Le quartier de La Défense à nouveau dans le viseur de la Cour des comptes

 |   |  541  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
La Cour des comptes a rendu le 13 mars un référé dans lequel elle critique la gestion du quartier de la Défense, confiée à deux organismes aux attributions jugées floues. Dans un rapport datant de 2010 les Sages s'étaient déjà inquiétés pour les finances du quartier d'affaires parisien.

Les "Sages" de la rue Cambon blâment une fois de plus la gestion de la Défense. Dans un référé rendu le 13 mars, la Cour des comptes pointe les relations apparamment inefficaces entre les deux établissements qui administrent le quartier d'affaires des Hauts-de-Seine. Deux organismes gèrent en effet les lieux. L'EPAD (devenu EPADESA, pour Etablissement public d'aménagement de la défense Seine Arche) -  dont il avait été question un temps de confier la direction à Jean Sarkozy, le fils de l'ancien président - a pour mission de s'occuper de l'aménagement de la Défense. Un autre établissement baptisé DEFACTO et créé en 2007 a pour but d'en assurer l'exploitation.

Un dispositif qui "fait peser sur l'avenir du quartier des contraintes excessives"

Mais, selon la Cour, ce dispositif "fait peser sur l'EPADESA et l'avenir du quartier d'affaires des contraintes excessives". Les Sages considèrent que "la remise en état des biens engendre des coûts considérables et son financement est incertain" et que "la délimitation des compétences respectives des deux établissements est mal établie, ce qui ralentit et peut même paralyser certains projets".

Un équilibre financier déjà mis en doute en 2010

Dans un rapport de 2010 dont des extraits ont été publié par Le Monde en octobre 2012,  la Cour des comptes avait déjà critiqué des déficiences. Elle y pointait des "dérives" de gestion et faisait part de "sérieux doutes sur l'équilibre financier final" de l'EPADESA.

Or, le quartier souffre de la conjoncture immobilière. Pour tenter d'attirer les investisseurs, l'organisme chargé de l'aménagement a dû baisser les prix des droits à construire. Ils sont passés de 2.300 m2 en 2007 à 1.700 euros en 2012. Elle doit en outre supporter les coûts des espaces vacants et des contraintes d'aménagement comme la construction de bâtiments sur pilotis pour enjamber les axes routiers.

Mouvements en vue à La Défense

Dans son référé du 13 mars, la Cour demande au gouvernement de revoir les attributions des deux établissements. Une demande à laquelle Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur, Delphine Batho, la ministre chargée de l'Ecologie, du développement durable et de l'énergie et Jérôme Cahuzac, le ministre du Budget ont  tous trois répondu favorablement. "L'intention ferme du gouvernement de réviser, dès 2013, le dispositif juridique applicable à la Défense-Seine-Arche (...) s'accompagne d'une réflexion sur la gouvernance du quartier d'affaires", écrit ainsi Delphine Batho. Ce qui laisse augurer quelques mouvements dans la gestion du quartier.

Le deuxième quartier d'affaires derrière la City construit il y a cinquante ans aurait besoin de nouveaux aménagements et de modernisation. Un membre de l'Epadesa le reconaissait d'ailleurs auprès de La Tribune.

De son côté, le Premier ministre avait réaffirmé le 6 mars la volonté du gouvernement de réaliser le projet du Grand Paris qui prévoit notamment de poursuivre le désenclavement de la Défense en le reliant à la capitale avec une nouvelle ligne de métro. Le projet prévoit en outre une liaison directe avec les aéroports de Roissy et d'Orly.

Pour aller plus loin:

>> La Défense, mal aimée, a besoin d'un coup de jeune

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/03/2013 à 18:41 :
info pour CQFD
au début des années soixante, quand le projet d'un quartier d'affaire est né, il a été décidé de le faire à l'ouest de Paris pour éviter que les vents renvoie toute la pollution des usines de l'époque sur la capitale. CQFD là c'est le cas de le dire.
Par contre, maintenant que les transports sont saturés et ne serait-ce que pour rééquilibrer les recettes générées par un tel quartier, il serait judicieux de l'implanter à l'est (les usines ont disparues et leur fumées nauséabondes avec)
Réponse de le 14/03/2013 à 19:52 :
Votre réponse est pertinente, mais il y a près de trois décennies qu'on connaît les problèmes de trafic à venir par une croissance sans contrôle de la Défense. Personne n'a voulu s'opposer aux intérêts financiers en place. Nous aurions eu besoin d'un autre De Gaule pour taper dans le tas et décider par dessus la tête des édiles locales qui profitent probablement du système.
a écrit le 14/03/2013 à 16:37 :
La Défense : une anerie. Cette hyperprophie parisienne oblige à revoir toutes les capacités de transports pour des coûts faramineux. L'agglomération a besoin d'un équilibre or le tertiaire a été implanté massivement dans l'ouest au détriment du reste de la banlieue. Il aurait été intelligent de retrouver un équilibre afin de rapprocher l'emploi des habitants de l'est et du sud. Combien d'employés font tous les jours d'interminables heures dans les transports, dans des conditions déplorables et coûteuses pour aller à la Défense, alors que si un pôle tertiaire était créé dans l'est parisien, on leur offrirait une vie bien meilleure tout en faisant faire des économies substantielles à la Région IdF.
a écrit le 14/03/2013 à 15:45 :
La Défense c'est ringard toutes les grandes entreprises partent à Saint Denis, la dernière à vouloir s'y installer c'est GDFSUEZ alors les mairies de Puteaux et Courbevoie vont faire la gueule. Mais c'est comme ça quand on veut confier la direction à Jean Sarkosy dit le prince Jean c'est que l'on n'est pas capable d'anticiper l'avenir et plouf dans l'eau c'est l'UMP qui coule à la Défense.
Réponse de le 14/03/2013 à 16:40 :
...tout est la faute à Sarkozy ! C'est bien connu !
Réponse de le 14/03/2013 à 17:19 :
La Défense est un quartier qui a été construit alors que Nicolas Sarkozy était encore un enfant! Votre haine anti-Sarkozy est pathétique...
a écrit le 14/03/2013 à 15:09 :
La voila la commission "THEODULE" . Ah la CDC si elle n'existait pas ,il faudrait l'inventer.
a écrit le 14/03/2013 à 13:39 :
..sont gentils ces gens qui depuis des années , pondent des rapports comme les poules pondent des oeufs ... qui s'en soucie ? les armoires sont remplies de documents au moins . les visées font ce qu'ils veulent depuis toujours et les scribouillards ont fait le travail , amen !
Réponse de le 14/03/2013 à 14:26 :
Mon cher, c'est une activité dont raffolent les Français, même ceux secteur privé. Vous n'avez pas idée du nombre de rapports et audits en tout genre que pondent des cabinets de conseil à la demande des directions des grandes entreprises. Des rapports qui finissent pour la plupart dans un tiroir.
Pendant ce temps les Allemands dépensent leur argent dans l'ingénierie.
Le Français aime disserter, l'Allemand est plus "terrain"....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :