le prive meme mode de calcul ...... de la pas de soucis pour vos retaites de nantis et de vos privileges acquits a la suite de prise d otages
Réponse de le 09/11/2012 à 12:44 :
Préserver le système des retraites? Je vous rappelle qu'il prélève déjà plus sur les actifs que n'importe quel pays. Donc question justice, vous repasserez! Les boomers sont des prédateurs sur les jeunes générations.
a écrit le 08/11/2012 à 20:56 :
Baissons dans en premier temps le nombre de nos politiciens, LA on peut faire de vraies économies.
Réponse de le 08/11/2012 à 21:27 :
Bah oui si on votait tous pour le même ce serait quand même beaucoup plus simple :-)
Réponse de le 08/11/2012 à 22:14 :
Ca sent le facho par ici!
a écrit le 08/11/2012 à 20:45 :
le grand nettoyage du millefeuille des collectivites '1110Mds a queques Md pres l'incompetence de tous , les elus sans competence madame MERKEL est tres interrogative du systeme FRANCAIS!!!!!!
a écrit le 08/11/2012 à 20:40 :
Pourquoi ne pas séparer clairement la carpe et le lapin? Les dépenses du Gouvernement (plutôt que de l'Etat) sont des dépenses obligatoires, celles de la Protection Sociale sont des dépenses qui n'ont rien d'obligatoire. Par ailleurs, au lieu d'une Loi de Finances agrémentées de collectifs et d'une loi d'éxécution du budget dont personne ne parle, je pense qu'un compte d'exploitation et un bilan rendraient les choses plus claires, en dehors d'un certain nombre d'économies évoquées ci-avant et qui sont évidentes.
Réponse de le 08/11/2012 à 21:38 :
Les dépenses de protection sociale reflètent les dépenses de chacun d'entre nous prises en charge par la Sécurité sociale. Ne plus les faire prendre en charge par la Sécurité sociale ne signifierait pas que nous serions plus riches. Il nous faudrait quand mène payer nos frais de santé, verser de l'argent à des fonds de pension privé? payer des crèches ou des nounous...au final, nous payerions quand même. La question est de savoir si nous payerions plus ou moins en passant ou non par un système privé. Je vous suggère de regarder le coût de la santé aux USA par exemple ou en suisse qui ont un système privé qui coûte plus cher. Ce qui ne veut pas dire bien sur qu'il ne faille pas faire des économies en France. Mais de là à jeter le bébé avec l'eau de bain...
Réponse de le 09/11/2012 à 0:02 :
Tout-à-fait d'accord. Mais je dénie au Parlement et donc au Gouvernement le droit de s'ingérer dans la gestion de la proctection sociale.
Réponse de le 09/11/2012 à 6:51 :
Si c'est pour la laisser dans les mains des instances dites paritaires je crains que ce ne soit une mauvaise solution.
Réponse de le 09/11/2012 à 7:54 :
Notre Parlement a-t-il fait la preuve de son efficacité? Quant-aux gouvernements...
a écrit le 08/11/2012 à 20:37 :
moi' j'ai des cantonniers dans les bureaux, dans les bureaux il n'ya pas de fossé' a moins qu'ils en inventent!!!!!!!
Réponse de le 08/11/2012 à 21:00 :
Tu laisses les cantonniers s'autogérer ? Ils font ce qu'ils veulent , vont où ils veulent , achètent selon leur besoins ce qu'ils veulent ? Qu'il serait bon d'être cantonnier avec toi.
a écrit le 08/11/2012 à 19:59 :
A qui peut on faire croire, que des économies en matière d'assurance maladie, et de dépenses de fonctionnement en général : administrations, collectivités territoriales ne suffiraient pas à redresser tous les comptes : sur 3000 Milliards de dépenses (état, sécurité sociale, collectivités locales) on doit tout meme pouvoir imposer 10% d'économie : 300 milliards d'euros, et l'on serait encore le pays le plus dépensier d'Europe.
Réponse de le 08/11/2012 à 20:28 :
Bah si ... Ah !! cette vieille croyance umpiste fniste qu'il suffisait de réduire par deux le nombre de ces parasites de fonctionnaires et que l'on pourrait s'en tirer sans aucun effet pour la population , est vraiment bien encrée chez certains.
Réponse de le 08/11/2012 à 20:52 :
Il faut également dire qu'il y a 132 milliards distribués chaque année aux entreprises (le privé donc) sans aucune contrepartie et garantie.
Réponse de le 08/11/2012 à 21:59 :
Les prélèvements obligatoire représente 822 milliards en 2010 et non 3000 milliards. Le PIB lui même étant d'un peu moins de 2000 milliards. Mener 10% d'économie rapporterait 82 milliards. Cela serait possible par exemple en diminuant les retraites versées de 10%, de baisser le taux de remboursement de la Sécurité sociale de 10% (les deux plus gros postes de dépenses). Pour les frais de santés une autre méthode consisterait aussi par exemple à baisser de 10% le tarif des médicaments et des consultations. Cela reviendrait au même. Tout dépend si on souhaite faire porter les efforts sur les personnes ou les médecins et laboratoires pharmaceutiques.
a écrit le 08/11/2012 à 19:59 :
Depuis 1980, hors inflation, le budget de l'éducation a augmenté de 60 milliards d'euros.

1980 : 28,5 milliards d'euros soit 72 milliards en euros 2010.

2010 : 134,8 milliards d'euros.

Sans aucun effet sur le niveau scolaire, la croissance et le chômage.

Il est temps d'arrêter de mettre toujours plus d'argent dans ce tonneau des Danaïdes.
Réponse de le 08/11/2012 à 20:38 :
Quand j'étais petit (dans les années 80) on était 50 millions de français et un grand nombre de jeunes arrêtait de faire des études tôt. Depuis on est presque 70 millions dont une très très grande partie des jeunes fait des études longues ... études longues qu'on a vendu au français comme la solution pour éviter que leur progéniture subisse le chômage. Tout cumulé on doit pas être loin de la proportion d'augmentation que tu rapportes. La mondialisation et la R&D française minable a rendu cela inefficace.
Réponse de le 09/11/2012 à 11:22 :
Ce sont les chiffres de l'INSEE. Les dépenses par élève ont augmenté de 80% hors inflation depuis 1980.

Dépense moyenne par élève en 1980 (en euros 2010, corrigés de l'inflation) : 4 460 euros. Dépense moyenne par élève en 2010 : 8150 euros.


Réponse de le 09/11/2012 à 12:33 :
Les données de l'insee sont fausses puisque le taux de chômage officiel est faux!
Réponse de le 09/11/2012 à 12:36 :
On sait pourquoi on a ralongé les études, car les boomers faisaient la fête et ne faisaient pas tourner l'économie. Tout ce que la France a fait depuis plusieurs générations c'est des chômeurs, des étudiants éternels, des fonctionnaires et des préretraites. Résultat les salariés travaillent entre 30 et 50 ans.
a écrit le 08/11/2012 à 19:50 :
OU ? 577 députés 215 suffisent !!! 348 sénateurs 185 suffisent !!! 3240 énarques dans les hautes sphères 1105 suffisent !!! 38 ministres 1 seul Mr Gallois suffit !!! les ministres, députés, sénateurs, énarques ... qui touchent une retraite de la fonction publique sans avoir exercé ou presque voient leur retraite supprimée en cas de cumul !!! les politicards cumulards ne touche qu'une rémunération ... en voilà des bonnes pistes d'économies
Réponse de le 08/11/2012 à 21:56 :
Mr Gallois président.
Réponse de le 08/11/2012 à 22:08 :
Marine Le Pen , Présidente, Ministre, Enarque, Sénatrice, et une seule élection tous les 50 ans.
a écrit le 08/11/2012 à 19:48 :
Les fonctionnaires doivent avoir le même statut que les salariés du privé.
Ce n'est pas normal dans ces périodes de crise qu'ils aient un emploi a vie.
L'Etat doit pouvoir licencier en cas de difficultés budgétaires comme les entreprises le font quand elles ont des difficultés.
Réponse de le 08/11/2012 à 20:40 :
Soyez honnête et lisez bien l'article, les fonctionnaires ne sont pas en cause : Sic "Ce n'est donc pas le train de la vie de l'Etat, selon l'expression consacrée, qui est en cause, mais l'ensemble des dépenses sociales". Votre jalousie partisane est digne de VoltR. Et je ne crois pas si bien dire...n'est ce pas ?
Réponse de le 08/11/2012 à 20:41 :
d'accord,et avec rétroactivité sur 30 ans!
Réponse de le 09/11/2012 à 12:24 :
Tout à fait il faut recalculer les retraites du public avec rétroactivité.
Réponse de le 09/11/2012 à 12:29 :
C'est un point fondamental puisque les politiques font carrière dans l'administration. Souvenez-vous de Vauzelle, préfet fictif. Les allemands ont bien supprimé 3 millions de fonctionnaires, ils ont 6% de chômage, le quasi plein emploi pour plus d'actifs que nous et ils ont une industrie qui tourne. Chez nous l'industrie fout le camp et la machine à papier tourne à plein régime. Créer de l'activité en France, c'est embaucher des fonctionnaires à s'envoyer des papiers entre les différents étages. L'adage a raison: pendant que les allemands produisent, les français font des papiers.
a écrit le 08/11/2012 à 19:37 :
Facile : 1) aligner les régimes public et privé (niveau de salaire de l'ordre de 15% en plus dans le public à qualification et travail similaire + règles de calcul des retraites largement favorables au public) 2) réellement faire travailler l'ensemble des professeurs (combien de profs sont-ils payés en restant chez eux ?) 3) supprimer les avantages exorbitants des hommes politiques (salaires, avantages de toutes sortes, retraites ...) 4) Il y a sûrement plein de mesures sociale de ce type, l'idée étant d'avoir une vraie société égalitaire !
Réponse de le 08/11/2012 à 23:15 :
Vos affirmations sont aussi fausses que délirantes.
Réponse de le 09/11/2012 à 12:23 :
Pour ce qui des avantages du monde politique, vous pouvez fonder ou bien compter sur un autre parti...
a écrit le 08/11/2012 à 19:35 :
A l'éducation nationale : sur 1.500.000 fonctionnaires, il y a seulement 900.000 enseignants. 600.000 autres pour quoi faire ?
Réponse de le 08/11/2012 à 19:55 :
Pourquoi diffuser des chiffres faux :
Personnels de l'Éducation nationale Nombre
Nombre total de personnels
1 066 356
dont exerçant en écoles, collèges et lycées (y compris CNED)
1 041 151
Enseignants (y compris privé)
852 907
dont enseignants des établissements publics
712 453
Stagiaires des établissements de formation
17 505
Non-enseignants des établissements publics (y compris assistants d'éducation)
170 739
Personnel administratif académique et en administration centrale
25 205
Réponse de le 08/11/2012 à 20:45 :
Combien d'élèves ???
Réponse de le 08/11/2012 à 20:58 :
Merci , cela fait du bien d'avoir de temps en temps des vrais chiffres.
Réponse de le 08/11/2012 à 21:11 :
J'ai donné des chiffres au hasard pour faire avancer le débat.
Réponse de le 08/11/2012 à 21:16 :
Sur 67 millions de français de 0 à 80 ans en moyenne , je suppose qu'il y a bien 30% qui sont scolarisés (à la louche) de 3 ans à 23 ans car nous avons la meilleure natalité de tous les pays industrialisés et plus l'âge des français augmente moins il y a de personnes vivantes. Cela fait environ 20 millions de français scolarisés( calcul perso). Cela fait un ratio de 1 sur 20 , donc 1 prof pour 20 élèves en sachant qu'en école maternelle ils ne sont pas 20 par classe mais beaucoup moins (il faut des aides maternelles, etc) , de même en primaire, qu'il faut aussi des AVS pour les handicapés à 1 pour 1, etc ... donc les chiffres sont en fait réalistes.
Réponse de le 08/11/2012 à 21:18 :
http://media.education.gouv.fr/file/etat20/35/5/EE_2010_effectifs_MEN_160355.pdf
Réponse de le 08/11/2012 à 22:13 :
Donc effectif 2010 enseignement = 1 048 280 dont 126 000 administratifs.
Réponse de le 09/11/2012 à 12:21 :
Plus cher qu'ailleurs, pour plus de profs, moins d'élèves et 20% d'illétrisme... enfin un tiers de diplômés exclus.
a écrit le 08/11/2012 à 19:23 :
pourquoi ne pas suprimer le senat et les conseils generaux en réorganisant les regions et les munucipalités?
Réponse de le 08/11/2012 à 20:46 :
les 'munucipalités' n'existent pas encore, difficiles des les supprimer.
Réponse de le 08/11/2012 à 21:21 :
Une seule commune pour gérer la France : Paris !! C'est bien connu les parisiens sont tellement lumineux qu'ils peuvent a eux seul éclairer toute cette province de bouseux.
a écrit le 08/11/2012 à 19:20 :
Il faut être Yvan Best pour penser qu'il n'y a plus d'économie à faire dans le train de vie de l'état. Sortez de votre microcosme, cela saute aux yeux , la pléthore ce n'est pas les enseignants ni les soignants ni les policiers ou les juges, mais la gabegie administrative universelle redondante et multiple., dans les Urssaf la secu , l'administration sociale (parfois 8 représentants de differentes administrations pour des décisions à 20 euros) 50% d'administratifs dans certains hopitaux parisiens et deux fois trop d'élus. Des régions, des departements , des communes ,des communautés de communes des couches sont des couches mutiples inefficaces qui coutent cent fois les aides sociales qu'elles distribuent. Si seulement c'était efficace, mais tout se deteriore!
a écrit le 08/11/2012 à 19:12 :
Pas bien compliqué et ce que j'attendais de Sarko qu'il n'a jamais fais :

Supprimer AME CMU RENTREE SCOLAIRE ( 300 euros par enfant ? )
Remettre à plat les régimes spéciaux et plus largement aligner tout simplement public sur privé , sans autre discussion ...
Surveiller de très très près les allocs chômages , beaucoup trop d'abus de la part de gens qui ne veulent pas bosser , à contrario le salarié qui a bossé trente ans et qui a un vrai problème , lui filer des allocs à 85 % sur une plus longue durée
Alléger les charges des entrerpises et assouplir les règles de l'ursaaf (de vrais tyrans)

c'est très simple et j'encadrerai la photo du premier gouvernement qui le réalisera dans ma salle à manger ..
Réponse de le 08/11/2012 à 21:26 :
Qu'est ce que tu appelles ne pas vouloir bosser ? Tu ne dois pas connaitre beaucoup de français au chômage , j'en connais et ils prendraient bien n'importe quoi , mais les employeurs cherchent le mouton a 5 pattes qui a 30 ans , pas cher et avec 15 ans d'expérience dans le même domaine. Par contre pour faire Pute ou Dealer , là il n' y a pas de problèmes , tu trouves du jour au lendemain (enfin attention pour faire pute faut pas être trop vieille non plus).
a écrit le 08/11/2012 à 18:55 :
il faut vendre la corse
Réponse de le 08/11/2012 à 19:53 :
et la vendre aux Corses !
Réponse de le 08/11/2012 à 19:57 :
Et transformer toutes les iles bretonnes en paradis fiscaux ...
Réponse de le 08/11/2012 à 19:59 :
z'ont pas assez de tunes pour ça ..
Réponse de le 08/11/2012 à 21:31 :
Il faut faire de Paris un paradis fiscal !! Et mettre un péage autour et leur faire raquer 25% de la valeur de ce qu'ils veulent faire passer en dehors.
Réponse de le 09/11/2012 à 6:02 :
faut lotir la guyane et la vendre a la découpe aux tinois
a écrit le 08/11/2012 à 18:49 :
Quand on voit la fraude en matière de dépenses sociales (vu sur W9 : des Marocains retournées au pays continuant à toucher des allocations pour ne citer que cet exemple), on comprend mieux pourquoi l'économie ne décolle pas. Tout cet argent qui permettrait d'être compétitif part ainsi en fumée. Quant aux Collectivités tout le monde répète ici ou là qu'il faut tout revoir. Sans oublier les fameux régimes spéciaux et ce Sénat ruineux et inutile. Mais rien ne bouge car il y a tellement de privilèges. Il faudrait une nouvelle nuit du 4 août 1789.
Réponse de le 08/11/2012 à 20:26 :
+1 et oui 4 marocains au chaud au bled avec 900 euros par mois recus de France avec la complicite d'un hotelier local. yala la vie est belle ! Meme plus besoin de changer de pays pour abuser le systeme laxiste et permissif francais ! Y en a des milliers comme cela, mais chuuuttt, politiquement correct, faut rien dire, se taire et baisser les yeux
Réponse de le 11/11/2012 à 12:49 :
Minute ! La France a des relations privilégiées avec le Maroc depuis longtemps (30 à 40 ans) : donc ne pas confondre droits réguliers et abus de droits.
Là, le bas blesse : la polygamie est interdite en France et cette particularité n'a jamais été traitée... ni même abordée (d'où les situations que la Presse monte en épingle sans jamais aborder le réel fond du problème) ; les enfants issus de ce type d'union ne devraient pas être pris en compte ou limités à la moyenne des foyers nationaux.
a écrit le 08/11/2012 à 18:45 :
ils ne vont rien faire vu que ca ft longtemps qu'on sait que le plus gros pb, c'est la secu; cela dit vu que le gros pb de la secu c'est l'hopital, et que ca ca touche aux prerogatives de grands barons copains, et que les syndicats y ont le gros de leurs troupes, ils ne vont pas se tirer une balle dans le pied...
Réponse de le 08/11/2012 à 21:34 :
Et comme ces faignasses de toubibs ne veulent plus bosser et que tout le monde va aux urgences pour compenser , c'est sur qu'en flinguant l'hopital cela ne va pas aider.
Réponse de le 09/11/2012 à 12:14 :
C'est qu'on présente mal les choses: qu'on mette en parallèle le déremboursement des médicaments et les 15 milliards de gabegie de l'hôpital dont on nous parle avec ceux qui ne produisent pas de comptes, comme à Ajaccio.
Réponse de le 09/11/2012 à 12:18 :
Puisque vous parlez de la sécu, on entend dire que l'hôpital public coûte 30% plus cher que le privé à activités comparables... la santé au plus cher pour un moindre résultat?
a écrit le 08/11/2012 à 18:28 :
Hollande devrait déjà couper la TVA, ce serait une simplification certaine. Supprimer la TVA est une piste importante. Certes elle aurait une influence sur notre PIB d'annonce mais il s'agirait de le reclasser. Ce serait une solution en cascade, provisoire pour au moins 2 ans, l'écaltement d'une bulle. Les effets de la TVA sont souvent devenus pervers.
Réponse de le 08/11/2012 à 18:57 :
pas limpide comme explication, la TVA est un impot entrant dans le budget de l'etat en recette, si elle est supprimee par quoi la remplacer?

je ne vois pas bien ou nous menerait cette pseudo solution a balle2, ou alors il faudrait une explication claire

Merci
Réponse de le 08/11/2012 à 21:40 :
C'est vrai Corso expliques, tu es plus clair d'habitude et si tes idées sont souvent "différentes" et c'est très bien , mais là moi non plus je ne comprend pas.
Réponse de le 09/11/2012 à 12:10 :
Au fond un restaurant, c'est pas très utile. C'est plus utile d'investir dans l'industrie question salaires, pib et emplois. On n'a pas voulu d'entreprises, on a préféré glander dans l'administration et accumuler des dettes...
a écrit le 08/11/2012 à 18:27 :
Quel est l'intérêt d'avoir des titulaires de master ou plus pour enseigner en école primaire ou au collège ? Il vaudrait beaucoup mieux avoir des titulaires de licence, mais motivés et spécialement formés à la pédagogie et au métier d'enseignant.
a écrit le 08/11/2012 à 18:27 :
En chine plus d'un milliard d'habitants et seulement de 3000 parlementaire a l'assemblée et en France le contingent de députés est proportionnellement 3 fois plus élevé que le nombre d'habitants c'est peut-etre là qu'il faut agir pour faire des economies
Réponse de le 08/11/2012 à 20:00 :
La dictature chinoise est-elle le modèle à retenir pour la France ? on pourrait aussi avoir son PIB par habitant et son système de corruption généralisée ... vous devriez voyager un peu avant d'écrire des conneries
Réponse de le 08/11/2012 à 21:58 :
Camps de travail pour les "recalcitrants" ou les révoltés de la corruption . Manifestations soignées à coups de matraque et d'armes à feux (la droite applaudi , tous les syndicalistes au trou, super !!) , mais ce que nous faisons sur site susceptible de nous envoyer en tôle (surtout les anti gouvernements , humm vous êtes sûr d'être toujours aussi fana les droitistes anti Hollande ?) pas de sécurité sociale et donc en contre partie une consommation intérieure minable (tout le monde met de coté pour se payer son cancer avant de consommer) alors les "entrepreneurs" toujours fanas de perdre tous vos clients ? car vous ne savez même pas vendre à l'export! . Réfléchissez bien, ce n'est pas dit que vous y gagniez autant que vous croyez !
Réponse de le 09/11/2012 à 8:38 :
Toi aussi tu es un carnaval. Bon, je vais aller bosser. Pour te nourrir ?
Réponse de le 09/11/2012 à 12:08 :
Bon courage!
a écrit le 08/11/2012 à 18:26 :
comme d'habitude en france, ils vont commencer par nous couper les couilles
Réponse de le 08/11/2012 à 19:26 :
difficile... car la démonstration est faite que les Français en ont de moins en moins, surtout notre Normal 1er incapable de prendre une décision forte !
Réponse de le 08/11/2012 à 20:50 :
@toto : Techniquement, ça ne pourra se faire qu'une fois ....+1
Réponse de le 08/11/2012 à 20:55 :
Il parait qu'il n'en a qu'une !! Et molle en plus !!!
a écrit le 08/11/2012 à 18:18 :
-rationalisation des fonctions territoriales, departement, communes voir communautés decommune
- réduction des rémunerations des hauts fonctionnaires france et Bruxelles
- alignement du regime des retraites des fonctionnaires
- retraites versées à des non residents de plus de 80 ans jamais déclarés décédés...
........cherchez donc
a écrit le 08/11/2012 à 18:14 :
Voilà une premiere piste: pourquoi plusieurs statuts des enseignants quand on voit des agrégés enseignés en collège .. et qui plus est en banlieue où parfois il est difficile de s'exprimer en français !! quel gaspillage ?
quant aux corps intermédiaires, il y aussi des économies à faire !!

il faudrait aussi regrouper les régions et supprimer les sous-préfectures.

Une rmise en cause de la protection sociale s'impose et stopper net l'immigration voire même accélerer les retours aux pays d'origine!!
pourquoi ne pas supprimer les allocations familiales ?
si on veut, on peut
Réponse de le 08/11/2012 à 23:19 :
Je crois qu'il vous faudrait retourner à l'école, vu vos fautes... Peut-être n'avez vous pas assez eu d'enseignants par le passé ?
Réponse de le 09/11/2012 à 9:32 :
@ val47: c'est sur, vous n'êtes pas un agrégé de français...
Réponse de le 09/11/2012 à 9:47 :
Il faut mettre un terme définitif à ce gaspillage !!
Réponse de le 09/11/2012 à 10:41 :
quand la vérité n'est pas bonne à entendre !!
salutations
Réponse de le 09/11/2012 à 12:06 :
On compte aussi 30000 enseignants qui n'enseignent pas.
Réponse de le 09/11/2012 à 16:38 :
Les économies sont faciles à trouver et sans toucher trop à l'etat (meme si j'aimerai bien que l'etat arrête de subventionner les entreprises qui en retour se plaignent du trop d'etat !).
Bref, retirons nos aides au banques
Ne payons pas le renfloument des banques : Dexia = +5 milliards rien que pour le dernier versement.
Je suis pour l'economie de marché dans un sens et laissons par exemple couler les mauvaises banques françaises...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :