L'accord sur l'emploi critiqué à droite et à la gauche de la gauche

 |  | 807 mots
Lecture 4 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
"Historique" pour les uns, "insuffisant" ou signe d'un "recul" pour d'autres, le compromis sur le marché de l'emploi reçoit un accueil plutôt froid dans parmi les dirigeants politique, et, sans surprise, surtout à la gauche de la gauche.

Obtenu de justesse vendredi 10 janvier, l'accord sur l'emploi était éclipsé dans l'actualité par l'intervention française au Mali, la plupart des dirigeants politiques ayant à ce sujet choisi de se ranger derrière le chef de l'Etat. Cependant, le consensus était loin d'être obtenu sur cet accord conclu vendredi par le patronat et trois syndicats sur cinq. Et aux quelques critiques formulées ce samedi, de nouvelles pourraient venir s'ajouter dans les prochaines semaines puisque ce compromis devra faire d'abord l'objet d'un projet de loi puis d'un débat parlementaire. En attendant, quelques voix ont déjà fait part de leur mécontentement... ou de leur soutien. 

"Aucune mesure concrète en faveur des entreprises"

Arnaud Robinet, député UMP de la Marne: "La montagne de l'accord historique sur la sécurisation de l'emploi a accouché d'une souris. Les partenaires sociaux n'y sont pour rien. Le gouvernement a survendu ces négociations pour n'aboutir à aucun résultat, à aucune mesure concrète en faveur des entreprises. Quelle est la mesure qui va permettre aux entreprises d'améliorer la situation de l'emploi? Aucune. La taxation des contrats courts n'est qu'une menace supplémentaire pour l'emploi et la compétitivité, comme si les charges sur les entreprises n'étaient déjà pas assez élevées"

"Des reculs fondamentaux"

Nouveau parti anticapitaliste: L'accord "entérine des reculs fondamentaux contre le droit du travail" et "institutionnalise la précarité par la généralisation des contrats à durée indéterminée intermittents et des contrats de projets, instaure la flexibilité en généralisant la mobilité, la flexibilité des horaires et des salaires (...) Les prétendues contreparties ne sauraient en aucun cas légitimer de tels reculs". "Cet accord ne répondra en rien au problème du chômage, bien au contraire". "L'urgence est la construction unitaire d'une mobilisation interdisant la validation de tels reculs sociaux". 

 Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière). "Si le patronat est satisfait, c'est que les travailleurs n'ont aucune raison de l'être (...) Les accords de compétitivité ont été rebaptisés accords de 'maintien de l'emploi', mais le contenu est le même : dans chaque entreprise, les travailleurs pourront être soumis au chantage suivant : des baisses de salaire, des mutations à l'autre bout du pays, un allongement de la durée du travail ou le licenciement (...) Les autres dispositions sont à l'avenant (...) Que la CFDT ait signé montre sa docilité à l'égard du patronat et du gouvernement". Les contreparties offertes aux syndicats "servent de feuille de vigne (...) Patrons et dirigeants syndicaux peuvent s'entendre sur leur dos autour du tapis vert, mais ils ne pourront empêcher que tôt ou tard, la colère éclate face à la dégradation des conditions d'existence, et que le monde du travail rende les coups. 

"Loin d'être le bon compromis demandé"

Olivier Dartigolles (porte-parole du PCF) : "Loin d'être le bon compromis demandé", il "conduit les salariés à devoir accepter le chantage patronal des baisses de salaire ou d'allongement du temps de travail en échange d'une promesse limitée dans le temps d'un maintien des effectifs", "restreint les possibilités de contester et d'attaquer en justice les licenciements", "introduit de fait un nouveau type de licenciement" et "oblige les salariés à se plier à une mobilité forcée". "Au regard de ces terribles reculs sociaux et du droit, les quelques avantages accordés par le Medef pour s'assurer la signature de trois organisations syndicales semblent bien maigres (...) Ainsi la taxation des CDD, d'ailleurs compensée par de nouvelles exonérations de cotisations, ne permettra pas de dissuader le patronat de recourir aux contrats courts (...) Lors du débat parlementaire, les députés et sénateurs du Front de gauche avanceront des solutions concrètes ouvrant de nouveaux droits pour sécuriser l'emploi". 

"C'est d'abord un 'ouf' " 

Côté gouvernement, c'est bien sûr un tout autre son de cloche que l'on pouvait entendre. Jean-Marc Ayrault s'est félicité d'un accord qu'il considère comme "le plus important en 30 ans", tandis que le ministre du travail, Michel Sapin faisait part de son soulagement. "C'est d'abord un 'ouf' parce que là se trouvent la méthode et des outils pour l'emploi, lutter contre le chômage, inverser la courbe du chômage", a-t-il dit au micro de RTL. Concernant le  rejet de l'accord par FO et de la CGT il a expliqué qu'il aurait "préféré bien entendu que plus encore d'organisations syndicales le signent". Avant d'ajouter: "Peut-être certaines ont-elles hésité? Peut-être certaines sont-elles en proie à des considérations internes? Je respecte tous les motifs mais il y a un accord et cet accord est un bel et grand accord."A gauche encore, Harlem Désir, le secrétaire national du PS a salué "une victoire majeure du dialogue social pour l'emploi, la compétitivité et la croissance".
 

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/01/2013 à 17:04 :
La réussite n est pas tout a fait au rendez vous car avec ce qu on lit c'est une affaire qui se solde par un minima alors que l on en attendait plus et que nous allons etre encore les dindons de la farce ca au moins on en ait sur.
a écrit le 13/01/2013 à 5:17 :
Les déséquilibres des balances commerciales sont la cause principale de la crise.
La solution serait de tolérer le protectionnisme pour les pays économiquement faibles:
Exemple la Grèce: Avec une TVA majorée (25%) sur les produits importés et minorée (15%) sur les produits - Made in Greece - le taux de chômage devrait rapidement baisser dans les pays faibles de l'Union Monétaire, dont la Grèce, puisque cela inciterait les entreprises traditionnellement exportatrices vers la Grèce et autres pays déficitaires, donc Allemandes et Chinoises, à investir et produire en Grèce tout ou bonne partie de ce qui est destiné au marché Grec, afin pour pouvoir continuer à vendre leurs produits avec une TVA minoré (15%), la concurrence aidant.
Ceci devrait faire rapidement baisser le chômage et de plus contribuer à l'équilibre budgétaire, puisque les revenus des salariés seraient imposé en Grèce, de même pour les cotisations sociales. Les dépenses de l'état seraient par la même occasion réduites, puisque le nombre de chômeurs et par conséquent les indemnités chômage baisseraient (le nombre de suicides aussi).
En revanche, si les même mesures étaient appliquées en Allemagne ou en Chine par rétorsion sur les produits -Made in Greece- cela n'aurait pratiquement aucune répercussion sur l'économie grecque, puisque celle-ci n'exporte guère vers l'Allemagne ou la Chine. Ainsi les excédents et déficits des balances commerciales, cause principale de la cries, pourraient être réduits.
Le dumping social compétitif imposé par Merkel n'est qu'un retour au début de l'industrialisation quand l'exploitation de l'homme par le capital était chose courante.
a écrit le 13/01/2013 à 2:48 :
Ces négociations ont accouché d'une souris, un accord à minima pour ne pas avoir une loi faite sans eux.
Résultat une belle usine à gaz qui prendra autant de place que le bottin.
a écrit le 13/01/2013 à 0:02 :
Pas grand chose de neuf, si ce n'est que les syndicats ont bien plus travaillés pour les salariés qui pourraient se retrouvés au chomage que pour les salariés qui garederons leur travaille... et concernant les employeurs, je ne vois pas ou est leur gain??? Si on reprends les mesures accordées... ( Historique ???) portabililté des droits à la formation, compteur temps de travail pour les chomeurs afin de leur permettre de ne pas perdre les droit au chômage acquis( ça va devenir compliquer de leur demander de travailler en s'investissant dans le temps...) "sur"taxe sur les CDD... temps partiel passé au minimum de 24 h / semaine ( dommage pour certain étudiants qui ne pourront pas les faires...) creation d'une mutuel obligatoire pour tous ( trés bien pour les salariés qui n'en n'ont pas, et encore mieux mieux pour les groupe de mutuel comme Malakof qui va certainement y gagner des adhérents ( forcés)... dommage pour ceux qui ont déjà une bonne mutuel, soit ils contiseront aux deux soit il devrons quitter celles qu'ils ont...)... Facilité pour les patrons à solliciter les lissage d'horaires pour mieux accompagner les saisonabilité de certaines activités??? Difficile à imposer aux salariés dont le contrat est antérrieur...
Bref, si quelqu'un pense réellement que cet "historique" accord (pas plus gros qu'un petit pois) va boulverser le monde du travail et va générer des emplois... c'est soit qu'il crois encore au P.. N.. ou bien... euh... dite moi???
a écrit le 12/01/2013 à 19:29 :
HONTE a la CFDT qui se dit etre le syndicat des salariés
la ils prouvent qu'ils sont pour les patrons (une fois de plus).
Ils devraient s'allier au MEDEF!!!
l'un des deux autres qui les accompagnes et un syndicat de cadre et le troisiéme compt pour du beurre voir resultat des election des TPE
Je félicite FO et la CGT !
qui on de vraie valeur pour les salariés
je voudrais faire un rappelle a nos hommes politique que cete accord nais pas encor signé car vue que la CGT reste le syndicat majoritaire en FRANCE ce qui veux dire qu'ils peuvent le dénoncer
en espérent qu'il le fasse
Réponse de le 13/01/2013 à 2:43 :
Etant donné que l'ensemble des syndicats ne représentent que 8 % des travailleurs dans ce pays, je ne pense pas que l'on doit parler ici de majorité.
Réponse de le 13/01/2013 à 14:04 :
FO et la CGT ne représentent pas plus de 50% des voix aux électrons professionnelles, toute catégories confondues ( TPE, PME, TGE... ) ils ne peuvent doc pas empêcher l'accord.
Quant à la notion de majorité elle s'apprécie en fonction des personnes qui se sont exprimés dans les urnes, pas de l'ensemble du corps électoral.
a écrit le 12/01/2013 à 18:47 :
Pas grand chose de neuf! beaucoup de "mise en scéne" pour un résultat qui ne change rien au systéme trop lourd et contraignant!cela fait penser à la comédie américaine sur la fameuse "falaise budgétaire" qui tenait toutle monde en haleine, et qui finalement s'est traduit par le maintien du systéme en cours; en attendant des jours meilleurs!
a écrit le 12/01/2013 à 18:37 :
Si les opposés sont tous mécontents pour des raisons contradictoires , c'est que c'est un bon accord !!
a écrit le 12/01/2013 à 18:35 :
personne ne connait les accords,ils consistent en quoi dans le détail?
a écrit le 12/01/2013 à 18:14 :
Ils ont à peine abordé les problèmes, se sont regardé en chien de faïence pendant des semaines et ont accouché d'un mini accord surnommé historique pour mieux en faire passer la vacuité et on en est toujours à la guerre des tranchés : mort a l'adversaire !
En attendant la France et les français trinquent et trinqueront tant que ces nostalgiques du siècle dernier n'auront pas réalisé que le monde ne les attend pas dans son évolution foudroyante et qu'il serait peut etre temps de sortir de la lutte de classe qui a échoué partout dans le monde pour regarder le monde tel qu'il est.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :