Des économistes suggèrent de retarder les politiques d'austérité

 |   |  441  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'OFCE associé à des instituts économiques allemand et danois, ont remis à la commission européenne un rapport suggérant d'étaler dans le temps les politiques de rigueur. A long terme, une telle politique, qui éviterait la récession, permettrait de réduire tout autant la dette. Avec des conséquences sociales moindres

 Trois instituts économiques européens appellent à retarder ou étaler les mesures de restrictions budgétaires adoptées dans la zone euro afin de stimuler la croissance, dans le respect des traités européens. L'observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), l'allemand IMK et le danois ECLM ont remis mercredi à la Commission européenne un rapport faisant un diagnostic de la situation dans la zone euro et présentant différents scénarios d'assainissement budgétaire.

L'IAGS (independant Annual Growth Report), baptisé ainsi en référence aux rapports annuels de la Commission européenne est une "tentative de fournir une vision indépendante de celle de la Commission", explique le président de l'OFCE, Philippe Weil. "Les économies européennes décident de mener des politiques de contraction budgétaire alors qu'elles sont déjà dans une situation conjoncturelle dégradée et ces politiques ne font que renforcer la dégradation de leur activité", estimte pour sa part l'un des coauteurs du rapport Jérôme Creel.

L'austérité, une politique contreproductive

"L'austérité produit une croissance encore plus faible et elle va même ralentir la capacité des Européens à réduire leurs déficits et leur dette publique: c'est une politique qui est complètement contreproductive" affirmet-il, expliquant que le ralentissement de la croissance induit est plus marqué encore en  période de récession. Le fait que ces politiques restrictives soient synchronisées restreint le commerce entre les pays de la zone euro et "chacun produit un peu plus de récession chez son voisin", a-t-il ajouté. "Nous sommes dans une situation d'urgence" et il n'est pas question donc de changer les traités européens, souligne l'économiste.

 

Les alternatives proposées par les trois instituts entrent donc dans le cadre des principales exigences européennes: objectif de déficit budgétaire de 3% du produit intérieur brut (PIB) avec un ajustement minimum de 0,5 point de PIB par an du déficit structurel, c'est-à-dire corrigé des effets conjoncturels, et dette de 60% d'ici 2032. "L'horizon temporel c'est 20 années", insistent les économistes de l'OFCE. Le rapport suggère par exemple de commencer l'ajustement budgétaire par exemple concernant la France seulement en 2016, alors que ce pays s'est engagé à réduire son déficit public à 3% du PIB fin 2013. La France pourrait ainsi "engranger de la croissance" et "réduire sa dette car le ratio dette sur PIB diminuerait", a-t-il ajouté. Dans ce ratio, "on a tendance à oublier le dénominateur", c'est-à-dire le PIB, résume pour sa part M. Weil. Le rapport devrait être remis aussi au ministère français de l'Economie, précise l'OFCE.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/12/2012 à 1:01 :
Doit-on parler de rigueur ou bien de vertu?
Réponse de le 25/09/2014 à 23:24 :
Désolé mais là Attali dépasse les bornes..
C'est précisément sa génération et son camp politique qui a sacrifié sans cesse l'avenir pour le présent et voue un culte à l'endettement
a écrit le 30/11/2012 à 17:13 :
Avec la monnaie unique, l?euro, par exemple, on a voulu « commencer de construire la maison par le toit ».

Double folie ! Car aucune monnaie unique ne peut survivre si elle est plaquée sur des économies aux fondamentaux, par exemple la productivité, si différents. Toutes les unions monétaires dans l?histoire ont provoqué une concentration de l?emploi dans les zones les plus productives et le déclin des plus fragiles. Dix ans après son lancement, la zone euro ne déroge pas à la règle.

Les travailleurs grecs vont-ils déménager en Allemagne pour suivre les emplois qui s?y concentrent ? Non bien sûr.

Les Allemands vont-ils transférer une part importante de leur PIB en aide directe à la Grèce, comme ils l?ont fait pour leurs frères de l?Est lors de la réunification ? Pas davantage?

Aucune union monétaire ne peut perdurer sans un fédéralisme de transfert financier massif. En conséquence, la Grèce sortira très bientôt de la zone euro, puis le Portugal, puis l?Espagne, l?Irlande, et enfin l?Italie et la France.

Aucun chef d?Etat ne veut reconnaître devant l?histoire l?échec d?une chimère, l?euro, qu?ils assimilent à tort par une méthode Coué suicidaire à l?Europe. Alors, chacun veut rejeter la faute sur l?autre.
http://www.debout-la-republique.fr/article/nicolas-dupont-aignan-berlin
Réponse de le 30/11/2012 à 18:46 :
Commentaire et argument souvent répétés mais toujours aussi faux. Les transferts financiers entre pays se font déjà massivement sans que cela ne pose aucun problème. Ignorer cette réalité démontre une méconnaissance totale du système financier de la zone euro. La théorie de la zone monétaire optimale est une grosse idiotie économique qui ne tient pas 2 minutes si on veut bien se donner la peine d'y réfléchir au lieu d'éructer.
a écrit le 30/11/2012 à 15:55 :
OFCE est liée à science Po, la fabrique des socialistes de luxe. IMK est financée par des syndicalistes allemands, ECLM est le conseil économique du mouvement ouvrier danois. Bref, trois guignols de concours qui s'unissent pour produire leurs habituelles fadaises anti-économiques. Il n'y a qu'en France qu'un ministre a le temps de s'intéresser à ces élucubrations alors que l'économie du pays est au bord du gouffre.
a écrit le 30/11/2012 à 14:45 :
Il n'y aura bientôt plus aucun plaisir de vivre en France. C'est un déjà un désastre et cela va être bien pire encore. L'avenir de nos enfants ? les restos du coeur.
a écrit le 30/11/2012 à 14:44 :
L'Allemagne veut moins de restrictions... c' est suite à la chute de ses exportations et le Danemarck son
activité portuaire doit en patire ainsi que l' entreprise de fret maritime maersck..ils défendent leurs intérèts à raison .Quand aux ultra libéralistes leur dogme étaient surtout fondés sur l' endettement comme le pronait en son
temps " NS". Les Français ont eu le bon sens d' épargner...ouf
Réponse de le 30/11/2012 à 15:08 :
pour info, les libéraux (ultra ne veut rien dire) n'ont jamais prôné l'endettement, surtout l'endettement public, allez réviser ce qu'est le libéralisme. Sarko a à un moment revendiqué un peu de libéralisme, mais il n'a fait que du socialisme, comme tous ses prédécesseurs depuis 40 ans : hausse des impôts, des réglements, des lois, du nombre de taxe, de la dépense publique, etc etc etc ... tout l'inverse du libéralisme...
Réponse de le 30/11/2012 à 15:09 :
ce sont les keynésiens qui fondent leur dogme sur l'endettement ....
Réponse de le 30/11/2012 à 15:56 :
@ John Galt
On s'en fout de savoir ce qu'est le libéralisme, l'ultra-libéralisme-le néo-libéralisme. Il suffit de voir à quoi il mène. Corruption, déni de démocratie. Aucun économiste, même parmi les néo-libéraux, n'a jamais prôné une baisse infinie des impôts. Les pays sans un Etat fort ne sont que chaos, injustice, pauvreté et c'est là où nous emmène le (les) libéralismes.
Réponse de le 30/11/2012 à 16:10 :
Le libéralisme n'est pas incompatible avec l'endettement. Il l'est moins si ce dernier est réservé à payer des fonctionnaires et/ou subventions.
Réponse de le 30/11/2012 à 16:11 :
@ JB38 : on s'en fout d'être ignorant, cela permet d'affirmer des inepties. Pour information, les pays les moins corrompus sont les pays démocratiques, qui sont TOUS des pays libéraux (normal et logique) .... La plupart des économistes libéraux, mais c'est vrai, pas les néo libéraux, qui sont en fait des sociaux libéraux (milton friedman en est le meilleur exemple, étonnant non ?) prônent la baisse des impôts. Chaos, injustice, pauvreté, d'accord. Regardons le monde tel qu'il est : oh !! Surprise !!! les pays où il y a le chaos, l'injustice et la pauvreté, ce sont les pays socialistes !!!! (afrique, cuba, corée du nord, etc ...) et les pays libéraux dans tout cela ?? NZ, Chili, singapour, corée du sud, canada, norvège, australie, suisse etc etc ? oh, surprise, c'est l'ordre, la justice, et une population très riche. Ca ne vous choque pas ? avez vous jamais ouvert un dictionnaire ? vous êtes contre le libéralisme, cad que vous être contre la liberté et les droits de l'homme ? Selon vous, proner le respect des droits de l'homme, c'est encourager la corruption, le déni de démocratie, le chaos, l'injustice et la pauvreté ? typique inversion des valeurs du socialisme dénoncée par ayn Rand ...
Réponse de le 30/11/2012 à 17:38 :
@ john...tu as oublié MONACO dans ta description...avoir de l'idéologie c' est bien, encore faut il que ce soit appliquable dans ton utopisme...tu oublies que les économies sont interdépendantes. ( ex les pays du Sud qui
réclament à Merkel de lacher du leste dans sa consommation intérieure, les Us qui veulent une revalorisation du Yuan) tout est dans la composition à moins d' être sur une île dorée....
Réponse de le 30/11/2012 à 20:59 :
@John: C bien le liberalisme qui a pousse les menages americains a s'endetter car au niveau des salaires,il ne fallait surtout pas les augmenter tout en consomant toujours plus.
C bien de s'improviser "professeur",c mieux quand vous etudiez un minimum le sujet,histoire de ne passer pour le rigolo de service
Le liberalisme c l'endettement,transfert de l'endettement prive sur le public,comme on a put le voir entre autre avec la crise des subprimes,credit revovlving donne a n'importe qui etcetc.
Vous avez de plus en plus de mal a etre credible.Travaillez un peu mieux vos prochains sujets,john;)
a écrit le 30/11/2012 à 13:08 :
il était temps de se rendre compte qu l'austérité aggravait la crise. par contre il ne serait pas inutile que les états en la france en premier diminus ses dépenses, beaucoup d'argent gaspillé par l'état dans des commissions, des voitures et appartements de fonctions, des hauts fonctinnaires trop payés, des députés et sénateurs trop nombreux etc..... qui releve plus d'une monarchie que d'une république égalitaire. nous payson trop d'impots pour entretenir des pique assiettes ......
a écrit le 30/11/2012 à 12:57 :
si ces économistes étaient moins partisans ils auraient une définition plus claire .il ne faut pas tuer la relance par de nouveaux impots OK mais la relance ne sera pas tuée si on arretait les gaspillages ( trop de ministresles trop de députés de sénateurs d'élus de toutes sortes des 1244 agences d'état qui ne servent à rien,trop du mille feuille d'improductifs,) de commissions bidons )en supprimans tout cela on ne tue pas la croissance on la stimulerait EN REDONNANT LA CONFIANCE
a écrit le 30/11/2012 à 12:45 :
les beneficiaires
********************

les riches sont de plus en plus riches.....et ne connaissent pas de crise
a écrit le 30/11/2012 à 12:41 :
oui mais hollande ne reviendrait pas pour autant sur le matraquage fiscal censé faire tenir l objectif des 3% (alors que la base fiscale est en train de s effondrer)
a écrit le 30/11/2012 à 12:30 :
pour info, l'OFCE, émanation économique de science (pi)po, est un repaire de socialistes keynésiens, qui prônent toujours les mêmes mesures qui nous mettent dedans depuis 40 ans ...
Réponse de le 30/11/2012 à 13:32 :
et où nous ont menés les politiques de dérèglementation ,libéralisation anarchique ,financiarisation ,théories du ruissèlement etc...en vogue depuis 30 ans ?dans le mur ,avec les peuples qui renflouent les caisses pour réparer les dégâts d'un système qui ne profite qu'à un minimum et toujours les mêmes .
Réponse de le 30/11/2012 à 13:51 :
@ ln : vous êtes mal renseigné, ce qui est en vogue depuis maintenant 40 ans, c'est le socialisme light, cad la social démocratie. On a prôné et mené des politiques inverses à celles que vous dénoncez. Comme vous dites, le socialisme profite toujours aux mêmes et appauvrit tout le monde.
Réponse de le 30/11/2012 à 14:03 :
Mais non. Les "libéraux" (même si le nom ne me plait pas, il faut bien nommer le courant économique dominant à Washington, Londres et Bruxelles depuis Reagan et Thatcher) ne reconnaitront jamais leurs erreurs. A l'instar de l'élite soviétique des années 80, voilà leur pensée: "si le système de marche pas, ce n'est pas que notre idéologie est mauvaise, c'est que les hommes ne sont pas à la hauteur".
Réponse de le 30/11/2012 à 14:18 :
@jeff .bien d'accord .
Réponse de le 30/11/2012 à 14:23 :
@ jeff: comparatif (disponible partout) entre l'évolution du niveau de vie de la France, GB, USA et URSS de 1980 à 1994 qui correspond à l'ère reagan margareth : pour un niveau 100 en 1980, nous sommes à 120 en france, 160 en GB, 200 au USA, et 50 en URSS.

Jeff, rappelez moins quel pays et quelle idéologie se sont effondrées en 1989 ? Aristote disait : " la vérité ne contredit pas une définition vraie". Il me semble que la réalité a confirmé, partout et toujours la philosophie libérale, et infirmé l'idéologie socialiste. Connaissez vous les faits au moins ? c'est vous qui êtes dans l'erreur ...
Réponse de le 30/11/2012 à 14:27 :
les communistes sont toujours là, mais ne se souviennent même plus de 1989 et se permettent de donner des conseils, c'est à mourir de rire ...
Réponse de le 30/11/2012 à 15:34 :
N'importe quoi. Vous parlez de moyennes..... qui sont comme les strings. Ca montre beaucoup de choses mais ca cache l'essentiel. L'idéologie libérale c'est le far west et vous le savez très bien et ce que nous vivons aujourd'hui est la conséquence directe de la déréglementation à outrance et du modèle anglo-saxon qui ne marche qu'à crédit et/ou sur le dos d'une partie de la populaution. Mais les arbres ne montent jamais jusqu'au ciel et ça aussi vous le savez très bien.
Entre le communisme et le libéralisme, je crois qu'il existe un juste mileu qui permettrait l'enrichissement raisonné de tous et non pas de quelques uns. Comme toujours, tout est une question de curseur. Masi arrêtrez votre propagande à deux balles qui ne repose sur aucun fait historique objectif.
Réponse de le 30/11/2012 à 15:56 :
@@john galt : et ça cache quoi ? l'idéologie (faux, philosophie, apprenez la différence) libérale, c'est la liberté, le far west, cad ? déréglementation, laquelle ? le modèle anglo saxon, de quoi parlez vous ? Les arbres non, mais le génie humain va sur la Lune, vous ne le savez pas ? Seul le libéralisme permet l'enrichissement de tous, regardez les pays de l'ocde, De quel autre système parlez vous ? le curseur comment le placez vous ? pouvez vous le placer ? Si l'état pouvait tout faire et placer ce curseur, pourquoi il y a le chomage et pourquoi l'urss s'est effondrée ? Arrêtez vos clichés et commencez à réfléchir aux questions que je vous pose. Aucun fait historique objectif ? l'URSS ne s'est pas effondrée ? la Corée du Nord n'est pas une monstruosité ? les pays de l'ocde qui appliquent le libéralisme cad le règne de la loi n'ont-ils pas atteint un niveau de développement bien supérieur au reste du monde ? vous avez déjà ouvert les yeux et regardé dans la rue ? on vit moins bien qu'au 19 ième siècle en France ? il ya plus de pauvres maintenant qu'au 19 ième siècle ? Vous êtes contre le libéralisme, cad que vous êtes contre la liberté et les droits de l'homme, comme tout bon communiste ?
Réponse de le 30/11/2012 à 16:38 :
Ca cache quoi ? un simple cadre commercial qui ne confond pas libéralisme et liberté comme un certain john galt (ça cache quoi ?). Parce que pour vous l'idéolgie n'est pas la conséquence d'une philisophie ? Enfin bref, dépassons ces débats sémantiques qui n'intéressent personne, à part vous peut-être. "Le génie humain" va sur la lune, je ne vois pas le rapport et depuis personne n y est retourné avec des moyens technologiques sans aucune mesure avec ceux de l'époque, cela ne vous interpelle pas ? enfin bref....
Mon idée de la liberté en matière d'économie et de l'endroit ou je mets le curseur ?
Par exemple que le cours des marchés des matières premières correspondent à l'offre réélle et la demande réelle. Est-ce la cas ? Quand un stock (blé, pétrole ou autre) passe virtuellement 20 fois de mains en mains et que les cours augmentent de manière artificielle (sans connection entre l'offre et la demande réelles) ça vous parait libérale ou libertaire ? C'est de la philosophie ou de l'idéologie ? Est-ce sain économiquement que de la valeur se créer de manière fictive (sans valeur ajoutée réelle apportée)?
Les parasis fiscaux, c'est la liberté ? des exemples y'en a des tonnes. Je ne sais pas qui vous êtes et qui vous paie mais arrêtez votre propagande à deux balles svp parce que sur ce forum les internautes sont plus informés que vous ne le pensez.
Sur les autres points, vous confondez tout et il faudrait des lignes et des lignes pour vous le démontrer.
a écrit le 30/11/2012 à 12:22 :
on avait compris depuis longtemps que l'ofce pronait le m'enfoutisme et le laxisme ' paye par personne' ( ca devrait etre paye par l'inflation - sauf celle qui touche les syndicalistes- puis par eurobonds vu que c'est de l'argent ' a personne')....... l'europe paye 30 annees de m'enfoutisme, pas la peine de s'en remettre une couche
Réponse de le 30/11/2012 à 14:07 :
Si quelqu'un en surpoids arrive et dis, "je vais perdre 10 kg en 3 semaines", qui le croira. Mais si autre se présente et dis: "je perdrai 10 kg en 10 ans en faisant plus de sport et mangeant plus équilibré.", ce dernier sera le plus sérieux. Il sera dans le vrai.
En vérité, un Etat qui prétend régler ses problèmes de dettes en 3 ans ment à son peuple. Celui qui propose un effort continue à toute une génération pour redresser son pays dis la vérité.
Réponse de le 30/11/2012 à 14:22 :
en 10 ans ou en 3 semaines,peu importe;celui qui y arrive aura dit la verite...vous confondez verite et credibilite,vous devez etre un politicien
Réponse de le 30/11/2012 à 14:26 :
@ parabole : celui qui promet de perdre 10 kg en 10 ans promet du vent et ne fera rien, mais endort son interlocuteur pour pouvoir plus facilement éviter l'effort. Il sera dans le déni. Il vaut mieux quelqu'un qui dise : il faut faire un vrai effort maintenant, et les fruits porteront rapidement, que celui qui promet le malheur et la récession à toute une génération, sans redresser son pays. Cependant, l'austérité actuelle qui est menée, c'est l'austérité du secteur privé (hausse d'impôt) alors que c'est l'austérité du secteur public qu'il faudrait mener (baisse des dépenses). Mais ce n'est pas ce que prônent les socialistes de l'ofce.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :