Patrick Bernasconi, candidat pour la présidence du Medef

 |   |  181  mots
Patrick Bernasconi, en septembre 2008, lors de l'université d'été du Medef; Copyright Reuters
Patrick Bernasconi, en septembre 2008, lors de l'université d'été du Medef; Copyright Reuters (Crédits : <small>DR</small>)
Patrick Bernasconi, président de la Fédération nationale des Travaux publics, est devenu ce 3 avril le sixième candidat officiel à la succession de Laurence Parisot à la tête du Medef.

Le président de la fédération nationale des travaux publics, Patrick Bernasconi a annoncé ce 3 avril dans un entretien au Figaro daté du 4 avril son intention de briguer la succession de Laurence Parisot à la tête du Medef.  Ce n'est pas vraiment une surprise. Déjà, il y a dix jours, dans un entretien au journal "Le Monde", il laissait clairement entendre que sa décision était prise. Il devient ainsi le sixième candidat officiel, en attendant que Frédéric Saint Geours, président de la Fédération de la métallurgie (UIMM) sorte éventuellement du bois.

Patrick Bernasconi, 57 ans, chef d'entreprise, faisait partie des proches de Laurence Parisot jusqu'à ce qu'il prenne tout récemment ses distances. Homme de consensus, membre du Conseil exécutif du Medef, apprécié par les syndicalistes qui reconnaissent son réel souci du dialogue,  il a mené pour le Medef les difficiles négociations sur la sécurisation de l'emploi qui ont abouti à l'accord du 11 janvier.  Il peut faire la synthèse entre les PME et les grands groupes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/04/2013 à 8:57 :
Ah javais cru lire le président italien...haha
a écrit le 04/04/2013 à 7:35 :
Le MEDEF doit s'intéresser à l'énergie;l'énergie remplace le travail pour améliorer la productivité et doit être associée au travail pour financer les retraites.
a écrit le 03/04/2013 à 23:53 :
Espérons qu'il n'a pas un compte aux Bahamas et que s'il en a un ,il y a mis plus de 600 000 Euros
a écrit le 03/04/2013 à 20:50 :
J'espère que ce monsieur sera le futur président du MEDEF, il paraît sein et proche des français.
Réponse de le 03/04/2013 à 21:22 :
Ou saint peut-être?
Réponse de le 03/04/2013 à 22:48 :
Si c'est pour faire du Parisot alors non merci ...

Il faut changer de cap et agiter le bocal avant qu'il n'y ai plus rien à sauver en France ...

A la vitesse où la situation évolue nous allons exploser les records de chomage, de faillites, de départs (expatriation) ... Et tous les ingrédients d'un déclin certain seront réunis.

Il ne faut donc pas un Medef bisounours et timoré à la Parisot, mais un Medef de combat et d'opposition constructive à ce gouvernement qui ne semble pas avoir pris conscience des dégats qu'il fait dans notre économie ...

Il faut aussi un Medef capable de fédérer les entreprises dans l'entraide, mais aussi pour constituer une banque des entreprises car nos banques ne financent plus grand chose, et la BPI n'est qu'un pistolet à eau au regard de la taille du problème du financement.
Réponse de le 04/04/2013 à 7:14 :
Bonjour

Je suis 100% d'accord avec Paulo , malheuresement je pense qu'il a deja trop tard...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :