Ayrault veut booster le crédit d'impôt compétitivité

 |   |  331  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
A l'issue d'un séminaire sur la compétitivité, le Premier ministre a indiqué que 1.500 entreprises avaient déposé un dossier pour bénéficier du crédit d'impot compétitivité emploi (CICE) qui permet, cette année, de bénéficier d'une réduction de 4% de la masse salariale (6% en 2014) pour les salaires compris entre un et 2,5 Smic. Jean-Marc Ayrault souhaite que cette mesure "simple" soit "boostée"

Ce 18 avril, le Premier ministre a réuni à Matignon une vingtaine de ministres pour faire un "bilan d'étape" des 35 mesures du pacte pour la compétitivité, présenté début novembre après la remise du rapport de Louis Gallois.

1.500 entreprises ont déposé un dossier pour bénéficier du CICE

"L'objectif n'est pas de faire de la France un pays low-cost (...) mais un pays leader en Europe", a déclaré le Premier ministre à l'issue de ce séminaire. Selon lui, "les choses avancent mais il faut encore booster tout ça".  jean-Marc Ayrault a en particulier déploré que le crédit d'impôt compétitivité emploi (Cice) de 20 milliards d'euros ne soit "pas encore suffisamment utilisé alors qu'il est très efficace". "C'est facile d'usage mais ce n'est pas encore assez connu", a-t-il regretté. A ce jour, quelque 1.500 entreprises, essentiellement des PME, ont fait des demandes pour bénéficier du Cice. "A tous ceux qui prennent des risques, je voudrais leur dire que le gouvernement les soutient et les soutiendra", a assuré Jean-Marc Ayrault.

Le redressement en 5 ans

"Le redressement ne se fera pas en un jour", a fait valoir le Premier ministre. "En 2000, c'est l'Allemagne qui était malade, ils ont mis dix ans pour se redresser, moi je fixe cinq ans, le quinquennat", a expliqué l'ancien maire de Nantes. Il a demandé aux ministres, comme il l'a entrepris lui-même ces dernières semaines, "de se mobiliser en région pour mieux faire connaître aux entreprises, sur le terrain, l'ensemble des mesures du Pacte et les moyens de les utiliser", a précisé Matignon dans un communiqué. Le Premier ministre  a aussi promis de nouvelles mesures de simplification, comme celle annoncée ce 18 avril dans "Les Echos" de la suppression de l'obligation de déclarer les comptes pour 1,4 million de très petites entreprises. "Pour aller plus vite, le volet législatif de ce programme sera mis en oeuvre par ordonnances", a ainsi confirmé Matignon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/04/2013 à 13:01 :
la compétitivité du privé conditionne les résultats commerciaux, et donc le commerce extérieur, l'emploi. son amélioration est de la plus haute importance pour renverser la tendance parce que c'est bien le privé qui créé la richesse. Or la compétitivité du privé est plombée par les charges, les textes à l'infini et inapplicables, les tracasseries administratives, les 11 000 articles du code du travail que personne ne maitrise. Toutes ces contraintes ont pour origine le coût des services publics à travers les impôts et charges : services pléthoriques, redondants, dépenses non maitrisées, qu se diluent dans les sables administratifs, du coût du système politique et son mode de fonctionnement..et par la lourdeur des règles, contraintes... Donc c'est le manque de compétitivité du public qui plombe celle du privé, la première urgence est de travailler sur la compétitivité du secteur public pour améliorer celle du privé et donc lui faciliter la tâche.. c'est l'inverse qui est fait, on plombe encore plus le privé et on le taxe pour compenser la dérive du public, on tue la poule aux oeufs d'or...
a écrit le 20/04/2013 à 16:57 :
5h, +4% d'augmentation de salaire dans le public, contre 1% dans le privé, 1700e de retraite moyenne contre 1100e dans le privé, garantie de l'emploi, pas de pression, pas de management, l'autogestion syndicale qui pilote, les primes pour la paix sociale (4000e de prime de chauffage au personnel du sénat..), aucun objectif de résultat ni de performance, on recrute et on en rajoute à l'infini, pas de prime au mérite (supprimé par la gauche), on bosse, on bosse pas, payé pareil..idem pour les élus, caisses noires, cumul des mandats, aucuns objectifs, paye indépendante de la dette? quand est ce qu'on s'attaque aux paradis du travail de la France qui nous coûtent nos 2000 milliards de dette et tuent massivement l'emploi ..??? il faut tuer ce détournement de la démocratie, la gauche met son électorat administratif et politique dans les paradis du travail et saigne le privé pour financer ce gouffre, le mal est 10 fois plus important que les paradis fiscaux.
Réponse de le 21/04/2013 à 15:24 :
trés bien vu, on occupe l'espace avec les anomalies externes, pour camoufler encore plus les énormités internes, l'hopital qui se moque de la charité .... il faut partir à la chasse des paradis du travail en france, ces paradis qui ruinent l'économie. A la différence que personne ne nous les envie puisque c'est notre boulet qui nous affaiblit et envoie le privé dans la précarité, les licenciements... pour financer ces paradis du travail ...
a écrit le 19/04/2013 à 14:38 :
Faire prendre "des vessies pour des lanternes" ça ne marche pas ! Encore une mauvaise habitude du "pouvoir"
a écrit le 19/04/2013 à 11:26 :
Il parle du préfinancement du CICE soit 1500 x epsilon = epsilon.Tout l'art du politicien de faire prendre des vessies pour des lanternes.
a écrit le 19/04/2013 à 8:31 :
oh, le dispositif est tres connu, le pb n'est ABSOLUMENT pas la...
a écrit le 19/04/2013 à 8:05 :
encore une usine à gaz franco française ! A quand la simplification fiscale et sociale ? Y en a marre de votre technocratie coûteuse qui ne sert à rien et qui complexifie un peu plus chaque jour la vie du citoyen ! Du balai, les fabricants d'usine à gaz !
a écrit le 19/04/2013 à 7:48 :
Un crédit d'impôt est un système où l'on paye deux fois l'administration d'un dispositif public : on prélève d'abord trop d'impôts puis on rembourse le trop perçu. Deux fois plus de frais de gestion. Ce serait tellement plus simple de prélever moins dès le départ : qui parlait de "simplification administrative" il y a quelques jours ? Mais c'est vrai qu'avec un "crédit d'impôt", l'administration crée son propre travail...qu'elle fait payer aux autres nécessairement.
a écrit le 19/04/2013 à 7:16 :
Alors avec lui la france va plutôt s'affaisser que se redresser. Qu'el booster!
a écrit le 18/04/2013 à 22:33 :
Je suis patron d'une petite PME et on travail pour l'état, et ils nous ont réglé partiellement nos dernières factures 120 jours après les services reçus... services rendus en toute conformité et dans les règles de l'art. Et ce n'est pas tout, on peine à se faire payer le solde !!!!
C'est où le soutien dont le Premier Ministre evoque ??? Quel mensonge, honte à eux, honte à tout le gouvernement. Ils ont mis ma boite en danger !!! j'ai du renvoyer 2 braves garçons en CDD dont j'avais la firme intention de passer en CDI car ils bossaient bien, je n'ai pas pu, car je n'ai aucune visibilité en travaillant pour l'état... J'ai bien pris soin d'expliquer ces gens qu'ils pouvaient remercier l'état le non passage au CDI. J'ai toutes les preuves et même un courrier de mon donneur d'ordre expliquant qu'il était en retard et que c'est à cause d'eux que j'ai du décaler une partie de mes charges sociales... voilà les galères d'un patron de PME... soutien, avez-vous dit soutien, quel soutien ?? je vous pose la question M le Premier Ministre, quel soutien évoquez-vous ??? soyez vaillant et osez me répondre !!!!
Réponse de le 20/04/2013 à 17:02 :
les pme sont le poumon de l'emploi, il fauit tout faire pour les aider et non le matraquage dogmatique de mélanchon et autres socialos qui ne se rendent même pas compte combien ils travaillent contre le peuple. il faut baisser de 30% la dépense publique (le québec a fait 20% trés vite et se porte bien), pour affecter cette manne aux pme, et non faire des ronds points, entretenir des millions de fonctionnaires à tourner en rond et l'usine à produire des textes inutiles : 11 000 articles dans le code du travail, 54 en suisse !!! arrétez cette machine infernale qu inous coûte la plus grosse dépense d'europe, qui ruine le pays, quand est ce que les politiques comprendront ?? à varennes ??? car on est bien rendus avant 1789 avec leur esprit de monarques !!!
a écrit le 18/04/2013 à 21:21 :
Oh la belle tête de booster
a écrit le 18/04/2013 à 20:07 :
On enlève des niches pour construire d'autres niches
Réponse de le 19/04/2013 à 8:32 :
vu que l'etat a besoin d'argent et qu'il va devoir ramoner les niches fiscales, on sait au moins laquelle est en haut sur la liste!
a écrit le 18/04/2013 à 19:59 :
Le CICE est une hérésie, 1500 dossiers depuis son lancement.....c'et minable, vous avez dit minable commme c'est c'est minable........les contraintes administratives sont un frein puissant, et les entreprises doivent payer des intérêts sur un prfénancement qui leur du par l'état français....
Ces gens qui nous gouvernent devraient rapidement retourner à leurs chères études....
a écrit le 18/04/2013 à 19:58 :
Il ne connait rien en éconnomie et encore moins comment fonctionne une entreprise. La preuve c'est qu'il les masacre, tous les jours, et créant des chômeurs toujours en plus, en 10 mois 268.500 selon les statistiques de l' INSEE.
Réponse de le 19/04/2013 à 6:58 :
Erreur de frappe lire connaissance nulle
a écrit le 18/04/2013 à 18:46 :
laissez leurs du temps les entrepreneurs peuvent profite de ce plan1300 dossier en qu elque mois c est pas mal j espere qu il y en aura d autre ont tous interes a ce que l economie reparte
a écrit le 18/04/2013 à 17:38 :
Comme l'expliquait le spécialiste Economique de BFM ce matin, tous les agents économiques font la greve des achats, des embauches...et il a raison. C'est la seule facon de résister. Voila ou nous ont enmene cette bande d'incapables
Réponse de le 18/04/2013 à 17:58 :
C'est pas vrai ils ont réalise la plus belle innovation de la décennie : le mariage homosexuel. Notre maire va pouvoir se marier et devenir mère ou pere. Ça vaut toute les croissances et ça va booster les commerces du secteur du mariage
a écrit le 18/04/2013 à 17:35 :
Pour une PME, ceci prend beaucoup de temps pour établir un dossier, ensuite il faudra être rigoureux dans la comptabilité pour savoir ce qui rentre ou pas dans le crédit de compétitivité ensuite il y aura un contrôle fiscal et en d erreur, l entreprise sera redressée et au final elle n aura rien gagnée . En conclusion ce sont uniquement les grandes entreprises qui vont encore bénéficier de cette mesure mais l objectif du gouvernement ne sera pas atteint.
Réponse de le 19/04/2013 à 6:51 :
+1
Réponse de le 19/04/2013 à 8:34 :
non elle n'aura rien gagne, mais avec les amendes, penalites et autres interets de retard, elle aura activement contribue a la diminution du deficit de ce beau pays!! ;-)))
a écrit le 18/04/2013 à 17:21 :
Il a une tête a booster le pays, comme Francois le petit. Quelle équipe!
Réponse de le 18/04/2013 à 19:23 :
vous l'avez mis au pouvoir
a écrit le 18/04/2013 à 17:11 :
C'est fou "le redressement en 5 ans" alors qu'ils ont déjà saboté une partie des écosystèmes économiques, brocardé le secteur privé et poussé les entreprises à des ajustements en termes d'investissement et de personnel via la hausse des PO. Le pire dans tout ça c'est que je pense qu'il est sincère.
Réponse de le 18/04/2013 à 17:24 :
Alors ça c'est très drôle, vu l'état de déliquescence industrielle dans lequel ils ont trouvé le pays, c'est fort de café ce que vous dites, ou alors vous vivez dans votre petit monde fasconné selon vos principes idéologiques.
Réponse de le 19/04/2013 à 6:19 :
Il reconnait que l Allemagne a mis 10 ans et malgres cela il pense réussir en 5 ans. Il n a aucune idée du fonctionnement de l économie .
a écrit le 18/04/2013 à 17:01 :
Pourquoi ne pas faire profiter du crédit d'impôt aux particuliers, bien sur pour ce qui paient des impôts.
Réponse de le 19/04/2013 à 8:36 :
la reponse vous l'avez deja : ' ca serait injuste car comment feraient ceux qui ne payent pas d'impots?'
a écrit le 18/04/2013 à 16:43 :
pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué.
Réponse de le 28/01/2016 à 10:24 :
Manifestement cet "economiste" n'y connaît rien concrètement comme c'est souvent le cas avec Project Syndicate, juste une resucée mal maîtrisée de mots dans l'air du temps
a écrit le 18/04/2013 à 16:42 :
l?économie française a besoin d'une " cure" avec un homme ,une femme,un homosexuel etc

bref un homme d?état mais hélas c est comme dans la mode avec les métro -urbains de paris plage... c est la chute libre,la théorie du genre etc bref une société de foies blancs

donc reste la faillite pour mieux se révéler..on compte sur toi hollandouillette


a écrit le 18/04/2013 à 16:17 :
Pour booster la France il faut d'autres Hommes politiques. Moins cher, plus fiables, plus indépendants, intelligents et au service de la France. Mais trouver ces moutons à cinq pattes c'est un peu mission impossible.
Réponse de le 18/04/2013 à 16:42 :
bosste dans le sens inverse
a écrit le 18/04/2013 à 16:16 :
Que veut dire "booster". Je stroumpt que vous devriez stroumpfer mieux. Ce serait plus clair

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :