Guerre des chefs à l'UMP : l'arbitre Juppé rendra son verdict dans 15 jours

 |  | 402 mots
Lecture 3 min.
Copyright Reuters
Sur Twitter, Alain Juppé s'est félicité jeudi que sa proposition de médiation a été acceptée par Jean-François Copé et François Fillon. Le maire de Bordeaux, un des pères fondateurs de l'UMP a déclaré qu'il rendrait son verdict d'ici 15 jours. Parallèlement, selon l'AFP, la commission nationale des recours du parti se réunira dimanche en fin de matinée pour réexaminer les résultats du scrutin.

Alain Juppé fera donc l'arbitre. Sur Twitter, le maire de Bordeaux a pris acte de l'acceptation de sa médiation par Jean-François Copé et François Fillon. Sur Twitter, il a annoncé que "la commission [qu'il] présiderait livrera ses conclusions sous 15 jours".

 Alain Juppé, un des pères fondateurs de l'UMP, précise aussi qu'il souhaite rencontrer François Fillon et Jean-François Copé dès la fin de la semaine pour fixer les modalités de travail. Il a aussi précisé que cette commission serait composée de cinq membres, à savoir lui-même, un membre désigné par François Fillon, un autre par Jean-François Copé. De plus, le maire de Bordeaux souhaite que la commission "auditionne le président de la COCOE pour apprécier les conditions dans lesquelles cette commission a proclamé les résultats". De plus, il "souhaite également auditionner le président de la commission des recours pour fixer avec lui un calendrier de travail et les conditions dans lesquelles cette commission rendra compte de ses travaux".

"Qui sera le mieux placé pour 2017!"

En agissant de la sorte, Alain Juppé espère mettre un terme à la "guerre des chefs" qui plombe le parti, créé il y a dix ans. Lors d'un point presse à Bordeaux ce jeudi, il a assuré qu'il ne "[fait] pas ça par ambition personnelle mais parce que je ne peux pas accepter l'idée que l'UMP risque d'exploser en plein vol". Toutefois, son rôle de médiateur ne l'a pas empêché d'adresser une pique majuscule aux "ambitions personnelles" de François Fillon et de Jean-François Copé. "On ne va pas se cacher derrière le petit doigt car de quoi il s'agit dans tout ça? Qui sera le mieux placé pour 2017! Je crains fort qu'aucun des deux ne le soit si ça continue comme ça..." a-t-il cinglé.

Par ailleurs, selon l'AFP, la commission nationale des recours de l'UMP, instance du parti en charge de trancher les litiges électoraux et qui a été saisie aujourd'hui par Jean-François Copé, se réunira dimanche à 11h. Elle réexaminera les résultats du scrutin proclamés par la commission électorale interne (Cocoe).

Lire aussi : Juppé, un recours pas si évident

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/11/2012 à 11:28 :
Quel spectacle, monsieur Copé, lorsque l'on n'est pas capable d'organiser des élections (moins d'attente, plus de rigueur) c'est que l'on est pas capable de gérer l'état.
Pour ma part, je viens de retourner ma carte d'adhérent, bravo monsieur Copé.
a écrit le 24/11/2012 à 8:30 :
mais que l'apprentit fascho jean françois retourne s'occuper de son brie de Meaux , c'est un type dangereux pour notre démocratie!!!
a écrit le 23/11/2012 à 20:01 :
Quelqu'un m'a dit qu'ils se disputaient encore ! Comment est-ce possible? Chouchou tu ne veux pas être témoin assisté pour aider le médiateur Juppé qui ne sait comment copez court à cette algarade?
a écrit le 23/11/2012 à 14:02 :
SARKOZY n a été que témoin assisté par le juge de bordeaux aussi je pense qu il en sera de meme pour les deux autres dans lequel il est la aussi mis en touche car c'est le seul qui puisse reprendre le parti et que s il est mis en examen quelque part on peut d hors et déja mettre L U M P au rebut ce qui serait une faute monumentale aussi je dis que tout cela ne serait pas arrivée si les français n avaient pas fait la connerie du 6 mai.
Réponse de le 25/11/2012 à 14:14 :
Je suis d'accord avec DOUDOU... Le pays va mal, les hommes politiques perdent la boule et nous on perd nos sous... Les riches partent, les entreprises coulent où vont ailleurs mais qui a voté ce gouvernement . j'avoue que je ne suis pas trop surpris car les propositions de Hollande ne tenaient pas la route et si l'on regarde bien la majorité qui l'ont voté sont des étrangers nationalisés français. Parfois je pense à ceux qui se sont battus pour notre pays... Pour une France Libre mais si on regarde bien, aujourd'hui, on est de moins en moins libre et il y a de moins en moins de français...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :