Elections au Medef : Gattaz et Saint-Geours, le match dans le match

 |   |  553  mots
De gauche à droite, Frédéric Saint-Geours et Pierre Gattaz / DR
De gauche à droite, Frédéric Saint-Geours et Pierre Gattaz / DR
A quelques jours du "grand oral" organisé par l'UIMM qui va auditionner tous les candidats à la succession de Laurence Parisot, Pierre Gattaz (PDG de Radiall) organise un "show" à Paris, avec le soutien remarqué de Denis Kessler, ancien vice-président délégué du Medef. Une façon de peser, alors que Frédéric Saint-Geours, président de l'UIMM, est lui aussi candidat. Les deux hommes se disputent le soutien officiel de la fédération de la métallurgie. Pendant ce temps, un autre candidat, Geoffroy Roux de Bézieux publie la liste d'un comité de soutien de 300 chefs d'entreprise. L'élection pour la présidence du Medef se déroulera le 3 juillet.

La campagne pour la succession de Laurence Parisot à la tête du Medef a vraiment démarré. Les candidats multiplient les interventions et les actions pour attirer l'attention sur eux. Surtout, ils veulent afficher leur force en révélant l'ampleur de leurs soutiens. Ainsi, Pierre Gattaz  (PDG de Radiall) ne lésine pas sur les moyens en organisant ce 15 avril un « show » au Palais de la Mutualité à Paris en présence de grandes figures du mouvement patronal comme Denis Kessler, le président du réassureur Scor et ancien vice-président délégué du Medef, et Jean-René Buisson, le président de l'Ania (industries de l'agroalimentaire) qui avait spectaculairement claqué la porte du Medef en 2009.

Gattaz et Saint-Geours ou le match interne à l'UIMM

Une démonstration de force à quelques jours du « grand oral » organisé le jeudi 18 avril par fédération de la métallurgie (UIMM), la plus importante organisation adhérente du Medef. De fait, à l'issue de cette audition, où chacun des sept candidats va présenter son programme devant les dirigeants de l'UIMM, la fédération fera le choix du candidat qu'elle soutient. Pierre Gattaz, membre de l'UIMM où il est président du groupement des fédérations industrielles (GFI) espère l'emporter contre son rival direct, Frédéric Saint-Geours, le président de l'UIMM.

Pierre Gattaz compte jouer sur le registre "entrepreneur de terrain, proche des réalités de ses pairs". A la différence d'un Frédéric Saint-Geours, certes l'un des anciens dirigeants du groupe PSA mais, surtout, qui symboliserait  « l'élite parisienne » (il est diplômé de Sciences Po et de l'Ena). C'est « l'UIMM des villes qui affronte l'UIMM des champs, note un membre de la Fédération. « Et par les temps qui courent, il n'est pas certain que les chefs d'entreprise de la métallurgie choisissent Frédéric Saint-Geours, jugé un peu trop hollando-compatible ». A suivre...

En attendant, interrogé le 15 avril sur Europe 1, Frédéric Saint-Geours s'est justement appliqué à montrer qu'il était un « vrai » chef d'entreprise en déclarant : « Nous, les chefs d'entreprises, on a en face de nous à Bercy sept ministres, ça veut dire quoi ? Demandant au passage un changement de gouvernement avec une équipe nettement plus resserrée.

Roux de Bézieux  et ses 300 soutiens

Par ailleurs, comme une réponse anticipée au meeting de Pierre Gattaz, un autre candidat, Geoffroy Roux de Bézieux, le médiatique patron de Virgin Mobile a dévoilé ce 15 avril la liste de 300 chefs d'entreprise qui s'engagent pour lui. Un comité de soutien présidé par Guillaume Poitrinal qui va quitter la présidence du directoire d'Unibail Rodamco pour créer sa propre entreprise. Et soucieux de montrer que Geoffroy Roux de Bézieux 'ne représente pas que les entreprises de services ou les start-up parisiennes, le comité de soutien comprend aussi des personnalités du monde de l'industrie comme Didier Pineau-Valenciennes, président d'honneur de Schneider, ou Denis Hennequin, président du groupe Accor ou encore Clara Gaymar, présidente directrice générale de General Electric. Chacun montre ses muscles avant le jour de l'élection, fixé au 3 juillet par le Medef,...

==> Blogs, vidéos, tweets, analyses...suivez en direct toute l'actualité autour de la bataille du Medef sur notre mini-site dédié


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2013 à 9:13 :
Quand il y a plusieurs candidat, il faut mettre un "S" à candidats.
Merci pour nos yeux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :