L'Assemblée donne le feu vert au crédit d'impôt

 |   |  204  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
L'amendement gouvernemental de 20 milliards d'euros devrait relancer l'emploi, sans toutefois perturber le financement de la protection sociale.

Le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi a été voté à l'Assemblée par 117 voix contre 33. Il doit permettre une réduction d'impôt ou d'un crédit pour les entreprises qui ne font pas de bénéfices. Le montant étant indexé à la masse salariale brute de l?entreprise, les entreprises comptant le plus d?employés bénéficieront le plus de cette amendement gouvernemental. Le crédit d?impôt devrait permettre de réduire le coût du travail de 6%, tout en favorisant l?emploi. Adoubé par les députés socialistes, ce dispositif a obtenu les voix des radicaux de gauche. Les écologistes eux ce sont abstenus. Les députés de l?UMP et ceux du Rassemblement-UMP de François Fillon, les élus de l'UDI de Jean-Louis Borloo mais aussi les députés du Front de Gauche ont voté contre. Evoquant une "bonne idée gâchée", le centriste Charles de Courson a jugé que le gouvernement pour régler "un problème avec sa majorité fait voter des sous-amendements pour faire croire qu'il y aura un contrôle par les partenaires sociaux d'un crédit d'impôt, un dispositif fiscal". (Source : AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2012 à 12:48 :
on dirait le christ devant les favelas de rio ! prémonition, la france va devenir une grande favela avec ces fonctionnaires de la politique qui se savent que dépenser, saupoudrer, taxer. aucuns logique de gestion, de réforme, des empilages d'administrations à l'infini. le code du travail fait 1700 pages, les fonctionnaires en rajoutent tous les jours sinon ils n'auraient plus de boulot ! il faut fermer ces services pléthoriques qui brassent du vent, 35h max, super bien payés avec l'argent piqué au privé qu'ils modissent !!!
a écrit le 06/12/2012 à 0:39 :
les partenaires sociaux ??? les partenaires de la gauche oui, les bras armés pour le prosélytisme, mais des syndicats qui parlent avec les patrons et sont capables de compromis intelligents ? pas vus ! 38 000 permanents dans la fonction publique avec avancement automatique, à faire l'autogestion, "représentatifs" de 5% des employés, pas de quoi discuter pour construire !
la seule urgence est de s'attaquer à l'himalaya de la dépense publique improductive, une mine d'or pour financer la relance, pas besoin d'emprunter ni d'augmenter les impôts qui étouffent les ménages et les entreprises
a écrit le 05/12/2012 à 12:25 :
Le nombre de faillites ne cesse d'augmenter, ce démon fait tout ce qu'il peut pour tout détruire.
a écrit le 05/12/2012 à 12:13 :
La complexité de tous ces dispositifs est contreproductive. L'ensemble de la fiscalité et du droit du travail est un n?ud mouvant sans fin dans lequel se complaisent les politiques et se perdent les chefs d'entreprises ; Et ce alors que des lois simples sont possibles et existent dans de nombreux pays. Les énarques qui nous dirigent sont totalement déconnectés des réalités du terrain et crées des lois qui au final ne bénéficient ou ne sont respectés que par les grands groupes dont les juristes et cabinets d?avocats peuvent en comprendre le sens.
Une simple baisse des charges aurait suffit si la volonté d'aider la compétitivité était le sujet, hors encore une fois le sujet semble être :'' faite moi confiance embauchez". La répétition des douches froides à tué le peu de confiance que ce gouvernement pouvait susciter et on peut parier que ce crédit d?impôts n'atteindra pas 10 pour cent de ses objectifs cad l'embauche par des PME de personnel.
a écrit le 05/12/2012 à 11:16 :
C'est un gouvernement de la fonctionnarisation des individus...
Réponse de le 05/12/2012 à 11:32 :
C'est un moindre mal, la liste des chefs d'accusation est longue: c'est le petit camarade de Papandréou qui joue au petit père du peuple. Torture contre les salariés, prébendes d'Etat, économie de la fête par la dette publique, paupérisation de masse par le déficit, chômage dissimulé, mensonge et manipulation des citoyen, attentat aux libertés publiques, manipulation de comptes, détournement de fonds publics, interdiction des exportations, condamnation de l'entreprise, attentat contre les marchés, incitation à la paresse, incitation à la violence sociale, pillage de la société à fins d'enrichissement personnel, humanicide pour avoir prôné l'idéologie criminelle.
a écrit le 05/12/2012 à 11:13 :
On fait dans la destruction de l'épargne et du capital. Ce type est un bourreau qui fait persécuter les citoyens.
a écrit le 05/12/2012 à 11:11 :
La république du paresseux roi qui en veut? QUI?
Réponse de le 05/12/2012 à 12:23 :
tu parles d'un parasite!
a écrit le 05/12/2012 à 11:04 :
On est bien d'accord. Donc ce qui est sur la table c'est l'éviction du secteur privé par le gouvernement. Nous devrons donc argumenter si oui ou non il est opportun de développer les entreprises ou bien de les mettre à plat. nous devons aussi parler de l'opportunité de faire vivre les citoyens dans un monde meilleur plutôt que dans un monde pire.
Réponse de le 05/12/2012 à 11:26 :
Ces gens considèrent le secteur privé comme un mal nécéssaire qu'il convient de mettre au pas et de réguler le plus possible, franchement on rêve debout, d'un autre côté ça révèle une dichotomie malsaine entre ceux qui vivent des subsides du privé (l'état et ses agents donc la fonction publique au sens large représentée par ses élites) et le secteur privé, l'état s'alimentant des prélèvements sur l'activité privée et ne souhaitant pas réduire sa surface ni ses dépenses pour des raisons évidentes de clientélisme et d'intérêt personnel de ses édiles il cherche vainement à traire tout ce qui peut l'être de l'activité productive afin d'assurer sa propre pérénnité dans les conditions actuelles. La république et sa réalité économique sont donc confisquées par l'oligarchie des hauts-fonctionnaires consanguins pourtant démocratiquement élus. Triste mais au vu des résultats de cette politique délirante en 2013 et 2014, il leur sera difficile de se défendre longtemps en brocardant l'héritage de Nicolas 1er.
Réponse de le 05/12/2012 à 12:22 :
L'Etat refusant de soutenir l'activité, il se rend coupable d'un crime: l'élimination des chômeurs de la vie active. Nous sommes donc en devoir de s'y opposer. Nous savons que les ponctions qu'ils vont faire vont nous conduire au défaut de paiement... ce sont les artisans de la déroute de l'économie française... comme en 40. Ils sont entrain de fabriquer une monstruosité. Nous avons affaire à Godzila qui détruit tout sur son passage. tout ce que la population construit, ils le détruisent.
a écrit le 05/12/2012 à 9:29 :
Mais ils étaient ou les autres députés (117 contre 33) je croyais que nous avions plus de 560 députés, il y en avait beaucoup de malades...
Réponse de le 05/12/2012 à 9:56 :
Le seul commentaire pertinent à cette heure, franchement 150 votants pour une loi qui fait tant de bruit.. digne d'une république bananière, démocratie confisquée par des élites cyniques..
Réponse de le 05/12/2012 à 12:29 :
Les comités théodules, c'est utile ça? Les comités sur la croissance et on fait de la récessions. Ils accumulent des fortunes à faire du travail de cochon.
a écrit le 05/12/2012 à 7:59 :
la parole des politiques n'ayant plus aucune valeur,je ne comprends pas des députés qui votent une loi aussi incompléte cette loi pour etre honnete et redonner la confiance,devrait etre votée accompagnée des contrparties exigéés
a écrit le 05/12/2012 à 6:48 :
Bonjour à tous, je viens de découvrir une page facebook intéressante qui vise une nouvelle politique pour la classe moyenne, n'hésitez pas à la rejoindre et partager un maximum, nous la classe moyenne pouvant choisir une politique qui nous ressemble
http://www.facebook.com/pages/UCF-Union-Citoyenne-pour-la-France/456428291071691
a écrit le 05/12/2012 à 6:42 :
Ohé, Ayrault!! Où en sont les dizaines de milliards d'économies promises sur le budget de l'Etat, des collectivités locales et de la sécu? Le reste, ce n'est que du pipeau.
Réponse de le 05/12/2012 à 11:09 :
C'est amusant de voir comment ces gens là peuvent être pourris: on dérembourse les médicaments alors qu'on a dit qu'il existait des dizaines de milliards de gabegie...
a écrit le 05/12/2012 à 4:18 :
Des indemnités-non imposables pour tout le monde, voilà la solution pour sortir de la crise !
a écrit le 05/12/2012 à 3:04 :
Les partisans des libertés citoyennes foulées aux pieds par ce gouvernement proposent de ne pas obéir aux lois scélérates.
a écrit le 05/12/2012 à 3:01 :
L'assemblée est-elle représentative. C'est une question. Papandréou n'est-il pas coupable d'avoir démoli son pays. Lui même étant au parti socialiste. Nous instruisons ici et maintenant le procès du socialisme. A la question le socialisme est-il un humanisme la réponse est non, c'est un humanicide. L'humanité a-t-elle droit de vivre contre la bureaucratie, la réponse est oui. A la question devons-nous instruire le procès de la bureaucratie européenne, la réponse est oui.
Réponse de le 05/12/2012 à 11:36 :
Votre mauvaise foi et votre méconnaissance de l'histoire moderne est hallucinante, Papandréou n'a fait que soulever le tapis sous lequel était caché toutes les malversations financière régime précédent,... libéral et de droite. Creusez un peu et vous verrez que les comptes Grecs sont truqués au moins depuis leur entrée dans l'UE, avec l'aide d'économistes néolibéraux (Goldman et compagnie).
Par contre pour ce qui est de la représentativité des assemblées, tuons science po et l'Ena et on y gagnera tous

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :