La Défense, mal aimée, a besoin d'un coup de jeune

 |   |  1812  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : CC Rafa Espada/ Flickr)
Mal née, mal connue, mal considérée... La Défense attend beaucoup des décisions de Jean-Marc Ayrault, le 6 mars, sur les transports à Paris. De son désenclavement dépend le rebond du premier quartier d'affaires français qui, pour avoir trop dormi sur ses lauriers, est rattrapé par les autres places européennes.

À la Défense, il y a quelques règles qu'il est indispensable de connaître pour évi-ter de perdre son temps. Règle no 1 : « Je peux vous rappeler depuis mon fixe? » Pour joindre quelqu'un à la Défense, il ne faut jamais l'appeler sur son portable. Pas assez d'antennes-relais, trop de demandes. Donc, soit le correspondant est injoignable, soit il n'entend pas grand-chose. La Défense est l'une des deux ou trois zones noires de Paris, sursaturées.
Règle no 2 : « Imprimez le plan, c'est plus sûr. » Pour aller en voiture à la Défense, on ne peut éviter de passer par des sous-sols et souterrains multiples et tortueux où les GPS ne fonctionnent plus. La géolocalisation part en vrille et il vaut mieux avoir son plan.
Règle no 3 : une fois arrivé sur la dalle, au pied des tours, il est indispensable de bien avoir son itinéraire dans la tête, car jamais personne n'a pensé au mobilier urbain à la Défense. Jean-Claude Decaux n'installera les 120 premiers panneaux d'information numériques qu'à la fin 2013!Ainsi va la vie dans le premier quartier d'affaires français, le deuxième en Europe après la City. La Défense s'est endormie sur ses lauriers et a oublié technologie, convivialité et services. Depuis le milieu des années 1960, elle n'est toujours pas devenue un lieu de vie (même si les 20000 habitants disent très majoritairement y être heureux), et elle a aussi du mal à être un lieu de travail fonctionnel. Pour l'habitant ou le salarié, il est parfois éprouvant de rester dans cet espace où l'éclairage est très mal étudié, les déplacements compliqués et où il est impossible de trouver un restaurant « digne de ce nom » ouvert le soir.

50 ans et toujours pas de lifting ... Ça se voit !

Le bureau reste cependant le c?ur de métier de la Défense. C'est pourquoi Jacques Kossowski, député UMP des Hauts-de-Seine et maire de Courbevoie, a « eu très mal en voyant Francfort [leur] passer devant ».Le 19 février dernier, TNS Sofres a en eet présenté une étude de notoriété et d'attractivité des quartiers d'affaires européens réalisée pour la communauté d'agglomération Seine-Défense. Ce fut une douche froide. La City est très au-dessus du lot en notoriété et en attractivité, et la Défense a été rétrogradée derrière Bankenviertel, le quartier d'affaires de Francfort, en termes d'attractivité! « On a 50 ans, on n'a jamais fait de lifting et ça commence à se voir », plaisante un dirigeant de l'Epadesa, l'établissement public d'aménagement et de développement de la Défense. Avant d'ajouter : « La Défense évolue peu. Le parc est vieillissant, il n'y a que trois tours en construction, toute la partie sous la dalle est dans un état déplorable et, si l'on continue, les Espagnols d'Azca, à Madrid, vont aussi nous passer devant en attractivité! »La raison? Depuis des lustres les élus de Courbevoie, de Puteaux, de Nanterre ou les gestionnaires de l'Epadesa ont un mal fou à « vendre » leur quartier d'affaires aux élus nationaux et à le développer. Seul Nicolas Sarkozy, à peine arrivé à l'Élysée, a lancé un plan de renouveau de la Défense. « Mais c'est le seul politique qui nous ait défendus, explique Jean-Yves Durance, le président de la chambre de commerce des Hauts-de-Seine. Cela ne sut pas. Nous sommes mal connus et mal aimés du monde politique. Nous sommes contestés dans nos fondements mêmes : pour beaucoup, notre territoire est trop dense, c'est un lieu de centralité trop fort. Nous condensons en plus les grandes entreprises du CAC 40, qui ne sont pas forcément aimées. Le développement de nouvelles tours est enfin chaque fois contesté. Nous sommes à rebours de ce que pense la classe politique. » Et comme la Défense n'est pas aimée, personne n'a encore fait les gestes politiques et financiers nécessaires comme celui de l'amélioration des transports.
Car c'est d'abord là que le bât blesse. Pour les salariés comme pour les hommes d'affaires du monde entier. Le taux d'utilisation des transports en commun à la Défense est le plus élevé d'Île-de-France (85% de taux d'utilisation), 150000 des 180000 salariés viennent en métro ou dans des tramways bondés et sursaturés. Trois cent mille personnes passent chaque jour dans les gares de la Défense, un enfer à certaines heures!

Eole et le Grand Paris Express sont vitaux

Seulement voilà : Éole - la ligne E du RER - est bloquée à Saint-Lazare depuis plus de vingt ans! Christian Blanc, ex-patron de la RATP et ex-ministre du Grand Paris, a toujours mis un point d'honneur à ce que la ligne n'aille pas plus loin et ne desserve ni la Défense ni l'ouest de Paris. Aujourd'hui, une liaison est enfin prévue par le nouveau plan de transports de l'Île-de-France, mais c'est à Jean-Marc Ayrault d'annoncer le 6 mars s'il a, en plus du Grand Paris Express, trouvé l'argent pour financer Éole.
Idem avec les gares du Grand Paris, vitales quant à elles pour les hommes d'affaires. Éole est une radiale, et la Défense a aussi besoin d'une rocade pour être reliée directement à l'aéroport Charles-de-Gaulle et à l'aéroport d'affaires du Bourget. « C'est la conjonction de la radiale et de la rocade qui est vitale pour la Défense, explique Isabelle Rivière, spécialiste des transports en Île-de-France. Même si je peux comprendre que l'on ait une tendance spontanée à vouloir aider Clichy-Montfermeil plutôt que la Défense, surtout en période de pénurie d'argent public. »La Défense veut son hub ferroviaire avec une gare TGV à Seine-Arche pour relier directement Londres, Bruxelles, Amsterdam ou Cologne. Le quartier est difficile d'accès pour toute personne qui ne vient pas du c?ur de Paris. Perte de temps, perte d'argent, départ des entreprises... « Il faut de la visibilité, sécuriser les entreprises sur les transports et les constructions, autrement dans dix ans on aura raté le coche », explique Jean-Yves Durance.
Ils ne le disent pas ouvertement, mais les dirigeants de l'Epadesa, comme les élus, reconnaissent s'être assoupis pendant des années et avoir passé trop de temps en querelles intestines improductives.

« Personne ne porte réellement un projet »

Le meilleur exemple en est les rapports conflictuels que la Défense a longtemps entretenus avec les communes sur lesquelles elle est implantée : elle verse, en taxes diverses, 13000 euros par habitant à Puteaux (soit 600 millions d'euros) et 8000 euros par habitant à Courbevoie (soit 685 millions d'euros). Mais se plaint de ne rien recevoir en échange, chacun se renvoyant la balle sur l'aménagement des services publics. Idem avec Nanterre : son maire a décidé de réaliser 40% de logements sociaux alors que les cadres moyens de la Défense ont besoin de logements intermédiaires et sont, du coup, obligés d'aller les chercher à des dizaines de kilomètres. Refus de Nanterre de laisser s'agrandir la Défense, une guéguerre permanente et inutile... Lorsque la crise de 2008 est arrivée, les dirigeants de l'Epad ont également été incapables de montrer, comme le dit un chef d'entreprise implanté sur la dalle, que « la Défense est un patrimoine économique. Ils ont préféré une structure d'aménagement et de développement dépendant de l'État, l'Epadesa, à laquelle ils ont adjoint une structure locale de gestion, Defacto, puis une structure de lobbying associative, Aude. C'est compliqué, les structures s'entendent très moyennement et personne ne porte réellement un projet pour la Défense ». Et, pour compliquer le tout, les élus UMP des Hauts-de-Seine doivent négocier avec une ministre de tutelle, Cécile Duflot, qui ne leur est pas franchement favorable mais qui doit leur donner une feuille de route claire, et un Premier ministre qui, lui, gère la pénurie financière. Pas sûr qu'ils gagnent sur tous les tableaux le 6 mars.
« Depuis sa naissance, la Défense est mal aimée, rappelle Virginie Picon-Lefebvre, qui vient de publier un remarquable dictionnaire-Atlas de la Défense*. Dès 1974, Valéry Giscard d'Estaing avait bloqué les tours. Il avait dans l'idée, comme d'ailleurs les anciens de Mai 68, que la modernité n'était pas pour Paris. La France est en fait le seul pays au monde où les élus comme les architectes et les urbanistes sont angoissés par les grands ensembles. La Défense était trop moderne, trop tournée vers le futur, trop autoritaire, trop barbare. Personne n'aimait et les Parisiens, eux, regardaient la Défense avec fureur. »

Un parc et des fêtes sur les toits des tours

Il y a pourtant encore quelques rêveurs. Certains ont Central Park en tête : le bois, les allées, et surtout un prétexte pour tout repenser avec les deux tours jumelles programmées, le projet de l'architecte américain Norman Foster pour le promoteur russe Emine Iskenderov. Deux tours pour gens très riches, un monde de luxe, mais surtout l'occasion de créer un Central Park parisien, de revoir enfin l'axe majeur et d'intégrer définitivement la Défense à Paris. D'autres veulent, eux, d'immenses fêtes sur les toits des tours : boîtes de nuit et restaurants avec la plus belle vue qui soit sur Paris.
Ils rêvent peut-être, mais ils ont un projet. Et c'est essentiel pour la Défense : « Les acheteurs américains sont en train de se détourner de Paris et de la Défense parce qu'ils n'y voient pas clair. Ils sont dans un monde de brouillard et d'incohérence, commente le dirigeant de l'un des principaux brokers immobiliers d'Île-de-France. Or le marché est dur. Très dur. Il ne tient qu'à peu de chose. Le symbole, c'est le départ de SFR, qui quitte la Défense parce que la société préfère la logique des campus très à la mode aujourd'hui, ou encore les grands de la banque et de l'assurance qui envoient tout leur back-office ailleurs, là où le mètre carré est moins cher. Ces derniers mois, c'est le secteur public qui tient le marché à la Défense. » Même le CAC 40 s'en va : GDF Suez, par exemple, envisage d'abandonner sa tour pour se regrouper à Saint-Denis, en 2018.Certes, en 2012, la Défense, dans un marché de location et de vente de bureaux en baisse, a progressé de son côté de 40% au dernier trimestre. Mais c'est en raison des ministères et des services de l'État qui ont pris 54000 m2 à eux seuls. Comme le ministère de l'Écologie va bientôt, lui, libérer des locaux... BNP Paribas Real Estate estime que les livraisons des tours Carpe Diem (47000 m2) et Eqho (79000 m2) en 2013, puis Majunga (69500 m2) en 2014, pourraient redynamiser la Défense. Possible, mais pas sûr.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/03/2013 à 20:10 :
Le mobile marche très bien. Je téléphone tous les jours à ma femme, entre tours ou entre tour et parvis.
Je me fais livrer sans problèmes depuis 24 ans... mais je donne les bonnes explications aux livreurs.
La signalétique est présente depuis toujours et on en est au 3e programme depuis 1990.
L'éclairage a les problèmes de tous les espaces ouverts, comme la Copncorde ou l'Etoile. Il est impossible d'éclairer une place, car il n'y a pas le reflet de l'éclairage sur les façades. Toutes vos références doivent être des rues (quartier latin, Champs-Elysées) ?
Il y a très peu de bâtiments qui n'ont pas été refaits, ravalés ou complètement remodelés depuis leur construction. Je les suis de ma fenêtre.
La qualité des espaces publics s'améliore au fur et à mesure que La Défense... se densifie. Car elle était trop peu dense à l'origine, moins que le Paris haussmanien ou moyen-âgeux. Plus c'est dense, plus c'est beau, dixit tout le monde sans toujours se rendre compte que c'est la densité qui donne cette impression de mieux fini.
Contrairement aux affirmations de ses aménageurs et gestionnaires, La Défense a moins de bureaux que la City ou le Triangle d'or parisien. C'est le 1er "quartier d'affaire créé à cette intention", mais le 3e d'Europe comme quartier d'affaires toutes catégories.
La spécialisation en bureaux est bien plus grande à la City, à New York Downtown, à Singapour, Hong Kong North Victoria... La spécialisation est la règle, parce qu'elle répond à une logique naturelle. Les quartiers d'affaire se sont d'abord formés dans les centrevilles anciens (City, New York...) parce qu'ils étaient mieux desservis et qu'une multinationale n'embauche pas que les voisins du quartier. Un siège social de 5000 ou 6000 employés draine sur une agglomération de plusieurs millions d'habitants. Il est très difficile de créer un quartier d'affaires excentré. La Défense est la plus belle réussite connue, bien mieux que Canary Wharf qui n'arrive pas à vendre les rares logements construits à côté. La Défense a même construit trop de logements, qui sont des nids à problèmes. Qui s'oppose à l'animation de la dalle ? Aux travaux bruyants de réhabilitation des tours ? A la densification ? Les habitants.
La Défense est donc très bien née d'une décision visionnaire de De Gaulle aidé par des urbanistes visionnaires qui ont ainsi protégé Paris d'une "citisation" inéluctable. A la City, à Wall Street, et dans la plupart des grands quartiers d'affaires tout ferme à 18h, ou 20 heures en été. Sans La Défense, c'est tout l'ouest parisien qui serait mort le soir.
Depuis que je connais La Défense, il y a toujours eu des aménageurs avec des projets qui se sont réalisés continuement et régulièrement, depuis l'Arche, jusqu'à la densification et l'élévation en hauteur actuelles.
Du fait de sa création ex-nihilo, il a fallu construire des transports gigantesques, qui sont sans doute les meilleurs du monde pour une même station (RER + métro automatique + trains + tram T2 + bus). Avec l'arrivée du RER E et peut-être un autre tram, on aura reconstitué le seul moyeu (hub) équivalent à ceux intra muros (St Lazare, gares Nord et Est, Chatelet...). Mais il faut du temps. Christian Blanc n'a, à ma connaissance, rien fait contre Eole, qui est en projet depuis 20 ans au-delà de St Lazare.
Qui a dit qu'il n'y avait pas de projet, pas de lifting, pas de vision ? Je souhaite à de nombreuses villes ou quartiers du monde entier d'en avoir autant qu'à La Défense.
Mais je souhaite aussi que l'on informe avec bonne foi de ce qui se passe à La Défense.
a écrit le 14/03/2013 à 15:23 :
Depuis des années beaucoup répètent le même refrain, les tours et le quartier, c'est inhumain....Cela manque d'espaces verts et on ne sait pas comment se rendre d'un lieu à l'autre.
Bizarre..J'y habite et y invite des amis d'un peu tous les pays. il n'y a que les Français qui ne comprennent pas comment s'y orienter..faudrait peut être penser à évoluer un jour.
Pas d'espaces verts? Vous en voyez beaucoup dans le centre de Paris? dans le 9ème, le 10, le 11ème?????moi, non.....
Inhumain??? moi je trouve plutôt sympa, de pouvoir aller faire mes courses dans le quartier et faire un tour sans avoir les narines au ras des pots d'échappement....
Mon appart est hyper clair, avec plein de soleil....pas toujours si facile dans Paris....ou alors faut être le long du parc du Luxembourg....il y a bcp de commentateurs qui peuvent se le payer, l'apprt le long du parc parisien????....j'en doute fort....et la possibilité d'aller en moins d'une demi heure au théâtre, à l'opéra.....pas facile depuis la campagne...
et la densité????comment faire autrement. Il y a déjà à peu près un département qui disparaît tous les 10 ans sous l'asphalte et le béton....Quelle solution? tuer les vieux? arrêter de faire des bébés ????construire en hauteur????moi je suis pour la 3ème solution....Je suis d'accord avec J_M Ayrault, il l'a dit depuis Marne La Vallée il y a qques jours......
a écrit le 13/03/2013 à 18:50 :
On peut aussi évoquer la violence, avec des bagarres récurrentes dans le centre commercial, en tout cas celles dont la presse se fait l'écho.

Quel soldat Ryan se dévouant pour La Défense ? Aucun. Ah si, on a les cancrelats alléchés par les postes de gestion du site, mais ils n'y habitent pas.
Réponse de le 14/03/2013 à 18:07 :
Comment dire autant d'âneries en si peu de lignes ? J'habite La Défense depuis 20 ans et à proximité dans les 10 années précédentes et je suis certain qu'il n'y a eu qu'une seule fois, le 27 janvier 2001, une bagarre entre deux bandes (de Mantes la Jolie et Chanteloup les Vignes) aux 4 Temps. Et encore ! Il s'agissait d'un lieu de repli parce que les "jeunes" avaient appris que la police les attendait à St Lazare, où ils avaient prévu d'en découdre. Passant par hasard dans mon centre commercial habituel juste après la bagarre, je remarque que des rideaux sont baissés (pas tous) et qu'il n'y a pas la même ambiance que d'habitude. Les patrons du service de sécurité m'apprennent qu'il y a eu une bagarre, courte du fait de l'arrivée rapide de la police, sans blessés, ni casse et qu'on a simplement retrouvé des armes blanches abandonnées, qui auraient pu faire des dégats. Pour vérifier, je fais le tour du centre commercial et constate que pas une vitrine n'est cassée. Ce qui n'empêchera pas Charles Pellegrini d'affirmer dans "Banlieues en flamme" paru en novembre 2005 (p. 60) : "De nombreuses bagarres éclatent, autant de pillages sont à déplorer. Les commerçants et les clients sont terrorisés. Heureusement la police arrive très vite...". J'ai rencontré Pellégrini qui m'a avoué avoir supposé ces pillages, sans avoir cherché aucune information sur leur réalité.
Certes, les media ne racontent pas tout, mais il ne faut pas exagérer la suspicion. Il n'y a pas de problème particulier de sûreté à La Défense. Il y a eu un mort à la sortie de la boite de nuit lorsqu'elle existait dans les années 80 et début 90 (déjà une rixe entre Africains de Mantes la Jolie et Chanteloup les Vignes) et le mort du pont de Neuiilly qui a défrayé la chronique de l'erreur judiciaire... Mais était-on à La Défense ou à Neuilly ?
Il y a eu aussi un mort par accident de vélo sur la dalle. Banal.
Et en plus, j'ai connu au moins un architecte de l'EPAD habitant sur le site. Bizarre ! Le monde ne serait-il pas aussi manichéen que vous l'imaginez ?
a écrit le 06/03/2013 à 11:16 :
j'ai vécu 7 ans à Courbevoie à côté de La Defense : Courbevoie comme Puteaux sont dirigé par des élus d'un autre siècle (le maire de Courevoie est né en 1940) qui pensent et agissent comme si la defense est à la charge de l'Etat et pour eux, le tiroir caisse avec toutes les taxes qu'ils perçoivent...et un placard doré pour ancien haut fonctionnaire (Bernard Bled il y a peu, ancien directeur des services de la ville de Paris sous Chirac, et dont l'unique realisation est une vigne impantée sur la dalle mais que personne ne voit) Un jeu de dupe permanent...Et cette dalle, 5 ans après mon arrivée, je m'y perdais encore !une horreur...
a écrit le 04/03/2013 à 0:09 :
C'est affligeant de lire qu'il faudrait raser la Défense. Il y a encore pas mal à faire (notamment en finir avec le concept de dalle) mais on pourra en tirer quelque chose. C'est bien de refuser la modernité à tout va, mais lorsque vos boulots s'en iront avec, vous ferez moins les fiers.

C'est à se demander où est la motivation chez les français. Sûrement dilué dans l'autosuffisance.
a écrit le 03/03/2013 à 21:38 :
Si par certains cotés le quartier de La Défense a été un succès, il souffre de plusieurs incohérences :
1°) la gestion du site est indépendante des communes sur lequel elle est installée et sa direction doit en assurer l'entretien sans pouvoir compter sur les impôts fonciers et taxes d'habitations qui sont encaissés par les communes. Les revenus de l'organisme chargé de la gestion du site est donc très limité de ce fait. (les droits perçus pour les nouvelles constructions et les faibles redevances des parkings reversés par Vinci -malgré leur tarifs élevés- ne sont pas à la hauteur des besoins et sont en parti cause de constructions décidées avant que les transports qui devraient y être associés soient réalisés).
2°) La grande majorité de ceux qui travaillent sur ce site n'habitent pas dans ces communes, et doivent emprunter des transports en commun auxquels les pouvoirs publics ne s'intéressent qu'après avoir constaté que ceux existants sont devenus nettement insuffisants (cas par exemple du RER A complètement saturé)
a écrit le 03/03/2013 à 19:18 :
La Defense est à l'image de Paris : sale et vieillissante. Absence de signalisation correcte, manque d'espaces verts, des escalators en panne un jour sur deux, des detritus dans tous les coins, des murs taggés. Il y a un manque d'entretien et de suivi sur la propreté qui sautent aux yeux quand on revient de Londres ou de Francfort.
Réponse de le 03/03/2013 à 19:58 :
"Il y a un manque d'entretien et de suivi sur la propreté qui sautent aux yeux quand on revient de Londres ou de Francfort" :j'ose assumer qu'a Londres vous vivez a South Kensington ou Hampstead parce que des quartiers Sales et Vétustes a Londres je vous en trouve quand vous voulez, même dans Central London. Alors donc arrêtez de nous jouer de la flute traversière!!!!
Réponse de le 04/03/2013 à 3:00 :
Escalator en panne un jour sur 2 ... je dois plutôt être à 3 jours sur 4 du coté ou je sors.. ça fait faire de l'exercice on va dire.
a écrit le 03/03/2013 à 13:24 :
J'y ai travaillé pendant 4 ans et je suis bien content de ne plus y mettre les pieds ! C'est moche, puant, étouffant et surtout inhumain - en gros, c'est une agression permanente ! Et après, on s'étonne que la Défense soit mal aimée ? Mais je rêve !
a écrit le 03/03/2013 à 12:11 :
Vous exagérez, je vais souvent à la Défense pour mon travail, et j'apprécie beaucoup ce quartier. Il est vrai qu'il est difficile de s'y orienter quand on n'a pas l'habitude, et que les métros qui s'y rendent le matin sont bondés. Cependant, pour avoir vécu à Londres, je peux vous dire qu'on rencontre exactement les mêmes problèmes dans la City.

En somme, la Défense n'est certes pas un quartier parfait, mais il serait faux de dire que l'herbe est forcément plus verte ailleurs. Quand je reçois des amis étrangers chez moi à Paris, je les amènes toujours faire un tour là-bas. Cette architecture de quartier d'affaire donne de la crédibilité économique à la France, par rapport aux quartiers haussmanniens certes magnifiques mais un peu vieillots.
a écrit le 03/03/2013 à 9:46 :
Dans un pays de déprimés il n'y a pas de beau quartier
a écrit le 03/03/2013 à 1:11 :
Hé ben c'est de la "merde" ! C'est désagréable, mal fichu et laid.
Il n'y a pas d'espace vert. C'est éloigné de toute zone de vie "normale". Qu'ils rasent ce sale quartier...
Et pourtant je suis dans le plus bel endroit de la Défense. La défense, c'est une souffrance tous les jours.
a écrit le 02/03/2013 à 22:50 :
Oui la concentration c'était a la mode en pologne dans les années 40 et en France à la Defense depuis les années 70.
a écrit le 02/03/2013 à 21:51 :
Le problème des Français est qu'ils ne savent pas construire des quartiers modernes avec des gratte ciels. ça devient tout de suite un "enfer" de béton. New York et les centres villes américains montrent qu'il est pourtant possible de concilier modernité avec une certaine convivialité.
Réponse de le 03/03/2013 à 9:22 :
Réponse à yankee
Vous y avez vécu à NY? le bruit continu des sirènes, police, pompiers.... des souris dans les appartements, la sécurité n'en parlons pas! j'habite la Défense et ce n'est pas horrible, deux pas du centre ville, métro, RER rien n'est parfait, il y a bien pire! mieux bien sur, la campagne.
vous habitez le quartier latin?
Réponse de le 04/03/2013 à 1:51 :
Les rues de New York ne sont pas infestées de déjections canines. Aucune ville n'est parfaite mais en termes d?architecture la France a des efforts à faire. Les bâtiments publics (bibliothèques, tribunaux, universités) : aux USA ils sont de styles néoclassiques, d'un style sobre ou élégants, fait pour durer plusieurs décennies ou siècles. En France on construit des préfabriqués en béton. Question de budget sans doute
Réponse de le 14/03/2013 à 18:28 :
Le style néoclassique des Etats-Unis a ses charmes, mais le style haussmanien ou post-haussmanien du XIXe siècle aussi (presque toutes les mairies des villes de France, les préfectures et palais de justice, musée d'Orsay). Quant au moderne, je ne trouve pas que les bâtiments français soient moins beaux que les américains (préfecture du 92, musée Nouvel, ministère des Finances à Bercy, Grande Arche, palais de justice de Lyon, Conseil régional Rhône-Alpes, Conseil général des Bouches du Rhône, etc etc)
a écrit le 02/03/2013 à 19:42 :
Qu'on la rase,sauf la grande arche pour la perspective, les gens qui y travaillent y arrivent à peine niais et en reparte cons comme des balais.
Réponse de le 02/03/2013 à 20:54 :
Tu m'as fait ricaner bêtement hen hen !Cool mon samedi soir se poursuit bien hi hen..!
a écrit le 02/03/2013 à 18:56 :
C'est peut être un mal pour un bien! Que les grandes entreprises quittent la Défense, que les commerces se dispersent dans les villes à proximité. A quoi bon vouloir caser tous les sièges sociaux dans un quartier de 14km² ! Sans parler des habitants, des hôtels, des commerces divers et variés. Une fois de plus on veut tout centraliser, tout concentrer ! Quelle erreur.
a écrit le 02/03/2013 à 17:51 :
Votre analyse est très bonne,très documentée et très lucide.Une seul solution, mettre Paris a la campagne, tiens en Corrèze par exemple.
Réponse de le 02/03/2013 à 18:41 :
il faut choisir et ce n'est vraiment pas la même chose quoique je paye cash et mange des radis (très bon pour le système respiratoire moins que le radis noir mais l'odeur de celui-ci OUAAAH) sinon pas en Corrèze Bernadette présidente de l'Epadesa ......mais autour de Ris Pas pourquoi pas ; une Défense à l'ouest c'est fait une au nord,à l'est et au sud de la Capitale Musée cela aurait un certain cachet n'est ce pas.....
a écrit le 02/03/2013 à 15:03 :
La défense est un tas de béton et de pollution, qui laisse venir et partir des millions de gens stressés, trop rapide, trop moche, trop pollué.
a écrit le 02/03/2013 à 14:14 :
la France ça sent le vieux , le mouton , la montée d' escalier négligée : un vrai coup de Karsher qu'il faut sans oublier les écolos !
a écrit le 02/03/2013 à 12:08 :
C'est grand dommage que nous n'ayons pas eu M. Sarkozy junior pour diriger l'EPAD, nous nous sommes privés d'un jeune homme surdiplomé (presque bac+1) et très méritant (fils à papa tout de même !!!) qui aurait sans doute pris des mesures révolutionnaires qui auraient profondément changé fondamentalement la situation.
Réponse de le 02/03/2013 à 15:05 :
tres tres .....tres bon commentaire !
Réponse de le 02/03/2013 à 21:09 :
toujours vivant ...et toujours là ...c'est pratique les commentaires sur la Tribune sans inscription ... Au plaisir .. normalement tu es plutôt sur les articles traitant de l'automobile ...ce que je ne possèderai jamais..."très"....un petit effort que je m'efforce...........
a écrit le 02/03/2013 à 11:41 :
Quand on compare avec Canary Wharf (Londres) ou même Berlin et Frankfurt, on voit que rien ou presque n'a été fait depuis les années 1980... C'est un quartier du passé comme paris intra-muros d'ailleurs plus musée que ville active.
Réponse de le 03/03/2013 à 1:14 :
La défense, c'est complètement "has been". On a l'impression que l'on va y croiser le grand Charles. On a certainement pas l'impression d'être au XXI eme siècle. C'est un concept de France réac !
a écrit le 02/03/2013 à 11:26 :
Quartier enorme, tassé, compliqué, c'est a dire "optimisé" oú les investissements publiques sont faits a minima eux aussi "optimisés", oú l'ergonomie, la convivialité, la verdure sont considérées comme des déviances socialo-collectivistes ... La Defense, Le monde du futur que nous reserve notre élite économique. Elle ne plait plus a personne, tant mieux.
Réponse de le 02/03/2013 à 11:40 :
Enorme la Défense? Allons on le traverse en même pas 20 minutes en marchant vite.

C'est tout petit à côté de Pudong, ou même de la City.
Réponse de le 02/03/2013 à 21:24 :
En marchant vite alors ;connais tu vraiment tous les petits coins de la défense les spots à Skate etc.....
a écrit le 02/03/2013 à 11:12 :
Inhumain, sans lieu de vie (quasi impossible d'y boire un verre dans un lieu convivial après le travail), la Défense finira par crever du rejet des politiques, et de l'amour français de la vieille pierre.
N'empêche, c'est l'un des rares quartier de Paris ou alentour, où je peux faire croire à mes amis et partenaires japonais et chinois que la France est une grande puissance économique, et que Paris est un centre d'affaire qui compte. Pour ces visiteurs étrangers habitués à des lieux emblématiques pour le Business, à des symboles de pouvoir économique, la Défense donne un peu de crédibilité à Paris en tant que capitale économique. Sinon, ils n'y verraient qu'un grand musée...
Réponse de le 02/03/2013 à 12:09 :
La puissance ne se juge pas à de simples apparences comme un gros symbole phallique en forme de grosse tour... L'habit ne fait pas le moine.
Réponse de le 02/03/2013 à 19:55 :
Malheureusement Bof, des grands ensembles, des grandes tours, des architectes renommés, et de l'argent qui se voit à travers les fenêtres, bref tous ces symboles phalliques, ont leur importance. Il faut savoir les moderniser, mais c'est très important.
C'est triste que rien ne soit fait pour ce quartier...
www.librepolitique.wordpress.com
a écrit le 02/03/2013 à 10:06 :
Quartier inhumain, résultant du délire d'urbanistes et d'architectes mégalo et d'énarques, il ne peut être que mal aimé. En plus, conçu à une époque où on ne tenait pas ou peu compte des problèmes d'énergie. Et enfin accessibilité pas vraiment "agréable", dans un site trop déconnecté de la ville et donc de la vie réelle. Donc quartier entraînant le malaise de beaucoup et à fuir
Réponse de le 02/03/2013 à 10:30 :
tout est dit.
Réponse de le 02/03/2013 à 11:03 :
J'ai travaillé plus de 10 ans à la Défense et j'apprécie ce quartier d'affaires qu'il faut apprendre à connaître et à maîtriser que ce soit à pied ou en voiture (circulaire, voies transversales). En été, l'ambiance est très agréable avec un mélange de touristes et de travailleurs, vous avez même des gens qui jouent à la pétanque. Ceux qui vont quitter La Défense pour St Denis vont le regretter...
Réponse de le 02/03/2013 à 11:26 :
Sursaturée au niveau des transports en commun RER A -LIGNE 1 ( J'ai beaucoup donné...),sursaturée au niveau routier A86 (J'ai encore donné de mon temps...) ,mais sursaturée au niveau des antennes relais téléphonique (je ne savais pas : une vrai honte ...) et au niveau des connexions réseaux web ?
La Défense patiente , très patiente : 50 ans - 20 ans d'assoupissement décisionnel sans compter le Grand Paris à peine lancé sur les rails et sûrement en gare en 2030 dépassé et sous évalué ; enfin un quartier à l'image d'une Ligne Maginot et j'espère sans les conséquences semi-désastreuses de celle-ci (car elle a bien fonctionné contre les italiens mais pas contre les allemands....)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :