La recette de Louis Gallois pour relancer la croissance

 |   |  356  mots
Louis Gallois est actuellement Commissaire général à l'investissement. Copyright Albert Caen pour La Tribune
Louis Gallois est actuellement Commissaire général à l'investissement. Copyright Albert Caen pour La Tribune (Crédits : Albert Caen pour La Tribune)
L'ancien patron d'EADS aujourd'hui Commissaire général à l'investissement prône trois actions pour que le PIB de la France reparte à la hausse. Selon lui, la solution doit venir de mesures coordonnées au niveau européen.

Alors que se tenait il trois jours un séminaire gouvernemental pour faire le point sur l?avancée des mesures en faveur de la compétitivité française, Louis Gallois, auteur d?un rapport sur le sujet et aujourd?hui commissaire général à l?investissement, livre ce dimanche son point de vue sur la méthode à adopter. Invité du du Grande Rendez-vous Europe 1-i-Télé-Le Parisien, l'ancien patron d'EADS se positionne clairement contre un excès d?austérité en Europe. Sa recette comporte trois ingrédients :

1/ Assouplir les délais de retour à l?équilibre financier des Etats

Louis Gallois a plaidé en faveur d?un desserrement des calendriers de retour aux équilibres financiers, qui imposent une cure draconienne d'austérité aux pays les plus endettés. "C'est ce que les Hollandais ont demandé, c'est ce que le Fonds monétaire international vient de demander à la Grande-Bretagne, c'est ce que les Espagnols vont demander parce qu'ils ne tiendront pas leurs objectifs", a-t-il fait valoir.

2/ Injecter plus de liquidités dans l?économie européenne

"Le second élément, c'est une politique plus accommodante de la BCE" à l'instar de ce que font les banques centrales du Japon et de Grande-Bretagne et la Réserve fédérale américaine. "Est-ce que la BCE ne pourrait pas (...) mettre plus de liquidité dans l'économie ?" s?est-il interrogé ce dimanche matin.

3/ Compter sur l?Allemagne pour "tirer" le reste de l?Europe

"Il faut que les pays européens qui sont excédentaires augmentent encore plus leur croissance, comme l'Allemagne qui en a le potentiel, pour tirer l'Europe" a-t-il ajouté. Il considère que l?Allemagne devrait augmenter ses salaires ou créer un salaire minimum.

Selon Louis Gallois, "la France seule n'a pas les moyens de relancer sa propre croissance", et la relance économique est "une affaire européenne". Il considère que le risque d'une politique d'austérité trop rigide au niveau européen est "qu'il y ait une prise de conscience en Europe que l'euro, en fait, est un facteur de divergence, c'est-à-dire que l'euro renforce les forts et affaiblit les faibles".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/05/2013 à 19:16 :
Comme à l'approche de l'été, de nombreuses recettes pour perdre du poids sont à l'affiche de nombreux hebdos, comme à chaque nouveau ministre de l'éducation nationale de nouvelles mesures pour apprendre à lire et à conter, il en va de même à chaque poussée de fiévre du chômage et autres problèmes, il en va de même pour nous sortir la crise , malheureusement ce ne sont pas des magiciens.
a écrit le 23/04/2013 à 13:01 :
Prenez la réglementation établie dans les année 70 avant l'arrivée de Giscard , vous la mettez en place avec effet immédiat en supprimant de fait les régions et les aides sociales et la rétribution accordée aux partis. Vous avez une bonne cure de jouvence qui ne touche pas à l'emploi et surtout le dop pour une croissance jamais atteinte depuis 35 ans. Mais les deux grands partis maitre du jeux de la décroissance s'y opposeront.
a écrit le 23/04/2013 à 0:53 :
la seule solution c'est de se sur-endetter au point d'en crever ?? et les baisses de la dépense publique ?? : les caisses noires des députés : 120ke par an mini sans rendre compte d'utilisation, usage personnel possible ! 140ke pour les sénateurs, soit 150 millions par an, le 1,5 milliards que le sénat qui s'est mis à gauche pour améliorer leur retraite déjà bien confortable, le 4,4 milliards que nous coûtent les représentants syndicaux (pour faire de la politique !!) - rapport honteusement censuré par les députés..les 800 millions donnés à la presse pour qu'elle fasse la propagande, effectivement bien peu critique sur la dette et la dépense publique !!! tient on est déjà à 7 milliards en 3mn !!! ne parlons pas du dessous de l'iceberg, et des 30% possibles gains en effectifs et dépense publics tout en apportant plus de service, comme l'a fait la finlande, le québec...!! soit 300 milliards !!!, ils sont payés par moscou pour finir de détruire le pays ou il n'ont jamais rien géré ???
a écrit le 23/04/2013 à 0:33 :
un nouveau partisan de la fuite en avant : on est superendetté, on est en perte de vitesse et appauvrissement : déficit record du commerce extérieur, on n'arrive quasiment plus à rembourser les intérêts et la moindre augmentation des taux nous envoie dans une situation très critique, mais on en rajoute une couche ??? ON S'ENDETTE ENCORE PLUS, DONC HAUSSE DES IMPÖTS ET CHARGES, DONC ENCORE PLUS DE CHOMAGE !!!!!!!! ET LA COLOSSALE DEPENSE PUBLIQUE INEFFICACE, RECORD D'EUROPE ??? IL SUFFIT DE GERER ET DE REDUIRE DE 30% ET ON PEUT FINANCER LA RELANCE, BAISSER LES IMPOTS ET CHARGES et DONC DEVELOPPER LA CONSOMMATION ET L'EMPLOI, trop simple pour un esprit nébuleux ?? DE QUEL DROIT LES POLITIQUES N'ONT AUCUNE OBLIGATION DE GESTION ET SE PERMETTENT DE DETRUIRE LE PAYS PAR LAXISME ET INCOMPETENCE ???
Réponse de le 23/04/2013 à 1:00 :
100% d'accord, mais le complexe politico-administratif ne fait que gérer ses intérêts, et flanby n'est que le président du syndicat de leur défense. Donc les mesures salutaires ont peu de chance d'être mises en route, c'est la classe moyenne qui est en train d'être définitivement sacrifiée sur l'hotel du sectarisme idéologique et mafieux de la gauche qui cultive "les valeurs" mais n'a aucun scrupule à saigner le privé qui produit la richesse pour financer ses privilège set son train de vie. la monarchie est au pouvoir, on est revenu avant 1789 et le peuple crève !!!
Réponse de le 23/04/2013 à 20:46 :
tout est dit, le diagnostic tout à fait majeur et la solution adaptée de n'importe quel ménage ou pme, gérer au mieux, et la chianli politicienne qui bloque toute logique salutaire ....mille fois hélas... pour nos enfants que les politiques envoient au chômage et à la misére....il faut arréter de donner son argent à des dilapidateurs et fuir ce pays de fous ...
a écrit le 22/04/2013 à 20:17 :
Les discours magistraux ne suffiront pas pour sortir l'économie française de l'ornière, il faut prendre des mesures de bon sens : 1/ reverser plusieurs centaines de milliers d'agents de l'Etat dans le secteur productif en ajustant le service public aux stricts besoins des français ; 2/ réduire la facture pétrolière du pays en généralisant la mobilité électrique individuelle ou collective en milieu urbain et périurbain, et en produisant l'énergie électrique nécessaire par des énergies renouvelables ; à la clé la création de plusieurs centaines de milliers d'emplois dans la fabrication de véhicules électriques et dans la production de modules photovoltaïques, de quoi donner un emploi aux agents de l'Etat déplacés .... Au total, une cinquantaine de milliards d'Euros réinjectés dans l'économie productive....
a écrit le 22/04/2013 à 19:17 :
Les Français pourraient aussi changer de façon de faire et de façon d'être. Ils pourraient s'efforcer d'être ponctuels, réapprendre à écrire, arrêter de se tromper de jour, d'heure, d'adresse ou d'interlocuteur. Leur pire défaut c'est téléphoner ou lieu d'écrire et se tromper d'interlocuteur en contactant des homonymes ou quasi homonymes. C'est inacceptable.
a écrit le 22/04/2013 à 19:14 :
qu'il mette ses compétences - s'il en a - à REDUIRE DE MANIERE DRASTIQUE LE DEFICIT PUBLIC ,
à créer de véritables richesses plutot que d'agiter de la poudre de perlinpinpin...

et son fameux rapport ou en est-il ?

beaucoup de vent......de la communication opportune...tout cela devient lassant....
a écrit le 22/04/2013 à 14:33 :
il le journaliste se contente de ces réponses !!!
a écrit le 22/04/2013 à 14:04 :
au moins celui-là n'aura pas inventer la poudre !
a écrit le 22/04/2013 à 13:45 :
Voilà un discours bien politiquement correct, qui lui assure un brillant avenir !
a écrit le 22/04/2013 à 13:30 :
Les Pays européens plombés par 11 000 milliards de dettes mais nos gouvernants sont, depuis 6 mois, sur le mariage pour tous...! Elle est pas belle la France ?
a écrit le 22/04/2013 à 12:21 :
Le grand avantage avec ce gouvernement et la volonté des prélèvements obligatoires au-dessus de 45 % c'est que beaucoup de cadres supérieurs vont être reconvertis d'office dans le bénévolat puisque plus de la moitié de leurs salaires sera confisqué. Génial, non ?
a écrit le 22/04/2013 à 12:07 :
C'est la démonstration que Gallois est effectivement un socialiste: il ne faut surtout pas toucher aux sacro-saints fonctionnaires, alors que la vraie solution pour la France passe par l'abrogation du statut de 1948 et la suppression des départements.
Pour commencer.
Réponse de le 23/04/2013 à 23:44 :
+1
a écrit le 22/04/2013 à 11:32 :
Tout a fait d'accord, trop facile de se décharger sur les autres... Oui c'est le moment d'être courageux et de s'attaquer à la réduction des dépenses publiques, qu'il n'est pas interdit de faire intelligemment...
a écrit le 22/04/2013 à 11:17 :
M.Gallois enfonce des portes ouvertes ; c'est très décevant pour un grand patron, toujours nommé, emblématique de grosses structures administratives privées, mais fortement liées aux états. Cela prouve que beaucoup de grandes entreprises privées et parapubliques travaillent à l'identique. L'avenir est au TPE / PME mondialisée, qui sont négligés par l'Etat et ces patrons en fin de carrière. Tant qu'on aura des gestionnaire aux commandent des Medef et autres administrations, on aura qu'une gestion du déclin, avec baisse de charges pour les mêmes actions fait en oligopoles, soit augmentation du chômage, pas de nouveaux développements, pas d'imagination et d'innovation, baisse de salaire, augmentation des prix. Blocages.
Réponse de le 22/04/2013 à 13:33 :
Gallois n'a en fait rien d'un patron, c'est un haut fonctionnaire que l'on met à la tête de structures qui ressemblent plus à des administrations qu'à de réelles entreprises... Son discours est cohérents avec son parcours et donc très loin des réalités économiques.
a écrit le 22/04/2013 à 11:16 :
En fin de compte on revient au niveau qui était le nôtre avant la construction européenne et l'entré dans la monnaie unique mais avec les dettes en plus! A ce demander si c'était la bonne voie a suivre...!
a écrit le 22/04/2013 à 11:09 :
et oui l'excès d'austérité conduit dans le mur et il a raison Mr Gallois, mais qui mène cette austérité larvée, et bien c'es le gouvernement avec tous les nouveaux prélèvements + les impôts. L' état est incapable où n'a pas la volonté de s'attaquer aux gaspis des collectivités locales et à son train vie, il fait comme si, il attend une éventuelle
croissance économique qui devrait venir d'on ne sait d'où , peut-être la planète Mars.
a écrit le 22/04/2013 à 10:35 :
M Gallois l' a compris: il faut adapter la réalité à la théorie. La Tribune dans son article de la victoire de Keynes truffé d'expertises économiques l'a également bien compris. La croissance ne peut que revenir éternellement lorsque les multiplicateurs redeviennent des "vrais" multiplicateurs donc supérieur à 1. M Gallois a identifié le diviseur principal de nos multiplications; c'est l'Alllemagne; mais l'Allemagne entière! Les entreprises qui exportent trop, les consommateur qui épargnent trop et consomment trop peu; l'état allemand qui augmentent ses dépenses trop peu; l'endettement qui augmente trop lentement. Les entreprises qui investissent de plus en plus hors de l'Europe. Nous devons effectivement compter sur l'Allemagne afin que nos comptes soient ***enfin*** bon!
Réponse de le 22/04/2013 à 11:16 :
Que si on a des idées !
Pour l'instant, on ne voit pas l'ombre d'un business model capable de relancer l'activité.
A part, l'aéronautique, on a raté tous les virages depuis 30 ans !!!
La finance et la théorie économique, c'est bien, mais sans l'activité économique et industrielle, c'est du vent.
a écrit le 22/04/2013 à 10:31 :
Sauf le respect que l'on doit à M. GALLOIS, ses trois recettes sont d'une pauvreté d'imagination lamentable et font preuve d'une absence d'analyse totale.
En effet, au lieu de faire des efforts, il envisage le recours à la planche à billets sans voir un instant que, compte tenu de l'état de délabrement de notre appareil productif , cette mesure n'aura pour effet que d'accroitre notre déficit commercial....et cerise sur le gateau il compte sur les autres peuples pour nous sortir de l'ornière où 30 ans de laxisme nous ont conduit. Il devrait se remémorer l'un de nos vieux proverbes ......
a écrit le 22/04/2013 à 10:07 :
Pas une seule idée ! Pas l'ombre d'un business model ! Aucune chance de redémarrage...
a écrit le 22/04/2013 à 9:45 :
Très déçu de ces propositions keynésiennes ringardes qui ont nous ont déjà menées à tant d'endettement. Quand proposera t on aux Français de vivre à leur niveau c'est à dire 15% plus bas pour les salaires et les retraites. Le reste suivra (loyers, immobiliers, services). Les jeunes doivent soit s'expatrier (ce ne serait pas la 1ere fois) soit vivre en colocation avec parents ou amis et modérer leurs besoins. Le développement solidaire écologique est la seule solution d'avenir mais quel homme politique aura le courage de le proposer ? Des initiatives dans ce sens se font de çi, de là pour lutter contre l'égémonie de la croissance, des supermarchés, des promoteurs, des industriels. la révolution verte est la seule alternative au consumérisme....
Réponse de le 22/04/2013 à 10:21 :
Chiche. On commence par réduire vos revenus de 15%.
Réponse de le 22/04/2013 à 11:38 :
déçu ?? eh oui avec des avancées commes les votres on en doute pas. avant de solliciter une fois de plus les français lambda, commencez donc par dimimuner le fonctionnement de l'état dont vous faitespeut être partie!! une réduction de 50 % des représentants soit disants des français, la réduction du nombre de fonctionnaires, la suppression des niches fiscales qui permettre de mettre en place un impôt réduit plus juste, voilà des propositions sonnantes et trébuchantes, mais voilà, NOS ELUS ont de tels privilèges qu'ils ne prendront jamais de telles décisions. 1989 n'a servi à rien, on a remplacer les nobles bénéficiaires de privilèges, de pensions, d'exploitation des salariés par .... nos parlementaires, sénateurs, conseillers....................eth oui albator a raison, charité bien ordonnée commence par soi meme, attendons votre réduction de 15 %.............. elle va relancer la croissance n'en doutons pas
Réponse de le 22/04/2013 à 14:07 :
Un peu de croissance pour faire les réformes nécessaires à plus de sobriété énergétique et de partage ne serait pas un mal. Autrement tout cela risque de se faire dans des conflits dévastateurs. Dommage la décennie qui nous précède aurait pu être l'opportunité de mener ces réformes. Rien ou si peu a été fait.
Réponse de le 22/04/2013 à 16:58 :
C'est fini la croissance pour les européens ! Quand à accepter de réduire de 15% ses propres revenus, c'est OK si celà permet de revenir à l'équilibre. Cela va déjà être le cas des fonctionnaires et retraités AGIRC, ArCCO aux régimes non indexés sur l'inflation. A 2% d'inflation par an, déjà 10% de perdu. Quant aux économies sur élus, sénat, départements etc... mais cela ne suffira pas. Le compte n'y est pas.
a écrit le 22/04/2013 à 9:24 :
... la réalité finit tôt ou tard par nous rattraper, autant en être conscient.
http://www.actudupouvoir.fr/1873-2013-memes-symptomes-remede-indisponible/
a écrit le 22/04/2013 à 8:47 :
Que la BCE mette plus de liquidités dans l'économie? Pourquoi pas, cela entraînerait obligatoirement de l'inflation et de ce fait allégerait la dette. Il pourrait même être envisagé de se servir de ces liquidités nouvelles pour rembourser une partie de la dette. Mais bon, cessons de rêver, la BCE ne l'acceptera jamais.
Réponse de le 22/04/2013 à 9:51 :
Non. Vous voyez de l'inflation quelque part aujourd'hui ? Le quantitative easing n'est plus inflationniste aujourd'hui. Il allègue le coût de la dette, exact, et taxe les épargnants, et par ailleurs, crée "seulement" des bulles spéculatives. Tout cela est parfaitement expliqué par une étude de Patrick Artus.
Réponse de le 22/04/2013 à 9:54 :
L'inflation c'est dénigré la valeur du travail effectué la veille.
Réponse de le 22/04/2013 à 10:38 :
L'inflation ne se décide pas, certains commentaires font de la peine
Réponse de le 22/04/2013 à 14:39 :
Patrick Artus est quand meme le brillant esprit qui écrivait en 2007 que ceux qui prévoyaient l'éclatement des bulles de crédit subprime étaient dans le faux... Directeur des études chez NATIXIS, c'est dire s'il voit les coups arriver...
Quand à l'inflation, on tripatouille les chiffres dans tous les pays pour sortir un chiffre ridicule... C'est même une vraie compétence "la bidouille statistiques".

AL, les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent.
a écrit le 22/04/2013 à 7:36 :
Les élus votent d'autant plus volontiers des impôts pour les autres qu'ils ne sont pas concernés (indemnités non-imposables pardi) ! Avec plus de 45 % de prélèvements obligatoires (pour les autres, surtout pas pour les élus) la croissance du chômage va atteindre des sommets. En 2014, chômage à 20 %, 25 % peut-être même 30 % ? Les paris sont ouverts. La France va donc devenir le paradis des chômeurs, comme la Grèce.
a écrit le 22/04/2013 à 7:24 :
Super les solutions de M. Galois... Compter sur les autres pour s'en sortir! Là je suis sur, ca va vraiment marcher!
Réponse de le 22/04/2013 à 8:26 :
+ 1 :apparemment, on a des rois de la défausse au pouvoir :si on ne réussit pas, c'est, dans l'ordre, la faute à Sarko, la faute à l'euro, la faute à l'Allemagne et la faute à la BCE.... Bref, c'est jamais de notre faute. Dans l'esprit de nos gouvernants, la croissance nous est due et elle doit servir à entretenir notre modèle, où il est normal que deux fonctionnaires fassent le boulot d'un seul.
a écrit le 22/04/2013 à 7:13 :
Ce Gallois n'a pas bien compris à quoi sert ce crédit de compétitivité.
Comme les PME en difficultés sont incapables d'obtenir des prêts bancaires,
ce crédit leur sert à renflouer leur trésorerie.
Pas à relancer la production !
Aux frais du contribuable !
Et la ministraille incompétente qui rêve sur sa boite à outils obsolète !
Pauvre France !
a écrit le 22/04/2013 à 6:34 :
d'abord faire travailler utilement les députés et les ministres, au lieu de débattre sur le mariage pour tous (Hollande veut se marier ou se marrer?) des déclarations fantaisistes de patrimoines. Des chômeurs attendent du boulot! au lieu de boulot on décourage la production en France....on attend le changement: c'est maintenant déjà un an de retard!!! et la dette de la France augment ...au rythme des fonctionnaires toujours plus nombreux...
a écrit le 22/04/2013 à 3:26 :
Avec une imposition qui décourage de travailler c'est surtout le chômage que l'on relance...à fond, à fond, à fond !
a écrit le 22/04/2013 à 1:20 :
C'est toujours les mêmes rengaines, c'est de la faute aux autres si je n'y arrive pas... Quand est-ce que nos dirigeants deviendront adultes!
Réponse de le 22/04/2013 à 1:52 :
mais comment se fait-il qu'on attend de ce gouvernement de faire toutes les réformes que tous les autres gouvernements n'ont pas faites, en seulement 5 ans ? Réduction des déficits, réduction de la dette, retraites, etc...et alors que les caisses ont bien été vidées par le précédent gouvernement ?
Quant aux Allemands ils ont fait leurs réformes pendant que le reste de l'Europe continuait à consommer leurs produits, ce qui les a bien aidés, alors que maintenant toute l'Europe est en récession ! merci à eux !La plupart des commentaires sont d'une bêtise !
Réponse de le 22/04/2013 à 3:28 :
Pour les retraites , courageusement , la gauche , sous Jospin a éviter de traiter le problème , trop dangereux politiquement . On va voir ce que Hollade va faire , mais il me parait aussi courageux que Jospin!
Réponse de le 22/04/2013 à 8:55 :
Jospin avait créé une caisse pour palier aux problèmes de financement des retraites. Cette caisse avait été abondée par l'argent des privatisations. Malheureusement, comme souvent, celle ci à été vidée par d'autres gouvernements et pour d'autres besoins.
a écrit le 21/04/2013 à 22:28 :
Ce mec n'a aucune legitimite il n'a jamais cree de boite, rien juste nomme par des gouvernements a la tetes de boites publiques ou vivant de l'etat... Demandez plutot a des vrais patrons a des mecs qui ont cree leurs boite!
Réponse de le 22/04/2013 à 2:32 :
Pas d accord
C'est un des seuls à proner de la retenue dans les rémunérations des dirigeants
Réponse de le 22/04/2013 à 8:22 :
Ogryzek, je pense que tu n'as pas saisi le message de Squer avec qui je suis d'accord. Il n'y a personne au gouvernement qui a déjà travaillé dans une entreprise. Ah pardon, il y avait Cahuzac.....
Réponse de le 22/04/2013 à 10:38 :
C'est vrai qu'en Italie, ils ont eu Berlusconi, avec des résultats que tout le monde envie !
Réponse de le 22/04/2013 à 14:14 :
Pour la France il faut un véritable dirigeant de PME un peu bas du front qui fasse le ménage parmi tous ses fonctionnaires fainéants !!!
a écrit le 21/04/2013 à 22:10 :
Ce qu'il est urgent de faire, c'est mettre en place un système de gestion qui soit tel que chacun ait à balayer devant sa porte avant de s'en remettre aux autres : facturer tous les services publics et chaque fonction publique serait priée de pratiquer des tarifs par unité d'oeuvre proche de la moyenne de l'OCDE, ne distribuer que ce qu'on peut prélever donc en finir avec les systèmes à prestation définie, évacuer les charges vers l'impôt et tout ce qui pèse sur les personnes morales vers les personnes physiques, comme ça plus aucun chef d'entreprise ne pourra prendre prétexte d'une fâcheuse politique fiscale pour masquer son incompétence....et surtout ne rien mais alors RIEN attendre de l'UE...
Réponse de le 21/04/2013 à 23:57 :
Et comme les impôts sur les personnes physiques seront beaucoup plus élevés, les chefs d'entreprises se délocaliseront encore plus dans des pays frontaliers, la TVA sera si élevée que les frontaliers iront encore plus faire les courses chez leurs voisins, ............etc.
Pas aussi simple qu'au bar du coin
a écrit le 21/04/2013 à 20:41 :
1 et 2, la fuite en avant, toujours plus vite. 3, un sauveur qui vient de l'extérieur, ça évite de faire des efforts. Pas mal !
a écrit le 21/04/2013 à 20:36 :
Comment peut on sortir de la crise avec des entrepreneurs comme nous avons en France avec des diplômes et pas de fibre industriel et commercial, capable de perdre un client par bêtise, qui ne connaissent pas les rÚgles d or : 1 ne jamais perdre une vente 2 ne pas prendre les clients pour des gogos 3 produire de la qualité et pas que des dividendes.
a écrit le 21/04/2013 à 19:40 :
Peut être que le départ a Varenne de Francois le petit et de l'autrichienne arrangera les choses
Réponse de le 21/04/2013 à 21:46 :
C'est vrai que l'arrivée du Batave et de la Germaine nous ont amplement rassurés !
a écrit le 21/04/2013 à 19:31 :
La recette tout le monde en dispose. Le pb c'est comment fait on plier l'Allemagne qui est dans une posture ideologique et second point comment la France se reforme pour faire face aux defies du 21eme siècle qui entame deja sa seconde decennia...
Réponse de le 21/04/2013 à 19:49 :
ah bon? vous voulez exiger que les allemands qui vont avoir la retraite a 69 ans payent pour ' la retraite pour tous a 35 ans '' payee par personne via eurobonds'' ... he ben vous ne connaissez pas les allemands, ils ne payeront pas plus pour vos frasques et votre exception culturelle que les chinois ou les anglais.... demandez a vos copains cubains ou venezueliens, ils seront plus enclins a faire des efforts pour la grandeur ideologique du centre de l'univers...
Réponse de le 21/04/2013 à 20:18 :
L âge moyen de depart en retraite en 2012
Allemagne est de 62 ans depuis 5 ans en
France de elle est passée de 59 ans à 61,3 en 2 ans et sera de 62,3 ans en 2014. L Allemagne n aide personne sauf pour protéger ces interets comme en GrÚce qui a eu pour conséquence de ruiner les banques crétoises, l Allemagne c est aussi opposé au rapprochement entre la France et l Angleterre en 2007 et 2009 Sarkosy a abandonnée cette solution par peur de Merkel.
Résume c est la politique de Merkel et de Austérité qui est la cause de la poursuite de la crise. AprÚs les élections de septembre les Us Et la Chine vont faire pression sur l Allemagne qui va etre isole et perdre don tripple A pour mettre fin à cette politique austérité qui est un échec. Vous oubliez aussi que Allemagne a un gris handicap c est sa natalité.
Réponse de le 21/04/2013 à 23:50 :
A celui qui a rependu à churchill:

Alors vous n'avez rien compris de la reforme sur les retraites allemandes. L'age de depart est 67 ans pour les gens actuellement au mileu de leur carrière. Il est possible que l'age réel de depart est à 62 ans et il a probablement pas bougé. Donc ceci veut bien dire que les retraités vont toucher moins de retraite qu'avant. C'est bien cela la reforme allemande : une baisse des retraites.
Mais vous avez toujours pas expliqué à churchill comment vous voulez expliquer aux allemands pourquoi ils devront payer pour les autres ...
a écrit le 21/04/2013 à 19:25 :
Moi j'en ai une autre de recette, celle dont on ne parle surtout pas dans les médias ou dans la bouche des politiques ou alors lorsqu'on ne parle, elle est sensé apporter la catastrophe. En attendant la catastrophe, c'est maintenant ! On ne vous le dit pas mais la France est entrée de nouveau en récession au 1er trimestre de cette année, et elle n'est pas prête d'en sortir ! Alors s'il faut attendre après la CE, la BCE et surtout après l'Allemagne qu'elle veuille bien défaire ce qu'elle s'est échinée à faire depuis plus d'une décennie, nous aurons le temps d'atteindre le fond du trou et d'y rester pendant des années ! L'Union Européenne vous l'avez voulue, vous la voulez toujours ? Vous allez en bouffer jusqu'à vous étouffer avec !
Réponse de le 21/04/2013 à 19:46 :
on sait depuis septembre 2012 que votre pays est en recession, et on sait depuis aussi longtemps qu'il n'est pas pres de se relever, vu qu'il est urgent de ne rien faire sauf demotiver ceux qui n'avaient pas encore compris ( mais rassurez vous, depuis, c'est fait...), en hurlant que c'est la faute a l'allemagne et aux martiens... vous ne voulez pas vous prendre en main, c'est votre pb, arretez d'accuser les autres
Réponse de le 21/04/2013 à 20:02 :
@Churchill : je n'accuse pas les allemands mais nos élites qui persistent à vouloir rester dans cette Union qui n'en est pas une.
a écrit le 21/04/2013 à 19:22 :
le temps passe rien ne change .....on conserve l injustice ...on conserve nos privileges on gagne du temps on se gavent du millefeuillerien a esperer
a écrit le 21/04/2013 à 18:56 :
25 gr de beurre, un peu de doigté. Et après démerdez vous...
Réponse de le 21/04/2013 à 19:04 :
Comme a écrit Lao Tseu : "L'échec est le fondement de la réussite".
Réponse de le 21/04/2013 à 23:10 :
@bof, concernant la citation de Lao Tseu, encore faut-il avoir 1) conscience de ses échecs et de 2) d'avoir suffisamment d'humilité pour que cela serve de leçon! le 2) n'est pas la qualité première de nos dirigeants. Combien ont déjà publiquement déclaré "je me suis trompé"?
a écrit le 21/04/2013 à 18:55 :
Manifestement, on lui a promis un fromage...
Réponse de le 21/04/2013 à 19:02 :
C'est pour ça qu'il met la présure !
a écrit le 21/04/2013 à 18:27 :
J'ai compris tous ces mecs là s'y connaissent moins en économie que moi en bricolage. La preuve quand je pose une étagère elle tient. En plus toutes ces élites ne proposent que des basculements d'argent et c'est nous qui coulons. Mais enfin quand il n'y aura plus rien que du pognon virtuel on bouffera quoi ?
Réponse de le 21/04/2013 à 18:50 :
Des patates.
Lâchez votre perceuse, optez pour la binette !
Réponse de le 21/04/2013 à 21:33 :
Il convient de considérer que le nombre de facteurs qui entrent en compte dans une décision économique à l'échelle d'un pays revient au problème qui se pose lorsque votre étagère est fixé à l'extrados d'une ail de rafale et que le défit consiste à la faire tenir ainsi que les livres qui sont dessus au passage du mur du son...
Je vous souhaite beaucoup de courage
Réponse de le 21/04/2013 à 22:47 :
@Petite distinction. Je dis simplement mon étagère tient, je peux donc y faire des modifs ou donner des conseils de bricolage sur la pose. Je dis que nos élites étant donné les résultats que nous constatons feraient mieux de se la fermer que ce soit difficile n'est pas une excuse si ils ne savent pas faire qu'ils s'en aillent et se taisent. Non faut qu'ils continuent à faire de la fumée c'est ça ?
a écrit le 21/04/2013 à 18:25 :
en resume, et comme d'habitude, la france ne se sent responsable de rien, en particulier pas de son propre sort... le salut doit venir d'ailleurs, ca evitera les refomres douloureuses dont aucun politique ne veut... il peut aussi demander que le GI's debarquent, avec des bras charge de croissance et d'acquis sociaux pour tous....... soit il prend les gens pour des c...., soit il est d'une naivete sans nom, et il sera etonne de voir les resultats de l'investissement en france dans les temps a venir...
Réponse de le 21/04/2013 à 18:53 :
Cela dit, les GI's, on se demande qui les paye, sinon le reste du monde qui prête à leur employeur...
a écrit le 21/04/2013 à 18:08 :
La RFA fera ce qu'elle veut et surtout ce qui est dans son intérêt M. Gallois. Nos voisins se sont serrés la ceinture et ne veulent plus payer pour les cigales !
Réponse de le 21/04/2013 à 18:26 :
Pas sûr que la RDA soit d'accord ! Attendez que Bismarck donne son point de vue !
Réponse de le 21/04/2013 à 21:58 :
Merkel préconise la rigueur , mais la rigueur est pire car elle tue le peu de croissance ; grosse erreur d'une têtue ..
a écrit le 21/04/2013 à 18:01 :
c'est merveilleux compter sur les autres en particulier Allemagne par ailleurs connaît il la " trape a money " autrement dit plus on en met, moins cela fonctionne. A quand une réforme en profondeur de notre système ?
a écrit le 21/04/2013 à 17:47 :
Pour que ces 3 bonnes mesures portent leurs fruits, il conviendrait d'en ajouter une 4ème : 4 ) Assainir notre législation financière et commerciale au profit de l'économie circulaire locale. Dans les conditions actuelles, l'UE étant devenue la première cible mondiale du dumping sous toutes ses formes : dumping commercial, social, financier et monétaire ("Europe, vast market of rich consumers", ainsi qu'un débouché important pour le recyclage des capitaux toxiques...), toute injection de liquidités reviendrait à subsidier les importations et à aggraver le recyclage des investissements toxiques en UE. Aujourd'hui, acculée par des capitaux toxiques extérieurs plus "compétitifs", notre épargne est poussée à la fuite ou à la sclérose, nos entrepreneurs renoncent à l'autofinancement et au réinvestissement. En particulier, il faudra que la Grande-Bretagne renonce à ses pratiques spéculatives en UE. Aussi, à cause des abus constatés en matière commerciale, le régime d'octroi de licences d'importation avec les pays-tiers ne devrait pas être automatique. Sachant qu'il est illusoire de chercher à réglementer le système financier mondial (pays tiers ou hors UE, voire zone euro), il est de notre devoir de réglementer la législation européenne de manière à disposer d'un cadre juridique fiable qui favorise la croissance, nos investissements, nos entreprises, l'emploi et l'activité.
a écrit le 21/04/2013 à 17:29 :
Une recette de Cigale tout simplement..la France est impossible à réformer, et lla dépense publique est impossible à contrôler..pauvre France..
Réponse de le 21/04/2013 à 17:49 :
On peut réformer pour réformer en supposant que cela ira mieux! La France a fait ses réformes aprés la guerre et cela lui a permis de sortir la tête de l'eau, mais pour l'Europe on réforme pour remettre en cause le passé parce que l'on a eu le tord de suivre certain dogmatique du fédéralisme...!
Mais rien ne dit que nous serions dans ce marasme si nous n'avions pas ceder a ces voix celestes!
a écrit le 21/04/2013 à 17:13 :
Selon lui, la solution doit venir de mesures coordonnées au niveau européen., quelle facilité d'analyse depuis la disparition des frontières! La monnaie unique a aussi sa part de responsabilité! Comme tout monopole, la lourdeur de cette Europe empêche l'adaptation régionale de s'épanouir!
a écrit le 21/04/2013 à 17:01 :
"le risque est une prise de conscience que l euro est facteur de divergence". Ce qui l inquiète c la prise de conscience mais pas la divergence ! On est foutu !
a écrit le 21/04/2013 à 16:14 :
Il ne fait que répéter ce que d'autres ont dit avant lui.
a écrit le 21/04/2013 à 16:14 :
Louis Gallois comme tous les keynésiens, surestime l'effet euphorisant à court terme de l'injection d'argent. Par contre, il oublie l'effet à plus long terme du gonflement de bulles ! A l'inverse, un dégonflement de la bulle immobilière actuelle aurait un effet positif sur le pouvoir d'achat ! On pourrait ainsi supporter une baisse de revenu (déflation) si dans le même temps, les loyers baissent également.
a écrit le 21/04/2013 à 16:11 :
la solution CANADIENNE!!! mais la l?électorat de gauche SAUTE , ce ne serait pas plus mal de les remettre au TRAVAIL
Réponse de le 21/04/2013 à 16:23 :
il faudrait encore expliquer ce qu' est la solution CANADIENNE???
Réponse de le 21/04/2013 à 16:37 :
Réforme de l Etat , reduction drastique des dépenses publiques inutiles, entre autres..
La gauche socialo marxiste fonctionnarisée francaise n y est pas prete
Réponse de le 21/04/2013 à 17:08 :
OK, tout ce que l on ne fera jamais!!!qui est prêt dans le pays à faire cette réforme???
a écrit le 21/04/2013 à 16:10 :
Ras la casquette de ces technocrates qui, rappelons-le, sont des fonctionnaires et qui ne remmettrons jamais en cause notre mamouth que le privé et la dette doivent continuer à engraisser !
a écrit le 21/04/2013 à 16:10 :
Croyez vous que l Allemagne va changer sa politique pour faire plaisir à Mrs Hollande et gallois???les Allemands ne sont pas fous!!leur système marche bien ,ils vendent ,ils sont sérieux ,l Allemagne tourne bien et vous voudriez pour sauver les canards boiteux de l Europe qu 'ils mettent leur économie en danger???nous rêvons comme d habitude!!!
a écrit le 21/04/2013 à 16:09 :
Vrai austérité de l'état = rélance, saignée sur le peuple = anémie. L'équilibre financier des états, le peuple n'en a rien à branler. L'état a le devoir d'équilibrer ses comptes par lui-même dans une enveloppe limitée. L'augmentation des corvées, autrement dit des prélèvements sur les entreprises, est une absurde austérité. La véritable austérité est la diminution du nombre des fontionnaires et du train de vie de l'état. C'est par cette austérité là, qui n'a pas encore eu lieu en France de l'avis même du premier ministre, qu'il faut commencer pour relancer l'économie. L'Allemagne est en train de sombrer du fait du sabordage de l'Europe du sud par les socialistes.
a écrit le 21/04/2013 à 16:06 :
Qu'une telle personne ne parle même pas de la réforme de notre état prouve que "ses" paroles ne sont pas les siennes mais qu'il est en service commandé. Ce n'est pas de cette façon, en se cachant la réalité, que nous sortirons de l'ornière !
a écrit le 21/04/2013 à 16:00 :
Mr Gallois a les défauts des ses qualités, c'est un homme d'état "à la française" ! Nous sommes malade de nos fonctionnaires, énarques & co sur-représentés. Ces gens n'ont jamais investit un seul euro de leur propre argent et non jamais pris le moindre risque dans leur vie professionnelle. Leur vision est, et restera, une vision où l'état régente tout et où seule les grandes entreprises ont place dans notre économie.
a écrit le 21/04/2013 à 15:39 :
Il n'y aura jamais de croissance tant qu'il y aura matraquage fiscal. Avec plus de 45 % de prélèvement obligatoires qui veut encore travailler pour les autres ? Ceux qui votent si volontiers les impôts pour les autres veillent scrupuleusement à ne pas en payer eux-mêmes (indemnités non-imposables) C'est là un véritable scandale qui n'encourage pas les gens à travailler. Quel cynisme ! Pour les uns tous les droits. Pour les autres tous les devoirs. C'est cela une République exemplaire ? Et quand on pense à tous les prédateurs payés à ne rien faire....
Réponse de le 21/04/2013 à 15:51 :
En parfait accord. Il s'agit d'une forme de dictature. Les boulets aux pieds du privé qui doit tout donner au public. Un véritable scandale non durable car le découragement est bien là.
Réponse de le 21/04/2013 à 16:28 :
Les prélèvements ne sont pas de sommes englouties et perdues. Elles sont redistribuées la moitié sous forme de retraites et remboursements médicaux et l'autre moitié sous forme de service de l'Etat ( enseignement, police, justice... )
Réponse de le 21/04/2013 à 16:35 :
On est bien d'accord. Pourquoi les medias ne denomcent ils pas le scandale? On les connait a gauche mais sont ils si endoctrines qu'ils refuseraient au peuple de delivrer la verite et la realite de la situation? A quand un sursaut populaire sur les medias? Mon opinion personel est qu'ils sont responsables de la demagogie des politichiens, en particulier de la gauche socialo-communiste!
Réponse de le 21/04/2013 à 17:41 :
à Pierre. Les prélèvements obligatoires servent à nourrir copieusement une ribambelle de ministres (tellement plus nombreux qu'en Allemagne) mais aussi à payer à ne rien faire 11 nouveaux députés qui représentent les français expatriés à Mexico, Tokyo, et partout ailleurs dans le monde. Tous, absolument tous les ressortissants français expatriés sont soumis aux lois du pays d'accueil et non pas aux lois françaises. C'est absolument scandaleux. Et des centaines de milliers d'élus dont la spécialité est la langue de bois, quand ce n'est pas le mensonge comme on vient de le voir. A-t-on besoin de cette armada ? Et pourquoi ces gens là s'attribuent-ils des indemnités non-imposables et font vivre un enfer fiscal aux autres ? Où est l'égalité ? Où est la justice ? Où est la République exemplaire ? Ces gens-là accepteraient-ils de travailler avec un prélèvement spoliation ? Bien sûr que non. Sinon, les indemnités non- imposables n'existeraient pas.
Réponse de le 22/04/2013 à 13:46 :
Si cela vous fait plaisir de le croire....continuez a raler. Sinon renseignez vous pour savoir ce que deviennent les impôts et les cotisations sociales : http://www.economie.gouv.fr/files/trois-pages-ir2013.pdf. Et : http://www.urssaf.fr/images/ref_1496-Cotisations_Depl_web.pdf
En allant sur les sites de ces organismes vous trouverez plus ou moins facilement le détail d'oû va l'argent.
a écrit le 21/04/2013 à 15:26 :
Quelle est la différence entre un Allemand et un Français ?

Réponse :

Schäuble en faveur d'une action de la BCE pour réduire les liquidités.

Le ministre allemand des Finances verrait d'un bon oeil une action de la Banque centrale européenne (BCE) pour réduire les liquidités en circulation dans la zone euro, selon un entretien à WirtschaftsWoche, mais juge que cela est difficile dans la situation actuelle.

"Il y a beaucoup d'argent sur le marché, selon moi trop d'argent", a déclaré Wolfgang Schäuble dans un entretien au magazine allemand à paraître lundi, mais dont des extraits ont été publiés vendredi.

Donc "si la BCE essaie d'utiliser sa liberté d'action pour réduire un peu cette grande quantité de liquidités, je ne pourrais que le saluer", a-t-il ajouté.

Mais un Français dit exactement le contraire !

Un Français, Louis Gallois, dit ceci :

il faut « desserrer le calendrier de retour aux équilibres des finances publiques, une politique plus accommodante de la BCE en mettant plus de liquidités dans l'économie, savoir ce que l'Europe peut faire pour relancer sa croissance. »

La France et les autres pays d'Europe du sud veulent que l'alchimiste Mario Draghi continue à :
- recevoir dans les coffres de la BCE tous les actifs pourris, toutes les merdes des banques privées d'Europe du sud ;
- déverser en échange des dizaines de milliards d'euros vers les banques centrales d'Europe du sud ; ces liquidités sont ensuite transmises aux banques privées ;
- transformer la merde en euros.

L'Allemagne et les autres pays d'Europe du nord veulent que l'alchimiste Mario Draghi arrête de :
- recevoir dans les coffres de la BCE tous les actifs pourris, toutes les merdes des banques privées d'Europe du sud ;
- déverser en échange des dizaines de milliards d'euros vers les banques centrales d'Europe du sud ; ces liquidités sont ensuite transmises aux banques privées ;
- transformer la merde en euros.
Réponse de le 21/04/2013 à 16:16 :
En un mot, ceci veut dire que l'Euro est loin d'être pérenne.
Réponse de le 21/04/2013 à 23:46 :
Bien d'accord avec BA . Relancer la croissance possible - c'est-à-dire pas artificielle ou virtuelle, qui ne sert qu'à alimenter la spéculation - passe vraisemblablement par la restauration de la Confiance et l'éradication des querelles intestines. Pour cela, il faut en finir avec le bluff de la création de valeur et de croissance à coup de liquidités , qui ne servent qu'à alimenter la cavalerie financière avec les produits toxiques ou pourris de l'inventivité des banques et financiers. Draghi ne stérilise pas ces déchets mais les stockent tel une Décharge Centrale de Bad Bank ou de Fonds de defeasance ; pas beau du tout. Reste la masse énorme , hors bilan des banques, de la titrisation des produits pourris, disséminée dans les fonds vendus au public, à l'insu de son plein gré. Mentir est de faire croire à une possible croissance satisfaisante en France et en Occident , et sans de longues années d'investissements matériels et immatériels réellement productifs, supposant une vision d'avenir concrète et lucide.
a écrit le 21/04/2013 à 15:03 :
à moderateur : My comment, please !
a écrit le 21/04/2013 à 14:54 :
Louis Gallois est un keynésien, il crois que l'injection de liquidités va créer des merveilles
a écrit le 21/04/2013 à 14:33 :
Gallois est tres dangereux; ce n'est pas en ayant plus d'europe que les problemes seront resolus. Sans avec plus de responsabilite individuelle et d'efforts individuels (creation de PME) que l'on revitalisera l'economie et payra nos dettes. Gallois n'est pas elu. Hollande, demissione!!!
Réponse de le 21/04/2013 à 16:43 :
En disant ceci, il espère faire payer aux allemands notre système étatique hypertrophié pour ne surtout rien y toucher. On connaît déjà la réponse de ces derniers d'avance.
a écrit le 21/04/2013 à 14:31 :
Je crains que Gallois ne soit en service commandé : s'appuyant sur ce genre de raisonnement, Hollande va en fin d'année nous expliquer que si la relance n'est pas au rendez-vous, c'est la faute des méchants allemands qui avaient (soi-disant) les moyens de relancer les dépenses en europe, et qu'ils ne l'ont pas fait.
En clair, on nous prépare tranquillement à une rupture avec l?Allemagne.
Réponse de le 21/04/2013 à 19:27 :
Moi, je le verrai bien Premier ministre : un Gallois chez Hollande, c'est vraiment l'Europe incarné. Ne manque que Thierry Breton...
a écrit le 21/04/2013 à 14:27 :
Pourquoi pas... Sauf que cela ne doit pas empêcher la France de réformer son service publique obèse, peu productif et sa dépense publique parmi les plus élevées d'Europe (57% du PIB) ! En bon socialiste, M. Gallois n'insiste que sur les éléments qui dépendent des autres et en attendant le gouvernement qu'il soutient ne fait rien ! Par ailleurs, je ne suis pas certain que ce type de chef d'entreprises (très grandes) soit le plus à même pour apporter une contribution intéressante aux problèmes économiques de la France. Les emplois potentiels ne sont pas dans les grands groupes déjà nombreux en France et qui usent de la délocalisation dès qu'ils le peuvent. C'est dans les PME et les petites entreprises que se trouve les emplois potentiels. Leur tâche est malheureusement rendue impossible sur le terrain par un Etat confiscatoire et des contraintes administratives hallucinantes.
a écrit le 21/04/2013 à 14:24 :
D'accord Mr Gallois, mais il faudrait peut-être préciser pourquoi l'Allemagne ne bouge pas.....
A mon sens, le manque de concertation entre Hollande et Merkel est catastrophique dans cette affaire.
Hollande devrait négocier avec Merkel un deal : ''Quelles réformes en France pourraient convaincre Merkel de débloquer une relance en Allemagne en contre partie ??''.
Au lieu de cela Hollande mise sur une défaite, de moins en moins probable, de Merkel en Allemagne aux prochaines élections : encore une erreur de stratégie!!!!! une de plus.....
Réponse de le 21/04/2013 à 15:17 :
Vous avez raison, mais vu qu'Hollande a menti pendant toute sa campagne (à sa décharge, ça n'est pas le premier), il est aujourd'hui coincé. Il sait que les réformes nécessaires que lui demandera Merkel sont à l'extrême opposé de ses engagements et des aspirations de son électorat... ou du moins ce qu'il en reste.
Réponse de le 21/04/2013 à 16:04 :
@halley Hollande ne ment pas. Il s'exprime de façon à ce que ses paroles puissent être interprétées conformément aux attentes de chaque auditeur. Reprenez toutes ses interventions, analysez les en déduisant toutes les interprétations possibles et vous constaterez qu'il en existe toujours une qui correspond à peu près aux actes. Il ne décide personnellement et ouvertement que lorsqu'il est acculé dos au mur et que la décision s'impose comme la seule restant pertinente. Sur cette base, vous pouvez en déduire la suite sur tous les sujets.
a écrit le 21/04/2013 à 14:23 :
Les mesures proposées nous conduiront dans le mur, une fois de plus. Ras le bol des technocrates. Il faut baisser massivement nos dépenses publiques, quitter l'euro et repartir à zéro en supprimant toutes les contraintes administratives imbéciles de nature à paralyser le secteur privé, seul créateur de richesses au sens noble.
Réponse de le 21/04/2013 à 16:05 :
Très bon résumé, synthétique et compréhensible, Bravo, +1.
Réponse de le 21/04/2013 à 17:49 :
Je me permets de vous rappeler quand même ceci : qui était au pouvoir ces 10 dernières années ? En 2001, notre déficit budgétaire était de 1.6 %. Celui de l'Allemagne de 2.4 % En 2008, juste avant la crise, celui de l'Allemagne était de 0%, et celui de la France de 3.3 %.
En 2012, C'est ce qui explique les problèmes de la France. Si il n'y a pas eu de réformes depuis 10 ans, ce n'est pas la faute à Hollande.
a écrit le 21/04/2013 à 14:10 :
1/ Oui, mais alors dans quel délai? Le temps de l'équilibre ça fait 20 ans que l'on en parle!
2/ Déjà fait et dangereux, on l'a vu avec Chypre. Monsieur GALLOIS a du sécher les cours d'histoire et a la mémoire courte. C'est une masse monétaire trop importante qui a conduit l'Europe à la 2ndWW.
3/ En tant que modèle, il faut s'inspirer de l'Allemagne. En tant que nation (encore préservée en zone Euro), il vaudrait mieux qu'elle ne s'inspire pas de la pomme pourrie qu'est la France et qu'on l'a mette (l'allemagne) hors du cageot monétaire européen.

Et oui, contrairement à ce que veut encore faire croire Monsieur GALLOIS, les efforts c'est maintenant! ... à condition de faire revenir en France les gens qui ont de l'argent (donc, supprimer l'ISF et faciliter le retour des grandes fortunes françaises).
a écrit le 21/04/2013 à 13:56 :
Ok mais j'ai payer m'as retraites les caisses sons vide je ne suis pour rians et on bloque mon pouvoir d achat c est p as a moi de remplire les caisses de arrco et carsat ? En plus des petites retraites de 1000 euros mon augmentation de arrco et de 3 épris part mois? Alleurs Mr gallois combien vous gagnes part mois
a écrit le 21/04/2013 à 13:56 :
Ok mais j'ai payer m'as retraites les caisses sons vide je ne suis pour rians et on bloque mon pouvoir d achat c est p as a moi de remplire les caisses de arrco et carsat ? En plus des petites retraites de 1000 euros mon augmentation de arrco et de 3 épris part mois? Alleurs Mr gallois combien vous gagnes part mois
a écrit le 21/04/2013 à 13:34 :
Louis Gallois suggère aux autres pays de la zone euro de prendre plus de risques budgétaires, monétaires, inflationnistes et économiques pour permettre au gouvernement français de poursuivre sa politique de gribouille ! Son postulat de départ - la solution doit venir de mesures coordonnées au niveau européen - est censé, mais la suite de sa recette n'est qu'un serment d'allégeance à l'actuelle majorité.
Réponse de le 21/04/2013 à 13:46 :
@daniels Son postulat est sensé (et non censé comme écrit ci-dessus) !
a écrit le 21/04/2013 à 13:28 :
Louis Gallois a clairement l'envergure d'un président de la République; mais les politicocrates professionnels et leur système de parties hégémoniques et dogmatiques sont un frein a ses idées réformistes indispensables. Je lui souhaite cependant de la réussite dans son entreprise.
Réponse de le 21/04/2013 à 13:37 :
Si même leurs "parties" deviennent hégémoniques, et bien il ne nous reste plus qu'à planquer nos femmes alors..........................
Réponse de le 21/04/2013 à 18:24 :
Surtout s'il faut cesser d'y mettre un frein. Y en a vraiment qui nous prennent pour des glands !
a écrit le 21/04/2013 à 13:10 :
Alors que Se tenait il trois jours un séminaire gouvernemental

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :