Réciprocité : quand le gouvernement plagie Jacques Chirac

Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif et Nicole Bricq, la ministre chargée du Commerce extérieur reprennent très largement les propos tenus par l'ancien président de la République dans son «Appel de Cochin» en 1978.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)

Voici qui apportera un peu d'eau au moulin des détracteurs de Bruxelles qui pointent régulièrement la lenteur de ses prises de décision. «L'approbation de la politique européenne du gouvernement supposerait que celle-ci fût clairement affirmée à l'égard des errements actuels de la Communauté économique européenne. Il est de fait que cette Communauté -en dehors d'une politique agricole commune, d'ailleurs menacée- tend à n'être, aujourd'hui, guère plus qu'une zone de libre-échange favorable aux intérêts étrangers les plus puissants, mais qui voue au démantèlement des pans entiers de notre industrie laissée sans protection contre des concurrences inégales, sauvages ou qui se gardent de nous accorder la réciprocité. On ne saurait demander aux Français de souscrire ainsi à leur asservissement économique, au marasme et au chômage».

Du Montebourg dans le texte!

On dirait du Montebourg! Et pourtant, l'auteur de cette tirade n'est autre que Jacques Chirac. Une tirade qui fait partie de «l'Appel de Cochin» lancé par l'ancien président de la République, alors maire de Paris, le 26 novembre 1978 pour dénoncer la politique pro-européenne de Valéry Giscard d'Estaing alors à la tête de l'Etat.

Certes, la CEE n'est plus. Avec la création de l'Union européenne (UE) le 1er novembre 1993, la CEE est devenue la Communauté européenne (CE), un des trois piliers de l'UE avant de disparaître lors de l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne le 1er décembre 2009. Mais la question de la réciprocité continue d'agiter la classe politique.

En 1978, la Chine et les autres pays émergents étaient encore des pays en voie de développement. Ils n'étaient pas encore des concurrents sérieux pour les économies industrialisées. Jacques Chirac dénonçait plutôt la politique jugée anti-nationale de l'Europe fédérale d'un «parti de l'étranger» -clairement l'UDF créé par VGE- qui favorisait selon lui l'hégémonie économique américaine.

«Nous devons exiger la réciprocité», avait notamment déclaré Arnaud Montebourg, le ministre français du Redressement productif, lors de sa première interview au sein du nouveau gouvernement en mai, promettant de remettre sur la table des négociations le projet de taxe carbone aux frontières de l'UE, visant tout particulièrement la Chine dont l'industrie n'est pas sujette à des plafonds d'émission de CO2.

Nicole Bricq à Bruxelles ce mercredi

Nicole Bricq, la ministre en charge du Commerce extérieur se rendra ce mercredi à Bruxelles pour préparer le conseil Affaires étrangères - Commerce prévu le 29 novembre. Elle plaidera notamment «pour la réciprocité dans les échanges commerciaux et réaffirmera, à ce titre, le soutien de la France à la proposition de la Commission de faciliter l'accès des entreprises européennes aux marchés publics internationaux», précise le communiqué de Bercy.

«Il est inacceptable que les marchés publics européens soient ouverts aux pays tiers et ne bénéficient pas d'un accès équivalent», avait-elle déclaré à l'issue d'une réunion avec le commissaire au commerce, Karel De Gucht, et le commissaire au marché intérieur, Michel Barnier, le 3 septembre dernier à Bruxelles. La ministre a expliqué que si l'Europe n'avançait pas sur la question de la réciprocité, la France imposerait des conditions aux accords de libre-échange européens actuellement en négociation avec le Canada, les États-Unis et le Japon.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 21/11/2012 à 16:48
Signaler
Les lobbies doivent être sacrément puissants pour que de telles règles de bon sens ne voient jamais le jour.

le 21/11/2012 à 19:37
Signaler
Bonne remarque, mais on peut aussi la prendre par l'autre bout: Le pouvoir politique doit être particulièrement faible pour que de telles règles de bon sens ne voient jamais le jour...

à écrit le 21/11/2012 à 13:39
Signaler
On prend les mêmes (rapports, hommes politiques ?) et on recommence. Les années passent ... et rien ne change !

le 21/11/2012 à 15:21
Signaler
Merci pour ce comentaire qui montre que toute la classe politique n'est qu'un cirque sans grande envergure. La France est très malade de ses politiciens et la nouvelle classe est du même niveau. Je crois que le PS qui a un secrétaire condamné pour ab...

le 21/11/2012 à 16:07
Signaler
Et vous souhaitez voir qui a la tete de l etat??? Marine non merci, Melanchon non merci...... Il faut un Mario Monti Francais point barre!!! Apres on peut tergiverser mais tant que le principe de la retraite par exemple ne sera pas non plus applique...

le 21/11/2012 à 17:07
Signaler
Connaissez-vous le moyen d'en sortir?

le 21/11/2012 à 18:29
Signaler
chris il n'y a pas de mario monti pour le moment , alors il faudra que vous fassiez avec marine en 2017 malgrés votre refus , il faut un vrai choc en france pour la relancer , et je crois en marine pour cela

le 21/11/2012 à 18:58
Signaler
il y a belle lurette que l'on sait que chirac est au moins autant socialiste que mitterrand.

le 22/11/2012 à 8:29
Signaler
La France d'en bas ne sait pas préoccupé pendant des années de la qualité de nos politiciens. Pour ceux qui ont un job qui les fait voyager, le changement du monde économique et plus particulièrement au début des années 80 montrait que l'asie, bien p...

le 22/11/2012 à 11:32
Signaler
Quand la majorité des citoyens demandent à être bercés de dogmes démagos et haineux par une classe politique aussi incapable de gouverner qu'inexpérimentée, aussi peu au fait des questions économiques que des réalités des entreprises et de la concurr...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.