Coup de froid entre la CGT et la CFDT sur fond d'agitation sociale

 |   |  899  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Goodyear, PSA, Renault... Les directions des syndicats CFDT et CGT s'interpellent mutuellement sur les stratégies sociales à mener dans ces entreprises. Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT parlant de "position dogmatique" de certains militants CGT. A l'inverse, pour Thierry Lepaon, futur patron de la CGT, "l'heure de la mobilisation a sonné". Un clivage exacerbé par le résultat de l'accord interprofessionnel sur l'emploi du 11 janvier, signé par la CFDT mais refusé par la CGT.

le scénario était prévisible depuis le 11 janvier et l'accord trouvé entre une partie des syndicats et le patronat sur l'accord sur l'emploi. Un texte signé par la CFDT et, au contraire, combattu par la CGT. Résultat, La fracture syndicale se creuse, sur fond de vive tension sociale, entre la CFDT réformiste, dont le numéro un Laurent Berger critique vertement la stratégie des militants cégétistes à Aulnay (PSA) ou à Goodyear, et le front autour de la CGT radicalisée, pour laquelle "l'heure de la mobilisation a sonné" .

Le nouveau leader de la CFDT a renvoyé dos à dos vendredi 1er février la direction de Goodyear et "l'organisation syndicale majoritaire", la CGT, leur imputant une responsabilité "à part égale" dans le projet de fermeture du site. Il a dénoncé la "position dogmatique" des militants cégétistes, dont le chef de file est l'élu CGT, Mickaël Wamen (ex-candidat communiste). "J'ai passé toute la matinée à l'usine, la seule chose que les salariés me disent, c'est qu'on a eu raison de continuer à se battre", a réplique Mickaël Wamen pour qui la "CFDT a été évincée il y a 4 ans" de Goodyear parce que les salariés estiment que "le syndicalisme réformiste, ce n'est pas ce qui va permettre d'avoir du boulot demain"

Laurent Berger s'en était déjà pris aussi mardi 29 janier aux méthodes "d'intimidation de la CGT' à l'usine PSA Peugeot-Citroën d'Aulnay. "Je ne cautionnera jamais les débordements et les menaces", avait-il lancé. Sur ce site, le mouvement s'est radicalisé sous la houlette notamment de Jean-Pierre Mercier, délégué CGT et membre de l'organisation d'extrême gauche Lutte ouvrière.

Une fracture  historique entre syndicats réformistes et radicaux

Pour Luc Bérille, secrétaire général de l'Unsa, proche de la CFDT, une "stratégie de lutte de classe est mise en place par un courant de la CGT", très politisé. C'est une "stratégie d'affrontement frontal", selon lui, qui "ne vise pas à la négociation" mais veut faire "converger" les luttes des salariés des différentes entreprises, comme les récentes opérations "cause commune" des ouvriers de PSA et de Renault. La stratégie de la direction de la CGT, qui est "de plus en plus axée sur la rupture et le refus de négociation, conforte ce type de mouvement" , estime le leader de l'Unsa. La CGT s'en tient à un discours musclé: "l'heure de la mobilisation a sonné", affirmait jeudi Thierry Lepaon futur secrétaire général de la CGT, soutenant la grève des fonctionnaires appelés par son syndicat ainsi que par la FSU et Solidaires.

Cristallisé autour de l'accord sur la sécurisation de l'emploi, deux fronts syndicaux( ce n'est historiquement pas nouveau) se constituent: les réformistes - CFDT, CFTC, CFE-CGC, Unsa- partisans de l'accord et les opposants - CGT, FSU, Solidaires - et Force ouvrière qui rejoint ce camp et envisage des actions communes avec la CGT contre cet accord. cette fracture syndicale s'est déjà produite plusieurs fois dans l'histoire, notamment sous les septenats de François Mitterrand ou à l'occasion du plan Juppé sur les retraites et la sécurité sociale en 1995.A l'inverse, à certain momement (1968, réforme des retraites en 2010...), les relations entre les deux centrales CFDT et CGT s'étaient singulièrement réchauffées.

Des clivages pas toujours respectés au niveau local

Mais, au niveau local la réalité du terrain forge d'autres alliances. Ainsi chez PSA, la CFDT s'est associée à la grève, malgré les critiques de Laurent Berger, alors que FO, CFTC et CFE-CGC ont constitué une intersyndicale dénonçant les méthodes "inacceptables" de certains grévistes.

Chez Renault, alors qu'au niveau du groupe direction et syndicats sont engagés dans un bras de fer sur un accord de compétitivité, les syndicats sur chaque site appellent au cas par cas à des débrayages chaque semaine, en intersyndicale ou en solo. Du côté du groupe pharmaceutique Sanofi, la CFDT, en intersyndicale avec la CGT et Sud, multiplie les actions pour suspendre le plan de restructuration, et réclamait ainsi mardi devant le ministère du Travail une loi interdisant les licenciements boursiers aux côtés de centaines de salariés d'entreprises touchées par des restructurations.

A Florange, l'un des sites d'ArcelorMittal, les syndicats locaux CFDT, CGT et FO se battent aussi en intersyndicale depuis plus de 18 mois pour tenter de maintenir leur outil de travail -- la CFE-CGC était au départ de l'aventure avant de sortir du mouvement. Et même si Laurent Berger a jugé "acceptable" l'accord passé fin novembre entre le gouvernement et ArcelorMittal, le meneur CFDT de Florange, Edouard Martin - de fait pas toujours en phase avec sa direction nationale - , n'a pas hésité à s'enchaîner aux fenêtres de Matignon le 23 janvier pour exprimer son total désaccord avec le plan.

Le Comité d'entreprise (CE) d'Air France est la parfaite illustration des luttes syndicales intestines qui se jouent parfois au sein des entreprises. Depuis des années, les syndicats se déchirent sur la gestion du CE. La CGT aujourd'hui aux manettes semble tiraillée en son sein entre le principe de réalité, qui impose un plan social, et le radicalisme cégétiste au niveau du groupe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2013 à 17:02 :
Comme disait le regretté Coluche : FO le syndicat qu'ils vous faux, je suppose que pour les autres syndicats c'est pareil
a écrit le 03/02/2013 à 19:07 :
1- Aucun syndicat n'a jamais sauvé aucune entreprise en difficulté ou pas.

2- Il est absolument inconcevable que ces gens ne respectent pas le droit du travail et le droit civil en empêchant les autres de travailler et en les menaçant. Dans un état de droit il rendraient compte à la justice.
a écrit le 03/02/2013 à 17:23 :
quand s'arrêtera cette gabegie de l'argent du contribuable, nos syndicats sont à la charge de l'état, payés par nos deniers, pas par les personnes syndiquées, car ils n'auraient pas de quoi vivre 4 jours par mois, Ils ont des gardes du corps, chauffeurs, argent à dispo, etc..... et combien sont responsables de milliers de chômeurs????? Personne n'en parle. C'est une honte dans ce pays, en plus l'état nous ment comme il respire.Nous sommes un pays tellement corrompu, et c'est la faute à la lâcheté de nos élus..... Bref :tout est à mettre au panier, mais pas ces personnes n'est ce pas!
a écrit le 02/02/2013 à 20:34 :
Une petite blague qui passe partout concernant l'article sur les syndicats : TOUT LE MONDE N'A PAS EUE LA CHANCE D' ETRE COMMUNISTE. Rien à voir mais un peu d'humour dans ce monde de brute cela pas de mal
a écrit le 02/02/2013 à 11:15 :
http://www.directmatin.fr/politique/2012-06-08/mickael-wamen-un-ouvrier-pour-succeder-maxime-gremetz-36164

« Consacré "fils spirituel" par le député sortant Maxime Gremetz, Mickaël Wamen, plus connu pour son combat de syndicaliste à l'usine Goodyear d'Amiens ... »

Tel père, tel fils :o/
a écrit le 02/02/2013 à 11:07 :
Pauvre FRANCE !!!
a écrit le 02/02/2013 à 10:58 :
il y a bine lonngtemps que les syndicats font la pluie et le beau temps des entreprises.
J'ai eu des problemens inracontables avec un syndicat pui me ressait moi et d'auyres pour prendre leur carte alors que j'etais a la cgc, jusqu'au licenciement mais je n'ai pas cede
dieu merci je n'ai plus voulu travailler en grande entreprise, ni mes enfants d'aileurs je les en ai empeche ils ne sont d'ailleurs plus en france pour leur grand bonheur.
Les syndicats c'est la mort d'une entreprise. qyand a M grognard, il porte bien son nom la cgt c'est le pire, n'oubions qu'ils ont des immeubles a paris qui coutent des milliards,
et que leur comptes n'ont pas toujours ete net, Qi'il y a eu des menaces de meort contre des non grevistes on l'a vu a la tv, la france est en mauvais etat et ce n'est surtout pas Hollande qui va la remettre sur pied, il y a trop d'affaires cachees de mensonges et autres
Réponse de le 02/02/2013 à 12:02 :
Votre premier problème concerne l'orthographe et pour le reste un charabia incompréhensible, regardez trop la TV
ne contribue pas à votre intelligence...
Réponse de le 02/02/2013 à 13:34 :
soyez donc un peu plus compréhensif, svp ecoline fait surtout des fautes de frappe, et quant à son commentaire, j'ai très bien compris ce qu'il voulait dire, serai je le seul? ! faut pas pousser, non plus!
a écrit le 02/02/2013 à 9:31 :
La CFDT joue la diversion en relayant l'accusation sur la CGT de la fermeture de Goodyear, message du patron de Goodyear soit disant prisonnier de la CGT et incapable de modifier le rythme de la production industrielle dans un établissement de plus de 1000 salariés! Impensable ce n'est q'un prétexte pour fermer cette usine! Les syndicats bénéficient de l'information sur les choix de leur direction, ils sont consultés mais ils ne disposent en aucun cas d'un quelconque droit de veto! En plus rien n'interdisait à la direction de consulter directement les salariés concernés par référendum s'affranchissant ainsi de l'avis des syndicats!! La CFDT et son nouveau dirigeant s'inscrit très fort dans la ligne de ses prédécesseurs des' béni oui oui de service' où syndicalisme raisonnable au choix et rallume les divisions syndicales alors que le syndicalisme en France ne représente plus grand chose...Stratégie du bouc émissaire la CGT pour faire oublier la logique économique des entreprises ,les incapacités du gouvernement à lutter contre la montée du chômage, de la misère et du raz le bol..Statégie de la division voulue et mise en place avant les nouvelles négociations sur le dossier des retraites bref tout sauf la défense des salariés par la CFDT!!

Réponse de le 02/02/2013 à 12:00 :
@ Grognard: +1 !
Réponse de le 02/02/2013 à 21:14 :
Bonjour,
Je suis entièrement d'accord avec vous, la Direction de Goodyear peut se passer de la consultation des syndicats ou du CE en soumettant à l'ensemble des salariés la réorganisation de la production. À condition d'avoir l'accord des 2/3 de ces dits salariés. Pour la CFDT, heureusement qu'au niveau local, il y en a qui ne sont pas dupés et défendent l'intérêt des salariés et non pas de la fédération nationale.
a écrit le 02/02/2013 à 2:02 :
ils ne défendent ni l'outil de travail ni les salariés : ils intimident c'est tout !!!!
Good Year a tout fait pour trouver une solution, mais la CGT ne veut rien foutre : payez nous beaucoup pour ne rien faire !!!
l'outil e travail est d'autant moins défendu, qu'il est inutilisé et donc pas entretenu !!!
a écrit le 02/02/2013 à 0:57 :
J'ai quitté la France il y a 27 ans. Il me semble que rien a changé. Les victimes de ces conflits - la classe ouvrière et la France. Je désespère de voir mon pays dans cet état.
Réponse de le 02/02/2013 à 11:06 :
vous avez raison pour l'affirmation, et d'un autre coté, vous avez très bien fait de vous en aller.....
a écrit le 01/02/2013 à 22:36 :
un jour ami un jour ennemi! création de la cfgdt
a écrit le 01/02/2013 à 18:49 :
Le caractère trop dogmatique des actions de la CGT est indéniable mais on est également obligé de constater qu'au niveau national, la CFDT est devenue la courroie de transmission du gouvernement socialiste!
Réponse de le 01/02/2013 à 19:38 :
et en 2003 elle était la courroie de transmission du gouvernement Rafarin pour la réforme des retraites, et en 2008 elle était la courroie de transmission du gouvernement Fillon pour la loi sur la représentativité!

Et si finalement elle était la courroie de transmission du monde du travail?!
Réponse de le 01/02/2013 à 20:27 :
oui posez vous la question de monsieur Chérèque père et fils de savoir où ils ont terminé leur luxurieuse carrière?? dans des organismes ou gouvernements so.cia.lis.tes. voila, voila. tout est dit. Quant aux loulous de la CGt ce syndicat anti travailleurs mais pour les postes de délégués bien payer à ne rien foutre, eux terminent tous sur les listes du PC ce parti anti démocratique pour ne pas dire plus du début 20 é siècle. Non nous avons des syndicats de m...de qui ne représentent en aucun cas les salariés.
a écrit le 01/02/2013 à 18:43 :
On peut contester le caractère un peu trop dogmatique de la CGT mais on est obligé de constatyer que la CFDT, au niveau national, est devenue la courroie de transmission du gouvernement!
Réponse de le 02/02/2013 à 13:39 :
bien dit !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :