La cour des comptes préconise une baisse des allocations chômage des cadres

 |   |  754  mots
Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes Copyright Reuters
Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La cour préconise de remettre à plat un système d'assurance chômage en déficit et qui ne protège pas assez les plus fragiles.

Alors que les partenaires sociaux viennent de boucler un accord sur le marché du travail, la Cour des comptes préconise d'aller plus loin sur certains points, et surtout, de réformer en profondeur le système d'indemnisation du chômage, dont le déficit va croissant. De quoi mettre la pression sur les partenaires sociaux qui doivent revoir avant la fin de l'année l'actuelle convention d'assurance-chômage.

18,5 milliards d'euros de dettes fin 2013

Les magistrats reprennent à leur compte la prévision de l'Unedic d'une dette du régime atteignant 18,5 milliards d'euros fin 2013. Ils appellent donc à des mesures de redressement financier, combinées avec une meilleure prise en compte des publics les plus fragiles. Le mot d'ordre est de mieux «cibler» la politique de l'emploi. La Cour des comptes recommande notamment de "mieux cibler" les efforts sur ceux qui subissent davantage la crise et de réviser profondément l'indemnisation des chômeurs. "La France a abordé la crise avec des instruments de politique de l'emploi parfois obsolètes" et malgré des réformes, le dispositif "reste largement inadapté à un contexte de chômage durablement élevé", souligne le rapport .
Les faiblesses, déjà connues, sont relevées avec sévérité: effort "particulièrement insuffisant" pour former les chômeurs, "résultats médiocres" des contrats aidés (emplois temporaires subventionnés), chômage partiel sous-utilisé, etc.
La Cour s'inquiète en particulier de l'avenir de l'assurance chômage, dont le financement apparaît "difficilement soutenable", avec un déficit cumulé prévu de 18,6 milliards en fin d'année. Plus "protecteur" et généreux qu'ailleurs en Europe, ce régime que les partenaires sociaux doivent renégocier en 2013 "a bien joué son rôle de maintien du revenu" mais "voit désormais son efficacité se dégrader, son équité se fragiliser", selon le rapport.

Les intermittents mis en cause... et les cadres

Une nouvelle fois la Cour épingle l'indemnisation des intermittents (un milliard de déficit "au profit de 3% seulement des demandeurs d'emploi"), soulignant qu'aucun système semblable n'existe à l'étranger. Mais les magistrats suggèrent aussi d'abaisser les indemnités des plus hauts niveaux de salaires. Par plus haut niveau, les magistrats entendent des salaires équivalents à deux fois le salaire moyen, soit environ 4000 euros nets mensuels. La cour relève que, dans beaucoup de pays, les allocations sont plafonnées non pas à 57% de l'ancienne rémunération, comme en France, mais beaucoup plus bas. En France, calculent les magistrats, un salarié touchant deux fois le salaire moyen et devenant chômeur aura droit à une allocation équivalent à 68,3% de son ancien salaire (en net). Ce «taux de remplacement» n'est que de 59,6% en Allemagne, et surtout de 35,3% au Danemark, 31,9% en Espagne, 33,9% en Italie et 20,7% au Royaume uni. En outre, les allocations sont versées sur une durée plus courte.

Revoir l'indemnisation en activité réduite

Le rapport suggère par ailleur de revoir "l'indemnisation en activité réduite", en pointant le "risque" que l'assurance-chômage finance "un revenu de complément durable à des salariés en activité précaire".

Un accompagnement insuffisant pour les contrats aidés

En période "de chômage élevé et de ressources budgétaires rares", la "seule possibilité" est "de mieux cibler les instruments disponibles sur les demandeurs d'emploi qui en ont le plus besoin", a résumé mardi le premier président Didier Migaud, selon le texte de son discours transmis à l'AFP. L'accord du 11 janvier a apporté des "réponses" à certaines recommandations, note-t-il, comme simplifier le recours au chômage partiel et augmenter la cotisation chômage sur les contrats précaires. La Cour déplore le "ciblage défaillant", les "durées trop courtes" et l'"accompagnement insuffisant" des contrats aidés dans le secteur non-marchand et préconise de "revoir l'équilibre" au bénéfice du secteur marchand. De façon générale, le système "n'est pas en mesure d'orienter efficacement les dispositifs vers les publics identifiés comme prioritaires" et d'éviter les "effets d'aubaine".Ce constat vaut pour les contrats de professionnalisation et les contrats de sécurisation professionnelle (CSP) que la Cour suggère d'ouvrir à ceux qui en ont le plus besoin, pas forcément les licenciés économiques.Dans le même objectif, "l'efficacité et la transparence" du Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP), créé en 2009, doit être "améliorée". Enfin, la Cour espère que le nouvel acte de décentralisation permettra de "clarifier" les compétences en matière d'emploi et de formation.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2013 à 18:54 :
un cadre cotise aux Assedic proportionnelement à son salaire ! les indemnités Assedic sont proprtionnelles aux cotisations , enfin pas tout à fait ;puisqu"elles sont limitées à 6000? ! donc les cadres superieurs cotisent deja pour les autres ! si on veut reduire par le haut les indemnités , il faudra en toute justice diminuer les cotisations cadres ajustées à ce nouveau plafond ce qui va faire baisser fortement les ressources de l'Assedic et donc reduire l'ensemble des indemnités !
a écrit le 24/01/2013 à 7:07 :
Etant cadre, je vais me permettre d'exprimer la facon dont je perçois cette nouvelle et la perception des cadres dans la société française telle qu'elle m'apparait:
- un cadre doit bosser plus que les autres, il est payé pour ça après tout
- un cadre doit payer plus que les autres, il est payé pour ça après tout
- un cadre doit consommer plus que les autres, il est payé pour ça après tout
- un cadre doit aider plus que les autres, il est payé pour ça après tout
- un cadre n'a pas le droit d'avoir d'alloc, il est payé pour ça après tout
- un cadre n'a pas le droit aux réduction d'impôts, il est payé pour ça après tout
et maintenant
- un cadre n'a pas le droit aux mêmes droits aux chômage que les autres

Est-ce qu'il n'y a pas quelque chose de pourri au royaume de France ? La cour des comptes a-t-elle bien tenu compte des taux d'impôts dans les pays qu'elle cite ?
a écrit le 23/01/2013 à 19:26 :
Les contrats aidés dans le secteur non-marchand n'apprennent rien à ceux qui en bénéficient. Il faudrait que les bénéficiaires travaillent dans de vraies entreprises qui leur apprennent un métier -et non dans des associations. Malheureusement des opinions plus ou moins idéologiques s'y opposent, je crois du moins. J'ai souvent constaté cette triste situation qui laissent les aidés aussi mal après qu'avant. Mais que faire?
a écrit le 23/01/2013 à 17:47 :
Migaut ou Hollande même combat ils n'aiment pas les riches mais mon salaire je le gagne durement. Je suposes qu'ils vont être d'accord pour que l'on coupe de moitié leur retraite, leur pension etc...
a écrit le 23/01/2013 à 17:47 :
Migaut ou Hollande même combat ils n'aiment pas les riches mais mon salaire je le gagne durement. Je suposes qu'ils vont être d'accord pour que l'on coupe de moitié leur retraite, leur pension etc...
a écrit le 23/01/2013 à 16:58 :
Tous ces leviers pour limiter les indemnités! Admettons que l'âge et le montant du salaire détermineraient le taux fixant l'indemnité. Puis interviendrait la durée du chômage. L'indemnité serait au fil du temps amputée d'un montant allant à votre caisse de retraite. Quand au plafonnement il y a matière à réflexion car un salaire de 4000? net c'est en plein dans le décile supérieur des salariés. Tiens pourquoi pas la même punition pour les retraités avec réduction en sifflet, le montant retranché renflouant la caisse vieillesse maladie qu'avec l'âge nous allons joyeusement ponctionner.
a écrit le 23/01/2013 à 16:18 :
C'est bien de s'attaquer aux cadres, car apres les entrepreneurs, les createurs d'entreprises, les investisseurs, on s'attaque aux cadres, qui dit cadres, dit : les ingenieurs, les managers, les commeciaux etc.
On fera quoi apres avoir tué toutes les forces vives de la nation ?
Franchement, ce n'est plus de l'incompetence, c'est du sabotage economique.
a écrit le 23/01/2013 à 15:36 :
on a 30% de fonctionnaire de plus que les autres pays mieux administrés. Si le choix est de les laisser dans ce chomage déguisé, alors solidarité oblige, baisse de 30% du salaire et on a résolu plein de problèmes de financement, beaucoup d'argent à bien employer pour relancer l'économie
a écrit le 23/01/2013 à 15:05 :
c'est pouyeme par rapport à la masse, c'est la durée d'indemnisation qui est à écourter. Il y a 500 000 emplois non pourvus et beaucoup préférent être au chomage qu'aller travailler, les profiteurs sont légion. On ferme à Florange, alors qu'on ne trouve pas de métiers de chaudronnier à 100km !! il y en a qui déménagent, réinvestissent dans un nouveau métier, se forment... et d'autres qui ne veulent pas sortir de leur ville et attendent que ça tombe tout cuit...., que chacun assume ses choix
a écrit le 23/01/2013 à 14:45 :
C''est très drole que ce soit un ancien socialiste envoyé a cette place soit obligé d aller faire la leçon au gouvernement mais je pense que cela ne doit pas etre bien vu par ce gouvernement qui a tendance a dilapider l argent que celui qui dirigeait avant le 6 mai avait commencé a refaire après avoir fait des réformes qui étaient les bienvenues.
Réponse de le 23/01/2013 à 19:28 :
La Cour des Comptes est une annexe de l'Elysée qui la fait parler à sa place.
a écrit le 23/01/2013 à 14:34 :
ce ne sait pas une mauvaise idée, car étant cadres, déjà leur salaire est très confortable, puis ensuite leur retraite. Il a eu la chance d'être cadre je ne voispas pourquoi ces gens là ne feraient pas un effort aussi, qi'ils baissent donc leur train de vie, et partagent un peu plus avec les moins nantis !!!!!!
Réponse de le 23/01/2013 à 15:59 :
avant de parler de nantis, il faudrait regarder ce qu'ils font : 70h/semaine, le stress des résultats, les déplacements réguliers (dont réveil de bonne heure)... et pas 35h et regarder l'horloge et éteindre le micro une demi heure avant la sortie...il n'y a pas de chance, il y a ceux qui se bougent et vont chercher les avancements et ceux qui restent au pied de l'église en profitant de l'assitanat - le mérite est "pour ces gens là" comme vous dites !
Réponse de le 23/01/2013 à 16:06 :
On ne sait par où commencer pour répondre à ce post...
Je parle donc de ce qui me choque le plus : Il a eu la chance d'être cadre ... Tout un symbole. Les uns naissent chanceux, les autres malchanceux, amen. Il convient donc de rétablir par l'impôt cette injustice insoutenable.
Réponse de le 23/01/2013 à 16:40 :
@ céline : vous remettez en cause 1 siècle de cette société, vous proposez quoi comme solution.
Réponse de le 23/01/2013 à 16:54 :
Qu'est-ce que je remets en cause ? L'assistanat et la spoliation programmée de ceux qui s'en sortent mieux que la moyenne par leur travail ? En effet et j'assume. Ce que je propose ? Que chacun gère ses caisses de retraite/chômage sans piocher dans celles des autres.
Réponse de le 24/01/2013 à 12:44 :
US = respect et récompense à ceux qui réussissent par leur travail, FRANCE = encouragement de l'assistanat et du domaine public et haine de ceux qui gagnent de l'argent par leur travail (et qui financent l?assistanat et le domaine public). A votre avis, qui va tuer la poule aux oeufs d'or et descendre en enfer ?
a écrit le 23/01/2013 à 13:58 :
Et la baisse de salaires des hauts fonctionnaires de l' état, ministres, sénateurs, présidents de régions bien au chaud dans leurs pantoufles et tous leurs avantages : logements de fonction,voitures avec chauffeur, personnel de maison payés par les pauvres cons de contribuables : il faudrait aussi y penser à les réformer ceux-là !!!!!!!!!!
Réponse de le 23/01/2013 à 16:24 :
Aucun droit quant à une indemnité de chômage. Le pantouflage que vous signalez ou une retraite c'est mieux non?
a écrit le 23/01/2013 à 13:41 :
Et la dépense publique Etat, services publiques, Nombres de fonctionnaires, retraites spécifiques et privilèges etc Il n'y a pas des économies à faire de se côtés ??????????????????????????????????????
a écrit le 23/01/2013 à 13:17 :
Les cadres des grandes sociétés sont le 3ème pilier de la Rente avec les fonctionnaires et les retraités. Dès qu'on fait mine de toucher à leurs petites prébendes (allocations chômage généreuses, RTT, avantages en nature, formations à gogo, comité d'entreprise etc.) ils font leur mauvaise tête ! Pourtant leur utilité reste à prouver : les cheffaillons et autres "coordinateurs" qui pullulent dans les grandes compagnies ont été abondamment cités dans la littérature comme étant dans le meilleur des cas des technocrates brassant de l'air en réunion et dans le pire, des garde-chiourmes sans courage qui harcèlent leurs collaborateurs. Je le dis d'autant plus facilement que j'ai été moi même un de ces pathétiques descendants des ronds de cuir émasculés pendant des décennies. Mais j'ai cessé de nuire en m'installant à mon compte et en créant la TPE qui me fait désormais vivre (sans assurances chômage...)
a écrit le 23/01/2013 à 12:01 :
Parmi les solutions envisageables: toute personne salariée secteur public ou secteur privé devrait être assujettie aux cotisations chômage. Commencer de suite leur permettrait d'en bénéficier le jour où, inexorablement, il faudra tailler dans les effectifs pour tenir les engagements de retour sous les 3% du déficit.
a écrit le 23/01/2013 à 11:29 :
Quand on veut noyer son chien on prétend qu'il a la galle, je suppose qu"à la cour des comptes le personnel n'a aucune expérience du chômage, au fait comment appelle t on ceux qui osent tout ?
Réponse de le 23/01/2013 à 11:47 :
c'est toujours plus facile de prendre l'argent des autres ( par exemple l'indemnité chômage d'un cadre de 45 d'une PME qui traverse une passe difficile par manque de contrat) que de réduire les primes d'un fonctionnaire qui travaille dans l'administration et qui ne sera jamais au chômage grâce aux contribuables que l'on tond régulièrement
Réponse de le 23/01/2013 à 13:20 :
il est tout aussi facile de prétendre que tous les fonctionnaires touchent des primes. renseignez-vous !
a écrit le 23/01/2013 à 9:12 :
L'unedic devrait aussi s'interroger sur le cout de l'ARCE et du maintien du complément de rémunération pour les personnes qui créent une entreprise suite à une rupture conventionnelle. le coût est important et cela ressemble par certaians cotés à une subvenetion déguisée.
Réponse de le 23/01/2013 à 12:04 :
@GABUZO celà ne coute pas plus cher que pour celui qui reste à ne rien faire ! En plus entre les charges sociales et la TVA, le coût net est souvent nul pour la collectivité.
C'est une subvention mais à l'activité et avec l'argent des travailleurs déjà cotisé donc sans surtout pour l'Etat. Réfléchissez-y.
Réponse de le 23/01/2013 à 13:20 :
"Cotisez vous êtes filmés ! a entièrement raison!
a écrit le 23/01/2013 à 9:01 :
Prenons l'argent où il est, peu importe de savoir comment il a été généré. Ensuite taxons les vaches, les oiseaux.
Ensuite taxons la connerie, et là cela va rapporter gros.
Ras le bol de ce gouvernement, non plus socialiste, mais communiste, qui va appauvrir complètement ce pays.
Qu'il commence par faire moins de dépenses inutiles, commissions qi ne servent à rien, rapports qui partent à la poubelle, tramways qui servent de véhicules de propagande.
Réponse de le 23/01/2013 à 9:34 :
T'as payé avant de poster ?
a écrit le 23/01/2013 à 8:57 :
D'accord, mais on plafonne aussi leur taux de cotisation ! Et on plafonne la pension à vie de nombre de fonctionnaires !
a écrit le 23/01/2013 à 8:46 :
Il y'a une solution, expropriation et 80 tranches d?impôts.
a écrit le 23/01/2013 à 8:33 :
Etant maintenant retraité je suis mal placé pour parler des retraites ! Il me semble toutefois que ce rapport ne devait pas finir dans la corbeille comme les précédents . Par contre , ce que perçoivent certains "intermittents du spectacle" me parait tout à fait scandaleux , surtout dans la situation économique actuelle Globalement , tout serait à revoir ; Mais il nous faudrait un" homme providentiel "à la tête de notre Pays .
Réponse de le 23/01/2013 à 11:09 :
Il faut définitivement arrêter de croire a un quelconque homme providentiel. C'est une démission de responsabilité de chaque niveau qui consiste pour les grenouilles a se chercher un roi. La seule solution est d'éclater tout ce système centralisé résidu de monarchie s'écroulant sous sa propre masse d'incompétence. 90% de l'énergie d'un tel machin est dépensée en conflits internes, et les 10% restant, a se faire élire. Cela ne délivre strictement rien. On a besoin d'un lévrier pour courir, pas d'un troupeau de pachydermes qui écrasent tout sur leur passage. A chaque sujet, il faut un pilote d'expérience, et non pas un espère de pilote a tout faire incompétent et vendu a son parti et ses bailleurs de fonds.
a écrit le 23/01/2013 à 7:50 :
Et si on faisait cotiser les fonctionnaires au meme niveau que le prive eu titre de la solidarite active ? Ils cotisent a 1% alors qu'ils beneficu=ient a vie d'une allocation chomage puisqu'ils ont la garantie de l'emploi.
Réponse de le 23/01/2013 à 11:33 :
La question c'est d'ou provient le deficit, et la les fonctionnaires n'ont rien a voir la dedans vu qu'ils cotisent ailleurs. La verite est que si on cite l'exemple des cadres avec 4000 euros de chomage, ces salaries ont certes un train de vie plus eleve que la moyenne, mais egalement en toute logique beaucoup plus d'economies. Quand un smicard se retrouve au chomage, deja qu'avec un smic il est aujourd'hui difficile de joindre les 2 bouts alors avec l'allocation chomage d'un smic c'est quasi impossible. Sans compter que les smicards n'ont pour la plupart pas eu la capacite financiere pour mettre des economies de cote. Il faudrait que comme au Royaume Uni, l'allocation chomage soit d'un montant fixe et non pas base sur le taux de cotisation, meme chose pour la retraite. On dit aujourd'hui que le systeme de retraite est en crise et on voit tous ces retraites sillones les routes dans leur gros camping-car, cherchez l'erreur...
Réponse de le 23/01/2013 à 12:07 :
Croyez vous que les cadres accepterons de cotiser autant s'ils recoivent moins en cas de chomage ? Toujours facile de distribuer l'argent des autres !
Réponse de le 23/01/2013 à 12:28 :
Les cadres sont matraqués d'impôt dans ce pays. Alors les économies ne sont pas à hauteur de ce que vous fantasmez. En outre, s'il s'agit d'économiser pour les périodes difficiles, pourquoi prendre une assurance ?
a écrit le 23/01/2013 à 7:17 :
Le remboursement des intérêts la dette en France est le premier budget de l'État devant celui de l' Éducation nationale, dans ces conditions aucune politique économique n'est possible dans notre pays, nous sommes obligés d'emprunter sur les marchés financiers non pour nos investissements mais uniquement pour le fonctionnement de l'État français. Un comble ! La somme de 2000 Milliards d'? qui arrive à grands pas est la somme que nous devons, nous et nos descendants et certainement pour plusieurs générations. Dans ces conditions il y a récession et austérité, la devise qui remplace celle de Liberté, Égalité, Fraternité. Nos entreprises ferment depuis plusieurs années les unes après les autres, nos savoirs et compétences avec, et huit millions de français vivent sous le seuil de la pauvreté avec moins de 954 ? mensuels et on estime qu'ils gagnent encore trop aujourd'hui sous les diktats d'une l'Europe financiarisée on veut leur en prendre un peu plus dans la poche et demain on reviendra à la charge sur les déremboursements maladie, puis encore sur les retraites après demain. On comprend que la Gauche n'ait pas voulu renégocier le traité européen. La démocratie nuit aux affaires et à la finance car elle empêche la véritable " concurrence libre et non faussée" et l'Europe et ses syndicats d'intérêts aux commandes doivent ensevelir cet État providence avec ses retraites, ses soins médicaux, ses aides sociales qui doivent à terme disparaitre, car les actionnaires veulent des intérêts toujours plus hauts. Quand on pense que sous la Gauche le taux du SMIC hors inflation a été augmenté en France de 18 centimes d'? , c'est une horreur vue de Méchin en Belgique ou des Paradis fiscaux et il ne faut pas s'y tromper derrière le drapeau de la compétitivité se cache les bénéfices pour le capital et ses actionnaires. Propagande et mise en scène par les dignitaires du régime.
a écrit le 22/01/2013 à 22:26 :
En pointant du doigt les cadres comme "profiteurs du système", la Cour des Comptes doit aller jusqu'au bout de son raisonnement en détaillant les ratios indemnités/cotisations des cadres, des non cadres et des intermittents du spectacle.
Réponse de le 23/01/2013 à 11:36 :
Pour ce qui concerne les intermittents du spectacles ils sont employés par un business d'une façon honteuse qui n'a aucun scrupule. Il ne faut pas se contenter d'une vision primaire, le cadre législatif de leur emploi et de leur assurance chômage est absolument pervers et ce n'est pas eux qui en profitent vraiment.
Réponse de le 23/01/2013 à 13:46 :
@ cmoi: lisez le rapport de la Cour des Comptes qui qualifie le régime des intermittents comme bien plus avantageux que le régime général...
a écrit le 22/01/2013 à 22:23 :
Et les allocations versées aux intermittents du spectacle, et la rémunération des élus ... la baisse c'est pour quand ? la cour des compte ne dit rien.
a écrit le 22/01/2013 à 20:44 :
Chômage, retraite, maladie ... rien n'est affecté. C'est du pipeau les charges sociales... Il faut supprimer ce régime d'intermittent de suite (trop longtemps que ca dure la plaisanterie), retraite et chômage plafonné à 2200 euros (Allemagne), les retraites en dehors de France à 70% (anglais), pensions de réversion proportionnelle et pas à taux plein (suède), etc
Réponse de le 22/01/2013 à 22:18 :
Pour votre info, la retraite de base de la sécu est plafonnée à 1543 euros par rapport aux 2200 euros en RFA. Le supplément vient des retraites complémentaires.
Réponse de le 22/01/2013 à 22:42 :
Un problème ?
a écrit le 22/01/2013 à 19:00 :
il faudrait avant celà réduire les frais généraux de la république , ce monsieur disparaîtrait de la scène et retournerait à son métier (' lequel ) car au fond à quoi sert il vraiment ? puis il faudrait cesser cette manne sociale distribuée à tout va et apprendre à gérer sérieusement l'argent public , toutes choses que la république n'a jamais su faire.
a écrit le 22/01/2013 à 17:57 :
Nous avons eu une époque "développement durable", maintenant nous entrons dans une période "de régression durable".
a écrit le 22/01/2013 à 17:39 :
Assez d'accord avec Guillaume ...
Je suis pour une décroissance progressive du taux de chômage au fil du temps, en fonction de la "motivation" en formation si au bout de 6 mois, il n'y a pas de travail dans son secteur, et applicable à tous (cadres et non-cadres), avec la même dépréciation en pourcentage pour tous ... Ca c'est de l'égalité !!!
Pour l'article, combien les cadres cotisent pour avoir ce minima ?!? Si on doit comparer avec les autres pays, on doit tout comparer:
Aussi bien le taux de participation des cadres appelé "cotisation", par rapport à ce qu'ils perçoivent s'ils perdent leur emploi, voir aussi le taux de chomage des cadres ...
La cour des comptes donnent cette avis, sans regarder l'ensemble !!!
Oui, il y a un problème avec les intermittents, il y avait eu une réforme prévue, mais suite à manifestation, rien n'avait bougé ...
Le taux des cadres plafonné pourquoi pas, mais leur cotisation elle ne l'ait pas ?!?
Les cadres payent énormément d'impôts aussi, et par rapport aux moins favorisés, ne bénéficie d'aucune aide sociale, que ce soit logement ou autres, etc ...
Allez les cadres, soyez des vaches à lait ... et surtout soyez d'accord ... pas de manifs, pas de quartier/voiture en feu etc ...
J'ai vu un commentaire sur les fonctionnaires : Sachez qu'ils cotisent au chomage, alors qu'ils ont la sécurité de l'emploi ... Ils ont plus en retraite que les autres, mais côtisent plus aussi ...
Par contre messieurs les privilégiés, ministres, etc ..
Merci d'appliquer la même règle à tous et donc ne pas avoir un salaire à vie, à partir de 6 mois de "travail" !!! Ca c'est une sacré bonne indemnité de chomage, bien meilleur encore que pour les intermittents, bien meilleur qu'à l'étranger aussi ...
Messieurs de la cour des comptes, avez-vous regardé cela aussi, avant de donner ces conclusions ?!?
Je me rappelle d'un ancien président (petit), qui avait demandé aux Français de se serrer la ceinture, et avait octroyé par contre une grosse augmentation à son salaire et celui de ses ministres, payer à vie !!! Alors avant de tout critiquer sur cette nouvelle présidence, rappelez-vous aussi de l'ancien, et du fait qu'ils ont eux choisis de diminuer leur salaire, dès leur prise de fonction, c'est déjà un bon pas !!!
Je ne suis d'aucun parti, ni de gauche, ni de droite. Pour moi, des véritées/idées sont bonnes dans tous les camps, mais personne ne représente cet ensemble, dommage, ils préfèrent se battre entre-eux.
Réponse de le 22/01/2013 à 17:49 :
>> Je suis pour une décroissance progressive du taux de chômage au fil du temps,

Super, ainsi votre femme qui ne trouve pas de job dans votre région sera soit forcée d'apprendre un nouveau boulot, soit vous quittera tous les lundis matin par le premier avion pour aller bosser dans la capitale.
Réponse de le 22/01/2013 à 18:02 :
une baisse de 30%, après une hausse de 170 %. enfin un politique honnête ;)
en revanche, laissez tomber votre couplet sur les fonctionnaires, on sait bien qu'ils ne sont jamais malades et cotisent pourtant à la SS. leur salaire à vie qui augmente régulièrement a dépassé le secteur privé qui les nourrit, et depuis des années. j'ai vraiment envie de pleurer ;)
Réponse de le 22/01/2013 à 18:06 :
elle pourrait aussi ne pas r"evenir...
Réponse de le 22/01/2013 à 18:33 :
Si je ne trouve pas de travail dans ma région, je change de région, ou alors je me recycle, oui cela me semble, normal, et j'ai la chance d'avoir au moins ce choix !!!
J'ai aussi le choix de créer mon entreprise, dans mon métier si je veux persister, personne ne t'en empèche !!!
En Allemagne, le métier de Parépatéticienne est légal, et si on te le propose via l'ANPE (allemand) et que tu refuses, c'est la fin de tes indemnités !!! Ouahhh c'est mieux ça peut-être !!!
Alors si tu veux pas bouger, pas travailler ou te recycler, ben après un laps de temps, oui c'est fini, ça me semble juste. Tu ne vas pas toucher un salaire à vie et que les autres triment pour toi !!!

Pour mais non: Je suis dans le secteur privé et non-fonctionnaire ... Mon père l'était (retraité aujourd'hui), avait un petit salaire, ramenait du travail le soir ou le WE à la maison et n'était pas malade. Par contre, il était handicapé d'une main qui lui manquait, et qu'il avait perdu lors d'exercice d'entrainement pour l'armée Française.
Oui il y a des brebis galeuses, comme partout, faut pas en faire une généralitée. Moi si je fais grève, je ne touche rien, cela devrait être pareil pour les fonctionnaires !!!
Réponse de le 22/01/2013 à 18:57 :
Et les couples qui sont obligés de travailler et qui trouvent pas tous les 2 dans le même secteur, ils font comment? Ah oui, j'avais oublié. Elle prend l'avion pour faire Péripatheticienne à Hamburg - Et puis les boulots payés 1 ? de l'heure spécial chômeur (Loi Hartz) aussi c'est bien puisque l'Allemagne le fait... faisons le donc en alternative au boulot de péripathéticienne (long à écrire quand même sur les papiers scolaires du petit dans la case "profession des parents")
Réponse de le 22/01/2013 à 19:22 :
Je ne suis pas d'accord avec ce qu'ils font en Allemagne !!!
Trouverais tu normal que je ne travaille pas toute ma vie, et que tu cotises pour moi, car j'ai pas envie de bouger, ou que je veux garder mon métier, et que je ne veux pas me recycler ?
Cela tu le multiplies et toi tu cotises encore plus pour les autres qui sont à la maison tout tranquille !!!
Si tu es d'accord avec ça, ben je n'ai pas grand chose de plus à te dire, chacun est libre de ses opinions, mais faudra trouver un solution viable financièrement. Quelle est la tienne ?
Réponse de le 23/01/2013 à 11:17 :
@Ben non : Ma solution serait tout bonnement d'arrêter de cotiser a ce tonneau des danaides, et de "s'assurer" soi-même, au lieu de compter sur un machin qui est devenu une gigantesque gabegie incapable de résoudre le problème a traiter. Avec toutes les cotisation que j'ai payé depuis 25 ans a cette escroquerie, je peux me payer au moins deux ans sans travailler, et donc me démerder tout seul. Désolé, ce système ne marche pas, d'autant plus qu'il est taxé deux fois : une fois par le fait qu'il n'est pas déduit du revenu imposable, et une deuxième fois si jamais je le touchais en assurance chomage... Rendez-moi l'argent, je me démerderai avec
Réponse de le 23/01/2013 à 14:31 :
@ BEN OUI : "bla bla bla bla blablabla", les fonctionnaires ne sont PAS payés lorsqu'ils font grève.
Merci, de rien :-)
a écrit le 22/01/2013 à 17:37 :
Si les cadres sont moins indemnisés, ils cotiseront moins et comme - pour le moment - ce sont les cadres qui financent les indemnités des non-cadres, les chômeurs non cadres n'auront rien à se mettre sous la dent. Ce n'est pas de moi, c'est de Laurence Parisot... Ça date de la dernière fois que le sujet a été visité... à la louche, il y a 18 mois.
Réponse de le 22/01/2013 à 17:54 :
Ça date du 2 septembre 2011:

«Si jamais on baissait les allocations versées aux cadres en cas de chômage, il faudrait aussi symétriquement baisser leurs cotisations, sinon ce serait tout à fait injuste», a fait valoir Laurence Parisot sur Canal+. «Or, les cotisations des cadres font partie des recettes les plus importantes du régime. Donc, au total, tout le monde serait perdant», a ajouté la présidente de la principale organisation patronale française.
Réponse de le 22/01/2013 à 19:50 :
Pourquoi ce serait injuste de ne pas baisser leurs cotisations. Et bien comme pour les impôts plus tu gagnes plus tu cotises Par contre, pour l'équité, une même allocation pour tous que tu sois Smicard ou Nantis.
Réponse de le 22/01/2013 à 20:11 :
C'est une assurance chômage, pas un impôt. Dans tout système d'assurance, on cotise à la hauteur de l'indemnisation que l'on reçoit au cas ou l'évènement assuré arrive. Si on reçoit moins, on cotise moins. Si vous assurez une grande maison, vous payez plus que si vous assurez un studio, c'est normal: les remboursements ne sont pas les mêmes en cas de sinistre.
Réponse de le 23/01/2013 à 6:18 :
Alors dans ce cas, il faut convertir les cotisations en impôts.
Réponse de le 23/01/2013 à 11:22 :
@Na, si on colle tout ca en impôts, autant loger toutes les cotisations diverses sur la TVA... Elle passera instantanément a 80%. Comme ca on verra bien a quel point ce système centralisé obèse et improductif est de plus en plus aberrant... Prélever 80% de ses propres revenus pour s'assurer contre tout et n'importe quoi est simplement une escroquerie généralisée de la part de nos monarques parasites. Arrêtez de nous pomper ces 80%, laissez les nous, et il n'y aura plus jamais personne a assister dans notre belle société...
a écrit le 22/01/2013 à 17:16 :
A rapprocher de la théorie de la flexi sécurité ... Soit le niveau d indemnisation français favorise celle ci (puisqu il est "plus" intéressant d être chômeur en France qu ailleurs) soit il ne s agit que d une compensation de la rigidité de notre marché de l emploi. Personnellement je viens de decouvrir le chômage (non désiré!) et c est déjà une grosse claque que de perdre près de 20 % de salaire net par mois ... Vous serrez les fesses choque mois pour que certaines traites indispensables soient acceptées par la banque...
Réponse de le 22/01/2013 à 17:52 :
Sont bien gentils avec leur flexisecurite. Ils ont juste oublié que dans les pays qui la pratiquent vraiment (et ne font pas semblant), on touche le chomage quand on démissionne. La flexisecurite comme ça, moi j'en veux bien.
a écrit le 22/01/2013 à 17:16 :
Si on plafonne les indemnités chômage d'une partie de la population il va sans dire que l'on va aussi plafonner la base de cotisation. Quant à comparer avec tel ou tel pays, il faudrait aussi comparer le reste du dispositif et notamment le mode de financement. Ce pourrait être instructif. La cour des comptes en fait de bien mauvais ces temps derniers, est-elle dans son rôle ? On préfèrerait la voir s'occuper du gaspillage dans les dépenses de fonctionnement du secteur public (ont ils comparé le nombre de députés et sénateurs avec le Danemark ou la Grande Bretagne ?) plutôt que jouer les boute-feux avec les prestations sociales.
a écrit le 22/01/2013 à 17:15 :
C'est bien d' "épingler"; les problèmes sont connus , dénoncés toujours mais jamais réglés et le déficit se creuse inexorable.
a écrit le 22/01/2013 à 17:13 :
Commencer par le plus efficace : les intermittents du spectacle : 3% des cotisations, 30% des allocations. Diviser leurs allocations par dix. Point, barre.
Et seulement après, les autres métiers sont négociables.
Réponse de le 22/01/2013 à 17:31 :
+1!!!!!!!
Réponse de le 22/01/2013 à 17:36 :
C'est une bonne idée, mais ... ce n'est pas une bonne idée du tout !!! Il est impensable dans notre pays de toucher - entre autres - aux intermittants, pas plus qu'aux journalistes... Qu'on se le dise !!!
Réponse de le 22/01/2013 à 18:40 :
Trop de copains peut-être...??
a écrit le 22/01/2013 à 17:11 :
La Cour des Comptes devrait proposer RADICALEMENT de plafonner a la fois les retraites et les indemnités des cadres au même niveau de 1 800 euro par mois et BASTA ... et par ailleurs il serait sain que les cotisations sur salaires des Cadres soient déplaffonnées ... AINSI les entreprsies apprendront à se passer des faux cadres et des cadres comédients inutiles et casseurs des entreprises
Réponse de le 23/01/2013 à 11:38 :
Les cadres n'ont pas d'heures supplémentaires. Voilà pourquoi le statut est tant utilisé. A BAC+5, on est cadre, même si l'on encadre personne.
Donc je ne suis pas d'accord avec votre proposition. Il n'y a pas à limiter les indemnités sauf à limiter les cotisations comme cela a déjà étét dit maintes fois.
a écrit le 22/01/2013 à 17:11 :
Tout le monde sait depuis longtemps que ce système est globalement trop généreux, mais ça c'est impossible à dire comme cela d'un point de vue politique, et il n'est pas nécessaire de stigmatiser les cadres dans cette affaire. Tout le monde connait des "chômeurs" récurrents qui ne travaillent que le temps nécessaire à se reconstituer des droits, pour pouvoir revenir au chômage ensuite et travailler au noir pendant ce temps. Et ce n'est pas l'augmentation de TVA, notamment dans le bâtiment, qui risque d'inverser cette tendance.
Il faut revoir le système globalement à la baisse, car un système moins protecteur incite les gens à se remuer. Un exemple : on a vu, tout à fait récemment, diminuer "miraculeusement" le nombre de journées maladies indemnisées chez les fonctionnaires depuis que le système a été revu à la baisse !!! Bizarre !
"On réfléchit plus vite le ventre vide que le ventre plein" (proverbe russe).
a écrit le 22/01/2013 à 17:09 :
le nivellement pas le bas c'est le principe socialiste c'est bon pour tout sauf les élus et autres fonctionnaires qui descendent dans la rue
Réponse de le 22/01/2013 à 17:57 :
Dans un premier temps augmentation de leurs impots via blocage des tranches irpp puis baisse de leur retraite par baisse agirc arco de 1% / inflation puis baisse de allocation chomage .... y en a même qui ont voté FH
a écrit le 22/01/2013 à 17:08 :
C'est le même Terminator qui trouve que les retraités (du privé) vivent trop bien. Les gens qui pondent tout ça ne sont bien sur pas concernés par les éventuelles dégradations de situation qu'ils comptent appliquer aux autres. Quand donc en aurons nous fini avec cette politique réductrice qui omet de façon dramatique d faire porter l'effort de manière tout aussi significative sur le secteur public ?
Réponse de le 22/01/2013 à 17:34 :
Il faudrait surtout en finir avec des dirigeants qui, comme vous le faites remarquer très justement, "pondent tout ça ne sont bien sur pas concernés par les éventuelles dégradations de situation qu'ils comptent appliquer aux autres."

A quand des quotas de mandats en politique???!
a écrit le 22/01/2013 à 16:55 :
Cadres ou cadrillons il faut bien préciser la difference !
a écrit le 22/01/2013 à 16:51 :
Ils veulent baisser les impôts ou le retour sur impôt ?? J'ai rien rien rien compris au truc;
Réponse de le 22/01/2013 à 17:16 :
"baisser les impôts"?! vous vivez en angleterre ou quoi ?
a écrit le 22/01/2013 à 16:45 :
Et si on arrêtait de payer les présidents qui ne sont plus en exercice ? Et si on supprimait le Sénat, qui ne sert strictement à rien ? Et si on revoyait à la baisse les indemnités de nos députés ? Et si on réduisait les scandaleux salaires et avantages sociaux des fonctionnaires européens ? Franchement, une fois qu'on aura fait tout ça, on pourra demander tous les sacrifices au petit peuple, on les acceptera le coeur léger !
Réponse de le 22/01/2013 à 17:19 :
z'avez oublié : la "prime de chauffage" du petit personnel du sénat, les primes de charbon à la SNCF, les commissions bidons pour les copains, les départements qui ne servent plus à rien non plus, le train de vie des prefectures, les gabegies dans les dom-toms à fonds perdus, lesvoitures de fonction, les chauffeurs qui vont avec, les dizaines milliers de logement aux frais du contribuable, les financements de partis politiques et autres syndicats, comités d'entreprises qui emploient les potes des syndicats, le régime fiscal des oeuvres d'art, les régimes hallucinants des retraites des députés et autres sénateurs, etc, etc, etc...
Réponse de le 22/01/2013 à 17:32 :
tout a fait d'accord.........
Réponse de le 23/01/2013 à 11:21 :
@ Ben voilà : "prime de charbon" = gros pipeau = votre commentaire et votre avis discrédités dès la première ligne.
Dommage
Réponse de le 23/01/2013 à 11:26 :
800.000 personnes forment la "représentation" nationale... 45 milliards d'euros par an prélevé sur notre dos, pour s'étriper et savoir comment dépenser encore plus mal le reste des impôts collectés sur notre dos. Désolé, on peut diviser ca par deux ou trois, ca nous coutera bien moins cher, et on ne peut même pas exclure que ca marche mieux. Quand une montgolfière ne parviens pas a prendre de la hauteur, il faut d'abord jeter le lest inutile avant de penser a bruler plus de gaz :-)
a écrit le 22/01/2013 à 16:44 :
Ce gouvernement est impayable il dénonce tout le temps ceux qui gagnent plus de 4 000 euros par mois pour se faire mousser et montrer sa haine des riches. Donc les cadres à la casserole, discretos on oublie les intermittents socle intangible du socialisme. Ce qui est choquant c'est que la très grande majorité des 100 000 élus socialistes ont plus de 4 000 euros par mois. Rien que par mauvais populisme j'aimerais savoir les revenus de ce grand magistrat et le montant de sa prochaine retraite
a écrit le 22/01/2013 à 16:43 :
peut être, mais ça n'a aucun sens de comparer des «taux de remplacement» de pays européens si on ne les rapporte pas au taux d'imposition effectif des pays: avec un «taux de remplacement» de 20% au Royaume Uni contre 68% en France, la masse salariale (le travail) est taxée charges employeurs comprises à 76% en France contre 37% au Royaume uni, 31% au Luxembourg (source HSD). soit un différentiel de presque 40% entre France et RU ! 40% de masse salariale supplémentaire que les anglais se répartissent comme ils le souhaitent entre travail et employeur!! quand ces 40% partent en France, en fumée, dans le mille feuille administratif et les bras cassés (en plus d'être incompétents), de la politique française. La cour des comptes est-elle au courant, au moins?
et puisque l'état français en chef de "famille" de faillite, s'occupe "de tout" avec sa culture d'assisté qu'il est lui même, il est tenu de payer les indemnités chomage et même de les augmenter. idem pour les retraites; et toutes les autres formes d'assistanat. allez hop. à la caisse.
a écrit le 22/01/2013 à 16:37 :
Mais bien sûr ... toujours le plus facile , les cadres ne descendront pas dans la rue manifester .. j'espere que cette proposition prévoit également une baisse des cotisations en conséquence ?
j'aimerai également que soit évoqué les cotisations du secteur public non marchand au nom de la solidarité ... afin que ce ne soisent pas toujours les mêmes qui trinquent ..
a écrit le 22/01/2013 à 16:29 :
Est-ce bien Migaud qui soulignait la nécessité de la baisse de la dépense publique, et explicitait que cela signifiait pour lui 0,4% de croissance des dépenses...? Alors, la Cour des Comptes peut bien dire ce qu'elle veut, mais ce système où nos institutions n'ont qu'un rôle consultatif (comprenez "je cause mais je ne suis responsable de rien", et le cas échéant "je vous l'avais bien dit!" est scandaleux, n'est qu'une trahison de l'Esprit républicain, et nous coûte trop cher! La Cour des Comptes ne sert à rien, ses avis ne sont pas suivis d'effet, et au surplus s'ils l'étaient, ils seraient différents.Il y a en France une nécessité de bouleverser nos fonctionnements publiques et politiques..Cela viendra, mais comme toute réforme en France, devant l'urgence..
Réponse de le 22/01/2013 à 16:44 :
La cours des comptes a pour mission de controler et de proposer .Les decisions ou les sanctions elles relevent du pouvoir politique qui doit s'en saisir ,que ce soit le Parlement ( députés ou sénateurs) ou le gouvernement : à chacun son role .A ce stade les politiques manquent de courage pour prendre des décisions "douloureuses"!!!!
Je prendrai pour comparaison le role et la mission des commissaires aux comptes dans les entreprises .
a écrit le 22/01/2013 à 16:25 :
Et si l'on piochait dans la retraite des fonctionnaires pour indemniser les chomeurs? Les fonctionnaires ont la garantie de l'emploi, des retraites très très élevées, ce serait normal qu'ils participent un peu à l'effort national, pour une fois ?
Réponse de le 23/01/2013 à 10:53 :
Euh, je suis bientôt à la retraite. Vous pouvez me donner le montant de ma retraite très, très élevée!!
a écrit le 22/01/2013 à 16:13 :
De toute façon, lui ne serait pas touche ! Les économies, c'est toujours pour les autres ! Décidément ces politicards n'ont aucune honte!
a écrit le 22/01/2013 à 16:10 :
Les cadres sont les moins concernés par le chômage et sont pourtant ceux qui cotisent le plus. Il est donc proprement scandaleux de diminuer leur indemnités chômage.
Réponse de le 22/01/2013 à 17:17 :
@ jeff : raison de plus
Réponse de le 23/01/2013 à 11:40 :
Les cadres sont donc des vaches à lait à traire jusqu'à la denrière goutte ?
a écrit le 22/01/2013 à 16:10 :
Monsieur le journaliste pouvez-vous nous dire quels sont les revenus et avantages de M Migaud président de la cour des comptes. Faire des économies pourquoi pas afin que tout le monde puisse vivre décemment mais pour cela il faudrait aussi que toutes ces personnes qui vivent aux milieux des ors de la république nous coûtent aussi moins cher. Car très souvent ils ne valent pas ce qu'ils nous coûtent.
a écrit le 22/01/2013 à 15:48 :
je pense qu'ils ont raison en demandant d'aider les vrais chomeurs ' ce que ne font pas les syndicats) ex peut on appeler chomeur un salarié qui demande un licenciement conventionnel pour se mettre à son compte en bénéficiant de subvention s?????,dans mon entourage je connais également nombre de chomeurs qui ne veulent reprendre le boulot parce qu'ils ont la garantie de revenu pendant trois ans de meme ces micro entrepreneurs qui déclarent un revenu mini pour conserver leurs avantages chomage et les intermittants à vie ou qui arretent apres un gros cachet ils faut leur appliquer les memes conditions (ou vous etes capable de vivre de votre travail ou vous vous recyclez)
a écrit le 22/01/2013 à 15:47 :
Elément de réflexion : les intermittents du spectacle contribuent au régime chomage à hauteur de 3% des recettes et de ............30% des allocations chomages versées aux bénéficiaires.
Ceci pour dire que tant qu'à réformer le système il faut prendre en considération l'ensemble et non une ou des parties .Il en est de meme avec la réforme des retraites qui exclue les régimes spéciaux !!!
a écrit le 22/01/2013 à 15:47 :
Ce que ne dit pas l'article c'est que le solde de financement est t positif pour les cadres, et déficitaires pour les autres csp ...
Autrement dit les rapporteurs de la cour des compte prévoient un nouvel impôt sous déguisé en "assurance"
a écrit le 22/01/2013 à 15:42 :
il serait intéressant de savoir combien cotisent les cadres et combien ils coutent en indemnités. l'assedic est une institution privée . si on veut de la solidarité alors il faut faire payer les fonctionnaires et les élus qui ont droit à une indemnité en cas de non élection.
Réponse de le 22/01/2013 à 16:48 :
faut pas rêver.
Réponse de le 23/01/2013 à 9:43 :
Les fonctionnaires cotisent déjà à l'assurance chômage à partir d'un certain (très bas) niveau d'échelon.

Renseignez-vous au lieu de débiter vos âneries du café des sports.
a écrit le 22/01/2013 à 15:36 :
Pourquoi ne pas voir a la baisse la retraite de nos députés et de nos ministres et sénateurs ?
a écrit le 22/01/2013 à 15:33 :
Ou comment continuer à pénaliser ceux qui ont "réussi" pour favoriser les autres... ! D'autant que c'est idiot, car on peut avoir un statu de cadre sans pour autant avoir une grosse paye ! Mais bon, on commence à être habitué aux idées débiles !
a écrit le 22/01/2013 à 15:32 :
On me rembourse les cotisations que j'ai fidèlement versées depuis mes 30 années ininterrompues de carrière, et je ne demanderai rien à l'Etat en cas de chômage. L'Etat n'a qu'a arrêté de prélever s'il ne souhaite plus reverser.
Réponse de le 23/01/2013 à 11:31 :
C'est exactement la solution a apporter. Arrêtons ce système cancéreux, et rendons l'argent aux français pour qu'ils se démerdent eux mêmes. Ca ne peut pas marcher plus mal.
a écrit le 22/01/2013 à 15:14 :
Bonne mesure, à condition qu'elle s'accompagne de la baisse des cotisations dans le même temps, car il ne peut y avoir deux poids deux mesures.
a écrit le 22/01/2013 à 15:11 :
La question de l'indemnité chômage n'est-elle pas aussi affaire de mobilité sociale ?
Je m'explique : un cadre qui gagne 5 000? par mois perd son emploi et touche les indemnités de chômage. Dans un premier temps, il conserve son niveau de vie. Toutefois, le taux de remplacement élevé diminue drastiquement au bout de 3 ou 6 mois par exemple. Notre cadre-chômeur a eu un temps pour se remettre et retrouver du travail, si ce travail n'existe pas, il a la possibilité de suivre une formation. S'il ne le fait pas, alors économiquement comme socialement, il connaît la mobilité : il descend.
A l'opposé, un salarié au revenu très faible perd son emploi. Il a droit à un taux de remplacement de 90% jusqu'à 3 ou 6 mois, après quoi, son indemnité passe à 70% puis 50% avant que son indemnité ne s'éteigne. Toutefois, s'il entame une formation il peut prolonger son indemnité et conserver un taux de remplacement qui rend en réalité la formation attractive. Par conséquent, la perspective d'une perte brutale de niveau de vie doit pouvoir être écartée sauf à ce que le chômeur entame une formation ou trouve un emploi à temps partiel ou à mi-temps.
Qu'en dites-vous ?
Réponse de le 22/01/2013 à 17:33 :
Les indemnités de chômage ne sont plus dégressives depuis pas mal de temps... Ne leur donnez pas donc l'idée de les rendre dégressives à nouveau.
a écrit le 22/01/2013 à 14:50 :
Le recours au chômage partiel est une mesure dont l'efficacité n'est plus à prouver, et très intéressante pour les finances publiques : mieux vaut augmenter légèrement et temporairement la dépense en indemnité chômage, que d'accueillir à bras ouverts des ras de marées de chômeurs qui couteront beaucoup plus cher. Cela s'appelle amortir un choque...
Réponse de le 22/01/2013 à 15:35 :
Et cela s'écrit un " choc " ;)
Réponse de le 22/01/2013 à 16:32 :
Alors, l'Europe est a un scandale à elle toute seule, et comparativement à notre façon de traiter les cadres, ce sont des esclavagistes. Notre indemnisation chômage monte pour les cadres jusqu'à 6 500?, ce est le double des pays les plus favorables à leur sort.
Ce qui est scandaleux, c'est de les assommer de cotisations pour des indemnités chômages à destination des salaires les plus bas qui peuvent durer jusqu'à deux ou trois ans.
Réponse de le 22/01/2013 à 16:33 :
Hihi, merci pour la correction !
a écrit le 22/01/2013 à 14:48 :
Bonne idée de limiter les indemnités des cadres à 2 fois le salaire moyen, MAIS AUSSI à limiter leurs cotisations sur les memes bases de calculs. Cela leur fera plus d'argent, à cout constant pour l'entreprise, et cela permettra de faire tourner un peu plus notre économie (car ce sont les cadres qui dépensent le plus, car les rares à disposer d'un pouvoir d'achat suffisant pour dépenser pour des extras).
Réponse de le 22/01/2013 à 15:02 :
Que du bon sens.

Essayons de faire une synthèse de quelques idées qui ont été émises jusqu'à présent :

L'indemnité chômage conserve un taux de remplacement le premier quart ou la première moitié de son existence. Après quoi, le chômeur bénéficie d'un option : soit il prend une formation se qualifier pour un emploi où la demande est présente sur le marché du travail et l'indemnité n'est que légèrement diminuée, et ce de façon échelonné dans le temps, soit l'indemnité est drastiquement diminuée.
En contre partie, les salaires élevés voient également la part des cotisations plafonnée, ce qui augmente leur revenu et ne coûte pas plus cher à l'employeur.
a écrit le 22/01/2013 à 14:47 :
On a tous le droit à un petit burn-out de 3 mois, un dépression qui vient, un mal être que seul quelques semaines de repos apaise pour repartir...
a écrit le 22/01/2013 à 14:46 :
Un taux de remplacement élevé est une bonne chose, il peut être à 7O% pour les salaires de plus de 4000?. Ce qui compte, c'est qu'au bout de 3 mois il passe à 50%, puis, au bout de 9 à 40% et au bout d'un an, l'indemnité cesse.
De même, pour les bas salaires, les trois 6 premiers mois l'indemnité peut être par exemple de 90% du salaire, et passe à 70% au bout de 3 mois, à 60% au bout de 6 mois, à 50% au bout de 9, et à 0% au bout d'un an.
a écrit le 22/01/2013 à 14:36 :
Le rabot est général. Le chômage est inférieur (10%), malgré, une crise longue et profonde, à ce qu'il était (12%) dans les années 94, 95. Mais l'indemnisation devrait être revue, toujours à la baisse. La loi doit être la même pour tous les salariés. Si les fonctionnaires (hauts) décident de ce qui est bon pour ceux qui passent par le chômage, il faudrait qu'ils y aient droit aussi, et qu'ils puissent juger en connaissance de cause. Sinon, ils n'ont qu'à laisser les partenaires sociaux décider.
Réponse de le 22/01/2013 à 14:52 :
La Cour des comptes ne fait que donner son avis, rien n'oblige le gouvernement à la suivre : elle ne décide pas, elle n'a pas à répondre à des électeurs, elle n'a pas à faire avec des groupes d'intérêts plus ou moins puissant. En fait, elle est la seule à pouvoir se poser la question de façon sereine et apaisé des retraites. Mais c'est aussi pour ça qu'il ne s'agit que dun avis, et c'est aussi pour ça que son avis est intéressant.
Réponse de le 22/01/2013 à 15:00 :
quand on demande un audit à quelqu'un, on ne va pas lui reprocher de faire des propositions. La cour des comptes est dans son role, elle ne décide de rien, rassurez-vous les "partenaires sociaux" ont encore la main.
Réponse de le 22/01/2013 à 16:21 :
Le chômage est a moins de 10% ==> faux il est d'au moins 10.3% en France ( et oui les DOm-TOm c'est la France). Et on parle de la catégorie A. Ajoutons les catégories B,C,D,E et on atteint 5.15 millions de personnes ne produisant pas de richesses ou extrêmement peu. soit sur une pop active d'environ 29 millions ==> 17.7% de chômage. Si on pousse jusqu'au bout et que l'on estime les personnes hors système on arrive a quasiment 20% de chômage. Alors certes pas au "sens officiel" mais au final baser une stratégie sur des chiffres faux ça emmène juste dans le mur...
a écrit le 22/01/2013 à 14:30 :
à défaut de faire payer les riches, c'est les classes moyennes.
bref, il faut être un paresseux et un smicare pour être au max du système. les cadres sont moins au chômage et payent déjà beaucoup.
c'est une erreur de voter pour cette équipe.

@+
a écrit le 22/01/2013 à 14:27 :
1 milliards pour 3% de pequezouille. c est beau, meme pas honte, j ai hate d entendre les excuses.
a écrit le 22/01/2013 à 14:26 :
1000/1 qu'ils vont toucher les indemnites des cadres sans toucher les intermittents... avec des ministres qui se disent pour la legalisation du cannabis tres consomme par les misereux quand meme obliges de travailler 500 heures par an, la messe est dite
Réponse de le 22/01/2013 à 14:40 :
Tout en étant résidant Belge, comme il travaille pour des producteurs français (qui sinon ?), il a quand même droit aux indemnités, comme E Béart, et autres. Indemnités mais pas impôts !
a écrit le 22/01/2013 à 14:26 :
des cadres qui se plaigne encore d etre pointe du doigt! messieurs puisqu ont vous dit comment c est ailleur bien voyager donc....
a écrit le 22/01/2013 à 14:18 :
Revoir les retraites des politiciens, est il normal de percevoir une retraite après un mandat de député ???? Les retraites devraient être plafonnées pour toutes ces personnes .....Supprimer les retraites de tous ces immigrés qui n'ont jamais travaillé en métropole et qui les percoivent malgré tout.......
Réponse de le 22/01/2013 à 14:26 :
Expliquez moi comment un immigré (je sens que vous vous êtes retenu) qui n'a jamais travaillé en France, pourrait percevoir une retraite ? Vous inventez n'importe quoi !
Réponse de le 22/01/2013 à 15:04 :
RETRAITES LE BILLET DE SAUVEGARDE
> > > > > > > > > > ****************************************
> > > > > > > > > > 1 157 euros de retraite sans avoir cotisé ni même
travaillé en France !
> > > > > > > > > > Toute personne qui débarque en France, sans même
jamais y avoir mis les pieds, peut prétendre, si elle a 65 ans, à 709
euros de retraite par mois ou même à 1 157 euros si elle vit en couple
C'est :

plus que la pension moyenne de nos agriculteurs après une carrière
complète,
plus que la pension de la majorité de nos commerçants et artisans,
plus que la pension de nombreux employés et ouvriers.

> > Cela signifie tout simplement que nos caisses de retraite paient
bien souvent davantage à des personnes qui n'ont jamais cotisé, ni
participé à l'économie de notre pays qu'à leurs propres affiliés, qui
ont souvent trimé toute leur vie.
> > > > > > > > > > Ce dispositif aberrant est vanté noir sur blanc
dans le livret d'accueil "Vivre en France" diffusé par le ministère de
l'Immigration aux nouveaux arrivants.
> > > > > > > > > > C'est à se taper la tête contre les murs : il
suffit à une personne d'au moins 65 ans qui arrive en France d'aller
tranquillement frapper à la porte des services sociaux pour avoir
immédiatement droit à 709 euros par mois, voire 1 157 euros si elle vit
en couple.
> > > > > > > > > > Cette situation est très injuste vis-à-vis des
retraités français, qui voient dans le même temps leurs pensions
constamment rabotées au fur et à mesure que leurs caisses s'enfoncent
dans le rougeSi l'on ajoute à cela que la Cnav verse des pensions à
l'étranger sans aucun contrôle, au point que la Cour des comptes
dénonce le versement de pensions à des morts, notamment en Algérie
(mais sans proposer le moindre remède), on ne peut que constater que
notre système de retraites est ouvert à tous vents : prestations
injustifiées, fraudes etc..
Réponse de le 22/01/2013 à 15:09 :
le terme exact est metropole(jamais travaillé en...) et non pas france. Ceci explique sans doute cela. Par contre pour répondre au commentaire de 14h18, je dirais que les assurances vont à ceux qui les ont souscrites, et etranger ou pas c'est normal. Cependant il faut lutter contre la fraude qui consiste à ne pas déclarer les morts!...
Réponse de le 22/01/2013 à 15:11 :
faut te renseigner:dans le cadre du regrouppement familial
Réponse de le 22/01/2013 à 15:59 :
des personnes qui n'ont jamais travaille dans notre pays !!!
a écrit le 22/01/2013 à 14:14 :
Hé oui tout cet argent perdu pour rien de positif, une situation de rente pour beaucoup de chômeurs, un peu de fermeté ne ferait pas de mal, passé 3 mois sans trouver, formation a un métier manuel qui recrute, je l'ai fait avec un bac +2 ,les autres peuvent le faire la preuve.
C'est une forme de làcheté de nos gouvernants de ne pas réagir.
Réponse de le 22/01/2013 à 14:56 :
C'est une excellente idée : L'indemnisation reste élevée les trois ou six premiers mois, après quoi, soit elle diminue drastiquement, soit l'on suit une formation manuelle ou technique ou l'on sait que l'on trouvera du travail.
Le marché du travail est un marché comme un autre, et pourquoi un individu ne pourrait pas, sur ce marché, perdre de la valeur comme en regagner ? On appelle ça en terme plus acceptable : la mobilité sociale.
a écrit le 22/01/2013 à 14:09 :
"revoir l'indemnisation des cadres " et leurs cotisation aussi alors. Sinon, ce n'est que le continuum des politiques égalitaristes socialistes.
Réponse de le 22/01/2013 à 14:24 :
C'est bizarre, sous votre "plume"cela sonne comme un reproche. Donc si je comprend bien, les chômeurs, les "rmistes", les etrangers, les malades, les jeunes, les vieux sont trop "aidés". Par contre les cadres pas touches ? Où est votre logique ?
Réponse de le 22/01/2013 à 14:46 :
@ Chich : c'est bien sûr un reproche sur l'égalitarisme. Vous comprenez mal, je n'ai absolument pas dit cela. Je dis juste que les indemnisations chomage sont fonction de vos cotisations chomage. Si quelqu'un touche bcp, c'est qu'il bcp cotisé (sauf les intermittents, c'est un autre problème). Si demain il touche bcp moins sans que l'on baisse ses cotisations, c'est de l'égalitarisme : que vous cotisiez bcp ou peu, vous serez indemnisé pareil, et cela, c'est injuste et décourageant économiquement car nivellant par le bas.
Réponse de le 22/01/2013 à 17:06 :
C'est bizarre sous votre plume on a l'impression que l'impot sur le revenu ne suffit pas et qu'à chaque occasion il faudrait faire payer les "riches". Je sais bien que beaucoup de prestations sociales sont atribuées uniquement en dessous d'un seuil et que le gouvernement actuel est en train d'imaginer un impot local sur le revenu, mais oui il existe encore un interet à gagner plus que le voisin et heureusement pour les chômeurs, les "rmistes", les etrangers, les malades, les jeunes, les vieux
a écrit le 22/01/2013 à 14:07 :
C'est bien connu : les cadres adorent être au chômage... On marche sur la tête, là. Avec déjà la menace de la porte car pris entre le marteau et l'enclume, je ne vous explique pas la motivation qui va encore baisser en entreprise...
Réponse de le 22/01/2013 à 17:35 :
Il y a combien de chômeurs qui perçoivent 4000 ? d'allocations ? Cela correspondrait à quelle économie, concrètement ? L'article ne le dit pas. Le régime aberrant des intermittents, c'est un milliard.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :