En Alsace, la fusion Haut-Rhin-Bas Rhin n'aura pas lieu

 |   |  269  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le référendum sur un projet de fusion inédite des collectivités départementales et régionale d'Alsace s'est soldé par un échec, du fait de son rejet massif par les électeurs du Haut-Rhin et d'une très forte abstention dans toute l'Alsace, dimanche.

En Alsace le "non" l'a emporté ce week-end. Les électeurs refusent de voir les collectivités départementales et régionale fusionner, malgré la volonté du président du conseil régional Philippe Richert (UMP), qui a confié à l'AFP éprouver "le sentiment d'un grand gâchis".

Forte abstention

L'abstention a été massive. Pour être validé, le projet de collectivité unique d'Alsace (CTA) aurait dû non seulement recueillir 50% des suffrages exprimés, mais aussi au moins 25% des inscrits, et ce dans chacun des deux départements. Or 55,74% des votants ont rejeté le projet dans le Haut-Rhin, selon des résultats définitifs. Et si, dans le Bas-Rhin, le oui a recueilli 67,53% des voix, l'abstention a été si forte qu'il n'a rassemblé que 22,90% des inscrits, selon des résultats définitifs.

La Corse avait déjà dit "non"

Censé, selon ses partisans, renforcer le poids de l'Alsace, le "oui" partait pourtant favori. Un sondage publié début mars donnait près de trois-quarts de "oui" pour un quart de "non", même si le camp des opposants était déjà plus fort dans le sud de l'Alsace. Le PS a mis le rejet sur le compte d'un "manque de dialogue" et des "querelles personnelles des responsables de la droite locale". L'ancien ministre Jean-Pierre Chevènement (MRC) s'est pour sa part félicité du "grand bon sens" des Alsaciens.

Plus petite région de France, l'Alsace était la première à utiliser une possibilité ouverte par la loi de réforme des collectivités territoriales de décembre 2010. Déjà en 2003, les électeurs corses avaient rejeté par référendum un projet comparable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2013 à 17:17 :
Vu l'abstention, ils auraient dû poser la question à l'envers : êtes vous contre le projet de fusion?
a écrit le 08/04/2013 à 16:39 :
Les alsaciens, et j'en fais partie, viennent de laisser passer une occasion unique de réduire les frais de fonctionnement de leurs administrations. Ils continueront donc de payer (et moi avec). Il ne faudra plus se plaindre quand les taxes augmenteront, nous l'avons bien cherché (surtout dans le Haut-Rhin). L'intérêt général a été sacrifié comme ailleurs! Lamentable!

a écrit le 08/04/2013 à 16:05 :
Je suis curieux de savoir si ce projet exprimait aussi la promesse de diminuer le nombre de politiciens et de fonctionnaires planqués dans ces structures et que cela aurait permis de diminuer. Comment ? On me dit que non, aucune promesse chiffrée de réduction budgétaire ? Bon ben dans ce cas ...
Réponse de le 08/04/2013 à 17:16 :
par curiosité, j'ai regardé le montant global des budgets 2013 des trois entité... grosso modo 2.4 milliards...... la promesse d'économie était de.... 5 millions d'euros sur 5 ans..... et baisse du nombre de conseillers de 122 à 100....

ça laisse un peu rêveur..... mais je crois que surtout ce genre de réforme demande un vrai temps de réflexion et à s'appuyer sur un projet innovant....

il faut que les citoyens en comprennent les avantages..... sur un plan très pragmatique.... en terme d'efficacité et de baisse de l'im^pôt
Réponse de le 08/04/2013 à 17:34 :
Il faut surtout comprendre que ce qui compte c'est changer d'approche et se mettre sur les bon rails, dans le bon sens! Les objectifs chiffrés viendront ensuite. Rien changer sous prétexte qu'on pinaille sur des chiffres flous sujets à débats interminables ne fait pas avancer!
a écrit le 08/04/2013 à 15:35 :
Le PS d'Alsace a invité ses adhérents à voter NON au prétexte fallacieux que la réforme était mal expliquée et incomplète. Comme populo-démagogisme, on ne fait pas mieux. En fait, le non n'était pas contre la réforme dans le sens duquel le gouvernement pousse, mais contre la droite qui l'avait initiée. C'était donc forcément une mauvaise réforme pour le PS puisqu'elle venait de la droite. Demain, si le PS est à la tête de la région, je fais le pari qu'il va proposer une réforme quasi identique (avec quelques mini variantes pour ne pas être taxé d'opposants systématiques tel Hollande qui s'est opposé à la règle d'or de Sarko mais qui l'a acceptée à peine élu..). Les élus locaux remercient le PS d'avoir conservé leurs avantages et prébandes. Je suis moins sûr que ceux qui ont intelligemment voté pour cette réforme soient heureux de continuer à payer des d'impôts inutiles. Si on attend une réforme idéale, rien ne devrait jamais être voté.
Réponse de le 08/04/2013 à 17:20 :
100% d'accord. On n'est pas plus malin en Alsace qu'ailleurs....malheureusement. Le grand hamster va encore nous gonfler longtemps!
Réponse de le 08/04/2013 à 17:29 :
Le PS a la tête de l'Alsace? Pas pour demain...Au contraire, certains fonctionnaires de la CUS feraient bien de penser à un prochain retour sur terre. L'an prochain aux municipales, ça va secouer dans les branches....
a écrit le 08/04/2013 à 15:21 :
"L'UPR se félicite du rejet cinglant du projet de collectivité territoriale unique d?Alsace et appelle à renoncer définitivement au dépeçage de la République française".
http://www.u-p-r.fr/presse/communiques-de-presse/referendum-alsace-lupr-appelle-a-renoncer-au-depecage-de-la-republique-francaise
Réponse de le 08/04/2013 à 17:38 :
Cherchez à qui profite le crime....
a écrit le 08/04/2013 à 15:16 :
Même imparfaite, c'était une excellente idée. Les élus ayant peur de perdre leurs sièges et avantages se sont batus pour conserver leurs privilèges, néanmoins réduire les doublons et les bâtiments qui y sont associés sont de réelles économies. Par ailleurs, les fonctionnaires territoriaux auraient diminué avec le temps par le non remplacement des partants à la retraite. Ceux qui ont voté non considèrent que payer trop d'impôt ne les gène pas. Les abstentionnistes ont fait le choix de la canne à pèche. Le poisson va leur coûter cher.
Réponse de le 08/04/2013 à 17:45 :
Excellente synthèse. La région peut continuer a augmenter les taux de perception en toute quiétude...,On pourrait aussi créer un département supplémentaire: Le Rhin tortue mérite d'être reconnu
a écrit le 08/04/2013 à 14:58 :
Derrière ce référendum se cache le projet de démantèlement de la république française (indivisible dans la constitution) avec ce projet d'europe des régions. Plus d'autonomie pour les régions (notamment pour les négociations avec Bruxelles) pour une disparition de l'état nation. Ce qui est vraiement scandaleux, c'est l'envoi de tracts avec pour seuls arguments des arguments pour le oui. Mais ou est passé la démocratie ?
Réponse de le 08/04/2013 à 17:23 :
L'état nation est le père de toutes les guerres. Plus il y a d'états, plus il y a de guerres (économiques, militaires, démographiques, ...). La démocratie est dévoyée. En France, on vote pour un politocard en fonction de sa couleur politique et ses mensonges au lieu de ses compétences et de son ambition pour la France.
a écrit le 08/04/2013 à 14:40 :
Le problème de la france, ce sont les francais eux mêmes.On observe une propension délètere qu'ont les francais à jouer contre l''interêt général donc contre leurs interêts propres.La suppression des départements,la réduction à dix régions,la suppréssion du sénat,la réduction des députés(200 maxi)et autres générerait 10 milliars d'econmies à mettre au service des entreprises afin de résorber le chômage qui est le substrat de tous nos maux.Il faut que les francais,qui veulent tout sans rien payer, se responsabilisent
a écrit le 08/04/2013 à 14:15 :
Je ne comprends pas que les alsaciens préfèrent les usine a GAZ françaises a la simplifications. Les seuls gagnants dans l'histoire ce sont les élus, ils seront plus nombreux a être payés parla collectivité et surtout leurs impôts. j'en perd mon latin, il faudra pas qu'il se plaignent de leur hausse d?impôts futures.....
a écrit le 08/04/2013 à 13:29 :
Les alsaciens ont raison de voter "Non". La commune est le premier et peut-être encore le seul échelon démocratique."On"nous dit que ça coûte cher et qu'il faut mutualiser les moyens. Pas si sûr. L'empilement des structures génère de charges qui finissent par se traduire sur les feuilles d'impôt. Et puis il ne faut jamais oublier que les grands groupes (construction, services... ) préfèrent travailler, gérer de grandes structures, plutôt que de petites entités. Ca rapporte plus, d'ailleurs leur lobbying va dans ce sens et ils savent très bien que c'est à Bruxelles qu'il faut agir.
Réponse de le 08/04/2013 à 14:08 :
Je vois que vous ne comprenez rien. Donc vous êtes d'accord a ce que les impôts augmentent dans ces deux départements. Dommage que les alsaciens n'ai pas compris que la simplification des structures ne peut qu?être bénéfique.
Réponse de le 08/04/2013 à 16:52 :
l'image des grands groupes peut servir aussi à démontrer le contraire: quand la structure est trop petite, il faut la mutualiser pour être rentable. Le tout est de définir la taille critique.
Les alsaciens (j'en fait partie) ont raté une occasion unique.
a écrit le 08/04/2013 à 13:26 :
@laurent68: 100% d'accord. Et dans les boîtes aux lettres, un seul tract en faveur du oui, énumérant de façon lénifiante des arguments généraux, sans vision et sans chiffrage des économies. Le tout entre copains de l'UMP et du PS, tout le monde d'accord. Du coup l'électeur est méfiant, et le contexte actuel n'arrange rien. Oui pour une simplification ne signifie pas blanc-seing donné aux politiques en place. Donc c'est non. Car n'en déplaise à certains analystes, le Bas-Rhin a aussi dit non, au regard de l'abstention. Et à ce niveau d'abstention, les abstentionnistes... on raison! Si les politiques avaient dit: voter oui, c'est la garantie, à terme, de la baisse de vis impôts locaux, les électeurs se seraient déplacés en masse. Mais là, je rêve...
Réponse de le 08/04/2013 à 17:28 :
Le devoir du citoyen électeur est aussi de se renseigner sur les référendum qu'on lui soumet. Ce n'est pas parce qu'un politocard nous demande de voter dans un sens qu'on doit lui être soumis.
a écrit le 08/04/2013 à 12:50 :
le refus de ce qui est proposé n'est peut etre pas le refus du regroupement hier le reportage sur le regroupement de lyon nous montrait que c'était une usine à gaz qui conservAit TOUS SES ELUS; DANS CES CONDITIONS NATURELLEMENT UN VOTE SERAITNON
a écrit le 08/04/2013 à 12:43 :
Dans notre France affaiblie je pensais que l'Alsace était une région avec un caractère permettant d'aller au delà du clientélisme politicien.Et bien non la morosité nationale avec son éternel envie de tourner en rond a pris le dessus.Tant pis, la création de la région du Rhin supérieur avec le Bade Wurtemberg et la Suisse alémanique se fera sans eux du moins sans le Haut Rhin qui manque d'envergure.Pour grandir il devra se rapprocher de la Franche Comté à l'avenir.
Réponse de le 08/04/2013 à 14:04 :
L"Alsace fait partie de toute façon partie de la région du Rhin supérieur, et elle y est totalement intégrée. Mulhouse et Bâle fonctionnent l'une avec l'autre, peu importe les institutions politiques.
a écrit le 08/04/2013 à 12:02 :
Népotisme et clientélisme sont les deux mamelles du féodalisme moderne. Nous ne sommes plus dupes de votre cinéma, messieurs les conseillers régionaux et généraux ! Votre pseudo réforme qui vous préservait, n'a pas fait illusion.
a écrit le 08/04/2013 à 11:53 :
Encore une fois, on entend dire que les électeurs non pas compris la question ou bien non pas répondu a la question posé parce qu'ils ont dit "non" alors que la réponse juste était "oui". Mais ne vous inquiètez pas, ce reférundum ne sera pas pris en considération!
a écrit le 08/04/2013 à 11:39 :
le 67 souhaitait englober le 68 pour des raisons budgétaires.Il est vrai que l'agglomeration de Strasbourg et sa population plus ethnique avait tout interet a faire partager les frais au petit 68, moins populeux.La raison a parlé et c'est bien.
Réponse de le 08/04/2013 à 12:04 :
Exemple de calcul boutiquier au détriment de l'intérêt général.
Malheureusement cet exemple n'incite pas à l'optimisme.
La France n'est pas prêt d'être réformée sauf si la décision est imposée (et encore...).
Triste constat
Réponse de le 08/04/2013 à 12:42 :
@ Mougeon,
Non les Alsaciens ne sont pas bêtes comme vous le suggérez. Ce qu'on veut c'est un projet clair de fusion. On nous avait promis des économies : 30 millions en 5 ans alors que le budget annuel est de plus de 2 milliards (soit une goutte d'eau)... On nous a promis une réduction du nombre d'élus il n'en est rien. On nous a promis de nouvelles compétences mais le texte doit etre voté par le parlement ce texte n'est d'ailleurs même pas écrit.
Ce que nous voulons c'est un projet simple: la suppression des deux départements au profit de la région. Ce qui suppose la suppression des conseillés généraux. Mais voilà nombre de politiques professionels vont devoir retrouver un vrai boulot ils n'ont donc pas choisi cette solution simple !
Réponse de le 08/04/2013 à 14:09 :
"Il est vrai que l'agglomeration de Strasbourg et sa population plus ethnique avait tout interet a faire partager les frais au petit 68, moins populeux"
Il faut aller faire un tour à Mulhouse, qui est une ville ouvrière, pour aller vérifier ce genre d'informations ! Le Haut Rhin est traditionnellement plus un peu plus pauvre que le Bas-Rhin (filatures, mines...).
Il faut pas chercher des raisons immenses du rejet de ce référendum. C'est seulement que tout le monde s'en fout, et qu'en période d'appauvrissement, on aimerait avoir d'autres perspectives que de faire des réformes territoriales pour une prétendue identité alsacienne, qui n'a d'ailleurs aucunement besoin d'institutions pour prouver qu'elle existe.
Réponse de le 08/04/2013 à 14:22 :
@Laurent68, depuis reforme Sarkozy, le nombre d?élus est divisé par 2 a partir de 2014. (sauf si la gauche a déja cassé ça au parlement)donc il fallait juste connaitre la loi.
Réponse de le 08/04/2013 à 17:32 :
@alex, malheureusement oui, suite à la réforme de Sarkozy pour diviser les circonscriptions par 2, le PS a estimé utile pour la parité d'élire un couple au lieu d'un individu ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :