90,8 : c'est le montant (en milliards d'euros) des dépenses pour l'emploi

 |  | 444 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Selon une étude du ministère du Travail, en 2010, les dépenses en faveur de l'emploi et le marché du travail se sont élevées à 90,8 milliards d'euros, soit 4,7 points de PIB. A elle seule, l'allocation d'aide au retour à l'emploi (ARE), c'est-à-dire la principale allocation chômage, a représenté un coût de près de 25 milliards.

Quasiment 5 points de PIB... c'est ce qu'ont représenté en 2010 les dépenses en faveur de l'emploi et du marché du travail, soit 90,8 milliards d'euros! Selon une récente étude de la Dares (service statistiques du ministère du Travail), les «dépenses ciblées» (celles qui visent les demandeurs d'emploi et les personnes en difficulté sur le marché du travail) se sont élevées à 50,1 milliards d'euros en 2010, soit 2,6 points de PIB.

L'allocation d'aide au retour à l'emploi: un coût de 25 milliards d'euros

La "forte hausse" de ces dépenses ciblées, enregistrée en 2010 pour la deuxième année consécutive (+8% en euros constants, après +17% en 2009), tient selon la Dares à trois facteurs combinés : la reprise fragile de l'activité, l'accroissement du nombre de demandeurs d'emploi et la poursuite de la mise en oeuvre du plan de relance de l'économie.

Sans surprise, les dépenses d'indemnisation au titre du chômage en constituent plus de la moitié (56%) -un récent rapport de la Cour des comptes vient d'ailleurs d'alerter sur le coût de l'indemnisation du chômage et l'endettement de l'Unedic qui gère le dispositif. A elle seule, l'allocation d'aide au retour à l'emploi (ARE) atteint près de 25 milliards d'euros, en hausse de 3,5% en euros constants, par rapport à 2009.

Parmi les "dépenses ciblées" qui pèsent le plus lourd, on trouve ensuite les aides à l'emploi -principalement les contrats aidés- (18%), la formation professionnelle des demandeurs d'emploi (15%) et les moyens consacrés au service public de l'emploi (12%).

Le coût des allégements de cotisations: 22 milliards d'euros

Les "dépenses ciblées" dans leur ensemble affichent un montant bien supérieur à celui des "dépenses générales", qui atteignaient en effet 40,7 milliards d'euros en 2010, soit 2,1 points de PIB. Le montant global de ces dépenses en faveur de l'emploi et du marché du travail a fondu de 3,4% en euros constants par rapport à 2009. Plus de la moitié de ces "dépenses générales" -22 milliards d'euros- provient d'allégements généraux de cotisations sociales ciblés sur les bas salaires (jusqu'à 1,6 Smic). A cela s'ajoutent  pour 4,6 milliards d'euros d'allègements en faveur des heures supplémentaires (dispositif supprimé en 2012, lors du changement de majorité). Pour l'essentiel, les autres dépenses ont été réalisées au titre des incitations financières à l'emploi (prime pour l'emploi et RSA «activité») et des mesures en faveur de l'emploi dans certains secteurs d'activité ou dans certaines zones géographiques.

À la lisière de ces politiques en faveur de l'emploi et du marché du travail, certaines dépenses sociales (minima sociaux dont le RSA «socle» principalement) représentent en sus 14 milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2013 à 1:12 :
Sur l?emploi, c?est un échec retentissant et ce à l?échelle de toute la zone. Maintenant il faut expliquer que l?on trouve des ingénieurs qui donnent des cours à des élèves de collège. C?est qu?on veut étouffer la croissance de ce pays en empêchant ceux qui peuvent créer des emplois d?en faire. Alors claquer 90 milliards, à quoi bon ? On note aussi un fort souci au niveau des classes moyennes, pourquoi ne pas créer un mouvement de défense puisque ce sont les éternels condamnés du régime ? Il faut rétablir la liberté du travail. Les exemples sont nombreux, on a formé du personnel à la recherche qu?on n?a jamais voulu embaucher, on se demande bien pourquoi ? Comme si l?arriération était le but. On se plaint de la pauvreté, elle ne cesse d?augmenter, c?est un système qui ne marche pas. Ne devrait-on pas cesser de subventionner le cinéma sans clients par exemple ?
a écrit le 30/01/2013 à 10:52 :
mesurettes et autres frivolités n'ont pas de résultats, qui s'en étonnera ? il faut de la flexibilité : l'autriche n'a aucune contrainte de licenciement et n'a que 4% de chômage..il y a 500 000 emplois non pourvus, il faut durcir les règles d'assistanat, traiter le 3% en effectifs d'intermitents qui absorbent 30% du déficit chomage, réduire la durée d'indemnisation chômage, et surtout S'ATTAQUER A LA MONTAGNE DE DEPENSE PUBLIQUE qui absorbe toute la richesse crée par le public pour la transformer en dette : au moins 30% de dépenses inutile set inefficaces, de quoi financer la relance par les gains, baisser les impôts, alléger les charges, déveloer l'emploi...et ainsi le besoin d'aide à l'emploi en sera grandement minimisée IL FAUT S'ATTAQUER AUX CAUSES, PAS AUX CONSEQUENCES
a écrit le 29/01/2013 à 16:14 :
saupoudrage, multiplicité des dispositions, incohérence des mesures, quantité de régimes... et aucuns résultats à l'arrivée. dans toute entreprise normale, le responsable est viré....
qu'ils aillent faire un stage en suéde ou en finlande, ils apprendront à mettre en place des mesures incitatives, à travailler sur ce qui pèse lourd (et non l'affichage ou la stigmatisation du cas marginal..), à mettre en place des formations qui correspondent aux besoins, à responsabiliser chacun.....on a un système lobotomisé, aucune culture de l'efficacité et de la performance, du pilotage par les résultats....et surtout, ce n'est pas en envoyant un jeune diplômé se destructurer en l'enyant dans une administration qu'on va l'aider : Il est grillé, déformaté pour le monde du travail, 35h, gréve, pas d'objectifs, on gére des usagers et on dépense toujours plus...quel beau CV pour candidater dans une PME......
Réponse de le 31/01/2013 à 1:19 :
La prime aux efforts va etre supprimée... dans le public il faut une prime pour faire du travail correct, on est loin de l'ouvrier japonais de l'automobile.
a écrit le 29/01/2013 à 0:53 :
Le problème n'est pas de saupoudrer l'argent du contribuable, mais de créer un environnement économique porteur où les gens peuvent entreprendre, mais ça, les politiques en sont bien incapables et comme y a pas de résultats immédiats, c'est pas porteur de voix aux élections, donc ça les intéresse pas :-)
Réponse de le 29/01/2013 à 20:23 :
Çe n'est pas une question de capacité ou d'incapacité des politiques mais d'intérêt, comme vous le soulignez. Leurs objectifs est de se faire réélire et donc de dire ce que les gens veulent entendre...
Réponse de le 29/01/2013 à 23:16 :
Il est évident que toute personne résolvant un problème ne peut plus justifier son job. Donc ils s'empressent surtout de ne rien résoudre, et même de laisser la situation bien pourrir, histoire de justifier encore plus de parasites pour mesurer l'étendue des dégâts. Mais surtout, il ne faut rien faire, ca pourrait leur être reproché, par leurs pairs...
a écrit le 28/01/2013 à 22:48 :
IL faut supprimer le "chomage de luxe", c'est à dire les pensions de comage à plus de 2000 euros/ mois, une exception française qui n'existe nulle part ailleurs. C'est trop cher et cela n'incite aucunement à retrouver un emploi.
Réponse de le 29/01/2013 à 5:40 :
+1, je rajouterai d'avoir le chomage a la semaine pendant les 6 premiers mois. Trop de gens prennent des "vacances" le premier mois de leur chomage au frais du contribuable.
Réponse de le 29/01/2013 à 10:49 :
Qui êtes-vous pour vous en prendre à l'argent des autres ? Les chomeurs bien indemnisés sont ceux qui ont bien cotisé !
Si vous souhaitez réduire leurs indemnités, alors réduisez leurs cotisation et vous verrez le résultat sur le déficit de l'UNEDIC.
Encore une "opinion" péremptoire sans réflexion.
Réponse de le 29/01/2013 à 11:56 :
De plus, il ne faut pas oublier que l'assurance-chômage, comme son nom l'indique, est une assurance. Les salariés et les employeurs versent des cotisations ou plutôt des primes mensuelles, comme pour une assurance-voiture, pour couvrir le risque de chômage. Alors, que l'on arrête de tout mélanger et de tout mettre dans le même package, les indemnités chômage qui résultent des primes versées et les autres versements à la charge de l'Etat (ASS, RSA, etc.). Cela éviterait de mettre les gens en transe, personne ne trouve à redire si l'assurance d'une voiture de luxe est plus onéreuse que celle d'une voiture normale et que donc, en cas d'accident, les remboursement sont plus élevés...
Réponse de le 29/01/2013 à 14:25 :
...sauf qu'a mon humble avis,si la societe chargee d'assurer la voiture de luxe se retouvait avc le meme deficit que l'assurance chomage,elle serait certainement amenee a revoir ses renboursements,non?(en fait je crois qu'elle n'existerait plus...)
Réponse de le 29/01/2013 à 15:22 :
Je comprends que ça en agace certains mais il faut l?équilibrer. Celui qui touche, disons 3000 euros peut tout à fait mettre 30 euros dans une assurance pour compenser des prestations plafonnées de 2300 euros. Système qu'on devrait étendre d'ailleurs aux retraites après avoir tout fusionné. Le modèle français est un modèle par répartition.
Réponse de le 31/01/2013 à 1:23 :
Qu'on baisse aussi les cotisations sociales alors!
Réponse de le 31/01/2013 à 1:26 :
C?est comme la double peine de l?éducation. Vous payez pour le public et aussi si mettez vos enfants dans une école privée.
a écrit le 28/01/2013 à 21:26 :
90,8 milliards d'euros, c'est 90800 millions d'euros (ça va jusqu'ici, tout le monde suit ?). Si on répartit ces 90800 millions sur les 4 millions de chômeurs, cela fait plus de 22000 euros par chômeur et par an. Si on divise par 12 mois, cela fait plus de 1800 euros par mois et par chomeur. Rien ne vous choque ? Ou passe l'argent ? En tout cas, les chômeurs n'en voient pas la couleur ...
Réponse de le 29/01/2013 à 8:01 :
90800 millions c'est surtout la somme qu'il faut ponctionner en charges sociales, impôts et taxes augmentant d'autant le cout du travail et donc les délocalisations, fermetures d'usines, liquidation judiciaire et donc le chômage. La boucle est bouclée et je ne vois pas d'issue à ce processus.
Réponse de le 30/01/2013 à 17:19 :
Je n'ai aucun problème à payer 90 milliards à conditions qu'il n'y ait plus aucun chomeur du coup, puisque ces 90 milliards devraient suffir à chacun un emploi payé 1800 euros par mois. Ce que je trouve inadmissible, c'est de payer les 2 (les 90 milliards et les chomeurs en plus).
a écrit le 28/01/2013 à 21:02 :
90 milliards euros,ca represente un peu moins que les niches fiscales destines aux plus riches....Et on fait un article a charge sur les chomeurs qui sont forcement responsable du chomage....triste france
Réponse de le 29/01/2013 à 5:45 :
90 milliards de niches fiscales aux riches!!?? Je me demande ou avez vous pris vos chiffres? et quels sont vos niches fiscales? Voici les 3 plus couteuses niches fiscales:
la TVA réduite pour des travaux de particuliers, créée en 2003 par Francis Mer, coûte 5 milliards d'euros ;
le crédit d'impôt à la recherche, qui finance les entreprises pour leur dépenses de développement coûte 4 milliards d'euros ;
la prime pour l'emploi créée en 2001 par Lionel Jospin, coûte 3,2 milliards et touche 8,7 millions de Français ;
Réponse de le 29/01/2013 à 15:38 :
C'est pas 90 milliards, c'est 3740 milliards/an aux riches de niches fiscales. Minimum... (il faut être précis)
Réponse de le 29/01/2013 à 20:27 :
Arrêtez de citer n'importe quoi môme chiffre. Ou alors réfléchissez et respecter les ordres de grandeur. Par exemple par rapport au PIB. Ca éviterait de vous ridiculiser.
a écrit le 28/01/2013 à 18:42 :
Si vous allez sur ce site vous pourez voir la dette de l'Allemagne et voir aussi de combien elle augmente chaque seconde. l'augmentation de la dette a ralenti, elle est passée de 1.335 Euro à 870 Euro par seconde. Succes considérable. En Allemand: Die Schuldenuhr des Bundes der Steuerzahler läuft ab sofort langsamer. Der Schuldenzuwachs pro Sekunde ist von 1.335 Euro auf 870 Euro gesunken.--- Copy and paste dans le browser et vous verrez le compteur de la dette allemande fonctionner en haut et à droite de la page. - - - http://www.steuerzahler.de/Home/1692b637/index.html
Réponse de le 31/01/2013 à 1:34 :
Ils planquent 40 points de PIB sous les tapis, appelez Moody!
a écrit le 28/01/2013 à 18:26 :
la formation professionnelle des demandeurs d'emploi (15%)
----> ça fait travailler les fonctionnaires et les PME qui donnent des formations qui coutent très cher

et les moyens consacrés au service public de l'emploi (12%).
----> ça fait travailler les fonctionnaires

Comme quoi, les chômeurs, ça donne de l'emploi à beaucoup de gens, et ça en arrange aussi beaucoup ???
Réponse de le 28/01/2013 à 19:23 :
Vous proposez quoi ? Supprimer les formations pour les chômeurs sans formation adaptée au marché du travail ? Ou bien essayer de trouver des formateurs qui accepteraient de travailler gratuitement ?
Réponse de le 28/01/2013 à 21:11 :
J'ai été au chômage en 2006 (par choix) je suis allé faire les "formations" proposées par curiosité et aussi pour montrer que j'étais sérieux, je les ai trouvé ridicules.
1. Une formation pour apprendre à faire son CV, c'est utile pour ceux qui ont en jamais fait, qui ont des carences sur ce type de document etc. Mon constat on facture 1h de prestation à l'état, donc nos impôts, pour 30 minutes d'accueil avec de la doc pour patienter, puis 30 minutes pour entendre que son CV est bien mais que ceci il vaut mieux l'écrire par là. Bon soit. J'ai eu le malheur de lui dire que je voulais me spécialiser dans ma branche et j'ai eu droit à un RV de reconversion professionnel.

2. Le RV de reconversion professionnel : là c'est le pire du pire on te dit que ton secteur (informatique) ça embauche plus vraiment, qu'il y a des métiers dans le tourisme qui sont vacants etc. Je recadre la personne mais j'ai quand même "l'obligation" de me présenter à 4 demi-journée (une par semaine) pour penser à une reconversion.

Bref j'ai arrêter ce cirque, je suis allé voir un cabinet de recrutement spécialisé en SSII. Une personne m'a refait mon CV, et là c'était bien plus en adéquation avec un CV de 2006 et on a pu discuter de spécialisation et j'ai trouvé un travail qui correspondait à mes aspirations.

Réponse de le 28/01/2013 à 21:48 :
Il n existe pas de formations. Il n y a que des societes bidons qui font du retour a l emploi avec des bilans de competences bidons... les seuls boulots valables st ceux qui ft du black. Artisans par exemple...
Réponse de le 28/01/2013 à 22:14 :
Embaucher les chomeurs pour faire le boulot. C'est pas mal non ? Au moins, ça fera baisser les prix des formations et les dettes.
Réponse de le 29/01/2013 à 15:26 :
Les 30 milliards de la formation sont employés n'importe comment. Ce sont des usines à salaires dans des OPCA qui se tournent les pouces et des rentes sur des formations dignes du 19eme siècle pour des organismes bidons crées aujourd'hui, fermés demain... J?exagère à peine !
Réponse de le 30/01/2013 à 12:45 :
En fait, c'est assez simple : LE Produit, c'est le chômeur. Toute une économie parasite s'organise autour du chômeur. Ca ne produit strictement rien, mais qu'est-ce que ca consomme comme ressources de l'économie :-)
a écrit le 28/01/2013 à 18:08 :
Au vu des résultats (plans sociaux, chomage élevé en particulier chez les jeunes et les seniors, deficit balance commerciale...) ces 90.8 milliards d'? dépensés annuellement ont un rendement plus que très médiocre....
a écrit le 28/01/2013 à 17:46 :
Le soit-disant Modèle Allemand - consiste dans l'application de la loi du plus fort. Par le biais de leur excédent de la balance comerciale ils exportent leur chômage vers les pay déficitaires, dont la France. L'Allemagne se comporte comme si elle était en compétition permanente (J'allais écrire - en guerre -) (voire l'expression Deutschland AG)
Le peuple Allemand, plus enclin à la subordination au pouvoir que la plus part des autres peuples (sauf les Russes), va accepter des sacrifices s'il les considère nécessaires. Il s'agit pour l'Allemagne de gagner, l'adversaire n'est pas le patron qui les exploite, l'adversaire ce sont les autres pays qu'il faut battre. Conflit permanent, en somme. Les accords imposés par l'axe franco-allemand favorisent ce genre de comportement, vu qu'ils interdisent le protectionnisme. Ainsi l'Allemagne peut inonder le reste de l'Europe (et du monde, mais la on s'en fout) de ses produits, ce que les autres pays signataires sont obligés d'accepter.
L'allemagne prendra toujours les mesures nécessaires pour pouvoir garder cet avantage. Étant avantagées par de multiples facteurs naturels et immuables, elle y parviendra toujours, quoi que fassent des pays comme la Grèce, le Portugal, l'Espagne et même l'Italie.. Étant industriellement et économiquement parmi les pays les plus avancés, elle peut dicter aux autres pays de l'Union un Modus Vivendi qui l'avantage.
La France pourrait essayer d'imiter l'Allemagne en adoptant certaines mesures que le peuple Français n'accepterait pas. Exemple : Il n'y a pas de salaires minimum en Allemagne et les salaires horaires de 4,-Euro de l'heure ne sont pas rares. Sous certaines conditions ces salariés sont ce que l'on appelle des - Aufstocker - c'est à dire que s'ils n'ont pas d'autres revenus l'état complète leur salaires par un appoint de façon à ce qu'ils arrivent au minimum vital (autour des 800,- Euro par mis).
En fait cet ? appoint ? n'est rien d'autre qu'une subvention déguisée, puisque cela permet à certains employeur de payer des salaires de misère. Cela permet aussi de fausser les statistiques du chômage, puisque sans cet appoint ces emplois n'existeraient pas.
Je pense que la seule solution, en tout cas tant que nous n'aurons pas une Europe Fédérale avec Ministère des finances Européen, selon le Modèle Fédéral Allemand d'ailleurs, la seule solution je disais sera d'autoriser un minimum de protectionnisme pour protéger du cannibalisme les économies des pays les plus désavantagés.
Réponse de le 28/01/2013 à 17:54 :
Et après, on nous dit de faire une Europe fédérale. Avec de tels propos, on est plutôt dans le genre mal barrés pour y parvenir !
Réponse de le 28/01/2013 à 18:19 :
@MDR: vous avez des vrais arguments contre le texte au dessus? šParce que faire une Europe fédérale c'est pas mal comme idée, mais quelle Europe? une Europe de la finance? Du libéralisme exacerbé? Désoler mais je pense que ce sera la meilleur moyen pour renouer avec les vieux démons du continent européens..... On a voulu crée une Europe sans prendre le temps de rapprocher les peuples. En moins de 60 ans on a essayer de réunir 27 peuples différents alors qu'il faut généralement 10 ans pour rapproché juste deux nations.... Dommage.....
Réponse de le 28/01/2013 à 18:29 :
@ Pierro : Il est vrai que nous avons une économie ultra-libérale.... Quand les dépenses publiques dépassent 56 % du PIB, je trouve tout ceci risible, et ce d'autant que depuis 2008, jamais les Etats, au niveau mondial n'auront intervenu autant dans l'économie, pour les résultats que l'on connaît. Après, il est vrai que la Corée du Nord et Cuba, c'est tellement mieux ! Au moins, là bas, les gens sont égaux dans la pauvreté, sauf les dirigeants (comme toujours...)
Réponse de le 28/01/2013 à 18:35 :
@ MDR,
le problème c'est justement que nous n'avons pas d'Europe fédérale parce-que cela n'est pas dans l'intérêt de l'Axe franco-allemand. Personnellement (auteur du texte au dessus) je prône le protectionnisme uniquement en attendant que cette Europe fédérale se fasse. Le protéctionisme ne serait plus nécessaire dans une Europe fédérale copié sur le fédéralisme allemand.
La production industrielle de l'Italie a baissé de plus de 25% depuis 2007, malgré le fait que les salaires et le coût du travail soient moins élevé en Italie que en France et même qu'en Allemagne.
Il y a des gens (vous en faites peut-être partie) qui pensent qu'une Europe fédérale est une Europe dirigée par l'Allemagne secondée par la France. Cette Europe fédérale là vous pouvez vous la mettre où je pense.
a écrit le 28/01/2013 à 17:43 :
Et pourtant, on ne cesse de nous rabâcher à l'envie que seule une intervention massive de l'Etat pourra permettre de lutter contre le chômage ! Et bien, la réponse et NON ! Comme quoi, Keynes a encore tout faux !
a écrit le 28/01/2013 à 17:40 :
La France s'endette de 5 500 euros de plus chaque seconde, soit 475 millions d'euros PAR JOUR, et près de 174 milliards par an. La dette publique de la France atteint 1788 milliards, soit 89,1% du PIB et l'équivalent de 26 300 euros pour 65 350 000 habitants au 1er janvier 2012. Le déficit budgétaire de 2012 a été de 87,2 milliards d'euros.
Réponse de le 28/01/2013 à 17:51 :
@
Si vous allez sur ce site vous pourez voir la dette de l'Allemagne et voir aussi de combien elle augmente chaque seconde. l'augmentation de la dette a ralenti, elle est passée de 1.335 Euro à 870 Euro par seconde. Succes considérable. En Allemand:
Die Schuldenuhr des Bundes der Steuerzahler läuft ab sofort langsamer. Der Schuldenzuwachs pro Sekunde ist von 1.335 Euro auf 870 Euro gesunken.
Copy and paste dans le browser et vous verrez le compteur de la dette allemande fonctionner. -
http://www.steuerzahler.de/Home/1692b637/index.html
a écrit le 28/01/2013 à 17:12 :
90,8 milliards d' euros mis à la poubelle : c' est ça la gestion des hauts fonctionnaires de droite comme de gauche : ce pays est profondément malade du socialisme de droite ( ump ) et de gauche ( p.s.).
Réponse de le 28/01/2013 à 19:27 :
Dois je comprendre que pour vous un chômeur ne doit pas être indemnisé du tout ? Ni formé ?
a écrit le 28/01/2013 à 16:52 :
ce gouvernement fillon
Réponse de le 28/01/2013 à 18:30 :
Manifestement, c'était trop soft. Il a fallu le changer par Zayrault !
a écrit le 28/01/2013 à 15:53 :
Ce sont les chiffres de 2010 ... pendant ce temps là, il y avait Oseo Innovation ex anvar avec ses pléthoriques "officines" troubles qui flinguaient des projets indsutriels créateurs d'emplois NETS... sans commentaire, le PS continue avec les structures parapubliques FOUTRAQUES que celles mises en place par l'UMP pour le résultat déplorable que l'on connaît .. conclusion : DE CHANGEMENT POINT Y EN A !!!
a écrit le 28/01/2013 à 15:00 :
90,8 MILLIARD POUR LE NON EMPLOI c'est ce qu'il faudrait dire, cars un emploi ne coûte pas a l'état mais RAPPORTE. si je ne me trompe pas dans les 000 cela fait 30 000 Euros par an par personnes au chaumage ( 3 Millions ) et après on dit ne pas être en faillite !
Réponse de le 28/01/2013 à 16:31 :
En dehors, éventuellement, des 30Milliards d'allocation chômage, et vu le rendement habituel des services publics en matière de gestion de l'argent, ne serait-il pas plus efficace de rendre les 60 autres milliards aux entreprises, en allégement de charges sociales divers et avariées ?? Quand on voit que le cout de la réduction de TVA dans la restauration était d'environ 3 milliards par an et que cela a fait un tolé, j'ai comme une petite idée de la réponse.
Réponse de le 28/01/2013 à 16:35 :
Ramené a la masse totale des emplois, ca fait quasiment un RSA par personne...
Réponse de le 28/01/2013 à 16:44 :
Avec 16 Millions de salariés en France a fin 2012, ces 90,8 Milliards représentent 5653 ? Par an par salarié. Les charges salariales d'un SMIC se monte par exemple a 5940? par an. Si on voulait être efficace, on vire toutes ces dépenses foireuses et improductives, on fait une ristourne des charges a hauteur de 500? par employé, et le smic net passe de 1100 a 1600? par mois instamment. On va va voir si ca ne change pas la vie des "masses populaires" un tel écart. Et c'est équivalent au niveau budget de l'Etat. Voila un vrai programme de gauche :-)
Réponse de le 28/01/2013 à 20:13 :
Dans votre projets un employé qui est licencié par son entreprise aurait 0 euros par mois pour vivre. Pas sur que cela cela soit de gauche. Toutefois en neutralisant la partie indemnisation des chômeurs qui se monte à 50 milliards d'euros sur les 90 milliards, cela permettrait d'augmenter les salaires de 200 euros nets par mois. Pas négligeable.
a écrit le 28/01/2013 à 14:46 :
Encore 90Milliards a economiser et donc a deduire en charge pour les entreprise.... A force d'avancer dans tous ces chiffres on va se retrouver avec 150 ou 200 milliards de depenses inutiles, et donc d'economie realisables....
Réponse de le 28/01/2013 à 15:24 :
Faut pas rêver.
L'entreprise,qui n'est pas aimée(voir PSA),qui a des problémes avec ses banks,dont le patron est trop payé!!!(Goshn) etc ,va toucher la dotation et s'enfuiera investir en des cieux plus clément.
A qui la FAUTE????
Réponse de le 28/01/2013 à 15:46 :
Oui Carlos Goshn est trop payé. J'ai d'ailleurs jamais compris pourquoi malgré son incapacité à redresser Renault depuis 10 ans il restait encore aux manettes. Vite un PDG allemand!!!
Réponse de le 28/01/2013 à 15:55 :
Goshn n'a jamais rien fait pour relever Renault, Renault va mal depuis qu'il est arrivé et qu'il a continué les conneries de Schweitzer avec le bazar Dacia qui tourne à l'échec !!! c'est une nuance importante
Réponse de le 28/01/2013 à 16:14 :
Le but de mon commentaire etait surtout de mettre en avant le fait qu'il serait extremement simple de faire des economie de 100 ou 120MDS d'euros des la 1ere année... Et par la meme occasion, baisser les impot et charges en tout genre pour faire repartir la machine France...
Réponse de le 28/01/2013 à 16:51 :
C'est très vrai Marvin, seulement cette marche d'argent passant par la case fonctionnaire fait vivre des dizaines de milliers de fonctionnaires inutiles, juste là pour compter les pièces de 5 centimes qui passent tous les mois. Ta proposition consisterait a les mettre a la porte, et on est sur qu'ils descendraient directement dans la rue, menaçant de ne plus voter pour leurs bon et services monarques ... La monarchie française n'a pas peur du peuple, elle n'a peur que de perdre son trône en malmenant ses sujets fonctionnaires. Le peuple, on s'en tape complètement, il ne dit jamais rien...
Réponse de le 28/01/2013 à 19:29 :
Ne rien donner aux chômeur pour faire 90 milliards d'euros d'économies. Pourquoi pas aussi fermer les écoles...
Réponse de le 29/01/2013 à 23:22 :
Parce que les écoles ne sont pas (encore) sur le même budget :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :